Syndiquer le contenu
Mis à jour : il y a 10 heures 46 min

Pique-nique du Libre 2015, au Lac du Crès le samedi 11 juillet 2015

9 juillet, 2015 - 22:55

Samedi 11 juillet 2015 à partir de 19h00
Lac du Crès, aire de pique-nique, Chemin de Navitau 34920 Le Crès

GPS : Latitude 43.6561333 Longitude 3.9293165

Montpel’libre et ses partenaires vous proposent de nous retrouver tous pour clore cette année très intense dans un esprit festif, à l’occasion d’un pique-nique au Lac du Crès, les familles, enfants, curieux et bien sûr libristes sont les bienvenus.

Ce pique-nique traditionnel de fin d’année, des libristes de toute la région est organisé pour boucler l’année dans la bonne humeur, évoquer les moments importants qui se sont déroulés dans l’année et ceux qui nous attendent à la rentrée. Ce traditionnel rendez-vous est devenu, au fil du temps et selon la presse, une véritable institution.

L’inscription n’est pas obligatoire, mais fortement recommandée pour des raisons évidentes de contraintes logistiques.

Cette année encore, afin de nous mettre en conformité avec l’arrêté préfectoral, les barbecues et tout feu seront interdits, le repas sera donc froid.

Pas de réseau wifi, ni électrique, pensez à prendre des lampes.

Le site dispose à l’entrée d’une petite aire de jeux pour les enfants, de balades, randonnées, tables, baignade, pêche, grande aire de jeux pour enfants, skate-park et d’une plage aménagée.

Chacun apporte quelque chose, et on partage. Pensez à porter de l’eau, des brumisateurs, des chapeaux pour supporter les fortes chaleurs. Prévoyez aussi des boules de pétanque.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Histoire Mondiale 2.0

9 juillet, 2015 - 17:24

Histoire Mondiale est un atlas historique permettant de découvrir l'histoire du monde selon plusieurs axes : évolution d'une région, suivi d'une civilisation, lecture de textes dans l'ordre chronologique.

Le code source est publié sous licence AGPLv3 et les données sous licence CC-by-sa.

Présentation du logiciel

L'interface est assez simple et se compose essentiellement d'une carte navigable et de paragraphes de textes décrivant l'histoire des régions survolées. Il est possible d'afficher le paragraphe correspondant à une région. Et dans l'autre sens, de centrer la carte sur la région et l'époque qui est concernée par un paragraphe. Ou encore de suivre l'histoire d'une civilisation en faisant défiler le temps, le paragraphe associé à une période apparaissant automatiquement.

Un index des civilisations et des paragraphes permet également de trouver plus directement une région ou une période.

État du projet

Le projet a débuté en 2003 avec le travail de Patrice Henrio, un passionné d'histoire. Le logiciel est à l'origine écrit en Visual Basic et tourne sur Windows. C'est Patrice qui travaille sur la collecte et l'organisation des données (création des cartes de territoires, écriture des paragraphes, …).

Vers 2009 un développeur traînant dans le monde du logiciel libre (moi-même) découvre le projet et propose à l'auteur de réaliser une version multiplates-formes en Java, publiée sous une licence libre. L'idée étant déjà dans les cartons de Patrice, il accepte et une première version sort en 2011. Une seconde version est publiée en 2014, avec plus de données historiques, des améliorations dans l'interface graphique et d'importantes réorganisations internes. Les deux développeurs maintiennent actuellement le code du projet.

Le logiciel est testé sous Linux, Windows et Mac OS X. Il existe actuellement un installeur pour Windows et un paquet pour Archlinux, les autres systèmes devant se contenter d'une archive (le logiciel se lance ensuite facilement via un script, mais c'est moins bien intégré au système).

La suite

Le développement actuel continue (données et petites améliorations de l'interface graphique).

Les tâches actuelles ne nécessitent pas vraiment d'aide, mais pour d'autres un coup de main serait apprécié, si certains ont des connaissances particulières :

  • Si quelqu'un s'y connaît vraiment bien en Swing, j'aurai quelques petites questions sur certains points.
  • Une version Android (pour tablettes) pourrait être intéressante. Le fait que le programme soit écrit en Java devrait aider mais si quelqu'un s'y connaît en développement pour Android, ça pourrait nous aider à nous y retrouver plus facilement.
  • Une version HTML/JavaScript est aussi envisagée. Là des compétences moins basiques que les miennes dans ces deux langages et/ou une expérience sur la conception d'interfaces de ce type nous serait utile (quelques idées pour que l'interface ne soit pas trop lourde une fois que les cartes passent à travers Internet par exemple).
  • Une aide au portage sur les plates-formes libres serait apprécié aussi : il existe actuellement un paquet pour Archlinux dans un dépôt communautaire mais c'est tout. Resteraient la création de paquets pour d'autres distributions, l'accès aux dépôts communautaires ou officiels (suivant le fonctionnement des différentes distributions) et éventuellement la communication sur les forums associés si c'est approprié. Bien sûr ça ne s'arrête pas à Linux, s'il y a des BSDistes ou autres et qu'il existe une machine virtuelle Java sur leur plate-forme, nous ne sommes pas racistes ;) . Pour les paquets par exemple j'ai lu cet article, est-ce que quelqu'un a un avis dessus ?

Et bien sûr les avis, retours et remarques diverses sont toujours les bienvenus :) .

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

« Student Demo Cup » : Étudiant, lance ton projet libre

9 juillet, 2015 - 08:33

La « Student DemoCup » (SDC) est organisée chaque année afin de récompenser les meilleurs projets innovants, Libres et Open Source.

Cette tribune est ouverte à tous les étudiants qui, seuls ou par équipe, se lancent dans des projets innovants s'appuyant sur des développements et des technologies Libres, Open Source, Open Data ou Open Law.

Vous pourrez trouver toutes les informations dans la suite de la dépêche et sur le site de la Student Demo Cup.

Thèmes

Le projet peut être soumis dans l'un des trois thèmes suivants :

  • Technique : Projets de développement innovants en Logiciel Libre et Open Source.
  • Societal : Projets libres en sciences humaines et innovations sociales.
  • Entreprise : Projets entrepreneuriaux s'appuyant substantiellement sur les technologies libres et ouvertes.

Ils doivent en outre :

  • présenter un caractère innovant et ouvert ;
  • présenter un certain degré d'avancement et de concrétisation ;
  • avoir pour ambition la promotion et l'amélioration du Logiciel Libre et de son écosystème ;
  • être libre/Open Source selon la Définition de la FSF et/ou de l'OSI.

Les projets peuvent revêtir de multiples formes : prototype, développement ou design, contribution scientifique (mémoire, résultats de travaux de recherche, etc.) ou encore toute action citoyenne ou communautaire (lancement de plate-forme, organisation d'événements, etc.).

Dates clefs
  • Dépôt des projets jusqu'au 30 octobre 2015
  • Vote du public en ligne jusqu'au 1er novembre 2015
  • Démonstrations en direct et remise des prix le 18 novembre 2015
Historique

Vous pouvez retrouver la présentation des projets et la remise des prix de la précédente édition sur la vidéo en ligne de la Student DemoCup 2014.

Après avoir été hébergée au sein de l'Open World Forum, cette année elle s'inscrira dans le cadre de la première édition du Paris Open Source Summit (POSS), premier sommet et salon européen rassemblant les décideurs, les communautés, les développeurs autour des initiatives technologiques, économiques et sociétales qui vont bâtir un futur numérique plus ouvert, accessible au plus grand nombre. L’événement issu des deux événements majeurs que sont l'Open World Forum, et Solutions Linux et Open source se tiendra désormais chaque année à Paris, avec plus de 200 orateurs venus de 40 pays et une audience internationale attendue de plus de 5000 participants pour 2015.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse - été 2015

8 juillet, 2015 - 06:58

Alors que l'été démarre par une énième canicule, il convient de se mettre à l'ombre et de lire tranquillement les magazines actuellement disponibles chez les marchands de journaux. En deuxième partie vous trouverez les analyses de :

  • Planète Linux n°85
  • Linux Pratique n°90
  • Open Silicium n°15
  • GNU/Linux Magazine n°184
  • Hackable Magazine n°7
  • 100% Android n°16
  • Cahier de vacances spécial PHP
  • Open Silicium n°15
  • MISC n° 13
  • La Recherche n°501

Les sommaires de ces magazines sont liés ci-dessous :

Sommaire Planète Linux n°85

… fait le point sur les distributions sorties dernièrement : Debian 8, Ubuntu 15.4 et Mageia 5. Si vous n'avez pas envie de choisir, un autre article vous aidera à mettre en place un chargeur d'amorçage adéquat ou alors de les virtualiser avec Boxes de Gnome. La rubrique bricolage vous propose de créer un NAS ou un MediaCenter avec un Raspberry Pi. Une tribune revient aussi sur la "dégooglisation" à outrance.

Linux Pratique n°90

… consacre son article phare à la mise en place d’un serveur Asterisk, une solution de VoIP pour la maison ou le bureau. Plus original, un article soulève la problématique de la synchronisation des agendas. Un autre dossier explique comment concevoir un service DynDNS pour Livebox depuis un Raspberry Pi. Un gros article fait le tour des solutions de synchronisation d'agenda avec les formats standard, ce qui n'est pas une mince affaire. Parmi les autres logiciels abordés, notons, Redmine, Powerline Shell, le CMS Mezzanine ou encore le générateur de site statique Hugo. Enfin, on appréciera l'article de Tris sur l'historique de la "Crypto-War".

