Syndiquer le contenu
Mis à jour : il y a 5 heures 18 min

Journée Jeux Vidéo sous Linux le 28 février 2015 à Schiltigheim

19 février, 2015 - 08:55

L'association Desclicks L'informatique Solidaire organise une journée jeux vidéo le samedi 28 février 2015 à partir de 10h du matin, dans les locaux de l’association au 3 rue St Paul à Schiltigheim (accès par le Cour Elmia). Cette journée sera l’occasion de découvrir les possibilités de jeu sous un système libre Linux, en passant par des jeux libres, des jeux sans verrou numérique et des jeux propriétaires.

Au cours de cette journée il y aura :

  • Du tir avec Xonotic, Urban-Terror et Teeworlds,
  • De la stratégie avec 0ad, Zero-K, et d’autres classiques,
  • Du fun avec Hedgewars ou SuperTuxKart,
  • De la simulation de vol avec FlightGear,
  • De l'émulation avec Wine et PlayOnlinux
  • Des jeux sans verrou numériques et des jeux sous Steam.

Notre capacité d’accueil étant limitée à environ 15 postes, nous invitons les personnes intéressées à s’inscrire sur la page Framadate afin que nous puissions nous organiser en conséquence. Pour plus de confort, les joueurs avertis peuvent venir avec leurs périphériques de prédilection ( clavier, souris, casque, manette ).

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Atelier raspberry-pi le 22 mars 2015 à Argenteuil

18 février, 2015 - 21:22

L'assocation GULL StarinuX, fidèle à ses ateliers bi-mensuels, organise un atelier micro-ordinateur RASPBERRY-PI (sous GNU/Linux).

  • Quand : le dimanche 22 mars de 9h à 18h,

  • Où : Bains-douches Silicone-banlieue 9 rue de Calais 95018-Argenteuil
    (5 min de la gare de d'Argenteuil, directe 10 min St Lazare). Un endroit agréable, original, bien adapté aux ateliers numériques.

  • Présentation : participez à la construction d'un projet Linux embarqué avec le mini PC Raspberry-Pi sous la houlette d'un spécialiste : "un système de télé-surveillance".

  • Commodités : bar et collation sur place, sinon tout à côté.

  • Précisions : comme à l'accoutumée, une participation de 20€ est demandée (10€ chercheur d'emploi), valable un an (plus de 12 ateliers).

  • Formateur : Peio LAHIRIGOYEN

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Mandriva Pulse 3.0, faites le plein de fonctionnalités pour votre SI

18 février, 2015 - 20:40

En janvier 2014 nous vous présentions la version 2.0 de Pulse et ses nouvelles fonctionnalités. Tout juste un an après, voici la nouvelle génération de la solution de gestion de parc IT de Mandriva, Pulse 3.0.

Digne héritière de la précédente, cette version intègre :

  • Des nouveaux modules comme la supervision, permettant une surveillance accrue de son parc ;
  • Des services, disponibles depuis le ServicePlace, tels que l'App stream, qui propose un abonnement fournissant des paquets contenant les dernières versions des logiciels les plus couramment utilisés ;
  • Des fonctionnalités, comme la création de groupes pour le déploiement de mises à jour Windows ou les scripts de pre et post sauvegarde ;
  • Une nouvelle interface graphique, plus sobre et plus claire, pour mettre en avant les éléments importants ;
  • Des améliorations pour le confort de l'utilisateur, comme la synchronisation des presse-papiers dans le module de prise de contrôle à distance.

Prêts ? A vos Pulse pour démarrer la nouvelle année sous le signe de la performance du SI.

Pour une démonstration gratuite: sales@mandriva.com ou +33 1 76 64 16 60.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Drupal Dev Days 2015 à Montpellier

18 février, 2015 - 18:33

L’association Drupal France & Francophonie organise son plus gros événement en France en 2015, du 13 au 19 avril prochain à Montpellier.

Les «Drupal Dev Days», c’est un format unique : une semaine pour organiser des ateliers de travail collaboratifs, ainsi que des conférences. Cet événement est spécialement organisé pour la communauté internationale des développeurs Drupal, environ 350 personnes sont attendues cette année.

C’est la conférence technique annuelle des développeurs, et qui cette année est portée par la France, soutenue par l’association Drupal France et francophonie et organisée par une équipe de bénévoles.
Une semaine en deux temps :

  • En fil rouge de cette semaine, seront organisés des ateliers de travail, autrement appelés “Sprints” et des ateliers de discussions, ou “BoF” (pour Birds of a Feather).
  • Les jeudi, vendredi et samedi seront les trois jours de temps forts de cette édition, pendant lesquels des conférences seront présentées.

Les objectifs de cette manifestation sont multiples : offrir un lieu de rencontre à la communauté Drupal, grandissante et internationale, apporter support et nouveauté aux développeurs spécialisés, faire progresser le logiciel, alors que sa nouvelle version (la version 8) est très prochainement attendue et en voie de finition.

Vous êtes plutôt intéressé par l’affichage ? Les retours d’expérience ? Les configurations avancées ? Ou les techniques de développement ? Découvrez notre programme : http://montpellier2015.drupaldays.org/program

Si vous voulez en savoir plus sur l’événement, rendez­-vous sur notre site ou contactez nous par courriel : ddd@listes.drupalfr.org

NdM : l'entrée coûte 35€ pour les étudiants, et de 70 € à 150 € sinon, suivant la période d'achat.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

PEPS, nouvelle solution libre de messagerie et partage de fichiers

18 février, 2015 - 11:32

Une nouvelle solution de communication libre est née : PEPS ! PEPS est développé par la société française MLstate, sous licence AGPLv3. Ce n'est pas forcément un remplacement des serveurs IMAP existants mais cela se place plutôt sur le champ de solutions de communication qui incluent les fonctionnalités suivantes :

  • messagerie (compatible avec SMTP). Voir la capture d'écran
  • partage de fichiers et répertoires. Voir la capture d'écran
  • gestion des équipes
  • gestion du chiffrement côté client
  • soin particulier à l'ergonomie et l'expérience utilisateur
  • extensibilité via API REST
  • fonctions sociales, à commencer par un mur pour les utilisateurs. Voir la capture d'écran

PEPS est avant tout conçu pour la communication interne en entreprise, grâce aux fonctionnalités d'équipe (chaque équipe a un répertoire partagé, et peut recevoir des messages envoyés à tous les membres), l'utilisation d'un protocole interne différent de SMTP qui gère de nouvelles fonctions (garanti d'envoi, accusé réel de lecture, possibilité pour l'expéditeur de modifier un message non-lu), système de classification basé sur des étiquettes de sécurité et du support transparent du chiffrement client pour certaines données.

Le code source est disponible sous licence AGPL et se veut une alternative libre à des solutions SaaS de type Gmail + Dropbox ou propriétaires comme Exchange/Outlook ou de communication dont le code est publié mais qui sont non libres comme Zimbra ou OpenXChange. En particulier, le support des calendriers est prévu dans la feuille de route.

Autre point à mentionner : PEPS est disponible sous forme de composants Docker ce qui permet de déployer un système très rapidement. En particulier, la configuration des composants externes comme Solr pour l'indexation ou Haraka est automatisée.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Version 2.0 de Calaos, la solution de domotique libre

18 février, 2015 - 09:55

Après de longs mois de développement, la version 2.0 de Calaos est enfin là. C'est la première version stable rendue disponible uniquement grâce au travail fourni par la communauté. Outre le passage en GPLv3, le travail s'est porté sur le nettoyage du code, la modularité de chaque couche, une meilleure prise en charge du matériel, le passage à gettext et à l'anglais, et beaucoup de corrections de bogues.

Sommaire Historique de Calaos

Calaos est une solution complète de domotique. Initialement Calaos était un système de domotique développé par la société éponyme, et partiellement Open Source. Lorsque la société a fermé ses portes courant 2013, l'intégralité du code source a été ouvert, mis sous licence GPLv3 et une petite communauté s'est formée pour continuer le développement. Aujourd'hui, nous avons une communauté active sur le forum, ainsi que quelques développeurs qui maintiennent, améliorent le code et ajoutent de nouvelles fonctionnalités.

Ouverture du code complète en GPLv3

Après la fermeture de la société, un gros nettoyage du code a été fait, ainsi que le passage à la GPLv3 de toutes les briques logicielles. Tout le code est disponible sur github, et chaque brique est dans son propre dépôt.

Ce changement de licence étant voulu pour garantir la liberté des utilisateurs dans le futur et éviter qu'une installation Calaos puisse être verrouillée par une société. Il est assez évident que l'un des problèmes de la domotique, c'est la pérennité dans le temps de l'installation, d'un point de vue technologique (support de nouveau protocole, périphérique et remplacement des équipements en panne), mais aussi d'un point de vue sécurité. Et ce qui est sûr aujourd'hui ne l'est plus forcément demain, pouvoir mettre à jour son système est donc une absolue nécessité dans une maison domotisée.

Présentation des couches logicielles Calaos Server

Application serveur tournant en tâche de fond et qui s'occupe de la gestion de toute la maison, suivant la configuration qui a été faite au préalable. Elle permet aussi d'exporter l’état de la maison, grâce à un protocole JSON qui est utilisé par les différentes interfaces.

  • Technologies utilisées :
    L'application est écrite en C++ et est basée sur les EFL. La configuration se fait grâce à un système de règles qui détermine ce qui se passe dans la maison (Appui sur un interrupteur --> Allumage d'une lumière). Il est possible d'utiliser des scripts LUA pour plus de contrôle sur les règles et les scénarios.

  • Prise en charge du matériel/protocole :
    actuellement, Calaos gère le pilotage matériel suivant :

    • Automates Wago, avec des entrées-sorties TOR ou analogiques, des bus d'éclairages DALI ou DMX
    • IPX800
    • Eco Device
    • API Web
    • 1Wire
    • X10
    • Entrées-sorties Zibase
    • GPIO (avec accès direct sur les cartes tels que la Raspberry Pi ou cubieboard)
    • Squeezebox
    • Nabaztag (Karotz)
    • Caméras IP (Axis, MJPEG…).
Calaos Home

Application permettant de piloter depuis un écran tactile l’intégralité de la solution domotique. Elle est développée avec les EFL, pour la partie graphique et la connexion avec le serveur.

Calaos WebApp

Interface permettant de piloter Calaos depuis un navigateur web. Application Web HTML5, développé avec AngularJS et Bootstrap.

Calaos OS

Calaos OS est une distribution GNU/Linux à part entière. Cette distribution est basée sur OpenEmbedded et permet de fournir des images pré-configurées pour un ensemble de machines. Calaos Server, Calaos Home et Calaos WebApp sont déjà intégrés dans cette distribution, ainsi que tous les outils nécessaires au bon fonctionnement du serveur domotique. Nous préconisons l'utilisation de Calaos OS.

Les cartes électroniques supportées sont les suivantes :

  • PC Intel x86 et x86_64
  • Raspberry-PI
  • Mele a1000, a2000 et a1000G
  • CubieBoard 1 et 2

Il est également possible d'utiliser les images Intel x86 et x86_64 dans une machine virtuelle par exemple.

Calaos Mobile

Calaos Mobile est une application pour les tablettes et les téléphones mobiles. Ses fonctionnalités sont limitées par rapport à Calaos Home, mais cette version est prévue pour être utilisée plus en tant que télécommande, que ça soit à l'intérieur ou à l'extérieur de la maison. Pour une utilisation depuis le réseau de données mobile, il est nécessaire d'avoir accès depuis l'extérieur à Calaos Server.

Calaos Mobile existe pour iOS et Android. Cette application est développée avec Qt5 et QML.

Calaos Installer

Application permettant la configuration à distance de Calaos Server. Cette application permet l'ajout, la modification ou la suppression d'entrées-sorties et de s'affranchir de l’édition complexe et rébarbative de la configuration de Calaos à la main.

Cette application permet également de créer graphiquement des scénarios en fonction des valeurs des différentes entrées/sorties, mais également de créer et d’éditer des scripts LUA permettant de répondre et de s'adapter a vos besoins. Application développée avec Qt5.

État de la communauté

À ce jour la communauté est composée d'utilisateurs installés par l'ancienne société, mais également par de nouveaux utilisateurs. L'équipe de développement est très petite (2 commiteurs réguliers, plus quelques contributeurs occasionnels).

Nous sommes d'ailleurs ouverts aux nouveaux développeurs pour venir nous aider, par exemple pour la partie web où on a plus de mal, mais aussi pour la traduction en anglais de la documentation sur le wiki. Il reste encore pas mal de travail à ce niveau.

À terme nous avons aussi prévu de mettre en place une association loi 1901 afin de fédérer le projet et récolter plus facilement les fonds pour le maintien des infrastructures de développement. Une bonne partie de la communauté sur le forum a répondu positivement.

Futur

Maintenant que les bases pour le développement du projet sont correctement posées, nous allons pouvoir continuer à améliorer et ajouter des nouvelles fonctionnalités. En vrac, nous souhaitons travailler sur :

  • Ajout de plus de support matériel (MySensors.org, ZWave…)
  • Ajouter plus de cartes grâce à OpenEmbedded
  • Un système de mise à jour dans Calaos-OS
  • Avoir un système d'historisation des données avec des graphes
  • Et plein d'autres choses !

En tout cas, je vous invite à tester et venir nous parler sur IRC (#calaos sur freenode)

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Conférence sur Docker sur Lyon le 16 mars 2015

18 février, 2015 - 08:26

Le 16 mars à 19h aura lieu sur Lyon, une conférence sur Docker (une bonne présentation de Docker a été effectuée dans cette dépêche précédente). Cette conférence aura lieu dans les locaux de l'INSA : 6 avenue des Arts, Villeurbanne.

Jérôme Petazzoni, de la société Docker, Inc, viendra nous parler des pilotes de stockage de Docker.

Lors de sa première sortie, Docker ne pouvait fonctionner qu'avec le système de fichers AUFS. Or, AUFS n'était disponible que sur les noyaux fournis avec Debian et Ubuntu (à moins de recompiler son propre noyau, bien sûr).

Red Hat souhaitait voir Docker tourner sur ses propres distributions, et a donc contribué à Docker en implémentant le support pour Device Mapper, BTRFS, et plus récemment, OverlayFS.

Nous allons présenter ces différents systèmes de stockage, et expliquer leurs avantages et inconvénients respectifs. Le but est de permettre à l'audience de choisir en connaissance de cause le bon système de stockage pour leurs conteneurs. Nous n'irons pas jusqu'à disséquer le code de Docker de chaque driver, mais nous expliquerons leurs concepts en détail.

Cela permettra de mieux comprendre leur fonctionnement, et par conséquent d'être mieux outillé pour analyser la situation en cas de problème.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Apéro PHP à Lyon le mercredi 25 février 2015

18 février, 2015 - 08:24

Un apéro PHP aura lieu à Lyon le mercredi 25 février 2015 à partir de 19h à l'Antre-Autre, situé 11 rue terme, Lyon 1er. Les apéros PHP sont ouverts à tous, quel que soit leur niveau. Le but est de rencontrer d’autres développeurs PHP de la région lyonnaise, de boire un verre ensemble, de discuter de tout et de rien, en fonction des envies de chacun.

Lors de cette soirée, une présentation des prochains changements de PHP sera effectuée, notamment les discussions sur la liste de diffusion des développeurs de PHP (internals) et les différentes RFC de PHP 7 (les changements proposés pour la nouvelle version).

Plus d'informations sont disponibles sur le site de l'AFUP Lyon.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Parinux s'installe dans l'Agora de la CSI et recherche des conférenciers

17 février, 2015 - 11:49

Il y a quelques années de cela, Parinux organisait des conférences mensuelles à l'espace La Bourdonnais ou à Paris-Faubourg. Julia J., puis Marco R. les organisaient consciencieusement chaque mois, faisant appel à leurs carnets d'adresses remplis de nombreux contacts. Leur départ successif de Paris a entraîné la disparition de ces animations.

Il était temps de s'y remettre !

Notre administrateur Guillaume Dondero a recontacté la Cité des Sciences et de l'Industrie, organisé ces conférences lors des PSL (Premiers Samedi du Libre) et a convaincu Magali Garnero (une autre administratrice de Parinux ; NdM: auteure de la dépêche) de partager ses contacts au sein de la communauté. Ainsi, juste après l'APL (Apéro Parisien du Libre), une réunion s'est organisée avec Guillaume et Magali, mais aussi Vincent-Xavier Jumel (vice-président) et Myriam qui étaient tout deux intéressés.

Donc à partir du mois de mars deux conférences mensuelles verront le jour à chaque PSL : une à 14h30, « technique voire pointue » et une à 16h qui sera plus « grand public ».

NdM : prochaine date et appel à conférenciers en seconde partie de la dépêche

Prochaine date, le samedi 7 mars :

  • 14h30 : "Auto-hébergement" par Guillaume Dondero (Parinux)
  • 16h00 : "Dégooglisons Internet" par Frédéric Urbain (Framasoft)

Lieu l'Agora, Carrefour Numérique, Cité des sciences et de l'industrie, 30 avenue Corentin Cariou Paris 19ème.

Si vous désirez proposer une conférence, il vous suffit de nous contacter à ca@parinux.org. Votre courriel devra svp contenir :

  • le titre ainsi qu'une description de la conférence d'au moins quatre phrases (50 mots minimum).
  • une image, soit une photo, soit un logo,
  • un plan de la conférence.
Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

LAN 0AD le 20 février 2015 à Lille

17 février, 2015 - 10:02

Ce vendredi on en remet une couche avec 0 AD à Akedo. Nouvelle LAN party sur le jeu 0AD de 19h à 22h sur les PC gamers de la salle comme la dernière fois, 3€ pour 3h de jeu. Pour s'y rendre, c'est au 2 rue Colson, à l'angle avec la rue Nationale à Lille.

Si la nouvelle version n'est pas sortie d'ici là, les récidivistes pourront peaufiner leur stratégie et les nouvelles et nouveaux pourront profiter de la même présentation pour profiter au plus vite du jeu. D'autres pourront aussi élever des moutons.

Si la nouvelle version est sortie, on recommence avec présentation des changements.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 7 de l'année 2015

17 février, 2015 - 08:46

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[L'OBS] «Surveiller, tout en se cachant, est la forme la plus haute du pouvoir»

Par Claire Richard, le dimanche 15 février 2015. Extrait :

Frank Pasquale, professeur à l’Université du Maryland, vient de publier «The Black box society». Il décrit comment les algorithmes, protégés par le secret commercial, créent de nouveaux rapports de pouvoir.

Lien vers l'article original : http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/15/surveiller-les-autres-tout-cachant-est-forme-plus-haute-pouvoir-257575

Et aussi :

[La Presse] Contrats informatiques du gouvernement: l'ombre du crime organisé plane

Par Patrice Bergeron, le vendredi 13 février 2015. Extrait :

Le crime organisé pourrait très bien être impliqué dans l'attribution des contrats informatiques au gouvernement, soupçonne un collectif de 16 organismes regroupant notamment des syndicats, qui dénonce le gaspillage dans les projets informatiques gérés par l'État.

Lien vers l'article original : http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201502/13/01-4843943-contrats-informatiques-du-gouvernement-lombre-du-crime-organise-plane.php

Et aussi :

[usine-digitale.fr] L'open source, un travail d'amélioration continue et communautaire qui séduit les industriels

Par Morgane Remy, le mercredi 11 février 2015. Extrait :

L’open source fait des petits. Né dans le logiciel, avec du code source "ouvert" et accessible à tous si l’auteur n’oppose aucune restriction, le concept "open" touche désormais le hardware. Il permet désormais à des communauté de "makers" de fabriquer des objets dont les conceptions sont ouvertes et de les améliorer. Un bon moyen pour une start-up de se lancer dans un projet, à moindre coût. D'abord réticentes, les grandes entreprises se mettent à leur tour à regarder avec intérêt ces nouvelles pratiques; Y compris dans des secteurs longtemps réticents, comme l’automobile.

Lien vers l'article original : http://www.usine-digitale.fr/editorial/l-open-source-un-travail-d-amelioration-continue-et-communautaire-qui-seduit-les-industriels.N307172

Et aussi :

[Next INpact] De plus en plus d'acteurs en faveur d'une réforme du droit d'auteur

Par Marc Rees, le mercredi 11 février 2015. Extrait :

Le récent projet de rapport de Julia Reda, eurodéputée du Parti Pirate, n’a pas reçu qu’une pluie d’orties des ayants droit et du ministère de la Culture. Il a été aussi très favorablement accueilli par des acteurs d’horizons très divers.

Lien vers l'article original : http://www.nextinpact.com/news/93039-de-plus-en-plus-dacteurs-en-faveur-dune-reforme-droit-dauteur.htm

Et aussi:

[Silicon.fr] Android: Microsoft et Samsung mettent fin à leur dispute

Par David Feugey, le mardi 10 février 2015. Extrait :

Un accord confidentiel a été signé entre Microsoft et Samsung au sujet d’Android. Encore une fois, Microsoft a évité la case justice.

Lien vers l'article original : http://www.silicon.fr/brevets-android-microsoft-samsung-fin-dispute-secret-107970.html

[EducPros] Les fablabs ou la pédagogie de la bidouille

Par Céline Authemayou, le lundi 9 février 2015. Extrait :

Les fablabs – pour "ateliers de fabrication" – se multiplient sur tout le territoire français. L’enseignement supérieur n’échappe pas au phénomène: universités et écoles créent leur propre structure. Plus que de simples ateliers de bidouille réservés aux fous de technologies numériques, ces lieux permettent aux établissements de décloisonner leurs enseignements tout en valorisant l’apprentissage par l’action.

Lien vers l'article original : http://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/fablabs-la-pedagogie-de-la-bidouille.html

[ZDNet France] Villes internet et déserts numériques, la fracture s'agrandit-elle?

Par Frédéric Charles, le dimanche 8 février 2015. Extrait :

Les labels 2015 « territoires, villes et villages internet » sont arrivés, les Départements réclament leur label. La folie du label contamine t-elle la république numérique?

Lien vers l'article original : http://www.zdnet.fr/actualites/villes-internet-et-deserts-numeriques-la-fracture-s-agrandit-elle-39814346.htm

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Sortie du noyau Linux 3.19

16 février, 2015 - 21:41

La sortie de la version stable 3.19 du noyau Linux a été annoncée le dimanche 8 février 2015 par Linus Torvalds. Le nouveau noyau est, comme d’habitude, téléchargeable sur les serveurs du site kernel.org. Le détail des évolutions, nouveautés et prévisions se trouve dans la seconde partie de la dépêche.

Pour rappel, la page wiki rédiger des dépêches noyau signale quelques possibilités pour aider à la rédaction et s’y impliquer (ce que tout inscrit peut faire, ne serait‐ce que traduire^Wsynthétiser les annonces de RC).

Sommaire En bref
  • Architectures
    • Changement dynamique possible de parties de l'arbre du device tree
    • Gestion de Coresight, le traceur matériels pour processeurs ARM
  • Développeurs
    • Introduction de fonctions 64 bits pour la gestion du temps au delà de 2038
    • Encore un nouvel appel système (!) : execveat()
  • Pilotes graphiques libres
    • DRM : la gestion du mode graphique atomique approche à grands pas
    • AMD/ATI : ajout du pilote AMDKFD pour la gestion de HSA
    • Intel : gestion initiale de la famille Skylake
    • NVIDIA : gestion initiale des nouveaux processeurs graphiques Maxwell
  • Réseau
    • Pilote pour la gestion des communications entre conteneurs
  • Sécurité
    • Intel Memory Protection Extensions (MPX)
    • Correction de l'appel système setgroups()
  • Systèmes de fichiers
    • OverlayFS multi couche
    • Données inline pour CephFS
  • Virtualisation
    • Gestion de Xen sur les systèmes non-cohérents
Annonces des RC par Linus Torvalds RC-1

La version RC1 est sortie le samedi 20 décembre 2014 :

Donc, cela fait deux semaines à un jour près et la phase d’intégration est terminée.

Considérant combien de contributions sont arrivées tardivement, j’estime difficile de me préoccuper de quiconque déciderait de placer la limite plus loin que ceux qui l’ont déjà fait. Cela dit, il n’y a peut‐être aucun vrai retardataire — et à la vue de la taille de la RC1, il ne doit vraiment pas y en avoir beaucoup. Non seulement je pense qu’il y a plus de contributions qu’il n’y en avait dans linux-next : c’est historiquement une des plus grosses RC1 (du moins par les commits). Nous en avons eu de plus grosses (les 3.10 et 3.15 ont été précédées de longues phases d’intégration), mais ce n’était clairement pas une petite phase d’intégration.

En tout cas, nous avons eu des changements de tous les côtés, y compris une nouvelle architecture (Nios II). Mon « journal de fusion résumé » est joint et, comme d’habitude, je veux souligner qu’il attribue les contributions aux personnes me les envoyant, ce qui n’est en général pas du tout la même chose que les gens qui écrivent effectivement le code, même s’il y a évidemment un recoupement.

Dans les grandes lignes, cela ressemble à une sortie plutôt normale. À peu près deux tiers de mises à jour de pilotes, avec à peu près la moitié du reste qui sont des mises à jour d’architectures (et, non, les correctifs du nouveau Nios II ne sont pas du tout prédominantes, c’est à peu près pour moitié de l’ARM, dont la prise en charge du nouveau Nios II représente moins de 10 % des mises à jour d’architecture en nombre de lignes). Le sixième restant est « divers » : réseau, mises à jour des en‐têtes, documentation, systèmes de fichiers, outils et cœur du noyau (à peu près dans cet ordre).

Évidemment, les vacances arrivant, je m’attends à ce que les quelques prochaines semaines soient plutôt calmes, mais nous verrons bien. J’ose espérer que les gens auront le temps de tester cela entre tous leurs laits de poule,

Linus

RC-2

La version RC2 est sortie le dimanche 28 décembre 2014 :

Cette RC est minuscule, pour des raisons évidentes.

Je ne m’attends pas à ce que cela dure, mais nous aurons probablement une autre semaine de calme relatif avant un vrai retour à la normale.

À peu près 80 % de pilotes (le DRM formant la grande majorité), avec quelques petits correctifs concernant ARM64, l’audit et quelques petits mono‐lignes çà et là à d’autres endroits.

Linus

RC-3

La version RC3 est sortie le lundi 5 janvier 2015 :

Elle a été repoussée d’un jour — non pas à cause de problèmes de développement particuliers, mais simplement parce que je carrelais une salle de bain hier. Mais la RC3 est maintenant sortie, et les choses sont demeurées raisonnablement calmes. J’espère vraiment que cela signifie que le 3.19 a l’air bon, mais il est tout aussi probable que les gens récupèrent encore de leur période de vacances.

Un peu plus de trois quarts des changements concernent les pilotes — surtout du réseau, de la gestion de température, la couche de périphériques d’entrée, le son et la gestion de l’alimentation. Le reste est divers — systèmes de fichiers, infrastructure réseau, quelques correctifs d’architectures, etc. Mais l’ensemble est plutôt petit.

Donc, allez‐y, testez,

Linus

RC-4

La version RC4 est sortie le dimanche 11 janvier 2015.

Une autre semaine, une autre RC.

Les choses sont restées raisonnablement calmes, bien que nous ayons aussi eu quelques régressions de dernière minute dans la gestion de la mémoire. Heureusement, la plupart d’entre elles ont été corrigées rapidement, ne laissant qu’un problème avec ARM64 toujours en suspens.

Donc, allez plus loin et testez plus encore. Je serai en déplacement pour les deux prochaines semaines à cause du LCA, mais je devrais avoir Internet, et, si les choses continuent à être raisonnablement calmes, je ne pense pas que mon voyage soit réellement perceptible. Finalement, on est dans les temps, à l’inverse de plusieurs sorties de l’année dernière.

Quoi qu’il en soit, la version courte de mon journal de fusion en annexe donne les détails, mais à part les correctifs du kgdb apparaissant comme une activité inhabituelle sous kernel/debug/, les choses semblent plutôt normales : une majorité de mises à jour de pilotes (pilotes graphiques, pinctrl, HID, réseau), des mises à jour d’architectures (principalement x86 cette fois, quelques trucs mineurs pour ARM[64]) et quelques correctifs sur les outils (principalement perf).

Linus

RC-5

La version RC5 est sortie le dimanche 18 janvier 2015 :

Une autre semaine, une autre RC.

Sortie plutôt normale, même si j’aurais souhaité qu’en RC5 nous nous soyons calmés davantage. Mais, non, avec les quelques inclusions dans l’arborescence des pilotes notamment, elle est en fait plus grosse que ne l’était la RC4.

Cela dit, ce n’est pas comme s’il y avait quoi que ce soit de particulièrement effrayant là‐dedans.

Le bogue mémoire ARM64 que j’ai mentionné comme mis en attente dans les notes de la RC4 a été corrigé un jour après cette précédente RC, et le reste a l’air plutôt standard. Surtout des pilotes (réseau, USB, cible SCSI, couche bloc, contrôleur mémoire, TTY, etc.), mais aussi des mises à jour d’architectures (ARM, X86, S/390 et quelques petites corrections sur PowerPC), quelques mises à jour de systèmes de fichiers (FUSE et NFS), des corrections de traçage et quelques corrections des outils d’analyse de performance.

La version courte de mon journal avec les détails est en annexe.

Allez‐y, testez.

Linus

RC-6

La version RC6 est sortie le dimanche 25 janvier 2015 :

Une autre RC, une autre semaine plus proche de la sortie. Et celle‐ci est légèrement plus petite que ne l’était la RC5, bien que plus petit encore serait toujours mieux.
Mais, comme la RC5, aucun des changements ne semble particulièrement effrayant et plus d’un quart ont été appliqués à la version stable, donc les choses ont l’air d’être sur les bons rails. Je m’attends, pour l’heure, à faire une RC7 la semaine prochaine, avec le 3.19 final dans deux semaines, selon le calendrier habituel.

Les statistiques ont l’air tout à fait normales, avec un correctif comprenant à peu près 70 % de changements pour les pilotes (le retour en arrière d’un pilote pour les ordinateurs portables Dell représente le plus gros des correctifs, mais il y a le réseau, les médias, les pilotes graphiques, les entrée‐sorties GPIO, le son…) et à peu près 14 % de mises à jour d’architectures (x86 et ARM sont les plus grosses, mais il y a d’autres petites mises à jour également) et le reste se répartit un peu partout (mises à jour de documentation, du réseau, mises à jour de systèmes de fichiers — principalement Btrfs, etc.).

La version courte du journal des changements propose une sorte de résumé détaillé pour les gens qui veulent avoir une idée de ce qu’il s’est passé. Rien de vraiment particulier ne s’en distingue.

Linus

RC-7

La version RC7 est sortie le dimanche 1er février 2015 :

Tout semble être assez calme et normal, donc ce sera probablement la dernière RC, à moins que quelque chose d’inattendu ne survienne soudainement. Ce qui veut dire que j’aimerais voir plus de gens tester l’utilisation ce bébé [N. D. T. : chiot est le terme employé par Linus], juste pour validation.

Les statistiques de cette TC sont plutôt normales — à peu près 50 % de pilotes, 20 % de mises à jour d’architectures (pour la plupart ARM et ARM64, quelques x86), avec les systèmes de fichiers apparaissant un peu plus que d’habitude (largement dus aux changements dans le système de quotas), le reste étant « divers » — outils de test de performance, quelques changements mineurs dans le noyau et la mémoire virtuelle, etc.

Mais tout cela est assez petit. La version courte du journal des changements est jointe pour les curieux,

Linus

Version finale

La version finale est sortie le 8 février 2015 :

Alors, rien de bien passionnant et bien que que j’ai été tenté plusieurs fois de faire une RC8, il n’y avait vraiment aucune raison à cela.

À titre d’exemple, Sasha Levin a utilisé KASan et a trouvé un bogue intéressant dans les verrous tournants paravirtualisés. Mais, il s’est avéré qu’il était présent depuis toujours, et il n’est même pas évident qu’il puisse vraiment être déclenché dans la pratique. Nous le corrigerons et l’indiquerons dans la version stable, et aussi tentant que cela fût, ça n’était pas une raison valable pour retarder le 3.19.

Et les véritables corrections qui ont été faites (voir la version courte du journal de changements) étaient toutes franchement petites, à l’exception de quelques changements de taille moyenne dans InfiniBand qui étaient tous des suppressions de code qui n’était tout simplement pas prêt.

Donc, il est sorti — venez le récupérer. Et, par conséquent, la fenêtre d’intégration pour le 3.20 est évidemment désormais ouverte aussi.

Linus

Les nouveautés Architecture Allwinner Cartes de développement

Deux nouvelles cartes de développement font leur apparition dans la liste des matériels supportés. La Banana Pi est une carte embarquée peu chère, très flexible et adaptée pour un usage au quotidien ou en tant que carte de développement. Pour un montant assez correct, vous disposerez d’un système monopuce Allwinner A20 (ARM Cortex-A7 double‐cœur, 1 GHz, processeur graphique Mali-400 MP2), de 1 Gio de mémoire vive DDR3, d’un connecteur HDMI et LVDS, de l’USB 2, du SATA, d’un contrôleur Ethernet Gigabit et d’un en‐tête d’extension où vous pourrez brancher plein de choses.

La A20-OLinuXino-Lime2 est une carte de développement en matériel libre produit par OLimex. Elle dispose d’un système monopuce Allwinner A20 (double‐cœur Cortex A7 cadencé à 1 GHz, un processeur Mali-400), 1 Gio de mémoire vive DDR3, un connecteur HDMI Full HD 1080p, un connecteur LCD (4,3″, 7,0″ et 10,1″), de l’USB 2.0, un contrôleur Ethernet Gigabit, un lecteur de carte microSD, un connecteur SATA et permet de pouvoir connecter jusqu’à 160 GPIO. Ces deux cartes sont désormais prises en charge par le noyau Linux mainline.

A80

Le Allwinner A80, développé par la société Allwinner Technology, est le premier système monopuce de la série Allwinner A8X. Il dispose de l’architecture Big.LITTLE d’ARM avec huit cœurs, dont quatre Cortex A7 à basse consommation, et quatre autres cœurs Cortex A15 à haute performance.

La puce intègre un processeur graphique PowerVR G6230 gérant OpenCL 1.1, OpenGL 3.0, OpenGL ES Next 3.0 et 2.0. Par rapport à ses prédécesseurs, il intègre la prise en charge de l’USB 3, le décodage matériel H.265 et la prise en charge de caméras dont la définition peut atteindre 16 mégapixels.

Le Allwinner A80 est désormais pris en charge par le noyau. La carte de développement Optimus A80, sortie au même moment que le système monopuce, est également prise en charge.

Samsung Exynos
  • gestion du nouveau système monopuce Exynos 4415 ;
  • prise en charge de l’unité de gestion d’alimentation (PMU) pour les Exynos 5420 et Exynos 3250 ;
  • gestion de la mise en veille en mémoire (suspend to ram) pour le Exynos 5420.
AMD Seattle

Les processeurs AMD Seattle sont maintenant gérés par Linux. Ce sont les premiers processeurs grand public de la firme AMD à être basés sur l’architecture ARM 64 bits (ARMv8-A Cortex A57) et non pas x86. Ils embarquent notamment un coprocesseur cryptographique.

Device tree overlay — surcouche d’arborescence matérielle

Le Device tree est une structure de données chargée au démarrage du noyau qui décrit la topologie et certaines informations matérielles. Le code du noyau qui gère certains microcontrôleurs ou même certains pilotes viennent ensuite y chercher des informations afin de s’initialiser correctement.
Cela permet d’avoir un code beaucoup plus générique avec moins d’informations codées en dur. Le souci est qu’il a été écrit de façon statique par ses créateurs, par conception et architecture logicielle. C’est extrêmement pratique et puissant pour exprimer plein de contraintes, mais cela reste lourd et complexe à mettre en place sur des cartes dont les possibilités matérielles ou la topologie peuvent rapidement changer, comme c’est le cas sur une BeagleBone ou une Raspberry Pi, par exemple.

Cette version du noyau introduit une nouvelle fonctionnalité : le Device tree Overlay. L’overlay est une fonctionnalité qui permet de venir modifier à chaud une portion de cette arborescence matérielle sur un noyau en train de tourner, ou de venir greffer une portion d’un autre device tree par dessus un autre qui est déjà en cours d’exécution. Cela va permettre de résoudre pas mal de problèmes, comme ceux évoqués plus haut.

Pour de plus amples informations au sujet du Device tree, je vous invite à lire ce paragraphe de notre précédente dépêche et cet article.

ARM Coresight

La technologie ARM Coresight est maintenant prise en charge par le noyau. Coresight est un mécanisme de débogage matériel d’un système monopuce ARM qui inclut une partie JTAG et une partie de traçage et de débogage de matériel et bus matériel assistée, nous nous focaliserons ici sur cette dernière.

Il est aujourd’hui très complexe de porter un nouveau système monopuce au sein du noyau ou d’un système d’exploitation temps réel, et de comprendre précisément et finement ce qu’il se passe à l’intérieur. Il y a, en effet, énormément de contrôleurs et de composants interconnectés : processeur graphique, contrôleur d’accès direct à la mémoire (DMA), processeur de traitement de signal (DSP), AMBA bus, etc. Cela peut rendre la tâche d’un développeur extrêmement ardue, afin de savoir quel signal est levé dans le processeur et à quel moment (IRQ, DMA), ou quel flux de données transite sur un bus. C’est précisément là que Coresight intervient.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter l’article écrit par Linaro sur le sujet.

Développeurs Problème lié à l’année 2038

Le problème lié à l’année 2038 est toujours là. Les fonctions internes do_settimeofday(), timekeeping_inject_sleeptime(), et mktime() ont maintenant des remplaçants sûrs pour le bogue de l’année 2038. Dans chaque cas, la nouvelle version ajoute « 64 » au nom de la fonction, et passe au type time64_t ou timespec64 pour représenter le temps. Maintenant, il est possible de rendre obsolètes les anciennes versions et la conversion du code peut commencer.

Gestion des « interruptions hiérarchiques par domaine »

La prise en charge des interruptions hiérarchiques par domaine a été fusionnée au cœur du gestionnaire d’interruptions. Cette gestion est rendue nécessaire pour une prise en compte correcte du matériel complexe qui a de multiples contrôleurs d’interruptions, liés de différentes manières. Voir le nouvel article ajouté à Documentation/IRQ-domain.txt pour un peu plus d’informations.

ftrace

Les filtres utilisés à l’intérieur du sous‐système ftrace gèrent maintenant l’opérateur logique NON « ! » dans les expressions.

Option SO_INCOMING_CPU pour getsockopt()

Une nouvelle option de getsockopt() apparaît, SO_INCOMING_CPU. Elle retourne le processeur sur lequel un traitement est en cours pour une socket donnée. Lorsqu’elle est utilisée avec du matériel à multiples files d’attente sur les grands systèmes, cette option peut permettre à une application de diviser le travail entre les processeurs, maximisant ainsi le débit.

Appel système execveat()

L’appel système execveat() a été fusionné. Comme pour les autres appels système terminant par at (à), il faut un descripteur de fichier pour le répertoire à utiliser comme point de départ pour trouver le fichier exécutable. Il peut également être utilisé pour exécuter un fichier binaire directement à partir d’un descripteur de fichier ouvert, permettant une meilleure mise en œuvre de l’appel système fexecve() trouvé sur d’autres systèmes de type UNIX.

Binder, le système de communication inter‐processus d’Android quitte la partie instable

Malgré quelques réclamations sur la liste de diffusion, le code du système de communication inter‐processus (IPC) Binder d’Android a été déplacé de staging vers la branche principale du noyau. En fin de compte, c’est une interface de programmation qui a été livrée sur des millions de systèmes et qui doit être gérée d’une manière ou d’une autre.

Pilotes graphique libres

Divulgation complète : Cette partie a été écrite par le contributeur habituel, mais celui‐ci travaille maintenant pour Intel. Son discours peut donc être biaisé. Ce contributeur a cependant affirmé sur son blog qu’il resterait factuel et juste envers tous les pilotes, comme il s’est efforcé de le faire depuis le début de ses contributions. Cette partie reflète uniquement son opinion et pas celle de son employeur.

DRM (Direct Rendering Manager)

Les travaux sur la gestion atomique du mode graphique avancent fortement dans cette nouvelle version. Pour rappel, cette gestion atomique permet à une application telle que le serveur X de changer les paramètres de tous les plans graphiques (exposés par l’interface de programmation universal plane, intégrée dans Linux 3.15) à la fois, ce qui permet par exemple à un compositeur d’utiliser les plans graphiques pour faire le rendu vidéo au lieu d’utiliser les shaders. Ces plans graphiques sont plus efficaces, car ils sont généralement capables d’afficher les vidéos dans leur format natif (YUV) sans avoir à être convertis en RVB. De plus, ils sont généralement capables de redimensionner la taille d’une image de façon matérielle.

Sans la gestion atomique des plans graphiques, il est impossible pour un compositeur de migrer dynamiquement le rendu d’une image d’un plan graphique à un autre ou de faire la composition en utilisant des shaders. Une fois cette gestion stabilisée, il deviendra possible d’économiser de l’énergie grâce à cette technique. Pour l’instant, cette nouvelle interface est masquée par une option noyau. Plus d’informations sont disponibles dans la demande d’intégration 3.19 et sur le blog du mainteneur du pilote i915.

La deuxième principale nouveauté est l’ajout de deux nouvelles propriétés DRM afin de fournir une meilleure gestion des écrans par les processeurs graphiques virtuels [commit]. Ces propriétés en lecture seule sont à destination du serveur X et des environnements de bureau, afin qu’ils puissent positionner les écrans de la même façon que dans la machine hôte. Il faudra donc attendre quelques mois afin que le serveur graphique et les environnements de bureau utilisent ces propriétés. Le pilote de processeur graphique virtuel qxl, utilisé par KVM, a été modifié afin de lire ces propriétés depuis l’hôte avant de modifier les propriétés nouvellement ajoutées.

Comme d’habitude, la gestion de nouveaux panneaux a également été ajoutée, ce qui permet à plus de plates‐formes embarquées de fonctionner avec des pilotes libres. Pour finir, une demande d’intégration de modifications diverses a été faite.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la demande d’intégration DRM.

AMD/ATI (pilote Radeon)

Pour AMD, la version 3.19 du noyau apporte un changement très important, l’introduction du pilote AMDKFD (AMD Kernel Graphic Driver) qui permet d’exposer une interface bas niveau à destination des applications utilisant le calcul générique sur un processeur graphique (GPGPU). Cette interface permet de tirer parti du modèle de programmation HSA (Heterogeneous System Architecture) qui vise à permettre une collaboration plus rapide entre le processeur graphique et le processeur central. Pour plus d’information sur HSA, vous pouvez consulter la page Wikipédia ou le site d’AMD. Pour plus d’informations concernant le code, vous pouvez consulter les demandes d’intégration.

Une autre nouveauté est l’amélioration de la gestion du ventilateur. Jusqu’à présent, le ventilateur était géré par un circuit intégré externe, configuré par le BIOS. Cependant, de nouveaux processeurs graphiques nécessitent maintenant une gestion du ventilateur par le noyau, comme c’est le cas pour le pilote Nouveau. Ce problème a été découvert et documenté dans un rapport de bogue par un utilisateur Radeon, il y a plus d’un an. Cet utilisateur a commencé par faire de la rétro‐ingénierie du pilote propriétaire grâce à l’outil MMIOTRACE, qui est également utilisé par le projet Nouveau et a trouvé la liste des écritures nécessaires pour pouvoir gérer manuellement la vitesse du ventilateur. Cependant, en novembre, Alex Deucher d’AMD a fourni des correctifs plus complets, afin d’apporter cette gestion manuelle du ventilateur. Ces correctifs ont finalement été intégrés dans Linux 3.19. Il faudra cependant attendre au moins Linux 3.20 avant que cette gestion soit exposée via l’interface de HWMON. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le rapport de bogue qui détaille tout l’historique.

Outre ces changements, la gestion d’énergie pour la famille Canary Island s’améliore, ainsi que la gestion des espaces d’adressage par contexte graphique. Pour plus d’information, vous pouvez consulter les demandes d’intégration.

Intel (pilote i915)

Dans cette nouvelle version, le pilote i915 apporte une gestion basique des processeurs graphiques Intel Skylake qui succèdent à la famille Broadwell et qui devraient être disponibles à la vente en septembre 2015.

Malheureusement, contrairement à ce qui a été annoncé dans la dépêche précédente, la gestion du PPGTT (Per‐Process Graphics Translation Table) n’a pas pu être activée pour les processeurs Haswell à cause d’un bogue avec la gestion des contextes. Le PPGTT devrait cependant être activé dans Linux 3.20 pour les processeurs Broadwell.

La gestion atomique du mode graphique continue d’avancer, même si rien n’est encore utilisable. Dans cette nouvelle version, plusieurs portions du code ont été découpées en une partie de validation et une partie pour appliquer les changements. Ceci permet au pilote de prévenir si une combinaison n’est pas possible avant de commencer à appliquer les changements. Une version préliminaire devrait être disponible dans Linux 3.20, si l’on en croit les dires du mainteneur i915.

La gestion des modes d’affichage en espace utilisateur — le User-based ModeSetting (UMS) —, ancêtre de l’actuelle gestion en espace noyau — Kernel-based ModeSetting (KMS) — qui fut introduite en 2009, commence à être supprimée du noyau. Il aura donc fallu 5 ans entre la suppression de la gestion du mode d’affichage en espace utilisateur dans le pilote X.Org xf86-video-intel et la suppression du code correspondant dans le noyau.

Étonnamment, cette nouvelle version apporte des correctifs pour des familles plutôt anciennes. Ainsi, les générations 3 et 4 ont reçu une meilleure prise en charge de la remise à zéro de l’état après un blocage du processeur graphique. De même, les processeurs graphiques i830M devraient avoir une gestion fonctionnelle de l’affichage.

Lors de la demande d’intégration, Linus a fait remarquer qu’un message d’avertissement était généré dans le journal noyau lors du démarrage. Après investigation, Linus « pas content » Torvalds a rappelé pourquoi il est inacceptable qu’une telle modification se soit retrouvée sur son ordinateur et a fait valoir son opinion en disant qu’il y avait un manque flagrant de tests.

Bien d’autres modifications importantes sont présentes dans cette nouvelle version. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter l’habituel compte‐rendu détaillé des modifications de Daniel Vetter (mainteneur i915). Vous pouvez aussi consulter la demande d’intégration i915.

NVIDIA (pilote Nouveau)

Le changement principal pour Nouveau dans cette version est la gestion très préliminaire des nouveaux processeurs graphiques de la famille Maxwell. Il est maintenant possible d’avoir un affichage fonctionnel, mais sans aucune accélération. Cette accélération n’est en effet pas facile à fournir, car il est impossible d’envoyer le microcode de changement de contexte sans passer par le processeur de gestion d’énergie. Comme ce microcode doit nécessairement être signé par NVIDIA, Nouveau utilise celui inclus avec le VBIOS. Il reste donc à écrire ce microcode de changement de contexte.

NVIDIA a proposé de fournir son microcode avec les droits de redistribution, afin qu’il soit possible pour l’équipe de Nouveau de fournir une accélération graphique sur les générations futures. Malheureusement, il n’y a eu encore aucune concrétisation ; par conséquent, l’équipe ne sait pas quand l’accélération sera disponible.

NVIDIA poursuit son effort en ajoutant la gestion de la tension d’alimentation pour le GK20A présent dans le Tegra K1. Ce travail est indispensable pour la gestion du changement de fréquence, qui devrait arriver dans la prochaine version du noyau.

NVIDIA a également répondu à une question de Pierre Moreau (un troisième développeur Nouveau français actif !) concernant le rôle d’un registre qui, s’il est mal configuré, empêche Nouveau de fonctionner sur son MacBook Pro. Pierre a ainsi pu écrire un correctif qui a été accepté dans Linux 3.19.

GPU des systèmes monopuces

Le pilote Tegra pour les systèmes monopuces de NVIDIA a reçu la gestion des plans graphiques universels [commit]. Le pilote peut également utiliser l’IOMMU du système, lorsque celle‐ci est disponible. Cela permet, par exemple, de ne plus avoir à allouer une grosse portion contiguë de mémoire, l’IOMMU se chargeant de mettre les pages dans le bon ordre dans l’espace d’adressage [commit]. Pour finir, plusieurs améliorations liées à l’affichage ont été faites pour les liens DSI. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la demande d’intégration.

Le pilote MSM, à destination des processeurs graphiques Adreno de Qualcomm, reçoit dans cette version la gestion de la famille a4xx. Pour profiter de la 3D, il sera cependant nécessaire d’utiliser Mesa 10.5, qui devrait sortir dans les prochaines semaines. Une autre amélioration majeure est la conversion du code d’affichage, afin d’utiliser la nouvelle interface de gestion atomique d’un mode graphique introduite dans cette version. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les différentes demandes d’intégration.

Le pilote Exynos, pour les processeurs graphiques Samsung, a reçu la gestion du système monopuce Exynos 4415, ainsi qu’un gros effort de nettoyage et débogage du code. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la demande d’intégration.

Réseau

La couche réseau a un nouveau sous‐système pour recourir au matériel approprié pour les fonctions de commutation et routage.

eBPF et socket réseau

Pour Linux 3.18, Alexei Starovoitov avait activement travaillé à introduire un nouvel appel système bpf(). Celui‐ci permet la gestion de programmes BPF étendu. Ce système se veut générique et indépendant de la partie réseau. Ce sera un moyen d’envoyer depuis l’espace utilisateur des filtres compilés dynamiquement par LLVM à divers sous‐systèmes (réseau, sécurité). Cependant, dans la pratique, on ne pouvait pas encore utiliser la structure créée.

Une première implémentation pour les sockets réseau est maintenant disponible. Malgré le nom de Berkeley Packet Filter, cette implémentation ne permet pas encore la création de filtres. Pour l’instant, la structure n’a accès en entrée qu’au paquet réseau et non à toutes les métadonnées présentes dans la structure du noyau (skb). En sortie, elle n’a accès qu’à une table de hachage partagée avec l’espace utilisateur.

Cela en limite l’usage à la collecte de statistiques (des exemples sont disponibles), mais d’autres applications devraient être possibles dans les prochains cycles de développement.

Nouveau pilote pour gérer les connexions réseau entre conteneurs

Le nouveau pilote ipvlan permet la création de réseaux virtuels pour l’interconnexion de conteneurs. Il est conçu pour fonctionner avec les espaces de noms en réseau. Il est un peu comme le pilote macvlan existant, mais il fait son multiplexage à un niveau plus haut dans la pile.

Lors de la création de plusieurs espaces de noms, conteneurs ou invités (sous‐hôtes) sur un hôte, plusieurs modes de connexion au réseau sont généralement disponibles (hôte seulement, NAT, pont réseau).

Dans le cas d’un pont réseau (l’équivalent d’un switch), l’hôte possède une interface physique (généralement appelée maître), éventuellement une interface représentant le pont, et une interface reliée (esclave) pour chaque sous‐hôte.

Le plus généralement, on utilise le pilote bridge (cf. man brctl). Il est cependant utile de limiter les interactions de chaque sous‐hôte. Là où macvlan répartit les paquets en fonction de l’adresse MAC (niveau 2), ipvlan peut le faire en fonction de l’adresse IP (niveau 3).

Pagination à la demande pour InfiniBand

La couche InfiniBand prend maintenant en charge la pagination à la demande. Cette fonction permet le paramétrage d’un emplacement RDMA et est remplie par des défauts de page lorsque la mémoire est effectivement utilisée, évitant ainsi le blocage d’une zone mémoire quand ça ne serait pas nécessaire.

Sécurité Intel Memory Protection Extensions (MPX)

La prise en charge, pour les programmes en espace utilisateur, de la technologie MPX spécifique aux processeurs Intel a été ajoutée. Les processeurs disposant de cette extension matérielle (architecture Skylake, qui n’est pas encore disponible) pourront contrôler les accès à la mémoire en vérifiant notamment qu’ils sont effectués dans une région valide. Cette protection peut empêcher l’exploitation de vulnérabilités de type dépassement de mémoire tampon.

Pour que cette fonctionnalité soit efficace, il faut donner au processeur beaucoup d’informations sur les différentes zones mémoire dont l’accès est valide. Il est donc probable que l’adoption de cette technologie se fasse progressivement. La prise en charge dans la suite de compilateurs GCC ainsi que dans la bibliothèque glibc est en cours d’intégration. Plus de détails dans l’article sur LWN.net, dans la dépêche sur le noyau 3.14 et dans la documentation du noyau [correctifs].

seccomp et ARM64

L’architecture ARM64 peut maintenant faire usage du sous‐système seccomp.

Correction de l'appel système setgroups()

Le comportement de l’appel système setgroups() a été modifié pour corriger une éventuelle faille de sécurité. Ce problème a été expliqué dans un article de LWN.net, lorsqu’un développeur a essayé d’introduire dans Linux un moyen de réduire les privilèges d’une application. En effet, enlever un utilisateur d’un groupe peut parfois augmenter les privilèges, et quelques administrateurs utilisent les droits UNIX de cette façon.

Le problème est que Linux propose déjà à un utilisateur de diminuer ses privilèges lorsque celui‐ci s’exécute dans un espace de noms utilisateur. Cela a été corrigé dans cette nouvelle version, mais ce changement peut casser certaines applications.

Chargement non voulu de modules noyau

Dans certains cas, il était possible de charger des modules noyau non nécessaires sans avoir besoin d’être super‐utilisateur (root). Plus de détails sont disponibles dans cet article de Mathias Krause.

LSM IMA & EVM

Un méchanisme (hook) a été ajouté pour charger un certificat X.509 directement dans le trousseau de clés IMA chargé de la vérification d’intégrité [correctifs : 1, 2, 3, 4 et 5].

SMACK

Pour qu’un processus puisse poser un verrou sur un fichier sur lequel il n’a que le droit d’accès en lecture, il doit disposer du mode d’accès SMACK « lock » (cf. dépêche noyau 3.13). L’étiquette « _ » étant utilisée comme étiquette pour le système de base, un processus quelconque ne peut verrouiller en lecture l’un de ces fichiers que si une règle est définie.

Comme c’est une opération très courante, l’étiquette « _ » a été modifié pour se comporter légèrement différemment, en autorisant le verrouillage en lecture pour tous les processus. Cela implique que les processus avec l’étiquette « ^ », qui peuvent lire tous les fichiers d’un système, peuvent désormais aussi les verrouiller en lecture. Ce changement a été effectué pour simplifier les politiques SMACK [correctif].

Liste non exhaustive des vulnérabilités corrigées

Pour plus de détails sur la vulnérabilité CVE-2015-0239 qui impacte KVM : [oss-security] KVM SYSENTER emulation vulnerability - CVE-2015-0239.

Systèmes de fichiers OverlayFS multicouche

OverlayFS gère maintenant plusieurs couches. Il est utilisé pour les CD autonomes (live CD), car il permet de rendre inscriptible une couche en lecture seule, en y ajoutant une zone en lecture‐écriture.

Ceph avec des données inline

Le système de fichiers distribué Ceph gère les données inline pour augmenter les performances, principalement pour les petits fichiers, comme le font déjà ext4 et Btrfs. Il gère maintenant également le chiffrement des messages entre les clients et les serveurs.

Pour rappel, Ceph est un système de fichiers réparti sans point individuel de défaillance (SPOF), avec une bonne gestion de l’extensibilité.

SquashFS avec LZ4

SquashFS gère la compression LZ4 qui est une compression peu gourmande en temps processeur. SquashFS est un système de fichiers compressé en lecture seule, utilisé par les CD autonomes (live CD), par exemple.

Btrfs

Le RAID 5 et le RAID 6, pris en charge nativement par le Btrfs, sont améliorés. Le changement à chaud des disques est aussi mieux pris en charge. Il y a énormément de corrections de bogues, y compris une corruption après un crash ou dans une condition d’erreur.

F2FS

Une nouvelle option de montage nommée fastboot réduit un certain nombre de vérifications effectuées lors du montage du système de fichiers, et accélère donc potentiellement le démarrage du système d’exploitation.

NFS

Le client et le serveur NFS prennent maintenant en charge les options NFS 4.2 ALLOCATE et DEALLOCATE. La première peut être utilisée pour demander la préallocation du stockage d’un fichier, tandis que la seconde est utile pour libérer un emplacement.

Divers
  • La multi‐file de blocs est améliorée et est prise en charge dans le pilote NVMe, qui gère les disques à mémoire Flash SSD directement reliés au bus PCI Express.
  • Optimisation de la couche de la carte des périphériques (device mapper) responsable de la cryptographie et/ou de la couche RAID par bloc.
Virtualisation KVM

La prise en charge de la virtualisation KVM pour l’architecture Itanium (IA64) a été supprimée. Elle n’était pas maintenue et, apparemment, n’était pas utilisée non plus.

Xen

Cette nouvelle version du noyau apporte une gestion complète des processeurs n’ayant pas de cohérence pour leurs caches, comme c’est le cas dans les processeurs ARM. L’hyperviseur a donc reçu un mécanisme permettant d’effectuer les opérations de maintenance de cache nécessaires sur ces processeurs.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les demandes d’intégration Xen.

Virtio

Virtio, le cadriciel d’abstraction des entrées‐sorties à destination des hyperviseurs, passe en version 1.0.

Le pilote SCSI spécifique pour les machines virtuelles (virtio_scsi) peut faire usage de la gestion des files matérielles multiples (blk-mq : présentation sur blk-mq) qui est implémentée dans le noyau depuis la version 3.13 [correctif].

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la demande d’intégration Virtio.

Hyper-V

Prise en charge de l’enlèvement à chaud des interfaces réseau virtuelles (vNIC) [correctif].

Le bilan en chiffres

En ce qui concerne les statistiques du cycle de développement du noyau 3.19, le site LWN.net a publié son traditionnel article récapitulatif.

En nombre de modifications, on se situe à 12 461, soit environ 1 300 modifications de plus que la version précédente du noyau. Le nombre de contributeurs est, quant à lui, de 1 422. Ce nombre est resté relativement constant sur la dernière année.

Le développeur ayant écrit le plus de modifications est H. Hartley Sweeten (463) pour son travail de nettoyage des pilotes Comedi. Du côté des développeurs ayant le plus modifié de lignes, Malcolm Priestley remporte la palme grâce à son travail d’amélioration sur le pilote vt6655.

Environ 200 entreprises ont participé à l’élaboration de ce noyau. En tête, on retrouve Intel, qui a effectué 12 % des changements que l’on peut trouver dans cette nouvelle version. En deuxième place, Red Hat a contribué pour 8,3 % des changements. Il est cependant important de noter que les développeurs sans affiliation ont effectué 10,9 % des modifications, soit juste un peu moins qu’Intel, alors que les personnes non identifiées ont écrit 7,5 % des modifications. On peut donc dire, bien que le noyau soit majoritairement écrit par des employés d’entreprises, que les contributeurs indépendants sont toujours les bienvenus et sont même une majorité !

Appel à volontaires

Cette dépêche est rédigée par plusieurs contributeurs dont voici la répartition :

Mainteneur Contributeur(s) La phase de test Aucun Pierre Mazière et Davy Defaud Arch Romain Perier Développeurs Aucun Pilotes graphiques libres Martin Peres Réseau Aucun alpha_one_x86 Systèmes de fichiers Aucun alpha_one_x86 Sécurité Timothée Ravier Virtualisation Xavier Claude Timothée Ravier et Martin Peres Édition générale Aucun Martin Peres, Timothée Ravier, eggman, BAud et Davy Defaud

Un peu de vocabulaire :

  • le mainteneur d’une section de la dépêche est responsable de l’organisation et du contenu de sa partie, il s’engage également à l’être dans le temps jusqu’à ce qu’il accepte de se faire remplacer ;
  • un contributeur est une personne qui a participé à la rédaction d’une partie d’une section de la dépêche, sans aucune forme d’engagement pour le futur.

Malgré cette équipe importante, beaucoup de modifications n’ont pas pu être expliquées par manque de temps et de volontaires.

Nous sommes particulièrement à la recherche de mainteneurs pour les sections Systèmes de fichiers et Réseau, les précédents n’ayant pas donné de signes de vie pendant la rédaction des dernières dépêches.

Si vous aimez ces dépêches et suivez tout ou partie de l’évolution technique du noyau, veuillez contribuer dans votre domaine d’expertise. C’est un travail important et très gratifiant qui permet aussi de s’améliorer. Il n’est pas nécessaire d’écrire du texte pour aider, simplement lister les commits intéressants dans une section aide déjà les rédacteurs à ne pas passer à côté des nouveautés. Essayons d’augmenter la couverture sur les modifications du noyau !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Mini Debian Conference 2015 à Lyon

16 février, 2015 - 15:08

L'association Debian France a le plaisir de vous annoncer la prochaine Mini-Debconf !

Cette année, l'évènement aura lieu le samedi 11 et le dimanche 12 avril, à Lyon, et sera hébergé par la Maison Pour Tous-Salle des Rancy.

Si vous souhaitez faire une présentation, organiser un BoF [EN], un atelier, etc., merci d'envoyer un courriel à minidebconf@france.debian.net.

Si vous souhaitez y assister, merci de vous ajouter dans le wiki du projet Debian.

Les développeurs, les contributeurs occasionnels ou, plus généralement, les utilisateurs provenant de toutes parts se retrouveront, afin d'échanger sur les derniers changements survenus dans Debian, de la communauté en soi ou pour rencontrer des anciens ou nouveaux amis.

Cette mini-debconf sera également le parfait moment pour célébrer la sortie de Jessie ;)

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Open Food Facts dépasse les 30 000 produits

16 février, 2015 - 12:57

Open Food Facts est un projet collaboratif en ligne dont le but est de constituer une base de données libre et ouverte sur les produits alimentaires du monde entier. Le 22 janvier 2015, le projet annonçait avoir dépassé le chiffre symbolique de 30 000 produits recensés.

Chaque produit est recensé par son code barre, et les informations relatives à ce produit sont renseignées par les contributeurs à partir des informations présentes sur l'emballage. On trouve par exemple les apports nutritionnels, les ingrédients, le lieu d'emballage et bien d'autres encore.

Les données sont disponibles sous licence ODbL 1.0 (comme pour OpenStreetMap). Cela permet donc de réutiliser les données le plus largement possible. Une douzaine de projets réutilisent pour le moment ces données : on trouve ainsi des applications indiquant la présence d'huile de palme dans un produit ou bien sa contenance en sel ou un sucre, la présence de produits allergènes, etc.

Démarré en mai 2012, le projet vient donc de franchir la barre des 30 000 articles décortiqués dans le monde entier, dont plus de 20 000 pour la France. Pour cela, 1300 contributeurs ont participé depuis le début. Contribuer ne demande aucune connaissance particulière ; il suffit d'ouvrir son frigo ou ses placards et d'ajouter les produits que vous y trouvez sur le site. À noter qu'il existe également une application pour ordiphone (Android, iPhone et Windows Phone) permettant de scanner les produits directement dans le magasin !

À noter que l'équipe d'Open Food Facts prépare un projet équivalent qui s'intéressera au recensement des informations des produits cosmétiques.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

RMLL 2015 - Appel à proposition

16 février, 2015 - 09:59

Les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL) sont un cycle de conférences, d’ateliers et de tables rondes autour du Libre et de ses usages, dans une ambiance conviviale et non commerciale. Les prochaines auront lieu à Beauvais du 4 au 10 juillet 2015.

L'appel à propositions pour cette édition est ouvert jusqu'au 31 mars 2015. Les thèmes principaux sont :

  • société ;
  • entreprises et administrations ;
  • sécurité ;
  • développement logiciel et systèmes d’information ;
  • infrastructure ;
  • art, culture, media ;
  • santé ;
  • sciences et formation ;
  • matériel libre, hacking, making.

Vous pouvez propager cette information auprès de vos contacts en utilisant le matériel graphique (bannières, logos) dédié à l'évènement.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Devuan un fork de Debian qui va (peut-être) chambouler notre petit monde

13 février, 2015 - 10:15

Fin 2014 voit le jour le projet d'un fork de Debian : Devuan. La raison est la décision d’intégrer systemd par défaut dans Debian Jessie, ce qui ne fait pas l'unanimité dans la communauté.

L'objectif visé n'est pas uniquement de voir un Debian débarrassé de systemd, mais aussi de repartir sur des bases neuves pour la ou les plateformes de développement.

Le but

À la base de ce projet de fork se trouve un collectif identifié sous l'acronyme VUA, pour « Veteran Unix Admins ». Ce collectif est composé de 932 membres, dont une cinquantaine a pris part à sa création.

Les objectifs de Devuan sont de permettre à ses utilisateurs de pouvoir choisir leur démon d'initialisation (daemon init) préféré (y compris systemd). De même, cette nouvelle distribution vise diversité, interopérabilité et rétrocompatibilité. Ce système d'exploitation respectera le principe KISS afin de permettre à Devuan GNU/Linux de conserver son statut d’« Unix-like ».

Une base sans systemd ?

Le but principal est de rester ancré sur le principe KISS pour la version officielle de la distribution et donc avoir un système par défaut sans systemd. Le programme qui va occuper cette fonction n'a pas encore été choisi clairement. On peut toutefois imaginer que sysVinit est bien placé pour être conservé au sein du fork de la distribution.

Mais le but n'est pas non plus de se couper définitivement de systemd : il restera disponible dans les dépôts.

Une nouvelle plateforme de développement

Pour le début du projet, le code de Debian a été forké sur GitHub, mais un BTS va être mis en place, ce qui permettra d'utiliser plusieurs outils de développement Debian. Un dépôt Git a été mis en place.

La suite… quelles seront les conséquences ?

Deux possibilités sont à envisager : ça prend ou ça ne prend pas.

Si les contributeurs et les distributions filles sont parties prenantes de ce fork, cela pourrait amener une dynamique qui permettrait de voir les deux distributions prendre chacune leur voie avec leur philosophie et leur public.

Mais cela pourrait tout aussi bien n’être qu’un pétard mouillé si personne n’y voit d'intérêt.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Outscale et Openska lancent leur programme de formation Devops

13 février, 2015 - 10:14

Les nouveaux outils liés à la virtualisation et au Cloud engendrent des évolutions dans la gestion des projets numériques. Parmi eux, l’interconnexion toujours plus importante entre des métiers qui ne parlent pas toujours la même langue. Il est essentiel de former ses collaborateurs à ces nouveaux enjeux pour profiter des avantages de la révolution numérique.

Pour accompagner ces changements la société Openska (membre de l'AFUL et de l'APRIL), spécialisée dans la transmission du savoir dans l'Open Source, associe son expertise à Outscale, opérateur français de Cloud IaaS et lance un programme de formation devops dès Mars 2015.

NdM : Cyril Pierre de Geyer est le PDG d’Openska.

Fruit des 15 ans d’expérience des équipes d’Openska dans l’enseignement des nouvelles technologies et de l’expertise d’Outscale dans le cloud, la Formation Devops pour administrateur système, reprend le modèle Devops et s’adresse à ce public ayant une première expérience de virtualisation pour leur permettre de parler la langue des développeurs. Une formation dédiée à ces derniers viendra en complément au cours du deuxième trimestre.

Répartie sur 3 jours, la formation Devops pour administrateur système permet à ce type de profil de maîtriser les enjeux du monde Devops. Elle s’articule autour de plusieurs objectifs :

  1. comprendre les enjeux du métier de Devops ;
  2. maîtriser les bases d’un langage (Python/Ruby) ;
  3. connaître les outils d’automatisation ;
  4. concevoir une application qui pourra être déployée vers les principaux opérateurs de cloud (Outscale, Amazon, Azure, etc.) ;
  5. connaître et comprendre les mécanismes cloud pour construire une infrastructure.

Nous sommes à une phase critique pour les administrateurs système, leur métier change et il est primordial qu’ils évoluent avec leurs technologies pour ne pas se retrouver dépassé. Pour proposer des formations adaptées aux besoins de l’entreprise nous sommes en contact permanent avec les communautés techniques de professionnels. Dans le cadre d’une formation Devops liée au cloud nous avons particulièrement apprécié l’approche et l’expertise d’Outscale qui en France s’est révélé être le partenaire idéal.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Meilleures contributions LinuxFr.org : les primées de décembre 2014

13 février, 2015 - 10:12

On continue sur notre lancée de récompenser ceux qui chaque mois contribuent au site LinuxFr.org (dépêches, commentaires, logo, journaux, patchs, etc.). Vous n'êtes pas sans risquer de gagner un abonnement à GNU/Linux Magazine France ou encore un livre des éditions Eyrolles ou ENI. Voici les gagnants du mois de décembre 2014 (Il n'y en a pas eu en janvier pour des raisons techniques) :

Abonnement d'un an à Linux Magazine France

Livres des éditions Eyrolles et ENI

Les livres qu'ils ont sélectionnés sont en seconde partie de la dépêche. N'oubliez pas de contribuer, LinuxFr.org vit pour vous et par vous !

Certains gagnants n'ont pas pu être joints ou n'ont pas répondu. Les lots ont été ré-attribués automatiquement. N'oubliez pas de mettre une adresse de courriel valable dans votre compte ou lors de la proposition d'une dépêche. En effet, c'est notre seul moyen de vous contacter, que ce soit pour les lots ou des questions sur votre dépêche lors de sa modération. Tous nos remerciements aux contributeurs du site ainsi qu'à GNU/Linux Magazine France, aux éditions Eyrolles et ENI.

Les livres sélectionnés par les gagnants :

                        Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Meetup Licences Libres et embarqué à Aix en Provence le 16 mars 2015

13 février, 2015 - 10:12

Le logiciel libre est largement utilisé dans l'embarqué, mais la prise en compte et le respect des licences demeure largement perfectible.

C'est pourquoi le groupe Aix Marseille Embedded Linux Meetup a décidé de consacrer sa seconde soirée de rencontre le 16 mars 2015 à cette thématique.

Vous utilisez ou pensez utiliser bientôt des logiciels libres dans des applications ou des devices embarqués et vous vous interrogez sur les conséquences de ces choix ?

Venez faire le point et échanger avec nous sur le sujet.

La première partie sera organisée autour d'une présentation par un expert de CIO Systèmes Embarqués des licences GPL/LGPL et de leur règles d'application, en focalisant sur le monde de l'embarqué.

La situation des développements userland et des développements kernel sera abordée. Cette présentation servira d'introduction au partage d'expériences ou aux questions des participants.

La manifestation est entièrement gratuite mais nécessite une inscription préalable, sur la page du groupe.

Elle se déroulera dans les locaux de la société Coppernic qui nous fait le plaisir de nous accueillir au 185 Avenue Archimède à Aix en Provence.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Réunion mensuelle Chtinux (Lille) - 24 février 2015

12 février, 2015 - 19:36

Bonjour à toutes et tous!

L'association Chtinux propose sa réunion mensuelle autour du logiciel Libre (évidemment), le mardi 24 février 2015 à partir de 20H, au café citoyen (Lille - voir le lien OpenStreetMap).

Ce sera l'occasion de discuter, de venir rencontrer les membres de l'association, en discuter et/ou adhérer à celle-ci, autour d'une consommation 100% bio!

Nous discuterons aussi de l'assemblée générale et de ce qui a été dit, celle-ci s'étant tenue plus tôt dans le mois.

N'hésitez pas à faire passer le mot, et venez nombreux!

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires