Syndiquer le contenu
Mis à jour : il y a 11 heures 5 min

Reims, 1er décembre 2015 : Atelier vie privée : les libertés numériques dans l'état d'urgence

26 novembre, 2015 - 09:36

Ces dernières années ont vu se multiplier les lois à visée sécuritaire en France. La dernière «loi sur le renseignement» vendue, à tort, comme loi «anti terroriste», suite aux attentats de janvier 2015, fut votée à une large majorité malgré de fortes oppositions exprimées par de nombreuses associations de défense des libertés.

Venez débattre de ce sujet au cours de l‘atelier vie privée de l’association Lolica sur le thème «les libertés numériques dans l’état d’urgence».

Au lendemain de l’un des attentats les plus marquants d’Europe, alors que notre pays ne semble que commencer à prendre des mesures d’ampleur historique, le Premier ministre déclare que « la sécurité est la première des libertés, c’est pour cette raison que d’autres libertés ont été ou peuvent être temporairement limitées, dans une mesure strictement nécessaire » et que le Président compte sérieusement « moderniser » les textes, qu’en est-il de nos libertés numériques ?

Rendez vous Mardi 1er décembre 2015, à partir de 18h30 à la Maison de la vie associative (entrée 9 rue Eugène Wiet)

Je conclurai par cette citation de Benjamin Franklin, maintenant célèbre parmi les défenseurs des libertés : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre et finit par perdre les deux ».

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

La Haxe Foundation recrute son... CEO !

26 novembre, 2015 - 09:22

La Haxe Foundation, en charge du développement et de la promotion de Haxe, recrute son CEO. Pour rappel, Haxe est un langage de programmation orienté objet, fonctionnel, open source, basé sur un système de classes, avec une syntaxe proche de C# ou de Java.

Dans un billet publié récemment, Nicolas Cannasse trace le bilan de ses dernières années passées à faire évoluer ce langage et ses outils. Un certain nombre d'enseignements en est tiré, comme celui assez exceptionnel de recruter un CEO rémunéré par la Haxe Foundation.

Dans le périmètre de ses missions du CEO, on retrouve la promotion du langage, le pilotage des différents chantiers liés à ses évolutions, et la coordination des différents protagonistes. Il est également question de former un comité de pilotage pour l'aider dans ses différentes missions et pour faire le lien avec la communauté.

En résumé, j'ai l'impression que l'organisation qui va être mise en place ressemble beaucoup à celle de la fondation Apache. Ce CEO, en plus de parler très bien anglais, devra jouer un rôle de "product owner" en termes Scrum.

Vu le nombre important de gens de qualité qui fréquentent LinuxFr.org, nicolas at haxe.org devrait recevoir pas mal de candidatures

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Les journaux LinuxFr.org les mieux notés du mois d'octobre 2015

25 novembre, 2015 - 11:45

LinuxFr.org propose des dépêches et articles, soumis par tout un chacun, puis revus et corrigés par l'équipe de modération avant publication. C'est la partie la plus visible de LinuxFr.org, ce sont les dépêches qui sont le plus lues et suivies, sur le site, via Atom/RSS, ou bien via partage par messagerie instantanée, par courriel, ou encore via médias sociaux.

Ce que l’on sait moins, c’est que LinuxFr.org vous propose également à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori des modérateurs. Ceux-ci s'appellent des journaux. Voici un florilège d'une dizaine de ces journaux parmi les mieux notés par les utilisateurs… qui notent. Lumière sur ceux du mois d'octobre 2015, le mois de Retour vers le futur parce que l'on est en retard.

Il paraît même que non content d'être en retard dans la publication, une erreur serait survenue amenant à lister les meilleures dépêches d'octobre en lieu et place des meilleurs journaux :

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

PacketFence v5.5 maintenant disponible

25 novembre, 2015 - 10:16

Inverse annonce la sortie de la version 5.5 de PacketFence. PacketFence est une solution de conformité réseau (NAC) entièrement libre (GPL v2), supportée et reconnue. Procurant une liste impressionnante de fonctionnalités telles un portail captif pour l'enregistrement ou la remédiation, une gestion centralisée des réseaux filaire et sans fil, le support pour le 802.1X, l'isolation niveau-2 des composantes problématiques, l'intégration au détecteur d'intrusions Snort et au détecteur de vulnérabilités Nessus - elle peut être utilisée pour sécuriser efficacement aussi bien des réseaux de petite taille que de très grands réseaux hétérogènes.

La version 5.5 de PacketFence apporte de nombreuses améliorations telles qu'une intégration avec SecurityOnion et Nessus 6, la reconnaissance des empreintes TCP et DHCPv6, la possibilité d'utiliser Paypal ou Stripe pour la gestion des paiements, un nouvel engin de filtrage RADIUS permettant la création de filtres avancés et beaucoup plus encore!

PacketFence possède un grand nombre de fonctionnalités. Parmi celles-ci, on retrouve :

  • l'enregistrement des composantes réseau grâce à un puissant portail captif ;
  • le blocage automatique, si souhaité, des appareils indésirables tels les Apple iPod, Sony PlayStation, bornes sans fil et plus encore ;
  • l'enrayement de la propagation de vers et virus informatiques ;
  • le freinage des attaques sur vos serveurs ou diverses composantes réseaux ;
  • la vérification de la conformité des postes présents sur le réseau (logiciels installés, configurations particulières, etc.) ;
  • la gestion simple et efficace des invités se connectant sur votre réseau ;
  • des sources d'authentification variées, incluant Facebook et Google.

PacketFence est une solution non-intrusive qui fonctionne avec une multitude d'équipements réseaux (filaire ou sans fil) tels ceux de 3Com, AeroHIVE, Allied Telesis, Aruba, BelAir/Ericsson, Brocade, Cisco, Dell/Force10, Enterasys, ExtremeNetworks, Extricom, Hewlett-Packard/H3C, Huawei, Intel, Juniper Networks/Trapeze, LG-Ericsson US, Meru Networks, Motorola, Netgear, Nortel/Avaya, Ruckus, Xirrus et plus encore.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Jeudi bidouille le 26 novembre 2015 à Lyon

25 novembre, 2015 - 08:03

Ce jeudi 26 novembre 2015 de 19h à 22h, un atelier jeudi bidouille gratuit sans inscription à Lyon.

L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon propose un jeudi bidouille avec la participation des bénévoles de l’ALDIL, Illyse et des utilisateurs de GNU/Linux (Ubuntu, Debian, Mageia, LinuxMint…)

Il s'agit d'un rendez-vous mensuel et informel.

Entraides et dépannages entre utilisateurs de logiciel libres débutants et plus aguerris. L’occasion de voir comment ça marche, de demander un coup de pouce, de faire découvrir une astuce.

N’hésitez donc pas à venir nombreux.

Rappel : aucune installation de logiciel sous licence ne pourra être réalisée sans présentation de la licence et de sa preuve d’achat. Par défaut, les intervenants proposeront des logiciels libres.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Le projet MLED dispose d'un nouveau site

24 novembre, 2015 - 21:13

Le projet MLED dispose d'un nouveau site web en français et en anglais, avec des infos et une documentation bien plus détaillées. Pour rappel, le poste de travail Microlinux Entreprise MLED fournit un poste de travail professionnel propre, complet et ultra-stable basé sur Slackware Linux et l'environnement de bureau Xfce. Il est actuellement utilisé dans quelques mairies, médiathèques, écoles et stations radio du sud de la France.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Bassel Khartabil, développeur du libre, secrètement condamné à mort par le gouvernement syrien

23 novembre, 2015 - 19:25

Bassel Khartabil est un prisonnier politique syrien, activiste et développeur de logiciel libre. Arrêté en 2012, torturé, il aurait été secrètement condamné à mort et aurait été transféré au mois d'octobre 2015 vers un lieu inconnu, ce qui laisse craindre pour sa vie.

Une campagne pour sa libération est en cours (depuis 2012) via notamment le site FreeBassel.org.

(Source)

Bassel Khartabil (en), aussi connu sous le nom de Bassel Safadi, est développeur de logiciels libres. Il est le directeur de la technologie (CTO) et le co-fondateur de la société de recherche collaborative Aiki Lab, et le CTO de Al-Aous, une organisation effectuant des recherches et des publications dédiées aux arts et sciences archéologiques en Syrie. Il a notamment contribué à Wikipédia, Mozilla Firefox ou encore OpenClipart. Il a aussi été chef d'équipe pour la branche syrienne de Creative Commons. Un de ses travaux les plus récents porte sur la reconstitution 3D de la cité de Palmyre. Le Directeur du MIT Media Lab lui offre d'ailleurs la possibilité de venir continuer ce travail pour la protection du patrimoine mondial au sein de l'Université américaine du MIT. Ce projet pourrait permettre de sauvegarder la mémoire de ce lieu.

Lors de la révolution syrienne en 2011, Bassel Khartabil a utilisé ses connaissances technologiques pour faire la promotion de la liberté d'expression et d'un Internet syrien ouvert. Ce combat lui a valu le Digital freedom award de l'Organisation Index on Censorship.

Il a été arrêté le 15 mars 2012 lors du premier anniversaire de la révolution en Syrie. Détenu au secret pendant 8 mois et torturé par les services de renseignement syriens, il a été condamné pour atteinte à la sécurité de l'Etat, lors d'un simulacre de procès où il n'a pu être défendu par un avocat. Il se trouvait depuis dans la prison d'Adra à Damas. Le groupe de travail sur la détention arbitraire, mandaté par l'ONU, a appelé à sa libération immédiate.

Depuis le mois d'octobre 2015, il a été transféré de la prison d'Adra vers un lieu inconnu, ce qui laisse craindre pour sa vie.

Sa femme, Noura Ghazi, a annoncé sur Facebook le 12 novembre 2015 que Bassel Khartabil semble avoir été secrètement condamné à mort :

"Je viens de recevoir des nouvelles inquiétantes et choquantes selon lesquelles Bassel a secrètement été condamné à mort. Je pense que cela signifie que le transfert vers la prison militaire était très dangereux. Je n'ai réellement pas d'autres informations. Que Dieu lui vienne en aide, nous espérons que ce n'est pas trop tard. Nous sommes morts d'inquiétude pour sa vie." (Source)

Il est impossible de confirmer officiellement ces inquiétantes informations, malgré de fortes suspicions de nombreuses ONG.

En ces temps douloureux, il est important de se remémorer le combat de ces défenseurs de la liberté qui mettent leur vie en péril pour protéger des valeurs que nous partageons. Bassel Khartabil en est un valeureux représentant, parmi bien d'autres anonymes dont les souffrances de la lutte pour la liberté sont trop souvent étouffées dans le silence. Ne les oublions pas !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Big Blue Button : webinaire/visioconférence : rapport de tests

23 novembre, 2015 - 19:12

Big Blue Button est à la fois une solution de visioconférence (but : se voir et se parler, avec son et vidéo de chaque participant), et une solution de webinaire (but : présenter un cours ou un logiciel). J'ai réalisé des tests en situation avec les lecteurs de linuxfr.org dans le cadre de ma société. Et les résultats sont bons !

NdM : À quand le même test avec Jitsi Meet ?

Big Blue Button est un logiciel libre (GNU LGPL) se basant sur des briques libres. Un test de visioconférence a été mené avec 6 webcams, 11 micros, 11 participants. L'enquête satisfaction nous montre que 90 % des participants étaient satisfaits. Liberasys remercie les lecteurs de linuxfr.org pour leur participation aux tests.

Je colle ici la conclusion du rapport :

Les chiffres parlent d'eux-même :

  • 90 % des participants au test de visioconférence étaient satisfaits.
  • 100 % des participants au test de webinaire étaient satisfaits.

Le bilan du côté participants est très bon. Autant sur la visioconférence que sur les fonctions de webinaire. Le tout sans installation de logiciel sur le poste client !

Côté serveur, Big Blue Button est exigeant. Mais la configuration testée montre que pour 10 participants, les ressources sont sous-utilisées. La partie serveur comporte plusieurs composants spécifiques. Mais le guide d'installation est bien rédigé et s'applique sans problème.

Côté technique, Big Blue Button commence à utiliser les fonctions intégrées aux navigateurs. Cependant, la compatibilité reste difficile et le passage sur flash est souvent effectué (et cela fonctionne très bien). La société éditrice travaille déjà depuis plus d'un an à une version complètement HTML5, avec une version dédiée aux téléphones intelligents.

Big Blue button ne possède pas d'interface de gestion des conférences. Cependant les
démonstrations d'API nous ont suffit pour faire des tests. A noter également, que des interfaces de gestion sont disponibles sur certaines plates-formes d'apprentissage numérique et certains CMS. D'autres sont recensés sur le blog de l'équipe.

Enfin, la version 1.0 approche et prévoit quelques améliorations :

  • enquêtes en live,
  • émoticônes,
  • reconnexion automatique du client.

En conclusion : Big Blue Button : un bon système de visoconférence/webinaire libre ( GNU LGPL) !

Remarque : le rapport de tests est sous licence « Attribution-ShareAlike 4.0 International » ( CC BY-SA 4.0 ) , à l'exception du logo et de la marque Liberasys dont tous les droits sont réservés.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Revue de presse de l'April pour la semaine 47 de l'année 2015

23 novembre, 2015 - 19:01

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Silicon.fr] Microsoft: le nouveau meilleur ami de l’Open Source?

Par Reynald Fléchaux, le vendredi 20 novembre 2015. Extrait:

Présent sur le Paris Open Source Summit, Microsoft est-il devenu un réel allié des communautés Open Source? L’éditeur, jadis meilleur ennemi du libre, fait étalage de sa bonne volonté au travers de ses liens avec Docker et Red Hat.

Lien vers l'article original: http://www.silicon.fr/microsoft-nouveau-meilleur-ami-open-source-132011.html

Et aussi:

[Nouvelle République] Informatique libre: Une question de valeurs

Par la rédaction, le jeudi 19 novembre 2015. Extrait:

La Journée régionale du libre investit Romorantin ce samedi. Au-delà de la technique informatique, Solix espère promouvoir la notion de liberté.

Lien vers l'article original: http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2015/11/19/Informatique-libre-Une-question-de-valeurs-2537478

[JDN] Le logiciel libre représente 50 000 emplois et 4 milliards d'euros en France

Par Antoine Crochet, le mercredi 18 novembre 2015. Extrait:

Les chiffres sont révélés par une étude de PAC réalisée pour le compte du Conseil National du Logiciel Libre et du Syntec Numérique. Elle est publiée lors du Paris Open Source Summit.

Lien vers l'article original: http://www.journaldunet.com/solutions/dsi/1166651-le-secteur-du-logiciel-libre-represente-50-000-emplois-en-france

Et aussi:

[Les Echos] Informatique ouverte: pourquoi la France et l'Europe doivent devenir contributeurs et plus seulement consommateurs?

Par Cédric Thomas, le mercredi 18 novembre 2015. Extrait:

En France et dans de nombreux autres pays, les gouvernements ont compris que l'open source facilite la modernisation des systèmes d'information et favorise une indépendance informatique maîtrisée. En Asie, les nouveaux géants de l'e-commerce deviennent des champions de la collaboration logicielle. Consommer de l'open source ne suffit pas et sans réaction et volonté politique avérée et fédératrice, l’Europe et la France seront vite dépassées…

Lien vers l'article original: http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-144214-informatique-ouverte-pourquoi-la-france-et-leurope-doivent-devenir-contributeurs-et-plus-seulement-consommateurs-1176308.php

[L'Opinion] Tristan Nitot: «Combattre la cryptographie n'affaiblira pas les djihadistes»

Par Hugo Sedouramane, le mardi 17 novembre 2015. Extrait:

Les États-Unis et la Russie s'inquiètent de l'utilisation d’applications comme Telegram ou Signal qui permettent aux utilisateurs - donc potentiellement aux terroristes - d'échanger des messages cryptés. En France, on semble naviguer dans un flou juridique…

Lien vers l'article original: http://www.lopinion.fr/edition/economie/tristan-nitot-combattre-cryptographie-n-affaiblira-pas-djihadistes-90772

Et aussi:

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

GIMP a 20 ans !

23 novembre, 2015 - 17:43

Le 21 novembre 1995, Peter Mattis envoie un message sur un forum de discussion/newsgroup (traitant de développement sur GNU/Linux) de l’université de Berkeley, dont il est étudiant, annonçant un nouveau programme, co‐écrit avec Kimball Spencer, nommé « The GIMP: the General Image Manipulation Program » (Programme de manipulation générique d’image, rebaptisé plus tard GNU Image Manipulation Program, soit Programme de manipulation d’image GNU). Une légende est née.
Vingt ans plus tard, GIMP est encore utilisé et est un fer de lance parmi les logiciels libres, l’un des rares logiciels que beaucoup de gens absolument pas libristes connaissent quand je le cite, à côté de Firefox ou LibreOffice.

Pour fêter ce chiffre rond — pour ceux qui comptent en base 10 — le site gimp.org se refait une beauté, grâce au superbe travail de Patrick David, photographe et contributeur actif de GIMP (notamment dans l’écriture de tutoriels), mais aussi des relectures et propositions de plusieurs contributeurs — dont moi‐même —, ainsi que des graphismes par la graphiste Aryeom. Preuve qu’il est possible de contribuer à un logiciel libre sans toucher au code du programme.

Ce nouveau site est suivi d’une sortie de version mineure : GIMP 2.8.16.

Cette refonte accompagne un mouvement plus général pour un renouveau de GIMP sur plusieurs plans, ce dont nous parlerons dans la seconde partie de la dépêche.

Ce ne sont pas de beaux cadeaux d’anniversaire, peut‐être ?

Un nouveau site

L’ancien site commençait à accuser de son vieil âge. Et puis, ça fait toujours du bien de se refaire une beauté.
Le nouveau site est donc plus moderne, responsive, et tout plein de buzzwords que vous voudriez y adjoindre. Il n’est pas tout à fait terminé, car le contenu consiste majoritairement en une reprise du contenu précédent. Des choses sont à améliorer, mais nous voulions le sortir à temps pour la date anniversaire.
Parmi les quelques améliorations clefs, nous souhaiterions à terme rendre le téléchargement plus facile.

D’ailleurs si xdg-app tient ses promesses, nous pourrions peut‐être même proposer enfin un installeur GIMP pour GNU/Linux, multi‐distributions et parfaitement intégré aux bureaux qui suivent les normes de bureau libre (FreeDesktop), d’ici quelques mois. Qui sait ?!

Sortie de GIMP 2.8.16

Bien que n’étant toujours pas la sortie majeure tant attendue, une version mineure vient de sortir. Au menu donc, diverses corrections de bogues.

Néanmoins, même si la prochaine majeure se fera encore un peu attendre, une sortie instable de développement 2.9 fera son apparition prochainement ! Elle se concrétisera à terme par la sortie de la version majeure GIMP 2.10.

GEGL et babl font aussi un cadeau à Wilber !

Alors que GEGL et babl ont déjà eu une sortie récente, un nouveau GEGL 0.3.2 et babl 0.1.14 font leur apparition ces derniers jours.

La vie n’est‐elle pas belle pour le graphisme libre ?

Appel à traductions

Nous souhaitons de plus en plus intégrer la communauté et appeler à participer. Notamment l’une des prochaines étapes pour le site web est que nous souhaiterions l’internationaliser. Si certains des amoureux de GIMP sont intéressés pour traduire gimp.org en français (ou autre), n’hésitez pas à contacter les développeurs sur la liste de discussion du site web ou IRC.

Appel à tutoriels et autres contenus

Notre base de tutoriels était vieille, souvent basée sur des versions obsolètes de GIMP avec des captures d’écran antédiluviennes, et surtout n’imposait pas de licence aux auteurs à l’époque (or pas de licence signifie par défaut restrictions maximales).
Nous avons décidé de l’assainir en procédant donc à un nettoyage par le vide de la façon suivante :

  • puisque les URL cools ne changent ni ne disparaissent, l’ensemble des didacticiels existants précédemment existent toujours si l’on en connaît l’adresse directe, afin de ne casser aucun lien externe ; en revanche, ils ne sont plus affichés ni promus sur la page des tutoriels ;
  • les rares tutoriels qui précisaient une licence libre explicite sont toujours affichés depuis la page des tutoriels ;
  • plusieurs ont déjà été réécrits sous une licence libre ;
  • à partir de maintenant, nous imposons aux auteurs de tutoriels qui souhaitent contribuer à gimp.org de le faire sous une licence libre (GFDL, CC-0/BY/BY-SA, Art Libre, de manière générale pas de NC, ni de ND…), de la même manière que les contributeurs de code doivent contribuer sous licence libre.

Nous souhaitons donc lancer un appel aux utilisateurs de GIMP : vous pensez avoir quelque chose à enseigner ? N’hésitez pas, aidez nous à remplir à nouveau notre page de tutoriels !
Comme je le disais, nous souhaitons aussi internationaliser notre site, donc les tutoriels dont l’original n’est pas en anglais (par exemple français) seront acceptés aussi.

Bien sûr, la qualité reste une priorité. Nous sélectionnerons, et le but n’est absolument pas d’accepter tout et n’importe quoi non plus.

Design logiciel

Toujours dans l’optique d’intégrer davantage la communauté, j’ai récemment créé une nouvelle liste de diffusion officielle dédiée à l’interface et aux interactions utilisateur.
Globalement, nous y discutons du futur de l’interface de GIMP, les orientations que pourrait prendre l’interface graphique, etc.
Vous êtes les bienvenus pour rentrer dans les discussions ou en proposer de nouvelles (en revanche, là, l’anglais est de rigueur).

Sur cet ensemble de petites nouvelles, je vous souhaite donc à tous un bon gimpage, et à GIMP un joyeux futur pour encore de nombreuses années !

Note : l’ensemble des graphismes de la page dessinés par Aryeom Han, du projet ZeMarmot, sous licence Creative Commons by-SA, et série de BD Wilber & Co. scriptée par Aryeom et moi‐même.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Install Party à Genève le 12 décembre 2015

23 novembre, 2015 - 10:45

Tous à vos agendas ! Le 12 décembre 2015 de 10h à 18h, aura lieu, à la maison de quartier des Pâquis, à Genève, le premier événement public de Léman Libre (NdM: « un groupe d'informaticiens indépendants, passionnés et unis par un intérêt commun ») ! Cet atelier-événement consiste en l'installation de systèmes d'exploitation libres sur des ordinateurs apportés par le public.

Nous vous invitons donc à venir avec un ordinateur prêt à être réinstallé - données préalablement sauvegardées sur un disque dur externe - qui sera ensuite pris en charge par nos soins. Venez de préférence avec un ordinateur pas trop ancien quand même, et si vous le souhaitez, vous pouvez même venir avec un disque neuf.

Vous aurez droit également à une petite initiation afin de pouvoir bien démarrer avec votre nouveau système. Vous verrez, c'est très ludique de découvrir un nouveau système d'exploitation.

Rendez-vous donc à la maison de Pâquis, au 50 rue de Berne, à Genève. (www.mqpaquis.ch). Pour toute demande d'information, n'hésitez pas à nous contacter sur notre formulaire de contact .

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Agenda du Libre pour la semaine 48 de l'année 2015

22 novembre, 2015 - 23:20

L'Agenda du Libre est un site web présenté sous forme de calendrier, regroupant des évènements liés au Logiciel Libre (salon, atelier, install party, conférence) en France, annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir, du 23 au 29 novembre 2015. Le détail de chacun de ces 27 événements est en seconde partie de dépêche.

Sommaire Agenda du Libre pour la semaine 48 de l'année 2015

Semaine du 23 au 29 novembre 2015. 27 événements.

[Kunheim] Formation Linux

Le lundi 23 novembre 2015 de 18h00 à 22h00.
56 rue Principale, Kunheim, Alsace

Tous les lundis à partir de 18h00 jusqu'à 22h00 venez découvrir ou vous former sur Linux et les logiciels libres.
Ces séances de formation ont lieu à la salle "Kegreiss" au 56 rue principale - Kuhneim - face à la mairie - cette salle est accessible aux personnes à mobilité réduite.
Nous vous attendons nombreux. Le Team Linux

[Paris] Atelier Script Shell

Le lundi 23 novembre 2015 de 19h00 à 21h00.
23 rue de Bruxelles, Paris, Île-de-France

Atelier Script – Shell
23 novembre @ 19:00 - 21:00

[Teyran] Notions PC

Le mardi 24 novembre 2015 de 09h00 à 10h00.
Place du ballon, Teyran, Languedoc-Roussillon

Mardi 24 novembre 2015 de 9h00 à 10h00 (Writer) Mercredi 25 novembre 2015 de 9h30 à 10h30 (Gimp) Médiathèque de Teyran - Place du ballon 34820 Teyran
Réaliser un dépliant 3 volets avec le traitement de texte LibreOffice Writer
Découvrir les outils de retouches de base pour Gimp

[Castelnau-le-Lez] Section GNU/Linux

Le mardi 24 novembre 2015 de 10h00 à 12h00.
10 avenue de la Moutte, Castelnau-le-Lez, Languedoc-Roussillon

Mardis 3, 10, 17 et 24 novembre 2015 de 10h00 à 12h00 MJC Centre André Malraux 10, avenue de la Moutte, 34170 Castelnau-le-Lez

[Castelnau-le-Lez] Atelier de développement

Le mardi 24 novembre 2015 de 10h00 à 12h00.
10 avenue de la Moutte, Castelnau-le-Lez, Languedoc-Roussillon

Mardis 3, 10, 17 et 24 novembre 2015 de 10h00 à 12h00 MJC Centre André Malraux 10, avenue de la Moutte, 34170 Castelnau-le-Lez

[Dijon] Hackathon sur la distribution GNU / Linux EOLE

Du mardi 24 novembre 2015 à 14h00 au jeudi 26 novembre 2015 à 13h00.
2 bis Cours Fleury, Dijon, Bourgogne

Le pôle de compétences Logiciels Libres du ministère de l’Éducation nationale, le Ministère du Développement Durable et de l’Énergie et la société coopérative Cadoles organisent un Hackathon dédié à la distribution GNU / Linux EOLE et aux outils associés.
Basé sur la philosophie du logiciel libre, la mutualisation des compétences et des moyens, le pôle de compétences Logiciels Libres du ministère de l’Éducation nationale (anciennement pôle EOLE) édite et met à disposition, depuis plus de 10 ans, la distribution GNU / Linux EOLE à destination des administrations, des académies et des établissements scolaires.
La distribution EOLE (acronyme de Ensemble Ouvert Libre et Évolutif) permet l'installation d'un ensemble de modules qui, sous la forme d'une sélection de logiciels, répondent à des besoins de l'infrastructure : pare-feu, serveur pédagogique, serveur administratif, un concentrateur de VPN, un serveur de virtualisation,… La distribution propose entre autres des outils spécifiques d'intégration et d'administration.
Ce marathon d’innovation est ouvert à la communauté EOLE, aux utilisateurs, aux étudiants en informatique ainsi qu’à tous les libristes. Cet événement est une opportunité unique pour la communauté des utilisateurs des solutions EOLE : délégués académiques au numérique éducatif, techniciens, administrateurs systèmes, informaticiens, étudiants, libristes peuvent tous participer à la conception ou à l’intégration d’outils pour EOLE. Le hackathon se déroulera sur 3 jours, les 24, 25 et 26 novembre 2015, dans les locaux de la Maison des coopératives, au centre ville de Dijon. Cet événement est dédié à l’échange et au travail en équipe dans la convivialité. Fidèle aux valeurs du logiciel libre, l’équipe sera heureuse de vous initier, si vous ne les connaissez pas déjà, aux méthodes agiles utilisées quotidiennement dans l’élaboration des solutions EOLE.

[Béziers] Permanence GNU/Linux et Logiciels Libres

Le mardi 24 novembre 2015 de 16h00 à 18h00.
1 place du 14 juillet, Béziers, Languedoc-Roussillon

Mardis 3, 10, 17 et 24 novembre 2015 de 16h00 à 18h00 Médiathèque MAM - 1, place du 14 juillet, 34500 Béziers
Bus lignes n°3, 19, 20 et 21 du réseau de transports urbains de la Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée vous amènent directement à la médiathèque.
GPS : Latitude : 43.348136 | Longitude : 3.222358
Suite au Café Numérique et à l’Install-Party que nous vous avons proposé à la Médiathèque André Malraux de Béziers, nous sommes dorénavant en mesure de vous proposer tous les mardis de 16h à 18h, une permanence à la médiathèque, pour vous accompagner à l’utilisation du système que vous avez installé sur votre machine.

[Brignoles] Réunion mensuelle de Gullivar

Le mardi 24 novembre 2015 de 18h30 à 21h30.
chemin de San Sumian, Brignoles, Provence-Alpes-Côte d'Azur

Les membres de l'association GULLIVAR (Groupe d'Utilisateurs de Logiciels Libres de l'Intérieur du Var) vous invitent à leur réunion mensuelle qui aura lieu le 24 novembre 2015, de 18h30 à 21h30, dans la salle des Saint Anges, chemin de San Sumian à Brignoles à partir de 18h30.
Cette soirée est ouverte à tous, adhérents et sympathisants.
Un Accès Haut débit par Ethernet et wifi est disponible pour la mise à jour et l’installation de distributions GNU/Linux.
Entrée Libre.

[Schiltigheim] Install Party Linux

Le mardi 24 novembre 2015 de 18h30 à 22h30.
3 rue St Paul, Schiltigheim, Alsace

Le Linux User Group de Strasbourg et L'association Desclicks organisent chaque dernier mardi du mois une Install Party Linux ouverte à tous.
La soirée débute à 18h30 dans les locaux de l'association Desclicks au 3 rue St Paul à Schiltigheim.
Afin de réaliser l'installation et la mise en route du système dans les meilleures conditions, nous invitons les personnes intéressées à nous indiquer leur venue par mail à contact@desclicks.net ainsi qu'à se présenter avant 20h.
Avant de venir pensez également à :

[Biesheim] Atelier Linux

Le mardi 24 novembre 2015 de 20h00 à 22h00.
4a rue des Pécheurs, Biesheim, Alsace

Notre programme actuel, c'est la mise en oeuvre d'un serveur de Web Apache, d'un serveur de mails, mise en route d'un iCloud local, l'utilisation et la gestion des fenêtres et l'installation des compléments Linux, etc…
iCloud vous permet de synchroniser automatiquement des photos, documents et signets entre votre PC et vos appareils Apple, SmartPhone et Tablette.
Notre programme à venir, c'est la mise en oeuvre des distributions Linux (Kde, Mint, XFCE, Ubuntu, Mate), LibreOffice, Gimp pour linux, etc…
De l'initiation, l'utilisation, la gestion des fenêtres et l'installation des compléments Linux, etc…

[Teyran] Notions PC

Le mercredi 25 novembre 2015 de 09h30 à 10h30.
Place du ballon, Teyran, Languedoc-Roussillon

Mercredi 25 novembre 2015 de 9h30 à 10h30 (Gimp) Médiathèque de Teyran - Place du ballon 34820 Teyran
Découvrir les outils de retouches de bases pour Gimp

[Le Mans] Don d'ordinateur

Le mercredi 25 novembre 2015 de 12h00 à 13h30.
31 allée Claude Debussy, Le Mans, Pays de la Loire

L'association de promotion et de découverte du logiciel libre en Sarthe, Linuxmaine, tient une permanence tous les mercredis du mois de Novembre de 12h à 13h30.
Celle ci est ouverte à tous, membres de l'association ou non.
Les permanences du mercredi permettent de distribuer des ordinateurs recyclés.
On peut s'y informer sur le logiciel libre, les découvrir, en tester, amener sa machine pour une installation ou simplement se retrouver pour discuter.

[Martiques] Atelier : LibreOffice Calc

Le jeudi 26 novembre 2015 de 18h00 à 20h00.
Quai des Anglais, Martiques, Provence-Alpes-Côte d'Azur

Dans la continuité des ateliers précédents nous vous invitons à découvri le tableur avec LibreOffice Calc.
Élément de l'interface, les barres de menus, outils standards, calcul, d'état. Formater les lignes, les colonnes, les cellules. Remplir les cellules avec du texte ou des nombres.
Jeudi 26 novembre 2015 de 18h00 à 20h00

[Nîmes] Atelier Linux

Le jeudi 26 novembre 2015 de 18h15 à 20h45.
1 place Eliette Berti, Nîmes, Languedoc-Roussillon

Bonjour à tous,
L'association Gard-Linux propose un rendez-vous à tous ceux qui sont intéressés par Linux :
jeudi 26 novembre 2015 de 18h15 à 20h45

[Paris] Apéro Opensource

Le jeudi 26 novembre 2015 de 19h00 à 23h00.
3 rue de Palestro, Paris, Île-de-France

Apéropen source #29
26 novembre @ 19:00 - 23:00
Gratuit

[Paris] Soirée de Contribution au Libre

Le jeudi 26 novembre 2015 de 19h30 à 22h30.
38 rue saint sabin, Paris, Île-de-France

Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.
Nous nous réunissons donc tous les jeudis soirs dans un environnement propice au travail (pas de FaceBook, pas de télé, pas de jeu vidéo).
Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

[Montpellier] Permanence Logiciels Libres au Faubourg Marché

Le vendredi 27 novembre 2015 de 17h00 à 19h00.
15 rue du Faubourg de Nîmes, Montpellier, Languedoc-Roussillon

Vendredis 6, 13, 20 et 27 novembre 2015 de 17h00 à 19h00 Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier
Tramway lignes 1, 2 et 4 arrêt Corum
GPS Latitude : 43.614186 | Longitude : 3.881404
Le Faubourg Marché, qu’est-ce que c’est ?

[Strasbourg] Soirée bidouille Hackstub

Le vendredi 27 novembre 2015 de 18h00 à 22h00.
25 presqu'Île André Malraux, Strasbourg, Alsace

Comme tous les vendredi soir.
Vous êtes les bienvenus pour nous rejoindre au Shadok. pour bidouiller sur vos projets ou venir échanger et réfléchir sur les technologies.
Chaque vendredi soir, de 18h à 22h (et potentiellement une fois par mois jusqu’à minuit)

[Lille] Atélili #6 : contre les prisons logicielles

Le vendredi 27 novembre 2015 de 18h30 à 22h00.
4 rue de Colmar, Lille, Nord-Pas-de-Calais

Ce 6ème atélili se déroulera au C.C.L. (Centre Culturel Libertaire), situé au 4 rue Colmar.
Comme lors de notre précédent atélili, le but de cet atelier est d'aider à la transition vers les logiciels libres, qui sont une alternative aux logiciels propriétaires, aussi dits «privateurs».
Les logiciels libres se définissent par le fait que leur code source est publié, modifiable, et distribuable par n'importe qui, et que cela est presque toujours possible sans engager aucun frais (c'est à dire que 99,9% des logiciels libres peuvent être acquis gratuitement). Ces caractéristiques ont une conséquence sur la façon dont les logiciels se conçoivent et sont conçus.
Plus concrètement, les activités proposées pendant l'atelier sont l'installation de GNU/Linux, le dépatouillage de systèmes libres, la découverte et l'installation de logiciels libres. On pourra aussi se pencher sur les outils offrant un degré d'anonymat et de confidentialité de nos communications sur internet.

[Thonon les Bains] Install party GNU/Linux

Le samedi 28 novembre 2015 de 09h00 à 17h00.
8 avenue des Abattoirs, Thonon les Bains, Rhône-Alpes

En complément des trois conférences sur les enjeux du numérique, l'UP Chablais organise une 'install party' en collaboration avec le FABLAC et l'aide de "libristes" bénévoles, dont certains viendront de loin.
Vous avez envie de passer au logiciel libre ou simplement de tester les services offerts, mais pour franchir ce pas, vous avez besoin d'assistance ; des spécialistes seront à votre disposition toute la journée pour vous aider à installer sur votre machine un nouveau système d'exploitation en complément ou en remplacement de votre système actuel.

[Villeneuve d'Ascq] Libre à Vous

Le samedi 28 novembre 2015 de 09h00 à 12h00.
Ferme Dupire, rue Yves Decugis, Villeneuve d'Ascq, Nord-Pas-de-Calais

Vous souhaitez tester GNU/Linux sur votre ordinateur, vous recherchez un logiciel pour une fonction précise, des conseils ou de l'aide sur les logiciels libres ?
Libre à Vous est une permanence destinée à vous faciliter l'utilisation de l'informatique. Vous repartirez avec « le plein » de logiciels libres, fiables, évolutifs, performants et gratuits.
C'est chaque samedi matin au Centre d'Infos Jeunes à la ferme Dupire, 80 rue Yves Decugis à Villeneuve d'Ascq (métro Triolo) de 9h00 à 12h00.

[Sarrebourg] Journée du Libre Ubuntu Party

Le samedi 28 novembre 2015 de 10h00 à 17h00.
Centre socio-culturel, rue Berrichons et Nivernais, Sarrebourg, Lorraine

L'atelier informatique du centre socio-culturel de Sarrebourg organise sa huitième Journée du Libre Ubuntu/Install Party.
Comme pour les années précédentes, vous venez à la rencontre de la distribution Linux Mint. La simplicité, la stabilité et la sécurité de cette distribution accessible à tous quel que soit votre niveau, en font une véritable alternative aux produits commerciaux.
Animé par des bénévoles, cet événement est l'occasion de voir les logiciels libres en action, grâce à des stands de démonstrations accessibles aux visiteurs et des stands dédiés, aux jeux vidéo, au multimédia et aux logiciels ludo-éducatifs.

[Bretoncelles] Logiciels libres et économie sociale et solidaire

Le samedi 28 novembre 2015 de 10h00 à 17h00.
Bretoncelles, Basse-Normandie

Eco-Pertica et l'Espace Publique Numérique de Bretoncelles, avec le soutien de la Mairie de Bretoncelles, organisent dans le cadre du mois de l'ESS en Basse-Normandie une :
Conférence / atelier sur le thème « Logiciels libres et économie sociale et solidaire »,le 28 novembre de 10h à 17h, à Bretoncelles
 Centre de conférences Bretoncelles, Espace Abbé Fret, 22 place Général de Gaulle
Cet atelier est accessible à toute personne ou structure intéressée par ce sujet (particulier, association, collectivités), quel que soit votre niveau en informatique (même niveau 0).

[Cognac] Porte ouverte GUL

Le samedi 28 novembre 2015 de 10h00 à 17h00.
27 rue du prieuré, Cognac, Poitou-Charentes

Porte ouverte mensuel de GUL de Cognac ouverte à tous:
Discussions, manipulations, initiations, installations diverses.
Prenez contact avec nous si vous voulez que l'on vous aide à installer Linux sur votre ordinateur ce jour: contact@logicielslibrescognac.org
Entrée Libre.

[Biot] JM2L

Le samedi 28 novembre 2015 de 10h00 à 19h00.
930 route des Colles, Biot, Provence-Alpes-Côte d'Azur

Après une année de mise en jachère, les JM2L, c'est reparti !
Organisée par l'association Linux Azur et l'École Polytech Nice-Sophia
La 9è édition des Journées Méditerranéennes des Logiciels Libres, samedi 28 novembre 2015 : École Polytech'Nice-Sophia (site des templiers) 930 route des Colles - 06903 Sophia Antipolis.

[Bédoin] Faites de la Récup

Le samedi 28 novembre 2015 de 10h00 à 17h00.
79 chemin du Vallat Pommet, Bédoin, Provence-Alpes-Côte d'Azur

Journée consacrée à la lutte contre l'obsolescence programmée et organisée par quatre structures issues de l'Économie Sociale et Solidaire (ESS) :  l'ERIC-Ecg (porté par la MJC), l'association Linux Ventoux de Bédoin, le RaspberryJam Rhône Valley de Courthézon et l'OpenBidouilleCamp d'Aix-en-Provence.
ANIMATIONS - DEMOS - INFOS - POUR TOUT PUBLIC
Programme :

[Paris] Ubuntu Party

Du samedi 28 novembre 2015 à 11h00 au dimanche 29 novembre 2015 à 18h00.
30 Avenue Corentin Cariou, Paris, Île-de-France

L'Ubuntu Party parisienne est un événement associatif grand public organisé deux fois par an depuis 2006 par des bénévoles de la communauté francophone d'Ubuntu. C'est une occasion de découvrir une alternative libre, complète et gratuite aux systèmes Mac et Windows.
Une centaine de bénévoles passionnés accueillent le public au Carrefour numérique² de la Cité des sciences et de l’industrie. Diverses animations sont au programme de ces 2 journées consacrées à l'univers du Libre en général et de Ubuntu en particulier.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Pitivi 0.95 s’élance avec un nouveau moteur !

21 novembre, 2015 - 00:03

Peut‐être êtes‐vous, comme moi, amateur des dépêches qui retracent les coulisses du développement de nos logiciels préférés : ah ! les dépêches Sortie du noyau Linux X, LibreOffice Y : sous le capot, Entretien avec Z, développeur de Ω

La sortie, le 19 novembre 2015, de la version 0.95 de Pitivi, logiciel libre de montage vidéo non linéaire pour GNU/Linux (prioritairement), nous donne l’occasion de revenir sur les coulisses de son développement, à travers deux billets dont nous vous proposons ici la traduction, précédée d’un résumé des épisodes précédents.

Sommaire Résumé des épisodes précédents

Depuis sa naissance en 2004, Pitivi a connu de nombreuses réécritures : c’est que tout restait encore à inventer (à part GStreamer, mais qui n’était alors ni aussi performant ni aussi complet qu’aujourd’hui).

Si vous le voulez bien, avançons à présent dans le temps de sept années pour nous concentrer sur la période récente du projet. C’est le 27 septembre 2011 que sort la version 0.15, dernière (j’omets volontairement quelques versions de maintenance) avant le Grand changement, à savoir l’intégration de GES (GStreamer Editing Services), qui explique l’impressionnant « trou » dans la chronologie du développement du logiciel entre 2011 et 2013, comme on le peut voir ci‐dessous (et accessoirement la création, dans le wiki officiel, d’une page sous‐titrée avec humour « rumors of our death have been greatly exagerated… ») :

GES remplit plusieurs objectifs, parmi lesquels :

  • résoudre un certain nombre de problèmes structurels concernant l’édition non linéaire avec GStreamer ;
  • simplifier le développement de Pitivi (le portage vers GES a permis de supprimer plus de 20 000 lignes de code de Pitivi et de clairement séparer ce qui relève de l’interface de ce qui relève du moteur ; le niveau de connaissance de GStreamer nécessaire pour contribuer à Pitivi a pu être grandement abaissé) ;
  • améliorer les performances de Pitivi.

Accessoirement, l’allègement du code de Pitivi a permis de réaliser le chantier de sa simplification. Traduit de la plume de Jean‐François Fortin‐Tam, un des mainteneurs : « Je suis très content : cela signifie que non seulement les nouveaux contributeurs pourront plus facilement mettre le pied à l’étrier, mais aussi que les contributeurs réguliers ne se perdront plus dans les différents modules. »

En mai 2012, le portage de Pitivi sur GES est réalisé dans l’arbre de développement

Mais la route est encore longue jusqu’à la publication d’une version suffisamment aboutie ! En effet, l’équipe doit relever d’autres challenges dans le même temps, comme de devoir passer simultanément à Python 3.x, GTK+ 3.x et GStreamer 1.x, excusez du peu. Notamment, GNonLin, la bibliothèque logicielle sur laquelle GES lui‐même repose, doit être portée sur GStreamer 1.x, ce qui s’avère être un défi particulièrement difficile.

Le 29 septembre 2013, la sortie de la version 0.91 concrétise — enfin ! — l’immense travail mené depuis 2011 pour ré‐architecturer le logiciel (la version 0.92 sort deux mois après, pour apporter quelques corrections).

Mars 2014 voit fleurir la version 0.93, suivie de la 0.94 en novembre 2014, avec leur lot non négligeable de corrections.

Tout ce travail étant réalisé par un petit groupe de développeurs sur leur temps libre, est lancée fin février 2014 une campagne de financement participatif (toujours en cours !), sous l’égide de la Fondation GNOME et avec le soutien du projet GStreamer, qui doit permettre de financer à temps plein et pendant un an les deux développeurs bas niveau du projet (Mathieu Duponchelle et Thibault Saunier), afin d’accélérer le rythme de développement du projet.
Une réussite en demi‐teinte de la campagne ne permet hélas pas de mobiliser ces développeurs aussi complètement qu’espéré, mais permet toutefois quelques avancées importantes, dont celles qui vont vous être narrées ci‐après — et je ne vous ai pas parlé du remplacement de GooCanvas par Clutter puis finalement par du pur GTK+ pour le dessin de la piste de montage, ni du passage de glimagesink à gtk(gl)sink pour alimenter le moniteur de prévisualisation, ou du travail réalisé sur GStreamer, y compris pour corriger la prise en charge du format MPEG-TS qui sert de base au format AVCHD et à la télévision numérique terrestre…

La guerre contre les Deadlocks Tl;dr Morceaux choisis

Morceaux traduits issus de ce billet de Jean‐François Fortin‐Tam.

« Mathieu Duponchelle et Thibault Saunier ont travaillé sur le mélangeur vidéo de GStreamer, en gros en réalisant une refonte complète de notre pile de mixage et en rendant la bête thread‐safe… Cela devrait corriger un grand nombre de blocages (en VO : deadlocks) en rapport avec le mixage vidéo, qui sabotaient notre expérience utilisateur avec des paralysies fréquentes. »

« Ensuite ils ont presque complètement réécrit GNonLin avec une conception différente et plus simple, et il a été intégré directement dans GES (GStreamer Editing Services) sous un nouveau nom : NLE (Non Linear Engine). Avec NLE dans GES, les blocages venant de GNonLin devraient appartenir au passé ; le défilement de la vidéo devrait être bien plus fiable et ne plus être la cause de paralysies comme précédemment. Cela reste un considérable morceau de code : on parle d’environ 6 000 lignes de nouveau code dans GES. »

Un schéma sinon rien

L’architecture révisée de Pitivi 0.95 :

I - L’histoire de l’implémentation de notre nouveau mélangeur d’éléments thread‐safe

ou : La guerre contre les Deadlocks, première partie.

[Article original : The War Against Deadlocks, part 1: The story of our new thread‐safe mixing elements implementation]

Par Jean‐François Fortin‐Tam, le 11 juin 2015.

Laissez‐moi vous raconter une histoire qui fut perdue et oubliée sur le champ de bataille du développement de Pitivi à l’automne dernier, un manuscrit que j’ai rescapé d’un grimoire moisi dans un champ rocailleux. Selon mes données historiques, l’auteur était un certain Dorian Leger, un messager français porté disparu aux alentours de Paris.

Le grimoire moisi, tel que je l’ai trouvé

Je prends la liberté d’altérer assez substantiellement ce manuscrit dans le but d’en clarifier certaines parties tout en rétablissant ses intentions et son style au regard du contexte historique. Cela fera office de première partie à ce récit épique (la deuxième partie reste à écrire ; elle fera l’objet du prochain billet qui aura probablement un style d’écriture plus « moderne ») concernant notre guerre contre les Deadlocks, de viles créatures qui ont menacé la stabilité de notre application bien trop longtemps. Techniquement, nous avons toujours été en guerre contre l’Estasia les Deadlocks ; c’était déjà le cas avec notre version 0.13.2, à une époque où une équipe différente de mainteneurs parcourait cette terre.

Les précédents mainteneurs combattant les Fomoires, du temps de GStreamer 0.8 et 0.10

« Paris, le vingt‐huit septembre MMXIV.

Chers partisans du Front de Libération de l’Édition Vidéo,

Au cours du dernier mois et demi, nous avons fait de grands progrès en déboguant et réécrivant une importante brique logicielle sur laquelle Pitivi s’appuie. La 0.94 est désormais prévue pour les prochaines semaines. Au sujet d’une pièce importante en développement pour cette version, Mathieu Duponchelle explique : « Nous avons arraché de GStreamer un gros morceau de code rongé par les bogues et l’avons remplacé par un tout nouveau mélangeur vidéo que nous pouvons finalement montrer avec fierté et confiance. Il sera d’une aide immense dans notre combat contre les Deadlocks ; avec un peu de chance, il permettra enfin un défilement stable et sans bogue de la vidéo le long de la piste de montage. »

En effet, j’ai entendu des histoires au sujet de précédentes versions de Pitivi qui plantaient invariablement lorsque l’on faisait défiler la vidéo à l’endroit d’un fondu enchaîné entre deux séquences. En d’autres termes, lorsque l’on essayait de sélectionner une image qui contenait un fondu enchaîné, Pitivi se paralysait et devait être achevé par l’utilisateur. Inutile de dire que ce bogue détruisait non seulement l’expérience utilisateur mais aussi le moral de nos troupes, et qu’il devait être réglé aussi rapidement et efficacement que possible.

Le problème technique derrière cette nuisance était un puissant équipement de l’arsenal de GStreamer : le mélangeur vidéo GstElement. Cet engin essayait de gérer avec des threads d’autres éléments qui lui étaient balancés, ce qui était par nature extrêmement complexe et sujet à erreurs ; au point que certains ont dit que ce devait être le travail du Diable lui‐même.

Lorsque nous avons examiné la machine, nous avons découvert le diagramme ci‐dessus. La transcription des étranges écritures figurant dans ce diagramme ont conduit à l’interprétation suivante de son fonctionnement :

« Pour fayre cette machine besogner, voyci céans des tampons affluant de tous les sinkpads dans moult lacets. Tu languiras donc que tous les pads rapportent tampon pour deviser de mixer et mander le résultat au srcpad. Tu pousseras ainsy les tampons à partir du lacet dont tu reçusses le dernier tampon. Garde‐toi de te tenir devant la machine lorsque tu l’actionneras. » — Dante, fils de Sparda. 1

Le multithreading, si vous avez en mémoire vos cours chez les moines Shaolin, est un art difficile à maîtriser. Il permet de faire tourner des opérations de traitement multimédia en arrière‐plan et d’exécuter plusieurs tâches simultanément. Une approche multithread est essentielle pour nous, mais requiert une gestion laborieuse des variables partagées par différents threads (lesquelles décrivent généralement des données audio et vidéo dans le cas de GstElement, la machine qui sert de mélangeur vidéo). Comme des threads simultanés opèrent souvent sur la même variable, le développeur de la bibliothèque logicielle, expert en langage C, doit s’assurer que ces threads n’éditent pas simultanément une même variable en organisant précautionneusement la façon dont les threads se donnent chacun le signal d’éditer une variable.

Pour ce qui est de l’étrange machine qui causait ces problèmes, nous l’avons détruite par le feu et reconstruite, avec en tête l’harmonie et la simplicité. Je ne peux l’affirmer complètement mais on m’a rapporté que plus de dix mille lignes de l’ancien code ont été réécrites grâce à l’art exquis du kung‐fu multithread. La nouvelle machine qui sert de mélangeur vidéo a dorénavant le srcpad opérant sur son propre thread, et nous agrégeons et adressons les tampons au srcpad à partir de ce thread. Cette technique nous rend bien plus forts contre les Deadlocks. »

Comme vous vous en êtes certainement rendus compte vous‐mêmes, les versions précédentes de Pitivi — particulièrement à cause des éléments de mixage dans GStreamer — étaient infestées de bogues qui forçaient les threads à s’attendre indéfiniment. Pour mieux se figurer la chose, prenons une analogie moderne : l’implémentation précédente du mélangeur vidéo était comme une ville pleine de voitures à des carrefours équipés de panneaux stop, chaque voiture attendant que l’autre démarre, causant un embouteillage sans fin derrière elles. La bonne nouvelle est qu’après la réécriture de plus de 10 000 lignes de code, les panneaux stop ont été remplacés par un système bien plus simple et fiable dans la 0.94, ce qui veut dire que les threads de notre mélangeur vidéo sont maintenant harmonisés, et que ce dernier est maintenant « exempt de bogues ». Cela a demandé une réécriture complète de notre pile de mixage (par l’écriture d’une nouvelle baseclass pour remplacer collectpads2). Ce fut un processus assez prenant.

Nous sommes assez contents de ce que nous avons accompli ici, mais les Deadlocks ne sont pas si facilement vaincus, et l’histoire ne s’arrête pas là. Le reste du manuscrit est assez court et consiste essentiellement en des prédictions d’événements survenus depuis, que je couvrirai dans un prochain billet, quand je trouverai plus de temps, car cela demande d’avantage d’analyse et de développement.

II - La réincarnation de GNonLin (l’autre millier de deadlocks)

ou : La guerre contre les Deadlocks, deuxième partie.

[Article original : The War Against Deadlocks, part 2: GNonLin’s reincarnation (the other thousand Deadlocks)]

Par Alexandru Băluț, le 15 octobre 2015.

GNonLin a servi notre cause honorablement pendant plusieurs années, mais a conservé d’indélébiles marques de l’Ancien temps. Nous avons été de plus en plus ennuyés par les liens notoires qu’entretenait GNonLin avec les Deadlocks, au point qu’il était connu au sein de notre bataillon comme étant « le Baron des Deadlocks ». Nous avons essayé de le raisonner, de discuter avec lui, mais, hélas, nous n’avons obtenu que des erreurs de CAPS « non négocié ».
Une intervention rapide eut lieu. Le baron fut capturé et nous lui avons appliqué un mélange d’intense persuasion et d’alchimie jusqu’à ce qu’il renonce à ses liens douteux et renaisse. L’arrivée du greffon Non Linear Engine (NLE) apporta beaucoup de joie dans le comté. Les utilisateurs n’étaient plus harcelés par des Deadlocks renégats lorsqu’ils déroulaient tranquillement leur piste de montage. Les Deadlocks pourraient bien continuer à nous hanter, mais nous voilà dans une Nouvelle Ère, dans laquelle les vieilles ruses n’auront plus d’effet sur nous.

La capture du Baron (instantané)

De la plume des développeurs :

« Nous avons réutilisé des portions du greffon videomixer pour créer un greffon compositor qui, lui, est thread‐safe. Le nouveau greffon compositor est d’ores et déjà utilisé par un bon nombre d’applications multimédia. Simultanément nous avons créé une nouvelle classe de base qui a facilité la réécriture du greffon audiomixer pour corriger ses défauts et le rendre thread‐safe. Ce qui nous a permis de passer du greffon adder au greffon audiomixer.

Comme vous le savez sans doute, les greffons GStreamer sont utilisés pour créer des pipelines, par exemple : (video1 * effect1) + video2 = x. Le greffon compositor implémente le + dans cette équation. Un pipeline est utilisé par NLE pour jouer un projet vidéo. NleComposition convertit dynamiquement la piste de montage d’un projet en un pipeline GStreamer, en tenant compte de la position actuelle :

Nous venons de terminer le remplacement de GNonLin par Non Linear Engine. Cela signifie que la composition utilise à présent un thread maître pour configurer (délier, relier) le pipeline ; précédemment, l’ancien procédé de composition le faisait à la fois du thread de streaming et du thread de seeking, ce qui engendrait une foule de Deadlocks en colère (« la légion de l’autre millier »). De plus, dans l’état PAUSED nous devions avoir précédemment dans la composition tous les éléments de la totalité de la piste de montage, ce qui signifie qu’il y avait tellement, oui tellement, de threads inutiles, créés et attendant comme des bonshommes de neige ; tandis qu’à présent les éléments ne sont créés que lorsque le pipeline en a besoin, et sont conservés dans l’état READY jusqu’à ce qu’ils soient effectivement utilisés par le pipeline. »

Longue vie au Non Linear Engine !

La suite : tester la nouvelle machinerie, contribuer au projet Essayer la nouvelle version (et celles en développement) en un clic

Dans le cadre de l’effort fourni pour la campagne de financement, l’équipe de développement met à disposition des versions compilées de la journée, sous forme d’archives qui comprennent toutes les dépendances nécessaires (permettant de lancer le logiciel isolément de votre système, et donc potentiellement sur n’importe quel système, sans avoir à attendre les nouvelles versions des dépendances pour votre distribution, telles que GStreamer, etc.).

Contribuer

Comme vous l’aurez compris à la lecture du résumé préliminaire, tout est fait pour faciliter les contributions en code (note : Pitivi est écrit en langage Python).

Les contributions peuvent également consister à :

  • rédiger de la documentation ou des traductions ;
  • effectuer des tests du logiciel pour en rapporter les bogues aux développeurs (surtout si vous rencontrez encore des paralysies ou plantages, faites‐les remonter aux développeurs qui sont demandeurs : il leur est matériellement impossible de tester seuls tous les cas de figure !) ;
  • soutenir financièrement le projet ;
  • etc.

Cela démarre ici :

Les frimousses des principaux membres actuels de l’équipe derrière Pitivi et GES, que vous pourrez croiser sur IRC (#pitivi sur Freenode), où ils sont très présents :

(de gauche à droite : Mathieu Duponchelle, Thibault Saunier, Jean‐François Fortin‐Tam et Alexandru Băluț).

Maintenant, c’est à vous de jouer !

  1. NDT : Ce billet, intitulé « GStreamer, la théorie… » et publié sur le blogue de nicolargo, vous donnera quelques explications sur le jargon employé. 

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Hackathon à Dijon sur la distribution GNU / Linux EOLE du 24 au 26 novembre 2015

20 novembre, 2015 - 20:18

Le pôle de compétences Logiciels Libres du ministère de l’Éducation nationale, le Ministère du Développement Durable et de l’Énergie et la société coopérative Cadoles organisent un hackathon dédié à la distribution GNU / Linux EOLE et aux outils associés, à Dijon.

Basé sur la philosophie du logiciel libre, la mutualisation des compétences et des moyens, le pôle de compétences Logiciels Libres du ministère de l’Éducation nationale (anciennement pôle EOLE) édite et met à disposition, depuis plus de 10 ans, la distribution GNU / Linux EOLE à destination des administrations, des académies et des établissements scolaires .

La distribution EOLE (acronyme de Ensemble Ouvert Libre et Évolutif) permet l'installation d'un ensemble de modules qui, sous la forme d'une sélection de logiciels, répondent à des besoins de l'infrastructure : pare-feu, serveur pédagogique, serveur administratif, un concentrateur de VPN, un serveur de virtualisation,… La distribution propose entre autres des outils spécifiques d'intégration et d'administration.

Ce marathon d’innovation est ouvert à la communauté EOLE, aux utilisateurs, aux étudiants en informatique ainsi qu’à tous les libristes.

Cet événement est une opportunité unique pour la communauté des utilisateurs des solutions EOLE : délégués académiques au numérique éducatif, techniciens, administrateurs systèmes, informaticiens, étudiants, libristes peuvent tous participer à la conception ou à l’intégration d’outils pour EOLE.

Le hackathon se déroulera sur 3 jours, les 24, 25 et 26 novembre 2015, dans les locaux de la Maison des coopératives, au centre ville de Dijon (carte OSM).

Cet événement est dédié à l’échange et au travail en équipe dans la convivialité. Fidèle aux valeurs du logiciel libre, l’équipe sera heureuse de vous initier, si vous ne les connaissez pas déjà, aux méthodes agiles utilisées quotidiennement dans l’élaboration des solutions EOLE.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Pymecavideo fait peau neuve avec sa version 6.3

20 novembre, 2015 - 19:48

Pymecavidéo est un logiciel de pointage de vidéo permettant l’analyse mécanique des mouvements. Il peut lire un très grand nombre de formats vidéos (HD compris) sans prérequis de traitements (encodage) le rendant très utile dans le cadre de séances d’analyse mécanique de mouvements.
Il est basé sur Python/Qt4 et OpenCV. Il est sous GPL v3, est multi‐plate‐forme (GNU/Linux et Windows pour le moment. Si un contributeur Mac OS X veut nous rejoindre…).

Nouveautés de cette version :

  • encore plus de formats vidéos pris en charge ;
  • gestion des vidéos HD (provenant des smartphones par exemple) ;
  • amélioration de la détection automatique ;
  • compatible ECE (Évaluation des Compétences Expérimentales) ;
  • possibilité de faire un pointage sans nécessiter d’échelle préalable (pour l’étude de la relativité des mouvements par exemple)
  • enregistrement d’une chronophotographie à partir d’une vidéo.

Et toujours :

  • exclusif : possibilité de recréer la trajectoire d’un point dans le référentiel d’un autre point ;
  • disponibilité en trois langues (français, anglais et espagnol).

NdM : la dépêche contenant de multiples références au système éducatif français, nous avons ajouté des liens explicatifs pour nos autres lecteurs francophones qui ne seraient pas familiers avec.

L’historique

pymecavideo se veut un remplacement de logiciels non libres (regavi, avimeca, latis pro, atelier scientifique…) permettant de faire de l’étude cinématique des mouvements.
Ces logiciels n’étant disponibles que pour un système d’exploitation privateur, nous avons décidé d’en écrire un.
Quasiment tous les contributeurs sont francophones et professeurs (physique/SI). Nous en avons donc profité pour rajouter une fonctionnalité qui nous paraissait particulièrement intéressante : on peut visualiser le mouvement d’un point par rapport à un autre point. Ceci permet, notamment en classe de seconde (NdM : première des trois années du lycée en France, entrée vers ~15 ans), de montrer le caractère relatif d’une trajectoire. (expérience du boulet de canon de Galilée : lâché en haut du mat, il tombera, c’est sûr… mais où ? derrière le mat ? au pied du mat ?)

La page Web principale est toujours hébergée chez TuxFamily (un grand merci à eux, ils ont toujours été là quand on avait des pépins) ainsi que le dépôt des divers paquets.
Par contre, on a migré le code du dépôt subversion de TuxFamily vers GitLab dans le courant de cette année.

De plus certains contributeurs se sont joints à nous pour nous aider, notamment pour les corrections de bogues et les tests qualité (merci les gars !).

Depuis 2008, il évolue petit à petit selon le temps libre des contributeurs et les demandes des utilisateurs.
Cette version possède de nombreux changements internes et améliore significativement les performances.

L’utilisation

pymecavideo étant libre et multi‐plate‐forme, il peut être installé par les élèves chez eux et peut servir lors des TIPE (en CPGE), TPE (première) pour l’étude des trajectoires.
Il permet très facilement de relier des vidéos à des coordonnées (relatives ou pas).
Je viens de l’utiliser pour l’étude du mouvement brownien avec des élèves de TPE (700 pointages quand même…).

On définit une échelle (seulement si l’on en a besoin), le nombre de points que l’on souhaite suivre et on commence à cliquer. Si les points à suivre sont très facilement distinguables (colorés, contrastés), on peut utiliser la détection automatique, qui fonctionne assez bien.

Pymecavideo remplit un tableau de valeurs (en pixels ou en mètres — s’il y a une échelle) et vous permet de l’exporter dans un format standard. Les exportations vers Calc, QtiPlot et SciDavis sont automatisées.
On peut aussi tracer quelques valeurs remarquables (abscisses, ordonnées et vitesses).

Le futur

Migration vers PyQT5 : une nouvelle branche a vu le jour, elle est basée sur pyqt5 et sera portée sous Python 3 dès que le « lieur » python-opencv sera disponible sous Python 3.
Elle est 100 % fonctionnelle sous GNU/Linux uniquement, car trouver pyqt5 en Python 2 sous Windows est très compliqué, et nous ne sommes pas motivés pour recompiler tout cela (branche csdQT5ui).
Si vous avez compris un peu le souci : python-opencv n’est pas disponible pour Python 3 pour le moment, mais PyQT5 pour Windows n’existe qu’en Python 3… Bref, il faut attendre un peu pour que tout arrive sous cette plate‐forme.

Actuellement, on peut utiliser pymecavideo en « pixels » (sans échelle) ou en « mètres » (en définissant une échelle), selon ce que l’on veut étudier.

L’utilisation de la bibliothèque OpenCV et de son lieur en Python python-cv permet de lire un très grand nombre de formats vidéo. Le moteur de rendu a été amélioré et est bien plus rapide qu’auparavant. On ne passe plus par des images stockées sur le disque dur.

Conclusion

Pymecavideo est sans doute un projet quasiment fini dans sa forme actuelle. Il y a peu de chances qu’on nous demande des fonctionnalités nécessitant un gros travail de codage.
En revanche, il faudra s’adapter aux pratiques actuelles (smartphones, tablettes, interactivité) et voir si le projet peut s’y adapter et comment.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Dans lequel on met un service caché Tor pour le site sauf.ca

20 novembre, 2015 - 15:13

Totalement indépendamment des sinistres évènements que l'on sait et néanmoins incontestablement congrûment à iceux, j'ai eu l'idée cette semaine de rendre accessible à travers Tor un site que je gère depuis quelque temps déjà, destiné à la moulosphère francophone : Sauf.ca [tor]. Le contenu n'étant pas modéré, je ne peux pas vous garantir que le contenu affiché au moment de votre clic sera safe for work (mais dans l'ensemble ça va, et puis ça reste des petites vignettes).

Sommaire Sauf.ca

Le principe de Sauf.ca est simple, tous les liens postés sur les principales tribunes (en fait, surtout celle de LinuxFr.org qui est de loin la plus active) sont archivés, les images et vidéos au format WebM (ou liens YouTube) sont visualisables directement sur Sauf.ca, les liens vers des pages HTML sont capturés (avec PhantomJS) et rendus en captures PNG et PDF elles aussi mises à disposition directement sur Sauf.ca.

Par exemple, tout à l'heure j'ai posté un lien vers le module NPM Floréal et les captures de la page sont disponibles en PNG et PDF.

Pour cet exemple avec le site de NPM cela peut sembler inutile, mais il y a d'autres cas dans lesquels ce service peut se révéler utile, voire salutaire :

  • Proxy au boulot qui filtre sur le contenu ;
  • Éviter de laisser des logs de connexion trop explicites (www.humanite.fr ou lecomitedesalutpublic.com/lesbrigandes) ;
  • Prévenir toute exploitation de faille de sécurité (à part éventuellement une faille de libpng qui serait exploitée par Sauf.ca lui-même - NdM : par exemple ce 18 nov. une alerte sécurité Debian DSA-3399) ;
  • Ne pas laisser de traces côté site visité ;
  • S'affranchir des divers trackers Facebook, Twitter ou Google sans avoir à utiliser une extension pour ça ;
  • Éviter la lourdeur des sites qui font ramer le navigateur ;
  • Obtenir une archive des sites qui peuvent changer dans le futur, par exemple les tweets gênants souvent supprimés par leur auteur par la suite ;

Et bien sûr, retrouver un lien plusieurs jours ou plusieurs années après l'avoir lu.

Tor

Étant donné que parmi les usages de Sauf.ca se trouvent la protection de la vie privée et le contournement de la censure, Tor m'a semblé être un complément naturel à Sauf.ca, j'ai donc cherché à en faire un "service caché". Non pas dans le but de préserver ma propre sécurité, mais pour celle des visiteurs qui voudraient préserver la leur.

Services cachés

Sur Tor, les adresses en ".onion" sont résolues par un autre système que le DNS : les seize caractères précédant ".onion" sont une clé publique encodée en base32, la clé privée se trouvant sur le serveur correspondant. J'avoue que je ne connais pas assez bien le protocole pour vraiment saisir comment le réseau arrive à finalement router la requête jusqu'à la bonne machine, mais je vais faire confiance aux développeurs là-dessus.

La plupart des services cachés (j'apprécie modérément cette appellation, mais c'est le nom officiel) sont des sites accessibles en HTTP, mais comme le DNS le protocole Tor ne s'occupe pas du port, on pourrait donc aussi bien héberger un serveur IRC ou Freeciv.

Scallion

Les adresses utilisées sont habituellement créées à partir d'une clé générée aléatoirement, mais il est possible, sans compromettre appréciablement la sécurité, d'utiliser des outils qui génèrent des millions de clés jusqu'à en trouver une qui correspond à un pattern intéressant et reconnaissable. C'est ainsi que Facebook est accessible à travers Tor à l'adresse facebookcorewwwi.onion. Plusieurs outils permettent de faire ça, j'ai testé Scallion qui utilise le GPU pour faire ces calculs, et cherché une clé commençant par "saufca".

Avec ma carte Radeon 7950 j'ai eu quelques adresses relativement intéressantes, ou en tout cas mémorables, au bout d'une heure, et j'ai décidé d'utiliser saufca42reinzasa.onion. Ce n'est pas aussi satisfaisant que ce qu'a trouvé Facebook, mais ça reste relativement mémorisable et je n'avais pas envie d'y passer des jours.

Configuration de Tor

Il est extrêmement simple de configurer Tor pour fournir un service caché, d'abord quelques lignes dans le fichier /etc/tor/torrc :

HiddenServiceDir /var/lib/tor/saufca HiddenServicePort 80 127.0.0.1:80

Cela suffit pour avoir un service avec une adresse générée aléatoirement, mais puisque j'ai utilisé Scallion il me restait à créer le dossier /var/lib/tor/saufca ainsi que deux fichiers à l'intérieur :

  • hostname contenant l'adresse du service, dans mon cas "saufca42reinzasa.onion"
  • private_key contenant la clé privée, générée par Scallion

Configuration d'Apache

Dans mon cas, le service caché Tor n'est que l'exact équivalent d'un site déjà accessible en HTTP et en HTTPS, et le contenu n'est pas particulièrement sensible, je n'ai donc pas de précautions particulières à prendre pour cacher son existence. Même si le serveur était compromis (en passant par Internet hors Tor, en exploitant une faille quelconque) aucune donnée secrète ou information compromettante ne serait divulguée.

Dans le cas contraire, il faudrait s'assurer qu'Apache n'est pas accessible de l'extérieur, ou éventuellement servir le site sur Tor et en clair à partir de deux serveurs différents, liés seulement par Tor.

Puisque ça me semble inutile dans ma situation, j'ai simplement pu ajouter le <VirtualHost> ad hoc, en prenant tout de même soin de désactiver les logs d'accès et d'erreur. Même si en tant que service caché je n'ai aucun moyen d'identifier les visiteurs venant de Tor, il me semble préférable de limiter les logs au maximum, dans leur intérêt.

D'autre part, l'utilisation du HTTPS sur Tor semble être superflue, même si cela fait apparemment l'objet d'un débat.

Configuration côté application

Je me suis aussi assuré qu'en accédant à Sauf.ca par Tor, aucune requête n'était tentée en clair, etc, à cause de chemins en dur qui auraient pu traîner ici ou là, et surtout que le site était entièrement fonctionnel sans Javascript, puisque la plupart des utilisateurs de Tor désactivent, avec raison, les scripts à cause de la facilité avec laquelle un script pourrait faire fuiter l'identité réelle du visiteur.

Mot de la fin

Pour finir, eh bien, rien de particulier. Il est très simple de mettre en place un service caché accessible sur Tor, plus que je ne le pensais, c'est très bien. Le contenu accessible sur Tor reste très faible, mais je pense que le réseau ne peut que bénéficier de la présence de contenu non sensible comme Sauf.ca (même si je ne m'attends pas à recevoir un trafic énorme venant de Tor !).

Encore une fois, voici donc l'adresse de Sauf.ca sur Tor : http://saufca42reinzasa.onion. Venez nombreux !

La configuration, le navigateur le plus approprié pour utiliser Tor pourraient aussi faire l'objet d'un journal mais je pense que je laisserai à d'autres le soin de le rédiger, n'étant moi-même qu'un utilisateur assez basique de Tor.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Atelier Linux - Jeudi 26 novembre 2015 à Nîmes

20 novembre, 2015 - 10:49

L'association Gard-Linux propose un rendez-vous dédié Linux, le jeudi 26 novembre 2015 de 18h15 à 20h45, à Nimes (salle de la Cité Séguier, 1 Place Eliette Berti, 3000 Nîmes. Adresse disponible sur OpenStreetMap)

Atelier GNU/Linux:

  • si vous voulez redonner vie à votre ordinateur
  • si vous voulez d'abord voir à quoi ça ressemble après installation
  • si vous voulez un peu plus de détail sur l'installation, voire la désinstallation
  • et si vous voudriez aussi savoir ce qu'on peut faire, avec Linux

Alors n'hésitez pas, c'est l'atelier qu'il vous faut !

  • des présentations, des démonstrations
  • des conseils
  • des adresses pour aller plus loin

Quelques exemples de distributions Linux: Ubuntu, Linux Mint, OpenMandriva, Debian. N'hésitez pas à aller consulter leurs pages webs, elles vous donneront un premier aperçu.

Atelier ouvert à tous ! Alors si vous avez des questions ou simplement si vous voulez découvrir ce qu'on peut faire avec le système d'exploitation GNU/Linux, n'hésitez plus, on vous attend Jeudi !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Logiciels libres, jeu vidéo et E-inclusion le 1er décembre 2015 à Paris

20 novembre, 2015 - 10:48

Le mardi 1er décembre à l'Archipel (Paris, carte OSM), Tous agiles propose « une soirée pour contribuer, expérimenter et créer un monde d'opportunités », de 19h à 22h, sur le thème « Société du libre - S'approprier les usages du numérique ».

Tous agiles vise à renforcer l'agilité professionnelle des jeunes les plus éloignés de l'emploi grâce aux logiciels libres et au jeu vidéo.
L'équipe expérimente un prototype avec les jeunes de l'École de la 2e chance d'Argenteuil qui vise à modéliser leur quartier dans le jeu SuperTuxKart grâce à OpenStreetMap, GIMP et Blender.
Elle vous invite, après une conférence de Tristan Nitot sur les enjeux du libre, à contribuer à des workshops animés par les jeunes qui partageront leurs réalisations et leurs défis.
Libristes, acteurs de l'insertion pro, innovateurs sociaux… contribuez !

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Sortie de Mate Desktop Environment 1.12

19 novembre, 2015 - 18:02

Jeudi 5 novembre 2015, après cinq mois de développement, l’équipe de MATE Desktop a publié la version 1.12.

MATE Desktop Environment est la continuation de GNOME 2, il fournit un environnement de bureau intuitif et attrayant en utilisant les métaphores traditionnelles du bureau. MATE est en cours de développement pour ajouter la prise en compte de nouvelles technologies tout en préservant un environnement de bureau traditionnel.

MATE continue d’améliorer sa stabilité, l’intégration des nouvelles technologies (systemd, GTK 3, Wayland, etc.) et ajoute de nouvelles fonctionnalités à son interface. L’ensemble du bureau peut être compilé pour GTK 2 ou GTK 3. Un bureau entièrement compilé pour GTK 3 peut être utilisé au quotidien.

Les nouveautés

Les nouveautés de cette version incluent :

  • correctifs et améliorations de la prise en charge de GTK 3 pour l’ensemble des composants du bureau MATE ; la prise en charge de GTK inclut la version 3.18 ;
  • la prise en charge des pavés tactiles a été nettement améliorée et dispose désormais du multi‐tactile ainsi que du défilement naturel ;
  • la prise en charge du multi‐écran a été améliorée de sorte que les paramètres d’affichage utilisent les noms des sorties. L’interface utilisateur a été révisée et permet de définir le moniteur principal ;
  • l’appliquette d’alimentation affiche désormais le modèle et le fournisseur de l’appareil, de sorte que l’on peut faire la distinction entre plusieurs appareils alimentés par batterie ;
  • amélioration de la gestion des sessions, l’économiseur d’écran est maintenant inhibé pendant la lecture des médias ;
  • amélioration de la prise en charge de systemd ;
  • corrections de vieux bogues et résolutions de petits bogues pour améliorer l’usage de l’interface ;
  • mise à jour des traductions. Maintenant un certain nombre de composants récupèrent les chaînes de caractères directement de gschema (nécessite intltool 0.50.1) ;
  • suppression de la prise en charge de win32 et Mac OS X.

L’utilisation par défaut de GTK 3 et l’arrêt de la prise en charge de GTK 2 ont de nouveau été repoussés. La version 1.14 continuera de prendre en charge les versions 2 et 3 de GTK.

Certaines distributions (ArchLinux, Fedora) vont diffuser des versions de MATE compilées avec GTK 3.

Cette nouvelle version de MATE sera intégrée dans Linux Mint 17.3 Rosa, prévu pour la fin de novembre, et LMDE 2 Betsy : http://segfault.linuxmint.com/2015/11/mate-1-12-released.

Et ensuite

Les prévisions actuelles pour la version 1.14 incluent :

  • caja (gestionnaire de fichiers) :
    • ajout d’une option dans les préférences pour désactiver les icônes génériques dans la vue sous forme de liste (#26),
    • amélioration de la gestion de la corbeille pour les périphériques amovibles ;
  • mate-panel : permettre au panel d’être utilisé verticalement (#157)) ;
  • mate-settings-daemon : ajout de la possibilité de désactiver le volume et la luminosité via l’OSD (#13) ;
  • mate-terminal : ajout de la prise en charge de l’API VTE 2.91 pour MATE compilée avec GTK 3 (#66) ;
  • suppression des scripts de migration MateConf ;
  • fixer la version minimale de GTK 3 pour l’ensemble des composants de MATE.

Pour les prochaines versions :

  • mettre à jour l’intégration de caja avec le moteur de recherche tracker ;
  • ajout de la prise en charge du pilote xorg-libinput (#133) ;
  • ajout de la prise en charge d’AccountsService ;
  • finir le support de systemd-logind ;
  • migrer de dbus-glib vers GDBus.
Ressources

Informations sur MATE :

Présence de MATE dans les systèmes d’exploitation

Distributions GNU/Linux qui intègrent officiellement MATE :

  • ArchLinux ;
  • Alpine Linux ;
  • Debian ;
  • Fedora ;
  • Gentoo ;
  • Linux Mint ;
  • Mageia ;
  • Manjaro ;
  • openSUSE ;
  • PCLinuxOS ;
  • PLD Linux ;
  • Sabayon ;
  • Salix ;
  • Ubuntu ;
  • Ubuntu MATE ;
  • Vector Linux.

MATE est disponible via des dépôts non officiels pour Slackware.

MATE est aussi inclus dans les portages de certains BSD :

  • GhostBSD ;
  • FreeBSD ;
  • PC-BSD ;
  • DragonFly BSD.
Captures d’écran



Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires

Le routeur Turris Omnia a doublé son objectif de financement participatif

19 novembre, 2015 - 16:59

CZ.NIC avait fixé pour objectif sur Indigogo 100 000 US$ afin de lancer la production de l’Omnia. Elle est vient de doubler la mise, puisqu’elle a récolté plus de 200 000 US$ en seulement 48 heures. L’Omnia est un routeur libre personnel, pour du réseau en Gigabit Ethernet, qu’on pourra également utiliser comme serveur personnel, NAS, serveur d’impression, pot de miel, etc. Il inclut même un serveur virtuel.

CZ.NIC n’est pas n’importe qui : c’est une organisation de type association citoyenne, soutenue par son État, gérant et administrant le .cz. Elle participe au développement de DNSSEC. Elle coordonne également l’activité de CSIRT.CZ, équipe nationale de réponse sur la sécurité des systèmes d’information, sous mandat de son ministère de tutelle : le ministère de l’intérieur de la République tchèque. Enfin elle dispose en son sein d’une académie et d’un laboratoire, proposant ainsi formations et développements.

Résumé des caractéristiques de l’Omnia :

  • basé sur OpenWRT : faites ce que vous voulez avec ;
  • processeur ARM double cœur à 1,6 GHz (Marvel Armada 385), avec 1 Gio de mémoire vice ;
  • puce d’accélération de chiffrement (les plus prudents préfèreront utiliser du logiciel libre uniquement)¹ ;
  • 4 Gio de mémoire Flash
  • ports mSATA et USB3 ;
  • 5 ports Gigabit Ethernet + 1 port Gigabit Ethernet dédié pour le WAN ;
  • port SFP ;
  • port mini‐PCI express ;
  • port pour carte SIM ;
  • Wi‐Fi 802.11ac MIMO 3 × 3 (802.11b/g/n MIMO 2 × 2) ;
  • GPIO, I²C et SPI accessibles.

¹ la génération de nombres aléatoires confiée à une puce, donc à un micrologiciel souvent fermé, pouvant poser des problème de confiance (affaissement volontaire de la robustesse par ledit micrologiciel) peut être avantageusement remplacée par la génération faite uniquement par du logiciel libre qui évitera soigneusement tout état prévisible (en prenant, par exemple, de nombreuses entrées). Ce point est à différencier de l’accélération du chiffrement, seul.

Tout les développements de CZ.NIC sont libres. Le matériel de ce routeur utilise au maximum du matériel libre à ce jour. Les schémas et spécifications sont accessibles [N. D. M : pas trouvé le lien] Le programme d’amorçage (boot loader) choisi est U-BOOT (das u-boot), les sources sont disponibles dans leur dépôt GitHub. Les documentations sont faites en . Bref, on ne peut qu’être admiratif devant le travail réalisé, mais également devant le cadre de réalisation !

Enfin, les commentaires sur le journal relèvent que le prix, compte tenu des spécifications du matériel et des possibilités, est particulièrement attractif : 290 US$ à l’achat (tandis qu’une participation au financement participatif permet de l’obtenir à 190 US$). La production est prévue pour le premier trimestre 2016, les livraisons suivront rapidement.

Belle nouvelle de voir cela se concrétiser. Merci, et bravo à eux et à la République tchèque.

Télécharger ce contenu au format Epub

Lire les commentaires