Open Silicium n°15

… toujours aussi pointu, propose une initiation au réseau temps réel avec Xenomai et RTnet. Un feuillet aborde les différentes licences des logiciels libres et souligne les perspectives d'utilisations.

GNU/Linux Magazine n°184

… change de formule et son 184e numéro vous invite à décompiler une application Android afin de la personnaliser. Mais ce n'est pas tout. Ce numéro d'été est un véritable éclectique super valable : vous y trouverez du Latex (et le dessin de repères cartésiens), de l'implémentation d'IPv6, la configuration d'un serveur PostgreSQL, Django 1.8 ou encore Pelican pour générer votre site statique (encore !). Du côté des articles moins techniques mais tout aussi intéressant, un retour sur le récent plan numérique à l'école et les origines d'UNIX.

Hackable Magazine n°7

Le dernier né consacré au DIY fait la part belle à l'Arduino avec pas moins de 4 articles qui abordent cette carte et un peu au Raspberry Pi en v1 et v2. Parmi les autres solutions matériel, vous trouverez des montages sur Intel Galileo (avec Windows) et la calibration d'un récepteur RTL SDR. Les solutions libres ne sont pas en reste avec la structure de Raspian (Debian pour Raspberry) décortiquée et la mise en œuvre de Seafile sur Raspberry pour faire sa propre solution nuagique.

Vous serez peut-être également intéressés par la nouvelle formule de 100% Android dont le numéro 16 détaille les nouveautés de la prochaine version de ce système (Android M) ou encore par le cahier de vacances spécial PHP (hors-série Linux Pratique) afin de préparer la rentrée. À destination des débutants, vous saurez normalement programmer en 7 jours !

Misc n°13

… se concentre sur la sécurité de Windows pour son dossier bimestriel, fait un test d'intrusion couplé physique et logique, une introduction à Immunity Debugger et IDA Pro (pour débuter le reverse engineering sans utiliser radare2). Côté moins technique, il s'interroge sur les politiques et motifs des mots de passe, revient sur les stratégies "Machin as a Service" à la mode dans les entreprises et les questions juridiques des menaces persistances avancées, aka APT.

La Recherche n°501-502

… consacre un très très gros dossier aux « révolutions quantiques » dans le domaine de l'informatique. Dans un ordinateur quantique un qubit (un bit quantique) peut se retrouver dans l'état 0, 1 ou dans ces deux états en même temps ("états superposés") ; théoriquement, un ordinateur quantique pourrait manipuler simultanément plus de données que le nombre de particules dans l'univers. Si ça vous fait rêver, c'est peu dire qu'on n'y est pas encore… et que les ordinateurs quantiques vendus par la société D-Wave sont pour l'instant décevants pour les physiciens. Loin des microprocesseurs du futur, l'informatique quantique se limitera d'abord à la cryptographie, avec une sûreté imparable.

Plus loin, sur ce même sujet de la vie privée, le chercheur Yves-Alexandre de Montjoye explique le danger actuel représenté par la conservation des méta-données : preuve a été faite qu'à partir de quatre méta-données du même domaine comportant des informations géographiques et temporelles, prises au hasard pour chaque personne, on peut identifier 90% des individus. Ces métadonnées pouvant aussi bien venir de votre banque que de Twitter.

Le hasard éditorial apporte deux autre articles passionnants :

Le premier, sur un papier de jeunesse d'Alexandre Grothendieck : Résumé de la théorie métrique des produits tensoriels topologiques (document PDF), dont le théorème principal sur la généralisation des espaces de Banach a des implications dans beaucoup de domaines : la constante de Grothendieck serait un objet naturel, une constante fondamentale de la nature, et l'inégalité de Grothendieck dans laquelle figure cette constante, est utile à l'informatique théorique sur la complexité algorithmique. Mais ce n'est pas tout ! on retrouve les espaces de Banach dans de nombreux domaines informatiques, comme par exemple les problèmes de compression d'image.

Et hop, je saute de l'image aux pixels astronomiques ! Le deuxième article brosse le portrait d'un astrocodeur, Emmanuel Bertin, trop modeste astrophysicien dont les logiciels d'analyse d'image font autorité en astronomie (voir http://www.astromatic.net). Cerise sur les étoiles, tout ce beau code devrait apparaître sur Github.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Sortie de Stog en version 0.15

8 juillet, 2015 - 06:58

Stog est un générateur de sites web statiques, écrit en OCaml. La version 0.15 vient de sortir et propose notamment un éditeur en ligne.

Stog est écrit en Ocaml et peut utiliser des greffons OCaml mais il n'est pas nécessaire de connaître le langage pour utiliser le générateur.
La licence utilisée pour le projet est GPL v3.

Changements

Stog supporte maintenant plusieurs serveurs, avec un éditeur en ligne.

Nouveaux greffons
  • Stog-sitemap : création automatique du sitemap.xml
  • Stog-nocaml : empêche l'évaluation du code en ocaml
  • Stog-extern : permet l'appel de n'importe quelle commande pour retravailler les pages de sorties.

Ces greffons sont installés en même temps que stog.

Nouvelles commandes
  • La commande Stog-tmpl permet de générer des structures vierges de sites, pour bien démarrer.
Sous le capot
  • le programme utilise maintenant Xtmpl >= 0.12 et OCaml-Websocket >= 2.1,
  • les options --host et --port sont remplacées par --http, --ws, --public-http and --public-ws, qui acceptent des urls en argument. Les options --public-... servent lorsque le stog-serveur est derrière un proxy.
  • stog-ocaml-session supporte maintenant les options -ppx, -safe-string et -unsafe-string
  • le format des fichiers de configuration est maintenant JSON
Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Permanence Emmabuntüs et Logiciels Libres à Emmaüs Saint-Aunès le 11 Juillet 2015

8 juillet, 2015 - 06:57

Samedi 11 juillet 2015 de 14h00 à 18h00
Communauté Emmaüs Montpellier-Saint-Aunès
La Vieille Cadoule 34130 Saint-Aunès

GPS Latitude : 43.649363 | Longitude : 3.991591

Rendez-vous mensuel, le deuxième samedi de chaque mois.
Pour les animateurs, réservez les repas et le covoiturage le jeudi au plus tard.

Dans le cadre de notre partenariat avec la communauté Emmaüs, l’équipe de Montpel’libre vous donne rendez-vous chez Emmaüs pour une journée d’information et de sensibilisation à l’utilisation des Logiciels Libres. Nous vous présenterons Ubuntu et, bien sûr, l’une de ses dérivées Emmabuntüs.

Vous désirez un ordinateur à votre service ? Vous désirez un ordinateur qui va vite ? Vous désirez un ordinateur qui ne communique aucune données à des inconnus ? Vous désirez un ordinateur qui n’a pas besoin d’antivirus ?

Il vous suffit pour cela de venir nous rencontrer à la boutique informatique.

Vous rencontrerez des personnes qui sont là pour vous parler de Logiciels Libres. Vous rencontrerez un équipe de passionnés prête à répondre à vos questions et vos attentes. Vous pourrez acheter un ordinateur déjà installé et configuré, prêt à être utilisé. Vous pourrez acquérir un ordinateur reconditionné avec la distribution Emmabuntüs.

Pour cela il vous suffit de venir nous voir sur les stands informatique. Les prix sont très attractifs. Toutes les sommes sont intégralement encaissées par la communauté Emmaüs. Nous vous apporterons notre expertise technique.

Présentation Emmabuntüs, historique et la vidéo : Emmabuntüs, des ordinateurs pour tous.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Communs numériques : partageons sur la toile 830 ans d’histoire

7 juillet, 2015 - 23:39

En partenariat avec la mairie du Saix et les amis de l'abbaye de Clausonne, le Centre de ressources des Hauts Pays Alpins et APITUX organisent une journée dédiée à la création de communs numériques, pour mettre en valeur l’Abbaye de Clausonne, Vieille Dame du XIIème siècle.

Aux pieds de l'Abbaye de Clausonne 830 ans d'histoire nous contemplent ! Les habitants et citoyens du Saix nous livrent l'histoire de cette petite fille de l'Abbaye de Boscodon, depuis la première pierre posée en 1185 jusqu'à nos jours, afin que nous lui rendions un hommage numérique.

  • participez à des ateliers de découverte et de création d'articles documentés avec Wikipédia
  • découvrez la cartographie participative avec OpenStreetMap
  • libérez votre regard d'artiste en versant vos photos au patrimoine commun dans Wikimedia Commons

Un programme de médiation numérique riche en partage et découverte, propice à l'échange de savoirs et de compétences, afin de valoriser notre patrimoine.
Grâce à vos contributions, participons au concours international Wiki Loves Monuments - proposé au mois de septembre prochain - qui valorise le regard que portent les citoyens sur leur patrimoine culturel local dans le monde entier !

Horaires : à partir de 10h à la mairie du Saix
Tous les curieux sont invités à participer !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Devenir graphiste avec du libre

7 juillet, 2015 - 21:20

Les cursus de formations orientées logiciels libres se développent peu à peu. Avec Colibre et plus récemment ATI, des pas importants ont été franchis dans la reconnaissance des logiciels libres dans le domaine graphique mais la voie reste escarpée. L’Association Francophone des Graphistes Libres (AFGRAL) a décidé de mettre sur pied un programme visant à faciliter l’accès aux formations tout en se basant sur des cursus qui ont fait leur preuve au sein d’ActivDesign depuis plusieurs années, à la fois au niveau entreprise et études initiales.
Des formations telles que webdesign, illustration, game art ou game design, essaient de montrer qu’il est possible de produire de façon sérieuse du graphisme professionnel avec du logiciel libre. Elles forment des personnes en évitant de les laisser passer par la case privative. Le programme actuel, s’il innove peu en terme de contenu par rapport aux années précédentes, tente d’abaisser drastiquement la barrière tarifaire pour accroître le nombre de personnes formées.
Les formations sont disponibles en ligne et en présence et les inscriptions sont prolongées jusqu’au 1er septembre 2015.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Streaming vidéo des RMLL Beauvais 2015

7 juillet, 2015 - 14:42

L'organisation des RMLL (et merci à ubicast) offre une diffusion en direct des conférences. L'ensemble des thèmes est concerné, à savoir :

  • Société (philosophie et humanités, droit, économie, politique, communautés) ;
  • Entreprises et administrations (entreprises, collectivités locales, administrations, associations) ;
  • Art, culture, media (création graphique et multimédia, vidéo, cinéma, jeux, musique, production audio et culture libre) ;
  • Santé ;
  • Sciences et formation ;
  • Sécurité ;
  • Développement logiciel ;
  • Infrastructure ;
  • Systèmes embarqués ;
  • Matériel libre, Hacking, Making.

Que vous soyez intéressé(e) par la technique ou l'éthique, le secteur éducatif ou le monde web, l'accessibilité ou la sécurité, le développement ou la création multimédia, les jeux ou l'embarqué, etc., vous devriez trouver votre bonheur dans cette diffusion.

Par exemple, à l'heure de cette dépêche, la diffusion en direct concerne notamment la conférence de Mme Véronique Bonnet : « Humanisme et informatique libre : une lecture philosophique ». À partir de 16h20 seront diffusées les vidéos de la table ronde « Appropriation citoyenne » (avec Véronique Bonnet, Richard M Stallman, Jézabel Couppey-Soubeyran et Benjamin Jean) ou « Le Guide du Connard du Logiciel Libre » (par Clément Oudot), et bien plus encore.

Et comme le rappelle le journal de Low Memory :

Notez que la radio des RMLL est également en place.

Enfin, pour ceux qui prennent des photos sur place, il est possible de les publier sur la page photo.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

pkgsrc 2015Q2

7 juillet, 2015 - 09:24

Dans un message à des listes de diffusion pkgsrc et NetBSD, Thomas Klausner a annoncé la disponibilité de la branche pkgsrc-2015Q2. Pkgsrc (prononcer package source) est une infrastructure de construction de logiciels tiers pour NetBSD, ainsi que pour d’autres systèmes de type UNIX. Il permet donc à NetBSD et à d’autres systèmes d’exploitation de disposer de nombreux logiciels sous forme source, mais aussi sous forme binaire.

Les développeurs pkgsrc fournissent une nouvelle version stable chaque trimestre. Comme son nom l’indique, pkgsrc 2015Q2 est donc la deuxième sur les quatre de l'année 2015 et est disponible depuis le 6 juillet dernier.

Plus de détails sur cette version en particulier en seconde partie de dépêche, qui reprend grandement le courriel d'annonce.

Si vous ne connaissez toujours pas pkgsrc

À force de publier des dépêches sur le sujet (suivez le tag pkgsrc), espérons que vous commencez à connaître la chanson : pkgsrc, c'est le système de paquets logiciels pour NetBSD, issu d'un fork en 1997 de celui de FreeBSD. Nos amis au drapeau orange étant adeptes de la portabilité, il est logique que leur système de paquets puisse fonctionner ailleurs et compte toujours plus d'une vingtaine de plateformes compatibles, allant des systèmes BSD à Windows (grâce à Cygwin/Interix/Services For Unix) en passant par GNU/Linux, OS X et Solaris.

Pour être plus concret sur la portabilité de pkgsrc, certaines personnes maintiennent des dépôts de paquets binaires en dehors de ceux pour NetBSD. Ainsi, le dépôt de la société Joyent contient des ensembles de paquets pour SmartOS, GNU/Linux mais aussi OS X. Le projet Save OS X, qui fournissait lui aussi un dépôt pkgsrc pour OS X, a d'ailleurs laissé la place au dépôt de Joyent, mais propose toujours articles et courtes vidéos introduisant pkgsrc pour le système à la pomme.

Enfin, ces initiatives ne sauraient être couronnées de succès sans pkgin, gestionnaire de paquets maintenu par iMil, actuellement en version 0.8.0.

Les chiffres du trimestre

En termes de paquets, pkgsrc-2015Q2 c’est (entre parenthèses la différence avec pkgsrc-2015Q1 lorsque le chiffre était indiqué) :

  • 16432 paquets possibles (15246 au trimestre précédent) ;
  • 15947 paquets binaires compilés avec clang pour NetBSD-current/x86_64 (14896 au trimestre précédent) ;
  • 14147 paquets binaires compilés avec gcc pour SmartOS/x86_64 (13092 au trimestre précédent) ;
  • 14064 paquets binaires compilés avec gcc pour SmartOS/i386 (13028 au trimestre précédent) ;
  • 14054 paquets binaires compilés avec clang pour FreeBSD 10.1/x86_64 (12802 au trimestre précédent) ;
  • 12596 paquets binaires compilés avec gcc pour DragonFlyBSD 4.1/x86_64 ;
  • 11445 paquets binaires compilés avec gcc pour Darwin 10.8.0/i386 (Mac OS X 10.6.8, 10019 au trimestre précédent) ;
  • 10054 paquets binaires compilés avec gcc pour Darwin 8.11.0/powerpc (Mac OS X 10.4.11, 11224 au trimestre précédent).

Si ce genre de statistiques vous intéresse, il est possible de visiter le BulkTracker, qui recense des résultats de bulk builds, les compilations massives de paquets.

Ce trimestre, en termes de modifications, il y a eu :

  • 1155 paquets ajoutés (216 le trimestre précédent) ;
  • 27 paquets retirés, dont 12 avec un successeur (46 et 11 au trimestre précédent) ;
  • 2015 paquets mis à jour (2007 au trimestre précédent) ;
  • 4 paquets ont été renommés, 3 déplacés (2 au trimestre précédent).
Les changements

Parmi les ajouts ou mises à jour notables, on peut remarquer :

  • la mise à jour de Xfce en version 4.12, apportant au passage des paquets Xfce supplémentaires ; on soulignera le travail titanesque de Youri Mouton, qui fait maintenant partie des développeurs NetBSD ;
  • une nouvelle platefome a été ajoutée, il s'agit de Bitrig, abordée dans ces pages en mars dernier ;
  • Tex Live est maintenant disponible en version 2015 ;
  • mieux vaut tard que jamais, MariaDB fait enfin son entrée dans pkgsrc !

La campagne de nettoyage qui a lieu chaque trimestre permet de supprimer ce qui est obsolète, ou non utilisé. Cette fois-ci, c'est au tour de la branche 2.6 de Python de quitter pkgsrc, puisqu'elle n'est plus maintenue.

Avancée de NetBSD 7

NetBSD 7.0_RC1 est disponible sur le serveur FTP officiel, comme le détaille l'annonce officielle. A noter que certains bogues semblent toujours bloquants pour la sortie de NetBSD 7.0.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Install Party GNU/Linux le 25 juillet 2015 à Marseille

6 juillet, 2015 - 13:21

L’association CercLL (CercLL d’Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party GNU/Linux, le samedi 25 juillet 2015 de 14h30 à19h30, dans la salle de la Fabulerie au 4 rue de la Bibliothèque 13001 Marseille (près du Conservatoire).

Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d’utiliser votre ordinateur.

Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le Manchot, les mascottes de GNU/ Linux.

Au programme :

DÉCOUVERTE de l’univers des logiciels libres.

INSTALLATION d’un environnement GNU/ Linux, ainsi que le meilleur des logiciels libres.

Venez avec votre ordinateur, nous installerons ensemble une distribution GNU/Linux avec un ensemble de logiciels libres et gratuits pour une utilisation quotidienne.

Ouvert à tous – accessible aux débutant-e-s

Une participation de 2 euros est demandée.

L’adhésion à l’association est de 20 euros annuelle.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Les journaux LinuxFr.org les mieux notés du mois de juin 2015

3 juillet, 2015 - 14:18

LinuxFr.org propose des dépêches et articles, soumis par tout un chacun, puis revus et corrigés par l'équipe de modération avant publication. C'est la partie la plus visible de LinuxFr.org, ce sont les dépêches qui sont le plus lues et suivies, sur le site, via Atom/RSS, ou bien via partage par messagerie instantanée, par courriel, ou encore via médias sociaux.

Ce que l’on sait moins, c’est que LinuxFr.org vous propose également à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori des modérateurs. Ceux-ci s'appellent des journaux. Voici un florilège d'une dizaine de ces journaux parmi les mieux notés par les utilisateurs… qui notent. Lumière sur ceux du mois de juin passé.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Nouveauté : SuperTuxKart Remix 0.9-0.73

3 juillet, 2015 - 12:59

Les examens sont finis, il est temps de se défouler : à l'instar de la Framakey Ubuntu Remix, voici un DVD multimodal spécial SuperTuxKart.

SuperTuxKart est un jeu de course de karting avec Tux comme héros et d'autres mascottes de logiciels libres (le gnou de Gnu, Gimp, Suzanne de blender, Xue la souris d'XFCE, etc).

SuperTuxKart Remix 0.9-0.73 est un DVD(/USB) basé sur LinuxConsole 2.4 et comprenant diverses versions de SupertuxKart de 0.73 à 0.9. Le DVD est multilingue (français, anglais, allemand et italien au moins). C'est une collaboration entre l'association LanPower et Yann Ledoaré de LinuxConsole. C'est un DVD avec donc une partie Live DVD (ou DVD autonome).

Nous y avons rajouté :

  • dans le répertoire binaries : les installeurs SuperTuxKart 0.9 pour Windows de XP à 8. SuperTuxKart 0.73 est disponible pour des raisons de compatibilité avec Windows 2000 mais aussi pour les machines peu performantes. Dans ce répertoire, vous trouverez aussi les binaires pour Linux (fichier .tar.gz) et pour MacOSX (fichier .dmg) ;
  • dans le répertoire data se trouvent la vidéo officielle de SuperTuxKart 0.9 ainsi que diverses autres vidéos, le poster officiel, des papiers peints et des étiquettes pour CD/DVD ;
  • une interface utilisateur multilingue se lance automatiquement sous Windows (sinon lancer windows.bat). Cette interface fonctionne (parfois) aussi sous Linux grâce à Wine (lancer "bash linux.sh").

Pour résumer, il y a au moins trois utilisations possibles :

  • sans système d'exploitation : démarrer sur le DVD (choix "Live CD") ou sur la clé USB (choix "Live USB")
  • sous Windows : exécution automatique ou lancer windows.bat
  • sous Linux : utiliser le binaire tar.gz de SuperTuxKart 0.9 fourni dans le répertoire binaries, ou démarrer l'interface Windows par linux.sh (bien sûr, vous n'avez pas besoin de ça si SuperTuxKart 0.9 figure dans les dépôts de votre distribution et que vous avez Internet).

Note : SuperTuxKart cherche toujours un développeur OpenGL.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Entretien avec Véronique Torner (Alter Way) présidente du Paris Open Source Summit 2015 #OSS_Paris15

3 juillet, 2015 - 08:51

Nous lançons pour l'été une petite série d'entretiens avec un certain nombre d'acteurs du Logiciel Libre et Open Source avec des profils très variés comme vous pourrez le constater.

Nous démarrons avec Véronique Torner, qui a pas mal de cordes à son arc et surtout connue en tant que co-fondatrice et co-dirigeante d'Alter Way (ESN avec un modèle d'affaire basé sur l'Open Source) et administratrice du Syntec Numérique (syndicat professionnel) et qui est doublement présente dans l'actualité actuellement :

Elle est aussi la seule femme présente dans le guide des expertes à la section Open Source.

Place à l'entretien dans la seconde partie de la dépêche.

LinuxFr.org : «­؜ Bonjour Véronique. Tu es co-présidente d’Alter Way, administratrice du Syntec Numérique, pourrais-tu nous en dire un peu plus sur tes activités au quotidien ? »

Véronique Torner : « Bonjour LinuxFr.org !

J'ai la chance d'avoir une activité professionnelle très riche et multi-facettes dans un secteur passionnant qui est le numérique :

  • Face A : une activité d'entrepreneur dans une PME aux ancrages technologiques forts et valeurs d'ouverture fondamentales avec des challenges quotidiens de croissance, de management et d'innovation.
  • Face B : une activité associative dans un syndicat professionnel pour la défense d'un collectif, d'une filière.

L'engagement, le travail en équipe, l'ouverture, la solidarité sont les valeurs qui me portent et me réjouissent ! »

«­؜ Tu es une des rares femmes entrepreneur dans ce milieu très masculin. D’ailleurs, tu le mets en avant sur l’appel à contribution du prochain Paris Open Source Summit. Pourquoi ? Est-ce difficile d’être une femme du numérique ? »

« Je ne t'apprends rien en te disant qu'il y a encore trop peu de femmes dans notre secteur. Je me sens la responsabilité d'être quand je le peux le porte-drapeau des femmes dans le numérique ! Et pour répondre à ta question : être une femme du numérique n'est pas difficile c'est tout simplement passionnant ! »

«­؜ Que peuvent faire concrètement au quotidien, selon toi, les libristes et plus largement chacun d’entre nous pour améliorer la situation ? »

« Contribuer au monde numérique de demain en préservant nos valeurs d'ouverture ! De manière pragmatique venir au prochain Paris Open Source Summit pour faire briller notre filière et tous ses talents. »

«­؜ L’actualité d’Alter Way récemment, c’est la prise de contrôle par Econocom qui n’est pas forcément connu pour son côté Open Source/Libre (ni en bien, ni en mal d’ailleurs). Ne risquez vous pas d’y perdre votre âme pro-libre ? D’être le vilain petit canard dans ce très grand groupe ? »

« Philippe Montargès (mon associé) et moi même avons engagé Alter Way dans un plan stratégique pour les 5 prochaines années.
Ce projet que nous avons appelé Born2run vise à nous développer principalement sur nos activités de Run (TMA, Support et infogérance de cloud) en France et en Europe pour atteindre fin 2020 40M€ de CA.

C'est un projet ambitieux qui nécessite des partenaires financiers audacieux. Econocom a racheté les titres de nos investisseurs historiques pour nous accompagner dans cette aventure. Il ne s'agit pas d'une absorption mais d'un investissement. Nous nous sommes choisis avec Econocom parce que nous nous retrouvons sur les valeurs d'entreprendre et l'envie de développer un leader européen de l'Open Source. Nous sommes très heureux de ce choix et très fiers d'être le satellite Open Source de la galaxie Econocom. »

«­؜ Ça va être moules-frites tous les jours à la cantine d’Alter Way ? »

« Alter Way reste Alter Way. À titre perso, j'adore les moules frites ! »

«­؜ Tu as pris les rênes du comité programme du prochain Paris Open Source summit et tu as lancé un appel à projet ambitieux dans des délais resserrés. Pourrais-tu nous en dire plus sur tes attentes ?  »

« Nous souhaitons avec ce nouvel événement être le rendez-vous incontournable de tous ceux qui construisent le numérique de demain : un numérique innovant, collaboratif, interopérable, performant garantissant sécurité et liberté.
Notre ambition est d'exposer les innovations technologiques, la réalité et le dynamisme économique des solutions et acteurs du libre et Open Source, ainsi que les impacts sociétaux de notre filière. »

«­؜ Tu as volé la baguette de Gandalf. Quelle conférence de rêve (sujet/intervenant) souhaiterais-tu avoir pour le prochain Paris Open Source Summit ? »

« Hum question difficile… sans dévoiler les surprises de notre programme…
Soyons fous : un débat entre Linus Torvalds et Satya Nadella »

«­؜ Quelle place y aura-t-il pour le tissu associatif libriste dans ce nouvel événement ? »

« Une grande place !

Je crois que l'ossature proposée du programme offre de belles possibilités. Pour déposer sa proposition de contribution, c'est directement sur le site dédié »

«­؜ Peux-tu nous dire quel est ton environnement de travail sur ton ordinateur ? »

« Je travaille sur Mac.  »

« Merci Véronique et bon courage ! »

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, du 04 au 10 juillet 2015, à Beauvais

2 juillet, 2015 - 17:28

Les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre 2015 commencent ce samedi, à Beauvais, Oise, sur le parvis de la cathédrale par le « week-end grand public » qui a pour but de faire découvrir les technologies et la culture libre à un large public.

Les Rencontres se poursuivront ensuite toute la semaine par des cycles de conférences, axés autour de thèmes et fils rouge. Un Festival des Arts Numériques vous sera également proposé, offrant trois soirées, concerts et scéance cinéma (ainsi que quelques surprises ;-)

Pas moins de 43 associations seront présentes, de la Ligue de l'Enseignement jusqu'à l'April, en passant par Debian France, AFPy, Café Vie Privée, Clonezilla, FLOSS Manuels Francophones, FSFE, Haiku, … Et bien sûr Oisux ! Retrouvez la liste complète ici. LinuxFr sera présent.

Neuf thèmes de conférences, «Systèmes embarqués», «développement logiciel», «infrastructures», mais aussi «art, culture & médias», «société», «sécurité». Retrouvez la liste complète. Chaque thème dispose d'une page spécifique détaillant chaque conférence, leurs horaires, lieux, les intervenants, etc. Le programme étant riche, il est également proposé une page plus synthétique regroupant toutes les conférences sous forme d'un calendrier. Enfin, une application pour Android (v3+) est disponible (sur le magasin de logiciels libres Fdroid afin d'avoir le programme complet dans sa poche).

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Sortie de Makefly 0.4, alternative au moteur de blog statique Nanoblogger

1 juillet, 2015 - 13:16

Makefly est une alternative rapide et légère en ligne de commande au moteur de blog statique Nanoblogger suite à l'arrêt de son développement en 2013. Un an après la sortie de la version 0.3 de Makefly, c'est une nouvelle mouture qui voit le jour estampillée 0.4.

Dans les grandes lignes des nouveautés, nous avons :

  • la partie BSD Makefile est abandonnée au profit d'un système en Lua permettant de lancer les différentes commandes de Makefly ;
  • la dépendance vers lua-markdown n'est plus nécessaire ;
  • le système de commentaire Isso écrit en Python dont nous fournissons un service (en bêta) nommé Rave (pour ceux qui ne peuvent pas l'installer sur leur machine) ;
  • une nouvelle documentation sur la manière de créer un thème pour Makefly.

Nous espérons ainsi avoir quelques contributions de thèmes pour Makefly afin de compléter la collection déjà présente.

Makefly fournit de quoi créer un blog avec :

  • des billets munis de tags, une catégorie ;
  • un système pour le référencement via le choix du nom des pages, de keyword pour chaque article et le formatage des adresses réticulaires (URL) ;
  • un flux RSS ;
  • des pages statiques ;
  • un système de sauvegarde, de publication, de création d'article, de migration depuis Nanoblogger ;
  • un système de commentaire, de template (personnalisation des thèmes) et de traduction ;
  • un badge GNU Social ;
  • etc.

La documentation fournit de plus amples informations sur les fonctionnalités présentes.

Je tiens aussi et surtout à remercier les derniers utilisateurs qui m'ont contacté pour leurs critiques et avoir souligné les problèmes rencontrés. J'invite d'ailleurs tout utilisateur de Makefly à donner son avis sur l'outil. C'est appréciable et cela donne véritablement une valeur ajoutée sur ce logiciel que je pensais être le seul à utiliser.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Alter Way, partenaire de Mirantis, propose les formations officielles OpenStack Bootcamp en français

1 juillet, 2015 - 11:48

Vous aimez OpenStack, mais l’anglais n’est pas votre langue de prédilection, ça tombe bien car Alter Way va dispenser en français les formations officielles de Mirantis (société connue notamment pour son logiciel libre de gestion et de déploiement Fuel). Une première en France !

Depuis le mois de juin, Alter Way Formation animera la formation (OS100) OpenStack Bootcamp ! « Formation complète à l’administration OpenStack » en français.

Cette formation de 3 jours, abordera l’ensemble des étapes nécessaires à l’exploitation de l’environnement OpenStack. Elle couvrira l’architecture, les bonnes pratiques, le workflow, l’interaction avec les composants. Le cours est divisé en deux parties : théorie et exercices pratiques.
Pour animer cette formation, les formateurs d'Alter Way ont suivi le cursus certifiant OS110 dispensé par Mirantis (certification administrateur MCA 200).

Prochaine session le 14 septembre 2015 dans les locaux d'Alter Way Formation à Saint-Cloud (92). Possibilité d'intra-entreprise.
Réservez vite votre place !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Sortie de Proxmox VE 4.0 Beta1

30 juin, 2015 - 09:29

Proxmox Virtual Environment (Proxmox VE) est une plateforme opensource de virtualisation pour KVM & Containers, entièrement administrable via une interface web, ou via ligne de commande pour les administrateurs aguerris. Proxmox VE est développé par Proxmox Server Solutions GmbH, basé à Vienne/Autriche, et de nombreux contributeurs via Internet.

Les nouveautés sont décrites dans la seconde partie de la dépêche.

Cette version bêta est annoncée afin de permettre à un grand nombre d'utilisateurs de tester la prochaine version majeure, et d'identifier les bugs pouvant encore subsister, avant l’annonce d'une version stable pour la mise en production.

Attention: cette version ne permet pas d'assurer une migration des données utilisateurs depuis la version 3.4, et est prévue pour être utilisée dans un environnement de test.

Nouveautés de cette version beta1:

  • Parmi les nouvelles fonctionnalités de cette version 4.0, Proxmox VE contient un nouveau gestionnaire de Haute Disponibilité (pve-ha-manager), écrit par l'équipe Proxmox en remplacement de rgmanager. pve-ha-manager surveille l'état de toutes les machines virtuelles et containers sur le Cluster, et entre en action automatiquement si l'un des serveurs est détecté comme défaillant. Toutes les options sont configurables via GUI.

  • Cette version comprend également le tout nouveau Proxmox HA Simulator, qui permet de tester les fonctions haute disponibilité de Proxmox, avant une mise en production.

  • Cette version est la première version de Proxmox VE à inclure un support natif des conteneurs LXC en plus des machines virtuelles KVM. Les conteneurs LXC sont complètement intégrés aux autres composants de Proxmox, permettant d'utiliser tous les modèles de stockage déjà existants.

  • Proxmox VE 4.0 beta1 inclut la première version stable de DRBD9. DRBD9 est particulièrement recommandé pour les tâches nécessitant un haut niveau d'IOPS.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 26 de l'année 2015

29 juin, 2015 - 22:38

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[L'OBS] Je suis tombé dans l’univers parallèle des «crypto-parties»

Par Marc Meillassoux, le dimanche 28 juin 2015. Extrait:

Ces rencontres hackers-débutants peuvent rebuter par leur langage ésotérique: mais elles sont précieuses pour partager des outils de cryptographie et sécuriser les connexions internet, mails, docs et périphériques.

Lien vers l'article original: http://rue89.nouvelobs.com/2015/06/28/suis-tombe-lunivers-parallele-crypto-parties-259995

[ITespresso] Vente liée ordinateur-logiciel: la Cour de cassation demande l'arbitrage de l'Europe

Par la rédaction, le vendredi 26 juin 2015. Extrait:

Sur demande de la Cour de cassation française, la Cour de justice de l’Union européenne devra se prononcer que la réalité de pratiques commerciales déloyales dans le cadre de la vente liée d’ordinateur et de logiciels.

Lien vers l'article original: http://www.itespresso.fr/vente-liee-ordinateur-logiciel-cour-cassation-demande-arbitrage-europe-99893.html

Et aussi:

Voir aussi:

[Le Mag numérique] Richard Stallman à Rennes pour clôturer Jardin Entropique

Par Anthony Chénais, le vendredi 26 juin 2015. Extrait:

Breizh Entropy Congress et Jardin Numérique fusionnent pour créer un événement sur le numérique et la liberté, Jardin Entropique.

Lien vers l'article original: http://www.lemag-numerique.com/2015/06/richard-stallman-a-rennes-pour-cloturer-jardin-entropique-7601

Et aussi:

[Next INpact] Le CNNum invite le gouvernement à donner la priorité aux logiciels libres

Par Xavier Berne, le mardi 23 juin 2015. Extrait:

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le rapport remis jeudi à Manuel Valls, et qui se présente comme le fruit de plus de cinq mois de concertation citoyenne, prend clairement position en faveur du logiciel libre. Dans le sillon d'un précédent rapport sénatorial, le Conseil national du numérique préconise en effet de «mobiliser le levier de la commande publique pour mettre en avant des exigences d’interopérabilité, de standards ouverts et d’accès au code source».

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/95515-le-cnnum-invite-gouvernement-a-donner-priorite-aux-logiciels-libres.htm

Et aussi:

Voir aussi:

[Numerama] Loi Renseignement: un recours citoyen de 120 pages dévoilé!

Par Guillaume Champeau, le mardi 23 juin 2015. Extrait:

La Quadrature du Net, l'association French Data Network (FDN) et la fédération FDN ont rendu public mardi un projet d'argumentaire de 120 pages qui sera envoyé au Conseil constitutionnel pour lui permettre de limiter la portée du projet de loi Renseignement.

Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/33489-loi-renseignement-un-recours-citoyen-de-120-pages-devoile.html

Et aussi:

Voir aussi:

[Next INpact] Le gouvernement prêt à saper l'Open Data sur les données de transport

Par Xavier Berne, le lundi 22 juin 2015. Extrait:

Alors que le Premier ministre promettait jeudi d’inscrire les principes de l’Open Data dans la loi, son gouvernement a soutenu dans le même temps un amendement à la loi Macron qui permettra aux sociétés de transport de s’exonérer des obligations de diffusion initialement voulues par le législateur. La SNCF, Air France ou la RATP pourront en effet signer des codes de bonne conduite prévoyant entre autre le paiement de redevances.

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/95504-le-gouvernement-pret-a-saper-open-data-sur-donnees-transport.htm

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

DragonFly BSD 4.2

29 juin, 2015 - 18:40

La nouvelle version stable du système d'exploitation DragonFly BSD, la 4.2, est sortie aujourd'hui 29 juin 2015. Elle est disponible au téléchargement. De nombreux changements ont été apportés depuis la version 4.0 de novembre dernier, notamment de nombreuses améliorations pour le pilote i915. GCC 5.1.1 fait son apparition dans base, d'importants changements ont lieu dans les pilotes wifi, et la pile audio qui souffrait de plusieurs problèmes a été revue en profondeur.

Merci à tous les contributeurs à cette dépêche et en particulier à François Tigeot et Joris Giovannangeli.

Sommaire Noyau Performances

Maintenant que la plupart des sous-système importants du noyau peuvent fonctionner en parallèle sans verrous, les performances en charge peuvent être dégradées par des choses apparemment anodines.
C'est le cas du sous-système sysctl, utilisé pour échanger des informations entre le noyau et les applications en espace utilisateur, qui utilisait jusqu'à maintenant un verrou global.
Ce verrou n'est maintenant utilisé plus que pour la création et la suppression de nœuds. L'immense majorité des opérations peuvent désormais se dérouler en parallèle, sans se bloquer.

L'algorithme CRC iscsi a été remplacé par la version rapide de Gary S. Brown, obtenue depuis FreeBSD. Cela devrait permettre d'améliorer grandement les performances du système de fichier HAMMER2.

Une fonction critique du sous-système SCSI, la CAM SWI est maintenant capable de fonctionner sur plusieurs processeurs en parallèle, ce qui devrait améliorer les performances en entrée/sorties lorsque plusieurs disques ou SSD travaillent en même temps.

Le sous-système callout a été réécrit pour fonctionner de manière plus efficace. Cette interface de programmation du noyau permet d'enregistrer des minuteurs associés à une fonction de traitement. Quand le temps demandé est écoulé, la fonction enregistrée est exécutée. Il est désormais plus simple de forcer l’exécution des fonctions sur un CPU particulier. Une API permettant de se saisir automatiquement d'un verrou avant d’exécuter certaines fonctions, à la manière de FreeBSD, a été implémentée. Cette fonctionnalité devrait faciliter le port de pilotes venant du noyau FreeBSD.

L'allocateur mémoire interne du noyau utilise le mécanisme de Slab allocation. Pour les tailles les plus courantes, l'allocation est arrondie à la puissance de 2 supérieure. Au lieu de créer les objets uns à uns, des zones mémoires de tailles fixes pouvant contenir plusieurs objets de tailles très proches sont allouées d'un seul coup, puis remplies selon la demande. Cela permet de réduire la pression sur le sous-système mémoire. La fonction slab_cleanup est chargée de détruire les zones qui ne sont plus utilisées. Elle utilisait jusqu'à présent des listes simplement chaînées. Sur certaines machines comportant une quantité de mémoire importante, supprimer des slabs inutilisés pouvait consommer un temps excessif de processeur. Les listes sont désormais doublement chaînées, ce qui réduit la complexité de l'opération. Ce changement était particulièrement visible sur Monster, une machine de test quadri-Opteron avec 128GB de mémoire et 48 cœurs relativement lents.

Systèmes de fichiers HAMMER

HAMMER est un système de fichiers déclaré stable pour la production lors de la sortie de DragonFly 2.2 en avril 2009 et utilisé comme système de fichiers par défaut à l'installation avec la sortie de DragonFly 2.4 en septembre 2009. Avec les années, HAMMER a bénéficié de nombreux ajustements, améliorations de performance ou encore de la dé-duplication de données.

Cependant, Matt Dillon, l'auteur de HAMMER, consacre désormais une bonne partie de son temps au développement de HAMMER2, un nouveau système de fichiers qui devrait corriger les quelques défauts de HAMMER ainsi qu'apporter la prise en charge du clustering au niveau du système de fichiers. Une personne non proche du développement de DragonFly pourrait penser que HAMMER ne reçoit désormais plus le soin nécessaire à sa maintenance mais il n'en est rien.

De nouveaux développements mineurs d'HAMMER ont ainsi eu lieu depuis DragonFly 4.0 :

  • une commande "hammer abort-cleanup" a été ajoutée ;
  • l'export NFS de systèmes de fichiers esclaves a été rendu possible.

L'utilisation d'HAMMER en production sur des serveurs de stockage de plus en plus importants a également permis de corriger des bugs gênants mais qui n'étaient pas visibles sur des machines comportant un nombre de disques modestes.

La bibliothèque libhammer(3), permettant de gérer les fonctions avancées des systèmes de fichier HAMMER, a également fait l'objet de nombreuses corrections de bugs.

Par ailleurs, un nouveau contributeur, Tomohiro Kusumi, a fait son apparition depuis février dernier. Jusqu'à présent il a apporté quasi exclusivement des corrections mineures à ce système de fichier, tout en étudiant en détail son fonctionnement.

Pour la petite histoire, Tomohiro souhaitait initialement faire un portage natif de HAMMER pour Linux (donc sans passer par FUSE) ce qui l'a poussé à regarder le code source et à commencer à soumettre quelque patchs. Le temps passant, il a fini par prendre goût à DragonFly, recevoir un commit bit et abandonner l'idée du port Linux.

De toute façon HAMMER serait très difficile à porter sur une autre plateforme selon Matt Dillon. C'est un des "défauts" que HAMMER2 devrait combler…

HAMMER2

Les personnes qui pourraient penser que HAMMER2 n'est qu'une simple évolution de HAMMER se tromperaient. Ce système de fichiers, toujours en cours d'écriture, est entièrement différent. Alors qu'il est prévu qu'il conserve les fonctionnalités de HAMMER qui lui donnent tout son intérêt (historique fin (paramétrable), snapshoting, gestion multi-volume, mirroring via le réseau, récupération instantanée lors de crashs (fsck(8) n'est pas nécessaire), …), il est également prévu de faire encore un pas en avant.

Matt Dillon a acquis une excellente expérience lors du développement de HAMMER ce qui lui permet aujourd'hui d'identifier les points faibles de son implémentation. Par exemple, les arbres B+ utilisés comme structure de données sur disque et en mémoire sont remplacés par des arbres radix pour HAMMER2. Ce choix permet de réduire la complexité du code et facilite la synchronisation de plusieurs systèmes de fichiers sur le réseau, car les fichiers sont représentés naturellement par un arbre radix.

HAMMER2 est pensé pour fonctionner en multi-maîtres dans le cadre d'un cluster, chaque machine du groupe ayant la même vue du système de fichiers et les opérations effectuées sur n'importe quel nœud étant visibles par les autres.

HAMMER2 est loin d'être fini mais de nombreux progrès ont été faits depuis DragonFly 4.0 :

  • la libération d'espace après suppression de fichiers est maintenant fonctionnelle ; par le passé, le système de fichier ne pouvait que se remplir et seule une opération de formatage de type newfs permettait de récupérer l'espace disque ;
  • la gestion de disques distants est maintenant opérationnelle ;
  • la gestion de messages du cluster est maintenant opérationnelle ;
  • du travail a été fait pour la validation de quorum dans le cadre d'un cluster ;
  • la gestion de la synchronisation des données et la gestion des erreurs réseau est également en cours de développement ;
  • les Pseudo File Systems (PFS) sont maintenant compressés par défaut avec l'algorithme lz4.

Le processus de développement est itératif et des changements de structures de données disque ainsi que du refactoring de certains sous-ensembles du code de HAMMER2 ont lieu en fonction des problèmes rencontrés lors des progrès de l'implémentation.

Le document de référence HAMMER2 a été mis à jour en fonction de ces changements.

tmpfs et ext2

Non content d'avoir amélioré de nombreux détails du code de HAMMER, Tomohiro Kusumi a également commencé à s'attaquer à tmpfs et ext2, apportant de nombreuses corrections de bugs et corrigeant la documentation lorsque cela était nécessaire.
Le pilote de gestion des systèmes de fichier ext2 n'est pas actuellement fonctionnel, mais si Tomohiro continue son travail il sera sans doute bientôt possible de relire de vieux disques durs formatés en ext2fs ou d'utiliser ce système de fichiers pour une partition d'échange entre Linux et DragonFly.

Pile graphique

Le code noyau drm a été partiellement mis à jour vers Linux 3.14 afin d'accompagner l'évolution des pilotes i915 et radeon.

De nombreuses interfaces de programmation et structures de données Linux ont été implémentées afin de faire tourner le code drm et ses pilotes avec aussi peu de modifications que possible. Du point de vue du sous-système graphique, le noyau DragonFly peut ainsi être considéré comme une implémentation sous licence BSD de Linux.

i915

Le pilote drm/i915 a été mis à jour vers la version de Linux 3.14, ce qui apporte notamment une prise en charge des GPU Broadwell (mais sans accélération pour le moment).

  • La plupart des chemins de code GEM sont maintenant similaires à ceux de Linux, entraînant une augmentation de la stabilité et des performances. Faire ce changement a été grandement aidé par l'étude du code OpenBSD.
  • De nombreuses corrections de bugs ont été apportées. Le pilote est maintenant plus robuste et résiste mieux aux plantages du GPU.
  • Les fonctions d'économie d'énergie et de compression du framebuffer sont maintenant activées par défaut (suivant la famille de GPU utilisée).
  • La gestion de l'économie d'énergie a par ailleurs été grandement améliorée.
  • Les écrans HDMI 4K sont maintenant pris en charge, ainsi que les systèmes d'affichage 3D/stéréo.
  • La gestion du modesetting a été améliorée. Il devrait maintenant être possible d'utiliser des systèmes d'affichage utilisant des couleurs 30 bits.
  • Le branchement d'écrans à chaud a été amélioré et devrait être plus robuste.
  • Outre une prise en charge initiale des GPU Broadwell, de nouveaux membres de la famille Haswell ont été ajoutés
  • Le changement de fréquence et l'overclocking ont été grandement améliorés sur les familles de GPU Sandy-Bridge à Haswell
  • Le cache géant de 128MB est maintenant activé sur les GPU Haswell qui le possèdent
  • Le moteur VECS est maintenant activé sur Haswell. Il est utilisé par libva pour des tâches de post-traitement video.
radeon

Le pilote drm/radeon a été mis à jour vers la version de Linux 3.11. Parmi les diverses améliorations que cela apporte, on peut noter une prise en charge du son via HDMI (fonctionnalité encore expérimentale).
Il est également désormais possible de lire les informations des capteurs de température.

Pile sonore

Le sous-système de gestion du son a été mis à jour vers la pile sonore de FreeBSD 11 (version en cours de développement) datée de janvier 2015.

Cela a permis d'améliorer la prise en charge du matériel récent (en particulier les chipsets Intel depuis la génération de processeurs Ivy-Bridge) et d'apporter la gestion des flux audio sur liens HDMI et DisplayPort.
Il est désormais possible de changer simplement la carte son utilisée par défaut grâce au sysctl(8) hw.snd.default_unit.

L'amélioration la plus visible est que les vidéos HTML5 peuvent maintenant être lues avec du son sans manipulation particulière.

La qualité du son est également améliorée, la nouvelle pile utilisant des algorithmes avancés de conversion et de ré-échantillonnage conçus pour respecter au maximum la fidélité des données.

Plusieurs pilotes aux licences jugées trop restrictives ou nécessitant l'emploi de blobs binaires ont été éliminés. À l'inverse, un nouveau pilote a été ajouté pour gérer le son sur les portables Acer Chromebook de la série C720. Ce pilote n'est pas présent dans FreeBSD.

Pile USB

La pile USB a été mise à jour depuis FreeBSD. La gestion de l'USB 3 est maintenant activée par défaut et les chipsets Wildcat Point gérés.

Les pilotes aue(4), cue(4), ipheth(4), kue(4) et axge(4) pour adaptateurs ethernet USB ont été portés depuis FreeBSD.

Fiabilité, facilité de maintenance et disponibilité Capteurs de température et compteurs ECC

Les pilotes dimm(4), ecc(4), coretemp(4) et memtemp(4) ont été créés ou mis à jour afin de pouvoir obtenir et traiter les informations concernant l'état du matériel de la part des capteurs inclus dans les cœurs processeur et les barrettes mémoire.

Les informations de température ainsi que le taux d'erreur ecc remontés par les différents composants sont classés en fonction de la topologie matérielle afin de pouvoir identifier facilement les composants problématiques.

Un taux d'erreurs mémoire corrigées acceptable est paramétrable pour le pilote ecc(4). Si ce taux est dépassé, une alerte est générée en utilisant le mécanisme devctl(4).

Les informations des capteurs sont sinon visibles sous les arborescences sysctl hw.sensors et hw.dimminfo comme le montrent ces exemples:

hw.sensors.cpu5.temp0: 44.00 degC (node0 core1 temp), OK hw.sensors.dimm0.ecc0: 0 (node0 chan0 DIMM0 ecc), OK $ sysctl hw.dimminfo hw.dimminfo.dimm0.node: 0 hw.dimminfo.dimm0.chan: 0 hw.dimminfo.dimm0.slot: 0 hw.dimminfo.dimm0.ecc_thresh: 10 hw.dimminfo.dimm1.node: 0 hw.dimminfo.dimm1.chan: 1 hw.dimminfo.dimm1.slot: 0 hw.dimminfo.dimm1.ecc_thresh: 10

Les pilotes ecc(4) et memtemp(4) gèrent les contrôleurs mémoire des familles de processeur Intel Xeon E3, E3v2, E3v3 et Intel Xeon E5v2 et E5v3, ainsi que les processeurs Intel core i3/i5/i7 Haswell.

Watchdogs

Le pilote ichwd(4) a été mis à jour pour gérer les chipsets Intel Coleto Creek (Xeon EP Ivy-Bridge), Lynx Point et Wildcat Point (processeurs utilisant le socket 1150)

Un nouveau pilote ipmi(4) a été ajouté et gère la fonctionnalité watchdog présente dans les systèmes de gestion IPMI.

Réseau Protocoles Fonctionnalités

La prise en charge du protocole SCTP (une alternative à UDP et TCP) a été supprimée. Le code datait du début des années 2000 et n'ayant reçu aucune maintenance, il commençait à poser problème pour l'évolution d'autres éléments de la pile réseau.
Le protocole SCTP n'ayant eu aucun utilisateur connu depuis 15 ans, son élimination n'a pas fait l'objet de débat.

La prise en charge des adresses IPV4 sur les sockets IPv6 a été supprimée.
Cela a grandement simplifié le code de gestion des protocoles IPv4 et IPv6 et éliminé de nombreux problèmes potentiels dus à la complexité de gestion de l'ancien système.
OpenBSD avait déjà rejeté la gestion des adresses IPv4 sur sockets IPv6 il y a de nombreuses années, principalement pour des raisons de sécurité.
Un draft IETF du regretté Itojun recommandait déjà de ne pas utiliser ce système depuis presque 12 ans.

Le Maximum Transmission Unit (MTU) est la taille maximale d'un paquet TCP qui peut circuler entre deux hôtes sans qu'il ne soit découpé en paquets plus petits. Pour des raisons de performance, il est souhaitable que les paquets transmis soient le plus proche de la taille maximale supportée par le réseau car fragmenter des paquets réduit les performances. Le Path MTU Discovery permet de vérifier dynamiquement la taille du MTU et de l'ajuster selon les cas pour éviter la fragmentation des paquets TCP par les routeurs. Ce mécanisme est disponible depuis longtemps mais il est maintenant activé par défaut pour le protocole TCP.

Performances et parallélisme

Le code de gestion du réseau dans le noyau a une architecture plutôt inhabituelle. Pour chaque connexion, un hash symétrique est calculé en utilisant l’adresse source et l’adresse de destination. Ce hash permet de décider à quel processeur cette connexion appartient, tous les paquets étant traités par ce processeur, ce qui évite l'utilisation de verrous. Pour l'instant, seuls les protocoles UDP et TCP sur IPV4 utilisaient tous les cœurs.

Le code de gestion du protocole ICMP a été amélioré. En plus d'une amélioration de la vitesse de traitement brut de certains types datagrammes, de nombreuses fonctions sont maintenant capables de fonctionner de manière asynchrone et ne bloquent plus le thread principal de traitement des données réseau. Le code de gestion du protocole ICMP est maintenant capable de fonctionner en parallèle sur plusieurs processeurs.

Du travail a été commencé pour rendre le code de gestion des protocoles IPv6 et ALTQ capable de fonctionner en parallèle sur plusieurs processeurs. Le calcul d'un hash pour IPV6 est plus coûteux et n'était jusqu'à présent pas prioritaire. Toutes les connexions IPV6 sont pour l'instant gérées par le premier cœur mais cet état de fait devrait changer sous peu.

En plus de ces améliorations, de nombreuses corrections de bugs ont également eu lieu dans la pile TCP/IP et dans le code de gestion du protocole NFS.

Pilotes réseau

Le pilote alc(4) a été mis à jour depuis FreeBSD, apportant la gestion des cartes Atheros AR8161, AR8162, AR8171, AR8172 et Killer E2200

Le groupe de pilotes e1000 (em(4), emx et ig_hal) a été synchronisé avec les sources du pilote Intel em-7.4.2, apportant la prise en charge des puces réseau I218V.

Le sous-système wlan(4), ainsi que les pilotes iwn(4) et ath(4) ont été mis à jour depuis FreeBSD, ce qui devrait améliorer la qualité des connexions wifi.

Le pilote de(4) a été mis à jour vers la version FreeBSD r271849, ce qui lui permet de fonctionner maintenant avec plus de 4Go de RAM. Bien que les cartes réseau DEC Tulip soient maintenant extrêmement rares, ce matériel est souvent émulé par des systèmes de gestion de machines virtuelles tels que Qemu.

Nouveau pare-feu : ipfw3

Deux systèmes de parefeu réseau étaient jusqu'à présent disponibles. ipfw(8), mieux connu sous le nom de ipfw2, qui est le pare-feu traditionnel de FreeBSD. Il s'agit d'une réécriture d'un système plus vieux, ipfw, et disponible depuis FreeBSD 5. Plus tard, le pare-feu écrit pour OpenBSD, pf(4) a été adapté sous DragonFlyBSD. Ces deux pare-feux sont toujours disponibles et l'utilisateur peut choisir l'un ou l'autre en fonction de ses préférences.

Un nouveau pare-feu dérivé de ipfw(8) a été implémenté par Bill Yuan. Il a été décidé de le nommer ipfw3 pour éviter toute confusion avec ipfw2, la réécriture de ipfw(8) dans FreeBSD 5.0.

Les outils en espace utilisateur sont rétro-compatibles avec les versions précédentes mais le code noyau a été entièrement réécrit. Le but de cette réécriture est de rendre le code plus extensible et modulaire, ainsi que d'améliorer les performances sur les machines avec plusieurs processeurs. Comme la plupart des pare-feux modernes, ipfw3 est un pare-feu stateful qui conserve l'état des connexions pour éviter d'avoir à ré-évaluer les règles pour tous les paquets d'une même connexion.

Le code est organisés en deux classes de modules :

  1. les modules de filtres :

    • le module de base fournit les fonctionnalités courantes d'un pare-feu. Il permet de sélectionner les paquets entrant ou sortant en fonction de leur interface, de leur provenance et de leur destination. Il supporte les tags de paquets, ainsi que des compteurs et la gestion des états de connexion.
    • le module layer2 permet de filtrer selon les adresses MAC source ou destination.
    • le module layer4 ajoute des fonctionnalités spécifiques aux protocoles de la couche application. Il permet de filtrer selon les drapeaux des paquets TCP, ou de l'identité (utilisateur et groupe) du processus possédant le socket de destination. L'utilisateur a aussi la possibilité d'écrire des filtres complexes en utilisant le langage BPF.
  2. les modules d'action :

    • le module NAT ajoute le support de la translation d’adresse dans le noyau.
    • le module dummynet permet de spécifier des politiques de qualité de service (QoS), en limitant la bande passante, le nombre de connexions simultanées depuis une même adresse source, ou en utilisant des files à priorité.
    • le module table apporte la possibilité de créer des ensembles d’adresses ou de ports et d'utiliser cet ensemble dans une règle de filtrage à la place d'une adresse unique.
Divers

utimensat(2) et futimens(2) ont été ajoutés par Dimitris Papastamos.

L'appel système chflagsat(2) a été ajouté par Joris Giovannangeli.

Tous les pilotes possèdent maintenant une sous-arborescence sysctl(8) du type dev.foo.X. Lorsqu'elle existait, l'ancienne arborescence hw.fooX.y a été supprimée.
Ce changement permet d'obtenir une compatibilité parfaite avec les nouvelles versions de FreeBSD qui utilisent une arborescence sysctl(8) du type dev.foo.X.

L'économie d'énergie a été améliorée sur les systèmes avec processeurs Haswell tournants au ralenti (idle).

Un système de chiffrement automatique du swap a été mis en place, activé par l'option "crypt" de fstab.
Lorsque cette option est activée une clef de 256-bit est générée de manière aléatoire au boot et un périphérique chiffré mappé automatiquement au dessus de la partition de swap traditionnelle.

Le sous-système ACPICA a été mis à jour vers la version 20150515 d'Intel.

Espace utilisateur Outils de développement

Le compilateur principal a été mis à jour vers la branche de maintenance de GCC 5.1.1 datée du 25 mai 2015. Il bénéficie ainsi de 5 semaines de corrections de bugs depuis la sortie de GCC 5.1 le 22 avril 2015.

Le compilateur secondaire a logiquement été remplacé par l'ancien compilateur principal, GCC 4.7.4 et l'ancien compilateur GCC 4.4 a été supprimé.

Deux nouvelles options ont fait leur apparition dans compilers.conf pour gérer des compilateurs non installés par défaut: clang36 et gcc6-devel.

Binutils 2.25 a remplacé la version 2.24, qui est maintenant fournie en tant que linker secondaire et l'ancienne version 2.22 a été supprimée.

Le groupe d'utilitaires binutils comporte deux linkers: le traditionnel GNU ld, et une nouvelle implémentation, gold (fichier ld.gold). Gold est désactivé car étant écrit en C++, il est beaucoup plus lent à compiler que ld et n'apporte pas d'avantages significatifs en utilisation par rapport à ce dernier.

Introduction de sshlockout(8)

sshlockout(8), un utilitaire permettant de bloquer temporairement le trafic SSH venant sous forme de tentative bruteforce de login, a été ajouté. En cas de tentative de login répétée, notamment avec un utilisateur inconnu du système, une règle est automatiquement ajoutée au firewall afin de bloquer l'IP responsable du trafic. L'utilitaire n'est toutefois pas encore jugé prêt à la production.

DMA remplace Sendmail en tant que MTA par défaut

DragonFly Mail Agent (DMA) remplace Sendmail comme MTA (Mail Transfer Agent) par défaut. DMA est inclus dans base depuis la version… 1.12 de DragonFly (2008) mais pour des raisons inconnues, il n'avait jusqu'alors pas remplacé Sendmail en tant que MTA par défaut. Cela étant désormais fait, Sendmail est retiré du système de base. Une page de wiki à propos de MTA a été écrite afin de guider les utilisateurs désirant malgré tout utiliser Sendmail ou encore ceux désirant un MTA bien plus complet que DMA (Postfix, OpenSMTPD, Sendmail). En effet, DMA est simple de conception et ne vise pas à remplir les fonctionnalités d'un MTA complet. Ainsi, il se contente d'accepter les courriels des MUA (Mails User Agents) locaux et de les délivrer, soit localement mais également à distance. TLS/SSL est pris en charge ainsi que l'authentification SMTP. Cependant, DMA n'écoute pas sur le port 25 pour des connexions entrantes, puisque tel n'est pas son but.

Il est à noter que DMA ne se limite pas à DragonFly BSD. Il est ainsi aussi disponible dans FreeBSD ou différentes distributions GNU/Linux telles Debian ou Mageia par exemple.

Bibliothèque mathématique

La biliothèque mathématique, libm, a été synchronisée avec FreeBSD et NetBSD afin d'ajouter des fonctions manquantes. Bien qu'il s'agissait d'obscures variantes de fonctions existantes, leur absence était gênante car elle empêchait GCC d'activer la prise en charge de la norme C99.

Symbol versioning

Le symbol versioning a été activé sur les bibliothèques z, ncurses, lzma, edit, archive, md et bz2.

Le symbol versioning permet de ne plus avoir à gérer des numéros de bibliothèques différents à chaque changement d'interface binaire.
A chaque fois qu'un changement d'API incompatible a lieu, la trace de l'ancienne interface est gardée dans les sources de la bibliothèque et l'ancienne interface binaire continue à être créée dans les nouvelles versions du fichier libxxx.so.y.

En pratique cela signifie que les anciens programmes binaires vont continuer à fonctionner avec toutes les nouvelles versions de la bibliothèque. Il n'y a plus besoin de partir à la recherche d'une libc.so.4 pour faire tourner un vieux programme sur un système n'ayant qu'une libc.so.6 par exemple.

Unicode

La prise en charge d'unicode a été améliorée dans libedit.
En janvier 2015, Baptiste Daroussin a synchronisé libedit de FreeBSD avec la dernière version de NetBSD. Après cela, il a ajouté des patches pour corriger la lecture de lignes dans un environnement unicode.
Concrètement, cela a permis à sh(1) de fonctionner dans un environnement UTF-8. Merci à Baptiste d'avoir pris le temps d'identifier ces patches pour le bénéfice de DragonFly.

Divers

date(1) bénéficie désormais de l'option -R afin d'afficher en format compatible avec la RFC2822 (qui est l'équivalent de "%a, %d %b %Y %T %z" avec LC_TIME=C).

patch(1) reçoit l'alias --dry-run, équivalent à -C pour une compatibilité accrue avec GNU patch, svn patch et FreeBSD patch.

Le flag -b a été ajouté à camcontrol(8) devlist afin d'afficher les bus existants et leurs sims parents.

tail(1) bénéficie désormais d'une option -q qui permet de supprimer les en-têtes des noms de fichiers.

powerd(8) a reçu de nombreuses corrections et améliorations telles qu'une nouvelle option pour désactiver le mode turbo ou pour contrôler le seuil limite de la charge processeur ou encore l'arrêt d'urgence en cas de charge batterie très faible.

Divers outils ont été mis à jour:

  • OpenSSH 6.7p1
  • file 5.22
  • ftp 1.205 depuis NetBSD
  • sh a été synchronisé avec FreeBSD
  • mdocml 1.13.1
  • byacc 2014-10-06
  • less 471
  • bmake 2014-11-11
  • OpenSSL 1.0.1o
Divers Chargeur d'amorçage en couleur

La représentation artistique de Fred, la libellule du menu de démarrage, a été améliorée. La ligne entre Fred et le menu a été supprimée et le dessin amélioré. Fred est maintenant affiché en couleur par défaut, avec un thème bleu.

Un système de détection de console série a été ajouté afin de laisser le bootloader en noir et blanc et de ne pas polluer la console avec des codes couleur ansi dans ce cas.

/usr intégré dans la racine

L'installeur ne crée plus de système de fichier /usr séparé.

Utiliser un système de fichier /usr distinct de / n'a plus vraiment de sens à notre époque: les binaires de / et /usr sont tous dynamiquement liés et font tous partie du même système DragonFly de base.

C'est en plus dangereux: avec un système de fichier /usr séparé, les binaires statiques de secours de /usr/share/initrd ne peuvent pas être utilisés sans monter /usr en premier lieu.
Et comme mount(8) est un binaire dynamique, /usr ne pouvait plus être monté dans certaines situations…

Slider, un outil pour naviguer dans l'historique de HAMMER

Slider est un logiciel développé par John Marino. Il dispose d’une interface curses et est écrit en Ada. Sa première version a été annoncée sur la liste de diffusion en décembre.

Slider permet de :

  • naviguer parmi toutes les versions disponibles d’un fichier stocké dans l’historique d’HAMMER ;
  • de visualiser les différences entre deux versions (si c’est un fichier texte) ;
  • de restaurer une ancienne version du fichier ;
  • de récupérer un fichier effacé.

S’il est lancé sur un répertoire existant, tous les fichiers supprimés et sous-répertoires restaurables seront recherchés dans l'historique de ce répertoire et il sera possible de les restaurer.

Slider est disponible via dports, avec une documentation.

Suppression des page info

Les outils GNU texinfo ainsi que toutes les pages de documentation au format texinfo ont été supprimées. Ces pages n'étaient disponibles que pour les outils GNU et la majorité des informations est accessible via les pages de manuel.

Gestionnaire de service svc

Un gestionnaire de service, svc(8) a été créé. Il permet de lancer et gérer des services de façon robuste, d'obtenir le statut, loguer les messages récents etc…

svc(8) permet de gérer des listes de groupes, des uid, de construire et faire tourner le programme voulu dans un environnement chroot ou jail. Il permet également de nettoyer les descripteurs de fichier, les sockets et les fichiers pid utilisés lorsque le processus fils prend fin.

svc(8) utilise pour cela le nouvel appel système procctl(), permettant de gérer les sous-processus lancés par un processus donné et de s'assurer qu'ils sont tous tués correctement. Le programme parent se comporte ainsi de la même façon qu'init(8) mais pour un sous-ensemble limité de processus et non pas tous les programmes tournant sur la machine.

procctl(2) a été conçu pour être compatible avec l'appel système de même nom de FreeBSD, en discussion avec des développeurs FreeBSD. Il est prévu que FreeBSD implémente un gestionnaire de service compatible dans l'avenir.

Notes de mise à jour

La mise à jour vers DragonFly BSD 4.2 se fait de la manière habituelle :

cd /usr/src git fetch origin git branch DragonFly_RELEASE_4_2 origin/DragonFly_RELEASE_4_2 git checkout DragonFly_RELEASE_4_2 make buildworld && make buildkernel && make installkernel && make installworld

À noter toutefois qu'avec la suppression de sendmail de base, une étape supplémentaire est nécessaire pour configurer le MTA avant de lancer make upgrade. Si aucun MTA avancé n'est nécessaire, ce qui devrait être le cas pour la plupart des utilisateurs, DMA est recommandé et cette commande suffit à la configuration de base:

cp /usr/src/libexec/dma/mailer-conf/mailer.conf.dma /etc/mail/mailer.conf

Suite à quoi, il convient encore de lancer:

make upgrade

et enfin:

reboot

Si le système a redémarré correctement, il est conseillé de faire une sauvegarde de l'initrd de secours via :

make rescue

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires