Syndiquer le contenu
Mis à jour : il y a 19 heures 27 min

Xonotic 0.8.2

5 mai, 2017 - 00:26

Le 1er avril 2017 est sorti Xonotic 0.8.2 !
Au menu de cette version : trois nouvelles cartes, de nouveaux modèles pour les armes, une reprise en profondeur du code, des retours visuels améliorés et plein de petites choses pour rendre l’expérience Xonotic plus ludique même quand on ne frag pas !

Xonotic est un jeu de combat en arène à la première personne, dans la lignée des Quake et Unreal Tournament. Les habitués de l’un reconnaîtront des mouvements familiers, quand les habitués de l’autre apprécieront la diversité des mutateurs ainsi que les tirs secondaires. Xonotic est un projet ancien qui voit son origine dans le jeu Nexuiz sorti en 2005, forké et renommé Xonotic en 2011 après qu’un développeur a revendu le nom à un éditeur de jeu vidéo propriétaire. Basé sur un moteur id Tech 1 profondément remanié (Darkplaces) et inspiré par les ténors du genre, Xonotic n’est pas qu’un simple clone libre et propose de nombreux modes de jeux originaux et une jouabilité propre. Si la richesse des graphismes ne rivalisera pas avec les concurrents propriétaires, leur qualité est d’un niveau tout à fait acceptable aujourd’hui, et Xonotic est un jeu libre intégralement couvert par la licence GPL v2, code et données. La communauté des joueurs, de taille modeste, est suffisamment active pour proposer régulièrement des compétitions.

Sommaire Erbium, Boil, Geoplanetary

Pour commencer, présentons les nouvelles cartes !

Vous vous souvenez peut-être des concours organisés à l’occasion de la sortie de la version 0.8.1 ? Justin avait remporté le concours d’édition de niveau avec la carte Erbium, devenue carte officielle ! Cette carte est désormais accompagnée de la nouvelle musique Nanite par Archer qui avait pour sa part remporté le concours de composition musicale.

La nouvelle carte « Erbium ».

Erbium est une carte pensée pour le match à mort, de même que la superbe nouvelle carte Boil par Kuniu the frog. Ça nous fait deux cartes ajoutées pour ce mode de jeu. Erbium présente un univers industriel envahi par le végétal et Boil vous propose plutôt d’« upériser » vos adversaires avec un jeu tout en verticalité.

La nouvelle carte « Boil ».

Les amateurs de capture du drapeau apprécieront certainement la nouvelle carte Geoplanetary par MintOx, accompagnée de la nouvelle musique Go Get ‘Em, par TheAudioMonkey. Cette carte s’inspire d’une carte très populaire à l’époque de Nexuiz, Geomonetary.

La nouvelle carte « Geoplanetary ».

Avec de si belles contributions, c’est aussi une carte qui s’en va : la très historique carte g-23 est désormais remerciée, sort de l’inventaire officiel et rejoint les quelques milliers de cartes tierce partie déjà existantes. Elle était la toute première carte ajoutée au dépôt, mais elle était ennuyeuse à cause de l’incohérence de son architecture et du trop grand nombre de portes, d’ascenseurs et de couloirs.

Une entrée du forum référence les cartes officielles désormais retirées.

T’as vu mon gros calibre ?

Morphed a beaucoup travaillé sur les modèles d’armes, et cette nouvelle version de Xonotic introduit les nouveaux hagar, devastator (lance‐roquettes), mortier, fusil de précision, fireball et toutes les armes du mode overkill.

Le nouveau « devastator » (lance-roquette).

Morphed, désormais professionnel, n’a plus beaucoup de temps libre pour contribuer à Xonotic, certains membres de la communauté des joueurs se cotisent donc pour financer ces modèles ! Il faut particulièrement remercier Jeff cette fois ! Il est très probable que d’autres modèles pour d’autres modes de jeu soient contribués de cette manière à l’avenir, et pas que des armes. À suivre. ;-)

Boum !

Améliorations en tout genre

Lorsque l’on attend son tour dans une compétition, la patience peut vite céder sa place à l’ennui. Pour remédier à cela, un ensemble de mini‐jeux est disponible aux spectateurs d’un match (touche F9_ par défaut) : puissance 4, pong et autres classiques. Il y a donc toujours moyen de jouer, même quand on ne joue pas ! Ces mini‐jeux ont été ajoutés par Melanosuchus.

Le très traditionnel puissance 4. D’autres mini‐jeux sont disponibles…

En plus du son notifiant les impacts, un indicateur visuel informe désormais de la quantité de dégâts qui ont été infligés à l’adversaire, fonctionnalité désormais très répandue et demandée dans les jeux de cette catégorie.

Et 80 points de dégâts en un seul coup !

Le panneau de chronométrage des bonus, introduit dans la dernière version est désormais activé par défaut pour la période d’échauffement et pour les spectateurs. Pour augmenter l’immersion, l’affichage tête haute peut désormais trembler lors de réceptions violentes ou lorsque le joueur prend des dégâts importants. Le tableau d’affichage des points devient personnalisable et le thème de l’interface a été amélioré par sev.

De son côté, terencehill a ajouté un système de « menu rapide » qui permet au joueur d’avoir à portée de main des options courantes sans avoir à donner à chacune un raccourci clavier dédié. Par défaut, ce menu rapide est accessible avec la touche F8 et très facilement personnalisable en modifiant un simple fichier de configuration.

Menu rapide.

Mario a ajouté trois mutateurs (option modifiant le comportement du jeu, ou ajoutant des accessoires) : Rocket Minsta, Vampire Hook et Breakable Hook. Le populaire mutateur Instagib (éviscération instantanée) est un mode de jeu frénétique où tout coup tue instantanément son adversaire. Le mutateur Rocket Minsta ajoute un dégât de zone (une explosion de roquette) à l’impact, ce qui rend le jeu encore plus délirant. Le Grappin (Hook) est un mutateur qui permet de s’accrocher à des parois avec un grappin lançable (et relançable) afin de sauter de zone en zone comme Tarzan de liane en liane. Le Vampire Hook permet de « voler » de la vie en agrippant des ennemis et de « redonner » de la vie en agrippant ses coéquipiers. Le Breakable Hook permet tout simplement aux joueurs de casser les grappins des autres en tirant au Blaster sur le point d’attache, le porteur du grappin recevant quelques dommages au passage. Mario a aussi ajouté un nouveau bonus, une grenade nommée Entrap qui ralentit les adversaires dans son périmètre afin de vous laisser l’avantage.

Dans le mode de jeu Attaque (qui consiste à capturer des points de contrôle pour détruire un générateur dans la base ennemie), il devient désormais possible de se téléporter entre les points de contrôle préalablement capturés par son équipe. Les équipes peuvent en tirer profit pour élaborer des nouvelles stratégies.

Téléportation.

Lors d’un duel, il devient possible de retarder sa réapparition en jeu après avoir été abattu, cela permet d’échapper à un adversaire qui compte le temps de réapparition pour vous abattre aussitôt, la variable temps n’étant plus prévisible par votre adversaire.

Montre‐moi le code !

Le code réseau est déjà très optimisé, mais Xonotic arrive encore à en extraire le meilleur ! Un grand nombre d’améliorations ont été faites dans le code de prédiction, et tous ces changements rendent le jeu plus agréable pour ceux qui se connectent avec de fortes latences.

Le téléchargement des cartes se fait désormais en parallèle, et le débit de téléchargement maximum ayant été augmenté, il n’a jamais été aussi rapide de rejoindre une partie !

TimePath a profondément retravaillé la base de code, en plus de corriger de vieux problèmes historiques qui remontaient parfois jusqu’à Quake lui‐même. Ces travaux de remise au propre rendent le code beaucoup plus accessible et encouragent la contribution ; et les changements structurels rendent la migration vers un autre moteur de jeu réalisable dans le futur.

Bien qu’ouvertement discuté dans les forums et sur les canaux IRC, on remarquera que c’est la première fois que l’éventualité d’une migration vers le moteur Dæmon est évoquée dans une publication officielle du projet Xonotic.

Le moteur actuel, Darkplaces, est un moteur qui trouve son origine dans le moteur id Tech 1 (le moteur du très historique Quake premier du nom). Darkplaces a été sévèrement amélioré au fil des années pour exploiter avec succès les fonctionnalités de nos processeurs graphiques modernes et pour prendre en charge des formats de données plus récents, comme les formats de carte introduits dans des moteurs plus récents tel id Tech 3 (celui de Quake III Arena) ou le format de modèle IQM. L’expérience Xonotic n’a donc plus rien à voir avec celle de Quake 1, aussi bien en termes de rendu pour le joueur qu’en termes de développement pour le contributeur (cartes, modèles, shaders…). Mais le développement de Darkplaces est bridé par la volonté de toujours le garder compatible avec le jeu Quake original. De son côté, le moteur Dæmon est le moteur du jeu Unvanquished, un moteur qui hérite d’id Tech 3 (Quake III Arena, Wolfenstein: Ennemy Territory et XreaL) sans se soucier de la compatibilité antérieure avec ses prédécesseurs. Et, bien que la base de code ne se recoupe pas, Dæmon prend déjà en charge les formats de données utilisés par Xonotic, moyennant quelques ajustements. La compatibilité avec les milliers de cartes existantes étant une condition non négociable pour Xonotic, Dæmon est un candidat idéal ! Le gros du travail consiste à porter le code du jeu sur le nouveau moteur et, bien que la tâche soit ardue, l’idée de porter le code depuis le très limité langage QuakeC vers du C++ moderne (exécuté nativement dans un bac à sable NaCl) est quelque chose de séduisant !

Contribuer ?

L’intégralité des sources du jeu est hébergée par GitLab : .

Vous y retrouverez notamment le code du jeu et les données sur le dépôt xonotic-data.pk3dir, tandis que vous trouverez les sources des cartes sur le dépôt xonotic-maps.pk3dir, à éditer avec NetRadiant.

Mais le plus simple encore est de passer le mot ! Jouez et faites jouer à Xonotic, le meilleur que vous puissiez faire est d’agrandir la communauté des joueurs ! À bientôt en jeu ?


Et merci à eingousef< pour les parties jouées afin de faire ces copies d’écran en jeu réel, ainsi qu’à celles et ceux qui sont passés sur les serveurs à ce moment‐là ! ;-)

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Expiration des brevets du Fraunhofer Institute sur le format MP3

3 mai, 2017 - 13:22

Le Fraunhofer Institute est à l’origine de la création du format de compression audio MP3. Il détient les brevets majeurs sur cette technologie et en a tiré profit pendant de longues années :

« MP3 license revenues from Technicolor’s administration generated about €100 million for the Fraunhofer Society in 2005. »

Mais, ça, c’était avant. Un communiqué laconique sur le site du Fraunhofer Institute nous apprend que le dernier brevet vient d’expirer officiellement :

« On April 23rd, 2017, Technicolor’s mp3 licensing program for certain mp3 related patents and software of Technicolor and Fraunhofer IIS has been terminated.
We thank all of our licensees for their great support in making mp3 the defacto audio codec in the world, during the past two decades.
 »

Le format MP3 est maintenant complètement libéré des risques juridiques qu’entraînaient son utilisation dans des pays reconnaissant les brevets logiciels. On va donc sans doute voir enfin arriver des encodeurs MP3 dans Fedora, par exemple.

Pour avoir plus de détails sur les derniers brevets arrivés à expiration en 2017, voir la partie brevets de la page Wikipédia sur le MP3.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Retour sur la soirée déc‐ouverte LinuxFr.org, numéro 3

3 mai, 2017 - 11:01

La « soirée déc‐ouverte LinuxFr.org » numéro 3, c’était le jeudi 13 avril 2017 dans les locaux de XWiki (merci Ludo !), avec bouffe et boisson, et une ambiance et un cadre de « bienveillance impitoyable » (pas de « violence complaisante »).

La deuxième partie de cet article présente une petite synthèse, humble et tardive, de l’évènement.

    DemocracyOS, par Caroline Corbal, Laure Kassem, Sophie Gautier

    DemocracyOS France est une association qui défend et promeut le logiciel DemocracyOS, qui est une plate‐forme de prise de décision démocratique. Le logiciel a été créé suite à un mouvement citoyen en Argentine. L’association a travaillé, entre autres, avec la ville de Nanterre qui souhaitait mettre en place une campagne de concertation. L’association souhaite développer un écosystème d’institutions publiques ou d’entreprises autour de ce logiciel.

    Suite à des divergences avec la communauté argentine, une divergence (fork) a été initiée il y a plusieurs années. Tout récemment, un projet de fusionner les deux logiciels a été lancé. L’association recherche donc activement des contributions pour faire avancer ce projet.

    Empowering Students est un projet de déploiement et d’animation de DemocracyOS dans l’École IESA Multimédia. Ce projet a été lauréat à la Student Demo Cup 2016, lors du Paris Open Source Summit.

    Suite à cette présentation, nous avons eu des discussions sur le type d’accompagnement et les services que pouvait proposer l’association DemocracyOS France. Nous avons évoqué la crainte, dans des établissements scolaires, d’avoir les cours filmés ou enregistrés. Les craintes peuvent venir de la peur de faire des erreurs, d’un problème de réputation, mais aussi d’être critiqué par ses pairs. Nous nous sommes demandé en quoi un outil comme DemocracyOS pouvait être engageant dans la prise de décision des élus. Nous nous sommes aussi demandé que faire lors de proposition loufoques comme celle de raser le Sacré‐Cœur, mais aussi du pouvoir des lobbies dans une plate‐forme de prise de décision.

    Vie privée, par petit

    Un militant du logiciel libre (fondateur d'un FAI associatif) nous a présenté son parcours initiatique dans le monde de l'informatique, du logiciel libre et du respect de la vie privé.

    Voici une petite synthèse des thèmes de son discours :
    * revue de plus de trente ans d’histoire de l’informatique ;
    * parcours initiatique ;
    * discours sur le « je n’ai rien à cacher » ;
    * Internet libre et auto‐hébergement.

    Nous nous sommes interrogés sur la place des femmes dans les métiers liés à l’informatique. Nous nous sommes posés comme question si le logiciel libre avait effectivement gagné. Et nous avons évoqué l’évolution des usages de l’informatique (passage d’applications pour le bureau aux applications cloud et pour mobiles). Si le logiciel libre a gagné, qu’en est‐il de l’Internet libre ?

    Rolisteam, par Renaud Guezennec

    Le dernier intervenant est venu nous présenter le logiciel Rolisteam. Il s’agit d’un logiciel libre (GPL v2) de table virtuelle pour jeu de rôle.

    Il propose diverses fonctionnalités :

    • lancement de dés ;
    • messagerie instantanée ;
    • partage de photos ;
    • partage et dessin de plans (matriciels et vectoriels) ;
    • gestion de fiches de personnages ;
    • et bien d’autres !

    Nous sommes revenu sur les origines du logiciel : une divergence de Rolistik pour un portage sur GNU/Linux. La conversation a ensuite dérivé vers une approche un peu technique sur le code.

    Nous avons fait l’état des lieux du secteur. Il existe principalement deux projets propriétaires et une multitude de projets libres (Rolisteam, maptools et divers outils connus dans certaines communautés). L’auteur a abordé ensuite sa démarche d’ambassadeur des problématiques du Libre, d’un Internet décentralisé, des données ouvertes…

    Pour finir, nous avons vu les différents problèmes et prochains objectifs du projet : les contributions, les traductions et la promotion à l’international.

    Retrospective de la soirée

    On y a parlé de :

    • variété, diversité ;
    • guidage, planning ;
    • divergences ;
    • timing, time boxing, timekeeping ;
    • deux vs trois sujets ;
    • supports, visuels ;
    • propositions ouvertes vs contrôle qualité.
    « Sport »

    Et, bien sûr, ça s’est terminé en baby‐foot. Attention, ne pas utiliser la balle blanche. Autorisation spéciale d’utiliser le bouton‐poussoir d’alerte « Bullshit ».

    Remerciements

    Merci à Ludovic Dubost et XWiki pour nous avoir accueilli chaleureusement !

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Open Source Innovation Spring 2017 - du 11 mai au 26 juin 2017, à Paris

    3 mai, 2017 - 08:15

    Du 11 mai au 26 juin 2017 aura lieu la 3è édition du « Printemps de l’Innovation Open Source » (« OSIS ») à Paris. Cet événement est propulsé par l’Irill (Institut de Recherche en Informatique et Logiciel Libre de Inria, Université Paris-Diderot et l’Université Pierre et Marie Curie) et le GTLL (Groupe thématique Logiciel Libre) du pôle de compétitivité Systematic Paris-Region.

    À travers 8 conférences (Big Data, IoT, Cloud, Qualité Logicielle, Blockchain), l’OSIS 2017 va mettre en lumière les projets issus de la recherche et de l’innovation française en matière d’open source et de logiciel libre.

    Sommaire Programme de l’OSIS 2017

    L’OSIS 2017, ce seront 8 événements en région parisienne et plus de 50 conférenciers qui vont se succéder pour évoquer les tendances actuelles de l’open source et du libre en recherche et innovation.

    IoT : Open Source et sécurité pour l’Internet des Objets

    11 mai / 9h-18h / CNRS, Paris

    Les objets connectés sont omniprésents dans le monde qui nous entoure. Chacun de ces objets constitue une cible potentielle pour les pirates. C’est pourquoi de nombreuses entreprises s’attèlent à développer des solutions pour les sécuriser. Pour l’industrie des objets connectés, l’écosystème du libre est un gage de pérennité. C’est ce qui sera abordé lors de la conférence du 11 mai.

    • Direction de programme : Pierre Ficheux, Directeur technique de Smile-ECS et auteur du livre Linux Embarqué (Eyrolles), Mehdi Ammi, Maître de Conférences (Université de Paris-Sud / LIMSI-CNRS) et Isabelle Fantoni, Directeur de Recherche (CNRS)
    • Intervenants : Pierre Ficheux (Smile-ECS), Laurence Devillers (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Philippe Coval (SAMSUNG), Mounîm El Yacoubi (Telecom Sud-Paris), Thierry Val (IRIT, Université de Toulouse), Alexandre ABADIE (INRIA), Vincent Nicomette (LAAS), Marine Minier (LORIA), Pascal Lafourcade (LIMOS, Clermont-Ferrand), Raoul Mallart (Sigfox)
    • En partenariat avec le laboratoire INS2I du CNRS, qui a fait de la sécurité des objets connectés l’une de ses thématiques majeures pour 2017.
    Blockchains - Réalités techniques et perspectives scientifiques

    12 mai / 14h-19h / BPIFrance, Paris

    Apparues en 2008 avec le Bitcoin, les blockchains suscitent de plus en plus l’intérêt des entreprises. De nombreuses questions se posent notamment en termes de fonctionnalités et de sécurité. Ces bases de données qui fonctionnent sans organe de contrôle semblent avoir un avenir prometteur. La conférence OSIS sur les blockchains prendra un angle technique.

    • Direction de programme : Daniel Augot (Inria), Fabrice Le Fessant (Inria, OCamlPro)
    • Intervenants : Romaric LUDINARD (ENSAI / CREST), Fabrice DROUIN (société Acinq), Anuj Das GUPTA, (VP of research, société Stratuum), Thomas Sibut-Pinote (Inria Saclay), Benjamin CANOU (société OCamlPro), Céline Passedouet (Direction de l’innovation, Bpifrance), Eric Théa (IRT SystemX)
    • En partenariat avec BPIFrance
    Qualité logicielle - Langages et Outils pour la fiabilité logicielle

    17 mai / 14h-17h / IRILL, Paris

    La fiabilité logicielle est un enjeu important pour les développeurs et les utilisateurs. Du point de vue des développeurs, cela permet de réduire les coûts de réalisation. Pour l’utilisateur, cela permet d’avoir des outils plus fiables. La conférence portera sur les langages modernes et les outils d'analyse qui permettent d'aider le développeur dans cette tâche.

    • Direction de programme : Emmanuel Chailloux (LIP6/UPMC, Irill), Roberto Di Cosmo (Irif, Irill, Inria, UPD)
    • Intervenants : Raphaël Amiard (Adacore), Vincent Membré & François Armand (Normation), Eric Jaegger (ministère de la défense), Tayssir Touilli (LIPN, univ Paris 13), Mathias Bourgoin (LIFO, univ Orléans), Vincent Balat (BeSport)
    Open Source pour le Cloud

    23 mai / 10h-17h / ESIA, Ivry-sur-Seine

    Depuis quelques années, le Cloud est devenu une technologie incontournable dans le monde du numérique, et les solutions open source foisonnent dans ce domaine. Académiques et industriels partageront leurs savoirs en matière d’optimisation des ressources dans le Cloud, d’architecture des applications et aborderont les problématiques liées à la virtualisation de réseau.

    • Direction de programme : Hervé Leclerc & Jonathan Rivalan (Alter Way), Christophe Sauthier (Objectif Libre) et Gilles Muller (Inria)
    • Intervenants : Julien Sopéna (Sorbonne Universités, LIP6), Romain Rouvoy, Maxime Colmant (Université de Lille/Inria), David Bromberg, François Taiani (Université de Rennes/IRISA), Marc Shapiro (UPMC-LIP6 et Inria), Yacine Kheddache (Red Hat), Alexis Mousset (Rudder), Emile Vauge (Containous), Jacques Roussel (Objectif Libre), Marco Mariani (Alter Way), Mathieu Pasquet (Alter Way), Jonathan Rivalan (Alter Way)
    Qualité Logicielle : Frama-C & SPARK Day - C et ADA : Analyse Formelle et preuve

    30 mai / 9h-17h / Amphithéâtre Buffon, Paris

    Cette journée workshop sera consacrée à Frama-C et à SPARK. Académiques et industriels se succéderont pour partager leurs expériences et évoquer les perspectives liées à ces 2 environnements.

    • Direction de programme : Yannick Moy, AdaCore ; Claude Marché, Inria Saclay ; Florent Kirchner et Nikolai Kosmatov, LIST CEA Tech ; et Mihaela Sighireanu, Université Paris-Diderot.
    • Intervenants : Claude Marché (Inria), Christophe Garion, Jérôme Hugues (ISAE), Jean-Marc Mota (Thales Research & Technologies), Loïc Correnson (CEA List), Arvid Jakobsson (Huawei Technologies France), Alexey Khoroshilov, Mikhail Mandrykin (Linux Verification Center, ISPRAS) Carl Brandon, Peter Chapin (Vermont Technical College), Martin Becker (TU München), Stefan Berghofer (secunet), François Bobot (CEA List), David Bühler (CEA List), Claude Marché (Inria), Florent Kirchner (CEA), Yannick Moy (AdaCore)
    Big Data : PyParis

    12&13 juin / 9h-18h / ESILV, Paris

    La conférence PyParis va rassembler des utilisateurs et développeurs de programmes codés en Python. Cet événement sera l’occasion pour la communauté Python de partager leurs expériences et leurs idées sur de multiples thèmes : analyse de données, cloud computing, développement d’application web, IoT, sciences du numérique…

    • Direction de programme : Stéfane Fermigier (Abilian), Gaël Varoquaux (Inria)
    • Intervenants : En cours de validation [Big Data] scikit-learn day (13 juin // 9h-17h // ESILV, Paris)
    Le scikit-learn day

    Réunira une communauté d’utilisateurs et de développeurs Python. Cette journée permettra d’échanger à propos des usages du langage Python et de ses outils qui évoluent en permanence.

    • Direction de programme : Alexandre Gramfort (Telecom ParisTech) et Gaël Varoquaux (Inria)
    • Intervenants : CFP clos, en cours de validation
    Qualité logicielle, Cloud, IoT : OW2con'17

    26&27 juin / 9h-18h / Orange Labs, Paris (Chatillon)
    New Challenges of Mainstream Open Source Software

    OW2con'17 est l’événement annuel de la communauté OW2. Experts, architectes logiciels, développeurs, chefs de projets et décisionnaires seront réunis pour évoquer plusieurs sujets tels que la sécurité, l’open cloud, l’IoT… Au programme de ces 2 jours de conférences : présentations de projets, démonstrations, tables rondes et keynotes.

    • Direction de programme : OW2, Cedric Thomas, le OW2 Technology Council et le OW2 Management Office.
    • Intervenants : En cours de validation
    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Les journaux de LinuxFr.org ont fait des petits !

    2 mai, 2017 - 19:18

    L’une des caractéristiques du logiciel Libre, c’est qu’on peut — et même qu’on est encouragé — à reprendre les excellentes idées. C’est très exactement ce qu’a fait Zeste de Savoir avec sa nouvelle fonctionnalité : les tribunes, qui sont directement inspirées des journaux de LinuxFr.org.

    Sommaire Qu’est‐ce donc que « Zeste de Savoir » ?

    À moins que vous ne soyez déjà passé sur le site ou que vous ayez une excellente mémoire, vous ne savez sans doute pas ce qu’est Zeste de Savoir.

    C’est un site communautaire gratuit et sans publicités de partage de connaissances (au sens large du terme, même si dans les faits on y trouve principalement de l’informatique et des sciences). On y trouve des contenus de préférence sous licence libre (mais on ne force la main à personne) et des forums d’entraide. Le code du site est sous licence GPL v3, et le tout est piloté par une association à but non lucratif (loi 1901 en France) pour garantir que tout ça restera gratuit1.

    Notez aussi que Zeste de Savoir est une initiative créée par une bonne partie du staff démissionnaire du Site du Zéro, qui a donc repris certaines organisations de l’ancienne version du site. Si OpenClassrooms et Zeste de Savoir ont pris des directions très différentes aujourd’hui, cet historique a un impact direct sur le sujet des tribunes.

    Les tribunes : pourquoi ?

    Or donc, au commencement étaient les Contenus (articles et tutoriels, directement inspirés du découpage de feu le Site du Zéro), et les Forums. Ces derniers sont des forums tout ce qu’il y a de plus normaux : tout le monde peut les lire, et il suffit de s’inscrire au site pour pouvoir y participer. Les Contenus, eux, sont présentés comme chacun sur leur page spécifique et se veulent un minimum pédagogique et véridique. Pour ce faire, ils sont validés ; c’est‐à‐dire qu’ils sont relus et retravaillés avec une équipe de bénévoles, pour arriver à la meilleure qualité possible. C’est semble‐t‐il efficace, mais très (trop) long.

    Il manquait donc un moyen de partager un retour d’expérience, de donner son opinion quant à une actualité, de donner un lien intéressant… En bref, de publier simplement des contenus qui peuvent intéresser les lecteurs, mais qui ne nécessitent pas spécialement d’interaction avec les autres membres.
    Or, LinuxFr.org a une fonctionnalité qui répondait bien à ce besoin : les journaux. Vous les connaissez bien : l’auteur écrit son blabla (que ce soit un lien tout seul ou un gigantesque pavé), et c’est immédiatement lisible pour les membres, qui peuvent réagir (ou pas).

    Nous savions que LinuxFr.org, de par sa nature même, nous encourageait à reprendre les idées2 et les adapter à Zeste de Savoir. Il ne restait plus qu’à débattre des détails et de l’implémentation, et à réaliser tout ça.
    Enfin, « plus qu’à… », c’est facile à dire. Comme tout site géré de manière communautaire, l’idée a commencé à générer des pages de considérations diverses, puis il a fallu attendre que l’infrastructure permette d’ajouter facilement la fonctionnalité, puis trouver des personnes motivées et disponibles pour le développement. Un rapide calcul nous montre que « plus qu’à » vaut à peu près deux ans et demi.

    Le vocabulaire choisi est différent de celui d’ici : sur Zeste de Savoir, chaque membre a une tribune dans laquelle il peut publier des billets.

    Les tribunes : comment ?

    D’un point de vue technique et fonctionnel, les tribunes sont un type de contenu un peu spécifique. Voici ce que ça implique :

    • c’est du contenu au format Markdown, enregistré sur le disque (et non en base de données) et exportable sous divers formats (EPUB, HTML, PDF, quand ça sera réparé…) ;
    • le contenu est historisé via Git, comme tous les contenus éditoriaux du site ;
    • l’auteur publie ses billets dans sa tribune quand il en a envie (il y a donc possibilité de faire des brouillons) ;
    • le staff du site peut modérer des billets qui contreviendraient aux CGU ; c’est une modération a posteriori ;
    • si une tribune est intéressante, elle peut être mise en avant sur la page d’accueil. Actuellement, c’est manuel et à la discrétion du staff, mais il y a eu diverses propositions d’algorithmes ;
    • si le sujet s’y prête, la tribune peut être transformée en article — l’équivalent zestien de la transformation d’un journal en dépêche ;
    • les membres peuvent commenter chaque billet — exactement comme ici ;
    • les billets sont rangés dans des catégories et peuvent être étiquetés (« tagués ») ;
    • l’auteur peut choisir sa licence préférée pour son billet (toutes les Creative Commons, et le copyright).
    Les tribunes vs journaux : fight !

    Vous l’avez lu dans la section précédente, les tribunes de Zeste de Savoir ont beaucoup en commun avec les journaux de LinuxFr.org. Mais il y a aussi des différences, en voici quelques‐unes :

    • le contenu est structuré — ce qui est aussi un inconvénient : à l’heure actuelle, la rédaction est un peu compliquée, un développement est en cours pour simplifier ça ;
    • comme les billets sont des contenus (au sens technique), on peut les rédiger à plusieurs ;
    • les commentaires, comme partout sur Zeste de Savoir, sont linéaires alors qu’ils sont arborescents ici ;
    • comme ici, les étiquettes (tags) sont facultatifs ; mais il est obligatoire de ranger son billet dans au moins une catégorie ;
    • les billets peuvent être présents sur l’accueil du site ;
    • la liste des billets ne permet pas d’en lire les chapeaux ;
    • il n’y a pas (encore) de mécanisme permettant de plussoir ou moinser les billets.
    • le vocabulaire choisi ne permet pas d’écrire « Bonjour, Nal ! ».

    Ça ne veut pas dire que l’une ou l’autre version est meilleure, mais que des choix différents ont été faits. Peut‐être que ça vous donnera des idées en retour, qui sait ?

    Merci pour l’idée !

    Cette dépêche, c’est aussi et surtout l’occasion de vous remercier — oui, vous, les moules de LinuxFr.org — pour avoir conçu et réalisé un système qui répondait à notre besoin, pour avoir prouvé depuis des années qu’il fonctionne et pour l’avoir placé sous licence libre ; ce qui nous a permis de repomper ses concepts sans avoir à faire la part entre ce qui tient de l’idée non soumise au droit d’auteur et ce qui tenait de l’implémentation protégée.
    Rien que ça permet de faire avancer les autres, c’est un mode de partage, semble‐t‐il, assez peu reconnu en tant que tel, et qui pourtant est très important. La preuve : il n’y aurait pas autant « d’inspirations » douteuses et d’espionnage industriel sinon !

    Cette dépêche est placée sous licence Creative Commons Paternité 4.0 (CC-BY 4.0).

    1. L’association en elle‐même ne garantit pas la gratuité — une association à but non lucratif peut parfaitement vendre quelque chose, tant que le but n’est pas de faire de l’argent pour l’argent. Cependant, les statuts de l’association garantissent cette gratuité via l’article 2 ; ils pourraient bien entendu être modifiés, mais ceci serait bien plus compliqué qu’une simple décision d’un dirigeant. 

    2. Hélas, nous n’avons pas pu reprendre le code directement, pour cause d’incompatibilité de langages de programmation. 

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    GrafikLabor #2, un événement pour la création visuelle libre

    2 mai, 2017 - 18:44

    Suite au succès de l’édition de l’an dernier, l’équipe de l’association francophone des graphistes libres (AFGRAL) a décidé de réitérer les rencontres GrafikLabor cette année.

    Cette nouvelle édition se déroulera à Rennes le 13 mai 2017 avec un programme plus court et cette année, principalement centré sur les jeux. L’objectif est de faire se rencontrer développeurs et graphistes de manière à permettre l’émergence de nouveaux projets de jeux libres, ou de permettre une montée en qualité visuelle des jeux libres existants.

    Suite à un resserrement du planning, le programme annoncé est encore sujet à modification. On attend en particulier des contributeurs venant de projets marquants comme 0 A.D. ou GCompris et aussi d’autres venant de tout l’écosystème.

    Les thèmes :
    • présentation des jeux des étudiants ;
    • Bitbox ;
    • 0 A.D. ;
    • Liberapay ;
    • retour d’expérience sur Godot ;
    • Rolisteam ;
    • la refonte graphique de GCompris ;
    • Pitch my game.

    Pour des raisons d’organisation, en particulier de place, nous invitons le public intéressé par l’événement à faire connaître sa venue à l’aide d’un simple formulaire.

    Pour rappel, l’association francophone des graphistes libres promeut les logiciels libres dans les réseaux professionnels de la création visuelle, organise depuis des années des ateliers de sensibilisation et de formation, tout en contribuant au développement des outils.

    Les rencontres GrafikLabor #2 se dérouleront dans les locaux de l’association au 18 square de la Rance, 35000 Rennes.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Revue de presse de l’April pour la semaine 17 de l’année 2017

    1 mai, 2017 - 18:38

    La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’association de promotion et de défense du logiciel libre.

    Sommaire

    [LaDepeche.fr] J’ai testé pour vous : une « install party » au Fab‐Lab
    Par la rédaction, le samedi 29 avril 2017. Extrait :

    « Ce samedi, l’équipe du Fab-Lab de l’association Moissac Animation Jeunes proposait au centre culturel Henri Ena, une journée des plus originales. En toute convivialité et décontraction, on pouvait venir découvrir cet univers mal connu des logiciels libres, véritable alternative aux géants de l’informatique et de l’Internet, qui proposent aujourd’hui des solutions gratuites et faciles d’utilisation, pour tous publics. »

    [Numerama] Open Data : l’État modernise sa Licence Ouverte pour les administrations
    Par Julien Lausson, le vendredi 28 avril 2017. Extrait :

    « Au Journal officiel, un décret concernant la loi pour une République numérique, dite loi Lemaire, a été publié. Il précise la liste des licences Open Data homologuées. Par ailleurs, la mission Etalab a présenté la nouvelle version de sa Licence Ouverte destinée aux administrations. »

    [EducPros.fr] Pour la CNIL, « la France doit garder la souveraineté de ses données scolaires »
    Par Céline Authemayou, le mercredi 26 avril 2017. Extrait :

    « Recours aux algorithmes, émergence de l’intelligence artificielle, gestion des données personnelles scolaires… La CNIL s’est saisie des problématiques du numérique dans l’éducation pour en faire l’une de ses priorités. Explications d’Isabelle Falqu‐ePierrotin, sa présidente. »

    [Numerama] L’Union européenne et l’épineux problème de la dépendance aux logiciels Microsoft
    Par Alexis Orsini, le mardi 25 avril 2017. Extrait :

    « La Commission européenne reconnaît la dépendance de la communauté aux logiciels Microsoft (Office, Windows, Outlook). Elle envisage des alternatives libres, moins coûteuses, mais reste pour l’instant liée à la firme de Redmond, comme le révèle l’enquête des journalistes d’Investigate Europe. »

    [La Tribune] Présidentielle 2017 : Macron et Le Pen, deux visions opposées des enjeux numériques
    Par Sylvain Rolland, le mardi 25 avril 2017. Extrait :

    « Les deux finalistes de l’élection présidentielle présentent un programme diamétralement opposé concernant le numérique, l’innovation et les start‐ups. La Tribune fait le point. »

    Et aussi :

    « Pour ne pas en savoir plus » : pour le moment les deux candidats à la présidentielle n’ont pas répondu au questionnaire https://connaissancelibre2017.fr proposé par le collectif « Pour La Connaissance Libre », dont l’April fait partie.

    [Numerama] Quelle distribution Linux légère peut‐on utiliser pour ressusciter un vieil ordinateur ?
    Par Pierre‐Olivier Chaput, le mardi 25 avril 2017. Extrait :

    « Le souvenir de la lenteur. Vieilles tours qui ont trois ou quatre versions de Windows de retard, laptops de plus de cinq ans et netbooks qui étaient à la pointe de la mode entre 2006 et 2010 trainent désormais dans les caves et les greniers, prennent la poussière au fond d’un placard ou sont cachés sous une pile de papier. Ces appareils méritent pourtant une seconde vie. Grâce à Linux, vous pouvez réveiller leur potentiel. »

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Sortie du noyau Linux 4.10

    30 avril, 2017 - 21:08

    La sortie de la version stable 4.10 du noyau Linux a été annoncée le 19 février 2017 par Linus Torvalds. Le nouveau noyau est, comme d’habitude, téléchargeable sur les serveurs du site kernel.org.

    Sommaire Annonces des versions candidates par Linus Torvalds RC-1

    La version RC1 est sortie le samedi 25 décembre 2016 :

    C’est Noël et deux semaines se sont écoulées depuis l’ouverture de la fenêtre de fusion. Celle‐ci est donc maintenant fermée.

    J’ai accepté quelques demandes d’intégration aujourd’hui, mais j’en ai également rejeté quelques‐unes qui sont arrivées en retard et qui paraissaient douteuses. L’auteur se reconnaîtra.

    Dans l’ensemble, ce n’était pas du tout une grosse évolution — rien à voir avec la 4.9. Cependant, elle n’était pas négligeable non plus. Je pense que la 4.7 était plus petite. La 4.8 aurait pu l’être aussi. C’est le jour de Noël et en ce moment, j’ai la flemme de calculer les statistiques comme je le fais habituellement.

    Tout semble assez normal, même si nous avons eu une quantité inhabituelle de nettoyages ultimes dans toute l’arborescence sur les derniers jours de la fenêtre de fusion. Mais les statistiques générales semblent assez habituelles : un peu plus de la moitié concerne des pilotes. Il y a peut‐être un peu moins de mises à jour d’architecture que d’habitude et un bon nombre de mises à jour de documentation, en raison de la conversion vers sphinx. Et puis, il y a les diverses corrections habituelles un peu partout, bien que les mises à jour des outils de performances se démarquent.

    Le journal abrégé est beaucoup trop grand, comme c’est toujours le cas lors de la fenêtre de fusion, donc comme d’habitude dans ces cas‐là, vous aurez juste le journal de fusion.

    Linus

    RC-2

    La version RC-2 est sortie le dimanche 1er janvier 2017 :

    Eh, ça a été une semaine vraiment lente entre le jour de Noël et le jour du nouvel an et je ne m’en plains pas du tout.

    Cela signifie que la RC-2 est ridiculement et bizarrement petite. J’ai failli décider de la zapper entièrement, mais une petite RC sans importance de temps en temps ne fait de mal à personne. Donc, voilà.

    Le seul travail remarquable ici est la correction DAX. Il aurait vraiment dû se trouver dans la fenêtre de fusion, mais dépendait de plusieurs choses dans cette fenêtre de fusion et a été retardé jusqu’à la RC2 pour cette raison. Même ça n’était pas très important et le reste est constitué de petites corrections insignifiantes.

    Je m’attends à ce que les choses recommencent la semaine prochaine quand les gens se remettront des vacances.

    Linus

    RC-3

    La version RC-3 est sortie le dimanche 8 janvier 2017 :

    Donc, après une très petite RC-2 en raison de la petite pause de Noël, nous semblons être de retour à la normale. Après une période de calme comme ça, j’ai tendance à m’attendre à un gros morceau juste à cause du travail en suspens ; mais je suppose que pendant la courte pause, il y avait vraiment des vacances pour tout le monde, et donc au lieu de cela on observe juste un modèle habituel de RC. Elle est toujours un peu plus petite qu’une RC-3 typique, mais pour la première vraie RC après la fenêtre de fusion (c’est‐à‐dire que je la compare à une RC-2 régulière), c’est assez normal.

    Les stats semblent normales pour le noyau : un peu moins de ⅔ de pilotes, avec presque la moitié restante de mises à jour d’architectures, le reste étant « divers » (principalement des systèmes de fichiers et du réseau).

    Donc, rien de particulier ne sort du lot. Vous pouvez vous faire une idée des détails grâce au journal abrégé ci‐joint ; mais plus important encore, vous pouvez aller la tester.

    Merci,

    Linus

    RC-4

    La version RC-4 est sortie le dimanche 15 janvier 2017 :

    Tout semble plutôt normal, et c’est donc une sortie dominicale comme d’habitude. Nous en sommes à la RC-4 et il est clair qu’on a commencé à trouver des régressions. C’est parfait.

    C’est un ensemble de corrections légèrement plus hétérogène que la semaine dernière : la plus grande partie concerne les pilotes (pilotes graphiques, réseau, son et USB se démarquent), mais il y a aussi les changements habituels d’architectures (principalement x86 cette fois‐ci) et un nombre important de corrections des systèmes de fichiers (XFS, Btrfs, certains pour le cœur de VFS), les outils (surtout perf), la gestion de la mémoire, le réseau, etc.

    C’est le moment où je commence à espérer que la taille des RC va commencer à diminuer. On verra comment la petite taille de la RC-2 va se répercuter sur la suite — techniquement, nous en sommes à la RC-4, mais avec une semaine presque perdue, cela ressemble plutôt à une RC-3. Mais, je croise les doigts pour que nous ayons moins de changements la semaine prochaine.

    De toute façon, allez‐y, testez‐la. Ce n’était pas une énorme fenêtre de fusion ; je pense qu’elle est en assez bon état pour qu’on se jette à l’eau.

    Linus

    RC-5

    La version RC-5 est sortie le dimanche 22 janvier 2017 :

    Les choses semblent se calmer un peu et tout semble en règle.

    Il n’y a eu que 250 modifications (sans compter les fusions) au cours de la dernière semaine et les statistiques concernent moins de 300 fichiers (les pilotes et les mises à jour d’architectures étant en majorité, mais il y a également des mises à jour d’outils, de gestion des réseaux et de systèmes de fichiers).

    Donc, continuez à tester et je pense que nous aurons un calendrier de sortie habituel.

    Linus

    RC-6

    La version RC-6 est sortie le dimanche 29 janvier 2017 :

    Cette semaine semble avoir été vraiment calme. La RC-6 semblait partie pour être une jolie petite version. Pile comme je le veux.

    … puis, vendredi est arrivé et la petite et tranquille release candidate a quelque peu explosé au point de ne pas être si petite après tout.

    Tant pis. Ce n’est pas comme si c’était un nouveau procédé — les gens finissent par m’envoyer leur travail de la semaine le vendredi et cela se passe depuis quelques années maintenant, je l’ai déjà signalé. C’était juste encore plus remarquable que d’habitude.

    Et ce lot tardif de demandes d’inclusions arrivé vendredi (avec quelques‐unes ce week‐end) a fait de la RC-6 la plus grosse RC de ce cycle de publications jusqu’à présent (c’est évidemment sans compter la RC-1).

    Ce n’est cependant pas si gros que ça, puisque la 4.10 a été jusque‐là globalement assez calme, mais c’est un peu pénible. J’espérais passer au calendrier habituel « la RC-7 est la dernière RC » pour une fois (malgré les 4.8 et 4.9 tendant vers une RC-8) et je veux vraiment que les choses se calment pour que cela se produise.

    Nous verrons.

    Quoi qu’il en soit, il n’y a rien qui m’inquiète particulièrement dans RC-6 en dehors du manque de ralentissement, et que c’est peut‐être juste le timing (c’est‐à‐dire que tout le monde n’envoie pas ses mises à jour à chaque RC, alors parfois ça s’accumule). Donc, je ne renonce pas à rêver que « la RC-7 soit la dernière RC ».

    Les changements touchent principalement les pilotes (le processeur graphique et le réseau se démarquent, mais RDMA, média et MD sont assez remarquables également), le reste se composant principalement des mises à jour réseau génériques et XFS, avec le lot habituel de divers correctifs épars.

    Allez le tester,

    Linus

    RC-7

    La version RC-7 est sortie le dimanche 5 février 2017 :

    Eh, regardez ça — tout a été très calme et à moins qu’un problème n’arrive, nous sommes de retour au calendrier habituel selon lequel c’est la dernière RC.

    Bien sûr, en regardant réellement mon calendrier, j’ai remarqué que si ça se déroule comme cela, la prochaine fenêtre de fusion sera gênante pour moi à cause de mon voyage et, donc, il s’avère que je n’aurais pas dû espérer que les choses se calment. Mais, j’ai déjà fait des fenêtres de fusions durant un voyage auparavant, donc cela ne va pas être nécessairement un gros problème.

    Et, de toute façon, n’importe quoi peut arriver pendant la semaine prochaine.

    Quoi qu’il en soit, la RC-7 est assez petite, la moitié des corrections au niveau des pilotes (réseau, pilotes graphiques et HID comptant pour la majorité), 20 % de mises à jour d’architectures (X86, SPARC, PowerPC, un peu de cryptographie ARM64) et le reste est du « divers » : systèmes de fichiers, réseau général, mémoire virtuelle, script Genksyms, etc.

    L’ensemble est relativement petit, et rien de particulier ne sort du lot (à part un rappel supplémentaire de mon aversion pour modversions — nous avons corrigé un autre bogue aléatoire déclenché par un outil spécifique à une architecture en particulier). Le journal de fusion abrégé est en annexe pour les personnes qui veulent une vue d’ensemble du détail des modifications.

    Linus

    RC-8

    La version RC-8 est sortie le dimanche 12 février 2017 :

    Eh, c’est une nouvelle semaine et j’aurais pu sortir la version 4.10.

    Elle n’a pas été si chargée que ça, bien que nous ayons eu un certain nombre de petites corrections de régressions de dernière minute (certaines ne faisant qu’annuler des choses qui posaient problème et demandaient un peu plus de réflexion, d’autres les corrigeant). Mais rien qui sorte de l’ordinaire et je n’aurais eu aucune gêne à sortir la version finale aujourd’hui.

    Mais, j’ai décidé qu’il n’y avait pas non plus d’énormes raisons impérieuses de le faire (autre que de revenir au calendrier habituel « la RC-7 est la dernière RC », ce qui aurait été appréciable) et avec les voyages à venir, j’ai décidé que je ne devais pas forcément ouvrir la fenêtre de fusion. J’ai déjà géré des fenêtres de fusion pendant des voyages, mais je préfère l’éviter. Si nous en étions à la deuxième semaine de la fenêtre de fusion, lorsque la plus grande partie a été fusionnée, ce serait une chose, mais ce n’est pas comme cela que ça se présente.

    Évidemment, tous les développeurs qui sont déjà prêts pour la fenêtre de fusion (et oui, vous devriez, n’est‐ce pas ?) et qui savent que tu seras occupé la semaine suivante [N. D. T : oui, la rupture de syntaxe se trouve aussi dans l’original], vous êtes plus que bienvenus pour envoyer vos demandes d’intégration tôt. Je vais les garder dans un coin, rien à craindre.

    Et, si ce n’est pas le cas, vous avez maintenant une semaine supplémentaire pour peaufiner votre travail. ;)

    Le journal de fusion abrégé est annexé, mais tout semble plutôt normal : pratiquement la moitié du correctif est constitué de pilotes, un tiers du reste étant des mises à jour d’architectures (ARM, PowerPC et x86). Le restant concerne surtout le réseau et quelques mises à jour de systèmes de fichiers, avec un petit nombre d’autres choses (documentation, outil perf, en‐têtes des fichiers et divers). Environ un tiers des commits est marqué comme étant stable.

    Linus

    Version finale

    La version 4.10 finale est sortie le dimanche 19 février 2017 :

    La voilà donc, la version 4.10 définitive. C’est assez calme depuis la RC-8, mais nous avons bien fini par corriger plusieurs problèmes mineurs, donc cette semaine supplémentaire a été complètement bénéfique.

    Globalement, la 4.10 n’a pas fini aussi petite qu’elle en avait l’air au départ. Après l’immense version qu’a été la 4.9, je m’attendais à ce que les choses soient plutôt calmes, mais cela s’est terminé en une version plutôt dans la moyenne, selon les normes des noyaux modernes. Nous avons donc environ 13 000 commits (sans compter les fusions qui représenteraient un peu plus de 1 200 commits supplémentaires, si on les prenait en compte). Le travail est terminé, évidemment. Le journal abrégé ci‐dessous ne concerne que les changements de la semaine dernière, depuis l RC-8.

    Allez‐y, vérifiez que tout va bien. Et je commencerai évidemment à intégrer des soumissions pour la 4.11 dès lundi.

    Linus

    Améliorations apportées à cette version AMD Ryzen

    L’arrivée de cette nouvelle architecture de processeurs a montré un problème dans l’affectation des fils d’exécution (threads) aux cœurs des processeurs AMD Ryzen. En effet, avant cette version, les fils d’exécution des processeurs Zen disposaient chacun d’un numéro d’identification unique (cpuid_core_id), alors qu’avec la nouvelle topologie de cœur Zen, deux fils d’exécution d’un même cœur doivent avoir le même numéro d’identification.
    On peut supposer que cela pouvait nuire aux performances dans certains scénarios, mais rien n’a été précisé à ce sujet dans le commit. À noter que cette correction a été rétro‐portée dans le noyau 4.9.10.

    La prise en charge de ces processeurs a également été ajoutée au module de détection d’erreurs mémoire (EDAC). Ceci ne sera utile que sur les machines disposant de mémoire ECC, principalement les serveurs (dont la gamme AMD Ryzen n’est pas encore sur le marché).

    Microsoft Surface 3

    Amélioration de la prise en charge des boutons de la tablette, ainsi que de la gestion du couvercle (cf. article sur Phoronix).

    Architectures ARM

    L’architecture ARM 64 bits (ARM64/AArch64) prend en charge le bus PCI (Peripheral Component Interconnect) avec l’ACPI (Advanced Configuration and Power Interface). Cette norme a pour but de réduire la consommation d’énergie d’un périphérique. Elle est codéveloppée par Hewlett‐Packard, Intel, Microsoft, Phoenix et Toshiba (cf. article sur Phoronix).

    X86

    L’architecture x86 reçoit de nombreuses corrections de bogues et optimisations : les très anciens processeurs sans identifiant CPUID ne démarraient plus. Il y a aussi des corrections dans la mise à jour des microcodes.

    Pilote audio

    Une meilleure gestion de l’énergie est proposée par le DAPM.
    De nouveaux pilotes pour les puces Cirrus Logic CS42L42, Qualcomm MSM8916-WCD, et Realtek RT5665.
    Et aussi des correctifs pour Intel Skylake.

    Pilote graphique Nouveau (carte graphique NVIDIA)

    La mise à jour du pilote inclut la gestion du contrôle des DEL du logo NVIDIA illuminé sur le côté de certaines cartes graphiques de la marque, la prise en charge du DisplayPort MST (Multi Stream Transports) qui permet une utilisation de plusieurs écrans via un seul câble DisplayPort à condition que votre moniteur prenne en charge la version 1.2 du DisplayPort.

    Très attendue, la prise en charge du changement de la fréquence qui permet enfin de jouer à pleine puissance avec les pilotes libres. En effet, beaucoup de cartes démarrent à basse vitesse, et le pilote propriétaire est chargé de faire varier la fréquence en fonction de la charge demandée, que ce soit pour la 3D ou la décompression vidéo. Ainsi, il était impossible d’utiliser VDPAU pour lire une vidéo en 1080p sur une 9300 M, alors que ça passait en 720p. Cela reste manuel et expérimental, il y a notamment des cas où la fréquence mémoire ne change pas en même temps que le processeur. Il faut écrire le niveau de performance demandé dans /sys/kernel/debug/dri/0/pstate.

    Ces grosses modifications devaient au départ arriver dans Linux 4.9, mais ont été reportées pour améliorer le code.

    Voir l’article du site Phoronix.

    AmdGPU (carte graphique ATI/AMD)

    Cette mise à jour introduit la prise en charge des affichages virtuels multiples et la mise à jour de la gestion de l’alimentation des cartes graphiques.
    Et aussi l’accélération du processeur graphique pour les générations plus récentes lors de l’utilisation du circuit de décodage vidéo universel UVD.

    La prise en charge des processeurs graphiques Radeon RX550 (nom de code Polaris 12) a été ajoutée.

    Elle apporte aussi son lot de nettoyage de code et correction de bogues.

    Voir l’article du site Phoronix dédié à ce sujet.

    Prise en charge des plates‐formes Amélioration de la prise en charge d’Amlogic S905 et suivants

    La gestion des systèmes monopuces ARM 64 bits d’Amlogic fait l’objet d’un gros travail depuis Linux 4.7. Linux 4.10 amène de nombreux changements :

    • prise en charge de l’USB 2 pour la famille GXBB (S905) ;
    • prise en charge de la famille GXL (S905X et S905D), quasi identique au S905 ;
    • prise en charge de la famille GXM (S912), identique à la famille GXL avec 8 cœurs Cortex-A53 ;
    • gestion de l’interface Ethernet interne 100 Mbit/s des familles GXM et GXL ;
    • gestion de la sortie graphique Composite avec un pilote tout neuf DRM/KMS (Direct Rendering Manager / Kernel ModeSetting) qui utilise les derniers composants comme Atomic Modesetting, GEM-CMA, FBDev-CMA ou encore PRIME-CMA, ceci pour les trois familles GXBB, GXL et GXM ;
    • gestion de l’interface SDCard/SDIO/eMMC pour les trois familles GXBB, GXL et GXM ;
    • prise en charge du Wi‐Fi via SDIO pour les trois familles GXBB, GXL et GXM ;
    • prise en charge des cartes Nexbox A1 et A95X.

    La prise en charge de l’affichage par HDMI est prévue pour une prochaine version.

    Autres
    • prise en charge des cartes Luxul XAP-1510, Luxul XWR-3100, Netgear R8500, TP-LINK Archer C9 V1 et Tenda AC9 basées sur des  systèmes monopuces Broadcom ;
    • prise en charge du système monopuce Modem MDM9615 et la carte Sierra Wireless MangOH Green, le système monopuce MDM9515 est dans le module semi‐génerique WP8548 de Sierra Wireless ;
    • prise en charge des Nexus 5X et Nexus 6P à base de systèmes monopuces Qualcomm msm8992 et msm8994 ;
    • prise en charge initiale du Motorola Droid 4 à base de système monopuce TI OMAP4430 ;
    • prise en charge initiale de AM571x-IDK à base de système monopuce TI AM5718 ;
    • prise en charge de la famille DRA71x de Texas Instruments ;
    • prise en charge du Oxford Semiconductor OX820, successeur du OX810SE, et du NAS Pogoplug V3 ;
    • prise en charge initiale du routeur libre OpenHardware Turris Omnia à base de système monopuce Marvell ;
    • prise en charge des cartes à base d’i.MX6 : Toradex Colibri, Engicam i.CoreM6, UDOO Neo, liteBoard, liteSOM, Boundary Devices Nitrogen6_SOM2 ;
    • prise en charge des  systèmes monopuces r8a7743 et r8a7745 de Renesas et des cartes SK-RZG1E et SK-RZG1M ;
    • prise en charge des cartes MK808, Rockchip PX3 Evaluation, Rockchip RK1108 Evaluation à base de  systèmes monopuces Rockchip RK3066 et RK1108 ;
    • prise en charge de la carte PX5 à base de système monopuce Rockchip rk3188 ;
    • prise en charge de la carte Macnica Sodia à base de système monopuce FPGA ;
    • prise en charge de la carte NanoPi M1 SBC à base de système monopuce AllWinner Sun8i ;
    • prise en charge de la carte Pine64 à base de système monopuce AllWinner A64 ;
    • prise en charge des cartes LS1046A-QDS et LS1046A-RDB à base du système monopuce FreeScale LayerScape LS1046A ;
    • prise en charge des cartes TM2 et TM2E à base de système monopuce Samsung Exynos 5433 ;
    • prise en charge de la carte NVIDIA P2771 à base de système monopuce Tegra de NVIDIA ;
    • prise en charge de la carte MicroZed à base de système monopuce/FPGA Zynq-7000 ;
    • prise en charge du microcontrôleur STM32F746.
    Statistiques En nombre de correctifs soumis par entreprise

    Le plus grand nombre de contributions pour cette version 4.10 est d’origine non précisée (Inconnue : 3 103, 23,82 %). Ensuite, on trouve les sociétés Intel avec 1 730 correctifs (13,28 %) et Red Hat, 882 correctifs (6,77 %), suivis par Samsung (3,98 %) et Novell (3,83 %). Les développeurs bénévoles sont en sixième place avec 473 correctifs (3,63 %).

    En nombre de correctifs par nation

    Trente‐sept pays ont participé par leurs contributions à cette version du noyau. En première place, la Chine avec 1 077 correctifs (8,27 %), puis l’Allemagne avec 1 013 correctifs (7,77 %) et les États‐Unis avec 735 correctifs (5,64 %).

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Agenda du Libre pour la semaine 18 de l’année 2017

    30 avril, 2017 - 05:08

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 35 événements (0 en Belgique, 32 en France, 3 au Québec et 0 en Suisse) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire Agenda du Libre pour la semaine 18 de l’année 2017 [FR Montpellier] Points Libres - Le lundi 1er mai 2017 de 19 h à 21 h.

    L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence logiciels libres, discussions libres et accompagnements techniques aux systèmes d’exploitation libres.
    Il est aussi possible, sur inscription, de présenter plusieurs logiciels libres (Blender, LibreOffice, GIMP…) selon la demande et la présence des intervenants spécialisés.
    Notre bibliothèque de livres, documents, revues… GNU/Linux, systèmes et logiciels libres est disponible à la consultation dans la salle des partenaires, au premier étage.

    [FR Paris] Les premiers mardi de la monnaie libre et équitable - Le mardi 2 mai 2017 de 18h30 à 21h00.

    Afin de faire vivre notre première monnaie libre, Gwan, mise en orbite depuis le 8 mars dernier, nous vous proposons des rencontres mensuelles tous les premiers mardis du mois à PARIS pour:
    1 - échanger nos clés publiques G1et/ou Gtest, en vue d'accorder nos certifications en toute sécurité
    2 - échanger sur nos expériences, idées ou autres propositions sur l'usage de G1

    [FR Bordeaux] j'ai un bug la suite… - Le mardi 2 mai 2017 de 18h30 à 20h00.

    J'ai un bug, qu'est-ce que je peux faire ?
    Mise en  situation, après la présentation nous allons, tous ensemble, découvrir un bug, faire son rapport de bug, et peut-être le résoudre…
    Si vous avez raté la présentation de Samuel, séance de rattrapage par ici ! Et même si vous ne pouvez pas la voir, ce n'est pas grave, venez quand même :) https://abul.org/ http://www.giroll.org/

    [FR Issy les Moulineaux] Mise en bouche PHP - Le mardi 2 mai 2017 de 19h00 à 22h00.

    L'antenne AFUP Paris vous invite à ce rendez-vous pour une 'Mise en Bouche PHP' avant le PHP Tour 2017 de Nantes, avec des intervenants du prochain PHP Tour dans les locaux de Hitema Paris.
    La soirée débutera avec Oliver Dasini qui nous parlera de "MySQL InnoDB Cluster"
      C'est l'occasion de découvrir  la nouvelle solution MySQL InnoDB Cluster, de haute disponibilité native de MySQL. Cette solution est composée de MySQL Group Replication, MySQL Router, MySQL Shell. 

    [FR Nanterre] Portes ouvertes de l'Electrolab - Le mardi 2 mai 2017 de 20h00 à 21h00.

    Le mardi soir est le jour où nous invitons les nouveaux et les curieux à découvrir l'Electrolab de Nanterre lors d'une petite visite guidée.
    Qui sommes nous ?
    Laboratoire, makerspace, atelier, grand garage collectif, ces termes nous décrivent tous un peu sans toutefois parvenir à être exacts ou exhaustifs.

    [QC Québec] Linux-Meetup (Québec) - Le mardi 2 mai 2017 de 02h00 à 21h00.

    Bonjour à tous!
    Vous êtes invités à participer au prochain Linux-Meetup de Québec qui aura lieu le mardi 2 mai 2017 au Centre des loisirs de Saint-Louis de France de 18h à 21h. Vous pouvez souper sur place avec nous et les discussions de groupe commenceront vers 19h.
    Coordonnées :

    [QC Montréal] Mardi c'est Wiki à BAnQ - Le mardi 2 mai 2017 de 17h00 à 21h00.

    Wikimédia Canada, BAnQ, la Fondation Lionel-Groulx et l'Acfas, collaborent pour offrir gratuitement aux usagers de la Grande Bibliothèque, à Montréal, des ateliers de formation portant sur le processus de contribution à l’édition francophone de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
    17 h 00 - Accueil
    17 h 15 - Présentation des ressources de BAnQ

    [QC Montréal] Linux-Meetup Montréal - Le mardi 2 mai 2017 de 19h00 à 22h00.

    Local de la rencontre : à confirmé
    Programmation de la rencontre
    ATTENTION Le conférencier invité n'a pas encore été choisi. Si vous connaissez des compagnies œuvrant dans le logiciel libre, n'hésitez pas à m'envoyez un message.

    [FR Montpellier] Install Par Tous ! Install Party ! - Le mercredi 3 mai 2017 de 12h00 à 17h00.

    Reprenez le contrôle de vos machines. Avec un Gnou et un Manchot
    Communément appelées "Install Party" ces événements sont dédiés à l'installation, mais aussi et surtout au support, de systèmes GNU/Linux sur vos ordinateurs personnels (ou pro d'ailleurs), dans le but de se passer des méchants systèmes d'exploitation qui rament, espionnent, et vous ont été imposés.
    Bref reprendre le contrôle de vos machines pour de vrai !

    [FR Auch] Initiation à Linux - Le mercredi 3 mai 2017 de 14h00 à 17h00.

    Cette découverte de Linux est proposée au Café associatif d'Auch, l'Abri des Possibles, tous les mercredi.

    [FR La Roche-sur-Yon] Workshop initiation Docker - Le mercredi 3 mai 2017 de 18h00 à 21h00.

    K’ Rément Libre en collaboration avec Code2Be vous proposent un workshop d’initiation aux bases de Docker.
    Au programme :
     Présentation de Docker et des dernières nouveautés Installation hello world Le store / les images / les conteners Une petite web app en conteneur Présentations des wokshop pro

    [FR Lablachère] Ateliers Linux - Le mercredi 3 mai 2017 de 18h30 à 21h00.

    Ateliers Linux : progresser dans la connaissance des logiciels libres pour aller vers une vraie autonomie.
    Entrée Libre.Tout Public.

    [FR Bordeaux] Atelier artiste - hacker - Le mercredi 3 mai 2017 de 19h00 à 21h00.

    Ateliers-cours à la fabrique-pola - L@bx
    Tous les mercredi, 19h00, à partir du 07 décembre 2016
    Passer aux logiciels libres pour toute sa pratique artistique :graphisme, édition, site internet, photo, vidéo, 3D, dossiers, imprimerie, son, installations multimédia…

    [FR Toulouse] Rencontre Logiciels Libres - Le mercredi 3 mai 2017 de 19h30 à 22h30.

    L'association Toulibre organise une rencontre autour des Logiciels Libres le mercredi 3 mai 2017, de 19h30 à 22h30 au Centre Culturel Bellegarde, 17 rue Bellegarde à Toulouse.
    Pendant toute la soirée, venez poser vos questions au sujet du Logiciel Libre et trouver de l'aide pour installer ou utiliser des Logiciels Libres sur votre ordinateur.
    Pour cela, vous pouvez si besoin apporter votre ordinateur, un accès Internet est disponible sur place.

    [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 3 mai 2017 de 21h00 à 23h00.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    [FR Quimperlé] Point info GNU/Linux - Le jeudi 4 mai 2017 de 14h00 à 18h00.

    Conseils, aide et infos pratiques GNU/Linux et Logiciels Libres.Pas d’inscription, entrée libre. De 14 à 18h !
    Curieux ? Déjà utilisateur ? Expert ?
    Pour résoudre vos problèmes , vous êtes le bienvenue !

    [FR Poitiers] Jeudi du Libre - Le jeudi 4 mai 2017 de 17h30 à 20h30.

    Comme chaque premier jeudi du mois, les membres de l’APP3L se réunissent au Centre Régional d’Information Jeunesse (CRIJ).
    Et vous invitent à les rejoindre, de 17h30 à 20h30, afin d'échanger et d'en apprendre plus à propos des logiciels libres.
    Si vous le désirez, vous pouvez venir avec votre ordinateur portable ou fixe (nous prêterons écrans, claviers et souris).

    [FR Paris] Mapathon Missing Maps Paris - Le jeudi 4 mai 2017 de 18h30 à 21h30.

    Venez nous aider à cartographier sur OpenStreetMap, la carte du monde collaborative et libre !
    CartONG, Médecins Sans Frontières et La Paillasse vous invitent à un mapathon Missing Maps pour découvrir la cartographie participative et humanitaire dans OpenStreetMap : pas besoin d'être un expert, c'est accessible à tout le monde !
    Pourquoi ?

    [FR Lyon] Atelier du numérique libre - Le jeudi 4 mai 2017 de 19h00 à 21h00.

    Atelier de découverte sur le Numérique Libre (logiciel, internet, programmation)
    Tout public
    Animé par l’ALDIL, nous vous proposons pour ce jeudi de partir  À la découverte de Mastondon.Mastodon est un nouveau réseau social libre et décentralisé sorti le 1er avril.Il vient bousculer les grands réseaux sociaux et s'impose très rapidement auprès des utilisateurs grâce à sa philosophie.C'est l'occasion de découvrir l'utilité et le fonctionnement des réseaux sociaux à travers Mastodon.L'objectif de l'atelier est de faire de vous des Mastodonautes (utilisateurs de Mastodon).Après, une brève présentation du réseau social on découvrira son interface et son fonctionnement. Nous verrons ensemble comment créer son compte.Évidemment, vous utiliserez Mastodon pour écrire vos premiers "pouets". Pour ceux qui le souhaitent, on découvrira les applications pour smartphone. On abordera également les bonnes pratiques à adopter sur les réseaux sociaux.C'est l'occasion de discuter des enjeux et des risques de ces réseaux sociaux en comparant les principaux services existants et faisant preuve de sens critique.Pendant l'atelier, vous aurez besoin d'un PC avec un navigateur internet.Pensez à prendre votre ordinateur portable / tablette / smartphone. Si besoin, des ordinateurs sont disponibles en libre accès à l'EPN.

    [FR Le Mans] Autour d'un verre autour du Libre - Le jeudi 4 mai 2017 de 19h00 à 23h00.

    Libristes, hackers, pasionnés ou néophites, ou même simplement curieux, voici venu le 1er jeudi du mois.
    Le HAUM (Hackerspace AU Mans) et LinuXMaine (Association de promotion du logiciel libre en Sarthe) vous donnent rendez-vous "autour d'un verre autour du libre", à partir de 19h à l'épicerie du pré, 31 Rue du Pré, 72100 Le Mans.
    En mode free, à partir de 19h, vous pouvez venir accompagné, avec des bidouilleries, avec de la presse spécialisée, avec un ordi, avec des questions, avec votre curiosité, etc…

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 4 mai 2017 de 19h00 à 22h00.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.
    Nous nous réunissons donc tous les jeudis soirs dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).
    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    [FR Lyon] Jeudi du Libre - Le jeudi 4 mai 2017 de 19h00 à 22h00.

    Un jeudi par mois l'ALDIL (Association Lyonnaise pour le Développement de l'Informatique Libre) organise une conférence.
    Les thèmes abordés sont variés en alternant des sujets techniques avec d’autres qui concernent les utilisateurs et les citoyens.
    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Lyon] Conférence jeudi du libre - Le jeudi 4 mai 2017 de 19h00 à 21h30.

    L’ALDIL et L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon propose de vous faire découvrir : Missing Maps et OpenStreetMap, de la carte collaborative à la solidarité internationale
    Le projet Missing Maps, né en 2014, vise à remettre les populations les plus vulnérables sur la carte, considérant la carte comme un outil d’aide à la décision indispensable en cas de crises.
    En effet, c’est grâce à une carte que John Snow a en 1854 découvert que le choléra se transmettait par l’eau et ainsi pu résoudre l’épidémie qui touchait Londres alors. 

    [FR Caen] Le First-jeudi de Calvix : Échange dînatoire canneais - Le jeudi 4 mai 2017 de 19h00 à 21h00.

    Tous les premiers jeudis du mois les membres (et non-membres sont également les bienvenues) se rencontrent pour discuter logiciels libres, tout en mangeant (ou juste pour prendre un café).
    Dans un esprit totalement libre, les sujets vont et viennent en fonction de chacun.
    Venez nombreux.

    [FR Balma] Spip Party - Du vendredi 5 mai 2017 à 18h00 au lundi 8 mai 2017 à 18h00.

    Spip Party, c’est reparti !
    L’équipe de Toulouse organise une nouvelle rencontre SPIP pour le grand week-end du vendredi 5 au lundi 8 Mai 2017.
    L’édition précédente vous a plu ? Rejoignez-nous pour la v2.017 !

    [FR Lyon 3] Usage de la cartographie - Le samedi 6 mai 2017 de 09h30 à 12h30.

    Atelier gratuit de 09h30 à 12h30Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.comCe samedi 06 mai : Découvrez les usages de la cartographie
    L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon et l’association Altercarto propose une série d’atelier.
    L’objectif est de construire une scène ouverte où l’on partage avec un public les résultats d’une exploration cartographique sur un thème choisi.Le groupe aura à composer avec différents champs qui peuvent être sociaux (disparités urbaines, mutation dans la ville, …), économiques (travailler en ville, …), cadre de vie (santé, …), etc.

    [FR Aix-en-Provence] Samedi Libre - Le samedi 6 mai 2017 de 10h00 à 18h00.

    Ces Samedis Libres sont organisés par l'Axul en collaboration avec plusieurs associations de logiciels libres des Bouches-du-Rhône (et souvent du Var).
    Ils proposent des présentations générales et une aide technique pour le dépannage et la mise à jour d'ordinateurs avec des logiciels libres. Ils présentent aussi des démonstrations de matériels libres.
    Des informations sont disponibles sur la Culture Libre (OpenStreetMap, Wikipedia…).

    [FR La Couronne] Permanence - accueil public - Le samedi 6 mai 2017 de 10h00 à 13h00.

    Notre permanence d'accueil avec le sourire, le café et les gâteaux !
    Lieu de rencontre et d'échange convivial pour discuter informatique et outils numériques.
    Cette association permet à chacun de découvrir également l'univers de Linux et par extension de tous les logiciels et matériels libres.

    [FR Cabriès] Présentation des logiciels libres - Le samedi 6 mai 2017 de 10h00 à 12h00.

    Présentation des logiciels libres par Yves le samedi 6 mai 2017 de 10h00 à 12h00.
    Dans les locaux du magasin LDLC de Plan de campagne, rue Honoré Martin, Chemin de la Grande Campagne13480 Cabriès
    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Marseille] Install Party GNU/Linux - Le samedi 6 mai 2017 de 14h00 à 19h00.

    L’association CercLL (CercLL d’Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party  GNU/Linux, le samedi 6 mai 2017 de 14 h 00 à 19 h 00, à la Cité Radieuse 280 boulevard Michelet 13008 Marseille.
    Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d’utiliser votre ordinateur.
    Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le Manchot, les mascottes de GNU/ Linux.

    [FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 6 mai 2017 de 14h00 à 18h00.

    Présentation de l'E2L
    Quel est le rôle de l'école du logiciel libre ?
    Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

    [FR Caen] Fête du printemps - Le samedi 6 mai 2017 de 14h00 à 18h00.

    L'artifaille vous donne rendez-vous à la Coop 5% à Caen (14) le samedi 6 mai à 14h pour une journée dédiée à la reprise en main de sa vie numérique (rien que ça) !
    L'adresse : 20 cours Montalivet 14 000 Caen
    Au programme de la journée :

    [FR Paris] Premier Samedi du Libre - Le samedi 6 mai 2017 de 14h00 à 18h00.

    Chaque premier samedi de chaque mois, les bénévoles des associations du Libre vous accueillent au Carrefour Numérique² de la Cité des sciences et de l'industrie (CSI) lors de l'install party du Premier Samedi du Libre (PSL).
    Venez aider ou vous faire aider à installer et paramétrer des logiciels libres et toute distribution GNU/Linux avec les associations d'utilisateurs de Fedora, Mageia, Ubuntu ou Debian, sur netbook, portable, ou tour, PC ou Mac, éventuellement à côté de votre système actuel. Idem si vous avez des difficultés avec GNU/Linux, un périphérique, ou un logiciel libre.
    Nous avons besoin de volontaires pour l'accueil et les installations. Il est utile, mais pas obligatoire, de vous inscrire comme parrainé, parrain, ou visiteur sur le site premier-samedi.org et/ou ce bloc-notes en décrivant votre matériel et vos attentes.

    [FR Juvisy-sur-Orge] Permanence GNU/LINUX - Le samedi 6 mai 2017 de 14h30 à 16h30.

    Permanence GNU/LINUX, installation et maintenance par LINESS en partenariat avec l'ACJ (Association Culture et Jeunesse) de Juvisy-sur-Orge.
    Il s'agit d'une assistance pour vous aider à installer et utiliser LINUX, mais ce n'est pas un cours à proprement parler.
    Aucune inscription préalable n'est nécessaire, aucune assiduité n'est requise.

    [FR Nantes] Permanence Linux - Le samedi 6 mai 2017 de 15h00 à 18h00.

    Une permanence de Linux Nantes aura lieu de 15 à 18 heure,
    dans l’aile du local associatif "B17".
    Au cours de ces permanences, nous proposons des conseils, des installations ou des réparations.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    À vot’ bon cœur messieurs‐dames ! Slackbuilds.org a besoin de vous

    29 avril, 2017 - 08:44

    Slackware est la plus ancienne des distributions GNU/Linux toujours en activité. Elle a un certain succès auprès des utilisateurs qui souhaitent un système stable et simple à administrer (pas de gestions de dépendances, pas ou peu de modifications des logiciels empaquetés, système d’initialisation accessible…).

    Ici, c’est le projet connexe, Slackbuilds.org qui a besoin de votre générosité. Ce dernier regroupe les slackbuilds de la communauté afin de permettre à tout un chacun d’empaqueter les logiciels qu’il désire très facilement. Les Slackbuilds sont des scripts Bash sur lesquels est écrite la recette pour empaqueter le logiciel à partir de ses sources.

    La deuxième partie de l’article relaie un message d’un de ses fondateurs et actuel membre de l’équipe de développement de Slackware, à savoir Robby Workman.

    Voici le message traduit :

    Utilisateurs de Slackbuilds.org,

    Il est apparemment temps de faire de nouveau une chose que je n’aime pas.
    Le serveur qui héberge notre site, c’est‐à‐dire tout sauf DNS, courriel et listes de diffusion, ainsi que le site slackwiki.com, commence à montrer son âge. Vous avez pu remarquer quelques coupures durant les dernières semaines dues à une surcharge de ce dernier. Le centre de données qui nous héberge, onyxlight.net, va nous fournir un nouveau serveur Dell R610, avec deux processeurs à six cœurs et une bonne quantité de mémoire vive. Cependant, nous devons acheter nos propres disques et nous souhaitons lui ajouter plus de mémoire vive 1.

    Ils (onyxlight) peuvent nous vendre six disques de 900 Go à 10 000 tr/min pour un peu plus de 200 US$ pièce, avec une garantie d’un an, et nous pouvons mettre 48 Gio de mémoire vive pour 360 US$.

    Nous avons donc besoin de 1 700 US$ TTC.

    Comme dit précédemment, je déteste demander de l’argent à la communauté. C’est pourquoi nous n’avons jamais eu de bouton « Dons » ou autres dans ce sens.
    Je préfère attendre et tendre le bol du mendiant quand nous n’avons pas le choix. Eh bien, nous y voici.

    J’ai créé un compte Paypal pour le projet ; Erik et moi‐même (les fondateurs du projet) y avons accès. Une fois que nous aurons obtenu suffisamment pour cette dépense, je posterai un état des lieux et nous réfléchirons à créer une page « contributeurs » sur le site pour y créditer ceux qui nous aident. Tout fonds au‐dessus de ce dont nous avons besoin sera utilisé de façon réfléchie, mais nous n’avons pas encore pensé à cela. Nous n’avons pas vraiment de dépenses courantes (onyxlight est génial, au cas où vous ne l’auriez pas déjà remarqué). Nous aimerions faire quelque chose pour Pat, bien sûr. En fin de compte, j’espère que nous avons gagné votre confiance au fil des ans et que vous savez que nous utiliserons l’argent d’une façon que vous approuverez.
    Sinon, le meilleur conseil que je puisse vous donner est de ne pas faire de dons.

    Si je ne vous ai pas fait peur, vous pouvez faire un don par là :
    https://paypal.me/SBoDevel

    -RW

    Cela présente aussi l’avantage d’être plus facile à mettre à jour. Si un service peut ou doit être mis à jour vers une version de Slackware supérieure, nous pouvons mettre en place la machine virtuelle avant la migration et ainsi limiter les coupures de service. Tout cela ressemble à un bon plan. :)

    Le message original :

    SlackBuilds.org users,

    It’s apparently time to again do something that I don’t like doing.

    The server that hosts our website and rsync, well basically all of the things except DNS, mail, and mailing lists, as well as the slackwiki.com site, is showing its age. You might have noticed some temporary downtime over the last couple of weeks due to httpd getting overloaded. The datacenter hosting us, onyxlight.net, is going to provide us with a new Dell R610 server with dual six‐core processors and a fair amount of RAM. However, we have to buy our own drives and we’d like to add some more RAM to it 1.

    They (onyxlight) can get us six 900GB 10k RPM SAS drives for a little over $200 each with a one year warranty, and we can put about 48GB of RAM in there for another $360. With tax/shipping, we need about $1700.

    As I said before, I hate asking the community for money — that’s why we’ve never had a donation button or anything along those lines; I’d rather wait and put out the beggar’s bowl when we don’t have a choice. Well, here it is.

    I created a paypal account for the project, and both erik and I (the project founders) will have access to it. Once we get enough for this current expense, I’ll post an update here and we’ll look at creating some sort of “contributors” page on the site to give much‐deserved accolades to everyone who helps out. Any extra funds above what we need will be used wisely, but we’ve not really figured out what to do with them — we really don’t have any ongoing expenses (onyxlight is awesome, ya’ll, in case you haven’t gathered that much already). We’d like to do something for Pat, of course. Ultimately, I hope we’ve earned enough of your trust over the years to know that we’ll use whatever we get in a manner of which you will approve; if not, then the best advice I can give is to not donate.

    If I’ve not scared you off yet, you can donate by going here:
    https://paypal.me/SBoDevel

    -RW

    1. Pour le cas où vous seriez curieux, nous envisageons d’isoler la plupart des services en machines virtuelles ; essentiellement, chaque service livré au réseau sera installé dans sa propre machine virtuelle afin que si une faille existe dans un service, les autres ne seront probablement pas affectés. 

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    L’heure du test — épisode 1 — NixOS

    28 avril, 2017 - 11:48


    L’heure du test est un rendez‐vous qui vous propose de nombreux tests et guides d’installation de distributions, étape par étape et en exposant leurs avantages et leurs inconvénients.

    Aujourd’hui, on s’attaque à une distribution qui est un peu particulière, j’ai nommé NixOS !

    Sommaire NixOS ?

    NixOs dont le slogan est « La distribution purement fonctionnelle » est une distribution GNU/Linux avec une approche unique pour la gestion des paquets et la configuration.

    NixOS est construit au‐dessus du gestionnaire de paquets Nix, qui est déclaratif, ce qui rend les mises à niveau de paquets fiables et présente de nombreux autres avantages.

    Vous pouvez configurer votre système dans le langage de NixOS via un ensemble de fichiers de configuration.

    NixOS possède un mécanisme de mise à jour et de retour en arrière. Imaginons que vous changiez une configuration ou que vous fassiez une mise à jour d’un logiciel de votre système qui le fait planter, vous pouvez revenir en arrière en annulant les modifications effectuées.

    De même, il est possible de mélanger des paquets sources et binaires.

    Télécharger NixOS

    Pour télécharger NixOS, cela se passe ici : télécharger NixOS.
    Vous avez le choix entre différentes installations :

    • en téléchargeant l’ISO pour ensuite la graver sur un CD/DVD ou sur une clef USB (disponible en 32 bits et 64 bits) vous avez deux possibilités : soit prendre un CD autonome (live CD) pour pouvoir tester NixOS sans l’installer, soit télécharger l’installation minimale pour uniquement l’installer ;
    • via une machine tout prête pour être importée dans VirtualBox, mais uniquement pour l’architecture 64 bits ;
    • pour l’installer sur l’hébergement Amazon EC2 ;
    • ou pour la plate‐forme Microsoft Azure.

    Pour VirtualBox, comme dit précédemment, vous pouvez utiliser une image tout prête de la machine, mais c’est plus ludique de faire tout le processus d’installation.

    Installer NixOS Configuration du BIOS

    Commencez par démarrer sur votre CD/DVD ou via votre clef USB. En changeant l’ordre d’amorçage dans votre BIOS, si ce n’est pas déjà fait, ou en accédant au menu d’amorçage rapide.

    Ensuite, vous vous retrouvez devant la console root.

    Configurer votre clavier

    Commencez par mettre le terminal en clavier Francais (AZERTY) avec : loadkeys fr. Si vous êtes en bépo : loadkeys fr-bepo.

    Connexion à Internet

    Tout d’abord :

    • si vous êtes en Wi‐Fi, vous devez configurer votre accès à Internet ;
    • si vous êtes en Ethernet, la connexion se fait automatiquement.

    Ensuite, on va tester pour voir si on est bien connecté à Internet, car c’est nécessaire pour installer le système en faisant un : ping www.google.fr. Si vous recevez une réponse, c’est que c’est bon !

    Partitionnement

    Ensuite, on va partitionner notre disque dur en utilisant l’utilitaire fdisk et mkfs.etx4.
    Commencez par lister vos partitions sur vos disques en faisant : fdisk -l.
    Formatez ensuite la première partition pour installer le système :
    mkfs.ext4 -L nixos /dev/sda1

    On configure NixOS

    Pour configurer NixOs il faut éditer le fichier : /mnt/etc/nixos/configuration.nix. Grâce à ce fichier de configuration vous pouvez paramétrer tout de votre système Nix.
    Que ce soit :

    • la configuration du système horaire ;
    • le chargeur de boot par exemple Grub ;
    • la configuration des utilisateurs de la machine ;
    • les paquet de base disponibles pour tous les utilisateur de la machine ;
    • la configuration de votre serveur graphique type Xorg ou encore Wayland ;
    • la configuration du réseau ;
    • la configuration de votre gestionnaire de bureau KDE, Gnome, E17, XFCE et autres et votre gestionnaire de fenêtre awesome, twm, i3, openbox, compiz.

    On monte la partition /dev/sda1 qui a comme libellé « nixos » dans /mnt :
    mount LABEL=nixos /mnt

    Ensuite, on va générer un fichier de configuration initial :
    nixos-generate-config --root /mnt

    Ensuite, on peut commencer à configurer NixOS à notre sauce :
    nano /mnt/etc/nixos/configuration.nix

    Configurer Grub

    Ajoutez tout d’abord le démarrage sur le premier disque /dev/sda :
    boot.loader.grub.device = "/dev/sda";

    Configurer NixOS pour VirtualBox

    Si vous êtes sous VirtualBox, dans le fichier, ajoutez la ligne permettant à NixOS de savoir qu’il se situe dans une machine virtuelle :
    virtualisation.virtualbox.guest.enable = true;

    Ajoutez la ligne pour désactiver la vérification des journaux du système de fichiers :
    boot.initrd.checkJournalingFS = false;

    Configurer l’interface graphique Installer X.org

    Vous pouvez activer l’affichage de l’écran de connexion (par exemple sddm) dès le démarrage : services.xserver.displayManager.sddm.enable = true; et activer l’utilisateur par défaut avec :

    services.xserver.displayManager.sddm.autoLogin = { user = "votre_login"; enable = true; }; Installer un gestionnaire de bureau

    Si vous voulez installer, par exemple :

    • KDE 5 : services.xserver.desktopManager.kde5.enable = true; ;
    • GNOME 3 : services.xserver.desktopManager.gnome3.enable = true; ;
    • Xfce : services.xserver.desktopManager.xfce.enable = true; ;
    • E17 : services.xserver.desktopManager.e17.enable = true;.
    Installer un gestionnaire de fenêtres

    C’est le même principe pour les gestionnaires de fenêtres. Par exemple, pour installer twm :
    services.xserver.windowManager.twm.enable = true;
    Pour Awesome :
    services.xserver.windowManager.awesome.enable = true;

    Installer des applications pour tous les utilisateurs

    On peut installer une application pour tous les utilisateurs. Par exemple, pour Emacs, vous devez écrire :
    environment.systemPackages = [ pkgs.emacs ];

    Finalisation de l’installation

    Une fois votre système configuré, vous pouvez lancer l’installation de NixOS :
    nixos-install

    Découverte de NixOS Le gestionnaire de paquetages Nix

    L’une des particularités de NixOS est que vous pouvez installer des applications sans droit root. Dans ce cas, l’application est uniquement visible sur le compte d’utilisateur pour lequel vous l’avez installée.

    Installer et désinstaller une application pour un compte utilisateur

    L’installation d’une application se fait via la commande :
    nix-env --install firefox
    On peut voir que Firefox est installé.
    Maintenant essayons de désinstaller Firefox :
    nix-env --uninstall firefox

    Revenir en arrière

    Bien sûr, là, Firefox est désinstallé ; mais pas vraiment, car si vous faites un :
    nix-env --rollback
    Alors, Firefox est de retour ; cette commande annule l’action précédente, c’est‐à‐dire la désinstallation de Firefox.

    Nettoyer le cache

    Vu que le paquet n’est pas totalement désinstallé, cela occasionne des pertes d’espace disque ; une des solutions est de lancer la commande :
    nix-env --delete-generations old
    suivie par :
    nix-collect-garbage
    pour supprimer complètement les programmes désinstallés.

    Attention, si vous n’avez plus d’espace disque, certains programmes qui ont besoin d’écrire des choses sur le disque peuvent refuser de fonctionner et cela peut provoquer une instabilité du système.

    Pour lister l’ensemble des paquets présents sur Nix : nix-env -qa.

    Le système de channel

    NixOS possède un système de canal qui permet de choisir les versions sur lesquelles on veut faire des mises à jour.

    Lister les channels

    Pour savoir le canal qu'on suit taper simplement :
    nix-channel --list

    Pour connaître la liste des canaux que vous pouvez utiliser, vous pouvez aller sur le dépôt de NixOS, les canaux que vous pouvez suivre commencent par le préfixe nixos-.

    Changer de channel

    Supposons que vous souhaitiez suivre le canal de mise à jour de la version 14.12 de NixOS. Vous pouvez simplement le suivre en tapant :
    nix-channel --add https://nixos.org/channels/nixos-14.12 nixos (root)
    Et ensuite taper :
    nixos-rebuild switch --upgrade (root)
    Pour mettre à jour vers cette version. Si, par exemple, vous étiez à la 16.09, vous rétrogradez vers la 14.12.

    Conclusion

    NixOS est vraiment une super distribution, peu importe l’erreur que vous faites, vous pouvez revenir en arrière. La configuration du système est très simple, vous n’avez pas à jongler avec les fichiers de configuration, tout se fait dans un seul. Et, ça, c’est cool !
    Note finale : 9/10

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Libertempo 1.9 Ceres — gestion des heures additionnelles

    27 avril, 2017 - 21:17

    Après un peu moins d’un an de développement, la nouvelle version stable de Libertempo, l'application de gestion de congés, est enfin disponible. En tant que version majeure, elle apporte nombre d’améliorations et de nouvelles fonctionnalités, dont une très attendue par beaucoup de nos utilisateurs : la gestion des heures. Elle permet de soumettre à la validation des heures additionnelles ou de repos. Mais ce n’est pas la seule nouveauté qu’apporte Ceres (nom de code de cette version) !

    Avec cela, nous avons intégré un nouveau gestionnaire de planning, plus élaboré que l’ancien, il permet de définir les horaires de travail des employés. Le calendrier a aussi été revu pour intégrer les heures, mais il sera revu à nouveau afin de répondre aux demandes de nos testeurs… Pour le reste, je vous invite à consulter le journal des modifications. Pour finir, à propos de Ceres, nous avons enfin un logo. :)

    Pour la prochaine version, revue complète de la gestion des groupes, première brique d’une API et encore beaucoup de nouveautés au menu.

    L’avenir du projet dans sa globalité

    Libertempo avait pour ambition d’être un logiciel international et une grande partie du code montrait cette volonté d’universalité. Néanmoins, multiplier les règles métier et options afin de couvrir tous les pays sur lesquels nous avions des ambitions ne permet pas de vous offrir une solution taillée pour vos besoins. Pour cela, nous avons fait le choix de repositionner la vision de l’application ; Libertempo et son métier seront désormais exclusivement tournés vers les règles françaises.

    Côté technique

    Comme annoncé, la migration du code se poursuit. Le développement de la gestion des heures additionnelles et de repos n’a d’ailleurs pas été sans conséquences. Elle a requis de profonds changements sur le code existant. C’est la raison principale de cette longue période de silence. Pour ne plus réitérer cela, à partir de cette version nous allons livrer plus souvent et de façon plus atomique, afin de :

    • rester au plus près de vos besoins ;
    • avoir un meilleur retour de votre part sur les évolutions de l’application ;
    • réduire le temps entre la définition d’une idée et ses spécifications, de sa livraison effective ;
    • être plus réactifs sur les déploiements des correctifs.
    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Software Heritage : l’ADULLACT premier contributeur technique

    26 avril, 2017 - 17:13

    Le logiciel libre fait ses premiers pas vers le patrimoine immatériel de l’UNESCO. Le 3 avril dernier, au siège parisien de l’Unesco, en présence de François Hollande, un accord historique a été signé entre l’Inria et l’Unesco pour préserver le patrimoine logiciel de l’humanité.

    Software Heritage est le projet numérique le plus ambitieux de cette décennie. Sa plate‐forme de collecte, d’archivage et de partage de tout le code source disponible dans le monde va permettre de préserver un patrimoine numérique dont aucun outil ne garantissait jusque‐là la pérennité. C’est une reconnaissance du travail et des recherches réalisées par tous les professionnels et passionnés du Numérique.

    La suite de l’article vous explique comment l’ADULLACT contribue à Software Heritage.

    L’ADULLACT est fière de faire de son Comptoire du Libre le 1er contributeur technique du projet Software Heritage. Développé depuis quelques mois par l’ADULLACT, le Comptoir du Libre met à disposition une large sélection de logiciels libres au service des administrations et collectivités territoriales. Cet espace ouvert et collaboratif permet aux décideurs du service public de trouver et d’évaluer les logiciels libres répondant à leurs besoins, de partager leurs expériences et de rencontrer les entreprises délivrant du service sur ces outils.

    Ces deux projets, Software Heritage et Comptoir du Libre, soulèvent des défis techniques de taille, dont la collecte de sources utilisant des technologies très variées, stockées sur quantité de serveurs. Pour y répondre, l’ADULLACT a développé un connecteur innovant donnant accès à l’ensemble des dépôts de logiciels basés sur l’outil FusionForge. En le mettant au service du projet de l’Inria, l’ADULLACT ouvre à Software Heritage la porte de centaines de milliers de projets libres hébergés sur des forges — parmi lesquelles la forge Adullact.net, mais aussi d’autres forges prestigieuses, telles que celles du projet Blender ou du Ministère de l’enseignement supérieur.

    Nul doute que, véritable place de marché du logiciel libre, le Comptoir du Libre bénéficiera à son tour des avancées techniques du projet Software Heritage, lui permettant ainsi d’étendre son moteur de recherche.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    StreetComplete : jouez à compléter OpenStreetMap

    25 avril, 2017 - 16:25

    StreetComplete est un logiciel libre (licence GNU GPL v3) pour Android (et dérivés) en cours de développement mais déjà fonctionnel et disponible depuis F-Droid. Cette application permet de contribuer à OpenStreetMap de manière ludique en remplissant des quêtes en se promenant dans la rue ; les contributeurs du Libre ayant le droit d’être aussi ridicules que les chasseurs de Pokémons en regardant leur écran de téléphone plutôt que leur environnement.

    Lors de la première exécution, il est proposé de se connecter avec son compte OpenStreetMap ou de créer un nouveau compte. Une fois connecté, vous allez pouvoir rechercher des quêtes autour de vous : 

    Dans cette capture d’écran, il y a onze quêtes proposées :

    • 8 recherches d’horaires de commerces ;
    • 2 recherches de surface de chaussée ;
    • 1 recherche de nom de voie.

    Les types de quêtes proposés montrent les intérêts de l’auteur de l’application, il est possible de proposer de nouvelles quêtes en créant des rapports de bogues (issues) dans le projet GitHub (dans les dernières versions, on a, par exemple, vu apparaître les formes de toits et les nombres d’étages des immeubles). Lorsque vous remplissez une quête, celle‐ci est directement enregistrée comme contribution OpenStreetMap (si vous ne voulez pas qu’on puisse tracer vos trajets dans le temps, il est possible de configurer l’application pour ne pas générer les commits dans OpenStreetMap automatiquement, mais à la demande).

    Si vous ne savez pas comment contribuer à OpenStreetMap, cette application semble être une bonne façon de commencer : son utilisation est simple, même pour quelqu’un n’ayant jamais contribué, et on se retrouve vite à faire des centaines de contributions en se promenant dans des endroits insuffisamment référencés (un centre commercial de banlieue parisienne peut représenter des dizaines de quêtes). Voici, par exemple, l’historique d’un compte OpenStreetMap rempli de quêtes résolues.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Parution de 0 A.D. alpha 21 Ulysses

    23 avril, 2017 - 12:27

    0 A.D. : Empires Ascendant est un jeu vidéo de stratégie historique en temps réel (RTS) 3D développé par Wildfire Games. C’est un projet libre (code sous GNU GPL v3, données sous CC BY-SA 3.0) au développement ouvert, visant des standards de qualité artistique comparables à ceux de l’industrie, ainsi qu’un grand respect de la réalité historique.

    Le jeu, multi‐plate‐forme et multilingue, permet d’incarner douze factions qui ont marqué l’histoire entre les rives de l’Atlantique et la chaîne de l’Himalaya, au cours de la période allant de -500 à -1.
    0 A.D. : Empires Ascendant a été libéré en 2009. Le jeu est actuellement en cours de développement et une communauté de joueurs conséquente s’est déjà construite autour.

    Cette dépêche présente la version alpha 21 du projet.

    Sommaire

    0 A.D. alpha 21 est paru le 8 novembre 2016. Le nom de code Ulysses en référence à l’un des héros les plus célèbres de la mythologie grecque. Cette version est apparue sept mois après la précédente et a nécessité 949 révisions.

    Les principales nouveautés de cette version alpha 21 sont l’amélioration du mode multijoueur, trois nouveaux mods, l’annonce de la nouvelle civilisation séleucide, l’ajout de nouveaux modèles de bâtiments et de nouvelles cartes.

    Ulysses apporte les changements suivants :

    Code Interface utilisateur Mode multijoueur
    • affichage du ou des joueurs qui ont mis la partie en pause : 
    • affichage de la population actuelle et maximale des alliés en passant le curseur sur le widget de la population en haut à gauche ;
    • notification sonore du joueur lors de l’auto‐complétion du pseudo dans le salon multijoueurs, lors de la création d’une partie et durant les parties ;
    • dans le salon multijoueur, en cliquant sur une partie en cours, il y a un meilleur affichage des joueurs qui prennent part à la partie. Affichage des joueurs séparés par un saut de ligne, les équipes, si le joueur est déconnecté, s’il a été vaincu ;
    • lors de la mise en place de la partie, un bouton permet d’assigner une civilisation aléatoire à tous les joueurs.
    Autres
    • possibilité de voir la moyenne des points de vie des unités en garnison :
    • statistiques de captures dans le résumé de la partie ;
    • nouvelle fenêtre des discussions permetant de consulter les discussions et notifications qu’on n’aurait pas vues si l’on n’était pas devant son écran. Il y a la possibilité de filtrer les discussions suivant qu’elles sont avec des alliés, des ennemis ou des observateurs :
    Équilibrage

    Cette version apporte un grand changement dans la jouabilité (gameplay) avec l’équilibrage des champions et des armes de siège. Ce rééquilibrage a pour but de rendre les unités championnes moins efficaces pour détruire les bâtiments et de rendre les armes de siège nécessaires pour détruire les bâtiments. Il a également pour but d’éviter le spam d’unités championnes en les rendant beaucoup moins accessibles de par leur coût en ressources.

    Gameplay / jouabilité Mods
    • en mod Merveilles, le temps de victoire peut être configuré arbitrairement ; auparavant, il était configuré à dix minutes ; maintenant, il peut être réglé d’une à cent vingt minutes ;
    • nouveau mod Régicide : la partie commence avec un héros choisi aléatoirement parmi ceux disponibles de la civilisation ; il s’agit du mod classique, avec comme condition de perte supplémentaire la mort du héros ;
    • nouveau mod Last Man Standing, qui consiste à être le dernier joueur encore en vie à la fin, afin de remporter la partie. La diplomatie est débloquée : les alliances et les ruptures d’alliances font partie intégrante du jeu. La partie ne peut être gagnée par une équipe.
    Autres
    • bonus d’équipes :
      • temps de construction réduit de 20 % pour les centres‐villes des alliés des Séleucides,
      • coût des unités de tirailleurs réduit de 20 % pour les alliés des Ibériques,
      • construction des bateaux 25 % fois plus rapide pour les alliés des Athéniens ;
    • possibilité d’entraînement d’unités par nombre arbitraire.
    Moteur
    • mise à jour de SpiderMonkey : le moteur JavaScript de Mozilla passe des versions ESR 31 à 38 ;
    • les soldats civils gagnent de l’expérience à chaque coup qu’ils donnent au lieu de quand ils tuent une autre unité. Ça signifie que l’expérience est plus homogène entre les unités. Auparavant, un soldat pouvait avoir causé tous les dommages et un autre aurait récupéré l’expérience uniquement, car il était le dernier soldat à avoir frappé l’ennemi avant qu’il ne meure ;
    • amélioration de la réfraction de l’eau.
    Art Objets
    • annonce officielle de la civilisation séleucide, avec l’ajout de la merveille et du marché qui complète tous les modèles des bâtiments. Après l’introduction de la civilisation séleucide dans la version alpha 16 avec les modèles de bâtiment des civilisations grecques (Spartiates, Athéniens et Macédoniens), les modèles de bâtiments ont été intégrés au fur et à mesure dans les versions allant des versions alpha 17 à 21 :
    • nouveau modèle de bâtiment pour la colonie militaire des Ptoléméens ;
    • porte perse qui apporte une génération de capture 1,5 fois plus importante pour les bâtiments à proximité ;
    • nouveau centre‐ville insulaire breton ;
    • nouveau temple romain (première capture, dépêche précédente) ;
    • nouveau bâtiment breton qui permet de produire trois nouveaux champions bretons ;
    • nouveau bâtiment Grande salle perse qui permet de produire trois nouveaux champions perses ;
    • mes champs agricoles ont été retravaillés :
    Cartes

    Trois nouvelles cartes aléatoires basées sur la géographie de la Terre :

    • méditerranéenne : Europe et nord de l’Afrique ;
    • Mer Rouge ;
    • Amazone.
    Conclusion…

    Cette 21e version alpha contient des améliorations essentiellement focalisées sur l’amélioration du mode multijoueur, trois nouveaux mods, l’annonce de la nouvelle civilisation séleucide, l’ajout de nouveaux modèles de bâtiments et de nouvelles cartes. Donc…

    … contribuez !
    • vous rencontrez un bogue ou souhaitez proposer une amélioration ? Ouvrez un ticket sur le système de suivi de bogues ou venez parler de vos idées sur le forum ou les salons IRC ;
    • vous connaissez le C++ ou le JavaScript ? Vous avez des compétences en programmation dans le domaine des jeux en trois dimensions ? Pourquoi ne pas aider à améliorer le code ?
    • vous maîtrisez Blender ? Vous pouvez dessiner des textures, concevoir des modèles et les animer ? Contactez Enrique via le forum et dessinez le futur de 0 A.D. ! Vous pouvez aussi proposer vos embellissements ou vos icônes, animer la faune, ou poursuivre la modélisation de la faction Séleucide ;
    • vous jouez d’un instrument acoustique ? Vous composez de la musique traditionnelle ou symphonique ? Vous pouvez contacter le compositeur Omri Lahav et contribuer à la bande originale de 0 A.D. ;
    • vous êtes davantage branchés MAO ? Vous pouvez créer, enregistrer et mixer des sons ? Aidez à donner vie aux cités antiques et aux terres vierges de 0 A.D. !
    • vous étudiez les langues anciennes ? Vous connaissez la prononciation de mots latins, grecs, hébreux, sanskrits ou gaéliques ? Et si vous aidiez à donner de la voix aux unités du jeu ?
    • vous êtes passionnés d’histoire antique ? Venez discuter sur les forums et proposer vos améliorations en matière de jouabilité ou de graphismes !
    • vous êtes plutôt calés en géographie ? Vous pouvez vous familiariser rapidement avec l’éditeur et concevoir facilement des cartes esthétiques et réalistes ;
    • vous parlez plusieurs langues, dont l’anglais ? Pourquoi ne pas participer à la traduction du jeu et à la documentation ?
    • vous savez compiler un logiciel ? Téléchargez la version SVN et venez jouer à la nouvelle version en cours de développement, qui comporte de nouvelles améliorations et la correction de bogues !
    • vous voulez aider à faire connaître 0 A.D. ? Vous aimez faire de jolies copies d’écran ? Participez à l’élaboration de dépêches de qualité sur LinuxFr.org ! \o/
    • passez le mot : parlez de jeux vidéos libres, de 0 A.D. à vos proches et à votre travail. Nous comptons sur des évangélistes du datalove comme vous. <3
    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Agenda du Libre pour la semaine 17 de l’année 2017

    23 avril, 2017 - 11:10

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 33 événements (0 en Belgique, 31 en France, 2 au Québec et 0 en Suisse) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire Agenda du Libre pour la semaine 17 de l’année 2017 [FR Saint‐Jean‐de‐Védas] Repair Café — Le mardi 25 avril 2017 de 9 h à 13 h.

    Nous vous proposons ce rendez‐vous, où, bricoleurs, acteurs, bénévoles, associations, vous attendent pour vous aider à donner une deuxième vie à vos objets.
    Réparer ensemble, c’est l’idée des Repair Cafés dont l’entrée est ouverte à tous. Outils et matériel sont disponibles à l’endroit où est organisé le Repair Café, pour faire toutes les réparations possibles et imaginables. Vêtements, meubles, appareils électriques, bicyclettes, vaisselle, objets utiles, jouets, et autres. D’autre part, sont présents dans le Repair Café des experts bénévoles, qui ont une connaissance et une compétence de la réparation dans toutes sortes de domaines.
    On y apporte des objets en mauvais état qu’on a chez soi. Et on se met à l’ouvrage avec les gens du métier. Il y a toujours quelque chose à apprendre au Repair Café. Ceux qui n’ont rien à réparer prennent un café ou un thé, ou aident à réparer un objet appartenant à un autre. On peut aussi toujours y trouver des idées à la table de lecture qui propose des ouvrages sur la réparation et le bricolage.

    [FR Castelnau-le-Lez] Section GNU/Linux - Le mardi 25 avril 2017 de 10h00 à 12h00.

    L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence de dépannages pour vous aider à vous familiariser avec votre système GNU/Linux au quotidien. Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes et permet ainsi d’adapter l’acquisition de nouvelles compétences au rythme de chacun.
    Vous pourrez y aborder plusieurs thèmes :
    Présentation de Linux

    [FR Brignoles] Réunion formations & débats - Le mardi 25 avril 2017 de 18h30 à 23h00.

    GULLIVAR (Groupe d’Utilisateurs de Logiciels Libres de l’Intérieur du VAR) vous invite à une soirée atelier / présentation qui aura lieu le mardi 25 avril 2017, dès 18h30, en la salle des Saint Anges, chemin de San Sumian à Brignoles.
    À partir de 19h30, ateliers proposés par Jérôme Décamps :
    Information sur l’évolution du site ;

    [FR Paris] Soirée de lancement de Jungle Bus - Le mardi 25 avril 2017 de 18h45 à 22h00.

    Plan de transport + crowdsourcing + Open Data = Jungle Bus
    > Plus de 60% des villes dans le Monde ne disposent pas d’un plan de transport public. Il faut changer ça. C'est ce que propose Jungle Bus, notre nouveau projet communautaire basé sur OpenStreetMap.
    C'est avec plaisir que je vous invite à la soirée de lancement du projet qui aura lieu le 25 avril à 18h45 à la Paillasse, à Paris (Métro Strasbourg St-Denis). Plus d'informations sur cet événement gratuit sont disponibles ici : http://junglebus.io

    [FR Grenoble] Atelier de la Guilde - Le mardi 25 avril 2017 de 19h00 à 23h00.

    GUILDE (Guilde des Utilisateurs Linux du Dauphiné) est une association loi 1901 qui s'est fixée pour objectifs de promouvoir le système Linux auprès des particuliers et des professionnels, de rassembler les utilisateurs de Linux de la région du Dauphiné.
    Nous souhaitons faire naître des projets, des initiatives et créer des groupes de travail qui bénéficieront aussi bien à Linux qu'à ses utilisateurs.
    Notre région est riche en entreprises de haute technologie, centres de recherches, universités et sociétés de services qui utilisent déjà Linux.

    [FR Nanterre] Portes ouvertes de l'Electrolab - Le mardi 25 avril 2017 de 20h00 à 21h00.

    Le mardi soir est le jour où nous invitons les nouveaux et les curieux à découvrir l'Electrolab de Nanterre lors d'une petite visite guidée.
    Qui sommes nous ?
    Laboratoire, makerspace, atelier, grand garage collectif, ces termes nous décrivent tous un peu sans toutefois parvenir à être exacts ou exhaustifs.

    [FR Lille] Permanence autour du libre - Le mardi 25 avril 2017 de 20h30 à 23h00.

    Comme tous les derniers mardi de chaque mois, l'association Chtinux vous propose de venir boire un verre le mardi 25 avril à 20h30 au Café Citoyen situé place de l'ancien marché aux chevaux à Lille (métro République-Beaux Arts).
    Cette manifestation est ouverte à tous.
    Vous pourrez y discuter joyeusement Logiciel Libre, de DIY, d'OpenData, d'électronique, autour de bières (ou découvrir d'autres boissons éco-responsables proposées par le Café Citoyen), venir chercher de l'aide technique ou proposer vos idées d'évènements.

    [QC Montréal] Les formulaires de contact WordPress / WordPress Contact Forms - Le mardi 25 avril 2017 de 19h00 à 21h00.

    De nos jours, on s'attend à voir un formulaire de contact sur tout bon site Web. Il existe plusieurs extensions gratuites et payantes qui servent à créer de simples formulaires de contact, des sondages et des quiz, à recevoir du contenu produit par les utilisateurs, à générer des formulaires de capture de lead marketing ou même à créer des paniers e-commerce avec formatage conditionnel.
    Lors de ce meetup, tous ceux qui veulent parler de leur solution(s) préférée(s) pour créer et gérer des formulaires de contact en auront l'occasion. Si vous souhaitez présenter quelque chose, venez préparés avec un lien vers un site qui contient une démonstration du formulaire que vous utilisez. Nous encourageons aussi les gens qui ont des utilisations intéressantes de générateur de formulaires électroniques à les partager ou à faire une démonstration. Si vous souhaitez présenter quelque chose lors de ce meetup, veuillez soumettre un bref aperçu de votre sujet dans la section des commentaires ci-dessous.
    Inscription gratuite requise

    [FR Montpellier] Install Par Tous ! Install Party ! - Le mercredi 26 avril 2017 de 12h00 à 17h00.

    Reprenez le contrôle de vos machines. Avec un Gnou et un Manchot
    Communément appelées "Install Party" ces événements sont dédiés à l'installation, mais aussi et surtout au support, de systèmes GNU/Linux sur vos ordinateurs personnels (ou pro d'ailleurs), dans le but de se passer des méchants systèmes d'exploitation qui rament, espionnent, et vous ont été imposés.
    Bref reprendre le contrôle de vos machines pour de vrai !

    [FR Auch] Initiation à Linux - Le mercredi 26 avril 2017 de 14h00 à 17h00.

    Cette découverte de Linux est proposée au Café associatif d'Auch, l'Abri des Possibles, tous les mercredi.

    [FR Mauguio] Infolibres permanence - Le mercredi 26 avril 2017 de 17h00 à 19h00.

    Rendez-vous technique, salle de formation informatique de la médiathèque.
    L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence de dépannages pour vous aider à apprivoiser votre système GNU/Linux au quotidien.
    Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes.

    [FR Nantes] Contribution Wikipédia Femme Féminisme - Le mercredi 26 avril 2017 de 18h30 à 21h30.

    L'objectif de cet atelier est de rendre les femmes plus visibles sur Wikipédia en écrivant des biographies de femmes ou des articles en lien avec le féminisme.
    Ouvert à tou.te.s, sans inscription, ces Ateliers sont libres et gratuits.
    Cet atelier a lieu à l'Espace Simone de Beauvoir, 15 du quai Ernest Renaud, Nantes, arrêt ''Gare maritime'' de la ligne 1 du tramway.

    [FR Peymeinade] Install-Party GNU/Linux - Le mercredi 26 avril 2017 de 19h00 à 21h00.

    Désormais tous les 4èmes Mercredi du mois, Clic Ordi et Linux Azur vous proposent une install-party ouverte à tous et gratuite.
    Découvrez un monde rempli de Papillons, licornes, mais surtout de manchots !
    Plus besoin de se soucier des virus et autres logiciels malveillants.

    [FR Lyon] Rencontre Python - Retour d'expérience de Python dans la domotique - Le mercredi 26 avril 2017 de 19h00 à 22h00.

    Enzo Lebrun et Gwenaël Ambrosino nous parleront de leur projet de détection d'anomalies au sein d'un réseau de capteurs.
    Dans un projet de domotique/internet des objets, les capteurs à la maison ont accès à internet et vice et versa. Dans ce cadre, comment déterminer si les activités qu'on reçoit d'un capteur sont conformes à la réalité ? Qu'elles ne proviennent pas d'une activité pirate ?
    Ce genre d'architecture peut aussi générer une grande quantité de données. Quels outils utiliser pour passer à l'échelle tout en préservant la sécurité ?

    [FR Lyon] PostgreSQL et la réplication - Le mercredi 26 avril 2017 de 19h00 à 20h00.

    Pour la dixième rencontre, on se retrouve au Laboratoire Ouvert Lyonnais à 19h pour se rencontrer/apéritiver.
    Puis à 20h Laëtitia nous parlera de réplication, s'en suivra la dure tâche de finir les restes, vider les bouteilles.

    [FR Orléans] Chiffrer ses données pour mieux se protéger - Le mercredi 26 avril 2017 de 20h30 à 22h30. [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 26 avril 2017 de 21h00 à 23h00.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    [QC Montréal] Atelier du libre pour débutant de 3L - Le mercredi 26 avril 2017 de 18h00 à 21h00.

    L’ATELIER PRATIQUE DU DÉBUTANT est organisé pour répondre aux INTERROGATIONS d’un ou/des PARTICIPANTS de niveaux débutants! Matériel requis pour la rencontre : VOTRE PORTABLE ET UNE CLÉ USB DE 16 GO.
    Les annonces se feront sur l’agenda du libre, par twitter et google+, facebook ou par d’autres réseaux sociaux ou site web selon le cas.
    La Date de l’événement sera inscrit en fin de paragraphe lorsqu’un atelier sera mis en place: qui sera soient les 3 ième ou 4ième mercredi de chaque mois, de jour (entre 13:00 et 16:00) ou de soir entre (18:00 et 21:00), organiser, annoncer le plus rapidement possible en début de chaque mois : (CE MERCREDI 26 AVRIL 2017 de 18:00 à 21:00 hrs).

    [FR Riedisheim] Réunion Linux et les Logiciels Libres - Le jeudi 27 avril 2017 de 18h00 à 22h00.

    En partenariat avec le Club Informatique de Riedisheim, le Club Linux de la MJC du Cheval Blanc de Wintzenheim organise sa première réunion à Riedisheim.
    Ouverte à tous, cette réunion et les suivantes s'adressent principalement aux personnes de la région Mulhousienne et du sud du Haut-Rhin, mais pas que.
    Notre objectif est de créer ce lieu pour nous permettre de découvrir, utiliser et approfondir Linux et les Logiciels Libres.

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 27 avril 2017 de 19h00 à 22h00.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.
    Nous nous réunissons donc tous les jeudis soirs dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).
    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    [FR Paris] Silex Labs Apéropensource - Le jeudi 27 avril 2017 de 19h00 à 21h00.

    Les apéros de Silex Labs
    Evènement incontournable de Silex Labs, le traditionnel apéro est de retour, comme chaque mois, le dernier jeudi du mois.
    L’apéro de ce mois-ci

    [FR Paris] Rencontres des contributeurs OpenStreetMap - Le jeudi 27 avril 2017 de 19h30 à 22h30.

    Le groupe local d'OpenStreetMap (Paris et IdF) se réunit les derniers jeudis de chaque mois.
    Ce mois-ci, c'est à la FPH via Parinux: Soirée de Contribution au Libre
    Amenez votre ordinateur, le courant et Internet sont fournis. Il est de coutume de ramener des choses à manger pour partager avec les autres libristes qui partagent cette soirée.

    [FR Montpellier] Formation Sécurité Informatique - Le vendredi 28 avril 2017 de 14h00 à 18h00.

    Nous avons le plaisir de vous informer que les formations auront lieu deux jours dans la semaine, le vendredi et le samedi de 14h00 à 18h00, à l’ Atelier des Pigistes, qui est situé au 171, rue Frimaire, 34000 Montpellier.
    La formation se déroule sur l’ensemble du mois, c’est à dire que vous pourrez assister à toutes les sessions, les vendredis et samedis de 14h à 18h, ce qui fait 32 heures de formation. Bien sûr vous n’êtes obligé d’assister à toutes les sessions, mais c’est mieux.
    Après ça, la sécurité informatique n’aura plus de secret pour vous.

    [FR Montpellier] Les logiciels libres, parlons-en ! - Le vendredi 28 avril 2017 de 17h00 à 19h00.

    Le Faubourg Marché, qu’est-ce que c’est ?
    Le Faubourg Marché est une permanence partagée qui permet aux associations d’accueillir ensemble, les publics de ces associations une fois par semaine, le vendredi entre 17h00 et 19h00, au 19, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier.
    L’idée est de s’informer et d’informer les adhérents des diverses associations sur le fonctionnement du lieu et des associations, et notamment sur les 5 partenaires qui l’animent et lui permettent ainsi d’exister (autour.com, L’Accorderie, enercoop, modulauto, La Nef). Lors de cette permanence partagée vous pourrez rencontrer les associations La Graine (monnaie locale de Montpellier), éCOhabitons, Montpellier à pied, et bien sûr Montpel’libre.

    [FR La Couronne] Permanence - accueil public - Le samedi 29 avril 2017 de 10h00 à 13h00.

    Notre permanence d'accueil avec le sourire, le café et les gâteaux !
    Lieu de rencontre et d'échange convivial pour discuter informatique et outils numériques.
    Cette association permet à chacun de découvrir également l'univers de Linux et par extension de tous les logiciels et matériels libres.

    [FR Landerneau] Install Party - Le samedi 29 avril 2017 de 10h00 à 17h00.

    Install Party dans le cadre de C'est Pas Net - La Quinzaine des écrans.Avec des ateliers démo Bibliobox, Impression 3D, Rasberry Pi RecallBox, MAO sur logiciel libre…
    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Castelnau-le-Lez] Atelier de développement et programmation - Le samedi 29 avril 2017 de 10h00 à 12h00.

    Pour cette nouvelle saison, les ateliers Dev/Prog de Castelnau auront lieu chaque semaine le samedi matin, pour satisfaire aux attentes de toutes et tous.
    Rendez-vous hebdomadaire, tous les samedis, salle 38 de la mjc (fermé pendant les vacances).
    Cet atelier de développement est essentiellement axé sur les langages du Web : html, css (même si ce ne sont pas des langages à proprement parler) javascript et PHP, possibilité aussi d’utiliser Ajax, Jquery, Sqlite et MySql, mais il peut aussi aborder d’autres langages à la demande.

    [FR Rouen] Journée Mensuelle du Logiciel Libre - Le samedi 29 avril 2017 de 14h00 à 18h00.

    Le samedi 29 avril 2017, nous organisons notre Journée Mensuelle du Logiciel Libre à la Maison St Sever à Rouen.
    (Centre Commercial St Sever, 10-12 rue Saint-Julien 76100 Rouen) de 14h00 à 18h00. Rouen, Normandie.
    On fera connaissance avec la toute dernière version de openSUSE, la openSUSE Leap 42.2, Gnome 3.16.2, LibreOffice et beaucoup d’autres distributions Linux.

    [FR Marseille] Install Party GNU/Linux - Le samedi 29 avril 2017 de 14h00 à 19h00.

    L’association CercLL (CercLL d’Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party GNU/Linux, le samedi 29 avril 2017 de 14h00 à 19h00, dans la salle du Foyer du Peuple 50 rue Brandis 13005 Marseille.
    Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d’utiliser votre ordinateur.
    Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le Manchot, les mascottes de GNU/ Linux.

    [FR Montpellier] Formation Sécurité Informatique - Le samedi 29 avril 2017 de 14h00 à 18h00.

    Nous avons le plaisir de vous informer que les formations auront lieu deux jours dans la semaine, le vendredi et le samedi de 14h00 à 18h00, à l’ Atelier des Pigistes, qui est situé au 171, rue Frimaire, 34000 Montpellier.
    La formation se déroule sur l’ensemble du mois, c’est à dire que vous pourrez assister à toutes les sessions, les vendredis et samedis de 14h à 18h, ce qui fait 32 heures de formation. Bien sûr vous n’êtes obligé d’assister à toutes les sessions, mais c’est mieux.
    Après ça, la sécurité informatique n’aura plus de secret pour vous.

    [FR Boulogne-sur-mer] Install-Party Linux - Le samedi 29 avril 2017 de 14h00 à 17h30.

    Dans le cadre du mois du numérique, Boulogne sur mer Développement Côte d'Opale, Linux 62, Cartopen et le C-Napse.
    Vous proposent une Install- Party Linux à l'Atelier à l'étage de la Gare Maritime de Boulogne sur mer (62200).
    C’est gratuit et tout public, sur inscription sur le site de l’espace BOUDA (www.latelier-bouda.fr).

    [FR Nantes] Permanence Linux - Le samedi 29 avril 2017 de 15h00 à 18h00.

    Une permanence de Linux Nantes aura lieu de 15 à 18 heure,
    dans l’aile du local associatif "B17".
    Au cours de ces permanences, nous proposons des conseils, des installations ou des réparations.

    [FR Schiltigheim] Install Party - Hasta la VISTA baby ! - Le samedi 29 avril 2017 de 16h00 à 19h00.

    Windows Vista arrive en fin de vie. Le 11 avril 2017, plus aucune mise à jour de sécurité ne sera proposée par Microsoft pour ce système, donc si une erreur est découverte dans le système celle-ci ne sera tout simplement pas corrigée.
    Mais attention aux raccourcis ! Système obsolète est différent d’ordinateur à racheter !
    Votre machine reste fonctionnelle et peut être réinstallée avec un nouveau système de votre choix qui vous permettra de continuer à utiliser votre matériel.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Résultat électoral : le nouveau DPL est…

    21 avril, 2017 - 08:44

    La période électorale franco‐française arrive bientôt à son terme, ce qui nous a valu des journaux sur les systèmes de vote et d’autres, un peu plus gratinés, de colleurs d’affiches. Pendant ce temps, dans le monde du logiciel libre, une élection avait lieu de son côté : Debian élisait son nouveau responsable en la personne de Chris Lamb. Cette dépêche est l’occasion de revenir sur son déroulement et son résultat.

    L’élection.

    Le processus Debian, pour désigner leur nouveau responsable de projet, se déroule en trois phases. Dans un premier temps, cette année du 5 au 11 mars, les développeurs sont invités à proposer leur candidature pour le poste. Cette année, deux candidats se sont présentés :

    • Mehdi Dogguy, le responsable sortant ;
    • Chris Lamb.

    S’ensuit une période de campagne, cette année du 12 mars au 1er avril, durant laquelle les candidats se présentent et proposent leur vision et les actions qu’ils entendent mener au cours de l’année à venir :

    Enfin, le scrutin, du 2 au 15 avril, est organisé selon une méthode de Condorcet : la méthode Schulze. Les résultats définitifs, qui ont vu la victoire de Chris Lamb, sont consultables sur le site du projet Debian.

    Suite à une question de Liorel sur le journal à l’origine de la dépêche, les remarques suivantes pourront en intéresser certains. Liorel se demandait quel était l’intérêt, comme il n’y avait que deux candidats, d’utiliser une méthode de Condorcet par rapport au scrutin uninominal que les Français utilisent (situation de second tour en France). D’abord, en sus des deux candidats, Debian rajoute une troisième option sur les bulletins de vote : « aucun des deux » (ce qui correspond à un vote blanc). Les électeurs sont alors invités à classer ces trois options selon leur ordre de préférence, et le système de vote prend en compte le « vote blanc », mais de manière non uniforme pour chacun des candidats. Un ratio est calculé entre le nombre de fois où un candidat est arrivé en tête et le nombre de fois où le choix « aucun des deux » lui a été préféré. Dans le cas de cette élection, on obtient pour les deux candidats :

    • Mehdi : 17,588 (299/17) ;
    • Chris : 25,250 (303/12).

    Ici, la prise en compte du « vote blanc » n’est pas uniforme entre les candidats (17 pour Medhi, contre 12 pour Chris), et le ratio doit être supérieur à un pour que le candidat soit bien élu. Il donne aussi une certaine mesure de la position des « abstentionnistes » par rapport au candidat (plus le ratio est proche de un, moins le candidat est désiré).

    Pour les lecteurs intéressés par les systèmes de vote, on pourra lire l’article La quête du Graal électoral sur le site Images des Maths du CNRS où est présenté, entre autres, un système à la Condorcet intéressant : le scrutin bipartiludique (ou « vote chifoumi » :-P) qui possède la propriété importante (contrairement à la méthode Schulze de Debian) de ne pas permettre le « vote utile ».

    Le nouveau responsable : Chris Lamb.

    Le rôle et les pouvoirs précis dont dispose le responsable du projet Debian sont définis dans la constitution du projet. Ils consistent essentiellement à déterminer des orientations techniques, politiques et la gestion des fonds qui seront, in fine, soumises à discussions sur les listes adaptées.

    Le nouveau responsable, Chris Lamb, est contributeur Debian depuis dix ans (il a commencé par un Google Summer of Code) et officiellement développeur Debian depuis 2008. Il est en charge du maintien de certains paquets dans l’archive. Dans le cadre de son travail, il contribue au projet Debian LTS (projet visant à maintenir au moins cinq ans les corrections de sécurité sur une version stable, en prenant le relai de l’équipe sécurité après la sortie d’une nouvelle version stable) et il participe également au projet Debian Reproducible Builds, qui vise à pouvoir recompiler un paquet source Debian en obtenant le même SHASUM que le binaire publié, cela afin de mieux contrôler qu’il n’y a pas d’action « malicieuse » lors de la production des binaires diffusés (un code source cela s’inspecte, mais un binaire ?).

    Dans son programme, Chris Lamb pointe du doigt un problème de communication et perception par rapport au monde extérieur : site Web austère, wiki à des années lumières du wiki d’Arch Linux, par moment mauvais accueil des utilisateurs non familiers avec Debian… Sans pour autant négliger les aspects purement techniques de gestion d’une distribution, il souhaite agir principalement sur quatre axes :

    • organiser plus de rencontres ;
    • améliorer le processus d’accueil et d’intégration ;
    • créer leur propre programme d’ouverture (il cite le projet Outreachy de GNOME en exemple) ;
    • supprimer fermement tout bloqueur pour travailler efficacement dans Debian.

    Félicitations à Chris pour sa victoire, et souhaitons lui bonne chance pour la mise en œuvre de son programme.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    PacketFence version 7 est disponible

    21 avril, 2017 - 08:43

    Inverse annonce la sortie de la version 7 de PacketFence. PacketFence est une solution de conformité réseau (NAC) entièrement libre (GPL v2) et reconnue. Procurant une liste impressionnante de fonctionnalités telles qu’un portail captif pour l’enregistrement ou la remédiation, une gestion centralisée des réseaux filaire et sans fil, la prise en charge du 802.1X, l’isolation de niveau 2 des composantes problématiques, l’intégration aux détecteurs d’intrusions tels Snort et Suricata, la reconnaissance d’appareils avec Fingerbank et plus encore. PacketFence peut être utilisé pour sécuriser efficacement aussi bien des réseaux de petite taille que de très grands réseaux hétérogènes.

    La version 7 de PacketFence apporte de nombreuses améliorations telles que la réplication multi‐maître avec une grappe de serveurs MariaDB Galera, le prise en charge du protocole IPv6, l’intégration du langage Go pour les modules de coupe‐feu et le répartiteur de requêtes HTTP, une refonte majeure de l’interface Web d’administration et plus encore.

    PacketFence possède un grand nombre de fonctionnalités. Parmi celles‐ci, on retrouve :

    • l’enregistrement des composantes réseau grâce à un puissant portail captif ;
    • le blocage automatique, si souhaité, des appareils indésirables, tels que les Apple iPod, Sony PlayStation, bornes sans fil et plus encore ;
    • l’enrayement de la propagation de vers et virus informatiques ;
    • le freinage des attaques sur vos serveurs ou diverses composantes réseaux ;
    • la vérification de la conformité des postes présents sur le réseau (logiciels installés, configurations particulières, etc.) ;
    • la gestion simple et efficace des invités se connectant sur votre réseau ;
    • des sources d’authentification variées, incluant Facebook et Google.

    PacketFence est une solution non intrusive qui fonctionne avec une multitude d’équipements réseau (filaire ou sans fil), tels ceux de 3Com, AeroHIVE, Allied Telesis, Aruba, BelAir/Ericsson, Brocade, Cisco, Dell/Force10, Enterasys, ExtremeNetworks, Extricom, Fortinet, Hewlett-Packard/H3C, Huawei, Intel, Juniper Networks/Trapeze, LG-Ericsson US, Meru Networks, Mojo Networks, Motorola, Netgear, Nortel/Avaya, Ruckus, Xirrus et plus encore.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Rudder 4 — nouvelle version de la solution de Continuous Configuration

    20 avril, 2017 - 21:20

    Un peu plus de deux ans après la sortie de Rudder 3, une nouvelle version majeure voit le jour, et avec elle de nombreux changements qui distinguent encore davantage Rudder des outils de gestion de configuration classiques.

    Rudder est une solution libre et multi‐plate‐forme de Continuous Configuration (gestion de configuration et audit en continu), visant particulièrement les besoins d’infrastructures de production.

    Sommaire Qu’est‐ce que Rudder ?

    Rudder est une solution libre de Continuous Configuration qui audite le système d’information (SI) en continu et automatise les opérations logicielles de façon contrôlée et sécurisée.

    Derrière le terme de Continuous Configuration, on trouve une base de gestion de configuration, alliée à des fonctionnalités d’audit en continu. La différence entre un outil de gestion de configuration traditionnel et Rudder, c’est que les changements peuvent être simulés individuellement avant d’être validés, puis vérifiés après être appliqués et, enfin, tracés et maintenus dans le temps. Tout ce qui n’est pas conforme à l’état cible, auquel on souhaite rester ou accéder, remonte des alertes en temps réel, crée des rapports de dérive ou déclenche une remédiation automatique. Cela en fait un outil particulièrement adapté pour répondre aux contraintes d’infrastructure de production.

    D’un point de vue pratique, Rudder permet de :
    • gérer le socle système (distribuer des clefs SSH, paramétrer le DNS, gérer les utilisateurs, paramétrer les permissions sur les dossiers et fichiers, lancer des tâches, gérer les certificats, etc.) ;
    • installer, mettre à jour et configurer des applications ;
    • appliquer et vérifier en continu les politiques de sécurité, y compris pour des normes externes (ISO 27001, PCI-DSS, PSSI de l’ANSSI, etc.).
    En bref, Rudder est :
    • un outil de gestion de configuration et d’audit en continu, existant depuis 2011 ;
    • libre (code sous GPL v3, documentation sous CC by-SA 2.0, avec quelques bibliothèques sous licence Apache) ;
    • composé d’un serveur qui gère les configurations et la remontée de conformité (en Scala) et d’un agent de configuration (en C), qui gère Debian, Ubuntu, RHEL/CentOS, SLES et AIX ;
    • utilisé par de larges productions critiques comme la Caisse d’Épargne, BMW, Eutelsat ou Novartis ;
    • principalement développé par Normation (http://www.normation.com/fr/normation/qui-sommes-nous/), qui propose différents services autour de Rudder, tels que du support ou de la formation, ainsi que des greffons payants pour des besoins spécifiques, notamment pour le support des machines Windows.

    Pour ceux qui veulent voir plus en détails le fonctionnement de Rudder, vous pouvez consulter le schéma d’architecture.

    Rudder 4

    Rudder 4.0 est sorti le 10 novembre 2016, et Rudder 4.1, le 30 mars 2017. Les axes d’évolutions de ces versions sont présentés dans la suite de l’article.

    Le mode Audit

    La fonctionnalité centrale de Rudder 4 est la possibilité de configurer un serveur pour n’effectuer que de la vérification de l’état de certaines règles de configuration. On peut réaliser cette configuration pour une machine complète ou pour une portion de configuration, ou bien encore au niveau global sur l’ensemble des règles de configuration et l’ensemble des machines.

    Rudder offre donc maintenant deux modes : Audit et Enforce, respectivement pour vérifier l’état sans le modifier, et pour modifier le système pour atteindre l’état cible.

    Quels sont les cas d’utilisation possibles :

    • outil d’audit pur ; par exemple, pour une vérification de normes (PCI-DSS, ISO 27001, etc.). À la différence d’avec un outil dédié, une fois la configuration effectuée, elle peut directement être utilisée pour configurer ;
    • validation de changements avant de les appliquer ; par exemple, une nouvelle configuration ; ce cas peut être vu comme un équivalent d’un mode dry‐run classique, mais potentiellement sur l’ensemble de l’infrastructure et avec une granularité supérieure (portant seulement sur certains points de configuration) ;
    • validation après l’installation de Rudder sur une infrastructure existante, pour valider qu’il correspond à la configuration cible théorique, avant d’activer le mode Enforce.

    Si les techniques (règles fournies par défaut à l’installation) peuvent se révéler limitées pour de l’audit, la construction des règles d’audit est particulièrement simple et accessible à l’aide du Technique Editor, un éditeur de configuration Web.

    Performance

    Rudder est déployé sur des parcs de tailles de plus en plus importantes et d’un objectif d’une centaine de machines gérées sur un serveur, avec les premières version (Rudder 2), puis de l’ordre du millier de machines (Rudder 3), la version 4 vise un ordre de grandeur d’une dizaine de milliers de machines gérées efficacement depuis un serveur.

    Performance du serveur

    Le travail pour passer à cette échelle a consisté en plusieurs points :

    • des tests de performance approfondis pour prioriser les améliorations ;
    • un travail sur le modèle de données de l’application, notamment dans le stockage de l’information de conformité ; les rapports de conformité attendus (correspondant aux configurations mises à disposition des machines), sont désormais stockés sous format JSON, par nœud, en un point unique, au lieu d’être répartis dans plusieurs tables ; cela simplifie grandement les calculs de conformités lors de la réception des rapports d’exécution de l’agent ;
    • une amélioration du cache interne de l’application, notamment du cache de valeurs de conformité.

    L’interface Web a aussi reçu des améliorations :

    • les ressources statiques ont maintenant une URL versionnée et sont correctement mises en cache ; et la compression des ressources a été activée partout ;
    • lorsque nous avons introduit le Dashboard et les graphes de changements récents, nous nous sommes tournés vers c3.js pour l’affichage des graphiques. Cette bibliothèque utilise du SVG, mais Firefox présente de gros problèmes de performance dans le rendu des SVG. Ceci, combiné à l’usage que nous en faisons (de petits graphes dans des tableaux) engendre une baisse dramatique des performances (chaque graphique prend des centaines de millisecondes à s’afficher, ce qui bloque le navigateur et engendre un niveau d’utilisation élevé du processeur). Ce n’était pas visible avec seulement quelques graphes, mais lorsque ce nombre augmente cela pouvait complètement bloquer l’utilisation du navigateur. En version 4.1, c’est terminé ! Nous avons remplacé cette bibliothèque par chart.js, qui utilise un canevas pour afficher ces graphes ce qui offre une hausse des performances énorme sous Firefox.
    Performance de l'agent

    D’autre part, côté agent, la légèreté et la rapidité permettent de diversifier les types de déploiements vers des parcs légers (Raspberry Pi, etc.), en plus d’utiliser moins de ressources sur les machines gérées.

    Nous nous sommes concentrés sur la performance de l’agent, notamment après avoir constaté de graves dégradations de performances avec des règles contenant des variables (tableaux en l’occurrence) de taille importante (plusieurs centaines d’éléments), et a abouti en version 4.1.1 à une amélioration très significative de la durée d’exécution de l’agent dans certains cas (la création de 500 utilisateurs sur une machine passe de dix minutes à une quinzaine de secondes). Un agent avec quelques règles de configuration simples s’exécute en une à deux secondes et peut aller jusqu’à quelques dizaines de secondes pour des configurations avec plusieurs centaines d’éléments configurés, avec une consommation de mémoire vive de quelques dizaines de mégaoctets.

    Organiser les configurations

    Quand la quantité de configurations devient importante dans votre installation Rudder, il peut devenir difficile de retrouver les éléments de configuration (nœuds, règles, etc.). Pour cela, plusieurs améliorations ont été apportées :

    • un système d’étiquettes (tags) sur les objets de configuration (règles, directives) a été ajouté. Les étiquettes sont basées sur un système clef‐valeur, pour plus de souplesse dans l’utilisation (par exemple : “environnement” → “production”). Une règle ou directive peut avoir autant d’étiquettes que souhaité, potentiellement avec la même clef ;
    • les étiquettes sont éditables dans l’interface Web et via l’API, et sont utilisables en tant que filtres dans les champs de recherches (avec de l’auto‐complétion).

    Depuis Rudder 3.1, nous avons la possibilité d’utiliser des propriétés de nœuds (stockées sous forme de chaînes de caractères ou d’objets JSON) pour regrouper les nœuds basés sur des propriétés définies et pour ajouter des données dans les « politiques » générées.

    Ces propriétés ne pouvaient être définies que via l’API de Rudder et étaient affichées dans l’interface Web. De plus, leur utilisation a été facilitée par l’inclusion d’un moteur JavaScript dans les champs de paramètres, permettant une manipulation simple du contenu des variables.

    Dans Rudder 4.1, nous pouvons désormais ajouter ou supprimer les propriétés de nœuds directement depuis cette interface, via l’onglet Properties dans les détails d’un nœud. Vous pouvez aussi créer de nouvelles propriétés, dont les valeurs peuvent aussi bien être une simple chaîne de caractères, ou bien des données au format JSON pour les structures plus complexes.

    Pilotage via l’API

    Le cycle de développement de la version 4 a permis l’ajout de deux nouvelles possibilités dans l’API.

    La première donne simplement accès à la configuration du serveur Rudder lui‐même, ce qui permet d’automatiser des changements de configuration. Elle permet, par exemple, de modifier la fréquence d’exécution des agents, ou la durée de rétention des sauvegardes des fichiers modifiés par les agents sur les nœuds gérés, ou encore de réaliser des instantanés (snapshots) de la configuration de Rudder.
    La deuxième API introduite concerne le déclenchement d’agents. En effet, l’agent Rudder est autonome et se connecte régulièrement au serveur Rudder figurant dans sa configuration pour obtenir la dernière version des configurations à appliquer (par défaut, toutes les cinq minutes). Ainsi, quand un changement de configuration cible est réalisé sur le serveur, la propagation s’étale sur plusieurs minutes (ou dizaines de minutes, selon de délai d’exécution configuré).

    Pour permettre d’appliquer au plus vite un changement de configuration en cas de besoin, une nouvelle API a été mise en place. Elle permet, depuis le serveur, de déclencher une exécution des agents sur les nœuds.

    Cette API a deux modes principaux :

    • déclenchement sur un ensemble de nœuds et obtention de la sortie de l’agent ;
    • déclenchement asynchrone d’exécution de l’agent sur l’ensemble des nœuds, sans attendre le résultat.

    Rudder est maintenant totalement pilotable par API, que ce soit au niveau de la création et gestion des règles de configuration ou de l’administration de Rudder, ou de l’extraction d’informations de conformité. Les API permettent en général de personnaliser le fonctionnement de Rudder et d’automatiser certaines opérations spécifiques (acceptation de nouvelles machines sur un serveur Rudder, édition de configurations, etc.). Pour faciliter la manipulation de l’API, il existe une interface en ligne de commande et une bibliothèque Python.

    Note : Comment se passe la modification de configuration sur le serveur, que ce soit via l’API ou l’interface Web ? Le code de configuration est en fait stocké dans un dépôt Git sur le serveur, permettant ainsi une modification via l’interface ou directement dans le code. De plus, une partie des fonctionnalités liées à la configuration (instantané, annulation d’un changement, journal des événements) est directement basée sur l’utilisation du dépôt Git sous‐jacent.

    Ergonomie de l’interface Web

    L’interface de Rudder n’avait pas beaucoup évolué depuis la sortie de la version 3.0, tandis que le logiciel n’a cessé d’intégrer de nouvelles fonctionnalités. La version 4.0 fut l’occasion parfaite de rajeunir l’image de Rudder en lui offrant une nouvelle interface, plus moderne et responsive.

    Voici une liste non exhaustive des principales améliorations :

    • nouvelle disposition du menu ;
    • ajout d’un champ de recherche global portant sur toutes les entités (machines, configuration, etc.) présentes dans Rudder. Ce champ de recherche dispose aussi d’un langage de requêtage simple pour effectuer une recherche sur un type d’objet ou un champ précis ;
    • intégration du nouveau logo ;
    • nouveau thème pour l’arbre des groupes, directives, règles, etc. ;
    • la plupart des formulaires intègrent désormais le cadriciel Bootstrap.

    Autour du développement

    Lors du travail sur Rudder 4, les processus de développement ont été améliorés. Nous avons ajouté de nouvelles possibilités à notre outil de développement rudder-dev, notamment la possibilité d’ouvrir un ticket de correction directement depuis la ligne de commande. Nous avons, en plus de cet outil, créé un bot GitHub qui teste les demandes d’intégration Git (pull requests) et effectue les fusions (merge) dans les branches supérieures automatiquement, quand c’est possible. Sinon, il fournit la commande pour l’effectuer manuellement (cf. https://github.com/Normation/rudder/pull/1616, par exemple). Cela a permis d’éviter des problèmes lors de la fusion de branches contenant plusieurs correctifs différents, quand cela n’avait pas été fait immédiatement après la fusion dans la branche de destination.

    De plus, nous sommes en train de modifier le système de priorisation des tickets pour coller au mieux aux besoins de la majorité des utilisateurs et être plus en cohérence avec la feuille de route.

    Suite à une rétrospective sur le développement de la version 4.0, nous avons lancé de nouveaux canaux de discussion avec les utilisateurs et contributeurs, notamment une nouvelle FAQ et un blog autour du développement.

    Nous avons aussi participé cette année encore au Configuration Management Camp à Gand. Nous avions cette année une salle dédiée et avons accueilli cinq discussions à cette occasion, en plus de notre intervention au sein de la main track de l’événement.

    Et maintenant ?

    La prochaine fonctionnalité importante sera le développement d’un agent pour Windows, basé sur l’outil natif DSC (Desired State Configuration), intégré à Powershell depuis la version 4 et désormais open source.

    Nous souhaitons en outre utiliser les possibilités introduites dans les versions 4.0 et 4.1 pour proposer des fonctionnalités plus avancées, comme, par exemple, un déploiement progressif de configuration (ramp‐up) basé sur les premiers retours de conformité.

    Pour en savoir plus et tester Rudder, vous pouvez :

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Revue de presse de l’April pour la semaine 15 de l’année 2017

    18 avril, 2017 - 10:15

    La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’association de promotion et de défense du logiciel libre.

    Sommaire

    [NRJ.fr] Pourquoi les créatifs doivent‐ils apprendre à coder ?
    Par la rédaction, le jeudi 13 avril 2017. Extrait :

    « Graphiste, designer, illustrateur… avec l’avènement du numérique, l’univers de la création est en pleine mutation et doit se réinventer. Voici 10 bonnes raisons d’apprendre le langage de programmation : bienvenue dans l’ère du coding. »

    [Numerama] Présidentielle : les algorithmes de YouTube préfèrent François Asselineau à Benoît Hamon
    Par Corentin Durand, le jeudi 13 avril 2017. Extrait :

    « AlgoTransparency est une initiative open source qui vise à mesurer la surreprésentation de certains candidats à la présidentielle sur YouTube. À l’heure où de nombreux votants préfèrent les chaînes des candidats aux messes télévisées, cette question a toute son importance. »

    Et aussi :

    [Developpez.com] Quels pourraient être les archétypes du hacker ?
    Par Stéphane le calme, le mercredi 12 avril 2017. Extrait :

    « S’inspirant du livre sur les arts martiaux intitulé On the Warrior’s path (Sur la voie du guerrier), dans lequel l’auteur essaie de comprendre les différentes psychologies des artistes martiaux en étudiant une demi‐douzaine d’archétypes (ronin, guerrier tribal, etc.), Eric Steven Raymond (connu également sous les initiales ESR), un célèbre hacker américain à qui l’on doit notamment la popularisation du terme open source, s’est proposé d’en faire un parallèle en informatique. »

    [Developpez.com] « De nombreux militants du logiciel libre sont juste des antisociaux qui aiment détester tout ce qui est populaire »
    Par Michael Guilloux, le mardi 11 avril 2017. Extrait :

    « Comme nous l’avons rapporté la semaine dernière, Canonical, la société qui assure le développement d’Ubuntu a décidé d’abandonner Unity pour GNOME comme environnement de bureau pour la distribution [GNU/]Linux. Cela marque donc, après plusieurs années, la fin du projet de convergence avec les smartphones. Le fondateur de Canonical, Mark Shuttleworth, a justifié cela par le fait que “les efforts de développement du projet de convergence n’ont pas été perçus par la communauté comme une innovation, mais plutôt comme une fragmentation”. »

    [ZDNet France] Mastodon : le buzz décrypté par Jean‐Christophe Gatuingt (Visibrain)
    Par Benoît Darcy, le mardi 11 avril 2017. Extrait :

    « Retour analytique sur l’émergence de Mastodon et son incroyable percée médiatique. »

    Et aussi :

    [Sciences et avenir] L’inventeur du Web reçoit le prix Alan Turing
    Par Joël Ignasse, le jeudi 6 avril 2017. Extrait :

    « 28 ans après la naissance du premier site Web, son créateur Tim Berners‐Lee est enfin récompensé. »

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires