Syndiquer le contenu
Mis à jour : il y a 8 heures 16 min

CentOS 7 fait son entrée au CERN

19 août, 2014 - 18:21

Suite au rapprochement de Red Hat et CentOS en janvier 2014, le CERN a annoncé que CentOS 7 remplacera Scientific Linux 7 comme base de leur distribution maison, qui s’appellera désormais CERN CentOS 7. Scientific Linux est une distribution Linux, principalement maintenue par le CERN et le Fermilab. C'est un clone de Red Hat Enterprise Linux, qui existe depuis 2004.

Les utilisateurs de Scientific Linux 5 et 6 continueront de recevoir les mises à jours comme prévu jusqu'en 2020, mais l'avenir de Scientific Linux 7 est plus incertain : bien que déjà publiée en version Beta, Scientific Linux 7 pourrait finalement être publiée sous une autre forme, à savoir une variante de CentOS, tout comme il existe de nombreuses variantes d'Ubuntu. Mais pour l'instant, aucun communiqué officiel n'a été publié sur le site web de Scientific Linux.

Le CERN utilise RedHat Linux depuis de très nombreuses années pour ses installations. À tel point que lors de la séparation de Red Hat Linux en deux entités (Fedora et Red Hat Enterprise Linux) en 2004, le CERN et ses partenaires créèrent un clone de RHEL, baptisé Scientific Linux, pour continuer à bénéficier d'une distribution stable et maintenue pendant de nombreuses années, sans avoir à payer une licence pour chaque installation.

Dix ans plus tard, avec le rapprochement de CentOS et Red Hat, la raison d'être de Scientific Linux a disparu, et il est très certainement plus productif pour le CERN de contribuer à CentOS plutôt que de continuer à maintenir sa propre distribution Linux.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 33 de l'année 2014

18 août, 2014 - 22:27

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Developpez.com] L'essor de l'open source, une menace pour les logiciels propriétaires?

Par Francis Walter, le vendredi 15 août 2014. Extrait:

Ces derniers temps, beaucoup d'administrations optent pour les solutions open source. Elles ont compris qu'elles peuvent dépenser moins pour les technologies open source et avoir moins de difficulté pour la maintenance et les mises à jour, moins de risque d'espionnage et moins de menaces de cyberattaque. La fin du support de Windows XP par Microsoft serait l'une des sources de motivation des entreprises à pencher vers les solutions libres. Rappelons que la plupart des entreprises, jusqu'à l'abandon de l'OS, utilisaient Windows XP comme système d'exploitation.

Lien vers l'article original: http://www.developpez.com/actu/74136/L-essor-de-l-open-source-une-menace-pour-les-logiciels-proprietaires

[Next INpact] Le ministère du Travail va basculer vers des logiciels de bureautique libres

Par Xavier Berne, le jeudi 14 août 2014. Extrait:

Utilisant depuis 2009 des logiciels de bureautique et de messagerie propriétaires, le ministère du Travail se prépare à basculer vers des logiciels libres de type LibreOffice ou Thunderbird. Ce mouvement va cependant prendre du temps: quatre à six ans selon l’exécutif.

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/89239-le-ministere-travail-va-basculer-vers-logiciels-bureautique-libres.htm

Et aussi:

Voir aussi:

[The True North Times] Text of Canada-EU Trade Agreement (CETA) Leaked

Par Maxwell Stockton, le jeudi 14 août 2014. Extrait:

(Deux semaines après que l'Allemagne ait laissé entendre son rejet de dispositions au coeur de l'Accord Commercial Canada-Union européenne, ses défenseurs ont probablement pensé que le terrain sur lequel ils avançaient devenait de plus en plus incertain. Hier, il s'est dérobé de sous leurs pieds) Two weeks after Germany hinted at rejecting core provisions of the Canada-EU Trade Agreement (CETA), trade advocates probably thought that the ground they were breaking was shifting uneasily. Yesterday, it fell out from under them.

Lien vers l'article original: http://www.truenorthtimes.ca/2014/08/14/text-canada-eu-trade-agreement-ceta-leaked/

[Village de la Justice] Brevet logiciel: USA = Europe?

Par Laëtitia Le Metayer, le mardi 12 août 2014. Extrait:

Le sujet de la brevetabilité du logiciel n’est pas appréhendé de la même façon en Europe et aux États-Unis. Si le champ de brevetabilité est plus étendu (en principe) aux États-Unis, une décision récente de la Cour suprême US vient restreindre l’admissibilité au brevet pour les procédés informatiques (Alice Corp. V. CLS Bank International).

Lien vers l'article original: http://www.village-justice.com/articles/Brevet-logiciel-USA-Europe,17536.html

[Numerama] Windows XP devrait passer open source, suggère un expert informatique

Par Julien L., le lundi 11 août 2014. Extrait:

Un expert informatique a suggéré lors du Black Hat 2014 que Windows XP devrait devenir open source, puisque Microsoft a renoncé à poursuivre le support de son système d'exploitation. Il propose même que cette règle soit appliquée à l'ensemble des logiciels dont le code source est fermé, ce qui serait positif du point de vue de la sécurité.

Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/30232-windows-xp-devrait-passer-open-source-suggere-un-expert-informatique.html

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Crypto-party estivale au L@Bx (Bègles, Gironde), 22 août 2014

18 août, 2014 - 18:01

Vendredi 22 août, c'est cryptoparty toute la soirée / nuit au L@Bx.

Entrée libre et gratuite. Amenez à manger, à boire, sac de couchage pour les plus courageux.

Quelques idées d'ateliers proposés :

  • Créations / échanges de clés GPG
  • Chiffrement de disque dur avec LVM+LUKS, encfs, etc.
  • Mise en place d'un serveur de courriel
  • Traduction du handbook cryptoparty en se basant sur le travail du Tetalab
  • TrollDébat sur la sécurisation des locaux du L@Bx (RFID, caméra, poulet-tueur, etc.)

Pour rappel, le L@Bx est un Hackerspace à Bègles (Communauté Urbaine de Bordeaux). Il ouvre ses portes tous les mardis et vendredis soir.

Au plaisir de vous y croiser !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

m23 rock 14.2 est sorti

18 août, 2014 - 01:07

Le projet m23 a publié une nouvelle version du système de déploiement et d'administration de Linux. Ce logiciel libre est disponible sous licence GPL.

m23 vous permet d'installer des machines Linux avec Debian, (X/K)Ubuntu, LinuxMint, Fedora et openSUSE par le réseau, de les mettre à jour, d'y installer du logiciel additionnel, de sauvegarder les clients et le serveur, de grouper les clients, de réaliser des installations de masse, d'intégrer des clients existants et il offre beaucoup de possibilités de configuration. m23 dispose d'une interface web.

La dernière version de m23 étend le spectre des distributions de clients pris en charge par l'ajout du support pour Ubuntu 14.04 LTS et Linux Mint 17 Qiana. Pour Linux Mint, les environnements de bureau Mate, Cinnamon, Xfce et KDE sont disponibles — pour Ubuntu, il y a un bureau minimal de KDE / Kubuntu Desktop, Unity (3D), Xfce, le bureau Lubuntu et Gnome.

Bien que l'ajout du support pour les deux nouvelles distributions — et en particulier des bureaux — soit la principale nouveauté de cette nouvelle version, d'autres améliorations ont également été apportées à m23. Parmi celles-ci, vous trouverez l'amélioration de l'authentification de l'utilisateur par LDAP ou le nouveau framework de test "AutoTest" qui vérifie automatiquement les ISO d'installation du serveur m23.

Pour en savoir plus, visitez le site web du projet m23.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Rencontre PostgreSQL à Lyon le mercredi 17 septembre

15 août, 2014 - 00:35

Le mercredi 17 septembre de 19h à 22h aura lieu une rencontre autour de PostgreSQL, à l'Antre Autre, au 11 rue Terme à Lyon. Ce sera l'occasion de parler des nouveautés de la version 9.4 du système de gestion de bases de données PostgreSQL, et de son déploiement en environnement à forte charge.

Le reste de la soirée donnera lieu à des discussions informelles sur des sujets divers et variés autour de quelques verres.

Que vous découvriez PostgreSQL ou que vous cherchiez des retours d'expérience sur des utilisations avancés du moteur, vous êtes les bienvenu(e)s.

Pour indiquer votre venue, merci de vous inscrire ou de me faire un retour à cette dépêche.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

scdrand: alimenter le pool d’entropie du noyau à partir d’une carte à puce

14 août, 2014 - 08:44

Possesseur d’une carte OpenPGP, je cherchais un moyen d’exploiter le générateur de nombres aléatoires dont elle est équipée.

Une rapide recherche m’a immédiatement emmené vers TokenTools, qui semble faire exactement ce que je veux. Malheureusement, ce programme ne peut pas cohabiter harmonieusement avec Scdaemon, le démon de GnuPG chargé d’interagir avec les cartes à puce : TokenTools ne peut pas accéder à la carte tant que scdaemon tourne — or j’ai besoin de scdaemon pour l’utilisation routinière de ma carte OpenPGP (signer, déchiffrer, m’authentifier).

La deuxième partie décrit le programme que l'auteur a écrit pour remplacer Token Tools.

Plutôt que d’envisager une alternance fastidieuse entre scdaemon et TokenTools, j’ai donc entrepris d’écrire un petit programme similaire à TokenTools, mais qui accède à la carte par l’intermédiaire de scdaemon plutôt qu’en concurrence de ce dernier.

Voici donc scdrand, un programme qui obtient quelques octets aléatoires (de 1 à 256) à partir d’une carte à puce compatible¹, et qui les utilise pour approvisionner le pool d’entropie du noyau (le pool qui alimente à son tour /dev/random et /dev/urandom).

L’utilisation est supposée être simple, dès l’instant où un agent GPG et scdaemon sont disponibles et en cours d’utilisation (ce qui devrait probablement être le cas si vous êtes déjà utilisateur d’une carte OpenPGP). Par exemple :

$ scdrand 64

Demande 64 octets aléatoires à la carte, les fournit au noyau et se termine.

Une utilisation un peu plus poussée est la suivante :

$ scdrand -l -i 2 -t 512 256

Ici, scdrand va vérifier toutes les deux secondes s’il y a au moins 512 bits d’entropie disponible dans le pool du noyau, et dans le cas contraire, approvisionner celui-ci avec 256 octets aléatoires en provenance de la carte.

Pour visualiser l’effet de scdrand, j’ai suivi l’état du pool d’entropie du noyau (nombre de bits d’entropie disponibles, consultable dans /proc/sys/kernel/random/entropy_avail) pendant la génération d’une paire de clefs RSA par GnuPG, d’abord sans, puis avec scdrand.

Comme on peut le voir sur le graphe ci-dessus, la génération d’une paire de clefs vide instantanément le pool d’entropie et le maintient à un niveau très bas tant que la paire n’est pas générée. Sans sources d’entropie supplémentaire (GnuPG conseille à ce moment-là de bouger la souris, de saisir n’importe quoi sur le clavier ou de solliciter les disques durs — ce que je n’ai pas fait pour cet exemple), cela a pris ici une quarantaine de secondes, après quoi le noyau a encore besoin d’une trentaine de secondes pour ramener le pool d’entropie au niveau basal.

La deuxième paire de clefs, générée avec scdrand tournant dans un autre terminal, vide tout aussi le pool d’entropie. Mais cette fois-ci, au bout de deux secondes le pool est réapprovisionné par scdrand. En conséquence, trois secondes suffisent à GnuPG pour générer la paire de clefs, et le pool d’entropie revient à son niveau de base en moins de vingt secondes.

Évidemment, si vous ne passez pas votre temps à créer de nouvelles clefs toutes les cinq minutes, l’intérêt de tout celà est sans doute assez limité… Mais si ça vous intéresse tout de même, le code est là :

¹ La commande GET CHALLENGE permettant la génération de données aléatoires est spécifiée dans le standard ISO 7816-6 et n’est pas spécifique à l’application OpenPGP, donc scdrand devrait pouvoir utiliser d’autres types de carte. Mais je n’ai pu tester qu’avec une carte OpenPGP 2.0.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

FreeBSD 9.3 sort des cartons

13 août, 2014 - 16:22

FreeBSD 9.3 est sorti, mêlant correctifs et nouveautés. La version 9.3 est estampillée Long Term Support (LTS). Elle sera donc maintenue pendant deux ans et remplace ainsi la version 9.1, expirant en décembre 2014. Par ailleurs, l'équipe FreeBSD a étendu la maintenance de la version 9.2 à décembre dans un souci de cohérence. En effet, la maintenance pour cette version devait se terminer en septembre 2014 c'est-à-dire avant la fin de la 9.1.

Mises à jour Pilotes
  • Les pavés tactiles des Macbooks Apple sont désormais gérés.
  • Le pilote KMS pour les cartes Radeon AMD a été ajouté.
  • Les cartes RAID Megaraid Fury sont désormais prises en charge.
Réseau

Quelques améliorations sur les pilotes réseaux ont permis d'ajouter la gestion de nouvelles puces réseau et de la pile RNDIS au sein de FreeBSD :

  • re: RTL8168G, RTL8168GU et RTL8411B ;
  • bge: BCM5725, BCM57764, BCM57767, BCM57782, BCM57786 et BCM57787 ;
  • bxe: Broadcom NetXtreme II 10Gb PCIe ;
  • run: MediaTek/Ralink RT3593 et DLINK DWA-127 ;
  • qlxgbe: QLogic 8300 series ;
  • urndis: gestion de l'Ethernet en mode RNDIS (partage de connexion USB notamment).
Systèmes de fichiers ZFS
  • Ajout de la fonctionnalité de marque-pages. Cette fonctionnalité permet d'ajouter un point de départ dans un instantané ZFS. Ce point de départ sert de référentiel dans l'utilisation d'une commande de type zfs send.
  • Correction de deux kernel panics
  • Correction d'une fuite de mémoire
  • Il est désormais possible de changer la limite des métadonnées du cache ARC à chaud (sysctl vfs.zfs.arc_meta_limit)
EXT4
  • Le système de fichiers EXT4 est désormais géré en lecture.
Sécurité
  • L'équipe de FreeBSD a décidé de ne plus faire confiance aux générateurs de nombres aléatoires matériels. Ils sont désactivés à partir de cette version
  • Plusieurs correctifs de sécurité sur bind, pam et openssl
Logiciels empaquetés dans cette version

Vous trouverez quelques logiciels intégrés de base dans la distribution:

  • OpenSSH 6.6-p1
  • OpenSSL 0.9.8za
  • Bind 9.9.5
  • Sendmail 8.14.9
Processus de mise à jour

Si vous utilisez actuellement une version plus ancienne de FreeBSD, voici le processus de mise à niveau :

freebsd-update fetch freebsd-update -r 9.3-RELEASE upgrade freebsd-update install reboot freebsd-update install # Si vous utilisez un repository pkg pkg upgrade # Si vous utilisez les ports portmaster -af freebsd-update install Conclusion

FreeBSD nous fournit donc une version LTS qui continue dans la lignée de cette 9e mouture de l'OS. Troisième version de FreeBSD 9, elle poursuit la stabilisation de la branche tout en ajoutant la gestion du matériel que l'on peut attendre après deux ans.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Livre libre sur la création de jeu avec Blender

13 août, 2014 - 10:54

Flossmanual francophone, qui produit de la documentation libre pour apprendre les logiciels, a sorti vendredi un nouveau livre.

Cette fois, il s'agit d'un manuel sur le moteur de jeu de Blender. Le livre traite de nombreux aspects du logiciel dans la création du jeu avec ce logiciel, aborde systématiquement les options graphiques conjointement aux options offertes par l'API Python. S'il commence par une découverte du moteur de jeu, il n'est cependant pas fait pour de complets débutants, ni avec Blender, ni en programmation. Il a néanmoins un plan progressif qui ne place pas la barre trop haut dès le début.

Ce manuel a été écrit lors d'un libérathon de 5 jours qui s'est déroulé chez F/Lat à Bruxelles. Il a regroupé 14 personnes dont, entre autres, 2 membres de FlossManuals et d'Activdesign, des membres du BlenderClan et graphistes, un développeur du BGE belge qui en a profité pour débugger certains détails importants qui seront portés dans la prochaine version de Blender (liste des auteurs).

Ce manuel, le second sur Blender de Fmfr, a été rendu possible grâce à la participation financière de l'Organisation Internationale de la Francophonie. Une version papier en sera certainement produite à l'avenir s'il y a des demandes expresses.
Les idées ayant été nombreuses et le sujet étant vaste, le livre est encore en train d'évoluer rapidement. Des versions PDF et epub sont cependant déjà téléchargeables, avec la version actuelle, sur le site. Une documentation secondaire serait à l'étude.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Meetup Python #4 à Nantes le mardi 26 août

12 août, 2014 - 23:20

Lors de ce quatrième meetup, nous vous proposerons deux présentations :

  • « Introduction à Django, le framework de développement web pour les perfectionnistes sous pression. »
  • « Écrire du code python selon les règles de l’art. »

Nous aurons le reste de la soirée pour discuter des sujets divers et variés qui vous passionnent et profiter de l’ambiance conviviale qui anime ces premiers meetups.

Que vous soyez expert Python, amateur ou que vous ayez juste envie de découvrir ce langage, vous êtes les bienvenus !

PS : nous avons maintenant un blog http://nantes.afpy.org/

PPS : pour participer à l'organisation, inscrivez-vous à la liste de diffusion

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

digiKam 4.2 est disponible

12 août, 2014 - 12:01

DigiKam 4.2 est sortie le 5 août dernier. Un an après la dernière dépêche sur digiKam, cette nouvelle version est l'occasion de faire un récapitulatif des nouveautés des versions de ce logiciel sorties dans cette période. Pour rappel, digiKam est un logiciel de gestion d'images qui utilise, entre autres, les bibliothèques KDE. Il est principalement développé par le Français Gilles Caulier.

digiKam 3.4

La version 3.4 est sortie le 6 septembre 2013.

Cette version inclut l'implémentation d'un nouveau cœur pour gérer les outils de maintenance, en particulier pour mieux prendre en charge le multiprocesseur et les CPU multi-cœurs pour accélérer l'exécution.
Quelques bogues ont également été corrigés dans cette version.

digiKam 3.5

La version 3.5 est sortie le 10 octobre 2013. Ce fut une version de maintenance avec la correction de 6 bogues. On pourra néanmoins noter la possibilité de préciser à digiKam que l'on ne veut pas reconnaitre ni taguer les visages lors d'une procédure de reconnaissance faciale.

  • Un nouvel outil dédié à l'organisation hiérarchique des étiquettes. Cette fonctionnalité a été introduite par Veaceslav Munteanu. Il a également travaillé sur les sélections multiples et les multiples glisser-déposer du gestionnaire d'étiquettes et de la vue des étiquettes des barres latérales. Enfin, il a également ajouté la gestion des méta-données des enregistrement des rectangles de visage dans le format Windows Live Photo.
  • Gowtham Ashok a développé un nouvel outil de maintenance dédié à l'analyse de la qualité des images et à l'étiquetage automatique des éléments en utilisant Pick Labels.
  • La barre de miniatures de Showfoto a été portée vers l'architecture modèle/vue de Qt4 dans l'objectif de basculer plus tard vers un code entièrement en Qt5. Ce travail a été réalisé par Mohamed Anwer.
  • L'outil d'import a reçu de nombreuses corrections sur des dysfonctionnements rapportés pour certains depuis 3 ans. Par exemple, le statut indiquant quel élément a déjà été téléchargé depuis l'appareil est de retour. Merci à Teemu Rytilahti et Islam Wazery pour leurs contributions.
  • DigiKam est maintenant entièrement porté vers l'architecture modèle/vue de Qt4 ; les dernières trace des classes Q3Support ont disparu. La dernière partie restante était le Image Editor Canvas qui a été porté par Yiou Wang dans le cadre du GSoC-2013. Dans le futur, le port vers Qt5 sera facile et rapidement fait, lorsque l'API de KDE 5 sera stabilisée et publiée.
  • Prise en charge des CPU multi-cœurs pour plusieurs outils qui requièrent beaucoup de calcul, tels que Sharpen, LocalContrast, Noise Reduction ainsi que tous les outils d'effets visuels.

Les différentes versions bêta ont permis de fermer 181 rapports de bogues avant la sortie de cette version majeure. L'un des bogues soulevé par ʭ☯ semble avoir été corrigé à l'occasion de cette sortie.

digiKam 4.1

La version 4.1 est sortie le 30 juin 2014.

C'est la première version de maintenance depuis la sortie de la version 4.0 ; elle corrige donc beaucoup de bogues : 48 rapports de bogues ont été fermés.
Les corrections et améliorations concernent principalement

  • La gestion des visages a reçu d'énormes améliorations et des corrections pour des problèmes introduits dans la dernière version majeure.
  • La détection et la reconnaissance des visages est maintenant plus robuste et utilisable « en production ».
  • Les icônes pour les vues ont maintenant une nouvelle apparence pour identifier les photos qui ont des informations de géolocalisation, rendant plus facile la recherche d'images possédant des coordonnées GPS.
  • La taille maximum des miniatures de visualisation est maintenant de 512 pixels, contre 256 précédemment, améliorant ainsi leur apparence pour les affichages haute définition.
digiKam 4.2

La version 4.2 est sortie le 5 août 2014. Cette version voit apparaitre une nouvelle vue dans la barre latérale de gauche permettant une recherche rapide des éléments avec les labels assignés. Par ailleurs, la vue en arbre des étiquettes se voit ajouter une nouvelle option lui permettant d'afficher les éléments sans étiquette. Ces améliorations ont été ajoutées par Mohamed Anwer dans le cadre du Google Summer of Code 2014.

19 rapports de bogues ont été fermés pour cette version 4.2. Parmi ceux-ci, plusieurs concernent une stabilisation de la reconnaissance faciale et de l'étiquetage (tag) des visages. L'export vers Flickr a par ailleurs été rétabli. Ce greffon de Kipi ne fonctionnait plus du fait du passage de l'API de Flickr à une version https uniquement.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 32 de l'année 2014

12 août, 2014 - 08:19

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[01net.] Black Hat 2014: peut-on encore sauver le cyberespace de ses innombrables failles?

Par Gilbert Kallenborn, le vendredi 8 août 2014. Extrait:

Face à la croissance rapide des vulnérabilités, il faut trouver de nouvelles solutions. Parmi les idées nouvelles qui émergent: le rachat et la publication de toutes les failles ou encore la dépossession des éditeurs de leurs codes source.

Lien vers l'article original: http://www.01net.com/editorial/624902/black-hat-2014-peut-on-encore-sauver-le-cyberespace-de-ses-innombrables-failles

[Next INpact] 687 000 euros de logiciels libres pour le ministère de l’Agriculture en 2013

Par Xavier Berne, le jeudi 7 août 2014. Extrait:

Contrairement à l’idée reçue, logiciel libre n’est pas forcément synonyme de gratuité. Le ministère de l’Agriculture a par exemple dépensé 687 000 euros l’année dernière pour des programmes non privateurs. Pour autant, il a davantage ouvert son portefeuille pour des solutions propriétaires. Explications.

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/89108-687-000-euros-logiciels-libres-pour-ministere-l-agriculture-en-2013.htm

Et aussi:

Voir aussi:

[Silicon.fr] Skype lâche les utilisateurs de Mac PowerPC

Par David Feugey, le jeudi 7 août 2014. Extrait:

Toutefois, nous pourrions nous attendre à mieux de la part d’un éditeur de logiciels propriétaires. En particulier quand ce dernier n’a pas manqué de souligner mainte et mainte fois son professionnalisme face à la communauté des logiciels libres. Une communauté qui arrive à faire ce que la firme de Redmond ne peut réaliser: maintenir une continuité dans le monde du logiciel.

Lien vers l'article original: http://www.silicon.fr/lobsolescence-programmee-frappe-encore-skype-abandonne-les-utilisateurs-mac-powerpc-96025.html

[Developpez.com] Open source: nouvelle migration en Europe, Turin en Italie adopte Ubuntu et OpenOffice

Par imikado, le jeudi 7 août 2014. Extrait:

Encore une victoire pour l'Open source avec cette nouvelle d'Italie: Turin a décidé de faire un pas vers l’open source en abandonnant l’utilisation des logiciels propriétaires. La localité se donne 1 an et demi pour migrer 8 300 postes sous Ubuntu, avec l’adoption d’Open Office ou LibreOffice comme suite bureautique en lieu et place de Microsoft Office.

Lien vers l'article original: http://www.developpez.com/actu/73972/Open-source-nouvelle-migration-en-Europe-Turin-en-Italie-adopte-Ubuntu-et-OpenOffice

[ouest-france.fr] À Vannes, on sécurise la voiture de demain

Par Patrick Croguennec, le mercredi 6 août 2014. Extrait:

Assistance à la navigation, à la gestion automatique du freinage… Les véhicules ont toujours plus d'informatique. Qu'il faut sécuriser.

Lien vers l'article original: http://www.ouest-france.fr/vannes-securise-la-voiture-de-demain-2747973

[Next INpact] Un début de détente dans la guerre acharnée entre Apple et Samsung

Par Vincent Hermann, le lundi 6 août 2014. Extrait:

Après des années de guerre acharnée, Apple et Samsung ont décidé de déposer partiellement les armes. Les deux entreprises se sont en effet mises d’accord sur l’abandon de l’ensemble des plaintes en cours ailleurs qu’aux États-Unis.

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/89092-un-debut-detente-dans-guerre-acharnee-entre-apple-et-samsung.htm

[Numerama] Ne dites plus "crowdsourcing" mais "production participative"

Par Julien L., le mardi 5 août 2014. Extrait:

Vous voulez décrire votre activité au sein de Wikipédia ou dans le cadre du développement d'un logiciel libre? Ne dites plus "crowdsourcing" pour expliquer la manière dont ces projets fonctionnent, mais "production participative".

Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/30189-ne-dites-plus-crowdsourcing-mais-production-participative.html

[Les Echos] Chine: après Microsoft, Pékin bannit les logiciels Symantec et Kaspersky de son administration

Par Claude Fouquet, le lundi 4 août 2014. Extrait:

Les deux logiciels de sécurité informatique ne pourront plus être utilisés sur les ordinateurs de l'administration chinoise. Seuls cinq logiciels chinois composent la liste des logiciels officiellement autorisés par les autorités de Pékin.

Lien vers l'article original: http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203683643229-chine-apres-microsoft-pekin-bannit-symantec-et-kaspery-de-son-administration-1030239.php

Et aussi:

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Turin et la Corée du Sud passent au libre

10 août, 2014 - 01:08

Depuis la récente dépêche indiquant l'ouverture de la ville de Toulouse au libre et également des intentions du Royaume-Uni d'utiliser des formats ouverts, c'est au tour de la ville de Turin (en italien) et de la Corée du Sud (en anglais) d'annoncer leur intention de faire migrer leurs ordinateurs sous des logiciels libres.

    Turin

    La ville italienne indique qu'elle a utilisé 22 millions d'euros en dépense informatique durant les 5 dernières années. Cela inclut les licences logiciels, l'achat de nouveau matériel, l'assistance technique et les installations. En utilisant des logiciels libres, la ville espère économiser 6 millions d'euros sur la même période.

    Les employés de la ville auront ainsi l'immense bonheur d'utiliser Mozilla Firefox et Open Office en lieu et place d'Internet Explorer et Microsoft Office. Windows est également remplacé par Ubuntu.

    Le début de la transition est prévu pour cet automne et devrait s'achever un an et demi plus tard.

    Corée du Sud

    Le gouvernement coréen a annoncé fin juin son intention d'utiliser des systèmes d'exploitation libres dans toute son administration d'ici 2020. La date coïncide avec la fin du support de Windows 7. Le gouvernement espère ainsi faire disparaitre sa dépendance vis-à-vis des solutions propriétaires.

    Le plan « Open Source Software Invigoration », établi par des experts du milieu de l'industrie, de l'université et de la recherche, prévoit les points suivants :

    • la possibilité de se connecter à Internet à partir de n'importe quel système d'exploitation et navigateurs Web. Pour cela, la technologie Active X disparaitra de tous les sites internet de l'administration publique au profit de technologie HTML5.
    • les documents publiés par l'administration publique seront distribués en différents formats, dont le PDF mais aussi dans le format propriétaire local, le hwp.

    Pour mener à bien ce projet, 10 institutions publiques et privées testeront ces dispositions. Un point sera fait en 2018 pour savoir si les logiciels libres et les formats ouverts permettent de réduire les dépenses.

    Enfin, un point notable vient du fait que Lee Hyeok-jae, chef du National IT Industry Promotion Agency, annonce que la transition sera accompagnée d'une main d’œuvre en développement logiciel qui aura pour but de prendre en charge le développement de logiciels libres tandis que l'enseignement universitaire sera renforcé sur ce point.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Atelier du Samedi Libre à Marseille

    9 août, 2014 - 21:20

    L'association CercLL vous invite à l'atelier du Samedi Libre le 30 août 2014 de 14h30 à 17h30, à La Fabulerie à Marseille.

    « Découverte des Logiciels Libres »

    Cet atelier s’adresse plus particulièrement aux débutants soucieux d’utiliser de manière plus rationnelle leur ordinateur. Comme le mot atelier le laisse présumer, nous proposons dans ce cadre une approche pratique des outils libres. Nous avons décidé de nous adresser à un public débutant qui cherche à mieux connaître son ordinateur et les applications les plus courantes que tout un chacun utilise.

    • Les participants devront s’inscrire.
    • L'atelier n'aura lieu que si 4 personnes au moins sont inscrites.
    • L'inscription équivaut à un engagement moral de participation.
    • L'atelier se déroule à La Fabulerie, 4 rue de la Bibliothèque, 13001 Marseille.
    • Entrée Libre. Tout Public.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    CatchChallenger 0.5

    9 août, 2014 - 11:49

    CatchChallenger est un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur (MMORPG) « à l'ancienne » La base du jeu est un mélange de gameplay : combat, farming, exploration, fabrication, commerce, gestion, compétition. Le travail est concentré sur le gameplay, les performances et la créativité. CatchChallenger est entièrement libre (GPLv3): code, données (artwork), et site.

    Cette version totalise plus de 4Mo de code, plus de 1700 commits sur 3 ans de vie (sur les différentes parties du projet). Client/Serveur sont développés sous Linux, et automatiquement empaquetés pour OS X et Windows.

    Les derniers gros changements ont été réalisés en background (version Qt ou epoll, ajout de PostgreSQL), et ont pris plus de temps de prévu. Un gros focus a été fait sur les performances, la sécurité, et un coût d'exploitation minimum.

    La bande passante a été soignée pour consommer moins. Les attaques DDOS sont mieux gérées. Le SSL n'est plus obligatoire (SSL inutile sur I2P) mais token et double hash ont été ajoutés.
    Des FastPaths ont été ajoutés pour optimiser les performances, et des contrôles supplémentaires en mode debug. L'empreinte mémoire a encore diminué.

    De nombreuses retouches utiles de l'interface ont été apportées. Les messages d'erreurs ont encore été améliorés, et sont enregistrés dans un fichier de log. Le calendrier d'événements est actif par défaut (cycle nuit/jour).
    Le datapack a été complété, il propose plus de monstres, d'objets, de recipes pour le crafting, et de quêtes.

    Pour ne pas utiliser PF_RING ZC, le besoin de changements de l'API et du noyau Linux a été formulé dans le wiki (d'autre OS, voire en exo-kernel sont envisagés).

    CatchChallenger est un MMORPG professionnel, se devant donc être compétitif face aux MMORPG commerciaux. Il doit avoir à la fois une bonne montée en charge (égale ou supérieure aux MMORPG mondiaux, donc des centaines de milliers de joueurs), donc être prévu et testé comme tel (cluster, base redondée, haute disponibilité, …)

    Pour les prochaines versions, il faut rattraper le retard de cette version, et corriger quelques grosses lenteurs, puis se concentrer sur la jouabilité, l'interface et le gameplay.

    Le projet est toujours à la recherche d'aide, par exemple :

    • un développeur QtQuick2 (portage QtQuick1 d'un code, et adaptation des binding c++), payé si besoin.
    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires