Syndiquer le contenu
Mis à jour : il y a 17 heures 45 min

pkgsrc 2016Q4

10 janvier, 2017 - 15:28

Dans un message à des listes de diffusion pkgsrc et NetBSD, Thomas Klausner a annoncé, le 4 janvier 2017, la disponibilité de la branche pkgsrc-2016Q4. pkgsrc (prononcé « package source ») est une infrastructure de construction de logiciels tiers pour NetBSD, ainsi que pour d’autres systèmes de type UNIX. Il permet donc à NetBSD, mais aussi à GNU/Linux, SmartOS, Minix, Mac OS X et de nombreux autres systèmes d’exploitation de disposer de nombreux logiciels sous forme source, mais aussi sous forme binaire.

Les développeurs de pkgsrc fournissent une nouvelle version stable chaque trimestre. Comme son nom l’indique, pkgsrc 2016Q4 est donc la quatrième de l’année 2016.

Plus de détails sur cette version en particulier, en seconde partie de dépêche, qui reprend grandement le courriel d’annonce.

La piqûre de rappel

pkgsrc, c’est le système de paquets logiciels pour NetBSD, issu d’un fork en 1997 de celui de FreeBSD. Nos amis au drapeau orange étant adeptes de la portabilité, il est logique que leur système de paquets puisse fonctionner ailleurs et compte toujours plus d’une vingtaine de plates‐formes compatibles, allant des systèmes BSD à Windows (grâce à Cygwin, Interix et Services For Unix) en passant par GNU/Linux, Mac OS X / macOS et Solaris.

Pour être plus concret sur la portabilité de pkgsrc, certaines personnes maintiennent des dépôts de paquets binaires en dehors de ceux pour NetBSD. Ainsi, le dépôt de la société Joyent contient des ensembles de paquets pour SmartOS, GNU/Linux (CentOS & RHEL 6) mais aussi  Mac OS X / macOS, en plus du nécessaire de bootstrap.

Enfin, ces initiatives ne sauraient être couronnées de succès sans pkgin, gestionnaire de paquets créé par iMil et maintenu, entre autres, par Jonathan Perkin, actuellement en version 0.9.4.

Les changements

Les changements marquants côté logiciels sont les suivants :

En plus de ces mises à jour, les cwrappers sont maintenant activés par défaut pour quelques plates‐formes : Darwin, GNU/Linux, NetBSD et SunOS. Les cwrappers sont une réécriture en C de nombreux scripts Shell d’infrastructure, occasionnant une amélioration notable des performances.

À noter que peu avant la période de gel qui a précédé cette nouvelle version de pkgsrc, certaines propositions de nettoyage ont fait leur apparition. Il faut donc s’attendre à dire au revoir à certaines anciennes versions de Xen, GCC, LibreOffice et OpenOffice pour 2017Q1.

Côté statistiques, depuis pkgsrc 2016Q3, il y a eu 159 ajouts de paquets, et 1 359 mises à jour.

Côté NetBSD

Soren Jacobsen a annoncé le 9 janvier 2017 la mise à disposition de NetBSD 7.1 RC1. Cette nouvelle version semi‐majeure apporte, entre autres, des améliorations de pilotes matériels, des mises à jour d’outils utilisateur et, bien entendu, des correctifs de bogues et de sécurité.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 1 de l'année 2017

10 janvier, 2017 - 07:57

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Next INpact] Mozilla appelle à développer des objets connectés responsables

Par Vincent Hermann, le vendredi 6 janvier 2017. Extrait:

Mozilla s’inquiète de l’explosion du nombre d’objets connectés et d'une conception oublieuse de certains principes. Si l’éditeur s’émerveille du potentiel d’Internet via des milliards de petits appareils du quotidien, il n’en reste pas moins très prudent, évoquant un véritable carrefour technologique.

Lien vers l'article original: https://www.nextinpact.com/news/102771-mozilla-appelle-a-developper-objets-connectes-responsables.htm

[Next INpact] Au ministère de la Culture, le CSPLA se penche à nouveau sur les licences libres

Par Marc Rees, le vendredi 6 janvier 2017. Extrait:

Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique, instance de réflexion abritée par le ministère de la Culture, va se pencher sur les licences libres. Une mission a été confiée à Joëlle Farchy, enseignante spécialiste des industries culturelles.

Lien vers l'article original: https://www.nextinpact.com/news/102774-au-ministere-culture-cspla-se-penche-a-nouveau-sur-licences-libres.htm

[internet ACTU.net] L’open source contre la régulation?

Par Hubert Guillaud, le jeudi 5 janvier 2017. Extrait:

Il y a peu, nous évoquions rapidement Comma.ai, une startup lancée par un hacker de 26 ans, George Hotz, visant à fournir un kit pour rendre n’importe quelle voiture semi-autonome, depuis une simple caméra embarquée (une dashcam comme on appelle ces caméras de tableau de bord). Alors que les géants de l’automobile et de la technologie dépensent des milliards pour construire des voitures autonomes, Hotz annonçait à l’automne qu’il souhaitait vendre son kit logiciel et matériel pour moins de 1000 $.

Lien vers l'article original: http://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/lopen-source-contre-la-regulation

[ZDNet France] Linux 2017: A grands pouvoirs, grandes responsabilités

Par Steven J. Vaughan-Nichols, le mercredi 4 janvier 2017. Extrait:

Linux et le logiciel open source dirigent désormais le monde et cela signifie que nous devons travailler plus fort que jamais pour s'assurer qu'il soit fiable.

Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/actualites/linux-2017-a-grands-pouvoirs-grandes-responsabilites-39846604.htm

[vousnousils] L’école numérique, c’est se livrer aux géants de l’informatique

Par Fabien Soyez, le mardi 3 janvier 2017. Extrait:

Prof en collège, Karine Mauvilly a démissionné face au "plan numérique pour l'éducation". Pour elle, il s'agit d'une intrusion du monde marchand à l'école.

Lien vers l'article original: http://www.vousnousils.fr/2017/01/03/lecole-numerique-cest-se-livrer-aux-geants-de-linformatique-karine-mauvilly-597693

[Les Echos] Des agences de notation à l’économie numérique: la valeur de la réputation ou le retour au potlatch

Par Luc-Marie Augagneur, le lundi 2 janvier 2017. Extrait:

Constater que certains modèles économiques reposent sur l'accumulation de la réputation doit conduire à mieux appréhender juridiquement les transactions réputationnelles.

Lien vers l'article original: http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-164432-des-agences-de-notation-a-leconomie-numerique-la-valeur-de-la-reputation-ou-le-retour-au-potlatch-2053945.php

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Agenda du Libre pour la semaine 2 de l'année 2017

9 janvier, 2017 - 19:47

Calendrier web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 41 événements (0 en Belgique, 37 en France, 3 au Québec et 1 en Suisse) est en seconde partie de dépêche.

Sommaire Agenda du Libre pour la semaine 2 de l'année 2017 [FR Montpellier] WikiPermanence - Le lundi 9 janvier 2017 de 18h00 à 20h00.

Une WikiPermanence est une rencontre physique entre des wikipédiens chevronnés et de nouveaux ou futurs wikipédiens qui souhaitent acquérir des connaissances et des conseils sur le fonctionnement de Wikipédia. Il ne s’agit pas d’une simple rencontre entre wikipédiens : la WikiPermanence est là pour répondre aux questions, permettre des démonstrations, offrir une aide aux premiers pas et, si cela se fait régulièrement, permettre un suivi.
Elles nous permettront d’aborder les sujets tels que :
Un instant est prévu pour l’initiation des débutants

[FR Lyon] Apéro Admin Sys - Le lundi 9 janvier 2017 de 19h00 à 22h00.

Rencontre mensuelle devant une bière ou autres types de boisson des administratrices/administrateurs système, devops, ….
Exceptionnellement nous ne serons pas le premier lundi du mois. Cela nous aura laissé le temps de survivre au chapon ou à notre dernière astreinte de l'année.
Aussi sur https://www.meetup.com/Auvergne-Rhone-Alpes-Apero-Admin-Sys/

[FR Paris] Réforme du droit d'auteur UE - Le lundi 9 janvier 2017 de 19h30 à 22h00.

Après quasiment une décennie, la Commission européenne a présenté son projet de loi sur la réforme du droit d'auteur.
Et il était temps : nos lois sur le droit d'auteur ne correspondent pas à la technologie d'aujourd'hui.
Créer un mème est techniquement interdit dans de nombreux endroits de l’Union européenne.

[FR Rennes] Rencontre mensuelle des contributeurs OpenStreetMap - Le lundi 9 janvier 2017 de 20h00 à 22h00.

La cartographie collaborative vous intéresse, vous contribuez un peu, beaucoup à OpenStreetMap :
cette rencontre est ouverte à tous, débutants, expérimentés, curieux…
La salle dispose d'un vidéoprojecteur et d'une connexion Internet.Venez avec votre ordinateur portable dans la mesure du possible.

[FR Castelnau-le-Lez] Section GNU/Linux - Le mardi 10 janvier 2017 de 10h00 à 12h00.

L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence de dépannages pour vous aider à vous familiariser avec votre système GNU/Linux au quotidien. Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes et permet ainsi d’adapter l’acquisition de nouvelles compétences au rythme de chacun.
Vous pourrez y aborder plusieurs thèmes :
Présentation de Linux

[FR Montpellier] Ateliers Logiciels Libres - Shotcut - Le mardi 10 janvier 2017 de 17h00 à 19h00.

Salle Nino Rota, Médiathèque Federico Fellini place Paul Bec, 34000 Montpellier
Retoucher des pistes audio avec Audacity Retouchez vos pistes audio pour vos montages vidéos ou autres applications, pour les améliorer, les couper, les mixer…
Réaliser un montage vidéo avec Shotcut Grâce à un logiciel simple et intuitif, vous serez rapidement capable de réaliser un petit film ou court-métrage d’animation en utilisant de courtes séquences vidéo, des photos ou des images. Pour épater vos amis ou pour vous lancer dans l’aventure de l’animation, cette séance est faite pour vous !

[FR Lille] Permanence lilloise de mediawiki, Open Street Map et Open Source Ecologie - Le mardi 10 janvier 2017 de 18h00 à 19h30.

Les apér'OSE sont des rencontres conviviales pour échanger sur les projets.
Le prochain apér'OSE à Lille se déroulera le 10 janvier 2017 et aura un déroulement différent de d'habitude. En effet, les groupes locaux des projets Mediawiki, Open Street Map et Open Source Ecologie vous proposent une permanence commune ce jour là.
A priori, au programme (évolutif en fonction des présents) :

[FR Charleville-Mézières] Permanence accueil - Le mardi 10 janvier 2017 de 18h00 à 20h00.

Permanence de l'association ILARD centrée sur l'aide collaborative entre participant(e)s

[FR Reims] Atelier Vie-Privée - Le mardi 10 janvier 2017 de 18h30 à 20h30.

De septembre 2016 à juin 2017, un mardi soir par mois, l'association LoLiCA anime un « Atelier vie Privée » sur un thème précis.
Le but de ce rendez vous est d'expliquer, de façon très accessible, les problématiques autour de la vie privée dans notre monde numérique et des solutions à apporter pour pouvoir la préserver.
Ce mardi 10 janvier 2017, nous aborderons le thème «  Vie rivée 2.0 »

[FR Nantes] Rencontre OpenStreetMap - Le mardi 10 janvier 2017 de 18h30 à 21h30.

Rencontre le 10 janvier 2017 à 18h30 au 1 rue d'Auvours
Un grand merci à l'association Médiagraph qui nous accueille dans ses locaux : 1 rue d'Auvours à Nantes (proche place Viarme)
Proposition du jour : open data, Osmose et … galette

[FR Grenoble] Permanence des libristes dauphinois - Le mardi 10 janvier 2017 de 19h00 à 21h00.

Le Laboratoire Ouvert Grenoblois organise, tous les deuxièmes mardis du mois, une permanence ouverte à tou·te·s, où sont présents les acteurs du Libre locaux :
Le LOG, hackerspace grenoblois ;
La Guilde, groupe d'utilisateurs de Logiciel Libre ;

[FR Lyon] Atelier Bidouille - Le mardi 10 janvier 2017 de 19h00 à 22h00.

ALDIL4 est un projet d'entraide autour des logiciels libres à la Croix Rousse .
ALDI4 est un projet créé par un de nos membres et soutenu par l'ALDIL pour promouvoir les logiciels libres dans le 4ème arrondissement de Lyon.
Ces ateliers sont ouverts à tous et permettent de rencontrer des utilisateurs de logiciels libres qui partagent leurs connaissances et se dépannent mutuellement dans leurs usages.

[FR Nanterre] Portes ouvertes de l'Electrolab - Le mardi 10 janvier 2017 de 20h00 à 21h00.

Le mardi soir est le jour où nous invitons les nouveaux et les curieux à découvrir l'Electrolab de Nanterre lors d'une petite visite guidée.
Qui sommes nous ?
Laboratoire, makerspace, atelier, grand garage collectif, ces termes nous décrivent tous un peu sans toutefois parvenir à être exacts ou exhaustifs.

[QC Montréal] Linux-Meetup Montréal - Le mardi 10 janvier 2017 de 19h00 à 22h00.

Local de la rencontre : A-1300
Programmation de la rencontre
Ce mois-ci, nous aurons plusieurs petites présentations éclairs ("lightning talks") reliées à Linux et aux logiciels libres.

[FR Teyran] Notions PC - Le mercredi 11 janvier 2017 de 10h00 à 11h00.

Médiathèque de Teyran - Place du jeu de ballon 34820 Teyran
Créer un livret avec Scribus
Réaliser des animations en GIF avec The Gimp

[FR Saint-Denis] 20 ans April - Le mercredi 11 janvier 2017 de 10h00 à 21h00.

Nous organisons à l'université Paris 8 une journée dédiée au logiciel libre pour célébrer les 20 ans d'April.
L'événement aura lieu dans les locaux qui ont vu la naissance de l'association.
Au programme il y aura, dans la matinée, une Install party ouverte à tout le monde, puis des interventions de membres de l'April, de membres d'autres associations qui partagent en partie le combat d'April, ainsi que des membres de la communauté universitaire.

[FR Auch] Initiation à Linux - Le mercredi 11 janvier 2017 de 14h00 à 17h00.

Cette découverte de Linux est proposée au Café associatif d'Auch, l'Abri des Possibles, tous les mercredi.

[FR Montpellier] Ateliers Logiciels Libres - Gimp - Le mercredi 11 janvier 2017 de 17h00 à 19h00.

Salle Nino Rota, Médiathèque Federico Fellini place Paul Bec, 34000 Montpellier
Retoucher des pistes audio avec Audacity Retouchez vos pistes audio pour vos montages vidéos ou autres applications, pour les améliorer, les couper, les mixer…
Réaliser un montage vidéo avec Shotcut Grâce à un logiciel simple et intuitif, vous serez rapidement capable de réaliser un petit film ou court-métrage d’animation en utilisant de courtes séquences vidéo, des photos ou des images. Pour épater vos amis ou pour vous lancer dans l’aventure de l’animation, cette séance est faite pour vous !

[FR Bordeaux] Atelier artiste - hacker - Le mercredi 11 janvier 2017 de 19h00 à 21h00.

Ateliers-cours à la fabrique-pola - L@bx
Tous les mercredi, 19h00, à partir du 07 décembre 2016
Passer aux logiciels libres pour toute sa pratique artistique :

[FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 11 janvier 2017 de 21h00 à 23h00.

Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

[FR Quimperlé] Point info GNU/Linux - Le jeudi 12 janvier 2017 de 14h00 à 18h00.

Conseils, aide et infos pratiques Linux et Logiciels Libres.Pas d’inscription, entrée libre. De 14 à 18h !
Curieux ? Déjà utilisateur ? Expert ?
Pour résoudre vos problèmes ou résoudre les vôtres, vous êtes la bienvenue !N'hésitez pas à venir avec votre PC si vous voulez une installation de GNU/Linux ou de venir avec votre peripherique récalcitrant (imprimante, scanner…)si possible.

[FR Martigues] Cycle découverte et usage de LibreOffice - Le jeudi 12 janvier 2017 de 16h30 à 18h30.

L’association ULLM (les Utillisateurs de Logiciels Libres du Pays Martégal) en collaboration avec EPN Martigues vous présente le programme de ses ateliers du premier trimestre 2017.
Le jeudi 12 janvier de 16h30 à 18h30
Responsable Marc Guelle

[FR Vergèze] Soirée Linux et Logiciels Libres - Le jeudi 12 janvier 2017 de 19h00 à 22h00.

Bonjour à tous,
Notre prochaine rencontre Gard-Linux aura lieu:
    Jeudi 12 janvier 2017 de 19h à 22h    Centre socioculturel Marcel Pagnol, 99 rue Marcel Pagnol, 30310 Vergèze

[FR Lyon] Atelier bidouille - Le jeudi 12 janvier 2017 de 19h00 à 22h00.

Ce jeudi 12 janvier 2017 de 19h à 22h (Atelier bidouille : gratuit sans inscription)
L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon propose avec la participation des bénévoles de l’ALDIL, Illyse et des utilisateurs de GNU/Linux (Ubuntu, Debian, Mageia, LinuxMint…) ce rendez-vous mensuels et informels soit :
Entraides et dépannages entre utilisateurs de #logiciel libres débutants et plus aguerris. L’occasion de voir comment ça marche, de demander un coup de pouce, de faire découvrir une astuce.

[FR Lyon] Jeudi Bidouille - Le jeudi 12 janvier 2017 de 19h00 à 22h00.

Rendez-vous mensuels d'entraides et dépannages entre utilisateurs de logiciel libres débutants et plus aguerris.
La Maison pour Tous / Salle des Rancy, l'ALDIL et des associations partenaires organisent cet atelier pour permettre à des utilisateurs de logiciels de se rencontrer pour échanger et se dépanner mutuellement dans leurs usages.
L’occasion de voir comment ça marche, de demander un coup de pouce suite à une Install Party, de faire découvrir une astuce… avec la participation des bénévoles de l’ALDIL, Illyse et des utilisateurs de GNU/Linux (Ubuntu, Debian, Mageia, LinuxMint…)

[FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 12 janvier 2017 de 19h00 à 22h00.

Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.
Nous nous réunissons donc tous les jeudis soirs dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).
Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

[FR Toulouse] Repas du Libre Toulousain - Le jeudi 12 janvier 2017 de 20h30 à 23h30.

Le groupe d'utilisateurs de logiciels libres de Toulouse Toulibre en collaboration avec Tetaneutral.net fournisseur d'accès internet et hébergeur libre proposent aux sympathisants de se retrouver l'un des mardis ou jeudis de chaque mois pour échanger autour des logiciels libres, des réseaux libres, discuter de nos projets respectifs et lancer des initiatives locales autour du Libre. Ce repas est ouvert à tous, amateurs de l'esprit du Libre, débutants ou techniciens chevronnés.
Ce Qjelt aura lieu le jeudi 12 janvier 2017 à 20h30, au restaurant "la Paniolade" situé au 146 Boulevard de Suisse à Toulouse. C'est à proximité des ponts jumeaux et des minimes, et donc accessible par bus ou métro même tard le soir (bus 16 ou métro B en marchant un peu). Il n'y a pas de formule prévue, c'est à la carte : pizzas, viandes, poissons, salades…
Pour des raisons de logistique, une inscription préalable avant la veille est souhaitée sur toulibre.org/qjelt.

[QC Montréal] CLA - Rencontre des utilisateurs GNU/Linux de Montréal - Le jeudi 12 janvier 2017 de 18h00 à 21h00.

Le Club Linux AtomicLe Club Linux Atomic (CLA) regroupe des utilisateurs, novices comme aguerris, de systèmes d’exploitation GNU/Linux et de logiciels libres. Il a pour principal objet de mieux faire connaître l’informatique libre et d’en favoriser l’utilisation par le plus grand nombre.La programmation de la rencontreConsultez la programmation de notre rencontre sur notre site Web.InscriptionNous vous invitons à vous inscrire sur Framadate. Votre inscription nous permet de configurer la salle en fonction du nombre de participants.Tous sont bienvenus à y participer. N’hésitez pas à venir accompagner! Invitez les personnes de votre entourage à fraterniser avec notre communauté.
English speaking people are welcome.

[QC Coteau du Lac] Émission #123 de bloguelinux - Le jeudi 12 janvier 2017 de 20h00 à 22h00.

bloguelinux.ca est un blogue québécois offrant la diffusion d'un podcast qui traite des logiciels libres, du système d'exploitation Linux et de la technologie en général ; il y a un processeur, il y a un système d'exploitation, c'est certain que ça nous intéresse!
bloguelinux.ca est enregistré le jeudi à 20 heures toutes les deux semaines.
Vous pouvez nous écouter en direct lors des enregistrements à l'adresse http://live.bloguelinux.ca ou directement sur notre site à http://www.bloguelinux.ca en cliquant sur la radio dans le panneau de gauche du site.

[CH Saint-Cergue] Rencontres Hivernales du Libre - Du vendredi 13 janvier 2017 à 18h00 au dimanche 15 janvier 2017 à 17h00.

Les Rencontres Hivernales du Libre se dérouleront, pour la 3ème année consécutive, du vendredi 13 janvier au dimanche 15 janvier 2017 à St-Cergue.
Swisslinux.org invite la communauté des libristes à venir y partager cours et ateliers, bons repas et bonne humeur!
Les Rencontres Hivernales du Libre se sont constituées dans une volonté de fédérer les forces du Libre dans le bassin lémanique et plus largement en Suisse romande et France voisine.

[FR Montpellier] Permanence « Les logiciels libres, parlons-en ! » - Le vendredi 13 janvier 2017 de 17h00 à 19h00.

Le Faubourg Marché, qu’est-ce que c’est ?
Le Faubourg Marché est une permanence partagée qui permet aux associations d’accueillir ensemble, les publics de ces associations une fois par semaine, le vendredi entre 17h00 et 19h00, au 19, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier.
L’idée est de s’informer et d’informer les adhérents des diverses associations sur le fonctionnement du lieu et des associations, et notamment sur les 5 partenaires qui l’animent et lui permettent ainsi d’exister (autour.com, L’Accorderie, enercoop, modulauto, La Nef). Lors de cette permanence partagée vous pourrez rencontrer les associations La Graine (monnaie locale de Montpellier), éCOhabitons, Montpellier à pied, et bien sûr Montpel’libre.

[FR Caen] L'atelier Calvix du vendredi - Le vendredi 13 janvier 2017 de 19h00 à 21h00.

Deux vendredis par mois, Calvix propose un atelier de mise en pratique.
L'idée est d'échanger sur le logiciels libres ainsi que le matériel et solution associés.
Venez avec vos questions, nous pourrons probablement vous aider.

[FR Le Tholonet] Assemblée Générale de l'Axul - Le vendredi 13 janvier 2017 de 20h00 à 23h55.

Les membres de l'Axul (Association du Pays d'Aix des Utilisateurs de Linux et des Logiciels Libres) vous invitent à leur assemblée générale qui aura lieu le vendredi 13 janvier de 20h00 à 23h55 au 1er étage du centre culturel Georges Duby du Tholonet (avenue Paul Julien, à proximité de la place du marché) à Palette, premier village sur la D7n au Sud-Est d'Aix.
Ordre du jour
20h00 - 20h30 : Accueil : Présentation des participants et organisation de la soirée

[FR Villeneuve d'Ascq] Libre à Vous - Le samedi 14 janvier 2017 de 09h00 à 12h00.

Vous souhaitez tester GNU/Linux sur votre ordinateur, vous recherchez un logiciel pour une fonction précise, des conseils ou de l'aide sur les logiciels libres ?
Libre à Vous est une permanence destinée à vous faciliter l'utilisation de l'informatique. Vous repartirez avec « le plein » de logiciels libres, fiables, évolutifs, performants et gratuits.
C'est chaque samedi matin au Centre d'Infos Jeunes à la ferme Dupire, 80 rue Yves Decugis à Villeneuve d'Ascq (métro Triolo) de 9h00 à 12h00.

[FR Beauvais] Initiation et perfectionnement à Libreoffice - Le samedi 14 janvier 2017 de 09h30 à 12h30.

Samedi du Libre, Initiation et perfectionnement à LibreOffice.
Prise en main, mise en forme, insertion de tableaux, d'images, pied de page, sommaire automatisé, etc.
Entrée Libre.Tout Public.

[FR Toulouse] Atelier logiciels montage vidéo libre - Le samedi 14 janvier 2017 de 10h00 à 17h00.

Atelier de partage de connaissances sur les logiciels de montage vidéo libres.En collaboration avec TV BruitDescription :Les membres de TV Bruit ont entrepris la démarche de migrer vers des logiciels de montage vidéo libres.Leur démarche porte fruit car ils commencent à développer une expertise dans ce domaine mais plus particulièrement avec le logiciel Kdenlive.Ils aimeraient partager leur savoir et apprendre d'autres utilisateurs. Date et lieu:14 janvier 2017 de 10H00 à 17H00Salle 2 du centre culturel Bellegarde
Objectifs de l'atelier :Partager les connaissances, faire des contacts et créer un engouement pour le montage vidéo libre.Public cible :Tous ceux qui s'intéresse au montage vidéo indépendamment de leur niveau.Matériel requis :Apportez votre propre ordinateur. Une connexion Wifi sera disponible sur place.

[FR Valbonne] Rencontre accès Libre - Le samedi 14 janvier 2017 de 10h00 à 12h00.

Linux Azur propose une rencontre accès libre au Cyberkiosc de Valbonne.
Venez découvrir Linux et les logiciels libres.
Venez nombreux.

[FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 14 janvier 2017 de 14h00 à 18h00.

Présentation de l'E2L
Quel est le rôle de l'école du logiciel libre ?
Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

[FR Dijon] Café Réparation - automobile et appareils électroménagers - Le samedi 14 janvier 2017 de 14h00 à 18h00.

L'association Cric & Co et l'association COAGUL s'associent pour vous proposer un nouveau café réparation.
Un café réparation est un moment convivial où des réparateurs amateur et/ou professionnel bénévoles vont partager leurs savoir-faire. Chacun peut donc venir avec un objet à réparer, sans promesse de résultat, au minimum un diagnostic de l'objet ou de l'appareil peut être réalisé.
Tandis que l'association Cric & Co, garage participatif et solidaire, vous proposera conseils, diagnostic et aides diverses pour un problème automobile, l'association COAGUL, qui réalise la promotion et la défense du logiciel libre, vous proposera la réparation de vos petits appareils électroménagers, électriques ou électroniques, des ordinateurs et des petits objets de la vie quotidienne.

[FR Rennes] Permanence vie privée & Internet - Le samedi 14 janvier 2017 de 15h00 à 17h00.

Le collectif DNR - Défense Numérique Rennes - a le plaisir de vous informer de la mise en place de permanences mensuelles pour discuter vie privée sur  internet, anonymat/pseudonymat, identité numérique et intimité en ligne, utilisation de logiciels comme Tails, Tor, GnuPG, Enigmail, etc.
Ces permanences auront lieu au hackerspace Breizh Entropy, à l'Élaboratoire, chaque deuxième samedi du mois de 15h à 17h et sont accessibles à toutes et à tous à prix libre.
C'est un essai, donc les horaires, dates et lieux sont susceptibles de changer :)

[FR Marseille] Assemblée Générale Ordinaire de l'association CercLL - Le samedi 14 janvier 2017 de 15h30 à 18h30.

L'association CercLL (CercLL d'Entraide et Réseau Coopérative autour des Logiciels Libres) vous invite à l'Assemblée Générale Ordinaire clôture de l'exercice 2016 qui aura lieu le samedi 14 janvier 2017 dans la salle du Foyer du Peuple, 50 rue Brandis 13005 Marseille à partir de 15h30, AG à 16h00 précises.
Ordre du jour :
Rapport moral par le Président.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Les journaux LinuxFr.org les mieux notés du mois de décembre 2016

8 janvier, 2017 - 11:15

LinuxFr.org propose des dépêches et articles, soumis par tout un chacun, puis revus et corrigés par l’équipe de modération avant publication. C’est la partie la plus visible de LinuxFr.org, ce sont les dépêches qui sont les plus lues et suivies, sur le site, via Atom/RSS, ou bien via partage par messagerie instantanée, par courriel, ou encore via médias sociaux.

Ce que l’on sait moins, c’est que LinuxFr.org vous propose également à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori des modérateurs. Ceux‐ci s’appellent des journaux. Voici un florilège d’une dizaine de ces journaux parmi les mieux notés par les utilisateurs… qui notent. Lumière sur ceux du mois de décembre passé :

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Meilleures contributions LinuxFr.org : les primés de novembre 2016

7 janvier, 2017 - 20:21

Nous continuons sur notre lancée de récompenser ceux qui chaque mois contribuent au site LinuxFr.org (dépêches, commentaires, logo, journaux, correctifs, etc.). Vous n’êtes pas sans risquer de gagner un abonnement à GNU/Linux Magazine France ou encore un livre des éditions Eyrolles ou ENI. Voici les gagnants du mois de novembre 2016 :

Abonnement d'un an à Linux Magazine France

Livres des éditions Eyrolles et ENI

Les livres qu’ils ont sélectionnés sont en seconde partie de la dépêche. N’oubliez pas de contribuer, LinuxFr.org vit pour vous et par vous !

Certains gagnants n’ont pas pu être joints ou n’ont pas répondu. Les lots ont été réattribués automatiquement. N’oubliez pas de mettre une adresse de courriel valable dans les préférences de votre compte ou lors de la proposition d’une dépêche. En effet, c’est notre seul moyen de vous contacter, que ce soit pour les lots ou des questions sur votre dépêche lors de sa modération. Tous nos remerciements aux contributeurs du site ainsi qu’à GNU/Linux Magazine France, aux éditions Eyrolles et ENI.

Les livres sélectionnés par les gagnants :

                        Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Une année bien remplie – Groupe Transcriptions de l’April

4 janvier, 2017 - 13:23

Le bilan du groupe Transcriptions de l’association April bat, semble‐t‐il, tous les records. Ce sont au total 48 heures et 17 minutes de transcriptions qui ont été finalisées et publiées au cours de l’année 2016. Ce chiffre est à comparer à celui de l’année 2015 : on en comptabilisait 18 heures et 36 minutes.

Transcrire consiste à transformer des vidéos et des fichiers audio concernant le logiciel libre, et les libertés numériques en général, en texte afin :

  • d’augmenter leur indexation sur les moteurs de recherche ;
  • d’améliorer leur accessibilité aux personnes porteuses de handicap ;
  • de permettre leur ré-utilisation par d'autres.

Le début d’année est la période propice aux bonnes résolutions : si transcrire vous intéresse, si vous vous sentez motivé(e), si vous disposez d’un peu de temps libre, n’hésitez pas à participer, voire à rejoindre le groupe Transcriptions de l’April.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

CodevTT v1.2.0 : suivi d’activité et gestion de projet avec MantisBT

2 janvier, 2017 - 17:42

CodevTT est un outil libre (GPL v3) de gestion de projet réactif en lien direct avec le développement, permettant un suivi détaillé de l’avancement des projets et des activités de l’équipe.

Sa caractéristique principale est d’être en lien direct avec MantisBT — un système de suivi d’anomalies — dont on étendra le périmètre d’activité.

Parmi les nouveautés de la version 1.2.0 : améliorations de l’interface graphique, de nouveaux greffons et un nouveau planificateur de tâches permettant de répartir la charge d’une tâche sur plusieurs personnes.

En puisant des informations dans la base de données de MantisBT et en proposant un système simple de saisie des comptes‐rendus d’activité aux utilisateurs, CodevTT réduit considérablement le nombre d’opérations manuelles à effectuer pour générer rapports, statistiques, alertes, plannings, diagrammes de Gantt et autres indicateurs de production et de suivi.

Les données de MantisBT étant tenues à jour en permanence par les développeurs, le chef de projet peut avoir une vue en temps réel de l’avancement du projet, sans créer de surcharge de travail pour l’équipe. Les informations et alertes remontées par CodevTT permettent au chef de projet d’identifier plus rapidement les points durs du projet. La réduction d’un grand nombre de tâches récurrentes lui permet de se concentrer davantage sur les parties nécessitant le plus d’attention et d’analyse.

Les statistiques aident à identifier les actions à entreprendre pour améliorer la productivité de l’équipe et permettront d’en mesurer l’efficacité à court, moyen et long terme. La section Contrats et Commandes permet d’avoir une vue client de l’avancement et propose des indicateurs qui pourront lui être remontés.

CodevTT est donc un outil de gestion de projet réactif, en lien direct avec le développement. Il se fixe comme objectif la maîtrise du suivi et la réduction des coûts de gestion de projet par la simplification et l’automatisation des processus.

CodevTT est un logiciel libre soutenu par AtoS, qui l’utilise en interne pour gérer ses projets (avec une base d’utilisateurs actuelle d’environ 300 personnes).

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

SPARQL, le SQL du Web, et Linked Data Fragment : le point sur le requêtage du Web

1 janvier, 2017 - 15:49

« Chère pêche »,

En ce début d'année, il ne me semble pas inutile de faire le pont entre la rétrospective et la perspective, afin de conjuguer l’avenir du Web au présent. :-)

Le but de cette dépêche est de faire un tour d’horizon de technologies permettant de faire des requêtes sur des données structurées : le Web sémantique. Comment il a évolué en dix ou quinze ans et ce qu’il permet de faire. Après une introduction contextuelle et historique, il sera question de Sparql et de linked data fragments, ainsi que de leurs usages en pratique chez Wikimedia Foundation.

Accrochez‐vous à votre fauteuil, il va être question de niveaux d’abstractions, d’enrichissement croisé de données, de manipulation de tables, de la pertinence du choix de RDF par rapport à SQL, des outils utilisés par les contributeurs Wikimedia mis au point par les développeurs du projet et, enfin, des limites actuelles et d’un avenir possible.

    Sommaire Contexte

    Note : pour aller à l’essentiel, ceux qui connaissent déjà l’historique du Web et du Web sémantique peuvent passer les paragraphes suivants et sauter directement à la prochaine note en italique.

    Le « requêtage » du Web fut et est toujours basé essentiellement sur l’indexation automatique de documents, trouvée grâce à des robots d’indexation, et un tri pertinent des résultats des recherches (par mots clefs) pour maximiser les chances que l’utilisateur trouve ce qu’il cherche dans les premiers résultats. Vous n’ignorez probablement pas que ce dernier point est la clef du succès du moteur de recherche Google, grâce au PageRank. Problème résolu.

    Problème résolu ? Peut‐être pas totalement. Si les techniques présentées dans ce court paragraphe préliminaire se sont révélées capables de générer une des entreprises multinationales les plus puissantes du monde en à peine plus d’une décennie, l’initiateur même du Web a proposé très tôt une vision alternative basée sur des données, non pas textuelles, cette fois, mais des choses plus proches des structures de données qu’on utilise habituellement en programmation ou quand on conçoit et utilise des bases de données. Ça a créé toute une palette de technologies et d’articles de recherche regroupés sous le nom de Web sémantique et Linked data.

    Malgré un certain nombre de critiques — c’est dur, ça ne marchera jamais, XML sapu —, ce domaine et la recherche autour ont dans un premier temps donné naissance à des technologies normalisées par le W3C, comme tout ce qui tourne autour de XML (XPath) et utilisées par des acteurs de l’industrie. La verbosité et la complexité de XML ont été progressivement complétées par des technologies plus légères pour l’échange de données. Mais l’idée sous‐jacente n’est pas très différente : les données sont représentées sous la forme d’un arbre. Tout comme une page Web traditionnelle en somme. Le Web s’est beaucoup développé autour des documents arborescents. Un aperçu et une explication de l’architecture de quelques‐unes de ces technologies sont lisibles dans l’article Wikipédia Semantic Web Stack.

    Pourquoi ce domaine de recherche n’est pas mort ? Eh bien, j’ai envie de dire que ça devrait être évident pour n’importe quel informaticien et l’on en trouve des traces dans des projets comme cette présentation d’une personne de Microsoft autour de l’extraction de données structurées présentes dans les pages Web, comme les tableaux de données, mais encore le projet weboob, qui vise à récupérer des données facilement exploitables dans des programmes informatiques. Tim ne s’était pas trompé.

    Après cette longue introduction, j’en viens au cœur du sujet : la présentation de quelques‐unes des technologies au travers d’une de leurs applications concrètes, d’un problème rencontré dans le cadre de ces utilisations et des pistes de résolution de ces problèmes.

    SPARQL

    Note : c’est là !

    SPARQL est en particulier utilisé par Wikidata et c’est ce projet qui nous servira à illustrer son utilisation concrète et les problématiques.

    La première technologie que je voudrais présenter, c’est SPARQL. SPARQL (« étincelle » en jeu de mots) est un langage qui ressemble beaucoup à SQL, dont il reprend d’ailleurs des mots clefs et des constructions, étendu pour pouvoir gérer des relations qui ne sont pas définies à la manière des schémas de données SQL classiques.

    Les bases

    En particulier, SPARQL ne possède pas de construction FROM pour définir les relations que l’on va requêter. Par défaut, on peut requêter n’importe quelle relation présente dans la base de données. Une « relation » n’a pas à être déclarée explicitement et peut être n’importe quelle URI ! SPARQL est donc par défaut vachement plus ouvert que SQL, vu que l’on n’est pas limité à utiliser les ressources définies dans notre instance de base de données. On peut utiliser n’importe quelle adresse Internet (prévue pour, c’est mieux).

    Deuxième différence avec les bases de données SQL : les relations ont forcément deux uniques colonnes. En réalité, elles ne sont d’ailleurs pas représentées sous forme de triplets <sujet> <prédicat> <objet> dans les exportations de bases SPARQL. Les bases SPARQL correspondent au modèle de base de données orientée graphe. En conséquence, en SPARQL on n’écrira pas :

    SELECT nom FROM personne

    Mais plutôt :

    SELECT ?nom WHERE { ?personne a personne . ?personne nom ?nom }

    Cette requête est construite à partir de deux « motifs de triplets » (triple pattern, TP). Je reviendrai sur le premier plus loin. Un TP comporte trois composantes qui correspondent respectivement au prédicat, au sujet et à l’objet. Ils servent à filtrer l’ensemble des triplets de la base de données pour ne retenir que ceux qui correspondent au motif. Chacune des composantes d’un BGP peut être soit une constante, soit une variable. Les noms de variables sont précédés d’un point d’interrogation.

    Un motif de triplet correspond à un ensemble de triplets de la base de données. Par exemple, si l’on a les triplets suivants :

    <personne1> <nom> "Bob" <personne1> <sexe> <Masculin> <personne2> <nom> "John"

    Le motif ?personne nom ?nom va correspondre aux triplets 1 et 3. Pour chacun de ces triplets, les variables ?personne et ?nom auront pour valeurs respectives le sujet et l’objet qui conviennent.

    Un point intéressant et qui diffère encore une fois avec SQL est qu’on peut mettre une variable sur les trois composantes du triplet, donc de la relation. C’est comme si on pouvait mettre une variable sur un nom de table en SQL. Il est ainsi possible de créer un motif ?s ?p ?o qui correspondra avec n’importe quel triplet de la table. On peut, par exemple, compter l’utilisation de chaque prédicat ainsi :

    SELECT (count(?s) as ?nombre) { ?s ?p ?o . } group by ?p

    Un exemple dans le vrai store de Wikidata, ça donne ça).

    Il est possible d’exclure certains de ces triplets grâce à la clause FILTER :

    ?personne nom ?nom filter (?nom != "John") .

    Le critère de sélection supplémentaire est une expression booléenne pouvant utiliser les fonctions XPath.

    Ces triplets peuvent se combiner en utilisant des points entre, pour former un « motif basique de graphe » (Basic Graph Pattern, BGP). Il devient alors possible de faire des jointures entre les résultats de ces triplets, simplement en réutilisant le même nom pour les variables :

    ?personne nom ?nom . ?personne sexe ?sexe .

    Cela peut s’abréger en utilisant des points‐virgules pour éviter d’avoir à préciser l’objet, s’il se répète plusieurs fois. La requête suivante permet grâce à cela de reconstituer un équivalent d’une table SQL personne à partir de nos triplets :

    SELECT ?personne ?nom ?sexe { ?personne a personne ; nom ?nom ; sexe ?sexe . }

    L’équivalent des jointures à gauche et à droite se fait grâce au mot clef optional, qui permet de définir des triplets dont les variables n’ont pas nécessairement de valeurs.

    SPARQL et typage

    Comme promis, on va revenir sur ce fameux a dans ?personne  a personne. Ce n’est pas une propriété comme les autres. Techniquement, ce n’est pas une propriété d’ailleurs, mais un « chemin de propriété » (plus là‐dessus, plus loin…).

    Il est ici pour une raison bien précise : SPARQL n’a pas vraiment de notion de type, en dehors des types de bases (qui sont d’ailleurs assez riches) du Web sémantique et de la couche sous‐jacente RDF : les types de données de base de RDF. Il délègue ainsi le typage des données qu’il manipule à RDF et RDFS.

    Alors que dans une base SQL classique une sorte de typage est codé dans la notion de table et de ses champs, rien de tel n’existe dans une base SPARQL. Le type des URI est donné par des propriétés comme les autres : rdf:type et rdfs:subType, qui permettent de créer des hiérarchies de classes, comme dans un langage à objets.

    Pour dire qu’une URI particulière est une personne, on doit avoir un triplet tel que personne1 rdf:type personne . dans notre dépôt. Ça marche aussi avec une sous‐classe de personne. Le mot clef a est un raccourci pour dire exactement ça. Teaser, avec un chemin de propriété, a s’écrit rdf:type/rdf:subClassOf*.

    On peux ainsi réutiliser la propriété nom pour un chien, sans nécessairement avoir à créer un nouveau champ dans la table chien, comme on le ferait peut‐être en SQL si l’on avait une table chien et une table personne.

    Il y aurait beaucoup à dire sur le typage dans le Web sémantique, mais c’est hors cadre de cet article. Ça concerne la notion d’ontologie formelle et les couches plus hautes de la pile du Web sémantique, comme OWL et les moteurs d’inférences. Ces couches rajoutent la possibilité de faire des schémas de données plus avancées et la possibilité de déduire des triplets qui ne sont pas explicites dans le dépôt, grâce à des règles logiques. Mais on n’en est pas du tout là sur Wikidata, en particulier, d’où le paragraphe qui suit.

    SPARQL, le typage et Wikidata

    Wikidata, ou plutôt ses développeurs, utilisent clairement SPARQL, RDF et son typage. Ils l’utilisent cependant uniquement pour définir le format d’exportation RDF des données de Wikidata et/ou le modèle de données Wikibase — qui a ses propres types de base encore enrichies, par rapport aux types de RDF, avec des notions comme la précision des données pour les quantités, les unités, etc. —, le format des déclarations Wikidata et compagnie.

    Mais les contributeurs n’ont pas accès aux propriétés rdf:type ou « sous‐classe de ». Les données que les contributeurs enrichissent sont considérées comme ayant leur propre niveau d’abstraction. Wikidata n’est pas constitué de triplets, mais de « déclarations », qui sont plus complexes, possèdent des métadonnées, telles que les sources, par exemple.

    La communauté est laissée totalement libre de la manière dont elle utilise ce modèle, et elle a créé des équivalents distincts de ces propriétés RDF : nature de l’élément, pour prendre le nom français, et sous‐classe de. Ainsi, la communauté n’est pas enchaînée à RDF ou à OWL, et peut utiliser les technologies qu’elle veut pour tout ce qui touche aux déductions par rapport aux données existantes, par exemple.

    Les chemins de propriétés

    Les chemins de propriétés, PropertyPath en anglais (PP), s’appuient sur la notion de chemin dans un graphe pour généraliser l’idée de triplet ?s ?p ?o, quand le sujet et l’objet sont reliés indirectement. Par exemple, une personne et ses ascendants sont souvent reliés par un chemin si ce ne sont pas son père ou sa mère.

    Les PropertyPath ressemblent beaucoup à des expressions rationnelles. On y retrouve des opérateurs, comme l’étoile pour l’itération : personne1 père* ?ascendant va par exemple sélectionner tous les pères, grands‐pères, arrière‐grands‐pères de personne1. Les autres opérateurs intéressants sont l’oblique / — slash —, une sorte d’équivalent de la notation pointée des structures du C et la barre verticale |, qui exprime l’alternative entre plusieurs motifs (comme le ou logique).

    Par exemple, là où l’on écrirait grandpère = personne.père.père en C ou en Java, on peut écrire ?personne père/père ?grandpère en SPARQL. Si l’on veut tous les ascendants de la personne, on pourra écrire ?personne (père|mère)* ?ascendant.

    Les nœuds blancs

    Une autre fonctionnalité intéressante, conceptuellement et syntaxiquement, est héritée de RDF. Il s’agit des « nœuds blancs » : une utilité de ces nœuds blancs est d’exprimer une « valeur quelconque ». Par exemple, si l’on veut sélectionner toutes les personnes qui ont des enfants, on pourra écrire le motif de triplet suivant : ?parent enfant [] ..

    Conceptuellement, la chose va cependant plus loin et il est aussi possible d’utiliser des nœuds blancs comme valeurs de triplets dans la base de données. Quelque chose comme « né de père inconnu » pourra s’exprimer explicitement dans le dépôt en utilisant un nœud blanc comme valeur du père de la personne.

    C’est ainsi qu’est implémentée la valeur spéciale « valeur inconnue » du modèle de données de Wikidata en RDF. Voici la requête pour trouver les éléments des gens que Wikidata sait être nés de pères inconnus :

    select ?personne { ?personne wdt:P22 ?father filter(isBlank(?father)) . }

    L’autre intérêt des nœuds blancs est de fournir des raccourcis sympathiques d’écriture et d’éviter de créer des variables. Il suffit pour ça d’ajouter des choses entre les crochets. Plus précisément, des couples ?p ?o séparés par des « ; », le sujet étant notre nœud pour lequel on ne veut pas créer des variables. Pour trouver les habitants d’une capitale d’un pays démocratique, on pourrait s’en sortir avec :

    ?personne habite [a capitale ; capitale_de [a démocratie] ]

    Hop, la requête sur query.wikidata.org.
    La fonction isBlank() permet de savoir, comme son nom l’indique, si une valeur est effectivement un nœud blanc dans le dépôt.

    Et le reste…

    On peut bien entendu combiner joyeusement toutes ces fonctionnalités grâce à d’autres opérateurs comme union, pour faire :

    • une union de deux sous‐requêtes ;
    • utiliser des requêtes complètes dans des requêtes ;
    • faire de l’agrégation, exactement comme dans SQL ;
    • calculer des différences ensemblistes, pour prendre les résultats qui correspondent à une requête sauf ceux qui sont résultats d’une autre requête ;
    • etc.

    Bref, c’est un langage qui permet de faire plein de trucs chouettes :-), dont le fait de faire des requêtes très complexes demandant beaucoup au serveur de bases de données. Celui de Wikidata coupe le calcul d’une requête au bout de trente secondes et il arrive relativement souvent que des requêtes de tous les jours n’aboutissent pas.

    Pour cette raison, entre autres, d’autres technologies ont émergé pour permettre au client de faire une partie du calcul, ce qui nous amène à la dernière partie de cette dépêche.

    Linked Data Fragment : des requêtes à l’échelle du Web

    On l’a vu, ne serait‐ce que pour Wikidata, qui possède un jeu de données conséquent mais dont le volume de données n’a pas de quoi faire peur à un informaticien moyen ou à un expert en [mégadonnées], les performances peuvent déjà être un problème. Les requêtes complexes ou certaines requêtes particulières ne se terminent pas. Qu’elles qu’en soit la raison. Jeunesse ou bogue du moteur ? Réelle complexité de la requête ? Peu importe.

    Alors, qu’en est‐il du vieux rêve de faire des requêtes de bases de données à l’échelle du Web en temps réel, en croisant les données de différents endroits ? Impossible ? Il semblerait que non.

    En faisant le constat que sur le Web, ce qui est rare ou limitant est probablement le temps de calcul des serveurs, l’idée est d’être gentil avec eux et de déporter le calcul sur les clients et ne demander aux serveurs que des choses qu’ils peuvent calculer rapidement, en laissant les clients faire les calculs complexes. Nos ordinateurs passent beaucoup de temps à ne rien faire…

    Le prix à payer est sans doute à chercher du côté de la bande passante, mais la solution est séduisante : aider à la disponibilité des serveurs tout en pouvant facilement croiser les données, sans être limité par l’expiration du délai d’attente du serveur… Eh bien figurez‐vous qu’on peut déjà le faire, dans le langage que je vous ai présenté plus haut qui plus est : http://client.linkeddatafragments.org/.

    J’avoue que je suis assez impressionné. Tout ça est encore jeune et il reste sans doute pas mal de réglages à faire, cf. http://linkeddatafragments.org/. Mais, ça « juste marche » ! Et Wikidata a mis ça en place très récemment, même si des questions se posent encore.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Attention, le concours de jeux de mots se termine fin janvier 2017 !

    1 janvier, 2017 - 14:46

      B O N N E A N N É E 2 0 1 7

    Pour fêter cette nouvelle année, le grand concours de jeux de mots continue sur LinuxFr.org. Ce jeu est ouvert à tous. L’idée est d’user et d’abuser de la notation des langages de programmation pour les en détourner en jeux de mots.

    Bon, il ne faut pas le répéter : initialement le concours devait se terminer pour les fêtes avec des cadeaux pour Noël. Mais c’est un échec, peu de réponses ont été reçues et peu de personnes ont voté. Est‐ce que les sysadmins, développeurs, devops (…) manquent d’imagination ou sont‐ils tout simplement en vacances ?

    Allez, pour une fois que nous avons un concours à la portée de tous ceux qui connaissent un langage de programmation, ne gâchons pas cette chance de gagner de vrais cadeaux.

    « Rien n’est joué, tout est permis, rien ne va plus, tout est possible ! »

    Sommaire Règlement
    1. disposer d’un compte sur LinuxFr.org, afin de poster son commentaire ou même de voter pour les autres propositions ;
    2. écrire dans un commentaire un code source valide dans n’importe quel langage de programmation (script shell, SQL, Rust…) ;
    3. l’objectif de ce code source est d’user des mots clés du langage, du nom des variables, de la forme des caractères, des symboles, des opérateurs, etc., afin de réaliser des jeux de mots agrémenté ou pas d’art ASCII ;
    4. le code source doit être publié sous une licence libre (ne pas oublier de la mentionner). ,---------, ," ,"| __________________________ ," ," | /---------------------------.| ," ," | | > id géniale || .---------. | | utilisateur inexistant || | -==----'| | | > conjure -version || | | | | Version: ImageMagick 6.9.3||-------,|`---= | | | > dc || / |==== ooo | ; | Ad0 CACA0 S0DA CAFE ApEr0 || / |(((( [33]| ," | 10 |; / /|(((( | ," '---------------------------' / | | |," /_)______________(_/ / | '---------' _____________________________/_ \ ,-----------, / oooooooooooooooo .o. oooo / \/ _ / / ==ooooooooooooooo==.o. ooo= / ,`\--{_) / /_==__==========__==_ooo__ooo=_/ /____________/ LinuxFr.org étant un site francophone, les jeux de mots en langue française seront appréciés. Aucune limite au nombre de réponses par personne ni à la taille du code source, juste les limitations techniques de LinuxFr.org.
    Les premières participations

    Dans l’ordre chronologique. Les scores indiqués sont ceux qui ont été constatés lors de la rédaction de cette dépêche. N’hésite pas à « plussoyer » ou « moinser » ces premières réponses.

    Gof, avec un score mitigé de +6/-3 // licence CC0 0xcacap1-pi

    Et un autre jeu de mots provenant du code source du noyau Linux :

    // licence GPL 2 static const long HV_LINUX_GUEST_ID_HI = 0xB16B00B5p0; Oliver H., avec un score de +5/-0 // licence CC0 #include <cstddef> int main() { auto C = NULL; auto avenir = C + + 17 + 0xC00L; return avenir / 000'111; } // retourne 42 Eiffel, avec un score de +2/-0 // licence WTFPL #include <stdlib.h> #define R | (1 << 20) | #define r | 1 #define V | (1 << 8) | int main(void){ int C; int avenir; avenir = C + + 17 + 0xC00L; C = 0XF0000000 R 3 V 3 r; return (avenir --> C); } // C vaut 0xF0100103

    Avec une contribution pour l’opérateur -->.

    srb avec un score de +3/-0 # licence CC0 which 'kill cat' 'kill man' more man; less tree & awk rdhlnn avec un score de +2/-1 <!-- licence CC0 --> <html> <head><title>Titre qui perd la t&#234;te. Est-ce encore du langage ? Ce n'est pas un po&#232;me.</title> <script> function amaplace(suisJe, maintenantInutile){ var moinsQueRien=0; var leQuelDestinParmiLesSymboles= setInterval(function() { document.getElementById(suisJe).innerHTML+=maintenantInutile[moinsQueRien]; moinsQueRien++; if(moinsQueRien==maintenantInutile.length){ clearInterval(leQuelDestinParmiLesSymboles); } }, 323); } </script> <style> body { font: 1.0em "Liberation Sans"; } #troiscents + #quatrecents { font: 5.3pt sans-serif; color: #1E2E2E; } #neant { cursor: pointer; color: #DE5E27; } </style> </head> <body> <div id="troiscents"> root@sansdirection:~$ mv /home/zer0 /dev/null <code id="neant" onclick="amaplace('quatrecents','Nulle&nbsp;part&nbsp;ne&nbsp;reste&nbsp;la&nbsp;function[...] Script&nbsp;sans&nbsp;humains,[...] Le&nbsp;num&#233;rique&nbsp;se&nbsp;divise&nbsp;par&nbsp;moinsQueRien&nbsp;en&nbsp;linterval. ');">[Un pas vers l'avant (OUI/NON)]</code> </div> <div id="quatrecents"> Encore du sens pour root ? </div> </body> </html> serge_sans_paille avec un joli score de +5/-0 // licence CC BY-SA 4 using force = long/*evity*/; using the = force; the jedi(char acter[] = "luke" ) { return 0.f + the(&jedi); } Fabien Bodard avec un score de +3/-0 ' Gambas module file ' licence WTFPL Public Sub Main() ISay As File Gambas As String = Not Like "M{$,onsanto,afia}" With signal .Send(message("To Nature")) ISay = Open "YourE.yes" For Read Write Create If YouCan And YouNeed Then Do Something(Now()) Raise EndOfThe Loop Endif End With End Récompenses

    Les meilleures réponses seront sélectionnées parmi celles qui auront le plus de points « pertinents » et le moins de points « inutiles ».

    Selon la qualité des jeux de mots, un ou plusieurs auteurs auront le privilège de gagner un livre de leur choix, parmi ceux des éditions suivantes :

    Un CD Warmux remix et un DVD SupertuxKart seront également offerts par Libre games initiatives.

    La réception des récompenses se fera par courrier électronique postal.

    Sponsors

    Merci à nos sponsors Libre games initiatives (papap), ENI et Eyrolles pour les nombreux livres gratuitement acheminés aux meilleurs contributeurs sur LinuxFr.org.

        Commentaires

    Tout est encore possible, les scores sont peu élevés et plein de possibilités n’ont pas encore été explorées, dont les exemples ci‐dessous (ne pas lire les mots barrés) :

    Afin de mieux visualiser les réponses au concours, merci de ne pas trop remplir les commentaires avec d’autres sujets.

    Allez, que le meilleur gagne !  ᕕ(ᐛ)ᕗ

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Première rencontre du BUG de Lyon le 4 janvier 2017

    1 janvier, 2017 - 12:20

    Yohoho ! Après Nowel et le Nouvel An, on continue les festivités à Lyon avec le lancement du Blender User Group lyonnais, ce mercredi 4 janvier 2017 !

    Pour les libristes ici présents ne connaissant pas déjà Blender, il s’agit d’un super logiciel de modélisation 3D (et d’animation, de montage et d’effets spéciaux…). Pour des exemples de réalisation, jetez un œil aux films de la Blender Foundation, comme Big Buck Bunny.

    L’idée serait de donner l’occasion aux personnes à Lyon de se rencontrer régulièrement autour de ce logiciel libre qui mérite toute l’attention qu’on peut lui donner.

    Au programme de cette première rencontre :

    • 19 h - 19 h 15 : présentation rapide du logiciel pour les non‐initiés, suivi d’une projection d’un court‐métrage de la Blender Foundation ;
    • 19 h 15 - 19 h 30 : présentation de l’usage de Blender aux Lézarts (réalisations artistiques), et au Clubelek (impression 3D), les deux associations de l’INSA à l’initiative de cette première rencontre ;
    • après 19 h 30 : tour de table sur l’usage de Blender de chacun, suivi de discussions variées, jusqu’à plus soif. =) Vous êtes invités à amener votre ordinateur portable afin de partager vos créations, les avancer avec les conseils des personnes présentes, ou afin d’installer Blender pour ceux qui débutent !

    Pour récapituler : l’événement aura lieu le mercredi 4 janvier, de 19 à 23 heures, au local du Clubelek, l’association de mécatronique de l’INSA. Ça se trouve juste en face de la station de tramway Gaston Berger (lignes T1 et T4), vous trouverez un plan sur leur page de contact.

    Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à jeter un œil au site d’information, nous contacter via Facebook ou, pour les allergiques à ce truc, en envoyant un courriel à clubelek@insa-lyon.fr !

    Pour le moment, nous avons seulement créé un groupe Facebook par facilité, mais selon l’enthousiasme de nos homologues lyonnais, peut‐être à l’avenir mettrons nous en place un forum, un chat ou un autre moyen de communication alternatif et respectueux de la vie privée.

    À bientôt !

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Agenda du Libre pour la semaine 1 de l'année 2017

    31 décembre, 2016 - 18:28

    Calendrier web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 23 événements (0 en Belgique, 23 en France, 0 au Québec et 0 en Suisse) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire Agenda du Libre pour la semaine 1 de l'année 2017 [FR Montpellier] Points Libres - Le lundi 2 janvier 2017 de 19h00 à 21h00.

    L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence Logiciels Libres, discussions libres et accompagnements techniques aux systèmes d’exploitation libres.
    Il est aussi possible, sur inscription, de présenter plusieurs logiciels libres (Blender, LibreOffice, Gimp…) selon la demande et la présence des intervenants spécialisés.
    Notre bibliothèque de livres, documents, revues… GNU/Linux, systèmes et logiciels libres est disponible à la consultation dans la salle des partenaires, au premier étage.

    [FR Nanterre] Portes ouvertes de l'Electrolab - Le mardi 3 janvier 2017 de 20h00 à 21h00.

    Le mardi soir est le jour où nous invitons les nouveaux et les curieux à découvrir l'Electrolab de Nanterre lors d'une petite visite guidée.
    Qui sommes nous ?
    Laboratoire, makerspace, atelier, grand garage collectif, ces termes nous décrivent tous un peu sans toutefois parvenir à être exacts ou exhaustifs.

    [FR Auch] Initiation à Linux - Le mercredi 4 janvier 2017 de 14h00 à 17h00.

    Cette découverte de Linux est proposée au Café associatif d'Auch, l'Abri des Possibles, tous les mercredi.

    [FR Lyon] Blender User Group - Le mercredi 4 janvier 2017 de 19h00 à 23h00.

    Yohoy !
    Le Blender User Group de Lyon est là !
    Fans de Blender ou justes intéressés, rejoignez-nous nombreux pour des rencontres de folie !

    [FR Bordeaux] Atelier artiste - hacker - Le mercredi 4 janvier 2017 de 19h00 à 21h00.

    Ateliers-cours à la fabrique-pola - L@bx
    Tous les mercredi, 19h00, à partir du 07 décembre 2016
    Passer aux logiciels libres pour toute sa pratique artistique :

    [FR Toulouse] Rencontre Logiciels Libres - Le mercredi 4 janvier 2017 de 19h30 à 22h30.

    L'association Toulibre organise une rencontre autour des Logiciels Libres le mercredi 4 janvier 2017, de 19h30 à 22h30 au Centre Culturel Bellegarde, 17 rue Bellegarde à Toulouse.
    Pendant toute la soirée, venez poser vos questions au sujet du Logiciel Libre et trouver de l'aide pour installer ou utiliser des Logiciels Libres sur votre ordinateur.
    Pour cela, vous pouvez si besoin apporter votre ordinateur, un accès Internet est disponible sur place.

    [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 4 janvier 2017 de 21h00 à 23h00.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    [FR Lyon] Atelier jeudi « découverte du numérique libre » - Le jeudi 5 janvier 2017 de 02h00 à 21h30.

    Atelier de découverte du numérique libre à l'EPN des Rancy
    GRATUIT – inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com
    L’ALDIL et L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon propose de vous faire découvrir : la découverte et utilisation d'un système libre: exemple concret avec Linux Mint

    [FR Martigues] Cycle découverte et usage de LibreOffice - Le jeudi 5 janvier 2017 de 16h30 à 18h30.

    L’association ULLM (les Utillisateurs de Logiciels Libres du Pays Martégal) en collaboration avec EPN Martigues vous présente le programme de ses ateliers du premier trimestre 2017.
    Le jeudi 5 janvier de 16h30 à 18h30
    Responsable Marc Guelle

    [FR Le Mans] Autour d'un verre autour du Libre - Le jeudi 5 janvier 2017 de 19h00 à 23h00.

    Libristes, hackers, pasionnés ou néophites, ou même simplement curieux, voici venu le 1er jeudi du mois.
    Le HAUM (Hackerspace AU Mans) et LinuXMaine (Association de promotion du logiciel libre en Sarthe) vous donnent rendez-vous "autour d'un verre autour du libre", à partir de 19h à l'épicerie du pré, 31 Rue du Pré, 72100 Le Mans.
    En mode free, à partir de 19h, vous pouvez venir accompagné, avec des bidouilleries, avec de la presse spécialisée, avec un ordi, avec des questions, avec votre curiosité, etc…

    [FR Caen] Le First-jeudi de Calvix : Échange dînatoire canneais - Le jeudi 5 janvier 2017 de 19h00 à 21h00.

    Tous les premiers jeudis du mois les membres (et non-membres sont également les bienvenus) se rencontre pour discuter logiciels libre, tout en mangeant (ou juste pour prendre un café). [N.B. le repas n'est pas offert].
    Dans un esprit totalement libre, les sujet vont et viennent fonction de chacun.
    Venez nombreux.

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 5 janvier 2017 de 19h30 à 22h30.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.
    Nous nous réunissons donc tous les jeudis soirs dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).
    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    [FR Tours] Soirée ciné-débat : Le numérique au quotidien - Le jeudi 5 janvier 2017 de 19h40 à 22h40.

    L'association ADETI (LUG tourangelle) vous propose une soirée ciné-débat CNP à ne pas louper autour du thème :
    Le numérique au quotidien.Au quotidien, nous rendons-nous réellement compte de toutes les conséquences de nos actes numériques ?Sans parler des conséquences écologiques ou autres, intéressons-nous aux contrats que nous signons sans même les lire, oui les textes un peu long qui nous ralentissent durant l’installation d’un logiciel ou d’un service sur le web.
    On y trouve des clauses surprenantes que nous ne pourrions accepter si nous l’avions lu.

    [FR Brest] Célébrons les 20 ans de l’April - Le vendredi 6 janvier 2017 de 18h30 à 23h30.

    L’April célèbre vingt années de promotion et de défense du logiciel libre avec plus de 4000 adhérents dont près de 400 associations, collectivités, organisations et entreprises.
    Des événements festifs sont organisés à cette occasion dans toute la France.
    Pour Brest, l’événement aura lieu le 6 janvier 2017 à partir de 18h30 dans les locaux d’infini, 186 rue Anatole France.

    [FR Villeneuve d'Ascq] Libre à Vous - Le samedi 7 janvier 2017 de 09h00 à 12h00.

    Vous souhaitez tester GNU/Linux sur votre ordinateur, vous recherchez un logiciel pour une fonction précise, des conseils ou de l'aide sur les logiciels libres ?
    Libre à Vous est une permanence destinée à vous faciliter l'utilisation de l'informatique. Vous repartirez avec « le plein » de logiciels libres, fiables, évolutifs, performants et gratuits.
    C'est chaque samedi matin au Centre d'Infos Jeunes à la ferme Dupire, 80 rue Yves Decugis à Villeneuve d'Ascq (métro Triolo) de 9h00 à 12h00.

    [FR Aix-en-Provence] Samedi Libre - Le samedi 7 janvier 2017 de 10h00 à 18h00.

    Ces Samedis Libres sont organisés par l'Axul en collaboration avec plusieurs associations de logiciels libres des Bouches-du-Rhône (et souvent du Var).
    Ils proposent des présentations générales et une aide technique pour le dépannage et la mise à jour d'ordinateurs avec des logiciels libres. Ils présentent aussi des démonstrations de matériels libres.
    Des informations sont disponibles sur la Culture Libre (OpenStreetMap, Wikipedia…).

    [FR Valbonne] Rencontre accès Libre - Le samedi 7 janvier 2017 de 10h00 à 12h00.

    Linux Azur propose une rencontre accès libre au Cyberkiosc de Valbonne.
    Venez découvrir Linux et les logiciels libres.
    Venez nombreux.

    [FR Le Mans] AG et Permanence LinuxMaine - Le samedi 7 janvier 2017 de 14h00 à 18h00.

    En ce début d'année, nous organisons notre assemblée générale.
    un Repair-café est prévu le 14 janvier 2017 nous proposons de faire l'AG le 7 janvier.
    Vous pouvez indiquer la date qui vous convient le mieux sur le sondage créé par Armelle:

    [FR Paris] Premier Samedi du Libre - Le samedi 7 janvier 2017 de 14h00 à 18h00.

    Chaque premier samedi de chaque mois, les bénévoles des associations du Libre vous accueillent au Carrefour Numérique² de la Cité des sciences et de l'industrie (CSI) lors de l'install party du Premier Samedi du Libre (PSL).
    Venez aider ou vous faire aider à installer et paramétrer des logiciels libres et toute distribution GNU/Linux avec les associations d'utilisateurs de Fedora, Mageia, Ubuntu ou Debian, sur netbook, portable, ou tour, PC ou Mac, éventuellement à côté de votre système actuel. Idem si vous avez des difficultés avec GNU/Linux, un périphérique, ou un logiciel libre.
    Nous avons besoin de volontaires pour l'accueil et les installations. Il est utile, mais pas obligatoire, de vous inscrire comme parrainé, parrain, ou visiteur sur le site premier-samedi.org et/ou ce bloc-notes en décrivant votre matériel et vos attentes.

    [FR Charleville-Mézières] Atelier Hacklab - Le samedi 7 janvier 2017 de 14h00 à 18h00.

    Atelier de l'association ILARD qui réunit des débutants , des jeunes et des geeks intéressés par les logiciels libres et l'électronique.

    [FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 7 janvier 2017 de 14h00 à 18h00.

    Présentation de l'E2L
    Quel est le rôle de l'école du logiciel libre ?
    Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

    [FR Nantes] Permanence Linux - Le samedi 7 janvier 2017 de 15h00 à 18h00.

    Une permanence de Linux Nantes aura lieu de 15 à 18 heure,
    dans l’aile du local associatif "B17".
    Au cours de ces permanences, nous proposons des conseils, des installations ou des réparations.

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le samedi 7 janvier 2017 de 19h00 à 22h00.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.
    Nous nous réunissons donc tous les jeudis soirs dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).
    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    ZeMarmot : compte‐rendu de fin 2016 et appels aux dons

    30 décembre, 2016 - 14:17

    Pour les nouveaux venus, un rappel : ZeMarmot est un film d’animation racontant l’histoire d’une marmotte empreinte de liberté qui voyage à travers le monde.
    Le film sera diffusé sous double licence Creative Commons paternité — partage à l’identique et Art Libre.

    Techniquement ce film est dans la lignée du dessin animé traditionnel, dessiné et en 2D, utilisant néanmoins les techniques modernes de dessin sur ordinateur plutôt que sur support physique. Ce qui le distingue vraiment d’autres productions est qu’il est entièrement réalisé avec des logiciels libres, du système d’exploitation GNU/Linux au logiciel de dessin GIMP, mais aussi avec de l’édition vidéo (Blender VSE) et audio (Ardour).

    Non seulement nous utilisons du logiciel libre, en outre, en tant que développeur core sur GIMP, ce projet me sert aussi comme base pour une contribution de code intense et continue, rendant le logiciel plus fiable de jour en jour.

    Il s’agit donc d’un projet profondément entaché d’un esprit libre sous de multiples aspects. Alors que 2016 touche à sa fin, il est de rigueur de vous tenir au courant de l’avancée de ZeMarmot, comme nous le faisons régulièrement sur LinuxFr.org.
    Et, qui sait, peut‐être pourrais‐je aussi vous intéresser à contribuer financièrement au projet ?

    Sommaire

    Financement

    Avant de rentrer dans le gros du compte‐rendu, je souhaite rappeler — comme il est de coutume en fin d’année — que ZeMarmot est un projet entièrement financé par les bonnes volontés de particuliers et sociétés donatrices, dont l’action est à deux niveaux : art et logiciel.

    Je suis un des développeurs de GIMP, second plus gros contributeur en termes de nombre de commits depuis quatre ans ; je développe aussi un greffon pour l’animation 2D avec GIMP, qu’Aryeom — l’artiste — utilise sur ZeMarmot. Ce greffon devrait faire partie de GIMP 2.10.
    Et, comme déjà dit en introduction, le film sera aussi sous licence libre en version finale, mais aussi les ressources (énormément de photos, sons et vidéos de marmottes prises dans les Alpes lors de nos deux excursions de recherches) et les fichiers bruts (fichiers XCF avec tous les calques, fichiers d’édition vidéo et audio…) seront diffusés sous les mêmes licences.

    À ce jour, notre financement participatif initial (~ 14 000 €) a permis de payer quelques mois de salaire à Aryeom. Je n’ai rien touché à ce jour (non que je ne veuille pas, mais le projet n’en a pas les moyens). Il reste un peu de la somme initiale, mais principalement gardée de côté pour payer les musiciens.

    Maintenant, nous nous reposons surtout sur un financement mensuel grâce aux plates‐formes Tipeee (financement en euros) et Patreon (financement en dollars des États‐Unis). À ce jour, cela cumule à environ 180 €/mois, soit à peine plus d’un jour de salaire (et avec les charges salariales et patronales, ce qui revient à l’artiste en net est très faible).
    1 jour par mois pour faire un film, c’est pas assez, on est d’accord !

    Mon rêve ? Nous pourrions un jour être un studio qui emploie de nombreux artistes, produisant des films libres pour le cinéma (oui, dans mon rêve fou, les films libres ont leur place sur le grand écran !), ainsi que des développeurs qui améliorent des logiciels pour le multimédia, enrichissant l’écosystème du logiciel libre pour tous !
    Cependant, à ce jour, avec ce niveau de financement, ce n’est qu’un projet expérimental principalement fait bénévolement.

    Vous aimez mon rêve ? Voulez‐vous nous aider à le réaliser ? C’est possible en donnant pour le projet ! Que ce soit la pièce symbolique ou une donation plus généreuse, toute aide est un coup de pouce dans la bonne direction.

    Pas encore sûr ? Prenez votre temps, lisez davantage et n’hésitez pas à revenir voir nos pages de financement si vous aimez ce que vous voyez !

    Notez bien qu’en plus du financement, le nombre de contributeurs est aussi important, car cela remonte le moral de se sentir soutenu par plus de monde. En outre, de gros chiffres nous donneront du poids lorsque nous chercherons de plus gros financements auprès d’organismes privés ou publics, mais aussi auprès de producteurs potentiels, avec la possibilité de ne pas se compromettre sur les aspects idéalistes du projet.

    GUADEC

    Depuis la dernière dépêche, en avril, de nombreuses choses se sont produites. Nous avons décidé de limiter nos apparitions en conférence, à cause du temps et de l’énergie que cela prend. Mais notre venue sponsorisée par la fondation GNOME à GUADEC (conférence des développeurs et utilisateurs GNOME), fut notre évènement le plus notable de l’année. Nous avions alors fait un compte‐rendu en journal que vous pouvez aller relire.

    S’il y a cependant une seule chose à en retenir, c’est la vidéo de notre présentation du projet :

    Le drame !

    Et c’est là que… tout a basculé… [tadadadaaaa]

    Peu après GUADEC, notre réalisatrice‐animatrice, Aryeom Han, se fit une entorse du pouce droit (sa main principale), rendant son travail d’animatrice bien plus compliqué d’un coup !

    Cela a duré assez longtemps et fut un peu préoccupant, pas seulement pour ZeMarmot, mais surtout pour elle. La main étant l’outil principal d’un artiste travaillant du graphisme, au moindre problème, cela devient rapidement une catastrophe. Pendant un mois et demi, elle a même travaillé de la main gauche. Elle a néanmoins dû refaire l’entièreté de ses animations de la main gauche. Ce fut donc beaucoup d’énergie gâchée (même si une partie du travail fut tout de même utile).
    Après environ trois mois et deux kinés, elle a commencé à reprendre un rythme de travail confortable.
    Maintenant, elle peut à nouveau dessiner de la main droite sans trop de problème, même si sa main reste fragile et qu’elle éprouve plus rapidement des douleurs. Néanmoins, le plus dur semble être passé.

    Et l’année est passée… vite

    C’est ainsi que nous nous retrouvons en fin d’année. Globalement, le principal obstacle fut d’avoir perdu trois mois d’animation, mais le résultat reste assez acceptable. Nous venons de publier un compte‐rendu assez complet sur notre site. Il explique notamment une grande partie du travail de l’animateur, ce « fou » qui redessinera la même action vingt fois pour trouver un mouvement parfait, avec des changements pourtant à peine perceptibles par le commun des mortels. Deux vidéos sont également publiées dans ce rapport, utilisant des extraits de ZeMarmot en cours de création (non coloriés) en diverses versions intermédiaires, puis finale. Je vous laisse aller regarder ces vidéos et lire les explications si vous êtes intéressés par le processus de création de dessins animés.

    Je recopierai cependant ci‐dessous des extraits choisis du compte‐rendu qui intéresseront, pour sûr, les lecteurs de LinuxFr.org (note : le texte sur le financement plus haut est aussi une copie du compte‐rendu).

    Extraits du compte-rendu de fin 2016 GIMP

    Je fais ma part sur GIMP, pour l’améliorer de manière générale et rapprocher la sortie de la version 2.10. Je compte donc 259 commits en tant qu’auteur en 2016 (60 dans les 3 derniers mois) + 48 en tant que relecteur/responsable. J’ai commenté sur 352 rapports de bogue en 2016, faisant une habitude de faire le plus possible de revues de correctifs.

    J’ai beaucoup de projets pour GIMP, certains ambitieux comme un système de gestion des greffons (installation, désinstallation, mise à jour… directement depuis un dialogue dans GIMP), ainsi que sur l’évolution de l’interface graphique (cela devra être discuté en détail, sujet par sujet dans d’autres articles).

    J’expérimente aussi avec Flatpak pour que GIMP puisse fournir un paquet officiel. Pendant des années, notre position de sortie fut : un installateur Windows, un paquet pour Mac OS X et pour GNU/Linux… ben attrape le code source et compile, quoi ! Ou bien, utilise la vieille version de ton gestionnaire de paquets…
    Je pense que cette situation pourra s’améliorer avec Flatpak et des technologies similaires.

    Animation dans GIMP

    Il s’agit donc d’un greffon, pas d’une fonctionnalité native. Cependant, c’est presque aussi puissant, même si certaines fonctionnalités manquent (comme le lien non bidirectionnel entre GIMP et les greffons : un greffon n’est pas notifié de changements sur les images notamment ; fonctionnalité sur laquelle je prévois de travailler).

    Le greffon d’animation a deux vues :

    Vue « storyboard »

    Cela correspond à la logique très basique « 1 calque = 1 image » habituelle, par exemple, pour les créateurs d’animation GIF (ou MNG/WebP…), excepté qu’il y a maintenant une jolie interface pour paramétrer la durée d’affichage de chaque image (plutôt que d’étiqueter — « taguer » — les noms des calques, très mauvais choix d’interface, ce qui explique d’ailleurs que la fonctionnalité est quasi cachée et trouvable seulement sur de vieux tutoriaux), faire de la composition de base et même commenter chaque vignette, si besoin est. Le tout avec une bonne prévisualisation de l’animation.

    Vue « x‐sheet »

    Vue plus puissante où vous pouvez composer chaque image à partir de plusieurs calques, souvent au moins un décor et un personnage. L’exemple ci‐dessus compose trois images à chaque position : le décor, l’aigle et la marmotte.

    Vous connaissez peut‐être plus les vues de type « ligne de temps », ce qui est en gros la même chose, mais horizontal plutôt que vertical. J’ai essayé aussi mais suis rapidement revenu vers une conception plus classique dans le monde de l’animation, appelée x‐sheet (feuille d’exposition). Je la trouve plus pratique, mieux pour commenter, facile à faire défiler (« scroller ») et plus organisée. On voit peu de choses dans cette capture d’écran, mais le greffon cible vraiment une animation professionnelle et organisée. En particulier, avec des calques convenablement nommés, vous pouvez créer des cycles d’animation de dizaines d’images en seulement quelques clics.

    Je travaille aussi sur les effets d’animation par images clefs — keyframing — (opérations GEGL animées) et les mouvements de caméra.

    Beaucoup fut fait, mais bien plus reste à faire. Je posterai des articles plus détaillés et surtout pousserai le code publiquement sur une branche du dépôt de GIMP bientôt (probablement avant la prochaine réunion Libre Graphics Meeting d’avril).

    That’s all, folks!

    Et voici donc notre compte‐rendu de fin d’année de l’équipe ZeMarmot ! J’espère que cela vous a plu. Et si vous n’avez pas tout dépensé en cadeaux de Noël, je rappelle que le projet accepte toute l’aide possible via les liens de financement donnés plus haut. Certains soutiennent avec 1 € par mois, d’autres 15 € par mois… Il n’y a pas de limites. Au final, nous donnons vie à ZeMarmot tous ensemble !

    Merci, et bonne année 2017 !

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Lancement de GapMea logiciel de modélisation de données

    30 décembre, 2016 - 09:14

    GapMea est un outil de conception de bases de données (code sous licence GPL v3+ et documentation sous GFDL v1.3+).

    GapMea est un outil graphique de modélisation des données écrit en C++ à l’aide de la bibliothèque Qt. Il permet de formaliser des schémas recueillant et structurant les informations nécessaires à un domaine de gestion. Le schéma obtenu est enregistré dans un fichier texte au format XML. Le logiciel permet la génération du code SQL nécessaire à la création des tables de la base de données qui vont accueillir les informations.

    Cet outil permet un apprentissage rapide de la modélisation des données. Il offre une représentation synthétique des relations entre les tables d’une base de données.
    Voici un aperçu du genre de schémas que l’on peut créer :

    L’auteur

    Professeur certifié en Informatique de Gestion, j’enseigne depuis plus de vingt ans en section de Technicien supérieur en informatique, aujourd’hui dénomméee BTS « Services Informatiques aux Organisations ».

    Je suis donc en premier lieu enseignant, mais aussi développeur, administrateur système, dompteur de routeurs et autres commutateurs…

    Le projet

    Il est né d’un besoin, ni Umbrello ni Dia ne me satisfaisaient pour cet objectif particulier.

    Historique

    GapMea est un projet que je traîne depuis très longtemps : un premier jet a été développé avec Delphi et Interbase, puis un portage sous feu Kilix, une reprise complète et salutaire en Qt4 et enfin un portage sous Qt5.

    De très nombreuses heures de travail donc… Il est maintenant temps pour ce code de quitter mon disque dur poussiéreux.

    Longue vie à lui et au logiciel libre.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Ancestris v0.9

    28 décembre, 2016 - 11:56

    Ancestris est un logiciel de généalogie libre. Ancestris est gratuit et libre, et il respecte strictement la spécification GEDCOM. Il est disponible pour GNU/Linux, *BSD, Solaris, Mac OS X et Windows, est écrit en langage Java (en tant que projet Netbeans 8) et est distribué selon les termes de la GPL v2.

    Le projet vient de sortir, la veille de Noël 2016, la nouvelle version stable, la 0.9. Des améliorations et des nouveautés sont au menu. Ces améliorations et nouveautés sont les conséquences directes des demandes et souhaits des utilisateurs au travers de la liste de discussion.

       Ancestris

    Améliorations
    • Module géographique
    • Module de gestion des lieux
    • Vitesse de chargement des données
    Nouveautés

    Deux nouveaux éditeurs pour saisir vos données (Ariès et Cygnus)
    Un module de partage d’arbres entre utilisateurs connectés et partageurs (vos données ne circulent pas sur le Web).

    Bien sûr, il y a plein de nouveautés. On vous laisse le soin de les découvrir. L’interface a été revue, De nouveaux éditeurs ont vu le jour. Des outils supplémentaires sont mis à votre disposition, vous découvrirez ainsi le « partage d’arbres ». Il y a tellement de nouvelles choses par rapport à la version 0.8, qu’on ne peut pas vous en faire la liste exhaustive.
    Bonne découverte, si vous ne connaissez pas Ancestris ; bonne continuation, si vous êtes déjà utilisateur d’Ancestris.

    Signé : Toute l’équipe de développement et tous ceux qui ont contribué à Ancestris

    L’utilisant depuis plus d’un an en bêta, je suis sûr qu’il y a d’autres nouveautés et améliorations depuis la 0.8. Mais, voilà, je ne sais plus les repérer.

    Rendez‐vous vite sur le site pour télécharger la nouvelle version et vous faire votre idée.

    Les documentations sont variées, allant des tutoriaux jusqu’aux vidéos, en passant par les premiers pas et des explications détaillées de l’ensemble des possibilités.

    Le programme existe en français, anglais, allemand, espagnol, portugais, polonais, italien, norvégien, suédois, grec et espéranto. L’équipe a besoin de monde pour compléter ou améliorer les traductions déjà faites (un outil, trancestris, a été développé pour faciliter les contributions en traduction).

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    PrivateBin sécurise vos partages de texte en version 1.1

    27 décembre, 2016 - 21:07

    PrivateBin est un service libre de pastebin, qui permet d’héberger et de partager des données textuelles. Sont pris en charge le texte brut, le code, et les documents Markdown. La version 1.1 vient de sortir, mais avant d’en reparler, voyons un peu ce qu’est PrivateBin et quelles en sont les fonctionnalités clefs.

    Un panier sécurisé pour vos partages de texte

    Né des cendres de Zerobin, qui a déjà été présenté en dépêche il y a quelques années, PrivateBin met l’accent sur la sécurité des données. L’hébergeur n’ayant pas accès à la clef pour déchiffrer le contenu, Privatebin est ce que l’on appelle communément — et par abus de langage — un service de type « Zero Knowledge ».

    Lorsque l’on crée un document, le navigateur compresse puis chiffre les données avant de les transmettre au serveur et se garde bien de lui envoyer la clef. Le serveur renvoie alors au navigateur l’identificateur du document chiffré créé, ce qui permet à ce dernier en retour de générer une adresse URL de la forme https://SERVEUR/?DOCUMENT#CLEF.

    Pour retrouver et déchiffrer le document, il nous faut donc entrer l’adresse complète. Par exemple, https://paste.unixcorn.org/?84ae3a39a305d229#1aV00MLZfFe125TO05dJve6je6fIMy0JeBHpGTbaLnA=. Dans ce cas, le navigateur ne transmet au serveur que le début de l’adresse URL, omettant l’identificateur de fragment (la partie après le #) qui contient la clef de déchiffrement.

    Au‐delà de ça, PrivateBin offre la possibilité de protéger par mot de passe l’accès au contenu chiffré, ce qui offre une couche de protection supplémentaire dans le cas où l’adresse du document finit entre de mauvaises mains.

    Alors est‐ce vraiment 100 % sécurisé ? Oui et non. Comme expliqué sur la page d'’accueil du projet, PrivateBin ne protège pas d’abus de la part des administrateurs et administratrices gérant le service, qui pourraient — volontairement ou sous la menace — distribuer un bout de JavaScript exposant les clefs des documents auxquels vous accédez. Mais ce problème n’est pas lié spécifiquement à PrivateBin ; c’est là le fléau des applications Web et de l’exécution de code non signé.

    Quoi de neuf dans la version 1.1 ?

    La version 1.1 de PrivateBin apporte relativement peu de changements visibles… pour les francophones ! Deux nouvelles langues ont été ajoutées dans cette version : l’italien et le russe.

    Sous le capot, une faille de sécurité XSS a été corrigée, et des nouveaux en‐têtes HTTP viennent en renfort de la politique de sécurité des contenus (ou CSP, en anglais). Cette dernière a été mise à jour pour éviter de divulguer l’adresse du document lorsque l’on clique sur un lien en son sein (via les en‐têtes « referer »).

    Enfin, un Dockerfile a été ajouté pour permettre de déployer rapidement PrivateBin sur une infrastructure Docker.

    Conclusion

    PrivateBin est facile de prise en main et semble prendre la question de la sécurité des données au sérieux, même si le développement se passe sur la plate‐forme centralisée GitHub. C’est donc une alternative très sérieuse à Pastebin, GitHub Gist et autres services non libres et centralisés du même acabit.

    Enfin, pour celles et ceux qui se demandent si l’on ne pourrait pas faire d’autres choses super intéressantes avec les technologies employées par PrivateBin, je vous conseille d’aller jeter un coup d’œil à Cryptpad, qui met en place — avec une chaîne de blocs au milieu — un service d’édition collaborative (pads) intégralement chiffré.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Framalibre est en train de renaître

    27 décembre, 2016 - 19:42

    Framalibre, c'est l'annuaire historique de Framasoft dont l'intérêt, il y a plus de 10 ans, fut de faire connaître au public nombre de logiciels libres (il contient plus de 1000 fiches). Pour des raisons que nous allons voir, le site est en cours de renaissance. La phase Bêta étant terminée, nous en sommes rendus depuis quelques jours à la phase Release Candidate : il y a encore quelques bugs, et surtout nous devons encore peaufiner des menus détails éditoriaux. Néanmoins, nous avons invité la communauté libriste à recommencer depuis zéro ce bel annuaire et obtenir un nombre significatif de contenus avant de le lancer officiellement en version « stable ».

    Historique

    Il y a maintenant plus de deux ans que Framasoft a décidé de mener une révision complète du site. Les raisons sont aujourd’hui évidentes pour n’importe quel visiteur : outre la conception un peu dépassée, les notices des logiciels sont trop longues, souvent obsolètes et même, dans certains cas, auraient tendance à desservir l’image des logiciels recensés. Il y a trois raisons à cela :

    • les auteurs des longues notices de l’annuaire historique sont rares et peu les maintiennent à jour ;
    • le projet d’annuaire a toujours reposé sur une équipe restreinte et la modération a priori suppose une implication constante (et parfois une frustration des auteurs qui ne voient pas leurs notices mises à jour malgré la soumission de nouveaux contenus) ;
    • la ligne éditoriale consistait essentiellement à apporter un maximum d’informations sur les logiciels y compris de manière critique, or ces derniers évoluent plus vite que les notices et les commentaires sont vite dépassés.

    Ajoutons à cela le changement dans le rapport aux contenus Web. L’heure n’est plus à de longues séances de lecture pour établir un choix comparatif entre plusieurs logiciels : si nous voulons qu’un utilisateur choisisse un logiciel libre, l’identification des fonctions principales de ce dernier doivent lui apparaître rapidement. Par ailleurs, les logiciels disposant le plus souvent de sites Internet dédiés (ou à l’intérieur de sites communautaires plus vastes), faire l’inventaire exhaustif des fonctionnalités est toujours redondant.

    Stratégie

    Entre les projets courants, le grand projet Degooglisons Internet et toutes les autres activités de Framasoft, nous avons donc décidé de mener ce travail en procédant par étapes.

    La première fut de décider de la ligne éditoriale :

    • des notices courtes, se limitant à l’essentiel descriptif ;
    • aller au‐delà des logiciels, et recenser aussi le matériel et toutes sortes d’œuvres libres ;
    • donner une dimension coopérative et ouverte (insistant par là sur la dimension d’éducation populaire que nous promouvons), ce qui implique une modération a posteriori, et la possibilité donnée aux utilisateurs et auteurs de créer et modifier les notices ;
    • déterminer une première trame des catégories et des champs (obligatoires ou non) pour entrer une notice.

    La seconde fut de décider de l’outil à employer. Après quelques atermoiements et divergences d’opinions en interne, ce fut le CMS Drupal, pour de multiples raisons de facilités de configuration et de maintenance (les greffons ont été limités au strict essentiel).

    La troisième consista à déterminer les fonctionnalités de l’annuaire pour ne pas se limiter à de simples listes :

    • utilisation d’étiquettes (tags) et de mots‐clefs ;
    • vue des révisions des notices et comparaison entre deux versions à des dates différentes ;
    • identification des auteurs et possibilité de se contacter les uns les autres (à activer dans les profils) ;
    • possibilité de se créer un registre de ses favoris et le partager (à activer dans le profil) ;
    • possibilité d’écrire une chronique (un avis critique, expert ou non) à propos d’une ressource inventoriée ;
    • liste de correspondance entre logiciels libres et logiciels propriétaires (un peu à la mode du site AlternativeTo) ;
    • notification des modifications d’une notice à son auteur ;
    • laisser ouverte la possibilité de créer de futures API…

    La quatrième consista à trouver des ressources pour la conception, très importante en la matière. Un mécénat de compétence fut la solution qui nous apparut la plus efficace. Là encore, quelques maladresses en interne nous causèrent beaucoup de retard et, finalement, c’est la société Makina Corpus qui finit par tenir le rôle avec efficacité.

    La suite

    Nous sommes bien conscients que les choix proposés ne satisferont pas tout le monde. Certains manques, tels l’ajout de licences oubliées, pourront être corrigés au fil de l’eau. D’autre améliorations se feront plus tard, selon les disponibilités.

    Nous avons invité les Frama‐Colibris à venir remplir les notices par ce message. N’hésitez pas à en faire autant ! Après avoir lu, rendez‐vous sur beta.framalibre.org.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Revue de presse de l’April pour la semaine 51 de l’année 2016

    27 décembre, 2016 - 11:57

    La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’Association de promotion et de défense du logiciel libre.

    Sommaire

    [UP Le Mag] Diaspora, un réseau social qui respecte la vie privée
    Par Héloïse Leussier, le vendredi 23 décembre 2016. Extrait :

    Diaspora est un réseau social qui permet de publier messages et photos tout en protégeant les données des utilisateurs. Une alternative crédible au géant Facebook.

    Lien vers l’article original : http://www.up-inspirer.fr/32254-diaspora-reseau-social-respecte-vie-privee

    [Contrepoints] Le coup d’État citoyen : la démocratie réinventée
    Par Farid Gueham, le vendredi 23 décembre 2016. Extrait :

    Une transition est en cours, une mutation qui s’appuie largement sur les technologies de l’open source. La renaissance démocratique est en marche.

    Lien vers l’article original : https://www.contrepoints.org/2016/12/23/275830-coup-detat-citoyen-democratie-reinventee

    Et aussi :

    [cio-online.com] L’amortissement en douze mois des logiciels supprimé : SaaS et Open Source favorisés

    Par Bertrand Lemaire, le mercredi 21 décembre 2016. Extrait :

    Tech In France dénonce la suppression de l’amortissement rapide en douze mois des logiciels et craint que cela réduise les investissements en achats de logiciels par les entreprises. Mais les logiciels en mode locatif (SaaS ou non) et open source seraient ainsi fiscalement favorisés. La Loi de Finances a été adoptée définitivement le 20 décembre 2016 et sera promulguée d’ici la fin de l’année 2016.

    Lien vers l’article original : http://www.cio-online.com/actualites/lire-l-amortissement-en-douze-mois-des-logiciels-supprime-saas-et-open-source-favorises-8992.html

    Et aussi :

    [Next INpact] L’April fête ses 20 ans et rappelle que « la servitude s’avance masquée »

    Par Sébastien Gavois, le mardi 20 décembre 2016. Extrait :

    L’April vient de souffler sa vingtième bougie, mais l’association ne compte pas en rester là et compte bien continuer son combat autour du logiciel libre. Le 11 janvier, une fête se déroulera dans les locaux où l’association est née en 1996, à l’université de Paris 8.

    Lien vers l’article original : http://www.nextinpact.com/news/102596-lapril-fete-ses-20-ans-et-rappelle-que-servitude-s-avance-masquee.htm

    Et aussi :

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    33c3 — 33ᵉ édition du Chaos Communication Congress

    27 décembre, 2016 - 10:22

    Le Chaos Communication Congress, célèbre rassemblement de hackers organisé par le Chaos Computer Club, revient cette année pour sa trente‐troisième mouture (aussi nommée 33c3), du 27 au 30 décembre 2016.

    Cet évènement est l’occasion de nombreuses conférences, ateliers et évènements divers pendant quatre jours sur la technologie, la société, les utopies. De nombreuses conférences seront retransmises en direct en flux vidéo. Cette année, une traduction partielle sera assurée en français (en plus de l’anglais et de l’allemand).

    La trente‐troisième édition se déroulera comme à l’accoutumée au Congress Center Hamburg dans la ville de Hambourg, au nord de l’Allemagne, du 27 au 30 décembre 2016 (soit quatre jours).

    Tous les détails sont disponibles sur la page d’accueil du wiki de l’édition 2016 (en anglais).

    Voici quelques liens utiles, en guise de pense‐bête :

    Le programme :

    Flux vidéos :

    Toutes les présentations du 33C3 sont traduites en anglais, allemand et en partie en français (cf. détails).

    Pour permettre aux spectateurs distants de faire relayer leurs questions aux conférenciers, il y a une page d’instructions.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    Agenda du Libre pour la semaine 52 de l'année 2016

    26 décembre, 2016 - 22:14

    Calendrier web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 10 événements (0 en Belgique, 10 en France, 0 au Québec et 0 en Suisse) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire Agenda du Libre pour la semaine 52 de l'année 2016 [FR Montpellier] Formation Dolibarr - Le lundi 26 décembre 2016 de 09h00 à 17h00.

    Lundi 26 au mercredi 28 décembre 2016 de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00 (Dolibarr)
    Aplose Pole Realis - 710, rue Favre de Saint-Castor, 34080 Montpellier
    Gérez votre petite ou moyenne entreprise avec le logiciel Dolibarr

    [FR Montpellier] Formation Dolibarr - Le mardi 27 décembre 2016 de 09h00 à 17h00.

    Lundi 26 au mercredi 28 décembre 2016 de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00 (Dolibarr)
    Aplose Pole Realis - 710, rue Favre de Saint-Castor, 34080 Montpellier
    Gérez votre petite ou moyenne entreprise avec le logiciel Dolibarr

    [FR Grenoble] Atelier de la Guilde - Le mardi 27 décembre 2016 de 19h00 à 23h00.

    GUILDE (Guilde des Utilisateurs Linux du Dauphiné) est une association loi 1901 qui s'est fixée pour objectifs de promouvoir le système Linux auprès des particuliers et des professionnels, de rassembler les utilisateurs de Linux de la région du Dauphiné.
    Nous souhaitons faire naître des projets, des initiatives et créer des groupes de travail qui bénéficieront aussi bien à Linux qu'à ses utilisateurs.
    Notre région est riche en entreprises de haute technologie, centres de recherches, universités et sociétés de services qui utilisent déjà Linux.

    [FR Montpellier] Formation Dolibarr - Le mercredi 28 décembre 2016 de 09h00 à 17h00.

    Lundi 26 au mercredi 28 décembre 2016 de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00 (Dolibarr)
    Aplose Pole Realis - 710, rue Favre de Saint-Castor, 34080 Montpellier
    Gérez votre petite ou moyenne entreprise avec le logiciel Dolibarr

    [FR Auch] Initiation à Linux - Le mercredi 28 décembre 2016 de 14h00 à 17h00.

    Cette découverte de Linux est proposée au Café associatif d'Auch, l'Abri des Possibles, tous les mercredi.

    [FR Mauguio] Infolibres permanence - Le mercredi 28 décembre 2016 de 17h00 à 19h00.

    Rendez-vous technique, salle de formation informatique de la médiathèque.
    L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence de dépannages pour vous aider à apprivoiser votre système GNU/Linux au quotidien.
    Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes.

    [FR Bordeaux] Atelier artiste - hacker - Le mercredi 28 décembre 2016 de 19h00 à 21h00.

    Ateliers-cours à la fabrique-pola - L@bx
    Tous les mercredi, 19h00, à partir du 07 décembre 2016
    Passer aux logiciels libres pour toute sa pratique artistique :

    [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 28 décembre 2016 de 21h00 à 23h00.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    [FR Montpellier] Permanence « Les logiciels libres, parlons-en ! » - Le vendredi 30 décembre 2016 de 17h00 à 19h00.

    Le Faubourg Marché, qu’est-ce que c’est ?
    Le Faubourg Marché est une permanence partagée qui permet aux associations d’accueillir ensemble, les publics de ces associations une fois par semaine, le vendredi entre 17h00 et 19h00, au 19, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier.
    L’idée est de s’informer et d’informer les adhérents des diverses associations sur le fonctionnement du lieu et des associations, et notamment sur les 5 partenaires qui l’animent et lui permettent ainsi d’exister (autour.com, L’Accorderie, enercoop, modulauto, La Nef). Lors de cette permanence partagée vous pourrez rencontrer les associations La Graine (monnaie locale de Montpellier), éCOhabitons, Montpellier à pied, et bien sûr Montpel’libre.

    [FR Villeneuve d'Ascq] Libre à Vous - Le samedi 31 décembre 2016 de 09h00 à 12h00.

    Vous souhaitez tester GNU/Linux sur votre ordinateur, vous recherchez un logiciel pour une fonction précise, des conseils ou de l'aide sur les logiciels libres ?
    Libre à Vous est une permanence destinée à vous faciliter l'utilisation de l'informatique. Vous repartirez avec « le plein » de logiciels libres, fiables, évolutifs, performants et gratuits.
    C'est chaque samedi matin au Centre d'Infos Jeunes à la ferme Dupire, 80 rue Yves Decugis à Villeneuve d'Ascq (métro Triolo) de 9h00 à 12h00.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires

    GitLab libère les GitLab Pages

    26 décembre, 2016 - 14:26

    GitLab, une des alternatives à GitHub, a fait un superbe cadeau de Noël à sa communauté : l’intégration des GitLab Pages à la version communautaire de GitLab !

    Le ticket où a eu lieu la discussion amenant à cette décision a été ouvert il y a neuf mois et, alors que la discussion s’était éteinte il y a près de deux mois sur un refus (argumenté et compréhensible) de la part de GitLab, celle‐ci a repris il y a deux semaines pour aboutir à un dénouement inattendu : l’intégration des GitLab Pages à la version communautaire.

    Qu’est‐ce que GitLab Pages ?

    À l’instar des pages Github, les pages GitLab permettent à toute personne possédant un dépôt sur un GitLab de créer un site Web via un générateur de site statique (Jekyll, Middleman, Hexo, Hugo, Pelican…) et de l’héberger sur l’infrastructure dudit GitLab.

    La compilation du site est effectuée lors du push vers le dépôt GitLab, via le système d’intégration continue de GitLab, puis le résultat est publié à l’endroit idoine pour être accessible via le Web.

    Il est possible d’utiliser un nom de domaine personnel (il n’est pas obligatoire d’utiliser une adresse du style https://username.gitlab.io), ainsi qu’un certificat personnel.

    Et ça sert ?

    Les pages GitHub sont très souvent utilisées par les développeurs pour fournir une page de présentation de leurs projets, même les plus gros : Ruby on Rails, Django, React

    Les pages GitLab sont donc susceptibles d’être tout autant utilisées que les pages GitHub. La demande est là.

    Et avec le danger que représente GitHub, il est plaisant de voir qu’une de ses alternatives libres s’étoffe et propose une de ses fonctionnalités des plus appréciées. Tellement appréciées que certains utilisent les pages GitHub comme hébergement pour leur blog !

    La discussion

    Le ticket où a eu lieu la discussion a été ouvert suite à l’interpellation sur Twitter de GitLab par… votre serviteur.

    En effet, Framasoft proposant une instance de GitLab libre d’utilisation, nous recevions beaucoup de demandes pour fournir un service équivalent à GitLab Pages. D’où ma demande via Twitter.

    L'argumentaire de GitLab était le suivant : une fonctionnalité de GitLab qui ne serait pas utile à des installations de moins de 100 utilisateurs n’a pas vocation à être intégrée à la version communautaire de GitLab [lien].

    À noter : GitLab a proposé à Framasoft de lui fournir une licence pour l’édition Entreprise de GitLab avec un rabais… Proposition refusée, puisque Framasoft ne veut utiliser que du logiciel libre. :-)

    La communauté a réagi en indiquant bien que les GitLab Pages seraient utiles, même aux installations de moins de 100 développeurs.

    Au bout de trois mois, votre serviteur a codé un pis‐aller de GitLab Pages : Fs Pages, afin de fournir https://frama.io/. La compilation est laissée à la charge du développeur et il n’est pas possible de choisir un nom de domaine personnalisé.

    Après quelques appuis supplémentaires de la part de la communauté en faveur de l’intégration, le ticket fut fermé avec l’argument du business : GitLab avait peur, ce qui est compréhensible, de diminuer l’attrait de l’édition Entreprise puisqu’une des killer features serait déjà dans l’édition communautaire.

    Il fut rappelé que l’instance officielle, disponible sur http://gitlab.com, libre d’utilisation de façon illimitée, permettant (au contraire de GitHub) d’avoir des dépôts privés, utilise l’édition Entreprise et propose de ce fait les GitLab Pages. À quoi il fut répondu que cela n’avait guère plus de sens que d’utiliser GitHub, puisqu’il s’agissait alors d’utiliser une solution propriétaire.

    La discussion semblait finie… jusqu’à une nouvelle note, il y a deux semaines.

    L’argument utilisé me semblait des plus fragiles : avec les GitLab Pages dans l’édition communautaire, plus de développeurs utiliseraient GitLab pour héberger leur blog, ce qui aurait pour effet de faire grandir la notoriété de GitLab par le bouche à oreille, donc d’avoir plus de personnes familières avec la plate‐forme et donc d’avoir potentiellement plus de prescripteurs qui pourraient faire pencher la balance en faveur de GitLab lors du choix d’une forge en entreprise.

    L’argument de la notoriété. Le genre d’argument que l’on sort, par exemple, pour ne pas payer un graphiste : « Ça vous fera de la pub ».

    Les gens de GitLab, devant la reprise des discussions, annonçèrent qu’ils allaient y repenser…

    Il fut proposé un financement participatif pour offrir une compensation à GitLab en échange de la libération des GitLab Pages.

    Une autre organisation sans but lucratif comme Framasoft, bien que plus petite (ce sont leur termes), vint appuyer la demande de libération, ainsi que l’idée d’un financement participatif.

    Et enfin… la demande de fusion de la libération apparut.

    Au final

    Au‐delà de l’excellente nouvelle de l’arrivée des GitLab Pages dans la version 8.16 qui arrivera le 22 janvier 2017, nous avons là un bel exemple de dialogue avec la communauté.

    Les échanges furent cordiaux, argumentés, et le « non » initial fut accueilli sans animosité par la communauté.

    La communauté, de son côté, fut opiniâtre et cela a payé. Notons que la communauté n’attendait pas que cela lui tombe tout cuit dans la bouche, entre solutions alternatives codées à la main ou bidouillées à coup de rsync et proposition de financement participatif.

    Bref, un bel exemple de gestion de communauté à suivre, d’un côté comme de l’autre.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Lire les commentaires