Agrégateur de nouvelles

Émission « Libre à vous ! » du 6 novembre 2018 — Podcast et références

Linuxfr.org - 7 novembre, 2018 - 22:28

La sixième émission Libre à vous ! de l’April a été diffusée sur la radio Cause commune, mardi 6 novembre 2018. Au programme : hors‐série du Canard Enchaîné sur la vie privée, semaine des libertés numériques au Bar commun (Paris) du 21 au 25 novembre 2018, téléphonie mobile et libertés, annonce d’événements à venir.

Le podcast est disponible, ainsi qu’une page qui liste toutes les références citées pendant l’émission (vous trouverez également sur cette page les podcasts par sujet traité). L’émission dispose d’un flux RSS compatible avec la baladodiffusion auquel vous pouvez vous abonner, ainsi qu’un salon dédié à l’émission sur le webchat de la radio.

L’ambition de Libre à vous ! est d’être une émission d’explications, d’échanges et d’actions concernant les dossiers politiques et juridiques que l’April traite et les actions qu’elle mène. Une partie de l’émission sera également consacrée aux actualités et actions de type sensibilisation.

Libre à vous ! est une émission mensuelle qui est diffusée en direct chaque premier mardi du mois de 15 h 30 à 17 h. La prochaine émission sera diffusée en direct sur la bande FM en Île‐de‐France (93,1 MHz) et sur le site Web de la radio mardi 4 décembre 2018, de 15 h 30 à 17 h.

La radio a besoin de soutien financier pour notamment payer les frais matériels (loyer du studio, diffusion sur la bande FM, serveurs…). Nous vous encourageons à aider la radio en faisant un don.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Lyon: Atelier Wiki : Les espaces de discussion autour des articles Wikipédia, Le mercredi 7 novembre 2018 de 19h30 à 21h30.

l'Agenda du Libre - 7 novembre, 2018 - 20:30
Gratuit (Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com)
de 19h30 à 21h30
Mercredi 7 novembre : les espaces de discussion autour des articles de Wikipédia

animé par Olivier Kawak

L’objectif est de découvrir les différents projets Wiki (wikipédia, wiktionnaire, wikisource…) et leurs règles.

Créer son compte personnel, faire des modifications sur les articles et comprendre les règles des espaces de discussion.

Aucun pré requis n’est demandé, atelier ouvert à toutes et à tous.

Venez nombreux !

  

Beauvais: Atelier hebdomadaire de partage de connaissances autour des logiciels libres, Le mercredi 7 novembre 2018 de 18h00 à 20h00.

l'Agenda du Libre - 7 novembre, 2018 - 19:00

Chaque mercredi soir, l'association propose une rencontre pour partager des connaissances, des savoir-faire, des questions autour de l'utilisation des logiciels libres, que ce soit à propos du système d'exploitation Linux, des applications libres ou des services en ligne libres.

C'est l'occasion aussi de mettre en avant l'action des associations fédératrices telles que l'April ou Framasoft, dont nous sommes adhérents et dont nous soutenons les initiatives avec grande reconnaissance.

L'atelier a lieu dans la salle informatique du Centre Georges Desmarquet géré par l'association Voisinlieu-pour-tous.

Lille: Cours Linux, Le mercredi 7 novembre 2018 de 18h00 à 20h00.

l'Agenda du Libre - 7 novembre, 2018 - 19:00

Découvrez LINUX

Une solution économique et écologique

Un système puissant, stable, léger, sans virus et totalement gratuit.

Accédez à des milliers de logiciels libres (Firefox, Thunderbird, LibreOffice, Gimp, 7Zip, VLC, Sunbird, Apache, etc).

Il permet également de récupérer d'anciennes machines.

Découvrir les logiciels libres, cours ou installations niveau débutant tous les mercredis de 18h à 20h à partir du début octobre jusqu’a fin juin dans les locaux de l'association UFJ rue du Mal Assis à Lille (03 20 57 27 11)

Caen: Permanence artifaille, Le mercredi 7 novembre 2018 de 16h00 à 19h00.

l'Agenda du Libre - 7 novembre, 2018 - 17:00

Permanence et animation au local Artifaille pour les membres de l'association.

Entraide informatique pour réparer, reconfigurer, conseiller, échanger à propos des moyens de communication électronique

mise à disposition de moyens et outils spécifiques,
conseils d'un professionnel expert en logiciels libres

Vérifier le maintien de la permanence et inscription (10 places) :
https://artifaille.fr/attendee/

Vandœuvre-lès-Nancy: Découvrir un poste informatique, Le mercredi 7 novembre 2018 de 15h00 à 17h00.

l'Agenda du Libre - 7 novembre, 2018 - 16:00

Cet atelier vous apprendra les rudiments du clavier et de la souris, à faire connaissance avec les bases de l’interface graphique et à faire vos premiers pas dans un gestionnaire de fichiers.

Inscription gratuite aux ateliers

La participation aux animations repose sur un système d’inscriptions préalables qui permet de répondre de façon plus ciblée aux attentes des usagers et de les associer au projet.

L'inscription est obligatoire au plus tard 30 min avant l’atelier.

Jérémie ZIMMERMANN: Content regulation: what legal obligations for the GAFAM?

Planète April - 7 novembre, 2018 - 14:14

op-ed by Arthur Messaud

7th of November 2018 - Last week, we explained that decentralizing the web would bring hope to organize our online exchanges democratically, to counter the hegemony of the online attention economy. Indeed, the GAFAMs are distorting our exchanges for economical reasons while propounding hateful, caricatural, violent or even paid statements... to the detriment of others. This must be fixed.

To promote a decentralized alternative, we proposed that libre/open hosting providers (who do not impose a hierarchy of content) should no longer be subject to the same legal obligations as the giant's ones (who do force their hierarchy of content on us).

These legal obligations, which require an increasingly rapid censorship of "manifestly illegal" content which are notified to hosting providers, are hampering the development of the decentralized Web. Thus, we proposed that these hosting providers no longer have to bear these heavy obligations: only a judge can require them to censor content.

Today's question is not about these hosting providers but about the others : what obligations should be applied to the Giants ?

The power of the Giants

This story is unfortunally common enough: you registered on Facebook, Youtube or Twitter many years ago and, since then, you have made many connections (you have added "friends" on Facebook, you have gathered an attentive audience on Youtube, and you are following relevant people on Twitter). Through the years, these plateforms have adopted rules of hierarchization of content that are becoming more and more constraining.

Facebook and Instagram have begun to censor every image that is contrary to their puritan vision of society, to hide media websites they consider contrary to what they think is a "right debate" and to organize our "news feeds" to make us more receptive to their advertising. Youtube favors videos that are more and more anxiety-provoking, to make us stay as long as possible on its website, to the detriment of other videos whose audience is becoming more and more governed by the company alone. Twitter organizes our exchanges to make them more and more lively and captive, without worrying about the consequences on the public debate.

More generally, "A perverted connection between hate speech and advertising " has been created. "People who write offensive or extremist remarks are the "money makers", because one of them can cause fifty or a hundred others. From this perspective, it is valuable for these networks to host and disseminate this kind of speech" ("Strenghtening the fight against racism and antisemitism on the Internet", report to the French Prime Minister, p. 36, in french).

However, many of us are staying on these platforms. We cannot sever all the link we built at once. We suffer from these new constraints that we did not choose and that we cannot really escape. This is what we need to correct.

A new legal status

If we wish to use the law to correct the giants, we first need to find an objective criterion to identify them. Then, around this criterion, the law will be able to set specific obligations to form a "legal status" that fit their situation. This new legal status would be half way between hosting provider and editor, less flexible than the first one and less strict than the second one. The giants' "power of constraint" could be the criterion that define their new status. This "power" manifests itself when users of a platform cannot leave it without withstanding "negative consequences", which means that the platform can impose any rule they choose.

In our previous example, these "negatives consequences" were the loss of the human links weaved on the platform. To measure the severity of the loss, these links can be assessed depending on the size of the platform, its life span and its functionning, for example.
The "negative consequences" to take into account to assess the platforms' "power of constraint" must not be limited to this one example. Indeed this criterion was inspired by "freedom of consent" principle which is at the heart of the GDPR. Today, we propose to extent this criterion to questions about freedom of information, with all the flexibility it offers to adapt to different situations.

Once this criterium stated, comes the question of the content of the new status (in the following text, we will call "giants" any service owning the "power of constraint" defined before - not only the GAFAM).

There are several ways to prevent the giants from abusing of their power and trap us into their toxic rules which distort our exchanges for their personal gain. In the upcoming debates we will have to identify the best ways to do so. Here are some first leads.

Beforehand, it might be helpful to start back with the basics, to go back to the fundamental principle of Net Neutrality: if you can't really choose a service to communicate, this service must not be allowed to prioritize (promote, slow down or censor) the information you publish and receive, except if the law requires it.

Therefore we must force the giants to choose between becoming neutral or giving up their power of constraint (and thus going back to the genuine hosting providers status).

Open up to decentralisation...

In practice, if we don't want to lose the connections we have made on the plateforms run by the giants, we have no other choice but to keep using them. This can be corrected if the giants become "interoperable" with other services: if they let us communicate with our "Facebook friends" without remaining on Facebook ourselves.

Technically, this interoperability relies on enforcing "communication standards": a language shared by one or several services to communicate with each other. For example the ActivityPub standard offers a standard for "decentralised social networks" which gives us concrete hope that a decentralised Web can rise. Moreover, enforcing such standards would make the "data portability right", which was created by the GDPR (article 20), finally effective. Without interoperability between these platforms, this right struggles to prove its usefulness.

We could leave from a giant (for example Twitter) to move to a different service (Mamot.fr, the decentralised Masoton micro-blogging service proposed by La Quadrature). From this new service, we would be able to keep receiving and sending messages to people who stayed on the giant (Twitter) without breaking ties with them.

This way, as soon as a giant would give up their power of constraint, we could freely escape the destructive framework built by their capitalisation of our attention. With the virtuous circle of decentralisation set in motion, their power of constraint might diminish so much that they might, eventually, go back to the more flexible status of genuine hosting provider.

In any case, they would be bound like any other hosting provider to clearly display their rules on moderation, so that we could use them fully informed. Likewise, this status of a more flexible hosting provider doesn't mean that the obligations in terms of personal data protection are in anyway lighter: content must never prioritised based on personal data without the explicit consent of the concerned person.

...or become neutral

In the event that a giant refused to open up to decentralisation (by refusing to enforce the standards that allow it), they should be forbidden to prioritise our exchanges according to their own rules, since we would not be able to escape from them.

This interdiction could take on many forms. For example it could be a prohibition in principle controlled by an independent authority (as is the case with the protection of Net neutrality). It could also be the possibility for anyone to be able to take to court a giant if they censored lawful content. Finally, in case of repetitive censorship of lawful content, these legal actions could become collective complaints (the same way the GDPR allowed us to act [in french] as 12 000 persons against the GAFAM to protect our personal data). Let us not forget that, as of today, it is pratically impossible to defend ourselves against excessive private censorship.

In summary: if the giants keep trapping us (by refusing to open up to decentralisation), they must become neutral (and not censor lawful content nor promote some at the expense of others). The absence of prioritisation would be pointless if not complete: it must prevent the censorship of nudity on Facebook as well as the promotion of content based on the attention economy or retribution (for advertising). It is the same discipline that is at the heart of Net neutrality and that we must apply thoroughly. Otherwise none of the abuses created by the attention economy will ever be corrected.

No automated censorship

In any case, giants, even neutral, must not be subject to an obligation to monitor the content they broadcast so as to automatically suppress the "obviously illicit" information. However this is what can be expected from the Copyright directive or the new proposal for an EU regulation against the dissemination of terrorist content. These obligations are unacceptable, for at least three reasons.

First, article 15 of the 2000 EU directive that regulates the activity of internet intermediaries states that "Member States shall not impose a general obligation on providers [‌] to monitor the information which they transmit or store, nor a general obligation actively to seek facts or circumstances indicating illegal activity". This protection covers all the Internet intermediaries, even those who are not neutral and therefore not submitted to the status of hosting provider strictly speaking.

Secondly, aside from this directive, the Court of Juctice of the European Union (CJEU) considers since 2012 that these obligations violate our rights to privacy and freedom of information as they were defined by the Charter of Fundamental Rights of the European Union. Specifically, the CJEU states that to force a platform to "actively monitor almost all the data relating to all of its service users in order to prevent any future infringement of intellectual-property rights" (the case dealt with counterfeiting) "would involve the identification, systematic analysis and processing of information connected with the profiles created on the social network by its users" but also "could potentially undermine freedom of information, since that system might not distinguish adequately between unlawful content and lawful content, with the result that its introduction could lead to the blocking of lawful communications". Consequently this obligation "would not be respecting the requirement that a fair balance be struck between the right to intellectual property, on the one hand, and the freedom to conduct business, the right to protection of personal data and the freedom to receive or impart information, on the other" (SABAM v. Netlog, CJEU, 16 February 2012, C-360/10, points 38, 49, 50, 51).

Finally, to demand that the giants monitor every content in real time will only promote the already troublesome phenomenon of relocating content moderation [in french] to swarms of low wages employees working in stressful environments, in order to "keep up" with machines that are unavoidably flawed. Most of them already suffer from mental trauma as a result of "staring for hours at a computer screen, watching images and videos of torn and shredded bodies, drowned or abused children, not to mention the never ending stream of insults and calls for murder".

Imposing stronger obligations of censorship on the Web giants is only a way to avoid facing the problem.

This response relies on the dangerous and nonsense idea that technological solutions might fix problems which are first and foremost social and political. Above all it doesn't take into consideration the root of the problem, but only adresses the symptoms (the same lack of ambition displayed in the draft law against the spread of "false news" that we denounced).

The attention economy, now hegemonic on the Internet, is at the heart of the problem Governments aims to solve, since they lead to the dissemination of stressful speech and our over-exposition to unwanted interactions. The only way to stem these abuses is to develop open or neutral services, which will allow the judge to focus on the more serious offences.

There are many ways to help the development of those alternative options. Our current legal propositions are only the beginning, and we invite you to discuss them by contacting us or by coming to our next public meetings :)

Le Mans: Permanence du mercredi, Le mercredi 7 novembre 2018 de 12h00 à 17h00.

l'Agenda du Libre - 7 novembre, 2018 - 13:00

Assistance technique et démonstration concernant les logiciels libres.

Tristan NITOT: Collecte de données par Google et en Vrac

Planète April - 7 novembre, 2018 - 08:51
En vedette : la collecte des données personnelles par Google

J’aborde dans mes présentations de façon quasi-systématique comment Facebook et Google collectent des données à l’insu de l’utilisateur. Le professeur Douglas C. Schmidt, Professeur d’informatique à la Vanderbilt University, et son équipe ont publié en août dernier un papier assez fascinant sur le sujet. Il est intitulé Google Data Collection.

Les données sont capturées pour l’essentiel de façon passive, c’est à dire sans action volontaire de l’utilisateur. Voici deux extraits, avec pour chaque la traduction par mes soins :

In an example “day in the life” scenario, where a real user with a new Google account and an Android phone (with new SIM card) goes through her daily routine, Google collected data at numerous activity touchpoints, such as user location, routes taken, items purchased, and music listened to. Surprisingly, Google collected or inferred over two-thirds of the information through passive means. At the end of the day, Google identified user interests with remarkable accuracy.

Dans un exemple de scénario “une journée dans la vie d’un utilisateur”, un véritable utilisateur avec un nouveau compte Google et un téléphone Android (avec une nouvelle carte SIM) vit normalement sa vie. Google a récupéré des données durant de nombreuses activités. On trouve la position de l’utilisateur, les voies empruntées dans ses déplacements, ses achats et la musique qu’il a écouté. De façon surprenante, Google a récolté ou déduit les deux tiers de ces informations de façon passive. À la fin de la journée, Google a identifié les intérêts de l’utilisateur avec une précision remarquable.

Both Android and Chrome send data to Google even in the absence of any user interaction. Our experiments show that a dormant, stationary Android phone (with Chrome active in the background) communicated location information to Google 340 times during a 24-hour period, or at an average of 14 data communications per hour.

À la fois Android et Chrome envoient à Google des données même sans interaction de la part de l’utilisateur. Notre expérience démontre qu’un mobile Android immobile (avec Chrome actif en tâche de fond) a communiqué à Google la position géographique 340 fois sur une période de 24 heures, soit une moyenne de 14 envois de données par heure.

Fait amusant, la première phrase de l’executive summary précise : « Google est la plus grande société de publicité en ligne au monde. Mais il est aussi le fournisseur du navigateur #1, la plateforme mobile #1 et le moteur de recherche #1 dans le monde ». Ça m’amuse de réaliser que j’ai été concurrent de Google dans ces 3 derniers domaines (mais pas dans la pub, dieu merci !). Il continue : « la plate-forme vidéo de Google (YouTube), le service de messagerie (Gmail) et l’application de cartographie (GMaps)ont plus d’un milliard d’utilisateurs actifs par mois chacun. Google utilise le succès de ses produits pour récolter des données sur les comportements en ligne et dans la vraie vie de ses utilisateurs, données qui sont ensuite utilisées pour les cibler avec de la publicité payante. »

En vrac

Quetigny: Permanence et cartopartie, Le mardi 6 novembre 2018 de 20h30 à 23h30.

l'Agenda du Libre - 6 novembre, 2018 - 21:30

Permanence pour assister les utilisateurs et cartopartie des brigades de gendarmeries et des commissariats de police

Les permanences de l'association COAGUL servent à se rencontrer et à partager nos expériences et notre savoir sur des logiciels libres.

Vous pouvez venir sans contrepartie pour découvrir, tester, installer Linux et d'autres logiciels libre.

Nous offrons également de l'assistance pour des difficultés sur l'usage d'un logiciel libre en particulier.

Sur le même créneau horaire les cartographes OpenStreetMap participeront au #ProjetOSMDuMois qui, ce mois-ci, se focalise sur :

  • Ajouter les gendarmeries et commissariats manquants ;
  • Ajouter plus de détails sur les gendarmeries et commissariats existants.

Plus de détails sur la page du projet du mois OSM : https://wiki.openstreetmap.org/wiki/FR:Project_of_the_month/Gendarmerie_nationale

Venez nombreuses et nombreux !

Capitole du Libre 2018 : programme du 17 et 18 novembre

Linuxfr.org - 6 novembre, 2018 - 21:10

La septième édition du Capitole du Libre, l’événement du logiciel libre en Occitanie, se déroulera les 17 et 18 novembre prochains à l’ENSEEIHT, en centre‐ville de Toulouse (INP-ENSEEIHT). Cet événement annuel est organisé par Toulibre, une association basée à Toulouse qui vise à promouvoir le logiciel libre et le Libre en général.

Le Capitole du Libre s’adresse aux initiés et aux novices et propose des conférences et des ateliers pour découvrir ou approfondir votre maîtrise des logiciels libres. C’est un moment d’échange et de partage pour mieux appréhender des outils, des technologies ou des problématiques que vous côtoyez ou que vous côtoierez un jour.

D’accès libre et gratuit, vous retrouverez durant le week‐end des conférences et des ateliers autour des thèmes suivants (liste non exhaustive) :

  • le Libre en général : la découverte du logiciel libre ;
  • IoT et embarqué : les outils et les logiciels libres pour le matériel ;
  • DevOps : système d’information et infrastructure ;
  • Sécurité : à la fois des systèmes et des réseaux ;
  • Libertés et vie privée : auto‐hébergement, sécurité et vie privée sur l’Internet ;
  • Communauté : l’écosystème des communautés du logiciel libre ;
  • 3D, création graphique et multimédia : la réalisation d’œuvres numériques avec des outils libres ;
  • Jeux libres : le jeu vidéo libre, création et expérience ludique.

Certaines conférences seront interprétées en langue des signes, elles sont signalées comme telles sur le programme.

Quelques incontournables cette année

La conférence Services en ligne : comment concilier vie privée et personnalisation, de Tristan Nitot se déroulera le samedi de 14 h à 15 h. Tristan Nitot est le fondateur de Mozilla Europe et est actuellement VP Advocacy (Open Source & Privacy) chez Qwant.

Elle sera suivie par la conférence de la Fédération FDN, au sujet des possibilités d’accès à la fibre optique grâce aux FAI associatifs.

En parallèle, Marc Rees nous parlera de la copie privée. Marc Rees est journaliste et rédacteur en chef de Next INpact.

En fin d’après‐midi, de 17 h 30 à 18 h 30, Stéphane Bortzmeyer vous posera une question : « Internet et droits humains, il y a vraiment un rapport ? ». Stéphane Bortzmeyer est ingénieur à l’AFNIC, spécialiste des réseaux.

La conférence plénière du samedi soir sera de nouveau sur un format table ronde pour traiter des enjeux du traitement des données personnelles à l’ère du Big data. Elle sera animée par Amaelle Guiton, journaliste à Libération spécialiste du Numérique, accompagnée de Stéphane Bortzmeyer, Marc Rees et Tristan Nitot.

Le dimanche de 11 h 30 à 12 h 30, Pierre‐Yves Gosset parlera du bilan de la campagne Dégooglisons Internet et de la proposition de services alternatifs aux géants du Web ; Pierre‐Yves Gosset est le directeur et délégué général de Framasoft.

Pendant tout le week‐end et pour la première fois au Capitole du Libre, un Contrib’Atelier sera proposé par Framasoft. Il prendra la forme d’un événement convivial pour pouvoir contribuer ensemble aux logiciels libres et à la culture libre.

La journée du dimanche est traditionnellement associée aux ateliers. Cette année encore, ils vous permettront de découvrir et expérimenter.
Par exemple :

Une Key Signing Party est également prévue. Une inscription est nécessaire pour participer.

Malgré tout, si vous ne trouvez pas votre bonheur dans ces propositions, le programme très riche est disponible en ligne.

Les animations

Tout le week‐end, d’autres animations seront proposées, dont :

  • un espace junior, accessible le samedi de 14 h à 18 h et le dimanche de 14 h à 16 h, pour découvrir et manipuler avec au programme de l’impression 3D, de la robotique, de la réalité virtuelle et du montage démontage d’ordi, etc., le tout qu’avec du logiciel libre ;
  • un village associatif pour retrouver les acteurs et les actrices des communautés du Libre ;
  • une LAN Party avec des jeux libres ;
  • l’habituel atelier installation et dépannage GNU/Linux ;
  • un espace accessible à tous sera dédié à l’affichage d’offres d’emploi pour vous permettre de faire part de vos besoins ou pour repartir avec des contacts pour votre recherche d’emploi (job board).

Apportez votre contribution pendant l’événement !

L’appel au bénévolat est également lancé. Si vous souhaitez être bénévole au Capitole du Libre, les inscriptions sont ouvertes.

Une réunion d’information se tiendra le lundi 12 novembre à 19 h à l’ENSEEIHT pour présenter plus en détails l’organisation de l’événement.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Ecully: Entraide et bidouille, Le mardi 6 novembre 2018 de 19h00 à 22h00.

l'Agenda du Libre - 6 novembre, 2018 - 20:00

Dans le cadre des 3 rencontres pour découvrir le logiciel libre au Bureau Informatique et Emploi d’Ecully, cette soirée fait suite à l’install party du 16 octobre dernier.

Les adhérents de l’ALDIL proposent leur aide pour faciliter votre utilisation des logiciels libres et enrichir leurs connaissances en retour.

Vous pouvez indiquez le but de votre venue par avance à l’ALDIL (problèmes, questions) : www.aldil.org

Reims: Atelier Vie-Privée, Le mardi 6 novembre 2018 de 18h30 à 20h30.

l'Agenda du Libre - 6 novembre, 2018 - 19:30

Un mardi soir par mois, l'association LoLiCA anime un «Atelier vie Privée» sur un thème précis.

Le but de ce rendez vous est d'expliquer, de façon très accessible, les problématiques autour de la vie privée dans notre monde numérique et des solutions à apporter pour pouvoir la préserver.

Nous nous retrouvons Mardi 6 novembre 2018 à la Maison de la Vie Associative pour savoir tout ce qui se cache derrière l'Email.

Consulter notre site pour plus d'informations.

Lille: Un CHATONS Lillois ?, Le mardi 6 novembre 2018 de 18h30 à 20h30.

l'Agenda du Libre - 6 novembre, 2018 - 19:30

Bonjour à tous,

Tout le monde connaît les services en ligne de l'association Framasoft, tous basés sur du Logiciel Libre, avec la promesse de respecter la vie privée des utilisateurs.

Vous connaissez peut-être aussi l'initiative du Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires (https://chatons.org/) qui a pour but de décentraliser ces services au lieu de tout concentrer chez Framasoft.

Vous savez peut-être qu'il n'y a pas encore d'hébergeur CHATONS dans le Nord… jusqu'à aujourd'hui !

Libristes impliqués dans le milieu associatif lillois, nous sommes réunis autour des idées de Logiciels libres, respect des données personnelles, neutralité du net, apprendre et faire ensemble, mettre en place des alternatives aux bousins capitalistes…

Nous avons envie de monter un CHATONS et nous souhaitons partager cette aventure avec d'autres personnes intéressées, informaticiens ou non, et acteurs du libre et du territoire.

Nous avons un plan, des idées pour financer la maintenance et la mise en place de services... mais avons besoin de vous pour enrichir les idées et les mettre en action.

Nous vous proposons de nous rencontrer à la MRES (Maison Régionale de l'Environnement et des Solidarités) le mardi 6 novembre.

Nous vous accueillons à 18h30 salle Beffroi, au deuxième étage à droite.

Venez en discuter et initier l'aventure !

Il y aura de la bière... si vous en rapportez ;-)

Montpellier: Wikipermanence, Le mardi 6 novembre 2018 de 18h00 à 21h00.

l'Agenda du Libre - 6 novembre, 2018 - 19:00

Ces ateliers de contributions animés conjointement avec l’association Montpel’libre et les Archives Départementales de l’Hérault ont pour but de combler le fossé des genres, de rendre plus visibles les femmes dans Wikipédia et amener davantage de femmes à la contribution. C’est une plage horaire où des personnes se réunissent pour découvrir Wikipédia, écrire, modifier, traduire ou illustrer un article.

Les participants pourront soit se créer au préalable un compte sur Wikipédia, soit en créer un le jour même, en venant à la permanence avec un ordinateur. L’espace dispose de quelques postes de travail mais n’hésitez pas à apporter votre propre matériel. Des ressources documentaires (livres, études scientifiques et archives) sur le thème « femmes et féminisme en Hérault » seront mises à votre disposition.

Pour cette soirée conviviale, chacun amène ce qu’il veut à manger et à boire pour un repas partagé.

Prérequis : Pas de connaissance particulière de Wikipédia. Les Wikipermanences s’adressent à tous les publics, qu’ils soient curieux, en questionnement ou des Wikipédien(ne)s chevronné(e)s. Vous pouvez venir pour y découvrir comment débuter, devenir un contributeur, et découvrir comment fonctionne Wikipédia et ses projets frères, partager vos connaissances.

Charte des ateliers : Voir la charte de la Wikimedia Foundation.

Informations pratiques : Domaine départemental de Pierresvives / 907, rue du Professeur Blayac – Montpellier (34)
Salle de lecture des Archives départementales – entrée libre avant 19h, puis téléphoner au 04 67 67 82 01
Transport : Tram ligne 1 arrêt Les Halles ou Tram ligne 3 arrêt Hôtel du département, puis bus n°19 arrêt Léonard de Vinci.
Infos au 04.67.67.30.00 ou serv-educa.archives@herault.fr

Venez participer aux Wikipermanences de Montpellier qui auront lieu aux Archives Départementales de l’Hérault de Pierresvives, le premier mardi de chaque mois, de 18h00 à 21h00.

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible et auprès des Archives Départementales de l’Hérault.

Cet événement est proposé dans le cadre du partenariat qui lie les Archives Départementales de l’Hérault, Wikipédia France et Montpel’libre.

S’abonner ou se désabonner à la liste de diffusion.

Tramway Ligne 3, arrêt Hôtel du département, puis bus n°19 en direction de Pierre de Coubertin : arrêt Lycée Léonard de Vinci.
GPS Latitude : 43.625171 | Longitude : 3.823331

Montpellier: Rencontre Groupe Blender, Le mardi 6 novembre 2018 de 17h00 à 19h00.

l'Agenda du Libre - 6 novembre, 2018 - 18:00

Nous avons le plaisir de vous annoncer cette réunion du groupe Blender à Montpellier. (Le premier mardi de chaque mois)

Rencontrer le groupe local d’utilisateurs du logiciel de modélisation 3D Blender pour échanger et actualiser ses connaissances sur ce logiciel à la fois très puissant et riche en potentialités. Attention, il ne s’agit pas d’ateliers d’initiation à Blender.

Les thèmes que nous vous proposons d’aborder :

Le programme :
  • les activités de Les Fées Spéciales et du Groupe Blender de Montpel’libre
  • premiers pas dans l’univers 3d
  • prise en main des outils de base
  • inscriptions aux formations Blender

Faites passer l’info autour de vous.

Les compte-rendus et contenus des réunions précédentes.

Blender est un logiciel libre de modélisation, d’animation et de rendu en 3D. Cette réunion se veut pour partager du temps autour du projet, s’entre-aider, s’émuler, s’amuser, produire, ou tout simplement discuter. Cette réunion s’adresse à toutes les personnes débutantes, confirmées et même curieuses de l’image en 3D.

Quelques liens utiles :

Magazine sur Blender : Linux pratique hors-série n°37. Pour apprendre à créer une séquence d’introduction en 3D.

Ces rencontres du groupe Blender ont lieu le premier mardi de chaque mois de 17h00 à 19h00.

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

Cet événement vous est proposé par le partenariat qui lie Montpellier Méditerranée Métropole, la Médiathèque Federico Fellini, Les Fées Spéciales et Montpel’libre.

Tramway ligne 1 arrêt Antigone.
GPS Latitude : 43.608299 | Longitude : 3.886453
Carte OpenStreetMap

Paris: Émission « Libre à vous ! » sur radio Cause Commune, Le mardi 6 novembre 2018 de 15h30 à 17h00.

l'Agenda du Libre - 6 novembre, 2018 - 16:30

La sixième émission Libre à vous ! de l'April sera diffusée sur radio « Cause Commune » sur la bande FM en région parisienne (93.1) et sur le site web de la radio mardi 6 novembre 2018 de 15h30 à 17h00.

Les ambitions de l'émission Libre à vous !

La radio « Cause commune » a commencé à émettre fin 2017 sur la bande FM en région parisienne (93.1) et sur Internet.

Sur le site de la radio on lit : « Radio associative et citoyenne, les missions de Cause Commune sont de fédérer toutes les initiatives autour du partage et de l’échange de savoirs, de cultures et de techniques ».

Nous avons proposé de tenir une émission April intitulée Libre à Vous ! d'explications et d'échanges concernant les dossiers politiques et juridiques que l'association traite et les actions qu'elle mène.

Une partie de l'émission sera également consacrée aux actualités et actions de type sensibilisation.

L'émission Libre à vous ! sera principalement animée par l'équipe salariée de l'April mais aussi par des membres bénévoles de l'association et des personnes invitées.

Donner à chacun et chacune, de manière simple et accessible, les clefs pour comprendre les enjeux mais aussi proposer des moyens d'action, tel est l'objectif de cette émission mensuelle qui sera diffusée en direct chaque 1er mardi du mois de 15h30 à 17h00.

Émission du mardi 6 novembre 2018 de 15h30 à 17h00

L'émission sera diffusée mardi 6 novembre 2018 de 15h30 à 17h00. Au programme :

  • nous commencerons par une courte présentation du derniers hors-série Les dossiers du Canard enchaîné d'octobre 2018 consacré à la question de la vie privée. Le journal revient à cette occasion sur l'emprise de Microsoft sur les ministères français, en particulier celui des Armées où le géant américain impose ses systèmes via un accord Open Bar renouvelé deux fois depuis 2009
  • nous aurons ensuite un échange avec Thierry Bayoud, bénévole au Bar commun, qui fait partie de l'organisation de la Semaine des libertés numériques au Bar commun, du 21 au 25 novembre 2018
  • puis nous discuterons de téléphonie mobile et libertés avec Paul Kocialkowski, contributeur à divers projets libres de prise en charge du matériel, et avec Aurélien Couderc, contributeur Debian et membre de l'April. Nous échangerons notamment autour des sujets suivants
    • les logiciels au-delà du système d'exploitation, qui sont moins visibles mais qui ont un impact fort sur la liberté et la vie privée/sécurité (et la possibilité de les libérer et remplacer)
    • les modèles de sécurité mis en place au plus profond des appareils, qui considèrent le plus souvent la personne utilisatrice comme une menace
    • le développement du logiciel libre selon le modèle communautaire (upstream) ou chacun pour soi (downstream) et les conséquences sur liberté et vie privée
    • les projets Replicant, F-Droid (magasin d'applications libres pour le système d'exploitation Android)
  • et enfin, annonce d'événements à venir

L'émission dispose d'un flux RSS compatible avec la baladodiffusion ainsi qu'un salon dédié sur le webchat de la radio.

Nouvelles April: Émission « Libre à vous ! » diffusée mardi 6 novembre 2018 sur radio Cause Commune

Planète April - 6 novembre, 2018 - 14:00

La sixième émission Libre à vous ! de l'April a été diffusée en direct sur la radio « Cause commune » mardi 6 novembre 2018 de 15 h 30 à 17 h. Nous avons commencé par une courte présentation du dernier hors-série Les dossiers du Canard enchaîné d'octobre 2018 consacré à la question de la vie privée. Nous avons ensuite présenté la Semaine des libertés numériques qui a lieu au Bar commun (Paris), du 21 au 25 novembre 2018. Notre sujet principal a été téléphonie mobile et libertés. Et enfin, nous avons terminé par l’annonce de quelques événements à venir. Vous trouvez sur cette page les références citées pendant l'émission. Les références qui pourraient manquer seront ajoutées ultérieurement.

(Ré)écouter en ligne

S'abonner au podcast

Lire la transcription

Sommaire 
  1. Les ambitions de l'émission Libre à vous !
  2. Programme de l'émission du 6 novembre 2018
  3. Podcasts des différents sujets abordés
  4. Références pour la partie hors-série Les dossiers du Canard enchaîné
  5. Références pour la partie Semaine des libertés numériques
  6. Références pour la partie téléphonie mobile et libertés
  7. Référence pour la partie Décryptualité
  8. Références pour la partie événements à venir
  9. Pauses musicales
Les ambitions de l'émission Libre à vous !

La radio « Cause commune » a commencé à émettre fin 2017 sur la bande FM en région parisienne (93.1) et sur Internet. Sur le site de la radio on lit : « Radio associative et citoyenne, les missions de Cause Commune sont de fédérer toutes les initiatives autour du partage et de l’échange de savoirs, de cultures et de techniques ».

Nous avons alors proposé de tenir une émission April intitulée Libre à vous ! d'explications et d'échanges concernant les dossiers politiques et juridiques que l'association traite et les actions qu'elle mène. Une partie de l'émission est également consacrée aux actualités et actions de type sensibilisation. L'émission Libre à vous ! est principalement animée par l'équipe salariée de l'April mais aussi par des membres bénévoles de l'association et des personnes invitées. Donner à chacun et chacune, de manière simple et accessible, les clefs pour comprendre les enjeux mais aussi proposer des moyens d'action, tel est l'objectif de cette émission mensuelle, qui est diffusée en direct chaque 1er mardi du mois de 15 h 30 à 17 h.

N'hésitez pas à nous faire des retours pour indiquer ce qui vous a plu mais aussi les points d'amélioration. Vous pouvez nous contacter par courriel, sur le webchat dédié à l'émission (mais nous n'y sommes pas forcément tout le temps) ou encore sur notre salon IRC (accès par webchat). L'émission dispose d'un flux RSS compatible podcast.

Programme de l'émission du 6 novembre 2018

Au programme :

  • nous avons commencé par une courte présentation du dernier hors-série Les dossiers du Canard enchaîné d'octobre 2018 consacré à la question de la vie privée. Le journal revient à cette occasion sur l'emprise de Microsoft sur les ministères français, en particulier celui des Armées où le géant américain impose ses systèmes via un accord Open Bar renouvelé deux fois depuis 2009
  • nous avons ensuite eu un échange avec Thierry Bayoud, bénévole au Bar commun, qui fait partie de l'organisation de la Semaine des libertés numériques au Bar commun, du 21 au 25 novembre 2018
  • puis nous avons discuté de téléphonie mobile et libertés avec Paul Kocialkowski, contributeur à divers projets libres de prise en charge du matériel et avec Aurélien Couderc, contributeur Debian et membre de l'April. Nous avons échangé notamment autour des sujets suivants
    • les logiciels au-delà du système d'exploitation, qui sont moins visibles mais qui ont un impact fort sur la liberté et la vie privée/sécurité (et la possibilité de les libérer et remplacer)
    • les modèles de sécurité mis en place au plus profond des appareils, qui considèrent le plus souvent la personne utilisatrice comme une menace
    • le développement du logiciel libre selon le modèle communautaire (upstream) ou selon le modèle chacun pour soi (downstream) et les conséquences sur liberté et vie privée
    • les projets Replicant, F-Droid (magasin d'applications libres pour le système d'exploitation Android) et autres
  • puis, nous avons présenté le podcast hebdomadaire Décryptualité
  • enfin, nous avons terminé par l'annonce de quelques événements à venir
Podcasts des différents sujets abordés

Voici les podcasts des différents sujets abordés pendant l'émission :

Références pour la partie hors-série Les dossiers du Canard enchaîné Références pour la partie Semaine des libertés numériques

Semaine des libertés numériques du 21 au 25 novembre 2018 au Bar commun, 135 rue des Poissonniers 75018 Paris.

Références pour la partie téléphonie mobile et libertés Référence pour la partie Décryptualité

Depuis le 20 février 2017, date du premier Décryptualité, un petit groupe de membres de l’April se réunit chaque semaine : « On a eu envie de faire quelque chose d’un petit peu différent de la revue de presse de l’April, qui soit un petit peu plus large ». Dans un format d’une quinzaine de minutes, les sujets concernant l’actualité informatique sont commentés de façon simple et accessible au plus grand nombre.

Références pour la partie événements à venir Pauses musicales

Les références pour les pauses musicales :

Paris: Atelier Hebdomadaire de Contribution au Libre, Le mardi 6 novembre 2018 de 10h00 à 19h00.

l'Agenda du Libre - 6 novembre, 2018 - 11:00

Une journée de co-travail sur le thème de la contribution au logiciel libre.

Chacun vient avec son sujet individuel avec l'intention d'y travailler au cotés d'autres contributrices/teurs.

Le prix d'entrée est de 25 euros pour la journée (tarif Narma).

Montpellier: Inclusion Numérique, Le mardi 6 novembre 2018 de 09h30 à 11h30.

l'Agenda du Libre - 6 novembre, 2018 - 10:30

Nous initions et formons aux outils et usages numériques tous les publics qui s’en sentent éloignés, voire exclus.

Dans les années à venir le «tout numérique» va s’accélérer dans nos démarches quotidiennes: accès aux soins, à l’emploi, à l’énergie, au services bancaires, caisses de retraite, loisirs, etc.

Une grande partie de la population n’a pas jugé utile ou eut l’opportunité d’utiliser des outils numériques, ordinateurs fixes, portables, les smartphones ou les tablettes.

Nous considérons que l’inclusion numérique est fondamentale pour réduire la fracture numérique, encore bien réelle, entre les générations et réduire les inégalités sociales, culturelles, d’accès à l’emploi.

Dans un monde ultra-connecté avoir des connaissances numériques de base est devenu indispensable quelque soit son âge.

Nous animons avec bienveillance des ateliers collectifs d’initiation et de pratique des logiciels et des outils numériques libres, en fonction de la demande des utilisateurs.

Les thématiques que nous vous proposerons:

  • Ranger et m’organiser
  • Entretenir son ordinateur
  • Utiliser une clé USB, un disque dur externe
  • Insérer une image
  • Mettre en page un courrier
  • Créer un tableau simple
  • Débuter sur la mise en forme
  • Progresser sur la mise en forme de textes
  • Classer ses recherches
  • Protéger son identité sur l’Internet
  • Tchatter avec une webcam
  • Utiliser les services administratifs en ligne
  • Débuter sur Internet et la messagerie
  • Le podcasting
  • Transférer et enregistrer sa musique
  • Remplir sa déclaration d’impôts
  • Faire des rencontres
  • Stockez ses données en ligne
  • Vendre, acheter, donner ses objets
  • Préparer ses vacances
  • Débuter sur la messagerie
  • Découvrir les réseaux sociaux
  • Faire des économies grâce à Internet
  • Utiliser les sites / applications pour communiquer
  • Débuter avec son téléphone portable
  • Transférer les photos de son téléphone
  • Utiliser les applications de sa tablette, son téléphone
  • Débuter sur sa tablette, son téléphone
  • Transférer et classer ses photos
  • Créer son livre photo
  • Réaliser un diaporama de photos
  • Le photomontage

Lundis 5, 12, 19 et 26 novembre 2018 de 9h30 à 11h30 (tous les lundis et mardis, sauf vacances et fériés)
Mardis 6, 13, 20 et 17 novembre 2018 de 9h30 à 11h30
Mpt Albert Camus - 118, allée Maurice Bonafos 34070 Montpellier

Syndiquer le contenu