Syndiquer le contenu
Mis à jour : il y a 17 heures 42 min

Création d'un multiroom audio à base de raspberry / hifiberry / max2play

5 août, 2016 - 14:04

Beaucoup ont sans doute déjà rêvé d'avoir un système audio multiroom mais ont aussi vite été découragés par l'investissement nécessaire. Je vais vous présenter une solution abordable qui permet de mettre en place un système moyen de gamme.

Après pas mal de recherches et de pérégrinations, j'ai finalement trouvé une solution qui me convenait et je me suis dit que j'allais la partager avec vous, on sait jamais, ça pourrait servir à quelqu'un ;-)

Je ne prétends pas être exhaustif ni faire du pas à pas, j'expliquerai ci-dessous juste mon cheminement de pensée afin de faire gagner du temps à ceux qui seraient intéressés.

J'en profite au passage pour remercier Cédric LOCQUENEUX qui a partagé sa réalisation et les gens de Calaos qui m'ont bien aidé à résoudre mes problèmes tout en me donnant pas mal d'idées. (Je précise juste que la domotique n'est pas nécessaire et que ce que je décris fonctionne sans).

Ce dont on parle

Tout d'abord, il faut bien comprendre qu'un système audio multizones est une installation qui permet de sonoriser plusieurs espaces (pièce ou non) séparément ou de de façon synchronisée.

Pour obtenir du son, oui ça paraît bête mais on sait jamais, il faut :

  • des enceintes ;
  • des câbles ;
  • un ampli ;
  • du stockage (pour la musique) ;
  • et un serveur pour envoyer cette musique à l'ampli. (et oui tout ça !)

On comprend bien que 1 zone == 1 pack matériel et donc que si on voulait faire tout ça avec une installation "normale" le prix décolle très vite car il faudrait une chaîne hifi par zone et encore, on ne peut pas synchroniser facilement …

Il faut donc en plus un réseau local (Ethernet c'est mieux, mais wifi ça marche aussi). Qui dit réseau local dit switch et re-câbles.

Moi je vais vous parler d'une maison à peu près standard, 100-140 m2, où on peut trouver 4 ou 5 pièces et 2 salles de bain. L'idée est de sonoriser 7 zones :

  • le séjour ;
  • la cuisine ;
  • les 2 salles de bains
  • et les 3 chambres.
Le prix

Il existe tout un tas de possibilités suivant ce qu'on choisit (y compris la gamme des enceintes), mais grosso modo :

  • des enceintes par zone, 50-100€/pces ;
  • des câbles audio, 1-5€/m ;
  • un ampli par zone, 200€-800€ ;
  • un NAS, 200-800€ ;
  • un switch, 20-100€ ;
  • des câbles Ethernet, 5-10€/pce.

Bref pas réaliste pour mon portefeuille. Il existe bien des solutions commerciales moins chères que les solutions standards, mais idem : pour 7 zones ça chiffre.

La solution technique

Du coup, en m'inspirant très fortement de la solution multizones que vous trouverez en lien, j'ai réalisé le montage suivant :

un couple Raspberry / HiFiBerry qui fait serveur, plus un ampli et ensuite autant de couples que nécessaire. J'ai bien sûr déjà le réseau local (j'ai dû investir dans un plus grand switch) et comme je n'avais pas de NAS, j'ai tout simplement mis des cartes SD dans mon Raspberry (grâce à des adaptateurs USB). Et aussi des câbles / enceintes.

J'ai câblé les enceintes et j'ai tout ramené à mon tableau où se trouve mon switch. Les enceintes sont encastrables et les fils passent dans les faux-plafonds / double-cloisons.

Ceci vous permet d'économiser l'ampli et le NAS (et ses disques durs) donc les 2 points du budget qui font mal ;-).
Bon si vous avez déjà un NAS… c'est bien sûr la meilleure solution.

La solution logicielle

Pour faire tourner le Raspberry, j'ai choisi Max2Play. Ça tourne bien, c'est du Linux, c'est libre (mais pas gratuit). toutes les options du Raspberry sont supportées et surtout ça fait serveur LMS (Logitech Media Server). L'installation sur Raspberry est décrite sur leur site et ça va tout seul. Il faut juste un PC avec carte SD quand même, ça facilite la vie.

C'est compatible avec tout un tas de truc et on peut contrôler le tout sur un smartphone avec l'appli de son choix. L'appli logitech est gratuite, mais limitée. Heureusement il existe plein d'autres applis sympa pour pas trop cher.

Le bilan

J'ai réalisé ce que je voulais faire pour un prix de 280€ par zone (tout compris) et pour une très bonne qualité. Le rapport qualité / prix en tout cas me semble imbattable. Avec les 4 ports USB de mon Raspberry, je pourrais théoriquement installer 4 cartes SD de 64 à 256 Go chacune… mais bon… pour l'instant avec une seule de 64 j'ai largement assez de place, même en ayant 80% de FLAC.

  • 2 enceintes par zone, 60€/pce ;
  • des câbles audio, 25€ ;
  • un Raspberry + un ampli HiFiBerry par zone + adaptateur secteur, 80€ ;
  • une carte SD de 64 Go pour le stockage, 20€ ;
  • un switch 8 ports, 20€ ;
  • 7 câbles Ethernet, 15€.

J'ai dû un tout petit peu bidouiller pour gérer mes cartes SD, mais suite à mon retour Max2Play va inclure les paquets pour gérer exFAT directement, donc ça marche plus ou moins "out of the box".

HiFiBerry AMp+ permet de faire DAC / Ampli pour un budget mini et la qualité est en tout cas sans comparaison avec la sortie audio du Raspberry qui est notoirement pourrie ! Ne rêvons pas non plus, je n'appellerai pas ça du hifi mais pour une diffusion "d'ambiance" c'est plus que suffisant. On peut monter le volume jusqu'à 70-80 dB sans grosses distorsions. Après, je pense que c'est le hifiberry qui ne suit plus.

Voilà, donc si ça vous dit de pouvoir écouter la radio le matin en prenant votre douche et de pouvoir suivre votre émission / chanson préférée dans la cuisine sans interruption, cette solution est faire pour vous. ;-)

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

MLED 14.2 est disponible

4 août, 2016 - 20:24

Un peu plus d'un mois après la sortie de Slackware 14.2, MLED 14.2 est disponible au téléchargement. Pour rappel, le projet MLED (Microlinux Enterprise Desktop) fournit un poste de travail professionnel robuste et complet, basé sur Slackware Linux et l'environnement de bureau Xfce, avec une multitude d'améliorations. Il est actuellement utilisé dans quelques mairies, médiathèques, écoles et stations radio du sud de la France.

MLED 14.2 est basée sur Slackware 14.2, publiée le 30 juin 2016. MLED 14.1 (basée sur Slackware 14.1 datant de novembre 2013) est toujours activement maintenue.

Petite explication

MLED n'est pas une distribution Linux à part. L'ambition de ce projet consiste à fournir une collection de paquets logiciels qui manquent communément à Slackware - applications populaires, codecs et plugins multimédia, polices, traductions - par le biais d'une série de dépôts de paquets facilement gérables avec le gestionnaire de paquets de Slackware. Ces paquets s'installent sur un système de base Slackware élagué, mais sans autres modifications majeures. Une poignée de paquets fournis par Slackware ont été recompilés pour offrir plus de fonctionnalités. L'habillage sobre s'intègre bien dans un environnement de travail professionnel.

MLED 14.1 était basée sur Slackware 14.1, publiée en novembre 2013. Et MLED 14.2 est basée sur Slackware 14.2, publiée en juin 2016. Ce qui a changé : la distribution en-dessous, les versions des paquets. Ce qui n'a pas changé : MLED continue à fournir les paquets qui manquent communément à Slackware, pour le transformer en un poste de travail complet.

MLED est utilisé entre autres par le lycée privé de Saint-Hippolyte-du-Fort (20 postes), la radio locale Radio Escapades (5 postes), le lycée agricole de Vézénobres (4 postes), la médiathèque de Montpezat (4 postes), etc.

Il faut y voir une sorte de "Linux From Slack", ou plus précisément une "Beyond Linux From Slack". C'est un ensemble composé actuellement de quelque 1.300 paquets supplémentaires, que je maintiens pour les besoins de mon entreprise.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Movim 0.10 - Holmes

4 août, 2016 - 17:41

Quelques mois après Movim 0.9 - Tchouri, voici enfin la nouvelle version du projet de réseau social décentralisé Movim ! Estampillée 0.10, elle offre de nombreuses avancées majeures tant au cœur du projet que sur les fonctionnalités offertes.

Cette nouvelle version positionne toujours plus Movim en tant qu'alternative sérieuse face aux autres solutions de messagerie telles que Telegram, WhatsApp ou Slack. L'idée derrière Movim est d'offrir (enfin) une plateforme de communication libre, simple et agréable à utiliser tout en se reposant exclusivement sur des standards déjà largement déployés et éprouvés tels que XMPP ou Atom.

En effet, plutôt que de fonder un nouveau réseau fermé comme bon nombre d'autres projets l'ont fait auparavant (qu'ils soient propriétaires ou libres), nous privilégions l'utilisation et la participation aux améliorations du protocole XMPP.

Sommaire Nouvelles fonctionnalités Gestion des articles

La gestion des articles au sein de Movim a été légèrement revue :

  • vous pouvez désormais assigner des étiquettes avec des accents et caractères spéciaux à vos articles ;
  • les articles partagés publiquement le seront sur tout le réseau et non plus seulement au sein du pod de leur publication ;
  • la page « Actualité » affiche désormais les derniers articles de blog publics publiés sur le réseau.

De plus, les tags et commentaires des articles supprimés sont correctement nettoyés (sur le réseau XMPP mais aussi dans la base de données). La gestion des images au sein du contenu des articles a également été légèrement revue.

Messagerie

L'un des principaux buts de cette nouvelle version était d'améliorer l'expérience utilisateur et d'ajouter de nouvelles fonctionnalités à la partie « Chat » du projet.

Édition du dernier message

Movim implémente depuis cette version XEP-0308: Last Message Correction qui permet donc de corriger le précédent message via l'utilisation de la touche ↑. Cette modification est compatible avec de nombreux autres clients comme Conversations ou Gajim.

Autocollants (ou stickers) !

Le support des autocollants a été ajouté au projet. Encore une fois via l'implémentation de l'extension XMPP XEP-0231: Bits of Binary ce qui permet aux utilisateurs de Movim d'envoyer des autocollants aux autres clients comme Pidgin ou Gajim.

Pour fêter ça, deux lots d'autocollants en Creative Commons ont été créés exclusivement pour le projet.

Un lot Racoon dessiné par Corine Tea comprenant 16 autocollants en Creative Commons BY-NC-SA et un lot ZeMarmot dessiné par Aryeom Han comprenant 10 autocollants en Creative Commons BY-SA 4.0. L'idée derrière ces deux lots est également de promouvoir des projets partageant nos valeurs tout en offrant aux utilisateurs la possibilité d'utiliser et de partager de jolis autocollants libres avec leurs contacts.

Merci aux deux dessinatrices pour leur travail ! Si vous aussi vous souhaitez ajouter vos propres autocollants au projet, n'hésitez pas à nous contacter (salon: movim@conference.movim.eu). :)

Et plein d'autres choses…

En plus des petites corrections concernant l'interface et la fluidité de navigation, d'autres petits changements ont également été introduits.

Vous pouvez maintenant éditer la configuration des salons de discussion après les avoir ajoutés. Vous êtes également notifié de nouveaux messages publiés dans ceux-ci.
De nouveaux emojis ont été ajoutés à ceux déjà existants ;)

Un nouvel algorithme d'affichage des bulles de chat nous permet désormais de gagner un peu d'espace en regroupant les messages envoyés par la même personne au cours de la même minute.

Dans le reste du projet

Une nouvelle version du client Android (disponible sur le PlayStore et F-Droid) a été déployée suite à une refonte du système de notifications.

Le client bureau, basé sur Electron, est également sorti dans une nouvelle version. Il est pour le moment empaqueté uniquement pour Debian et Ubuntu mais n'hésitez pas à nous aider à l'empaqueter pour d'autres distributions ou systèmes d'exploitations.

Plus globalement c'est toute l'interface du projet qui a été revue pour pouvoir s'afficher correctement sur des écrans à petite résolution.

Sachez par ailleurs que tous les clients Movim peuvent êtres configurés pour fonctionner avec des instances non-officielles du projet. Cela veut dire que si vous déployez votre propre instance (ou pod) du projet, vous pouvez l'ajouter manuellement sur le client lors de l'interface de chargement.

Recherche globale

En un clic, ou via le raccourci Ctrl+M vous pouvez également lancer la nouvelle interface de recherche globale.
Elle vous permettra de retrouver instantanément des articles et contacts.

Le nom de cette version est également tiré de cette nouvelle fonctionnalité, qui est à la fois le nom de famille d'un détective privé respectable mais également celui d'une comète de notre système solaire.

Langues

Merci encore à tous les traducteurs qui font un travail formidable pour porter Movim sur de nombreuses autres langues. Le projet et maintenant intégralement (ou presque) traduit en français, polonais, danois, allemand, espagnol, chinois, néerlandais, portugais, hébreux, tchèque, italien… et bien d'autres !

N'hésitez pas à venir donner un coup de main sur la plateforme Transifex ;)

Performances, stabilité et mémoire

De nombreuses améliorations ont également été apportées au démon introduit dans la précédente version avec au menu des performances accrues mais surtout une réduction de la consommation mémoire grâce à la mutualisation de certaines bibliothèques entre les sous-processus (avec un gain de plus de 5 Mo par session !).

Un important bug concernant la gestion des WebSockets qui avait tendance à fermer prématurément la session a été corrigé. Si vous utilisez Movim quotidiennement cette session peut désormais rester ouverte pendant plusieurs jours ou semaines !

Interface et administration

Les administrateurs peuvent maintenant spécifier leur propre serveur XMPP lors de l'écran d'inscription sur leur instance. Cela est encore une fois inscrit dans une volonté de ne pas limiter les utilisateurs souhaitant déployer leurs propres infrastructures sans forcément être dépendant des services officiels.

Plus globalement certaines parties de l'interface ont été revues pour faciliter la navigation au sein de Movim, telles que les entêtes et les listes. Il en est de même avec le style des articles qui offre désormais un meilleur rendu de certaines balises (tel que les paragraphes, les titres, les citations ou encore les extraits de code).

Versement de fichiers

De petites améliorations ont été apportées à la fonctionnalité de versement de fichiers (reposant encore une fois sur XMPP, XEP-0363: HTTP File Upload).

Les erreurs d'envoi sont maintenant plus claires et les images ayant une taille importante ou étant trop lourdes sont redimensionnées et compressées automatiquement.

En bref

Initialement prévue comme une mise à jour mineure de la version 0.9 qui avait introduit une importante refonte de l'ensemble du projet, cette version s'est finalement transformée en une 0.10.

Le cœur du projet peut désormais être considéré comme stable (même si des changements restent prévus pour optimiser et améliorer celui-ci). Il est très fortement probable que les prochaines versions ressemblent à celle-ci en termes de contenu : une meilleure intégration de l'existant dans les environnements des utilisateurs, de nouvelles fonctionnalités qui viendront compléter l'existant et une meilleure cohérence de l'ensemble.

À venir dans Movim 0.11

Tout ça n'est pas fini et les grandes lignes de la prochaine version semblent déjà se dessiner.

L'un des mots d'ordres de cette version sera l'amélioration du partage d'information au sein de Movim mais également avec son environnement. Par exemple, nous souhaiterions permettre le partage d'un article avec un contact ou l'invitation de celui-ci dans un salon de discussion et cela en quelques clics.

Cette version marquera également le grand retour de Jingle dans le projet (qui avait disparu il y a quelques versions suite à des soucis de support et de stabilité). Il est fort probable que les appels audio soient implémentés en premier. Des tests sont également prévus sur l'application Android.

Il sera également question d'intégration avec l'arrivée des clients bureau Windows et MacOS. L'idée étant de couvrir un maximum de systèmes grand public.

D'autres surprises également sont à prévoir pour cette nouvelle version. On vous en dira plus dans un prochain article, restez à l'affût ;)

That’s all folks!

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Unixcorn, trois mois plus tard : évolutions, remises en questions et stabilisation

4 août, 2016 - 15:55

Suite à la dépêche publiée courant avril 2016 voici un retour sur l'évolution du projet Unixcorn.

NdM : pour rappel, Unixcorn s’inscrit dans le projet CHATONS de Framasoft, donc le but est d’éviter d’avoir une seule alternative aux GAFAM.

Sommaire Où en sommes nous ? Du point de vue de la communauté

Suite à la publication de la première dépêche concernant le projet il y a eu un certain engouement des lecteur-ice-s de LinuxFr.org, plus de 740 visites ont été effectuées vers notre page web depuis la dépêche et quelques personnes sont venues s'inscrire sur le forum et/ou nous rejoindre sur IRC, merci à elles. Nous avons donc reçu des contributions telles que de la rédaction de pages de la documentation, avec des tutoriels très bien faits concernant notamment l'usage de notre instance ownCloud, notre forge logicielle Gitlab ou même l'utilisation du client web IRC.

Ensuite, nous attaquons la partie négative, il y a eu un gros rétropédalage sur le projet d'association. Alors que nous avions réussi à nous retrouver quelqu'un-e-s pour discuter associatif, il s'est vite avéré qu'il était ingérable de s'organiser et d'avancer tous ensemble. Le problème étant principalement l'éloignement entre les personnes et l'impossibilité de se voir pour discuter de vive voix. Les emplois du temps propres à chacun-e et les occupations de tout le monde et, au final, on retrouve toujours le ou la même à pousser les autres pour faire avancer les choses. Ceci n'est ni agréable ni positif à la longue, l'un-e s'épuise à la tâche et devient de plus en plus frustré-e alors que les autres finissent par se lasser et désertent pour de bon le projet.

C'est donc un certain aveu de faiblesse que de reconnaître que ce n'est actuellement pas faisable sous cette forme (l'association loi 1901), et ce malgré les envies et les aspirations de chacun-e-s. Malgré tout, une fois la chose digérée on se rend compte que c'est peut-être ce qui aura permis au projet de survivre et de continuer. Un mal nécessaire en quelque sorte.

Aujourd'hui le projet est donc assuré légalement par Mathias, qui l'avait initié. Pas question tout de même de désespérer, la manière de faire retenue aujourd'hui n'est pas immuable et si des propositions sont faites sur ce point nous les étudierons avec attention et intérêt.

Du point de vue administratif

Un système de gestion de dons a été adopté, c'est la solution française libre Liberapay qui est utilisée. Nous invitons donc les utilisateur-ice-s à effectuer leurs dons à travers cette plateforme, ainsi cela permet de récolter de l'argent de manière hebdomadaire. Malgré tout, il est possible de faire aussi « à l'ancienne », d'envoyer chèque ou virement bancaire sur simple demande par e-mail.

Une page a été dédiée pour écrire les quelques règles d'utilisations propres aux services, elle est disponible à cette adresse et tous les membres sont invité-e-s à la consulter. Globalement elle ressemble à toutes les chartes d'utilisation de services en ligne mais quelques points concernant le service « cloud » sont spécifiques.

Ainsi, il a été décidé que tout compte non actif pendant plus d'un mois serait supprimé, sans préavis. Ceci pour éviter un surplus d'utilisateur-ice-s inactif-ive-s et pour permettre de libérer de la place pour les nouveaux-elles venues. Bien-sûr, il est possible de passer outre cette limitation en faisant un don régulier, dans ce cas il faut bien nous contacter par courriel pour faire passer le message car les dons reçus sur Liberapay sont en grande majorité anonymes.

Quelques statistiques pour clôturer cette partie :

  • entre 80 et 100 utilisateur-ice-s chaque mois sur le service « cloud » ;
  • 10 utilisateur-ice-s sur la forge logicielle ;
  • 3 sites web professionnels hébergés ;
  • entre 30 et 40 visites quotidiennes sur notre page d'accueil (sans compter les visiteur-ice-s avec l'option « Do Not Track » activée) ;
  • à ce jour 0,11 euros de dons hebdomadaires à travers le compte Liberapay ;
  • 48 euros de dépenses mensuelles chez l'hébergeur.
Du point de vue technique

Suivant la réorganisation administrative du projet précédemment contée il a fallu être plus réaliste vis-à-vis du dimensionnement de l'infrastructure matérielle. Les ressources financières venant principalement de l'administrateur du projet il est logique que celles-ci collent à l'épaisseur de sa bourse. Ainsi tout a été migré chez l'hébergeur Online.net, sur l'offre Dedibox XC 2016 en version SSD.
FreeBSD a été délaissé pour Proxmox VE 4.2 (basé sur Debian 8 Jessie) et l'ensemble des services ont été virtualisés grâce à Qemu et KVM.

Certains services prévus ont disparu, les pads d'édition collaborative Markdown HackMD et le client web KiwiIRC, alors que ceux prévus ont été mis en place (Gitlab principalement). L'ensemble est donc réparti dans des machines virtuelles pour une séparation maximale des services. Des sauvegardes (type snapshots) de chaque machine sont réalisées deux fois par semaine et conservées pendant plus d'un mois, elles sont stockées sur un espace fourni par l'hébergeur auquel la machine hôte se connecte en FTP.

La solution Proxmox VE est très appréciable car complète, la gestion du stockage est par exemple bien faite. Au total trois types de stockage différents sont utilisés :

  1. local, le SSD du serveur hôte où sont stockées les images des machines virtuelles ;
  2. distant, de type SAN où sont stockées les données du service « cloud » ;
  3. distant, de type FTP où sont stockées les sauvegardes des machines virtuelles.

Le paramétrage des différents support de stockage s'incorpore d'ailleurs dans d'autres paramètres, par exemple pour la réalisation des sauvegardes de la machine virtuelle dédié au service « cloud » on exclut le stockage des données (qui pèse plus d'un téra-octet) de la sauvegarde créée. C'est possible car ce stockage SAN est déjà répliqué dans plusieurs « data-center » de l'hébergeur et ne nécessite donc pas de sauvegarde supplémentaire.

Le pare-feu est lui aussi géré au niveau de la machine hôte, des règles sont édictées et appliquées à chaque type de machine virtuelle en prenant bien en compte les types de services propres à chacune de ces dernières.

Pour finir on pourrait croire que les faibles spécifications techniques du serveur seraient limitantes mais c'est tout à fait faux. L'ensemble est particulièrement bien dimensionné vis à vis des besoins, et c'est plaisant car ça va à l'encontre de ce qu'on peut voir actuellement (toujours plus de RAM, toujours plus de fréquence de calcul, toujours plus de stockage).

Nous avons pu comparer avec notre ancienne offre (un gros serveur SuperMicro® avec un vieux processeur Intel Xeon et deux disques durs en RAID) et il n'y a pas photo : en charge normale le délais des I/O varie entre 0 et 0.03% et le processeur consomme entre 3 et 5% de sa puissance de calcul totale, ce qui correspond à une charge système comprise entre 0.15 et 0.20. Là où auparavant les disques durs étaient constamment délayés et ralentissaient l'ensemble des machines. La gestion des I/O sur la nouvelle machine nous sauve donc réellement la mise, sans le SSD les performances en virtualisation ne seraient pas les mêmes.

Bien sûr cela pourrait changer si les visites et l'utilisation des services augmente, en tout cas nous sommes paré-e-s !

Et pour la suite ?

Suivant l'évolution des ressources financières il serait éventuellement possible de consolider l'infrastructure matérielle, de même si la charge monte il est prévu d'ajouter un autre serveur identique au premier et ainsi commencer à monter un mini-cluster Proxmox.

Cela permettrait notamment de commencer à faire de la « haute disponibilité » (HA) et d'assurer un peu mieux les services existants. Aussi on pourrait augmenter la taille du stockage SAN afin de pouvoir accueillir plus d'utilisateur-ice-s sur le service « cloud ».

Reste que globalement, en restant dans le cas de figure actuel il n'est pas à l'ordre du jour d'ajouter des services ouverts au public. Assurer déjà correctement ceux en place semble un challenge suffisant.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Alsace Réseau Neutre : l'association, présentation et objectifs

2 août, 2016 - 17:35

Alsace Réseau Neutre est une association fondée en 2012, qui a pour but l'indépendance numérique des citoyens, l'apprentissage, ainsi que de promouvoir et préserver la vie privée de chacun. Aujourd'hui, ARN souhaite ouvrir un nouveau service pour ses membres, et c'est l'occasion pour nous de vous présenter l'association.

Sommaire Buts de l'association

Comme cela a été dit en introduction, un des buts de l'association est de devenir indépendant numériquement. Nous poursuivons le même but que bon nombre d'autres mouvements, comme Framasoft et son « dégooglisons Internet » pour ne plus être dépendants de services fournis par des entreprises privées. L'indépendance nous rend autonomes et protège notre vie privée, chose importante et qu'il est bon de rappeler, par exemple au détour d'une conférence telle que celle de Lorraine Data Network « rien à cacher » (c'est concis, clair et tourné de façon pédagogique).

L'indépendance

L'indépendance peut prendre plusieurs formes.

La solution la plus radicale est d'héberger ses propres services, c'est-à-dire que vous avez un ordinateur chez vous et vous mettez vos services dessus (votre serveur email, votre site web, votre blog, votre wiki, votre agenda…). Cela a un coût initial (si vous voulez acheter un ordinateur), et un coût récurrent pour l'électricité (négligeable si vous utilisez un Raspberry Pi ou un ordinateur de ce type).

Une alternative est de faire héberger vos services chez quelqu'un de confiance. Ce tiers de confiance peut être une association comme la nôtre, qui est à taille humaine, transparente techniquement et financièrement, et gérée par ses membres. Par exemple vous louez une machine virtuelle qui sera sur nos serveurs, allumés 24h/24 et 7j/7, qui disposent d'une bonne connexion à Internet et qui sont gérés par des gens compétents.

Peu importe la solution retenue, nous pouvons vous aider.

La pédagogie

Quand nous n'administrons pas des machines pour l'association, nous sommes sociaux et partageons ensemble nos connaissances. Il est important d'apprendre ensemble pour devenir indépendant et c'est pour quoi nous sommes souvent joignables sur IRC (pour les membres les plus actifs) pour discuter, répondre à des questions et aussi apprendre à se connaître. Vous pouvez également nous joindre via une page de contact.

Si vous voulez plus d'informations sur l'association, rendez-vous sur la page de présentation !

Les services

Afin d'aider un maximum de gens à devenir autonomes, nous proposons divers services.

VPN

Tout d'abord, nous fournissons des VPN, c'est-à-dire que nous pouvons vous louer une connexion de chez vous à chez nous, et vous fournir une de nos adresses IP. Cela vous permet d'héberger des services chez vous simplement, sans blocage de ports, avec une adresse IP fixe et des copains pour vous aider et vous encourager ! Cliquez ici pour plus explications.

Le VPN peut servir également à aller sur Internet sans sortir directement avec l'adresse IP de votre fournisseur. Seuls nos techniciens pourront relier votre adresse IP vue par les sites et services en ligne avec votre vraie identité.

VPS

Si vous souhaitez héberger des services, mais que vous avez des contraintes sur votre connexion à Internet (bande passante insuffisante, connexion intermittente, etc), vous pouvez aussi louer une machine virtuelle (VPS). Cela vous permet d'avoir un système sur lequel vous installez vos services comme bon vous semble.
Vous pouvez choisir votre système (distribution Linux de votre choix, *BSD, ou autre) et chaque VPS a 50GB de stockage et 1GB de RAM par défaut. Un accès console via VNC est disponible afin de configurer votre machine (installation du système, réseau en carafe suite à une mauvaise manipulation, …). Cliquez ici pour plus d'explications.

La brique Internet

Si vous faites le choix d'héberger vous-mêmes vos services, nous pouvons vous fournir une petite machine telle que présentée sur le site officiel. Cela vous permettra d'avoir une machine dédiée à l'auto-hébergement, qui ne consomme pas beaucoup d'électricité, passe-partout (car très petite) et que vous pouvez même emporter avec vous en voyage. Bien sûr il est possible d'installer le système de votre choix dessus. Par défaut nous vous la fournissons avec un système très simple à administrer via une interface web : vous pouvez installer un bon nombre d'applications, mettre à jour et surveiller la machine en quelques clics.

Hébergement en data center

Si vous souhaitez héberger votre propre matériel dans un data center sans dépenser une fortune, si vous avez un Raspberry Pi (ou équivalent) ou encore un NUC mais vous n'avez pas une bonne connexion vous pouvez vous faire héberger dans notre baie. Vous profiterez d'une bonne connexion à Internet, redondante, et vous pourrez aussi éteindre et rallumer matériellement votre machine via des prises électriques que vous pilotez à distance. Cliquez ici pour plus d'explications.

Si vous avez un serveur (rack), nous pouvons également l'héberger mais cela est plus onéreux (la place coûtant cher).

L'avenir

Nous ne fournissons pour l'instant aucune connexion à Internet directement (ADSL, fibre, WiFi), mais cela fait partie des moyens que nous souhaitons mettre en place pour devenir le plus indépendant possible.

Un objectif à moyen terme serait de mettre en place des ponts wifi entre nos adhérents. Cela permettrait d'avoir des connexions à moindre frais, comme cela se fait déjà chez certains FAI associatifs (Rhizome, Tetaneutral.net). Il est prévu de relier les gens autour de Strasbourg, car c'est là où la plus grande concentration d'adhérents se trouve pour le moment, mais annoncez-vous dans tous les cas si le projet vous intéresse ! Nous reparlerons ici de ce projet vers la rentrée.

La collecte ADSL coûte beaucoup trop cher pour nous pour l'instant, mais nous prévoyons de nous y mettre sur le long terme si nous avons suffisamment de gens motivés pour y participer, de même pour la collecte fibre mais pour le moment le marché est complètement verrouillé.

Enfin, sur le court terme nous prévoyons d'ouvrir un service à nos adhérents d'hébergement de mails (avec webmail), de flux RSS, de communication instantanée et d'autres services en ligne utiles au quotidien. Cela a déjà été testé sur une assez longue période par quelques beta-testeurs dans nos rangs. Plus d'informations dans une prochaine dépêche !

Récapitulatif des services et leur tarif
  • adhésion : 15€ / an, obligatoire pour acccéder à nos services ;
  • VPN : 1 adresse IPv4 (fixe) et une plage /56 IPv6 (fixe), 4€ / mois ;
  • VPS : 1GB de RAM, 50GB Stockage (SSD), 1 coeur, accès VNC, 8€ / mois ;
  • brique Internet : 2 coeurs 1GHz, 512MB RAM, 32GB stockage, 5W max, 70€ ;
  • hébergement, Rpi : 6€ / mois ;
  • hébergement, NUC : 20€ / mois ;
  • hébergement, Rack : 1 U double feed, 100€ / mois / U.

Si vous vous dites que ces tarifs sont un peu chers, nous vous rappelons que nous sommes une association sans but lucratif. Le vrai coût de tous nos services est bien plus important, puisque nous n'avons pas d'économie d'échelle : nous sommes petits, avec peu d'infrastructure, aucun client et nous payons tout ceci de notre poche (et très cher). Nous espérons simplement un jour arriver à un déficit gérable par des dons ponctuels et mineurs, afin de pérenniser l'infrastructure.

Les conférences, ateliers et le reste

L'association est aussi engagée sur d'autres fronts. Nous avons participé à de nombreuses conférences autour des FAI associatifs, de ce qu'est Internet, les différents dangers qui pèsent sur ce merveilleux outil, pourquoi et comment s'auto-héberger et comment contrer les différentes attaques sur notre liberté d'expression.

Nous participons au hackerspace local, avec lequel nous partageons les locaux une fois par mois pour nos réunions. Nous avons également participé à différents événements comme Alternatiba en 2015.

Nous avons participé à la conférence « Avenir d'Internet, Des alternatives locales défendant la vie privée et une vision citoyenne de l’internet » , une conférence qui clôturait une série d'ateliers sur l'auto-hébergement, organisée par le hackerspace local.

Certains de nos membres participent aussi à des réunions le jeudi soir où nous discutons principalement technique et projets informatiques en tout genre. La dernière réunion ouverte au public comportait quelques présentations (de 20 minutes) sur le terminal, l'autohébergement et une introduction à la programmation (avec le langage Perl5).

Toujours dans l'idée de décentraliser le net et favoriser l'auto-hébergement, un de nos membres a créé un outil pour créer et gérer des noms de domaines gratuitement, cela a été présenté ici (Netlib.re). Cet outil est désormais hébergé par l'association, qui le met gratuitement à disposition de tous. Nous comptons aujourd'hui presque 600 domaines hébergés.

Conclusion

L'association a un objectif, celui de permettre à tous de devenir indépendant technologiquement, et les membres y mettent les moyens nécessaires. Bien que nous soyons une petite communauté avec des profils de membre très diversifiés (milieu social, âge, sexe, croyances religieuses et politiques…), nous fonctionnons depuis déjà plus de 4 ans en mettant en avant le côté humain. L'association n'a pas de client mais des abonnés et n'importe-qui peut venir animer nos réunions, créer des nouveaux projets et contribuer.

Nous espérons avoir attisé votre curiosité, n'hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires.

Adhérer à l'association

Si vous voulez nous soutenir ou profiter des services que nous mettons en place, vous pouvez adhérer à l'association. Si vous souhaitez nous poser des questions en privé : contactez-nous.

Vous pouvez adhérer même si vous n'êtes pas en Alsace/Grand Est. Dans l'idéal il faut décentraliser tout au maximum, mais si vous n'avez pas d'association qui propose la même chose à côté de chez vous, n'hésitez pas à adhérer et ainsi soutenir le projet. Chaque adhésion compte.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 30 de l'année 2016

2 août, 2016 - 13:35

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Houssenia Writing] J’utilisais Linux avant même ta naissance

Par Carla Schroder, le vendredi 29 juillet 2016. Extrait:

À une époque, il n’y avait pas de Linux. Il y avait plusieurs versions d’Unix, il y avait Apple et Microsoft Windows. En mode, c’était mieux avant, une utilisatrice de Linux nous raconte le chemin totalement pourri de la technologie actuelle.

Lien vers l'article original: https://actualite.housseniawriting.com/technologie/2016/07/29/jutilisais-linux-avant-meme-ta-naissance/17035

[France Info] Le Geek de A à Zeid: Open Source

Par Jean Zeid, le jeudi 28 juillet 2016. Extrait:

Tout l'été avec Jean Zeid, France Info décrypte les expressions issues des nouvelles technologies et qui se sont peu à peu imposées, parfois jusque dans les pages des bons vieux dictionnaires. Le mot du jour: Open Source.

Lien vers l'article original: http://www.franceinfo.fr/emission/le-geek-de-zeid/2016-ete/le-geek-de-zeid-open-source-29-07-2016-07-41

Et aussi:

[Next INpact] Le partenariat entre Microsoft et l’Éducation nationale en piste pour les tribunaux

Par Xavier Berne, le jeudi 28 juillet 2016. Extrait:

L’accord conclu l’année dernière entre Microsoft et le ministère de l’Éducation nationale continue de faire des vagues. Alors qu’un parlementaire interpelle l’exécutif, le dossier s'apprête à prendre un tournant judiciaire.

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/100778-le-partenariat-microsoft-et-l-education-nationale-en-piste-pour-tribunaux.htm

Voir aussi:

[SciencePost] Edward Snowden a conçu un boitier pour iPhone contre les écoutes!

Par Yohan Demeure, le lundi 25 juillet 2016. Extrait:

L’informaticien lanceur d’alerte a conçu une coque pour iPhone destinée à protéger les journalistes et autres activistes de la surveillance des États. En exil en Russie depuis 2013, l’américain ne reste pas inactif et poursuit son combat.

Lien vers l'article original: http://sciencepost.fr/2016/07/edward-snowden-a-concu-boitier-iphone-contre-ecoutes

Voir aussi:

[Le Monde.fr] «Civic Tech»: des applis pour doper la démocratie en ville

Par Claire Legros, le jeudi 14 juillet 2016. Extrait:

Les plateformes se multiplient pour proposer aux municipalités de renforcer le dialogue avec leurs habitants. Quels enjeux pour la démocratie locale? Premier volet de notre série sur les «Civic Techs».

Lien vers l'article original: http://www.lemonde.fr/smart-cities/article/2016/07/14/civic-tech-des-applis-pour-doper-la-democratie-participative_4969481_4811534.html

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Mozilla annonce la troisième édition du Winter of Security (MWoS)

2 août, 2016 - 11:09

Tous les ans, les équipes Sécurité de Mozilla ouvrent une douzaine de projets aux étudiants du monde entier. Le programme Winter of Security (MWoS) permet aux étudiants qui doivent effectuer un projet universitaire autour de la sécurité de réaliser ce dernier sur un sujet proposé et encadré par Mozilla.

L’édition 2016 propose 12 projets qui couvrent la cryptographie dans NSS, la sécurité web avec ZAP et la sécurité des infrastructures avec MIG et ssh_scan. La liste détaillée des projets est disponible sur le wiki de Mozilla.

Pour participer à MWoS, les étudiants doivent former des équipes de 1 à 4 personnes et trouver un professeur pour encadrer l’équipe. Chaque équipe doit présenter un dossier de candidature par projet. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 15 septembre, et les équipes sélectionnées seront annoncées deux semaines après la clôture des candidatures.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Open Beauty Facts : que contiennent vraiment nos produits cosmétiques ?

31 juillet, 2016 - 10:57

Open Beauty Facts est un projet collaboratif en ligne dont le but est de constituer une base de données libre et ouverte sur les produits cosmétiques du monde entier.

Après les aliments, Open Food Facts s’attelle donc à un nouveau chantier : les produits de beauté. Lancé en février 2016, Open Beauty Facts a pour but de réaliser pour les cosmétiques, dentifrices et autres shampooings ce que Open Food Facts a fait pour la nourriture.

Les mêmes principes qu'Open Food Facts

Comme pour le premier, Open Beauty Facts est un projet collaboratif, ouvert et à but non lucratif qui s’appuie sur des contributeurs qui - grâce au succès d'Open Food Facts - sont désormais aux quatre coins de la planète.

Open Beauty Facts est donc une base ouverte de plus de 2 300 produits cosmétiques rajoutés grâce au site et à l’application.

Pourquoi ouvrir des cosmétiques ?

Ouvrir des produits de beauté avant de les utiliser, c'est du bon sens ! Une fois la liste des ingrédients ouverte, il est possible de les déchiffrer/traduire pour savoir ce que l'on se met vraiment sur le corps. Que veulent dire tous ces « Numéros CI » et « methyl-» « hexyl » « polyol » ? Qui connaît les dizaines de milliers de codes et noms latins pour les ingrédients cosmétiques ?

Pour les produits alimentaires auxquels Open Food Facts s'est attaqué, on comprend à peu près la liste des ingrédients, mais pour les cosmétiques il faut littéralement parler latin et être chimiste.

Mettre la composition des cosmétiques dans une base de données ouverte permet également de comparer très facilement les produits entre eux. En quelques clics vous pouvez ainsi générer des comparatifs qui permettent d'éviter les ingrédients suspects.

Comment ça marche ?

Chaque produit est recensé par son code barre, et les informations relatives à ce produit sont renseignées par les contributeurs à partir des informations présentes sur l'emballage. On trouve par exemple les ingrédients, les allergènes, le lieu d'emballage et bien d'autres encore.

Détecter les ingrédients indésirables

Parabènes, libérateurs de formaldéhyde, substances parfumantes allergènes, silicones, phénoxyéthanol, triclosan, cetrimonium bromide, méthylisothiazolinone, sels d'aluminium.
Quels que soit leur nom, l'abréviation ou la langue dans laquelle ils sont mentionnés, Open Beauty Facts est capable de détecter et déchiffrer les ingrédients suspects.

De plus, sur des produits comme les vernis à ongles, non seulement les ingrédients sont en anglais, latin et avec des abréviations, mais ils sont littéralement cachés sous l'étiquette.

Comment ajouter des produits ?

Pour ajouter un produit à la base de données, le plus simple est d'installer l'application pour téléphones. Il en existe une pour Android et les versions IOS et Windows Phone arrivent. Il ne reste plus qu'à scanner le code barre du produit (cela vérifie qu'il n'est pas déjà dans la base), prendre quelques photos (le recto et les ingrédients). Ensuite, si vous le souhaitez, vous pouvez saisir les informations sur le produit avec la version web.
Une fois fini, Open Beauty Facts effectue le déchiffrage de la liste d'ingrédients et rend le produit complètement « cliquable » pour tous les prochains scanners.

Il est aussi possible de faire la même chose avec un appareil photo et un ordinateur.

Des données ouvertes

Les données sont disponibles sous licence ODbL 1.0 (comme pour OpenStreetMap). Cela permet de réutiliser les données le plus largement possible.
Il existe également une API en lecture et écriture pour pouvoir utiliser ou contribuer des données.

Vous nous rejoignez ?

Open Food Facts et Open Beauty Facts ont besoin d'aide dans tous les domaines imaginables, que ce soit la traduction, le développement (Perl, HTML/CSS, Android, iOS…), la contribution via smartphone ou le web.

Rejoignez-nous et mettez au défi vos amis d'ouvrir leur armoire de salle de bains !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Agenda du Libre pour la semaine 31 de l'année 2016

30 juillet, 2016 - 23:40

Calendrier web, regroupant des évènements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence) en France, annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 5 événements est en seconde partie de dépêche.

Agenda du Libre pour la semaine 31 de l'année 2016 [Lyon] Apéro admin sys - Le lundi 1 août 2016 de 19h00 à 23h00.

Rencontre mensuelle devant une bière ou autres types de boisson des administratrices/administrateurs système, devops, ….
Ce mois si on pensera à tous ces serveurs en congés.
Venez nombreux.

[Ramonville Saint-Agne] Autour d'OpenStreetMap - Le mardi 2 août 2016 de 18h00 à 22h00.

L'association Le-Pic de Ramonville organise sa première réunion d'échange orientée "Contribuer à OpenStreetMap".
Vous n'avez jamais contribué, et vous voulez savoir à quoi ça ressemble ?
Vous contribuez déjà ? dans le Lauragais ? à Toulouse ? à propos de la circulation à vélo ? et vous voulez rencontrer les autres pour échanger des infos ?

[Le Mans] Réunion ouverte de TILiMa - Le mercredi 3 août 2016 de 02h00 à 23h00.

TILIMA signifie Tuyaux Internet Libres du Maine
TIMILA sera un fournisseur d'acces internet associatif basé sur les valeurs comme :
bénévolat

[Poitiers] Jeudi du Libre - Le jeudi 4 août 2016 de 17h30 à 20h30.

Comme chaque premier jeudi du mois, les membres de l’APP3L se réunissent au Centre Régional d’Information Jeunesse (CRIJ).
Et vous invitent à les rejoindre, de 17h30 à 20h30, afin d'échanger et d'en apprendre plus à propos des logiciels libres.
Si vous le désirez, vous pouvez venir avec votre ordinateur portable ou fixe (nous prêterons écrans, claviers et souris).

[Villeneuve d'Ascq] Libre à Vous - Le samedi 6 août 2016 de 09h00 à 12h00.

Vous souhaitez tester GNU/Linux sur votre ordinateur, vous recherchez un logiciel pour une fonction précise, des conseils ou de l'aide sur les logiciels libres ?
Libre à Vous est une permanence destinée à vous faciliter l'utilisation de l'informatique. Vous repartirez avec « le plein » de logiciels libres, fiables, évolutifs, performants et gratuits.
C'est chaque samedi matin au Centre d'Infos Jeunes à la ferme Dupire, 80 rue Yves Decugis à Villeneuve d'Ascq (métro Triolo) de 9h00 à 12h00.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Logiciel de suivi des activités WID, What I did?

30 juillet, 2016 - 13:04

WID est un logiciel de suivi des activités. Il travaille d'une façon différente des outils traditionnels, en collectant des événements provenants de différents agents (android, extension chrome, GitLab, GitHub) auxquels vous allez associer des étiquettes. Ces événements/activités sont représentés sur une frise chronologique. Vous pouvez également créer des activités manuellement.

Avec les données ainsi collectées vous allez pouvoir éditer vos propres rapports pour effectuer le suivi des activités sportives, professionnelles ou autre.

L'idée part d'un constat simple : comment puis-je, en tant que développeur, suivre mes projets, et en tant que sportif, suivre mes activités,… ? Il existe déjà des services pour chaque domaine, mais ils sont généralement orientés sur un type activité et ne permettent pas de croiser les informations. WID permet de capter l'ensemble des activités de votre journée et de les synthétiser grâce au système d'étiquettes.

Une version bêta est disponible en démonstration sur le site web, elle est régulièrement mise à jour. Sinon vous pouvez installer votre propre instance.

Toutes aides ou commentaires sont les bienvenus. De notre coté nous avons prévu d'améliorer le design de l'application, d'améliorer la documentation, de créer un agent pour LiWux/Windows et de gérer l'ouverture multiple de WID sur différents appareils.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

digiKam change de rythme

28 juillet, 2016 - 14:45

digiKam propose sa version 5 depuis début juillet 2016. Cette nouvelle version majeure intervient après plus de deux ans de développement.

Pour rappel, « digiKam Softwares Collection » est une solution de gestion, de retouches et améliorations d'images et de photos, permettant aussi leur classement. Il est disponible pour les systèmes Windows, Apple osX, et GNU/Linux, sous licence GPL v2.

  • Fin du support de Qt4, et retrait de tout code Qt4 / KDE 4. Ceci a été rendu possible par un gros nettoyage de code préalable, mais aussi la reprise de greffons qui n'étaient plus maintenus ;
  • Modifications et/ou remplacements de la plupart des API majeures ;
  • Ré-écriture complète de Kipi en pur Qt5 (meilleure stabilité sur les autres systèmes, moins de dépendances, et retrait total de KIO API pour interagir avec les services web) ;
  • Nouveau widget façon Krita ;
  • Presque plus aucune dépendance à Kde du Qt uniquement maintenant, facilitant l'installation et/ou le portage sur d'autres bureaux et/ou systèmes (Gnome, OSX, Windows, …) ;
  • Gestion d'une corbeille désormais interne, et non liée à Kde : plus aucun problème sur les autres systèmes et/ou bureaux ;
  • Intégration de la reconnaissance faciale dans le core de digiKam ;
  • Fin de l'usage des KIO-slaves pour les requêtes à MySQL/MariaDB, remplacés par un tout nouveau système plus robuste et multi-threadé, réalisé par un contributeur ancien de l'équipe, lors du dernier Google Summer of Code ;
  • Ce nouveau système fait ses requêtes SQL sans pénaliser la réactivité de l'interface graphique, ce qui était auparavant peu confortable lors de l'usage d'une base importante ;
  • Amélioration de la synchronisation entre la base de données et les métadonnées, il n'y aura plus de cas où les informations diffèrent entre la base et les métadonnées des fichiers : l'utilisateur fait la synchro quant il le veut ou bien elle se fera lors de la fermeture de digiKam ;
  • Il est désormais possible de configurer MySQL / MariaDB au premier lancement, évitant ainsi d'avoir à migrer de SQLite vers MySQL / MariaDB. De plus, le premier lancement propose l'usage d'une base locale ou d'une base distante, sur le réseau.

Si cette version 5 n'apporte pas de grandes nouveautés dans les usages et possibilités offertes par digiKam Softwares Collection, elle présente une grosse ré-écriture de pans entiers, une factorisation, du nettoyage, des reprises de parties qui n'étaient plus maintenues, plus de 350 bugs corrigés, et le passage complet à Qt5 : ce travail est aujourd'hui finalisé. Tout ceci est de bon augure pour son avenir.

La version suivante, 5.1, est déjà attendue pour début août, le rythme de publication étant modifié pour intégrer et livrer plus vite des demandes des utilisateurs et améliorations du logiciel.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 29 de l'année 2016

26 juillet, 2016 - 08:22

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[next51.net] SAIP l'application d'alerte sur iPhone et Android qui ne convainc personne

Par Next 51, le samedi 23 juillet 2016. Extrait:

Lancée à l'occasion de l'Euro 2016 début juin dernier, l'application d'alerte SAIP sert à compléter l’éventail des dispositifs d’alerte (signalétique urbaine, information diffusée oralement sur le terrain par les forces de sécurité ou via les médias, réseaux sociaux…).

Lien vers l'article original: http://www.next51.net/SAIP-l-application-d-alerte-sur-iPhone-et-Android-qui-ne-convainc-personne_a13685.html

[Le Monde.fr] Snowden présente une coque d’iPhone antisurveillance

Par la rédaction, le vendredi 22 juillet 2016. Extrait:

Le prototype, développé avec le hackeur Andrew Huang, doit permettre de savoir si un téléphone émet des ondes à l’insu de son utilisateur.

Lien vers l'article original: http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/07/22/snowden-presente-une-coque-d-iphone-anti-surveillance_4973611_4408996.html

Et aussi:

Voir aussi:

[Les Echos] Le code open source pour les… enfants!

Par Grégory Becue, le jeudi 21 juillet 2016. Extrait:

Les nouvelles générations sont les plus connectées au monde. Élevées dès leur plus jeune âge par les nouvelles technologies, leur doudou n’est autre qu’Internet, Facebook ou Snapchat. Aujourd’hui, la question de l’apprentissage du code devient donc une évidence. Mais pour parvenir à démocratiser la programmation, tant pour les grands que pour les petits, l’open source est la condition sine qua non par laquelle passer.

Lien vers l'article original: http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-159100-le-code-open-source-pour-les-enfants-2015962.php

[Next INpact] Windows 10: pourquoi la CNIL met en demeure Microsoft

Par Marc Rees, le jeudi 21 juillet 2016. Extrait:

De nombreux manquements à la loi Informatique et Libertés de 1978. Voilà le reproche qu’a adressé hier en fin de journée la CNIL à Microsoft, et son système d’exploitation Windows 10. L’éditeur a trois mois pour corriger le tir, avant une possible sanction.

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/100719-windows-10-pourquoi-cnil-met-en-demeure-microsoft.htm

Et aussi:

[Les Echos] Le logiciel libre doit passer de la réussite technologique au succès économique

Par Sebastien Dumoulin, le mercredi 20 juillet 2016. Extrait:

Les Gafa ont popularisé l’open source, cependant les entreprises qui vivent du logiciel libre restent rares. Avec l’émergence du cloud et du Big Data, des start-up se sentent pousser des ailes.

Lien vers l'article original: http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0211139278397-le-logiciel-libre-doit-passer-de-la-reussite-technologique-au-succes-economique-2015476.php

[LeMagIT] Inria construit la grande bibliothèque mondiale du code source

Par Sophy Caulier, le mardi 19 juillet 2016. Extrait:

Le projet Software Heritage a l'ambition de collecter et d'organiser le patrimoine logiciel mondial. Démarrée il y a déjà un an et demi, cette initiative veut être une gigantesque bibliothèque du code source. Le projet initié par Inria a déjà reçu plusieurs soutiens dont le premier de Microsoft.

Lien vers l'article original: http://www.lemagit.fr/actualites/450300582/Inria-construit-la-grande-bibliotheque-mondiale-du-code-source

[Journal du Net] Loi pour une République numérique: ce qui va changer

Par Gregoire Ducret, le lundi 18 juillet 2016. Extrait:

La version finale du projet de loi pour une République numérique a été décidée le 29 juin. Quels en seront les impacts concrets pour les entreprises? Réponses croisées de l'homme d’affaires et président de l'Acsel Cyril Zimmermann et de l'avocat Eric Barbry.

Lien vers l'article original: http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/64845/loi-pour-une-republique-numerique---ce-qui-va-changer.shtml

Voir aussi:

[MacGeneration] La police lituanienne va augmenter ses salaires en virant Microsoft

Par Nicolas Furno, le lundi 18 juillet 2016. Extrait:

La police lituanienne a abandonné les produits Microsoft dans ses commissariats. À la place de Windows, ses ordinateurs tournent désormais sous Ubuntu et à la place de la suite bureautique Office, c’est LibreOffice qui a succédé.

Lien vers l'article original: http://www.macg.co/ailleurs/2016/07/la-police-lituanienne-va-augmenter-ses-salaires-en-virant-microsoft-94967

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

L’Espace du logiciel Libre, des Hackers, et des Fab-labs à la Fête de l’Huma 2016

25 juillet, 2016 - 15:45

Les 9, 10, 11 septembre 2016, la Fête de l’Humanité, accueillera pour la 3e année un espace interactif dédié aux logiciels libres, aux hackers et aux fab-labs. Les imprimantes 3D voisineront avec des robots open source et des drones libres, des ateliers de soudure, d’Arduino, de codage ou d’installation de GNU/Linux.

Cet espace doit son existence à l’investissement bénévole d’un collectif militant et au fait que la Fête de l'Huma nous mette à disposition 300 m2, mais à condition que cela soit à coût limité pour elle, d'où la nécessité de trouver un financement participatif pour assurer toutes les dépenses nécessaires au bon fonctionnement de l’espace : électricité, télécom, location de mobiliers et de matériels, vignettes d’entrée à la fête pour les exposants…

Au plaisir de vous croiser sur l’Espace du logiciel Libre, des Hackers et des Fab-labs pour échanger fraternellement sur un monde de partage et de coopération.

Plus de détails dans la suite de la dépêche.

Cet espace co-produit avec les acteurs du mouvement des logiciels libres et des fab-labs, est un lieu d’appropriation sociale et politique par le « faire », le ludique, la rencontre et le débat sur les enjeux cruciaux du numérique. Il s’agit, dans une démarche d’éducation populaire de faire toucher du doigt au public de la Fête de l’Huma les enjeux cruciaux de la « Révolution numérique » pour l’avenir de notre société. Ce sera aussi un endroit où on mènera le débat politique au sens noble du terme sur tous les enjeux de la révolution numérique : le big-data, la neutralité du net, les droits d’auteurs, les brevets, les tiers-lieux, la surveillance généralisée, l'obsolescence programmée, le développement durable, l’économie du partage et de la coopération …

Les nouveautés de l’édition de cette année sont :

L’espace sera animé par les associations suivantes qui ont déjà annoncé leur participation : April, Apedec/Ecodesign Fablab, Creative Commons France, Collectif Emmabuntüs, FDN/Franciliens.net, la Fondation Gabriel Péri, Framasoft, le journal du hacker, LinuxJobs.fr, Mageia, les Ordis libres, Parinux, le Petit Fablab de Paris, la Quadrature du Net, TriRA, Ubuntu-fr.

Trois grands moments de débats structureront la vie de cet espace :

  • Faire de Plaine commune un territoire numérique apprenant et contributif, avec Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation et président d’Ars Industrialis, Patrick Braouezec, président de Plaine Commune, Yann Le Pollotec, organisateur des « Etats généraux de la révolution numérique» ;
  • Les tiers lieux (fablab, hacker & maker space) sont-ils des espaces d'émancipation du travail ? avec Michel Lallement, professeur au CNAM, auteur de « l'âge du faire : Hacking, travail, anarchie : ces communautés qui réinventent le travail » et Emmanuel Gilloz, designer, créateur du fab-lab Open-edge et inventeur de l’imprimante 3D pliable Foldarap ;
  • Emploi et Big-Data avec Noémie de Grenier, co-dirigeante de Coopaname, Jean Michel Treille, Commissariat général du VI ème Plan, fondateur du GAPSET, professeur à HEC, auteur de « La révolution numérique, réinventons l’avenir » (ODOVIA).
Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Agenda du Libre pour la semaine 30 de l'année 2016

25 juillet, 2016 - 09:45

Calendrier web, regroupant des évènements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence) en France, annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 10 événements est en seconde partie de dépêche.

Sommaire Agenda du Libre pour la semaine 30 de l'année 2016 [Paris] Atelier Node.js - Le lundi 25 juillet 2016 de 19h00 à 21h00.

Dans la série des ateliers « Wanna be dev », Silex Labs vous invite à un atelier Node.js, à l’assaut du cloud pour découvrir la puissance de Node.js qui permet d’utiliser JavaScript côté serveur.
À propos de Node.js
Node.js est une plateforme logicielle libre et événementielle en JavaScript orientée vers les applications réseau qui doivent pouvoir monter en charge. Elle est implémentée sous licence MIT et permet de faire tourner un serveur web sans avoir besoin d’un logiciel externe et de mieux contrôler la façon dont le serveur web fonctionne.

[Montpellier] Rencontre du Groupe OpenStreetMap OSM - Le mercredi 27 juillet 2016 de 19h00 à 22h00.

Ces rencontres mensuelles se veulent être des instants conviviaux pour faire un compte-rendu des activités du mois précédent, mais aussi pour présenter les opérations et rendez-vous du prochain mois que proposeront le groupe HérOSM et le Collectif des Garrigues.
Si vous avez des propositions n’hésitez pas à compléter la page dédiée.
== Proposition de programme ==

[Mauguio] Journée de supports et d’aides à la migration pour Ubuntu & Linux Mint - Le jeudi 28 juillet 2016 de 14h00 à 19h00.

Rendez-vous technique, salle de formation informatique de la médiathèque.
L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence de dépannages pour vous aider à maîtriser votre système GNU/Linux au quotidien.
Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes.

[Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 28 juillet 2016 de 19h30 à 22h30.

Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.
Nous nous réunissons donc tous les jeudis soirs dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).
Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

[Tours] L'auto-hébergement et pourquoi pas chez-vous ? - Le jeudi 28 juillet 2016 de 20h00 à 22h00.

Touraine Data Network dans le cadre de son objet "la défense et la promotion du réseau des réseaux Internet" vous propose un atelier sur l'auto-hébergement.
Venez découvrir les principes de l'auto-hébergement de ses propres services numériques: Pourquoi et comment ? L'essayer et pourquoi pas l'adopter !
Des ateliers complémentaires peuvent être organisés sur d'autres créneaux (essentiellement pour la mise en pratique l'atelier du jeudi soir étant la pour la découverte).

[Cognac] Apprendre à programmer avec de bonnes bases - Du vendredi 29 juillet 2016 à 09h00 au dimanche 31 juillet 2016 à 16h00.

Initiation à la programmation: les bases pour apprendre à programmer… et un peu plus.
À partir de 12 ans, tous niveau
Projet: programmer un Solitaire avec Java en 3 jours

[Montpellier] Permanence « Les logiciels libres, parlons-en ! » - Le vendredi 29 juillet 2016 de 17h00 à 19h00.

Le Faubourg Marché, qu’est-ce que c’est ?
Le Faubourg Marché est une permanence partagée qui permet aux associations d’accueillir ensemble, les publics de ces associations une fois par semaine, le vendredi entre 17h00 et 19h00 (ou au delà sous réserve d’accord préalable), au 19, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier.
L’idée est de s’informer et d’informer les adhérents des diverses associations sur le fonctionnement du lieu et des associations, et notamment sur les 5 partenaires qui l’animent et lui permettent ainsi d’exister (autour.com, L’Accorderie, enercoop, modulauto, La Nef). Lors de cette permanence partagée vous pourrez rencontrer les associations La Graine (monnaie locale de Montpellier), éCOhabitons, Montpellier à pied, et bien sûr Montpel’libre.

[Villeneuve d'Ascq] Libre à Vous - Le samedi 30 juillet 2016 de 09h00 à 12h00.

Vous souhaitez tester GNU/Linux sur votre ordinateur, vous recherchez un logiciel pour une fonction précise, des conseils ou de l'aide sur les logiciels libres ?
Libre à Vous est une permanence destinée à vous faciliter l'utilisation de l'informatique. Vous repartirez avec « le plein » de logiciels libres, fiables, évolutifs, performants et gratuits.
C'est chaque samedi matin au Centre d'Infos Jeunes à la ferme Dupire, 80 rue Yves Decugis à Villeneuve d'Ascq (métro Triolo) de 9h00 à 12h00.

[Mazamet] L’été des régions Wikipédia - Le samedi 30 juillet 2016 de 10h00 à 17h00.

L’été des régions est le cadre idéal pour organiser des rencontres entre les groupes toulousains et montpelliérains. Bien évidement, tout le monde est le bienvenu, les habitants, le personnel de la médiathèque, les gens de passage, les touristes…
Toulouse et Montpellier se donnent ainsi rendez-vous à Mazamet pour l’été des régions.
Cette rencontre des communautés se fera donc à Mazamet. L’idée du mi-chemin nous semble plus propice, pour que chacun de nous fasse un bout de trajet et ait un intérêt à découvrir quelque chose de nouveau durant cet événement commun.

[Marseille] Install Party GNU/Linux - Le samedi 30 juillet 2016 de 14h30 à 19h30.

L’association CercLL (CercLL d’Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party GNU/Linux, le samedi 30 juillet 2016 de 14h30 à19h30, dans la salle de Plan M 9 rue de la Rotonde 13001 Marseille.
Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d’utiliser votre ordinateur.
Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le Manchot, les mascottes de GNU/ Linux.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Meilleures contributions LinuxFr.org : les primées de juin 2016

24 juillet, 2016 - 23:27

Nous continuons sur notre lancée de récompenser ceux qui chaque mois contribuent au site LinuxFr.org (dépêches, commentaires, logo, journaux, patchs, etc.). Vous n'êtes pas sans risquer de gagner un abonnement à GNU/Linux Magazine France ou encore un livre des éditions Eyrolles ou ENI. Voici les gagnants du mois de juin 2016 :

Abonnement d'un an à Linux Magazine France

Livres des éditions Eyrolles et ENI

Les livres qu'ils ont sélectionnés sont en seconde partie de la dépêche. N'oubliez pas de contribuer, LinuxFr.org vit pour vous et par vous !

Certains gagnants n'ont pas pu être joints ou n'ont pas répondu. Les lots ont été ré-attribués automatiquement. N'oubliez pas de mettre une adresse de courriel valable dans votre compte ou lors de la proposition d'une dépêche. En effet, c'est notre seul moyen de vous contacter, que ce soit pour les lots ou des questions sur votre dépêche lors de sa modération. Tous nos remerciements aux contributeurs du site ainsi qu'à GNU/Linux Magazine France, aux éditions Eyrolles et ENI.

Les livres sélectionnés par les gagnants :

                        Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Icestudio 0.2, du schéma au verilog

24 juillet, 2016 - 23:26

IceStudio est un logiciel graphique permettant de concevoir un design FPGA à la manière d’un schéma électronique. Le logiciel est encore largement expérimental et centré sur les FPGA ice40 de chez lattice. Écrit en JavaScript autour de Nodejs, le logiciel permet de dessiner son projet au moyen de blocs reliés entre eux par des signaux.

IceStudio est sous licence GPLv2.

NdM : à noter, ce projet bénéficie d'un soutien du fabricant espagnol BQ (connu également pour fournir des matériels avec Ubuntu pré-installée)

IceStudio se veut une extension graphique au projet IceStorm (chaine de synthèse/place&route/bitstream opensource), qui a été développé par ingénierie inversée. Voir la présentation du projet lors du 32C3. Le projet IceStorm est composé de trois logiciels distincts : IceStorm, Arachne-PnR pour construire le routage des signaux, et Yosis permettant de synthétiser/compiler le verilog.

Les blocs peuvent être pris dans une bibliothèque fournie avec le logiciel, mais il est également possible de créer des blocs «vierges» dans lesquels on écrira le code verilog correspondant au comportement souhaité.

Le format de sauvegarde du projet est en JSON, un outils de conversion permet ensuite de le transformer en code Verilog pour la synthèse.

Le projet est encore jeune mais très prometteur. Espérons que nous verrons rapidement l’intégration de nouvelles plateformes/FPGA.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

jXBattle, Xbattle en Java, nouvelle mouture !

22 juillet, 2016 - 10:09

Après 4 ans de sommeil, jXBattle profite de la torpeur estivale pour refaire surface.

Il s'agit de la réécriture de XBattle, un jeu de stratégie temps réel multi joueur où des liquides de couleur s'affrontent sur une grille. Le jeu n'a pas la climatisation, mais il rafraîchit par ses quelques nouveautés :

  • un seul exécutable pour le client et le serveur ;
  • une interface remaniée ;
  • des canons et des parachutes ;
  • des raccourcis claviers en plus ;
  • un code en grande partie réécrit.

Au départ écrit pour Unix, cette version est en Java et possède une interface graphique (de mignons petits fichiers de conf étaient là pour retarder votre plaisir de jouer…). J'ai réécrit ce jeu par pur plaisir (et la frustration de voir ramer l'original, pourtant en C, quand on commence à jouer à beaucoup).

Ce qui ne change pas non plus, c'est la licence : GPLv3.

Merci pour les retours (cf. adresse de contact sur le site) !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Authentifiez-vous sans mot de passe grâce à XMPP !

22 juillet, 2016 - 09:43

L’authentification HTTP via XMPP est une extension du protocole XMPP (XEP).
Elle permet de s’authentifier sur un site Internet sans avoir besoin de mot de passe : le site en question envoie une demande de confirmation à l’utilisateur du compte XMPP qui autorise ou non l’accès.

Des implémentations sont récemment apparues ou en cours, plus de détails en deuxième partie de dépêche.

Introduction

XMPP permet d’authentifier une requête HTTP via XMPP, ou en d’autres termes de valider qu’une requête sur un site web (ou autre) est bien faite par le possesseur d’un identifiant Jabber jid.

Le processus est décrit dans la XEP-0070.

Cette extension (antérieure à OpenID) a l’avantage d’être basée sur un protocole déjà répandu, dont certains serveurs sont très faciles à installer, et qui fourni beaucoup d’autres services (on n’installe pas juste un serveur d’authentification).

Comment ça marche pour l’utilisateur ?

D’un point de vue de l’utilisateur, c’est très simple : lors que l’on visite un site (ou autre), on donne son identifiant XMPP (jid). Le serveur va alors faire une demande qui apparaîtra sur le client XMPP de l’utilisateur, qui peut être sur son bureau, sur un site ouvert à côté, sur son téléphone, etc.

Un code affiché sur le client et le site doit être vérifié (ou entré dans le client selon les implémentations) par l’utilisateur, afin de s’assurer qu’il valide bien sa propre requête.

L’intérêt est multiple : non seulement il n'y pas besoin de retenir un nouveau mot de passe, mais c’est également une sécurité supplémentaire pour qui se connecte depuis un lieu public ou une machine étrangère (bibliothèque, ordinateur d’un ami, etc).

Une implémentation facile

Cette XEP est donc très intéressante. Cependant, elle est relativement difficile à mettre en place si on compare avec un système d’authentification plus classique, car cela nécessite des connaissances sur le protocole XMPP, et implémenter un client qui se chargerait de faire le travail. J’ai donc récemment implémenté cette XEP côté serveur sous la forme d’un composant et essayé de simplifier au maximum son utilisation pour qui voudrait profiter de ce type d’authentification. Il suffit de faire une requête HTTP sur le composant qui s’occupe de toute la partie XMPP. Ensuite, le code de retour de la requête HTTP détermine l’autorisation ou non, donnée par l’utilisateur.

L’avantage de cette implémentation est que l’on peut installer ce service sur une « autorité de confiance » qui dispose d’un serveur XMPP. Ensuite, un site Internet qui voudrait bénéficier de ce système d’authentification sans pour autant se préoccuper du XMPP, a la possibilité de le faire de manière très simple.

Cette implémentation n’entre pas non plus en contradiction avec la nature décentralisée du réseau XMPP. Tout le monde peut installer ce composant sur un serveur XMPP et l’utiliser pour soi. Ce serait bien triste de devoir faire confiance à une seule autorité…

Tour d’horizon des clients compatibles

Certains clients implémentent déjà cette XEP, et d’autres sont en cours d’implémentation :

Cependant, un client qui n’implémente pas la XEP n’est pas pénalisé pour autant. Un moyen de secours est prévu dans le standard, mais son implémentation n’est pas obligatoire (c’est au développeur d’en prendre l’initiative, ce qui est le cas pour l’extension susmentionnée). Espérons tout de même que d’autres clients viendront s’ajouter à cette liste, notamment sur appareils portables.

Ci-dessous, deux exemples de clients (Gajim et Salut à Toi) qui reçoivent une demande de confirmation.

Exemple de Gajim

Exemple de Salut à Toi (Primitivus)

Et maintenant ?

Jehan a écrit un plugin WordPress qui implémente cette XEP. Il serait donc intéressant de voir d’autres initiatives de ce genre fleurir, et que des sites Internet emboîtent le pas et mettent en place ce système d’authentification au même titre que l’authentification par Facebook ou OpenID.

Si vous connaissez (ou voulez apprendre) Ruby et si vous voulez contribuer à la fois à DLFP et à XMPP, c’est le moment ! Une entrée de suivi est ouverte pour implémenter l’authentification XMPP sur LinuxFr.org. Avec le composant mentionné plus haut, l’implémentation devrait être relativement aisée. Ceci pourrait inciter d’autres sites Internet à faire de même et amorcer l’effet boule de neige.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Sortie de it-edit (Integrated Terminals Editor) 2.91

21 juillet, 2016 - 14:04

IT-Edit (Integrated Terminals Editor) est disponible en version 2.91.

Cette nouvelle version n'apporte pas de nombreuses améliorations par rapport à la version 2.0, mais constitue une étape importante, car elle est désormais basée sur la nouvelle version majeure de la bibliothèque libvte (bibliothèque implémentant un widget d'émulateur de terminal, utilisé par Gnome-terminal.) IT-Edit se met donc à niveau. À cette occasion, de nombreux bugs et imperfections ont été corrigés.

La plus importante des améliorations étant l'utilisation du chargeur de fichiers intégré à la bibliothèque gtksourceview3.0, qui permet de charger des fichiers codés dans tous les jeux de caractères (pas seulement UTF-8) ; l'éditeur s'est bien sûr amélioré avec le temps et la sortie des nouvelles moutures d'Ubuntu (Xenial) et de Debian (Jessie) ayant bien évolué depuis les versions précédentes.

Une intégration de la coloration syntaxique pour de nouveaux langages a été faite, comme par exemple le ReST sur lequel se base le générateur de documentation sphinx.

Concernant cette dernière (sur laquelle le nouveau gnome-terminal est basé) de nouvelles fonctionnalités apparaissent dans les menus contextuels des terminaux de it-edit :

  • ouvrir un nouvel onglet dans le panneau latéral de terminaux ;
  • fermer l'onglet actuel depuis ce panneau latéral ;
  • incrémenter la taille de la police (Font-scale, aussi configurable depuis le panneau de configuration) ;
  • décrémenter la taille de la police (Font-scale, aussi configurable depuis le panneau de configuration) ;
  • réinitialiser le terminal ;
  • et d'autres, accessibles depuis le panneau de configuration ;
  • la mauvaise nouvelle étant que libvte ne permet plus de mettre des images en arrière-plan des terminaux…

Mais je vous invite à tester ou à mettre à jour vers cette nouvelle version de it-edit en espérant que vous en serez satisfait(e). Je pense qu'il est utile de réellement tester un outil avant de l'adopter.

PS: it-edit ne se limite pas aux distributions de la famille Debian, il suffit de disposer des bibliothèques nécessaires par le biais du build de it-edit-2.91 basé sur les autotools.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Faites votre promo avec CoLibre (appel à projets tuteurés)

21 juillet, 2016 - 10:21

Cette année encore, la licence pro CoLibre fait son appel à projet tuteuré.

C'est l'occasion de proposer à nos étudiant·e·s en communication, baigné·e·s dans le libre, votre besoin d'action de communication pour valoriser, promouvoir, accompagner, magnifier, planifier la visibilité et la diffusion de votre projet. Ces actions peuvent être autour de projet de développement, de l'animation d'une communauté, la production de supports visuels, audio-vidéos, documentation aussi bien dans le monde du logiciel libre que dans l'univers associatif ou dans le champ de l'économie sociale solidaire et durable. Les projets tuteurés peuvent donner lieu à des analyses, expertises, prescriptions mais aussi des réalisations.

Les projets démarrent en octobre et sont présentés début avril.

Veuillez consulter les liens pour plus de détails sur les conditions de soumission d'un projet.

Tous les projets ne sont pas retenus, mais l'équipe pédagogique essaye de piocher dans le lot des propositions des morceaux de projet qui pourraient servir d'appui pédagogique à un ou plusieurs enseignements.

Les projets sont à soumettre jusqu'au 10 septembre 2016

La licence pro CoLibre «Métiers de la communication : Chef de projet : Logiciels Libres et Conduite de projet» est un parcours de formation universitaire professionnalisant proposé par l'Université Lyon2.

En un an, il forme des étudiant·e·s ayant un bac+2 à la pratique de la communication et de la conduite de projet.

Petite particularité mais non des moindre, les outils numériques utilisés sont exclusivement des logiciels libres dans un environnement libre : une approche à la fois pédagogique de la place de l'outil, mais aussi éthique, économique et pratique.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires