Syndiquer le contenu
Mis à jour : il y a 4 heures 2 min

Un calendrier de l’Avent sur le thème du logiciel libre

1 décembre, 2018 - 21:17


Cette année pour la première fois le site aiguilles‐magiques a enfin un calendrier de l’Avent, il a pour thème le logiciel libre et pour objet des grilles de tricot. Et comme je trouve assez moyen de se contenter de faire la promotion de ce formidable calendrier, autant en profiter pour expliquer comment faire des grilles de tricot (ou autres « pixel‐art ») avec Calc, signaler d’autres outils et aussi remercier Ayo de m’avoir permis d’utiliser ses pingouins.

Sommaire 24 plus une grille sur le thème du logiciel libre

L’idée des grilles, c’est parce que je venais d’en dessiner et tricoter avec le nouveau logo de mon CMS préféré et d’en faire une autre aussi susceptible d’aller tout à fait bien sur le thème « Logiciel libre ». Au fil du mois de décembre, une grille par jour se dévoilera sur le site aiguilles-magiques, en français, en anglais et en espagnol. Ça se terminera en apothéose le 25 décembre par une grille bonus, plus grande que les autres et que je ne tricoterai pas pour ma part.

Elles sont toutes calibrées, sauf la grille bonus, sur un carré de 40 mailles et 55 rangs, soit environ 15 × 15 cm, si tricoté avec des aiguilles no 3. On pourra donc en faire des couvertures, de berceau ou pour les pique‐niques. Ce qui a plus de classe qu’une couverture avec des petits lapins ou des cœurs roses, je trouve. Mais on peut aussi choisir les motifs pour les tricoter en écharpe, en fait des écussons à coudre sur ses vêtements et être ainsi aussi couvert de « pub » qu’un concurrent du Paris‐Dakar.

J’en ai tricoté quelques‐unes, dont celle de LinuxFr.org, on appréciera mon abnégation compte tenu de mon allergie à la couleur rose, d’autres pas encore.

Et si vous ne trouvez pas dans le lot votre distribution, logiciel, format, etc., préféré ? Vous trouverez en téléchargement dans la rubrique le fichier qui m’a servi à toutes les fabriquer. Elle n’est pas belle la vie ?

Dessiner une grille avec Calc et pourquoi

Ce qu’il faut savoir c’est qu’une maille de tricot jersey, le point généralement employé pour tricoter un motif en couleurs, celui qui forme des « V » sur l’endroit, n’est pas carrée : il faut plus de rangs que de mailles pour tricoter 10 sur 10 cm. Ça ne se voit pas sur un centimètre, mais sur une surface plus grande, ça se remarque tout de suite. Pour le crochet, le rapport varie en fonction du point.

Pourquoi Calc

L’un des intérêts, entre autres, de Calc est que le système de mesure est le même pour les colonnes et les lignes, ce qui n’est pas le cas d’Excel, par exemple, qui est basé sur un système abscons où la hauteur des lignes se mesure dans un système et la largeur des colonnes dans un autre, et l’un des deux au moins est, de mon point de vue, absolument incompréhensible. Calibrer des cellules aux bonnes proportions dans ce cas‐là relève de la haute voltige.

L’autre intérêt, évidemment, c’est qu’il s’agit d’un tableur et donc, qui dit tableur, dit grille. Sur mes modèles de fichiers pour grille de tricot, j’ai donc calibré, pas pour toute la feuille, mais pour une portion, une grille dont les traits sont plus épais tous les cinq rangs et les cinq mailles. Il y a aussi les numéros des mailles et des rangs dans tous les sens pour faciliter la lecture. À part ça, il n’y a strictement aucune fonction de calcul.

À noter : Vous pouvez adapter la hauteur des lignes et la largeur des colonnes, j’ai fait le plus enquiquinant : le quadrillage. Et si vous comptez réaliser un plus grand ouvrage : copiez‐collez une série de lignes ou cinq colonnes.

Dessiner une grille

Il s’agit de bêtement colorier les cellules (arrière‐plan) de la couleur que l’on veut. On peut soit faire ça à main levée, soit comme je l’ai fait avec ce calendrier :

On insère ou copie‐colle l’image qui sert de modèle sur le tableau, on la positionne dans la grille et, c’est essentiel, on envoie l’image en arrière‐plan. On commence par dessiner les détails avec les outils de dessin de la barre d’outils du même nom. Si l’on prend l’exemple du pingouin de LinuxFr.org, dont je ne vous dirai pas quand ça paraîtra, pour l’effet de surprise, il faut commencer par dessiner l’œil, la fente du bec et la ligne de séparation des deux pieds.

Ensuite on remplit les cellules de la couleur voulue, c’est un peu fastidieux. Les difficultés viennent, d’une part, du fait qu’on ne peut pas avoir des nuances subtiles, ainsi, pour le pingouin rose de LinuxFr.org, j’ai simplement mis trois couleurs : violet, blanc et rose, sans rendre les effets de relief ou les dégradés. D’autre part, les différentes zones de couleur de l’image ne tombent pas forcément pile poil dans une cellule : elles peuvent la remplir plus ou moins. Là, c’est une question d’œil et d’arbitrage et l’image qui déborde un peu peut gêner. De toute façon, on peut toujours corriger par la suite. Pour les couleurs, préférez la lisibilité au réalisme.

Une fois qu’on a fini de remplir les cellules, on repasse l’image au premier plan, on la déplace pour pouvoir faire des corrections éventuelles sur la grille, puis on la supprime.

Astuce : Vous vous faciliterez le travail en nommant les images et les lignes (clic droit sur l’élément et Nom). De cette façon, vous les retrouvez dans le navigateur de Calc et vous pourrez aller directement dessus en cliquant sur leur nom.

D’autres outils pour générer de grilles de tricot MicroRevolt

Il y a plusieurs sites qui proposent de générer des grilles au format PDF. Celui que j’ai utilisé au début est MicroRevolt dont l’outil de génération des grilles, Knitpro, est sous licence GNU GPL. Il a l’inconvénient de proposer trois tailles de grille et c’est tout. En outre, il faut nécessairement revoir la grille pour diminuer le nombre de couleurs, sauf qu’il s’agit d’un PDF… Quand j’utilisais Knitpro, je bidouillais ensuite le PDF dans GIMP.

Autre inconvénient : les traits ont tous la même couleur et la même épaisseur. Et enfin, c’est un site en ligne pas mis à jour depuis plus d’un an.

GIMP

Sinon, il y a la possibilité d’ajouter une grille sur une image dans GIMP en utilisant un filtre. Si vous savez dessiner et que vous utilisez GIMP pour ça, c’est peut‐être une bonne solution, car la grille est simplement sur l’image. Ça l’est moins, car ça ne fait rien d’autre, si vous plaquez ladite grille sur une illustration existante non prévue pour faire des grilles de tricot.

On accède à ce filtre par : FiltresRenduMotifGrille

Il faudra, surtout si la grille est grande, numéroter « à la main » les lignes et colonnes.

G’MIC 1.6.8

D’après cette dépêche de 2015 G’MIC 1.6.8 pouvait aussi générer des grilles de tricot. Je reconnais que je ne sais pas si les dernières versions le font. Mais le résultat, de mon point de vue, nécessite ensuite d’être retravaillé pour que ça soit réellement utilisable.

On peut aussi télécharger, voire acheter, des fichiers PDF…

Où chercher les idées de motif ?

Cela dépend déjà du type de tricot et pour qui. Les sites de coloriage pour enfant sont une bonne source par exemple.

Mais l’une des meilleures ressources que je connaisse c’est open-clipart. En plus, là, on sait très bien comment on peut utiliser les images.

Pour les logos dans le domaine du Libre, c’est compliqué. On a parfois du mal à les trouver sur les sites des logiciels. Passer soit par Wikipédia, soit par un moteur de recherche est encore souvent la meilleure solution.

P.‐S. : J’adorerais voir vos productions.

P.‐P.‐S. : Sinon, et pour rappel, il y a aussi le calendrier de l’Avent du domaine public qui révèle, chaque jour de décembre, le nom d’un auteur dont les œuvres entreront dans le domaine public le 1er janvier 2019.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

YunoHost des versions de 3.0 à 3.3

1 décembre, 2018 - 21:17

YunoHost (« Why You No Host? »), la distribution basée sur Debian qui rend l’hébergement personnel facile, est sortie en version 3.3.
C’est une bonne occasion pour revenir sur cette distribution qui n’a semble‐t‐il pas été couverte sur ce site depuis plus d’un an.

Sommaire Qu’est‐ce que YunoHost ?

YunoHost est comme indiquée ci‐dessus une distribution basée sur Debian à destination des utilisateurs désireux d’avoir leur propre serveur Web et de reprendre le contrôle et la responsabilité de leurs données et services. L’objectif de la distribution est de rendre accessible cette pratique au plus grand nombre en simplifiant et réduisant la barrière technique et le temps à consacrer à la maintenance.

L’auto‐hébergement peut se pratiquer à la maison sur une carte ARM (par exemple, sur un Raspberry Pi), sur une vieille tour, ou sur un serveur privé virtuel (VPS), le tout pour un usage domestique ou associatif.

Il suffit d’une machine et d’un nom de domaine (qui peut être un sous‐domaine obtenu gratuitement) pour se lancer, les scripts se chargent de mettre en place :

  • un serveur LDAP pour gérer de multiples utilisateurs ;
  • un serveur de courriel complet ;
  • un serveur de messagerie instantanée XMPP ;
  • une intégration avec Let’s Encrypt pour avoir facilement du HTTPS ;
  • un gestionnaire d’applications, installables et fonctionnelles en quelques clics.

Une batterie d’outils permet de maintenir simplement l’ensemble, de gérer les utilisateurs et de suivre les mises à jour, soit en ligne de commande, soit via l’interface Web, léchée et adaptée même aux petits écrans.

Mais il ne s’agit que de la base. L’une des grandes forces de YunoHost, c’est de permettre d’ajouter des applications suivant les besoins ou désirs des administrateurs. Et ça fait justement partie des nouveautés de cette version !

Quoi de neuf dans les versions 3.X YunoHost 3.0 : Migration vers Stretch

La version 3.0, sortie en juin, effectue la migration vers Debian Stretch.
Elle apporte d’autres changements, tels qu’une mise à niveau de Metronome en 3.9, suite à la reprise de son développement. Il est à noter que le renouveau de Metronome signifie que la migration vers Prosody n’aura finalement pas lieu, ou pas de sitôt.

La transition vers Stretch a également impliqué le passage à PHP 7.

YunoHost 3.1 : auto‐configuration des clients de courriel

Dans la version 3.1, un mécanisme d’auto‐configuration des clients de courriel a été ajouté. Car quoi de plus fastidieux que de se farcir les formulaires nécessaires à la configuration de Thunderbird ou autres clients de messagerie (sans parler des membres de la famille…) ? Maintenant, ce n’est plus la peine !

L’autre grande nouveauté, encore expérimentale, est la possibilité pour les applications de définir un panneau de configuration accessible via l’interface d’administration Web. Cela devrait permettre à l’administrateur de configurer l’intégration entre les applications et YunoHost (par exemple, choisir quoi mettre dans une opération de sauvegarde).

YunoHost 3.2 : journalisation des opérations

Cette version apporte un changement sans doute peu intéressant pour ceux qui n’ont jamais eu de problème, mais tout de même : toutes les opérations effectuées par YunoHost sont maintenant journalisées. Cette amélioration vise notamment à permettre de rapporter et déboguer les problèmes plus facilement.

YunoHost 3.3 Nouvelle interface de gestion des applications

La version 3.3 propose une nouvelle interface de gestion des applications pour l’administrateur :

Il était déjà très simple auparavant d’installer ou désinstaller une application. Mais il faut reconnaître que, sorti des applications officiellement maintenues, le niveau de qualité des paquets est très inégal. L’information sur la qualité des paquets est maintenant clairement rapportée. YunoHost établit des degrés de qualité allant de « le paquet existe mais rien ne marche » au « tout fonctionne » incluant les sauvegardes.

Amélioration de la gestion des mots de passe

Il était possible d’avoir un mot de passe admin (pour l’interface d’administration) et un mot de passe root différents, ils sont maintenant synchronisés. Ça n’améliore peut‐être pas la sécurité en soi, mais ça rend les choses bien moins confuses pour les utilisateurs peu au fait du fonctionnement interne.
Du reste, des contraintes plus fortes ont été ajoutées sur les différents mots de passe définis dans YunoHost (admin, utilisateurs, applications…).

Configuration par défaut de Metronome

Metronome est maintenant en version 3.11 au mois d’octobre. Mais, le modèle de configuration de Metronome proposé par défaut n’était pas à jour (rappelons une fois de plus que le but de YunoHost est de simplifier la vie de l’administrateur qui n’a plus besoin de bidouiller les fichiers de configuration). Nombre de fonctionnalités proposées par Metronome n’étaient tout simplement pas activées par défaut, elles le sont maintenant !

Et pleins d’autres choses !

À travers toutes ces versions, l’équipe continue également de corriger des bogues et propose diverses améliorations plus mineures des diverses fonctionnalités existantes !

Et la suite ?

Si tout ça ne suffit pas encore à apprécier le projet, voyons voir ce que l’on peut faire :

  • installer Nextcloud est plus rapide et plus facile qu’en suivant sa documentation officielle !
  • le projet possède des liens avec Framasoft : il est notamment possible d’installer plusieurs applications de la campagne « Dégooglisons Internet » ;
  • le projet est également proche de la FFDN, notamment au travers du projet la Brique Internet qui vise à fournir une solution clef en main pour l’auto‐hébergement ;
  • l’équipe est réactive et très disponible, il y un forum mais aussi des salons IRC, XMPP et Matrix, et la bonne nouvelle pour ceux qui se demanderaient lequel utiliser, c’est qu’ils sont connectés les uns aux autres !
  • le projet a récemment créé une association « Support Self‐Hosting » pour récolter des dons et financements et allouer les fonds récoltés au développement du projet, dans le but d’assurer sa pérennité.
Est‐ce que ça marche au quotidien ?

En tant qu’utilisateur non professionnel (je veux dire : je ne suis pas admin, ni même informaticien dans la vie), je peux dire que ça marche du tonnerre sur mon Kimsufi KS1.

Je mentirais en disant qu’aucune connaissance n’est nécessaire, mais mes humbles compétences m’ont permis de faire tourner mon serveur personnel depuis plus d’un an sans problème majeur.

Les services que j’utilise au quotidien :

  • le courriel, bien entendu ;
  • la messagerie instantanée XMPP (encore que son manque de popularité restreint sévèrement son utilité, mais c’est un autre débat : rejoignez‐nous !) ;
  • Nextcloud !
  • la synchro du calendrier et des contacts, aussi via Nextcloud (mais notons que YunoHost propose Baikal comme application officiellement maintenue) ;
  • Passman, comme gestionnaire de mots de passe (qui est en fait une application Nextcloud).

J’ai joué avec pas mal d’autres applications et c’est un peu la force de YunoHost : c’est au service Web ce que les gestionnaires de paquets sont aux applications de bureau : installe, utilise, désinstalle en quelques instants. Ça encourage les essais et découvertes sans se fatiguer.

Encore une fois, YunoHost propose vraiment beaucoup d’applications.

Je fais des sauvegardes régulières vers un PC fixe, mais j’envisage un autre serveur en ligne pour ça. Mon PC fixe se fait vieux (huit ans !).

Conclusion

Le projet continue d’évoluer, ça « juste marche », et c’est très agréable !
Si c’est si simple pour moi, ça doit l’être pour beaucoup, qu’attendez‐vous pour essayer ?

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

LuneOS « Doppio » est sortie

30 novembre, 2018 - 10:54

Enfin, après une longue attente, LuneOS est de retour avec une nouvelle version appelée « Doppio » ! Cette dernière devrait être une étape importante pour la suite de cette distribution dérivée de webOS.

Sommaire Petits rappels

LuneOS est une distribution GNU/Linux pour téléphones mobiles et tablettes, héritière de feu webOS. Le projet est porté par l’équipe webOS-Ports, dont le but est de faire revivre webOS sur les matériels contemporains.

Le projet s’appuie sur Yocto, Halium et SHR. Il utilise OpenEmbedded comme environnement de compilation. La version Doppio de LuneOS se base sur la version « Pyro » de Yocto.

À l’exception des blobs utilisés pour faire tourner les pilotes Android, l’ensemble de la distribution est libre : chacun peut, s’il le veut, recompiler sa propre image chez lui.

Mais que s’est‐il passé pendant cette année ?

Eh bien, comme on peut s’en douter, beaucoup de choses ! Cependant, cette fois‐ci, c’est surtout un travail sur les parties non visibles de la distribution qui a été fait, et je suis donc bien embêté pour insérer des captures d’écran…

Le Bluetooth

Pour commencer, la pile Bluetooth a été migrée de BlueZ 4 à BlueZ 5. Cela a nécessité un travail conséquent, mais complété avec succès pour le Nexus 4 et Nexus 5. Cependant cette migration n’a pas pu (encore ?) être faite pour la tablette HP Touchpad, en raison d’un noyau trop ancien.

L’intégration avec Halium

LuneOS travaille en étroite collaboration avec le projet Halium et s’est employé à mettre en commun tout ce qui était redondant. Tout cela vise à intégrer Halium plus facilement et à faciliter le portage vers des appareils plus récents. Des correctifs au noyau (principalement pour corriger la compatibilité GCC 5/6/7/8) ont par exemple été envoyés à Halium afin d’utiliser un code source commun.

Les téléphones

Du côté des appareils il y a du nouveau : depuis que Google a laissé tomber la ligne Nexus (abordable) et a lancé les Pixel (plutôt haut de gamme), il fallait trouver d’autres cibles qui seraient facilement disponibles, avec un budget limité et un bon soutien communautaire. Finalement, le choix s’est porté sur Xiaomi, qui propose des téléphones avec des spécifications décentes, un gestionnaire d’amorçage (bootloader) déverrouillable (même si parfois un peu fastidieux…) et de très bons rapports qualité/prix.

Le portage a donc été effectué sur trois appareils Xiaomi : le Redmi Note 4X (« Mido »), le Redmi 5 (« Rosy ») et le Mi A1 (« Tissot »). Ces appareils, aux spécifications matérielles assez proches, apportent deux nouveautés pour LuneOS : ils utilisent l’architecture ARM AArch64 et nécessitent Halium 7.1 (basé sur Android 7.1). En effet, tous les portages précédents reposaient sur Halium 5.1 (basé sur Android 5.1) et étaient 32 bits. Cela a apporté son lot de défis, et il y a encore quelques problèmes, mais l’audio, les capteurs, le Wi‐Fi et le Bluetooth fonctionnent aujourd’hui.

Le Xiaomi Mi A1 est un appareil un peu à part : celui‐ci a été choisi en collaboration avec LG pour y porter LuneOS, mais aussi comme cible pour le webOS OSE (Open Source Edition) de LG.

webOS OSE et collaboration avec LG

L’histoire commence avec l’annonce par LG de la sortie de webOS OSE (pour « OpenSource Edition »). webOS OSE est le successeur d’Open webOS et a été une grosse surprise. Cependant, le potentiel pour LuneOS est évident : webOS OSE représente en effet cinq années de développement du code de base d’Open webOS, qui, lui, est resté figé.
Il a été déployé sur des millions de téléviseurs LG et offre de grandes améliorations en termes de fiabilité et de fonctionnalités. Le gros inconvénient est cependant qu’il n’y a pas d’historique des changements entre Open webOS et webOS OSE, ce qui rend la migration un peu plus difficile…

Début juin, l’équipe LuneOS a rencontré LG à Paris pour discuter d’une collaboration entre les deux équipes. Cela a permis de prendre contact et de voir ce que chaque équipe pouvait tirer d’une collaboration. Le Xiaomi A1 a aussi été choisi en tant que nouvelle cible pour LuneOS, et sera un appareil commun aux expérimentation sur LuneOS et webOS OSE.

LG a une vision claire pour webOS ; depuis la sortie initiale en mars, une feuille de route a été publiée et LG a poussé sur quatre versions depuis la version originale de webOS OSE.

La suite

Après cette version, l’accent sera mis sur la migration des composants Open webOS vers les composants plus à jour fournis par webOS OSE. Pour LuneOS, ça signifie beaucoup d’améliorations en termes de qualité du code, de stabilité et de fonctionnalités. Cela permet aussi d’alléger grandement la maintenance de ces composants du côté de la petite équipe webOS-Ports, qui pourra se concentrer sur les spécificités de LuneOS et aller de l’avant, tout en contribuant à webOS OSE.

Quelques problèmes connus :

  • un bogue sur les champs de saisie, que l’on peut contourner en cachant le clavier virtuel et en appuyant sur le champ de saisie à nouveau ;
  • un problème aléatoire avec le clavier virtuel ne se montrant pas sur les appareils AArch64.

Sur quels sujets se porteront ensuite les efforts ? On pourra noter :

  • bien‐sûr, la migration des composants Open webOS vers les nouveaux composants webOS OSE ;
  • une image VirtualBox avec une pile graphique plus récente ;
  • la migration vers Yocto version Sumo, voire Thud ;
  • l’amélioration de la messagerie ;
  • l’amélioration de l’appareil photo ;
  • la résolution des problèmes connus ;
  • la résurrection du portage pour la tablette HP Touchpad 4G (actuellement LuneOS ne gère que le Wi‐Fi sur cette tablette).
Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

WBO : un tableau blanc interactif

28 novembre, 2018 - 19:14

WBO est une application Web de dessin collaboratif en temps réel (licence GPL v3). Est‐ce qu’il vous est déjà arrivé de passer plusieurs minutes à expliquer un concept simple lors d’une vidéoconférence alors qu’un petit schéma aurait suffi ? WBO résout ce problème en permettant la création de croquis partagés en temps réel entre plusieurs utilisateurs.

Fonctionnalités

WBO est un outil de dessin vectoriel, ce qui signifie que l’on peut zoomer autant que l’on veut sur le tableau blanc sans qu’il n’apparaisse jamais pixelisé. L’interface graphique est très simple et essaie de laisser beaucoup de place au contenu.

Il y a pour l’instant six outils disponibles :

  1. le crayon, pour dessiner à main levée ;
  2. l’outil de texte, pour écrire de courtes lignes de texte ;
  3. l’effaceur, comme le dessin est vectoriel, l’effaceur efface le dessin « par morceaux », il supprime tout l’élément sur lequel il est appliqué ;
  4. ligne droite, qui permet de dessiner une ligne ; la ligne apparaît immédiatement sur le tableau de tous les participants dès qu’elle est commencée ;
  5. rectangle, pour dessiner des rectangles.

On peut en outre choisir la taille et la couleur de l’élément que l’on dessine.

Détails techniques

L’application est entièrement réalisée en JavaScript, sans cadriciel, ni du côté client, ni du côté serveur. Son architecture est très simple.

Serveur

Le serveur est écrit en Node.js. Il utilise la bibliothèque socket.io pour communiquer en temps réel avec tous les clients connectés. Cela permet d’établir une connexion en temps réel avec les navigateurs récents qui gèrent les WebSockets, mais aussi de prendre en charge les navigateurs anciens en mode dégradé.

Chaque fois qu’un client émet un évènement (parce que l’utilisateur a ajouté un nouveau point dans la ligne qu’il est en train de tracer, par exemple), le serveur se contente de le diffuser à tous les autres clients connectés et d’enregistrer l’évènement dans un fichier.

Lorsqu’un nouveau client se connecte à un tableau, le serveur lui envoie la liste de tous les évènements passés associés à ce tableau. C’est le client qui se chargera de transformer les évènements en dessin.

Le serveur est aussi capable de générer lui‐même une image à partir des évènements d’un tableau, ce qui lui permet de fournir des aperçus des tableaux.

Client

Le client est plus complexe que le serveur. C’est lui qui doit se charger du dessin en temps réel, à la fois de la part de l’utilisateur du navigateur et des autres utilisateurs connectés de la part desquels il reçoit des évènements.

Le code du client est autant que possible séparé en outils indépendants, chacun correspondant à un type de dessin (ligne, texte, rectangle…). Chaque outil peut déclarer les propriétés suivantes :

  • un nom ;
  • une icône ;
  • un style de curseur ;
  • une fonction de dessin ;
  • un triplet de fonctions à appeler respectivement lorsque le bouton de la souris est pressé, lorsque la souris se déplace et lorsque le bouton de la souris est relâché.

La fonction de dessin prend en paramètre un évènement (qui peut venir de l’utilisateur local ou d’un autre utilisateur connecté) et modifie l’élément SVG de la page actuelle pour refléter les modifications décrites dans l’évènement (comme ajouter un point à une ligne, par exemple).

Les fonctions appelées lors d’un appui de souris ne dessinent rien. Elles se contentent d’émettre des évènements. Ces évènements seront alors, d’une part, émis vers le serveur et, d’autre part, envoyés vers les fonctions de dessin local. Chaque évènement contient l’identifiant de l’outil qui l’a émis, de manière à pouvoir l’envoyer à la bonne fonction de dessin.

Conclusion

J’espère que cet outil pourra vous être utile. Je vous encourage également à aller regarder son code source : il est plutôt court et simple ; ajouter un nouvel outil se fait en quelques heures tout au plus. Toutes les demandes d’intégration (pull requests) sont les bienvenues ! Je suis également preneur de toute suggestion que vous pourriez faire en commentaire.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Mercure : un nouveau protocole Web pour mettre à jour les navigateurs en temps réel (« push »)

27 novembre, 2018 - 20:35

J’ai récemment publié un nouveau protocole ouvert nommé Mercure, ainsi qu’une implémentation de référence écrite en Go.

Mercure permet de « pousser » en temps réel des données depuis des serveurs vers des navigateurs Web (ou autres clients HTTP). La spécification et l’implémentation sont disponibles sur GitHub. Le projet peut être considéré comme un remplaçant de WebSocket (bien que le protocole soit de plus haut niveau) et des solutions propriétaires telles que Pusher. Contrairement à WebSocket, Mercure est compatible avec HTTP/2 et HTTP/3 (le nouveau venu annoncé la semaine dernière par l’IETF).

Mercure est très jeune (bien que déjà utilisé par quelques projets en production). Tous les retours, critiques et autres revues seront très utiles !

Le protocole a été conçu pour tirer parti des capacités hypermedia du Web. Il est un parfait complément des API Web du même nom. Il est auto‐découvrable (pour ce faire, il utilise la RFC « Web Linking »). Il est également compatible avec les « souscriptions » GraphQL.

Il dispose d’un mécanisme d’autorisation, permet la reconnexion automatique du client en cas de coupure réseau et la récupération des messages ratés, permet de souscrire à plusieurs sujets (topics), et d’utiliser des patterns de sujets via les « templated URI ».

Grâce à un système de hub, il fonctionne avec toutes les technologies serveur, même celles incapables de maintenir des connexions persistantes avec le client telles que les architectures « serverless », PHP, ou les scripts (Fast)CGI. Et il supporte les fortes charges. Pour publier une mise à jour, une simple requête HTTP vers le hub suffit.

Côté client, Mercure utilise uniquement les Server-sent events et le protocole HTTP, de ce fait il est compatible avec tous les navigateurs modernes (jusqu’à IE 7), passe les pare‐feux et ne nécessite aucune dépendance JavaScript (ce qui vous évitera d’utiliser des bibliothèques vérolées). Note : IE et Edge nécessitent un Polyfill.


Le gestion du protocole a déjà été incluse dans les cadriciels Web Symfony (via ce bundle officiel) et dans la version de développement (master) de API Platform.

Mercure permet de créer ce type de choses :

La spécification, l’implémentation de référence et des exemples d’utilisation dans de nombreux langages (Go, Node, Python et PHP) sont disponibles sur le dépôt du projet (libre, sous licence AGPL).

Une présentation plus détaillée du projet est disponible en français sur le site de la société coopérative Les-Tilleuls.coop.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Revue de presse de l’April pour la semaine 47 de l’année 2018

26 novembre, 2018 - 16:07

La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’Association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Le Figaro] Un développeur du logiciel VLC et un hacker français nommés chevaliers de l’Ordre du Mérite
Par Elisa Braun, le mercredi 21 novembre 2018. Extrait :

« Deux éminents représentants de la culture du logiciel libre ont été adoubés Chevaliers de l’Ordre national du Mérite. Une reconnaissance symbolique de l’importance des modèles technologiques alternatifs. »

Et aussi :

[InformatiqueNews.fr] L’Open Source : du SI à la transformation numérique
Par la rédaction, le mercredi 21 novembre 2018. Extrait :

« Une entreprise sur deux estime l’open source est désormais indispensable pour sa transformation numérique et sera très bien implanté dans des domaines comme la cybersécurité. »

[Next INpact] Quand le droit d’auteur devient plus vigoureux que la lutte contre les contenus terroristes
Par Marc Rees, le mercredi 21 novembre 2018. Extrait :

« Y a‐t‐il quelque chose qui cloche au sein des organes européens ? En comparant la proposition de règlement sur la lutte contre les contenus terroristes et la future directive sur le droit d’auteur, on découvre que ce dernier va bénéficier d’une meilleure protection sur les grandes plates‐formes. Explications. »

Et aussi :

[Le Drenche] Faut-il boycotter Facebook ?
Par la rédaction, le mercredi 21 novembre 2018. Extrait :

« Suite à l’affaire Cambridge Analytica et aux diverses accusations à l’encontre de Facebook quand à son utilisation des données personnelles de ses utilisateurs, de nombreuses voix s’élèvent pour appeler au boycott du réseau social le plus utilisé dans le monde. Facebook subit des controverses au sein même de son équipe. Des anciens employés ont critiqué le réseau social qu’ils jugent “destructeur pour le fonctionnement de notre société” selon les termes de Sean Parker, ex‐président de l’entreprise de Mark Zuckerberg. »

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

GIMP 2.10.8 : Wilber Kid

25 novembre, 2018 - 15:52

Déjà la cinquième version de GIMP en moins de sept mois, cette sortie se concentre sur la stabilité, les corrections de bogues et l’optimisation.

En effet, bien que notre nouvelle politique de sortie nous autorise les nouvelles fonctionnalités dans les versions micros, nous sommes aussi très fiers de proposer un outil stable et solide, pour que vous puissiez créer des images avec l’esprit léger.

  Wilber and Co. strip, par Aryeom et Jehan, 2013

Nous noterons que quelques nouvelles fonctionnalités ainsi que des améliorations ont tout de même trouvé leur chemin dans cette version.

Sommaire Changements notables Optimisation et débogage

La taille des blocs de projection d’image est désormais déterminée dynamiquement, en fonction de la rapidité du processeur. L’interface est alors plus réactive sur des machines moins puissantes, tandis que le traitement est accéléré sur les machines les plus puissantes.

En outre, divers outils de création de journaux de performance ont été ajoutés, ce qui nous aidera davantage à optimiser GIMP au fur et à mesure. Comme pour beaucoup d’optimisations récentes de GIMP, ces fonctionnalités ont été ajoutées par Ell. Merci à lui !

En parallèle, divers bogues furent corrigés ; par exemple, pour le filtre wavelet-decompose, ou encore sur la nouvelle fonctionnalité de texte vertical (notamment le texte le long d’un chemin), les outils de sélection et plus encore…

Sur Windows, nous avons aussi amélioré la détection de RawTherapee (pour RawTherapee 5.5 et au‐delà), travaillant de concert avec les développeurs de ce très bon logiciel de développement d’images brutes RAW.

Amélioration de l’outil de dégradé

Grâce à Ell, l’outil de dégradé (gradient) prend en charge la création de dégradés multi‐couleurs à bords marqués. Cette fonctionnalité est disponible sous forme d’un nouveau mode de mélange pas à pas pour les dégradés. Cela crée une transition tranchée à la frontière (midpoint) entre deux couleurs adjacentes.

Utilisabilité

Côté « utilisabilité », tous les outils de transformation appliquent dorénavant leurs changements en sauvegardant ou en exportant/écrasant une image, sans avoir à appuyer sur Entrée pour confirmer les changements.

Ell a aussi corrigé la couleur des textes sélectionnés, qui étaient peu visibles, par exemple lorsque l’on renommait un calque.

La boîte de dialogue Enregistrer a aussi été retouchée afin de mettre en évidence les fonctionnalités gênant la compatibilité amont (au cas où vous souhaiteriez envoyer des images à quelqu’un utilisant une version plus vieille de GIMP). Bien sûr, nous recommandons de toujours utiliser la dernière version de GIMP. Mais nous savons aussi que vous n’avez pas toujours le choix. Maintenant, il sera donc plus facile de conserver un XCF compatible avec une version antérieure (ce qui implique, bien sûr, que certaines nouvelles fonctionnalités doivent être évitées).

  La fenêtre de sauvegarde montre les incompatibilités s’il y a lieu

Prise en charge de l’espace colorimétrique CIE xyY

Grâce à Elle Stone, GIMP a maintenant une prise en charge basique de la lecture de couleur dans l’espace de couleur « CIE xyY ». Les valeurs des couleurs dans cet espace sont désormais visibles dans la fenêtre d’information de l’outil « Pipette à couleurs », ainsi que la fenêtre ancrable « Points d’échantillonnage ». La majeure partie du code a été incluse dans la bibliothèque babl.

Comme pour CIE LAB, cet espace de couleur est dérivé de CIE XYZ. Le canal Y sépare l’information de luminance de celle de gamme chromatique dans les canaux x et y. Vous êtes peut‐être (à votre insu) familier de cet espace de couleur si vous avez déjà regardé le diagramme en fer à cheval d’un profil ICC.

CIE xyY est utile pour explorer divers aspects des couleurs, tels que [l’effet Abney]https://en.wikipedia.org/wiki/Abney_effect). Voir aussi ce fil de discussion Pixls.us pour un exemple de ce que les gens peuvent faire de ce type d’information.

Amélioration du paquet macOS de GIMP

Notre nouveau contributeur macOS, Alex Samorukov, a beaucoup travaillé pour améliorer le paquet pour macOS/OS X ; il a débogué et corrigé tant GIMP, que GEGL et que le projet gtk-osx.

Parmi les bogues corrigés se trouvent des artefacts lors du zoom, un problème de focus de fenêtre dans les greffons, une prise en charge problématique de certaines tablettes graphiques autres que les Wacom et des fenêtres ancrables qui gelaient lors de glisser‐déposer. Ell, Øyvind et moi‐même avons activement participé à la correction de ces bogues, ainsi que d’autres problèmes sur cette plate‐forme.

Nous remercions aussi CircleCI pour avoir proposé gracieusement son infrastructure. Cela nous permet de recompiler GIMP automatiquement pour macOS.

Cela étant dit, rappelez‐vous que nous avons très peu de développeurs pour macOS et Windows. Si vous voulez que GIMP fonctionne bien sur votre système d’exploitation, nous accueillons les nouveaux contributeurs !

Autour de GIMP GEGL et babl

Un correctif important sur la bibliothèque babl affecte directement GIMP : la couleur des pixels transparents est maintenant préservée pendant la conversion en alpha prémultiplié. Cela signifie que toutes les opérations de transformation et de déformation gardent maintenant les couleurs pour les pixels complètement transparents, rendant ainsi l’anti‐effacement et la manipulation de courbes du canal alpha plus fiables.

Côté GEGL, une nouvelle API d’itérateur de tampon fut ajoutée. Le code de GIMP a déjà été porté sur cette interface améliorée. En outre, une nouvelle commande GEGL_TILE_COPY fut ajoutée dans les back‐ends, rendant la duplication de tampons plus efficace.

Dernièrement, Øyvind Kolås travaille sur le traitement multispectral/hyperspectral dans GEGL, ce qui est la base pour le traitement de l’espace de couleur CMYK. Il s’agit donc des premières étapes pour une future prise en charge des images en espace CMYK dans GIMP ! N’oubliez pas que vous pouvez soutenir Øyvind sur Patreon !

GIMP à l’Université de Cergy‐Pontoise

Aryeom, bien connue ici en tant que directrice du film ZeMarmot, illustratrice qualifiée et contributrice à GIMP, a donné des cours de graphisme avec GIMP en tant qu’enseignante invitée à l’Université de Cergy‐Pontoise en France, mi‐octobre, pendant presque une semaine.

Elle a enseigné à deux classes : une classe d’infographisme et une classe de 3D Patrimoine, avec un focus sur l’illustration numérique pour la première et retouche pour la seconde.

  Aryeom et ses étudiants à l’Université de Cergy‐Pontoise.

C’est un bon indicateur que GIMP est de plus en plus reconnu, s’il sert de base à l’enseignement en Université. Les étudiants ont globalement été satisfaits, et l’on peut conclure en citant (de mémoire) l’un d’entre eux à la fin de ce cours de trois jours :

« Je ne savais pas que GIMP était le “Blender de la 2D” ; maintenant, cela me fait un outil de plus dans ma boîte à outils ! »

Nous vous rappelons que vous pouvez aussi apporter votre soutien au travail d’Aryeom sur Patreon, sur Tipeee ou par d’autres moyens ! ZeMarmot est aussi la raison essentielle pour laquelle je suis un développeur majeur de GIMP. Donc, soutenir ZeMarmot, c’est soutenir GIMP ainsi que des films libres et de qualité !

Statistiques Flatpak

Même si Flathub ne fournit pas (encore) de statistiques publiques pour les paquets, une source interne nous a indiqué qu’il y a eu plus de 214 000 téléchargements du paquet GIMP depuis sa mise à disposition (octobre 2017). Cela fait plus de 500 téléchargements par jour et ferait de GIMP l’application la plus téléchargée sur Flathub !

Flathub est un nouveau type de dépôt d’applications pour GNU/Linux, ces nombres ne sont donc pas représentatifs de tous les téléchargements. En particulier, nous n’avons pas les statistiques pour Windows et macOS. Et — même pour GNU/Linux — chaque distribution fait son propre paquet pour GIMP.

Il ne s’agit donc qu’une infime partie des installations totales de GIMP — or, c’est déjà pas si mal — dans le monde !

GIF est mort ? Longue vie à WebP !

Le format GIF est le seul format d’image animée visible dans tout navigateur Web, ayant fait de lui le format de facto sur le Web pour des animations simples, malgré une qualité calamiteuse (256 couleurs !), une transparence binaire (pas de transparence partielle) et une compression médiocre.

Cela pourrait changer ! Depuis quelques jours, WebP est enfin pris en charge dans les principaux navigateurs Web (Mozilla Firefox, Google Chrome, Microsoft Edge et Opera), grâce à la résolution en « CORRIGÉ » (« FIXED ») d’une demande d'évolution pour Mozilla Firefox. Cela devrait être disponible avec Firefox 65.

Par conséquent, nous espérons que les plates‐formes prendront bientôt en compte ce nouveau format et que tout le monde arrêtera de créer des images GIF, maintenant qu’il y a une vraie alternative dans la plupart des navigateurs !

Et le meilleur pour la fin, nous rappelons que GIMP prend en charge WebP depuis GIMP 2.10.0 !

  Une animation au format WebP (réalisée avec GIMP), par Aryeom, avec ZeMarmot et un manchot.

Remarque : L’équipe de GIMP est neutre vis‐à‐vis des formats. Nous connaissons bien sûr les autres formats d’image animée, tels que APNG ou MNG, et nous leur souhaitons aussi de trouver leur place ! Nous serions heureux de les prendre en charge dans GIMP également d’ailleurs, et accueillons donc des correctifs à bras grands ouverts !

Et pour la suite ?

Nous avons pris du retard avec cette version, quelques améliorations disponibles dans la branche de développement principale n’ont pu être incluses. Et il y a encore bien plus de changements à venir !

Voici ce que vous pouvez attendre de GIMP 2.10.10, la version à venir après celle‐ci :

  • filtre d’affichage ACES RRT qui peut être utilisé dans un travail graphique référé à la scène (scene‐referred imaging workflows) ; techniquement, il s’agit d’une approximation en luminance seule de l’épreuve filmique ACES originellement écrite par le projet Baking Lab ;
  • invasion spatiale : vous pourrez, par exemple, prendre une photo dans l’espace ProPhotoRGB, la traiter en CIE LAB et rendre un résultat à nouveau en ProPhotoRGB, avec les couleurs correctement mises en correspondance dans le profil ICC originel — ce sujet est complexe, nous aurons davantage l’occasion d’en parler à la sortie de la 2.10.10 ;
  • colorisation intelligente, basée sur l’implémentation du greffon G’Mic bien connu ici :   Cliquez pour voir une courte vidéo démo

Étant donné les vacances d’hiver approchantes et l’emploi du temps des contributeurs, il n’est pas certain que nous puissions sortir cette future version avant la fin de l’année, mais nous travaillons dur pour vous l’amener très prochainement ! :-)

Conclusion

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir avec GIMP !

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Agenda du Libre pour la semaine 48 de l’année 2018

24 novembre, 2018 - 17:46

Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 50 événements (1 en Belgique, 45 en France, 0 au Luxemboug, 4 au Québec, 0 en Suisse et 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

Sommaire [FR Montpellier] Meetup Python - Le lundi 26 novembre 2018 de 19h00 à 21h00.

Python à ma sauce #3

Troisième édition de l’atelier Python à ma sauce,
ce sera un atelier libre ou chacun pourra explorer ce qu’il souhaite avec Python ou en discuter librement. L’ambiance se veut détendu et ouverte à tous.

Chacun pourra venir avec son ordinateur portable, si vous souhaitez être à plusieurs sur le même ordi, c’est possible.
Si vous débutez en python, pas d’inquiétude, on sera là pour vous accompagner si besoin.

Entrée sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

Cet événement vous est proposé par le partenariat qui lie la communauté Python de Montpellier et Montpel’libre.

Tramway ligne 3, arrêt Plan Cabanes
GPS Latitude 43.60953 | Longitude 3.86683
Carte OpenStreetMap

Lundi 26 novembre 2018 de 19h00 à 21h00
Cowork’in Montpellier 4, rue Auguste Comte 34000 Montpellier

[FR Saint-Étienne] Permanence du libre - Le lundi 26 novembre 2018 de 19h30 à 22h00.

Tous les lundis soir à partir de 19h30

Rencontrer les bénévoles, passer sous GNU/Linux, poser des questions sur le libre, les logiciels, l'hébergement…

Pour passer votre ordinateur sous GNU/linux, nous vous invitons à nous prévenir avant votre passage)

[FR Lyon] Lundi entraide et bidouille - Le lundi 26 novembre 2018 de 19h30 à 21h30.

 

Atelier d’entre-aide et de partage de connaissance entre utilisateurs de logiciels libres.

Les participants peuvent installer des logiciels libres sur leur machine personnelle, se faire dépanner après une

Install Party et venir poser des questions.

Les membres du groupe d’utilisateurs, en l’occurrence, l’ALDIL et ses partenaires des communautés du libre vous accueillent et vous conseillent.

Vous pouvez indiquez le but de votre venue par avance à l’ALDIL (problèmes, questions)  via le formulaire de la rubrique Activités / Bidouilles.

Rappel aucune installation de logiciel sous licence ne pourra être faite sans présentation de la licence et de sa preuve d’achat. Par défaut, les intervenants proposeront des logiciels libres.

[FR Paris] Atelier Hebdomadaire de Contribution au Libre - Le mardi 27 novembre 2018 de 10h00 à 19h00.

Une journée de co-travail sur le thème de la contribution au logiciel libre.

Chacun vient avec son sujet individuel avec l'intention d'y travailler au cotés d'autres contributrices/teurs.

Le prix d'entrée est de 25 euros pour la journée (tarif Narma).

[CA-QC Montréal] UPop Montréal Tous et toutes addict #numérique #technologies #sociologie - Le mardi 27 novembre 2018 de 19h00 à 21h00.

S’inspirant du mouvement alternatif des universités populaires européennes, l’UPop Montréal veut créer un lieu de rencontre, de réflexion et de partage des connaissances aussi dynamique que rassembleur.

Présentation

Nous vous proposons de partir à la découverte de la sociologie à partir de 3 thématiques différentes mais qui nous concernent tous.tes les drogues, le numérique et le travail. Souvent mal comprise et pourtant précieuse pour expliquer les phénomènes sociaux, cette science du social a beaucoup à nous offrir Préjugés, clichés, prénotions, autant de phénomènes collectifs et individuels que nous essaierons de déconstruire ensemble. Nous partagerons avec vous un regard sociologique pour réfléchir sur les inégalités sociales de genre, de classe et de race pour chacune des 3 thématiques du quotidien abordées lors des séances. La sociologie est un sport de combat Venez la pratiquer avec nous

Professeur-e(s)

Lise Dassieu est sociologue et chercheuse postdoctorale à l’Université de Sherbrooke. Elle est spécialiste en sociologie de la santé. Elle s’intéresse en particulier aux phénomènes de stigmatisation dans le système de santé et aux inégalités d’accès aux services de santé vécues par les personnes utilisatrices de drogues. Elle fait partie de l’équipe de l’association Amadès (Anthropologie Médicale dans le monde francophone).

Sarah Meunier est doctorante en STS au CIRST à l’UQAM et en sociologie à l’université Toulouse 2 (France). Elle est aussi trésorière de l’association OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines). Après un parcours en sciences de l’éducation, elle a travaillé plusieurs années dans les domaines de l’éducation, des milieux communautaires et de la coopération internationale en Europe et en Asie. Ses recherches portent sur les transferts de compétences et de connaissances sur le jeu vidéo, notamment sur les liens entre les milieux de la recherche et l’industrie vidéoludique.

Sujet

Le numérique à l’assaut de la culture et du journalisme

De nombreux outils numériques peuplent notre quotidien téléphone intelligent, tablette numérique, ordinateurs portables… Mais les utilisons-nous tous.tes de la même façon Quels sens donnons-nous à nos usages Que racontent nos pratiques sur notre société actuelle

[FR Lille] Permanence associative Chtinux - Le mardi 27 novembre 2018 de 20h30 à 23h00.

Comme tous les derniers mardis de chaque mois, Chtinux vous propose sa permanence associative

Nous vous attendons donc ce mardi 27 novembre à 20H30 au Café Citoyen (Lille).

Cette manifestation conviviale est ouverte à tous. Vous pourrez y discuter joyeusement Logiciel Libre, de DIY, d'open data, chercher de l'aide technique ou proposer vos idées d'évènements… le tout autour de boissons bio-équitables, par exemple les bières « à façon, exclusivités du Café Citoyen

Si vous venez avec votre ordinateur pour obtenir de l'aide, prévenez-nous en envoyant un courrier électronique à l'adresse bonjour CHEZ chtinux POINT org

Accessible en métro (station République - Beaux Arts).
Une connexion Internet est disponible sur place.

Pour soutenir le Café Citoyen, nous vous demandons d'y acheter au minimum une consommation. Après avoir pris votre boisson au bar, vous pouvez nous rejoindre directement au 2ème étage.

[FR Auch] Cinélibre Democracy - Le mardi 27 novembre 2018 de 20h30 à 23h00.

API Action of Public Interest avec le soutien de Montpel’libre vous proposent la projection du film Democracy de David Bernet (2016) qui sera suivi d’un débat avec Myriam Criquet, Juriste spécialisée en Droit des affaires et en Propriété Intellectuelle.

Ce film documentaire raconte avec dynamisme le processus complexe de la prise de décision d’un règlement européen de protection des données, récemment transposé dans la loi française.

La projection sera précédée d’un pot partagé à 19h30 et suivie d’un débat avec des intervenants locaux. L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Democracy nous entraîne dans un monde réputé impénétrable celui du kafkaïen processus législatif européen.

À la façon d’un thriller politique, le film retrace la longue lutte politique du parlementaire Jan Philipp Albrecht et de la commissaire européenne Viviane Reding pour une nouvelle loi sur la protection des données personnelles.

Deux longues années semées d’embûches, de discussions, d’intrigues en tous genres, accélérées par les remous de l’affaire Snowden, afin de garantir les libertés et protéger les citoyens européens dans le futur numérique.

Une histoire unique qui réussit à rendre sensible et attachante l’architecture complexe de la démocratie contemporaine.

Pour la grande majorité des citoyens, la Commission européenne, à Bruxelles, demeure mystérieuse et les réglementations qui y sont tricotées s’apparentent à des hydres bureaucratiques dignes de Brazil.

Le grand mérite de cet élégant documentaire en noir et blanc, qui exploite avec intelligence l’architecture futuriste et kafkaïenne de ­l’institution, consiste à rendre le processus législatif presque limpide, sans en renier la complexité.

Il relate les deux années de lutte politique de l’élu écologiste Jan Philipp Albrecht pour aboutir à la nouvelle loi sur la protection des données personnelles, considérées comme le pétrole du XXIe siècle par les géants de l’informatique américains, qui les collectent et les monnaient à prix d’or.

Sujet ­austère mais vital pour la démocratie, comme l’affaire Edward Snowden, qui s’invite à la fin du film, est venue le rappeler.

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

S’inscrire à la Newsletter de Montpel’libre

Cet événement vous est proposé par API Action of Public Interest avec le soutien de Montpel’libre dans le cadre du partenariat qui lie la CRESS Occitanie, la MAIF, Ciné32 et l’association FReDD.

Bus Alliance ligne B, arrêt Yser
GPS Latitude 43.61890 | Longitude 1.41993
Carte OpenStreetMap

Jeudi 27 novembre 2018 de 20h30 à 23h00
Ciné32 - Allée des arts, 32000 Auch

[FR Montpellier] Journal Libellule n°116 - Le mercredi 28 novembre 2018 de 08h00 à 09h00.

Quelques réjouissances libristes vous attendent pour ce mois de novembre.

La deuxième édition montpelliéraine de JobsTIC, la rencontre incontournable des écosystèmes de l’emploi, des nouvelles formes de travail, de la formation et de l’éducation numérique et d’innovation.

Myriam Crique et Pascal Arnoux pitcheront pour juriste du numérique et rebondir grâce au numérique.

Ensuite, un peu plus tard dans le mois, vous pourrez assister à un autre événement, cette fois-ci à Toulouse, dans le cadre du Capitole du Libre.

Week-end dédié au logiciel libre à travers 100 conférences, 25 ateliers pour les expert⋅e⋅s et le grand public. Le Capitole du Libre a accueilli 1500 participant⋅e⋅s en 2017. L’entrée à l’événement est libre et gratuite

Montpel’libre y tiendra également un stand sur le village associatif pour vous présenter ses activités et prononcera deux conférences La place des GULL dans le monde du Libre et Logiciel Libre et « Économie Sociale et Solidaire.

Montpel’libre vous propose des toiles.

Vous pourrez assister à deux projections de films Cinélibres, l’une au cinéma Utopia de Montpellier pour Dilili à Paris et l’autre à Cinauch32 à Auch pour democracy. Les Cinélibres sont des soirées de projections de films pour s’interroger aux thématiques sensibles et favoriser une réflexion commune.

Pour finir ce mois de novembre, nous vous invitons à nous rejoindre à l’hôtel du département de l’Hérault pour les Rencontres du Numérique Solidaire avec une trentaine de stands des acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire, des tables rondes sur l’inclusion numérique, accès aux droits, services et équipements et le Témoignage des cinq chefs d’entreprise et de leurs développeurs duos gagnants.

Venez découvrir les structures de l’Économie Sociale et Solidaire (associations, coopératives, mutuelles, sociétés commerciales de l’ESS) qui luttent en faveur de l’inclusion numérique ou œuvrent dans le secteur du numérique.

L’Économie Sociale et Solidaire (ESS), comme les autres champs économiques, est fortement impactée par ce que l’on appelle la révolution numérique.

Afin de mieux faire connaître cette réalité et de promouvoir le numérique solidaire, le présent projet porte sur l’organisation d’une manifestation d’envergure départementale dans l’Hérault lors du Mois de l’ESS.

Au chapitre des nouveautés l’ouverture d’une Wikipermanence à la médiathèque de Béziers.

Suivront certainement une rencontre OpenStreetMap et une formation GNU/Linux, mais aussi des ateliers à destination de publics fragiles aux Village Connecté à Montpellier.

Tout cela pour vous, par vous et avec vous

Lisez et diffusez partout autours de vous Libellule, le journal en écriture collaborative de l’association Montpel’libre, suivez ce lien.

Tous les anciens numéros sont disponibles dans le kiosque.

[FR Montpellier] Rencontres du Numérique Solidaire - Le mercredi 28 novembre 2018 de 13h30 à 20h30.

Édition 2018 du Mois de l’ESS dans l’Hérault - Projet de manifestation Le numérique solidaire

Venez découvrir les structures de l’Économie Sociale et Solidaire (associations, coopératives, mutuelles, sociétés commerciales de l’ESS) qui luttent en faveur de l’inclusion numérique ou œuvrent dans le secteur du numérique.

CONTEXTE
L’Économie Sociale et Solidaire (ESS), comme les autres champs économiques, est fortement impactée par ce que l’on appelle la révolution numérique :

  • de plus en plus d’entreprises de l’ESS s’emparent de ces technologies pour innover ou renouveler les biens et services qu’elles proposent, ainsi que leurs modes de fonctionnement et de production
  • de nombreuses entreprises de l’ESS luttent contre la fracture numérique
  • des entreprises de l’ESS se créent et se développement directement dans le secteur du numérique, notamment dans l’édition de logiciels libres.

Afin de mieux faire connaître cette réalité et de promouvoir le numérique solidaire, le présent projet porte sur l’organisation d’une manifestation d’envergure départementale dans l’Hérault lors du prochain Mois de l’ESS.

OBJECTIFS

  • Valoriser les entreprises héraultaises de l’ESS œuvrant dans le domaine du numérique solidaire : entreprises innovantes ou ayant utilisé le numérique pour renouveler leurs prestations ou pratiques développeurs de solutions sous licence libre structures de recyclage d’ordinateurs et de matériel informatique structures luttant contre l’exclusion numérique …
  • Promouvoir les entreprises du numérique solidaire auprès des institutions (CD, Collectivités…).
  • Renforcer l’interconnaissance entre les acteurs héraultais de l’ESS œuvrant dans le numérique solidaire.
  • Sensibiliser les entreprises héraultaises de l’ESS aux opportunités offertes par les technologies numériques.

RÉSULTATS ATTENDUS

  • Accroissement de la notoriété des entreprises héraultaises de l’ESS œuvrant dans le numérique solidaire.
  • Développement du recours aux services des entreprises héraultaises œuvrant dans le numérique solidaire par les institutions (CD, Collectivités…).
  • Renforcement des collaborations et partenariats entre entreprises héraultaises de l’ESS œuvrant dans le numérique solidaire.
  • Appropriation accrue des enjeux de la révolution numérique par les entreprises héraultaises de l’ESS.

  • 13h15 Accueil

  • 13h45 Allocutions d’ouverture

  • 14h20 Présentation du projet de cartographie des points d’accès numériques sur le département de l’Hérault par Christophe Gasc.

  • 14h45 Table-ronde sur l’inclusion numérique, accès aux droits, services et équipements

  • Montpel’libre, les logiciels logiquement libres Pascal Arnoux

  • Informatique Plus, recyclage de matériels informatiques Nicolas Aliamet

  • Préfecture de l’Hérault, les Maisons de services au public (MSAP) : Laure Walas

  • LAM/MSAP Lodevois-Larzac, les Lieux d’Accès Multimédia Paula Rocha

  • Fondespierre RH / beWeb, Grande Ecole du Numérique Jonathan Gomez

  • Apije, médiation numérique Bénédicte Garrigues-Perrière

  • Un témoin de la médiation numérique

Animation Michèle Pasteur , Directrice de l’Agence Nouvelle des Solidarités Actives

  • 16h00 Stands (ateliers, animations, démonstrations), conjointement avec les Makers du Numérique organisés par Montpel’libre et les Grandes Écoles du Numérique.
  • 18h30 Table-ronde Le développeur, facteur clé de la réussite de mon entreprise animée par Myriam Criquet (API / Montpel’libre). Témoignage des 5 chefs d’entreprise et de leurs développeurs duos gagnants.

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le Conseil Départemental de l’Hérault, la CRESS Occitanie et Montpel’libre.

Tramway ligne 3 arrêt Hôtel du Département
GPS Latitude 43.62277 | Longitude 3.83776
Carte OpenStreetMap

Jeudi 28 novembre 2018 de 13h30 à 20h30
Hôtel du Département de l’Hérault - Salon Jean Bène - 1000, rue d’Alco, 34000 Montpellier

[FR Le Mans] Permanence du mercredi après-midi - Le mercredi 28 novembre 2018 de 14h00 à 17h00.

Assistance technique et démonstration concernant les logiciels libres.

[FR Vandœuvre-lès-Nancy] Rédiger un courrier avec LibreOffice - Le mercredi 28 novembre 2018 de 15h00 à 17h00.

Cet atelier vous initiera à utiliser des fonctions du traitement de texte Writer vous permettant de rédiger une lettre ainsi que la mettre en page.

L’atelier se veut simple d’accès, seules quelques fonctionnalités de base seront traités.

Inscription gratuite aux ateliers

La participation aux animations repose sur un système d’inscriptions préalables qui permet de répondre de façon plus ciblée aux attentes des usagers et de les associer au projet.

L'inscription est obligatoire au plus tard 30 min avant l’atelier.

[FR Caen] Permanence artifaille - Le mercredi 28 novembre 2018 de 16h00 à 19h00.

Permanence et animation au local Artifaille pour les membres de l'association.

Entraide informatique pour réparer, reconfigurer, conseiller, échanger à propos des moyens de communication électronique

mise à disposition de moyens et outils spécifiques,
conseils d'un professionnel expert en logiciels libres

Vérifier le maintien de la permanence et inscription (10 places) :
https://artifaille.fr/attendee/

[FR Mauguio] Infolibres Logiciels Libres et GNU/Linux - Le mercredi 28 novembre 2018 de 17h00 à 19h00.

L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence Logiciels Libres, discussions libres et accompagnements techniques aux systèmes d’exploitation libres, pour vous aider à vous familiariser avec votre système GNU/Linux au quotidien.

Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes et permet ainsi l’acquisition de nouvelles compétences au rythme de chacun.

 Programme

Vous pourrez y aborder plusieurs thèmes

  • Discussions conviviales entre utilisateurs autour de Linux en général
  • Préinscription aux prochains Cafés Numériques et Install-Party
  • Premières explorations du système
  • Installations et configurations complémentaires
  • Mise à jour et installation de nouveaux logiciels
  • Prise en main, découverte et approfondissement du système

Les permanences Infolibres ont lieu à la Médiathèque Gaston Baissette de Mauguio, le deuxième et quatrième mercredis de chaque mois de 17h00 à 19h00, sauf périodes de vacances.

 Les dates

  • mercredi 14 novembre 2018 de 17h00 à 19h00
  • mercredi 28 novembre 2018 de 17h00 à 19h00

Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible et auprès de la Médiathèque de Mauguio.

Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie la Médiathèque de Mauguio et Montpel’libre.

Bus Hérault Transport, ligne 18275_7, arrêt Mauguio.
GPS Latitude 43.614901 | Longitude 4.012289
Carte OpenStreetMap

Mercredis 14 et 28 novembre 2018 de 17h00 à 19h00 (2e et 4e mercredi, sauf fériés)
Médiathèque Gaston Baissette - 106, boulevard de la Liberté, 34130 Mauguio

[FR Beauvais] Atelier hebdomadaire de partage de connaissances autour des logiciels libres - Le mercredi 28 novembre 2018 de 18h00 à 20h00.

Chaque mercredi soir, l'association propose une rencontre pour partager des connaissances, des savoir-faire, des questions autour de l'utilisation des logiciels libres, que ce soit à propos du système d'exploitation Linux, des applications libres ou des services en ligne libres.

C'est l'occasion aussi de mettre en avant l'action des associations fédératrices telles que l'April ou Framasoft, dont nous sommes adhérents et dont nous soutenons les initiatives avec grande reconnaissance.

L'atelier a lieu dans la salle informatique du Centre Georges Desmarquet géré par l'association Voisinlieu-pour-tous.

[FR Lille] Cours Linux - Le mercredi 28 novembre 2018 de 18h00 à 20h00.

Découvrez LINUX

Une solution économique et écologique

Un système puissant, stable, léger, sans virus et totalement gratuit.

Accédez à des milliers de logiciels libres (Firefox, Thunderbird, LibreOffice, Gimp, 7Zip, VLC, Sunbird, Apache, etc).

Il permet également de récupérer d'anciennes machines.

Découvrir les logiciels libres, cours ou installations niveau débutant tous les mercredis de 18h à 20h à partir du début octobre jusqu’a fin juin dans les locaux de l'association UFJ rue du Mal Assis à Lille (03 20 57 27 11)

[FR Grenoble] Mapathon Missing Maps Cartes d’ici & d’ailleurs - Le mercredi 28 novembre 2018 de 18h00 à 21h00.

Cartographier sur OpenStreetMap, la carte du monde collaborative et libre en soutenant un projet solidaire
**{::}
Rendez-vous le 28 novembre à La Coop à 18h30 pour une soirée mapathon Cartes d’ici & d’ailleurs. Pour cette soirée,CartONG et SINGA Grenoble vous proposent de découvrir la cartographie participative et humanitaire dans OpenStreetMap et de partager un moment convivial avec les membres de la communauté réfugiée SINGA Grenoble**

Dans le cadre de cette initiative, le format des traditionnels mapathons sera adapté pour permettre à toute personne qui le souhaite, quelle que soit son histoire, sa langue ou son parcours, de contribuer à un projet de solidarité internationale. Des binômes composés d’un membre de la société d’accueil et d’une personne migrante sont formés à l’occasion de ces évènements pour permettre davantage d’échanges entre les participants, favoriser l’apprentissage de nouveaux outils numériques ainsi que la pratique du français.

Je m’inscris

Cette activité est possible grâce à la précieuse aide du Comité Solidarité Migrant de la Fondation de France.

L’initiative Cartes d’ici & d’ailleurs

« Cartes d’ici & d’ailleurs » vise à favoriser l’inclusion sociale des personnes migrantes en France grâce à un médium que CartONG connaît bien la cartographie participative sur OSM.

Le projet Missing Maps

L’initiativeMissing Maps dans laquelle s’intègre les mapathons a pour objectif de créer des cartes pour les zones de crise des pays en voie de développement qui en ont le plus besoin. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, toutes les parties du monde ne pas sont encore cartographiées. En produisant cette donnée cartographique à distance, le projet Missing Maps fait apparaitre ces zones encore invisibles sur les cartes, permettant par la suite aux collectivités locales et acteurs de l’humanitaire de pouvoir agir plus efficacement sur place en cas de crise.

Avec la plateforme de cartographie libre et contributive OpenStreetMap (OSM, le Wikipédia des cartes) un outil formidable pour remplir les blancs, n’importe qui peut participer à la cartographie de n’importe quelle zone de la planète il suffit d’un ordinateur, d’une souris et d’une connexion internet Grâce à la couverture globale d’image satellites disponible aujourd’hui, il est possible de tracer facilement routes, bâtiments ou cours d’eau, autant d’informations très utiles pour les organisations humanitaires et de développement sur le terrain.

Comment se déroule un mapathon Cartes d’ici & d’ailleurs

La constitution de binôme en début d’atelier jouera un rôle primordial pour la mise en relation et la création de liens sociaux entre les personnes migrantes et les membres de la société d’accueil.
Il est en effet essentiel puisqu’il s’agit souvent d’une découverte totale du monde de la cartographie et des outils numériques dans leur ensemble pour les personnes migrantes volontaires. Des tutoriels étape par étape seront mis à votre disposition pour vous aider tout au long du mapathon.

Le programme de la soirée

Au programme de cette soirée d’échange et de découverte :

  • 18h30 Accueil des participants
  • 18h40 Mots de bienvenue, présentation du projet Cartes d’ici & d’ailleurs et des tutoriels mis à disposition de chaque groupe
  • 19h00 Cartographions
  • 21h00 Fin du mapathon, conclusion sur les contributions de la soirée et retours des participants

En bref, vous devez savoir que

Vous évoluerez tout au long du mapathon en binôme
Tout comme un mapathon classique, il est nécessaire d’apporter son matériel informatique (souris et ordinateur) qui sera mis à disposition des deux membres du binôme
Il est possible que votre partenaire ne parle pas bien le français et/ou n’ait jamais ou très peu utilisé d’outils informatiques
Il est possible que votre partenaire ait des difficultés pour créer un compte Openstreetmap et/ou n’ai pas d’adresse email (n’hésitez pas à faire appel à l’animateur CartONG dans ces situations, il/elle vous proposera plusieurs solutions)

***Je m’inscris

Venez nombreux, et n’oubliez pas d’apporter votre ordinateur portable et vos souri(re)s

[FR Paris] Surveiller et punir 2.0 - Le mercredi 28 novembre 2018 de 18h00 à 22h00.

Une soirée pour découvrir pourquoi le numérique est devenu un enjeu de solidarité internationale, croiser nos regards et nos expériences pour comprendre les mécanismes d'oppression numérique et les stratégies de résistances des acteur·rices de la mobilisation sociale.

Depuis plus de 6 mois, le Tchad fait l’objet d’une censure spécifique sur Internet de la part des opérateurs locaux, en raison de restrictions imposées par l'autorité de régulation des télécommunications, aux ordres du gouvernement. L’accès aux grandes plates-formes de réseaux sociaux y est donc bloqué.

Au Cameroun, c'est l'accès à Internet qui est purement et simplement coupé ou très fortement perturbé depuis 2017..

En 2011, l'Internet tunisien ne répondait plus. L'Internet égyptien disparaissait de la toile quelques semaines plus tard. La Syrie était impactée peu après.

Mais cette litanie de mesures coercitives n'est pas l'apanage de quelques régimes tyranniques l'autorité de régulation des télécommunication états-unienne a renoncé à défendre la neutralité du net en décembre dernier.

En France, la Loi de Programmation Militaire institue la pose de boîtes noires chez les opérateurs et hébergeurs français, en violation du secret de nos correspondances, après avoir établi des moyens étendus de surveillance de nos métadonnées, entre autres, suite à la Loi Renseignement de 2015.

Face à ces violations répétées de la liberté d’expression, et son corollaire, celle de communiquer, face à la surveillance, la censure ou le contrôle social, des hacktivistes s'organisent, là-bas comme ici…

Programme

Une soirée qui se déroulera au CICP, dans le cadre du Festisol.

(1) https://internetwithoutborders.org/tchad-revelatios-sur-letendue-de-la-censure-des-reseaux-sociaux/
(2) https://internetwithoutborders.org/blackout-regional-sur-linternet-camerounais/

[CA-QC Montréal] SQiL - Soirée Wiki à la Cinémathèque québécoise - Le mercredi 28 novembre 2018 de 18h00 à 21h00.

de 18h à 21h.

Venez rencontrer une personnalité du cinéma québécois et découvrir sa vie et ses œuvres pour mieux les documenter sur Wikipédia et ses projets frères Vous bénéficierez des précieuses ressources documentaires de la Médiathèque Guy-L.-Coté ainsi que d'un accompagnement pour vous aider à contribuer aux projets Wikimédia.

Ces soirées se veulent conviviales et stimulantes, tout le monde est bienvenu Que vous soyez simplement curieux d'en savoir plus sur les projets Wikimédia ou sur le cinéma d'animation, que vous soyez débutant ou contributeur averti, professionnel, étudiant ou amateur, passionné ou non de cinéma… nous répondons à vos questions

Cette activité est gratuite et se déroulera à la Médiathèque Guy-L.-Coté, au sein de la Cinémathèque québécoise. Quelques ordinateurs seront disponibles mais il est conseillé d'apporter le vôtre.

[CA-QC Québec] Atelier du 28 novembre 2018 - Présentation de logiciels de photos - Le mercredi 28 novembre 2018 de 18h00 à 21h00.

Nous vous invitons au prochain atelier de LinuQ qui aura lieu le mercredi 28 novembre 2018 de 18h à 21h00

*Présentation des logiciels de photos Rapid Photo Downloader et Darktable*

Pourquoi ce choix de logiciels et comment les utiliser dans le cadre d'un flux de travail pensé pour gérer les photos d'une famille et produire les photos de belle qualité avec introduction au développement dans Darktable

[FR Montpellier] Atel’libre | Bricolotech Miniville connectée Smart City - Le mercredi 28 novembre 2018 de 18h30 à 20h00.

Miniville Connectée

L’idée est de produire une miniville interactive. Ce qui nous intéresse ici c’est surtout la route et la circulation, mais avoir des maisons et commerces en plus peut être sympa. Ce projet implique de la conception 2D/3D, de l’électronique, de l’urbanisme et de la programmation. La réalisation devra être accessible à des enfants, contenir peu d’intelligence au début et évoluer de manière interactive. Les éléments qui composent la ville devront être interdépendant mais capable d’entrer en interaction et interchangeable.

Composition

  • Voitures suiveuse de lignes et capable de s’arrêter au feu rouge
  • Lignes noires au feutre sur des feuilles A4 ou A3
  • Feux de signalisation route
  • Feux pour piétons synchronisés avec les feux de routes
  • Bouton pour forcer le feu rouge route

Composition optionnelle

  • Garage de communication avec les voitures
  • Habitations
  • Commerces, industries…
  • Végétation
  • Autres

Le projet
Que peut on apprendre avec ce projet

  • Fonctionnement et utilisation des composants de bases résistance, led, transistor, condensateur
  • Conception et miniaturisation via circuits intégré ou mini micro contrôleurs
  • Montages électroniques de base branchement d’un moteur, d’un servomoteur, leds, capteurs
  • Se documenter en lisant les spécifications du matériel ou en s’inspirant de montage existant
  • Impressions de circuit imprimé, de décor, de châssis de voiture, de structure de bâtiment à l’aide d’une CNC.

    • Impressions complémentaires de la CNC via une imprimante 3D
    • Réflexion autour de la conception des éléments de base (voiture, route, signalisation)
    • Gestion de l’énergie, comment alimenter les feux, les voitures.
    • Comment gérer la synchronisation des feux
    • Comment gérer les interactions entre les voitures
    • Comment fixer les feux à la route. Je rappel que la route est éphémère. C’est une feuille de papier avec des lignes au marqueur.
    • Comment associer les plaques de routes (Cela dépend beaucoup de la gestion de l’énergie et de la synchronisation)
  • Programmation de microcontrôleurs.

  • Recyclage de matériel existant avec une reprogrammation de microcontrôleurs ou des assemblages de relais, optocoupleur etc…

On pourrait aussi aller plus loin et faire une maquette de bison futé avec l’utilisation de l’induction pour déterminer le trafic. Cela peut permettre de boucler sur le data streaming, l’analyse de données et la data visualisation… Ce projet peut certainement intéresser tout le monde.

Par où commencer :
Le projet se présente sous une forme itérative, afin d’avoir rapidement quelque chose qui fonctionne à chaque itération. C’est pour cela que nous vous donnerons une piste pour commencer, mais rien ne sera imposé

  • Feux tricolores de signalisation
  • Comportement des feux tricolores
  • Ajout de feux piétons
  • Gestion d’interruption

Le matériel
Matériel nécessaire pour la maquette V1 big CAR
Le principe est de partir d’une grande voiture simple afin d’explorer les possibilités et mieux comprendre le fonctionnement des voitures finales. Cette voiture sera montée sur plaque d’essai. Au départ au robot d2-1.

La réalisation
Cette réalisation est un dérivé de son robot

  • Châssis
  • Balsa 100x2mmx1M
  • Roue + engrenage + moteur x2
  • Photorésistance x2
  • Potentiomètre 47K
  • Fils, plaques d’essais, leds, transistors, condensateurs, piles…

Les places à cet atelier sont limitées, il est donc préférable de s’inscrire avant.
Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le Do Tank et Montpel’libre.

[FR Lyon] Fabriquez votre média center - Le mercredi 28 novembre 2018 de 19h30 à 21h00.

Atelier connecté 2018-2019 (mercredi 19h30-21h)

à partir de 16 ans,

Gratuit (Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com)

de 19h30 à 21h

animé par  Romain Deville

Apprenez à manipuler et mettre à votre service les objets connectés.

Fabriquez votre « média center »

Cycles de 3 séances Mercredi 28 novembre,  Mercredi 5 décembre, Mercredi 19 décembre 2018

Envie de partager un film, une série ou de regarder des photos en famille autour de la télévision Lors de ces 3 séances, nous vous apprendrons à installer un media-center qui vous permettra de faire tout ça et plus encore.
Pour les plus curieux, cela s’installera sur un Raspberry Pi (si vous avez le votre n’hésitez pas à venir avec, sinon on vous le fournira).

Venez nombreux

[FR Paris] « The Moderators » projection-débat - Le mercredi 28 novembre 2018 de 19h30 à 21h00.

Dans le cadre de sa campagne annuelle de soutien, La Quadrature du Net organise une soirée autour du documentaire « The Moderators » (Field Of Vision / First Look Media), une plongée dans la formation des futurs modérateurs de contenus sur les réseaux sociaux.

Ou comment les géants du Web remplacent nos juges par des travailleurs sous-payés…

[FR Montpellier] OpenStreetMap (HérOSM) - Le mercredi 28 novembre 2018 de 19h30 à 22h30.

Ces rencontres mensuelles se veulent être des instants conviviaux pour faire un compte-rendu des activités du mois précédent, mais aussi pour présenter les opérations et rendez-vous à venir que proposent les groupes HérOSM et le Collectif des Garrigues. Naturellement, elles sont également ouvertes à tout public.

Si vous avez des propositions n’hésitez pas à compléter la page dédiée.

Programme

  • La candidature de Montpellier pour l’organisation de la rencontre nationale SotM2019 est validée, il nous faut désormais élaborer le projet
  • En première partie de soirée, une initiation pour les débutants est prévue
  • Possibilité d’initiation à la contribution pour les débutants qui le désire
  • Projet en cours avec osmose pour la saisie des postes électriques sur la France entière depuis les données libérées par Enedis
  • contributions libres

 Déroulement de la rencontre

Nous vous présenterons les projets en cours, nous vous vous proposerons de contribuer, faire de la production de données, puis nous passerons à un instant convivial sur la terrasse.
Comme d’habitude, chacun amène ce qu’il veut à manger et à boire pour un repas partagé.
N’oubliez pas vos ordinateurs portables pour la séance de saisie

 Les dates

Le dernier mercredi de chaque mois
Mercredi 28 novembre 2018 de 19h30 à 22h30
Mercredi 26 décembre 2018 de 19h30 à 22h30
Mercredi 30 janvier 2019 de 19h30 à 22h30
Mercredi 27 février 2019 de 19h30 à 22h30
Mercredi 27 mars 2019 de 19h30 à 22h30
Mercredi 24 avril 2019 de 19h30 à 22h30
Mercredi 29 mai 2019 de 19h30 à 22h30
Mercredi 26 juin 2019 de 19h30 à 22h30

S’inscrire à la Newsletter de Montpel’libre et sur les listes d’OpenStreetMap.

Mercredi 31 octobre 2018 de 19h30 à 22h30 (le dernier mercredi)
Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier

[FR Toulouse] Rencontres Tetalab - Le mercredi 28 novembre 2018 de 20h30 à 23h30.

Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

Ouvert au public tous les mercredi soir.

Venez nombreux.

[FR Challans] Permanence Linux - Le jeudi 29 novembre 2018 de 18h00 à 20h00.

Chaque dernier jeudi du mois, l'association Linux Challans vous donne rendez-vous à l'Albanera Café, 17 rue du Général Leclerc 85300 Challans.

Nous vous proposons lors de ces rendez-vous mensuels d'échanger autour du Libre, des conseils ou une assistance technique.

Vous pouvez venir pour vous faire aider, ou aider, à installer et paramétrer une distribution Linux de votre choix ou des logiciels libres sur votre ordinateur.

Recommandations*:*

  • Sauvegardez vos données avant de venir.
  • Libérez de la place sur le disque dur (20 Go minimum) et défragmentez Windows si vous voulez le conserver.
  • Nous prévenir de votre passage via la messagerie.

Au plaisir de vous voir bientôt

[FR Bordeaux] Jeudi Giroll - Le jeudi 29 novembre 2018 de 18h30 à 20h30.

Les membres du collectif Giroll, GIROnde Logiciels Libres, se retrouvent une fois par semaine, pour partager leurs  savoir-faire et expériences autour des logiciels libres.

Le collectif réalise aussi une webradio mensuelle, tous les second jeudis du mois, à retrouver en direct sur le site de Giroll.

Ces rencontres sont ouvertes à tous.

[FR Lyon] Optimisez votre vie privée sur Windows 10 - Le jeudi 29 novembre 2018 de 19h00 à 21h30.

(GRATUIT – inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com)

Essayez de protéger votre vie privée sur Windows 10

Le système d’exploitation windows 10 révèle beaucoup plus d’informations sur votre utilisation et sur vous que les versions précédentes. Mais que faire

Nous verrons lors de cet atelier quels sont les différents réglages à effectuer pour optimiser la protection de vos données et quels sont les bonnes pratiques à maitriser.

Venez nombreux

[FR Le Havre] Apéro Monnaie Libre - Le jeudi 29 novembre 2018 de 19h00 à 22h00.

Si vous ne connaissez pas encore le principe de la monnaie libre et que vous habitez près du Havre, n’hésitez pas à venir rencontrer les utilisateurs de la région pour participer à la première expérience d’une monnaie co-produite par Dividende Universel.

Au programme

  • Explications sur les différents types de monnaie (monnaie-dette, monnaies locales complémentaires, monnaies SEL, crypto-monnaies…)
  • Présentation de la monnaie libre
  • Ouvertures de comptes
  • Certifications
  • Échanges possibles en monnaie libre

  • bar du CEM au Fort ed Tourneville, rue du 329ème, Le Havre, Normandie, France

  • Adresse web https://normandie-libre.fr

  • Tags
    monnaie-libre, dividende-universel, duniter, g1, trm

[FR Lyon] Jeudi du libre Et si on soulevait le capot - Le jeudi 29 novembre 2018 de 19h00 à 21h00.

Et si on soulevait le capot

Aucune connaissance préalable n’est nécessaire, juste de la curiosité…

Vous allez pouvoir découvrir ce qu’il y a dans Linux

  • Protection utilisateurs, groupes et droits.
  • Système de fichiers arborescent.
  • Processus.
  • Ligne de commande, et… commandes.

Cette petite introduction vous permettra d’avoir envie d’aller voir plus loin, par vous-même.

[FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 29 novembre 2018 de 19h30 à 22h00.

Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

Programme non exhaustif

  • Fedora (sa traduction)
  • Parinux, ses bugs et son infrastructure
  • April, … y a toujours quelque chose à faire
  • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
  • Schema racktables, son code
  • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
  • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
  • En vente libre, maintenance et commandes
  • Open street map, une fois par mois
  • Linux-Fr sait faire
  • en vente libre

tout nouveau projet est le bienvenu.

Tous les 1ers jeudis => Les associations Ubuntu-fr  et ouvre-boite organisent une réunion pour leurs membres.

Tous les 2è jeudis du mois, l'association Wikimedia France propose de contribuer à ses multiples projets

Tous les jeudis, dès 18h45, le groupe de travail Sensibilisation de l'April se réunit pour réfléchir à mieux communiquer vers le grand public et à 20h30, le groupe transcriptions prend le relais et transcrit ou relit des transcriptions.

Tous les jeudis, des membres de Framasoft organisent des contrib'atliers et vous invitent à venir participer, tester ou améliorer des logiciels libres

[FR Orvault] Conférence Internet et vie privée - Le jeudi 29 novembre 2018 de 20h00 à 22h00.

Rencontre

Internet, c'est gratuit, mais à quel prix

À-t-on vraiment rien à cacher Peut-on maîtriser son identité numérique Peut-on déjouer le trackage publicitaire Un internet sans Google, c'est possible Une soirée pour prendre conscience et surtout pour reprendre le contrôle de notre vie numérique.

/// Ormédo, l'Agora à Orvault, jeudi 29 novembre, à 20h Durée 2h - tout public - gratuit

[CA-QC Coteau du Lac] Émission #162 de bloguelinux - Le jeudi 29 novembre 2018 de 20h00 à 21h00.

bloguelinux.ca est un blogue québécois offrant la diffusion d'un podcast qui traite des logiciels libres, du système d'exploitation Linux et de la technologie en général il y a un processeur, il y a un système d'exploitation, c'est certain que ça nous intéresse

bloguelinux.ca est enregistré le jeudi à 20h00 toutes les deux semaines.

Vous pouvez nous écouter en direct lors des enregistrements à l'adresse http://live.bloguelinux.ca ou directement sur notre site à http://www.bloguelinux.ca en cliquant sur la radio dans le panneau de gauche du site.

Vous pouvez rejoindre nos conversations avec Telegram en vous abonnant au groupe BlogueLinux en suivant le lien suivant https://t.me/joinchat/ArPfnFAOS1OB0u7pwZFQHA et dans notre salle de chat en vous connectant sur les serveurs de freenode.net dans la salle #bloguelinux.

Si vous n'avez pas de client IRC, vous pouvez utiliser l'adresse http://webchat.freenode.net

AVERTISSEMENT Ce podcast peut contenir du langage inapproprié ou vulgaire et peut ne pas convenir à tout le monde.

Animateurs Patrick et Sandrine

[FR Clermont-de-l'Oise] Atelier mensuel de partage de connaissances autour des logiciels libres - Le vendredi 30 novembre 2018 de 14h00 à 16h30.

Tous les deniers vendredis après-midi du mois, l'association propose une rencontre pour partager des connaissances, des savoir-faire, des questions autour de l'utilisation des logiciels libres, que ce soit à propos du système d'exploitation Linux, des applications libres ou des services en ligne libres.

C'est l'occasion aussi de mettre en avant l'action des associations fédératrices telles que l'April ou Framasoft, dont nous sommes adhérents et dont nous soutenons les initiatives avec grande reconnaissance.

L'atelier aura lieu dans les locaux de nos amis du CAL (Centre d'Animation et de Loisirs) du Clermontois.

[FR Montpellier] Inclusion Numérique - Le vendredi 30 novembre 2018 de 14h00 à 20h00.

Nous initions et formons aux outils et usages numériques tous les publics qui s’en sentent éloignés, voire exclus.

Dans les années à venir le tout numérique va s’accélérer dans nos démarches quotidiennes accès aux soins, à l’emploi, à l’énergie, au services bancaires, caisses de retraite, loisirs, etc.
Une grande partie de la population n’a pas jugé utile ou eut l’opportunité d’utiliser des outils numériques, ordinateurs fixes, portables, les smartphones ou les tablettes.

Nous considérons que l’inclusion numérique est fondamentale pour réduire la fracture
numérique, encore bien réelle, entre les générations et réduire les inégalités sociales, culturelles, d’accès à l’emploi.
Dans un monde ultra-connecté avoir des connaissances numériques de base est devenu indispensable quelque soit son âge.

Nous animons avec bienveillance des ateliers collectifs d’initiation et de pratique des logiciels et des outils numériques libres, en fonction de la demande des utilisateurs.

Les thématiques que nous vous proposerons

  • Ranger et m’organiser
  • Entretenir son ordinateur
  • Utiliser une clé USB, un disque dur externe
  • Insérer une image
  • Mettre en page un courrier
  • Créer un tableau simple
  • Débuter sur la mise en forme
  • Progresser sur la mise en forme de textes
  • Classer ses recherches
  • Protéger son identité sur l’Internet
  • Tchatter avec une webcam
  • Utiliser les services administratifs en ligne
  • Débuter sur Internet et la messagerie
  • Le podcasting
  • Transférer et enregistrer sa musique
  • Remplir sa déclaration d’impôts
  • Faire des rencontres
  • Stockez ses données en ligne
  • Vendre, acheter, donner ses objets
  • Préparer ses vacances
  • Débuter sur la messagerie
  • Découvrir les réseaux sociaux
  • Faire des économies grâce à Internet
  • Utiliser les sites / applications pour communiquer
  • Débuter avec son téléphone portable
  • Transférer les photos de son téléphone
  • Utiliser les applications de sa tablette, son téléphone
  • Débuter sur sa tablette, son téléphone
  • Transférer et classer ses photos
  • Créer son livre photo
  • Réaliser un diaporama de photos
  • Le photomontage

  • Mpt Albert Camus, avenue de Villeneuve Angoulême, Montpellier, Occitanie, France

  • Adresse web http://montpel-libre.fr

  • Tags
    formation, logiciels-libres, atellibre, montpel-libre

[FR Caen] Permanence artifaille - Le vendredi 30 novembre 2018 de 16h00 à 19h00.

Permanence et animation au local Artifaille pour les membres de l'association.

Entraide informatique pour réparer, reconfigurer, conseiller, échanger à propos des moyens de communication électronique

mise à disposition de moyens et outils spécifiques,
conseils d'un professionnel expert en logiciels libres

Vérifier le maintien de la permanence et inscription (10 places) :
https://artifaille.fr/attendee/

[BE Antoing] Sécuriser son poste Linux Mint - Le vendredi 30 novembre 2018 de 16h00 à 18h00.

Dans cet atelier débutant, nous aborderons la sécurisation d'un ordinateur sous Linux Mint.

A l'heure actuelle, tout système d'exploitation se doit d'être protégé, tant des menaces externes que des menaces internes.

Pour se faire, le choix d'un bon pare-feu est essentiel. Sous Linux Mint, le pare feu intégré s'appelle ufw (uncomplicated firewall).

Très simple d'utilisation mais puissant, il assure un filtrage efficace du trafic entrant et sortant de l'ordinateur.

Notez que pour une bonne compréhension des mécanismes d'un pare-feu, deux séances sur le sujet seront organisées

La partie graphique d'ufw sera abordée ce 30 novembre la partie ligne de commande sera abordée en décembre.

[FR Montpellier] Les logiciels libres, parlons-en - Le vendredi 30 novembre 2018 de 17h00 à 19h00.

Les logiciels libres parlons-en Ouvrons le dialogue sur l’ouverture des données Partageons nos expériences pour une meilleure répartition des connaissances.

Cette permanence vous permet de rencontrer le groupe Montpel’libre, ses activités, d’être orienté vers nos ateliers et permanences techniques et d’être accompagné pour une transition digitale progressive et adaptée vers les logiciels libres.

Proposition de programme

  • discussions autour de l’organisation d’événements
  • gestion des groupes de travail
  • propositions diverses
  • présentation de l’asso

Montpel’libre est un Groupe d’Utilisateurs GNU/Linux et Logiciels Libres qui promeut les logiciels libres, la culture libre et les biens communs.
Notre association se situe à la jonction des secteurs d’activités du numérique, des industries culturelles et créatives, de l’économie sociale et solidaire, du développement durable, de la recherche et formation ainsi que de l’éducation populaire et de l’éducation scientifique.
Elle s’adresse à l’informaticien comme au néophyte, au particulier comme au professionnel ou à l’étudiant et à un public de tout âge.

Montpel’libre exerce des activités multiples autour de six pôles

  1. PERMANENCES
  2. ATELIERS
  3. CONFÉRENCES / FORMATIONS / EXPERTISE
  4. ÉVÉNEMENTIEL
  5. TECHNIQUE / SÉCURITÉ
  6. PUBLICATION

Et de plusieurs communautés et groupes de travail.

Ces permanences sont suivies d’un Apéro refaire le monde convivial et partagé, de 18h30 à 21h30. Elles ont lieu au Faubourg marché, tous les vendredis de 17h00 à 19h00.

Vendredis 2, 9, 16, 23 et 30 novembre 2018 de 17h00 à 19h00 (tous les vendredis sauf fériés)
Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier

[FR Paris] Persona non data - Du vendredi 30 novembre 2018 à 18h00 au dimanche 2 décembre 2018 à 18h00.

Week-end d’explorations créatives et critiques autour des données personnelles avec des ateliers pratiques, des rencontres, des performances et une exposition de ressources. Lionel Maurel, membre de La Quadrature participera à la table ronde A-t-on vraiment besoin de démocratie quand on a les données

Festival organisé par la Gaité Lyrique, en partenariat avec La Quadrature du Net, Libération, Mozilla et l'ADN

https://www.gaite-lyrique.net/en/festival/persona-non-data

[FR Saint-Étienne] Conférence informatique libre - Le vendredi 30 novembre 2018 de 18h30 à 20h00.

L'informatique libre Pourquoi Comment

En partenariat avec le Collectif pour une TRANSITION CITOYENNE Loire (https://ctc42.org/) et l'association ALOLISE, venez découvrir ce qu’est l'informatique libre et combattre les idées reçues

Non il n’est pas nécessaire d’être un connaisseur pour utiliser des logiciels libres. D’ailleurs, vous en utilisez probablement tous les jours (Firefox, LibreOffice, Thunderbird, Gimp, framadate, framapad, …)

[FR Clisson] Projection du film NOTHING TO HIDE - Le vendredi 30 novembre 2018 de 19h00 à 21h00.

La Médiathèque de Clisson vous invite vendredi 30 novembre – pour le mois du film documentaire – à (re)découvrir le film Nothing to Hide de Marc Meillassoux et Mihaela Gladovic. 

Événement gratuit ouvert à tous, à partir de 19h.

« Dire que vous vous fichez de la question de la vie privée parce que vous n’avez rien à cacher, c’est comme dire que vous vous fichez de la liberté d’expression parce que vous n’avez rien à dire ». Edward Snowden.

La projection sera suivi d'un débat animé par TkPx, membre du collectif Café Vie Privée.

[FR Beauvais] Samedi du Libre sur la brique internet (https://labriqueinter.net/) - Le samedi 1 décembre 2018 de 09h00 à 12h00.

*Formation et partage de connaissances sur les points suivants
*
* La protection des données personnelles par la brique principe de fonctionnement
* Où se procurer une brique internet
* Installation et configuration
* Utilisation avec Yunohost, gestionnaire d'applications en ligne

[FR Aix-en-Provence] Samedi Libre - Le samedi 1 décembre 2018 de 10h00 à 18h00.

PROGRAMME

10h00 - 12h30 Atelier sur Android libre

12h30 - 13h30 Déjeuner en commun

13h30 - 18h00 Interventions sur rendez-vous et démonstrations

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Ces Samedis Libres sont organisés par l'Axul en collaboration avec plusieurs associations de logiciels libres des Bouches-du-Rhône.

Ils proposent des présentations générales et une aide technique pour le dépannage et la mise à jour d'ordinateurs avec des logiciels libres. Ils présentent aussi des démonstrations de matériels libres.

Des informations sont disponibles sur la Culture Libre (OpenStreetMap, Wikipedia…).

PRÉSENTATIONS POSSIBLES

Présentation d'un Fairphone, un téléphone libre et éthique

Présentation de livres et de sites Internet consacrés au Libre

Présentation du nano-ordinateur micro:bit conçu pour rendre l’enseignement et l’apprentissage facile et amusant.

Présentation du nano-ordinateur PyBoard co-développé avec le langage MicroPython

Présentations liées aux nouveaux programmes scolaires sur le codage

  • Présentations de Pygame, Python, Scratch et Snap.
  • Présentations de modèles éducatifs libres écrits en HTML5 pour PC ou tablettes quel que soit le système d'exploitation exemple du site PhET.
  • Présentation du projet 1, 2, 3… codez: Enseigner l'informatique à l'école et au collège (Fondation La main à la pâte).
  • Présentations d'autres logiciels éducatifs et/ou scientifiques…

Autres présentations

  • Comparaison des environnements Cinnamon, GNOME, KDE, LXDE et Xfce installés avec la même version d'Ubuntu.
  • Distribution Emmabuntüs pour la rénovation d'ordinateurs anciens.
  • Distribution PrimTux 2 pour les élèves de l'école primaire.
  • Distribution Pure OS associée au projet Librem pour des ordinateurs avec des matériels et des logiciels libres.
  • Distribution Ubuntu 18.04.
  • Distribution Ubuntu Touch sur un téléphone mobile.
  • Distributions Linux installées sur des clefs USB insérées dans des ordinateurs Linux, Windows 7 ou Windows 10.
  • Cohabitation Linux - Windows 10 le cas d'Ubuntu 64 bits.
  • Évolution du projet pédagogique OLPC (One Laptop per Child) : ordinateur XO-4, tablette OLPC partiellement libérée avec F-Droid et différentes machines avec la plate-forme pédagogique Sugarizer.
  • Présentation d'Inkscape, logiciel de dessin vectoriel professionnel pour Windows, Mac OS X et GNU/Linux
  • Présentation de logiciels scientifiques libres (SageMath…)

NB Certaines démonstrations pédagogiques sont en libre service. Les autres démonstrations seront normalement possibles toute la journée elles seront lancées en fonction des souhaits des visiteurs et des disponibilités des spécialistes.

Adresse Centre Social et Culturel des Amandiers, 8 allée des Amandiers, Jas-de-Bouffan (cliquer sur ce dernier lien pour avoir un plan détaillé).

Ces samedis libres et gratuits sont ouverts à toutes et à tous, débutant(e)s ou expert(e)s GNU/Linux, membres ou non d'associations du Libre. Les locaux sont au rez-de chaussée et accessibles par tous.

Entrée Libre..

Prochain Samedi Libre

[FR Charleville-Mézières] Journée du Logiciel Libre et INSTALL-PARTY - Le samedi 1 décembre 2018 de 10h00 à 18h00.

Programme

[FR Strasbourg] Libérons-nous du pistage - Le samedi 1 décembre 2018 de 14h00 à 17h00.

Lors de cet atelier, des bénévoles d’Alsace Réseau Neutre et d’autres associations vous proposent de reprendre le contrôle sur vos données numériques en vous accompagnant dans l’adoption de solutions alternatives à vos usages numériques quotidiens.

Les parcours

  • savoir configurer son navigateur et découvrir des services numériques éthiques
  • découvrir et installer Linux (Install Party)
  • prendre en main une solution d’auto-hébergement

Si possible, merci d’apporter votre ordinateur (et/ou autre appareil que vous utilisez le plus).

Gratuit (dons acceptés)

Merci de vous inscrire (sous pseudo) ici (non-obligatoire) :
https://framaforms.org/participer-a-un-evenement-coanime-par-arn-1529493317

[FR Saint-Gilles-Croix-de-Vie] Install party - Le samedi 1 décembre 2018 de 14h00 à 18h00.

L'association LINUX CHALLANS organise une install party le 1er décembre 2018 au Café de la Cour Rouge 14 Place de la Cour Rouge 85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé, cette après-midi est faite pour vous.

Les utilisateurs réguliers ou occasionnels de GNU/Linux seront les bienvenus pour aider lors de cette journée.

Venez avec votre ordinateur, nous installerons ensemble une distribution GNU/Linux avec un ensemble de logiciels libres et gratuits.

Sauvegardez vos données avant de venir et défragmentez Windows si vous voulez le conserver.

Entrée Libre. Tout Public.

[FR Rennes] Permanence Gulliver - Le samedi 1 décembre 2018 de 14h00 à 18h00.

Venez installez l'environnement sans virus connu GNU Linux.

Installer des logiciels libres.

Diffusez vos créations facilement.

[FR Paris] Premier Samedi du Libre - Le samedi 1 décembre 2018 de 14h00 à 18h00.

Chaque premier samedi de chaque mois, de 14h00 à 18h00, des bénévoles passionnés de logiciels libres se retrouvent au Carrefour Numérique² de la Cité des Sciences, pour une install-party de distributions ou, ainsi que des ateliers et (parfois) des conférences.

Venez aider ou vous faire aider à installer et paramétrer des logiciels libres et toute distribution GNU/Linux ou Android avec les associations d'utilisateurs de Fedora, Mageia, Ubuntu, Debian, Trisquel… (pour GNU/Linux) ; Replicant, LineageOS, f-droid (pour Android), sur netbook, portable, tour, PC/Mac (pour GNU/Linux), smartphone ou tablette (pour Android), éventuellement à côté de votre système actuel (pour GNU/Linux).

N'hésitez pas non plus à passer si vous rencontrez des difficultés avec des périphériques, matériels, logiciels libres sous ou Android.

  • 12h30-13h45 déjeuner à la pizzeria Le Verona, 25 avenue Corentin Cariou
  • 14h00-18h00 salle Classe Numérique install party GNU/Linux et Android, toutes distros
  • 14h00-18h00 salle Atelier atelier Blender3D du BUG (Blender3D Users Group)
  • 14h00-18h00 salle LivingLab atelier Brique Internet/auto-hébergement avec franciliens.net
  • 14h00-18h00 salle Studio wikipermanence de l'association Wikimedia
  • et après 18h, on continue à échanger et discuter (généralement dans un bar avenue Corentin Cariou)

Pour les salles, voir le plan du Carrefour Numérique.

Nous avons besoin de volontaires pour l'accueil et les installations. Il est utile, mais pas obligatoire, de vous inscrire comme parrainé, parrain, ou visiteur sur le site premier-samedi.org en décrivant votre matériel et vos attentes.

Parrainé·e·s

  • Pour l'installation d'une distribution :

    • venez de préférence dès le début (vers 14h-14h30)
    • sauvegardez sur disque externe, clé usb ou DVD vos fichiers importants
    • supprimez les fichiers et logiciels superflus
    • faites un nettoyage de disque et une défragmentation (utilitaires Windows)
    • n'oubliez pas votre chargeur, vos câbles etc.
    • prenez connaissance de la présentation, du code de conduite, du document présentant les liens et infos utiles et de la décharge
    • apportez un disque dur externe ou une clé usb ou un dvd
  • Pour l'installation d'une distribution Android

    • venez de préférence dès le début (vers 14h-14h30)
    • sauvegardez les données des applications (SMS, contacts, etc) car elles seront effacées durant l'installation, et si possible les fichiers/dossiers personnels (musique, films, pdf, etc) afin de ne pas risquer de les perdre en cas d'erreur technique
    • Si possible, essayez de vérifier s'il y a des distributions compatibles avec votre appareil
    • https://wiki.lineageos.org/devices/: liste des appareils compatibles avec LineageOS
    • https://redmine.replicant.us/projects/replicant/wiki/ReplicantStatus#Replicant-60: liste des appareils compatibles avec Replicant, ainsi que la liste des fonctionnalités (GPS, camera, etc) prises en charge
  • Dans tous les cas:

    • demandez l'autorisation de prendre des photos si vous souhaitez en prendre
    • n'oubliez pas que nous sommes des bénévoles, pas un S.A.V. ;-)

Parrains et marraines

  • ISOs de nombreuses distros installables par serveur local Parinux et Raspberry-Pi 3
  • apportez une clé usb 3 ou un dvd, des ISOs, de vos distros favorites
  • demandez si l'installé·e a bien sauvegardé ses fichiers
  • demandez si l'installé·e a bien nettoyé, défragmenté, CHKDSKé
  • si possible, autonomisez l'installé-e, expliquez, laissez-lui le clavier
  • prenez connaissance de la présentation, du code de conduite, du document présentant les liens et infos utiles et de la décharge
  • évitez de commencer une installation complète après 16h00
  • préférez une réinstallation propre à une longue mise à jour
  • terminez ce que vous avez commencé ou passez le relais
  • incitez l'installé·e à se rapprocher de l'association dédiée à sa distribution
  • si possible, installez et lancez l'utilitaire Bleachbit.

Entrée libre et gratuite, pour tout public.

Transports

[FR Libourne] Install party - Le samedi 1 décembre 2018 de 15h00 à 19h00.

Install party et discutions sur le logiciel libre

  • Maison Des Associations, bd de Quinault, Libourne, Nouvelle-Aquitaine, France
  • Tags
[FR Vandœuvre-lès-Nancy] Install partie GNU/Linux - Le samedi 1 décembre 2018 de 15h00 à 17h00.

Un événement spécial dans lequel vous avez la possibilité d’emmener votre ordinateur pour le libérer Bien qu’il s’agisse d’une approche faites-le vous-même, des animateurs seront présents pour vous assister dans la démarche.

Les installations seront encadrées en collaboration avec l'association Groupe d'Utilisateurs de Logiciels Libres Mirabellug.

Inscription gratuite aux animations

La participation aux animations repose sur un système d’inscriptions préalables qui permet de répondre de façon plus ciblée aux attentes des usagers et de les associer au projet.

L'inscription est obligatoire au plus tard 30 min avant l’animation.

[FR Saint Pierre-d’Oléron] Projection du film Nothing to Hide et débats sur la surveillance de masse des citoyens - Le samedi 1 décembre 2018 de 21h00 à 23h30.

Qu’est ce que c’est

L’association le LOCAL (Lien Oléronnais pour la Culture et l’Animation de Loisirs) organise pour la deuxième année des projections autour du thème un autre monde est possible. La dernière semaine de novembre est consacrée à l’éducation et c’est dans ce cadre que sera projeté le film « Nothing to Hide » de Marc Meillassoux.

Résumé du film

Nothing to Hide aborde la thématique de la surveillance de masse et son acceptation dans la société, notamment à travers l’argument Je n’ai rien à cacher. Le réalisateur suit un jeune comédien Berlinois, Mister X, vivant une expérience d’espionnage volontaire. Avec son accord, les métadonnées de son ordinateur et de son téléphone sont collectées durant un mois et analysées. Le film illustre qu’il est possible d’extraire de nombreuses informations de ces données, notamment à travers les réseaux sociaux et les smartphones.

Le film est enrichi des témoignages de lanceurs d’alerte, de hackers et d’activistes. Des victimes de surveillance d’État et de dérives autoritaires nous expliquent la vie d’une personne sous surveillance, notamment en Allemagne de l’Est à l’époque de la Stasi ou encore en France sous le régime de l’État d’urgence.

Débat

La projection du film sera l’occasion d’un débat sur les enjeux soulevés et les arguments présentés par les différents intervenants. Le film sera mis en perspective avec l’actualité et d’autres documentaires sur le sujet. Des solutions technologiques et sociales seront proposées aux personnes présentes.

Entrées

Les tarifs du cinéma sont ceux régulièrement appliqués 7,5, 6 et 4.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Sortie de Prosody 0.11

22 novembre, 2018 - 12:32

Ceci est la traduction de l’article « Prosody 0.11.0 released », et est également disponible sur JabberFR ainsi que sur le blog de Prosody.

Nous somme ravis d’annoncer la sortie longuement attendue du serveur XMPP Prosody 0.11.0 !

Ceci est la première version de la série 0.11, qui sera maintenant considérée comme la série stable. Cette version, avec plus de 2 000 commits, n’aurait pas pu se faire sans l’aide de nombreux contributeurs, testeurs et autres membres de la communauté. Merci !

Sommaire Points importants

Si vous êtes impatients d’utiliser 0.11.0, c’est certainement dû au travail important qui a été fait dans cette version sur deux composants : MUC (Multi‐User Conference) et PubSub.

Ces deux composants implémentent les XEP les plus complexes que XMPP fournit actuellement. Même si les versions précédentes fournissaient déjà MUC et PubSub, ceux‐ci sont tous les deux des protocoles complexes ; ainsi, après une première implémentation, il nous semblait important de les revisiter pour mieux couvrir les fonctionnalités décrites dans les XEP, mais aussi pour améliorer la structure du code et permettre la montée en charge.

Cette version comprend beaucoup d’autres changements, corrections de bogues, amélioration de performances, etc. Les principaux changements sont détaillés ci‐dessous.

Fonctionnalités principales Amélioration des salons

Un des plus gros changements dans cette version est le fait que MUC (Multi‐User Conference) ait été presque entièrement réécrit. Ce projet ambitieux a été démarré plusieurs années plus tôt par daurnimator, qui a développé la majorité de ce nouveau code.

Même si la plupart des changements restent internes au composant, cela nous a permis d’ajouter de nouvelles fonctionnalités plus facilement, mais aussi de permettre la montée en charge des services de MUC (cette nouvelle version de MUC est utilisée par Jitsi Meet, ainsi que d’autres services hébergeant des centaines de milliers de groupes).

Les améliorations sont trop nombreuses pour être toutes citées, cependant quelques points sont mis en avant ici.

Amélioration de la configuration

Le formulaire de configuration a été réorganisé et propose maintenant un agencement et des options plus claires.

Nous avons hâte d’intégrer des traductions dans une version future !

Archivage des messages

Nous avons ajouté le prise en charge pour l’archivage et la récupération des messages envoyés à un salon, en utilisant le protocole de la XEP-0313 (MAM, Message Archive Management). Cela permet à un client d’afficher des messages qui ont été envoyés lorsqu’il était hors ligne.

Réservation du pseudo

Pour éviter toute confusion, Prosody peut désormais forcer la réservation de pseudo dans un salon, pour empêcher quelqu’un de se faire passer pour un autre, qui ne serait pas au même moment présent dans le salon. Par défaut, seuls les propriétaires et administrateurs d’un salon peuvent réaliser cette action — en rendant un utilisateur membre du salon —, mais il est aussi possible de le configurer pour autoriser les utilisateurs à enregistrer leur propre pseudo et à devenir membre par la même occasion.

Protocole PubSub

Notre implémentation de PubSub a beaucoup été améliorée pour cette version. Link Mauve a travaillé sur la persistance des nodes et des items, ce qui veut dire que les données peuvent être stockées sur le disque plutôt qu’en mémoire et ne seront donc plus perdues lorsque le serveur est relancé.

Nous avons également implémenté la configuration des nodes et la gestion des affiliations, nécessaires à un contrôle d’accès avancé. Et, finalement, nous avons ajouté le fameux publish-options qui permet aux clients de publier des items en spécifiant leurs droits d’accès de façon sécurisée.

PEP

Notre ancien code pour PEP était une implémentation minimale, séparée du code de PubSub, qui implémentait tout ce dont les clients avaient besoin en 2009. De plus en plus de fonctionnalités de PubSub ont été demandées au fil des années pour PEP, qui devenait de plus en plus utilisé. Il devenait évident que PEP devait fournir toutes les fonctionnalités de PubSub et aurait dû utiliser le même code.

Florian Zeitz a démarré ce projet en créant un nouveau module mod_pep_plus. Ce module est maintenant l’implémentation par défaut et est utilisé à la place du module mod_pep d’origine.

Ceci nous permet de prendre en charge OMEMO pour les gens n’étant pas dans votre liste de contacts. Ça permet aussi aux clients d’utiliser PEP pour stocker les marque‐pages et autres données.

Nouveau format de vCard

Cette version implémente la nouvelle version de la spécification vCard (vCard4), décrite dans la XEP-0292, et gère de nombreux nouveaux champs.

Votre vCard est aussi stockée dans PEP, ce qui autorise un contrôle d’accès avancé (par exemple, vous pouvez choisir que votre vCard soit publique, ou disponible uniquement pour vos contacts).

Peu de clients, voire aucun, ne prennent en charge vCard4, mais l’ancien protocole vcard-temp est toujours pris en charge en utilisant mod_vcard_legacy, qui traduit vers le nouveau format de manière transparente, jusqu’à ce que les clients se mettent à jour.

Optimisations de l’autonomie des portables

Cette version vient avec quelques modules communautaires visant à améliorer l’autonomie des clients mobiles. Un trafic constant peut empêcher un téléphone de passer en mode d’économie d’énergie, par exemple avec les changements de statut des contacts, ou beaucoup de messages des salons. Mais ces informations ne sont généralement pas importantes, surtout quand le téléphone est en veille ou que l’application est en arrière‐plan.

Les clients qui prennent en charge la XEP-0352, tels que Conversations, peuvent informer le serveur quand leur application est mise en arrière‐plan, et Prosody va réagir en optimisant le trafic sur la connexion.

Ceci est implémenté dans mod_csi_simple.

Changements internes API asynchrones

Nous avons consacré beaucoup d’efforts à ajouter des tests et à rendre notre API asynchrone interne plus robuste. Cette API sera utilisée pour améliorer les performance des plus gros services.

Avec ces changements, l’authentification ou les grefons de stockage asynchrones sont maintenant pris en charge de façon expérimentale. Prosody ne gèrera pas cette API officiellement pour cette version car il reste beaucoup de changements prévus.

Automatisation des tests

Une des plus grosses améliorations récentes au projet a été le nombre croissant de tests automatisés. Les versions précédentes ont été presque entièrement testées à la main, à cause du peu de tests automatiques disponibles, mais nous avons désormais une large batterie de tests qui tourne après chaque changement. Plus de détails dans un futur article !

Prise en charge native d’epoll

Ce nouveau back‐end réseau expérimental fournit une alternative à libevent. Parmi ses avantages, il est plus petit et plus simple, mais disponible uniquement sous GNU/Linux.

Mise à jour depuis une version précédente

Si vous mettez à jour depuis une version précédente, nous vous recommandons très fortement de lire les notes de version.

Quelques changements importants sont listés ici.

Mise à jour de MySQL

Les utilisateurs de MySQL doivent mettre à jour leur schéma avant que Prosody 0.11 puisse fonctionner. Ceci afin de corriger quelques bogues qui empêchent le bon fonctionnement des nouvelles fonctionnalités de PEP.

Après la mise à jour, exécutez : prosodyctl mod_storage_sql upgrade

Lua 5.2

Prosody dépend de Lua 5.1 depuis le tout début. Comme nous l’avons annoncé lorsque Prosody 0.10 est sorti, nous sommes en train de le mettre à jour vers des versions de Lua plus récentes.

La version de Lua recommandée pour Prosody 0.11 est Lua 5.2, mais Lua 5.1 est toujours compatible pour les plates-formes qui en ont besoin. Cependant, les versions 0.11.x sont les dernières versions à être compatibles avec Lua 5.1 (et par extension, LuaJIT).

Tutoriels

Si vous prévoyez d’installer Prosody pour la première fois, le Homebrew Server Club a publié un excellent tutoriel sur comment configurer un serveur XMPP moderne sur Debian, en utilisant Prosody 0.11.

Téléchargement

Comme d’habitude, vous pouvez trouver les instructions de téléchargement pour de nombreuses plates‐formes sur notre page de téléchargement.

Si vous avez des questions, commentaires ou problèmes quelconques avec cette version, dites‐le‐nous !

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Meilleures contributions LinuxFr.org : les primées d’octobre 2018

22 novembre, 2018 - 07:05

Nous continuons sur notre lancée de récompenser ceux qui chaque mois contribuent au site LinuxFr.org (dépêches, commentaires, logo, journaux, correctifs, etc.). Vous n’êtes pas sans risquer de gagner un abonnement à GNU/Linux Magazine France ou encore un livre des éditions Eyrolles ou ENI. Voici les gagnants du mois d’octobre 2018 :

Abonnement d’un an à GNU/Linux Magazine France (éditions Diamond)

Livres des éditions Eyrolles et ENI

Les livres qu’ils ont sélectionnés sont en seconde partie de la dépêche. N’oubliez pas de contribuer, LinuxFr.org vit pour vous et par vous !

Certains gagnants n’ont pas pu être joints ou n’ont pas répondu. Les lots ont été réattribués automatiquement. N’oubliez pas de mettre une adresse de courriel valable dans votre compte ou lors de la proposition d’une dépêche. En effet, c’est notre seul moyen de vous contacter, que ce soit pour les lots ou des questions sur votre dépêche lors de sa modération. Tous nos remerciements aux contributeurs du site ainsi qu’à GNU/Linux Magazine France, aux éditions Eyrolles et ENI.

Les livres sélectionnés par les gagnants :

                        Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Revue de presse de l’April pour la semaine 46 de l’année 2018

20 novembre, 2018 - 10:05

La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’Association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[Sud Ouest] Bordeaux : le sommet du logiciel libre a rassemblé 800 personnes
Par Nicolas César, le jeudi 15 novembre 2018. Extrait :

« Les 6 et 7 novembre à Bordeaux, s’est déroulée la 1re édition de B-Boost, sommet du logiciel libre et de l’open source. Une première, qui a permis de mettre en lumière un écosystème méconnu du grand public, dans lequel la région excelle. »

[Atlantico] Pourquoi Linux est un magnifique cas d’école des forces et des faiblesses de la tech européenne
Par Rémi Bourgeot, le mercredi 14 novembre 2018. Extrait :

« Alors que la France et l’Europe tentent de se faire une place dans le secteur technologique, notamment au travers d’initiatives « Frenchtech », le géant IBM vient de racheter l’entreprise Red Hat, dont le modèle économique repose sur un logiciel libre issu de [GNU/]Linux, qui est pourtant d’origine européenne. Du point de vue des acteurs, qu’est‐ce que ce cas d’espèce nous révèle de la réalité du secteur ? »

[Les Numériques] Les grandes gueules de la high‐tech : Linus Torvalds, le prophète
Par Jérôme Cartegini, le mercredi 14 novembre 2018. Extrait :

« Dans l’univers feutré des géants de la high‐tech, certains personnages sont aussi connus pour leurs frasques que pour leurs créations révolutionnaires. Véritable génie de la programmation, Linus Torvalds a créé à seulement 21 ans Linux, le [noyau du] système d’exploitation le plus utilisé dans le monde. À la tête de son développement depuis 30 ans, l’informaticien s’est forgé une réputation épouvantable. Arrogant, antipathique, grossier… à tel point que son langage fleuri fait régulièrement la une des médias. »

[IT Social] 100 millions de repositories confirment l’attrait pour GitHub et l’open source
Par Yves Grandmontagne, le mardi 13 novembre 2018. Extrait :

« La plate‐forme aux 31 millions de développeurs GitHub a franchi la barre symbolique des 100 millions de repositories (dépôts). Deux enseignements dans ce record : la communauté open source est toujours aussi active, et le rachat de GitHub par Microsoft a peu pesé sur le devenir de la plate‐forme. »

[Horizons publics] Open data, un mouvement qui démarre
Par Gérard Ramirez del Villar, le mardi 13 novembre 2018. Extrait :

« Au regard des obligations qui pèsent sur les collectivités en matière d’Open data, les chiffres sur le terrain restent en retrait. Mais les ambitions pour l’avenir sont grandes et les terrains d’application potentiels presque sans limites. »

[Developpez.com] Directive copyright : la mise en œuvre de l’article 13 est financièrement impossible
Par Bill Fassinou, le mardi 13 novembre 2018. Extrait :

« En octobre dernier, Susan Wojcicki, la CEO de YouTube est monté au créneau pour appeler les créateurs de vidéos à protester contre l’article 13 de la directive Copyright qui, selon elle, menace des milliers d’emplois. Elle a, en effet, mis en garde les réalisateurs de vidéos contre la directive et les a exhorté à protester vivement contre la réglementation : s’appesantissant tout particulièrement sur l’article 13, elle explique aux réalisateurs de vidéos dans un billet de blog que “cette législation menace à la fois leur gagne‐pain et leur capacité à partager leur voix avec le monde”. »

Voir aussi :

[Le Monde.fr] Macron invite géants du Web et gouvernements à « réguler ensemble » Internet
Par la rédaction, le lundi 12 novembre 2018. Extrait :

« Dans son discours d’inauguration de l’Internet Governance Forum, à l’Unesco, le président a réaffirmé sa volonté de réguler davantage le fonctionnement des plates‐formes, mais avec une certaine forme de concertation. »

[Le Parisien] Voisins‐le‐Bretonneux récompensée pour son utilisation des logiciels gratuits
Par L. Mt., le lundi 12 novembre 2018. Extrait :

« Grâce à l’emploi de ces outils collaboratifs dans ses services, la commune vient de recevoir le label Territoire numérique libre. »

Voir aussi :

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Hyperviseur libre XCP-ng 7.6

19 novembre, 2018 - 21:09

Disponible depuis le 31 octobre, la dernière version de XCP-ng, l’hyperviseur libre basé sur Xen est disponible. Au menu de cette version : améliorations de sécurité et prise en charge du RAID logiciel.

Sécurité Signature GPG

Tous les dépôts contenant des paquets RPM de XCP-ng, les RPM eux‐mêmes et les images ISO des CD d’installation sont maintenant signés. Cette nouveauté permet de s’assurer que les dépôts et les paquets ne pourront pas être altérés par des gens mal intentionnés lorsqu’ils sont redistribués.

XSA-278

Cette faille de sécurité pouvait conduire Xen à crasher et risquait d’être un vecteur d’attaques par déni de service si elle était exploitée volontairement par un attaquant ayant accès à un invité HVM. Grâce au travail des équipes XCP-ng, Xen et Citrix, un correctif a rapidement été publié.

Note : Ce correctif est également disponible de manière rétroactive sur la version 7.5 de XCP-ng. Un article (en anglais) a été dédié à la faille.

Devenez un miroir pour XCP-ng

Il est dorénavant possible de devenir un miroir officiel pour la distribution de XCP-ng et, grâce aux paquets RPM signés, sans craindre de potentielles altérations.

Si vous souhaitez mettre en place un miroir officiel pour XCP-ng, merci d’envoyer un courriel à mirrors[at]xcp-ng[dot]org.

Prise en charge du RAID 1 logiciel

Il est maintenant possible d’utiliser du RAID 1 lors de l’installation de XCP-ng ! La fonction utilise mdadm, qui est le logiciel de gestion du RAID par défaut dans GNU/Linux. C’est un outil à la fois bien maintenu et très mature. Seul le RAID 1 est exposé dans XCP-ng, c’est un choix répandu et fiable pour une partition racine.

Quelques chiffres
  • la première version de XCP-ng a été lancé en mars 2018, il s’agissait de XCP-ng 7.4 ;
  • l’hyperviseur libre a été téléchargé plus de 17 000 fois depuis son lancement ;
  • le forum communautaire comptabilise pratiquement 6 000 messages et plus de 800 contributeurs.
Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Appel à conférencier pour la JM2L 0x0b

18 novembre, 2018 - 14:23

NdM.: l'équipe d'organisation annonce l'annulation de l'événement.

Oyez… oyez, c’est la fête ! Les JM2L reviennent.

Relayez l’invitation au luxe de découvrir les projets, de rencontrer les passionnés des logiciels libres sous le ciel azuréen des Journées méditerranéennes des logiciels libres [JM2L].

 En résumé
  • Qui ? Vous, nous, la foule des visiteurs : geeks, barbus ou princesses « aux petits pois », soyez les bienvenus \o/ ;
  • Quoi ? Ateliers, stands, conférences, tables rondes, débats dans les escaliers ou sur les pelouses, à vous de décider !
  • Quand ? Samedi 15 décembre 2018 de 10 à 19 heures ;
  • Combien ? Comme toujours, entrée libre et gratuite, cela ne coûte pas un sou ;
  • Où ? École Polytech’Nice‐Sophia, 930, route des Colles (site des Templiers) Biot — Sophia Antipolis —, lat. : 43° 61’ 56,9” nord, long. : 7° 0’ 71,95” est. Qu’est‐ce qu’on mange ? Sur place pour les déjeuners et dans les restaurants à deux petits pas pour les dîners. Staff ? Plein de gentils bénévoles du jour, souriants, détendus et accueillants.
Appel à conférenciers

Inscrivez‐vous, invitez vos amis et relations, chassez les trésors de conférenciers, meneurs d’ateliers et d’install parties, standistes, covoitureurs, hébergeurs…

Tél. : +33 (0) 6 52 42 31 37 (oui, avec un 42 très chic et un L33T en vrac dedans pour faire encore plus geek).

Vraiment, GNU/Linux ? C’est le luxe !

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Agenda du Libre pour la semaine 47 de l’année 2018

18 novembre, 2018 - 14:22

Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 44 événements (3 en Belgique, 40 en France, 0 au Luxembourg, 1 au Québec, 0 en Suisse et 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

Sommaire [FR Toulouse] Appel à candidatures IONIS 361 Toulouse - Du lundi 29 octobre 2018 à 12h00 au dimanche 25 novembre 2018 à 23h00.

L’incubateur IONIS 361 ouvre ses portes à Toulouse

IONISIONIS Education Group, continue son déploiement en région avec un nouvel espace à Toulouse.

Après le succès rencontré par l’incubateur à Paris, son lancement à Lille puis Montpellier, l’incubateur IONIS 361 recrute sa première promotion dans la ville rose.

« L’incubateur IONIS 361 ouvre désormais une nouvelle antenne à Toulouse, deuxième ville startup friendly après Paris, en plein cœur du campus urbain de IONIS Education Group et de ses écoles » explique le directeur de IONIS 361, Guillaume Bardèche.

La vocation de IONIS 361 : accompagner les projets innovants et favoriser la collaboration entre startups, écoles, alumnis et écosystème.

Avec des locaux en centre ville et sur un campus multi-écoles (e-artsup, EPITA, Epitech, IPSA, ISEG et ISG), IONIS 361 Toulouse associera un programme d’accompagnement sur mesure, une relation privilégiée avec un vivier de talents présents dans les écoles du campus et le déroulement d’événements thématiques (ateliers, workshops, networking, conférences…)

L’incubateur toulousain accueillera des entrepreneurs et porteurs de projets dans des domaines variés blockchain, food, finance, objets connectés, santé, services, sport…

L’appel à candidatures s’adresse aux étudiants et alumnis du groupe IONIS mais également aux startups de la région Occitanie souhaitant bénéficier d’un accompagnement d’une durée de 6 à 18 mois.

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 25 novembre 2018 et à déposer sur www.ionis361.com ou par email à l’adresse toulouse@ionis361.com

[FR Bordeaux] Rencontres Monnaie Libre - Du samedi 17 novembre 2018 à 09h30 au dimanche 25 novembre 2018 à 20h00.

Pour sa douzième édition, les Rencontres Monnaie Libre vous accueillent à Bordeaux

Nous aborderons les liens entre économie & démocratie avec trente intervenants qui viendront durant 9 jours questionner, proposer, expérimenter parmi eux, Etienne Chouard, Jean-François Noubel, Stéphane Laborde, des développeurs de blockchain…

Nous (re)découvrirons aussi la monnaie libre, de ses principes jusqu'à son utilisation (marché, enchères, gchange.fr…).

L'événement est ouvert à tous publics (avec une garderie à disposition). Nous avons prévu des temps grand public & d'autres plus techniques (hackathon…), des plus formels (conférences, ateliers…) aux plus libres (forum ouvert, jeux, concerts, visite…).

Pour en savoir plus, vous pouvez consultez notre site et vous êtes les bienvenus à ces rencontres

[CA-QC Montréal] (3L)-Logiciels Libres en liberté groupe d’utilisateurs de Logiciels Libres de Montréal - Le lundi 19 novembre 2018 de 14h00 à 17h00.

(3L)-Logiciels Libres en liberté est un groupe d’utilisateurs de Logiciels Libres, de tous niveaux, mais surtout pour débutant qui tiendra sa rencontre régulière mensuelle tout les 3ième lundi de chaque mois.

Au Rond-point café autogéré 3213 Ontario est, Montréal. la MULLM et 3L. Organise cette rencontre pour tous les niveaux d’utilisateurs, mais surtout pour les Débutants, par la présentation d’application libre de niveau débutant comme les visionneuses incluses dans nos distribution Gnu Linux et performantes pour visualisé enfin sur un écran un peu plus grandes nos prise de photos simples ou de courts vidéos qui sont dans nos systèmes mais souvent oubliés. ex pix, openshot et autres on va vous en faire découvrir.

http://www.openstreetmap.org/note/1177511#map=19/45.54141/-73.54778&layers=N

Le café est une coopérative de travail autogéré et est situer entre les rue Dézery et St-Germain sur la rue Ontario au 3213, en face de l’église de la Nativité de la Sainte Vierge d’ Hochelaga et (de la nouvelle place des Tisserandes) espace publique qui remplace une entrée asphaltée en avant de l’église.

Amener vos portables,téléphone intelligent et tablette et votre bonne humeur et votre entregent. Venez jaser sur les logiciels libres, Nous montrer vos découvertes, poser vos questions poliment

[FR Saint-Étienne] Permanence du libre - Le lundi 19 novembre 2018 de 19h30 à 22h00.

Tous les lundis soir à partir de 19h30

Rencontrer les bénévoles, passer sous GNU/Linux, poser des questions sur le libre, les logiciels, l'hébergement…

Pour passer votre ordinateur sous GNU/linux, nous vous invitons à nous prévenir avant votre passage)

[FR Lyon] Lundi infographie animée libre - Le lundi 19 novembre 2018 de 19h30 à 21h30.

SweetHome3D Une visite virtuelle à portée de clic

SweetHome3D permet en quelques clics de modéliser un lieu de vie (maison, appartement…). Nous verrons alors comment photographier l’intérieur de cet espace témoin et même faire un petit film de notre visite virtuelle.

Initiez-vous aux différentes facettes de l’image animée avec des logiciels libres utilisables sur tous les ordinateurs (Windows, Mac, Linux).

Dessin animé, effet spéciaux, 3D en action, ça va bouger et interagir.

Si vous maitrisez la souris, vous savez où vous enregistrez vos images sur une clé USB, cet atelier d’initiation est ouvert à toutes personnes qui aiment découvrir de nouvelles techniques de création.

Logiciels qui seront utilisés au cours de la saison Inkscape, Tupi, SweetHome3D, Blender, OpenToonz, Natron et Gdevelopp. Cet atelier est animé par les étudiantes et étudiants en communication de la licence professionnelle CoLibre.

Accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles.

[FR Paris] Atelier Hebdomadaire de Contribution au Libre - Le mardi 20 novembre 2018 de 10h00 à 19h00.

Une journée de co-travail sur le thème de la contribution au logiciel libre.

Chacun vient avec son sujet individuel avec l'intention d'y travailler au cotés d'autres contributrices/teurs.

Le prix d'entrée est de 25 euros pour la journée (tarif Narma).

[FR Lyon] Hadoly permanence du chaton Lyonnais - Le mardi 20 novembre 2018 de 19h00 à 20h00.

La permanence (mensuelle) d'Hadoly (Hébergeur Associatif Décentralisé et Ouvert à LYon), chaton lyonnais, est l'occasion d'échanger avec les membres de l'asso sur les services et moyens mis à disposition des adhérents afin de se libérer des Gafams tout en grignotant et en en buvant un coup (n'hésitez pas à apporter quelque chose).

Nous partageons du mail, du cloud, et d'autres services, le tout basé exclusivement sur des logiciels libres avec le respect de la neutralité du net et de la vie privée.

Et en plus l'hébergement est physiquement local

[FR Beauvais] Présentation de la distribution éducative Primtux - Le mercredi 21 novembre 2018 de 09h30 à 12h00.

Primtux est une distribution éducative à base de Debian, comprenant une centaine d'applications éducatives, regroupées selon des créneaux d'âges. La distribution peut servir autant dans des écoles primaires que dans des centres périscolaires, des associations d'éducation populaire ou simplement  des familles. Toutes les infos sont sur https://primtux.fr

[FR Le Mans] Permanence mercredi après-midi - Le mercredi 21 novembre 2018 de 12h00 à 17h00.

Assistance technique et démonstration concernant les logiciels libres.

[FR Lamastre] Mercredi après-midi du Libre - Le mercredi 21 novembre 2018 de 13h30 à 19h30.

Pour se rencontrer entre utilisateurs de GNU/Linux ou pour découvrir et comprendre l’enjeu et les possibilités des logiciels libres.

Venez, pour

  • une réponse à vos questions
  • pour approfondir ou échanger vos connaissances
  • pour essayer un environnement GNU/linux ou RaspberryPi
  • pour faire une installation sur votre ordinateur si vous voulez découvrir ce merveilleux système d’exploitation (sous condition d’avoir effectuer une sauvegarde de vos fichiers au préalable)
  • pour proposer un thème à travailler, si vous désirez maîtriser un thème en particulier.

Nous pourrons proposer des ateliers, si vous avez des suggestions, venez les proposer.

Le but est de s’entraider, de contribuer, d’échanger, car c’est la philosophie du logiciel libre.

[FR Paris] Semaine des Libertés Numériques - Du mercredi 21 novembre 2018 à 14h00 au dimanche 25 novembre 2018 à 23h59.

Une semaine des libertés numériques,
pourquoi faire

De plus en plus, quotidiennement, nous utilisons des outils numériques extrêmement pratiques, sans vraiment nous demander ce que leur usage entraîne comme conséquence. Le Bar commun vous invite, du 21 au 25 novembre 2018, à vous interroger sur le sujet.

Deux thèmes principaux seront à l’honneur
1. la neutralité du Net
2. le logiciel libre.

Si vous ne savez pas bien ce qu’englobent ces deux notions, alors cet événement est fait pour vous Puis si vous le savez parfaitement, eh bien venez soutenir cette manifestation par votre présence

Si non téléchargeable sur le site du Bar commun, le programme est disponible sur simple demande à l'adresse libertenumerique@lebarcommun.fr .

[FR Vandœuvre-lès-Nancy] Premiers pas avec LibreOffice - Le mercredi 21 novembre 2018 de 15h00 à 17h00.

Cet atelier vous présentera la suite bureautique LibreOffice, y sera décrit les principales fonctions.

Celui-ci servira de base pour l’apprentissage des différentes séquences relatifs au traitement de texte, tableur et le module de diaporama.

Inscription gratuite aux ateliers

La participation aux animations repose sur un système d’inscriptions préalables qui permet de répondre de façon plus ciblée aux attentes des usagers et de les associer au projet.

L'inscription est obligatoire au plus tard 30 min avant l’atelier.

[FR Caen] Permanence artifaille - Le mercredi 21 novembre 2018 de 16h00 à 19h00.

Permanence et animation au local Artifaille pour les membres de l'association.

Entraide informatique pour réparer, reconfigurer, conseiller, échanger à propos des moyens de communication électronique

mise à disposition de moyens et outils spécifiques,
conseils d'un professionnel expert en logiciels libres

Vérifier le maintien de la permanence et inscription (10 places) :
https://artifaille.fr/attendee/

[FR Beauvais] Atelier hebdomadaire de partage de connaissances autour des logiciels libres - Le mercredi 21 novembre 2018 de 18h00 à 20h00.

Chaque mercredi soir, l'association propose une rencontre pour partager des connaissances, des savoir-faire, des questions autour de l'utilisation des logiciels libres, que ce soit à propos du système d'exploitation Linux, des applications libres ou des services en ligne libres.

C'est l'occasion aussi de mettre en avant l'action des associations fédératrices telles que l'April ou Framasoft, dont nous sommes adhérents et dont nous soutenons les initiatives avec grande reconnaissance.

L'atelier a lieu dans la salle informatique du Centre Georges Desmarquet géré par l'association Voisinlieu-pour-tous.

[FR Lille] Cours Linux - Le mercredi 21 novembre 2018 de 18h00 à 20h00.

Découvrez LINUX

Une solution économique et écologique

Un système puissant, stable, léger, sans virus et totalement gratuit.

Accédez à des milliers de logiciels libres (Firefox, Thunderbird, LibreOffice, Gimp, 7Zip, VLC, Sunbird, Apache, etc).

Il permet également de récupérer d'anciennes machines.

Découvrir les logiciels libres, cours ou installations niveau débutant tous les mercredis de 18h à 20h à partir du début octobre jusqu’a fin juin dans les locaux de l'association UFJ rue du Mal Assis à Lille (03 20 57 27 11)

[FR Toulouse] Rencontre mensuelle OpenStreetMap - Le mercredi 21 novembre 2018 de 19h00 à 22h00.

Les contributeurs OpenStreetMap de la région se réunissent tous les mois au Centre Culturel Belgarde.

Toute personne intéressée de près ou de loin par OpenStreetMap est bienvenue pour ce joindre au groupe.

Les débutants pourrons obtenir des conseils pour les aider à mettre le pied à l'étrier et les contributeurs expérimentés pourront échanger leurs trucs et astuces de cartographe.

[FR Lyon] Atelier wiki Le Wiktionnaire - Le mercredi 21 novembre 2018 de 19h30 à 21h30.

Gratuit (Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com)
de 19h30 à 21h30

animé par Olivier Kawak

L’objectif est de découvrir les différents projets Wiki (wikipédia, wiktionnaire, wikisource…) et leurs règles.

Créer son compte personnel, faire des modifications sur les articles et comprendre les règles des espaces de discussion.

Aucun pré requis n’est demandé, atelier ouvert à toutes et à tous.

Mercredi 21 novembre le wiktionnaire

[FR Paris] Table-ronde Quel avenir juridique pour les hébergeurs » - Le mercredi 21 novembre 2018 de 19h30 à 22h00.

Dans le cadre de sa campagne de soutien annuelle, La Quadrature du Net organise une table-ronde sur les questions de régulation du Web, d'économie de l'attention…

La Quadrature du Net souhaite modifier le droit pour favoriser la décentralisation du Web et freiner les dérives de l'économie de l'attention imposée par quelques géants. Nous avons proposé des premières pistes de réflexion, qui restent entièrement à discuter.

C'est ce que nous ferons publiquement, avec vous et quatre intervenants

  • Ronan Hardouin, avocat, docteur en droit et chargé d'enseignement à Paris I Sorbonne et Versailles - St. Quentin
  • Guillaume Champeau, directeur éthique et affaires juridiques de Qwant ainsi que fondateur de numerama.com
  • Lionel Maurel, juriste et bibliothécaire, auteur du blog S.I.Lex et membre de SavoirsCom1 et de La Quadrature
  • Arthur Messaud, juriste à La Quadrature du Net

  • Maison du Libre et des Communs, La Paillasse, 226 rue Saint Denis, Paris, Île-de-France, France

  • Adresse web https://www.laquadrature.net

  • Tags
    lqdn, la-quadrature-du-net, table-ronde, web, internet

[FR Toulouse] Rencontres Tetalab - Le mercredi 21 novembre 2018 de 20h30 à 23h30.

Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

Ouvert au public tous les mercredi soir.

Venez nombreux.

[FR Bordeaux] Jeudi Giroll - Le jeudi 22 novembre 2018 de 18h30 à 20h30.

Les membres du collectif Giroll, GIROnde Logiciels Libres, se retrouvent une fois par semaine, pour partager leurs  savoir-faire et expériences autour des logiciels libres.

Le collectif réalise aussi une webradio mensuelle, tous les second jeudis du mois, à retrouver en direct sur le site de Giroll.

Ces rencontres sont ouvertes à tous.

[FR Grenoble] Soirée de lancement MobiliPlay - Le jeudi 22 novembre 2018 de 18h30 à 21h00.

Mobili’Play – Renouvelons nos déplacements en Isère
Un programme opendata pour imaginer les services numériques qui décarbonent nos trajets et enrichissent notre vie culturelle.

Pour se promener en famille le week-end, se retrouver sur un des nombreux festivals de l’été, effectuer ses achats ou ses démarches dans la ville proche, ou encore se rendre chaque jour de son domicile à son lieu de travail les déplacements motorisés sont aujourd’hui une des causes principales des émissions de CO2, du changement climatique et de l’atteinte à la qualité de l’air. Par ailleurs, de nombreuses personnes n’ont pas de véhicule personnel et ne peuvent envisager aisément leurs sorties loisirs, se rendre sur un lieu culturel éloigné (festival, spectacle, musée) ou profiter des espaces de nature, même proches de chez elles.
Comment améliorer nos déplacements en se préoccupant de leur impact sur le climat et l’environnement, et comment permettre à tous de profiter des richesses culturelles et naturelles locales C’est autour de ces 2 enjeux que Mobili’Play lance une nouvelle édition.

A l’initiative du Département de l’Isère et de Cityway, Mobili’Play proposent aux isérois d’imaginer un service numérique qui facilite et améliore nos déplacements afin d’en réduire l’impact environnemental et de valoriser les richesses naturelles, touristiques et culturelles locales.
Mobili’Play est une démarche qui mobilise l'opendata ouverte à tous de conception et de réalisation d’une solution numérique répondant à des enjeux locaux d’intérêt général et mobilisant les données numériques publiques. Mobili’Play encourage l’utilisation des données ouvertes de déplacements mises à disposition par le Département de l’Isère sur sa plateforme opendata www.itinisere.fr

MOBILI’PLAY C’EST

– 2 soirées d’inspiration et idéation autour de 4 thèmes à Grenoble et Bourgoin-Jallieu
en novembre et janvier 2018
– 1 journée boost pour tester les concepts et avancer vers un démonstrateur à Autrans en février 2019
– 1 appel à idées et concepts de service ouvert à tous en mars
– 1 vote citoyen en ligne pour désigner le concept de service qui bénéficiera d’un développement dans des conditions professionnelles
– la réalisation du service numérique en mode open lab entre avril et juin et sa mise à disposition pour les isérois en septembre

4 THÈMES SONT PROPOSÉS

Mobili’Play invite toute personne intéressée et motivée par ces questions (habitants, usagers, associations, entreprises, développeurs, designers, entrepreneurs) à participer à la conception et au prototypage d’un service numérique.

1 – Grands évènements isérois Coupe Icare, festival Berlioz, festival de jazz, d’arts de la scène… : quel service ou outil peut permettre à ces évènements soutenus par le département de faciliter l’accès du public en favorisant les mobilités douces et valoriser le territoire.

2 – Mon Isère secrète Comment mieux faire connaître les lieux d’intérêt touristique ou culturel de proximité, très souvent oubliés des isérois et faciliter leur accès Comment développer et enrichir le tourisme local

3 – Vélo et tourisme Comment profiter d’une balade en vélo pour découvrir les environs, quels itinéraires privilégier en solo ou en famille, en mode novice ou expérimenté Crowdsourcing, recommandations… comment valoriser les itinéraires touristiques à vélo et partager ses expériences de tourisme cyclable

4 – Décarboner nos déplacements quotidiens Comment booster le changement de comportement concernant les déplacements domicile-travail ou de proximité Comment faciliter et encourager le report vers d’autres solutions (co-voiturage de proximité, multimodalité, etc.) pour décongestionner les routes et améliorer le cadre de vie de tous

– Jeudi 22 novembre à 18h30 à Grenoble
avec Laurent Briant (Cityway) et Margot Sanchez (La Fabrique des mobilités)
à La Coop-Infolab, 31 rue Gustave Eiffel, 38000 Grenoble

[FR Lyon] Jeudi bidouille - Le jeudi 22 novembre 2018 de 19h00 à 22h00.

Atelier gratuit - jeudi 19h00 à 22h00

 

L’EPN des Rancy (249, rue Vendôme, 69003 Lyon) et l'association ALDIL (Association Lyonnaise pour le Développement de l'Informatique Libre) vous proposent des rendez-vous mensuels pour accompagner les utilisateurs de logiciel libre dans la résolution de leur problème informatique.

L'objectif de ces ateliers sont l'entraide et dépannages entre utilisateurs de logiciel libres débutants et plus aguerris. L’occasion de voir comment ça marche, de demander un coup de pouce, de faire découvrir une astuce.

Avec la participation des bénévoles de l’ALDIL, Illyse et des utilisateurs de GNU/Linux (Ubuntu, Debian, Mageia, LinuxMint…).

Ces ateliers sont ouverts à tous.

N'hésitez pas à venir nombreux.

Rappel aucune installation de logiciel sous licence ne pourra être faite sans présentation de la licence et de sa preuve d’achat. Par défaut, les intervenants proposeront des logiciels libres mais s’adaptent à d’autres demandes.

[FR Paris] Soirée de Contribution au Libre et contrib'atelier de Framasoft - Le jeudi 22 novembre 2018 de 19h30 à 22h00.

Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

Programme non exhaustif

  • Fedora (sa traduction)
  • Parinux, ses bugs et son infrastructure
  • April, … y a toujours quelque chose à faire
  • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
  • Schema racktables, son code
  • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
  • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
  • En vente libre, maintenance et commandes
  • Open street map, une fois par mois
  • Linux-Fr sait faire
  • en vente libre

tout nouveau projet est le bienvenu.

Tous les 1ers jeudis => Les associations Ubuntu-fr  et ouvre-boite organisent une réunion pour leurs membres.

Tous les 2è jeudis du mois, l'association Wikimedia France propose de contribuer à ses multiples projets

Tous les jeudis, dès 18h45, le groupe de travail Sensibilisation de l'April se réunit pour réfléchir à mieux communiquer vers le grand public et à 20h30, le groupe transcriptions prend le relais et transcrit ou relit des transcriptions.

Tous les jeudis, des membres de Framasoft organisent des contrib'atliers et vous invitent à venir participer, tester ou améliorer des logiciels libres

[FR Jupilles] Atelier échange de savoirs autour de Mageia (linux local) - Le jeudi 22 novembre 2018 de 19h30 à 23h45.

Echange de savoir sur tous les sujets tournants autour du système d'exploitation Mageia support , version ß test, contribution, traduction…

Ouvert à tous, curieux, débutants, utilisateurs.

Installation possible du système sur votre ordinateur portable ou fixe. Pour un ordinateur fixe, classique n'apportez que la tour.

[FR Bressuire] Réunion GEBULL - Le jeudi 22 novembre 2018 de 20h00 à 22h00.

Retrouvez nous pour une réunion GEBULL ouverte à tous

Au programme démontage d'ordinateurs.

[FR Caen] Permanence artifaille - Le vendredi 23 novembre 2018 de 16h00 à 19h00.

Permanence et animation au local Artifaille pour les membres de l'association.

Entraide informatique pour réparer, reconfigurer, conseiller, échanger à propos des moyens de communication électronique

mise à disposition de moyens et outils spécifiques,
conseils d'un professionnel expert en logiciels libres

Vérifier le maintien de la permanence et inscription (10 places) :
https://artifaille.fr/attendee/

[BE Antoing] Atelier bash, l'éditeur ViM - Le vendredi 23 novembre 2018 de 16h00 à 18h00.

Pour notre atelier de ce vendredi 23 novembre nous aborderons l'éditeur de texte ViM.

ViM est le clone le plus connu de l'éditeur vi.

Il fonctionne en mode modal et possède 3 modes de bases le mode insertion, le mode commande et le mode ligne de commande.

Une autre caractéristique de ViM est sa personnalisation très poussée, via son fichier de configuration ou l'apport de plug-ins.

ViM a été publié pour la première fois en 1991 par Bram Moolenaar, son développeur principal.

[FR Montpellier] Les logiciels libres, parlons-en - Le vendredi 23 novembre 2018 de 17h00 à 19h00.

Les logiciels libres parlons-en Ouvrons le dialogue sur l’ouverture des données Partageons nos expériences pour une meilleure répartition des connaissances.

Cette permanence vous permet de rencontrer le groupe Montpel’libre, ses activités, d’être orienté vers nos ateliers et permanences techniques et d’être accompagné pour une transition digitale progressive et adaptée vers les logiciels libres.

Proposition de programme

  • discussions autour de l’organisation d’événements
  • gestion des groupes de travail
  • propositions diverses
  • présentation de l’asso

Montpel’libre est un Groupe d’Utilisateurs GNU/Linux et Logiciels Libres qui promeut les logiciels libres, la culture libre et les biens communs.
Notre association se situe à la jonction des secteurs d’activités du numérique, des industries culturelles et créatives, de l’économie sociale et solidaire, du développement durable, de la recherche et formation ainsi que de l’éducation populaire et de l’éducation scientifique.
Elle s’adresse à l’informaticien comme au néophyte, au particulier comme au professionnel ou à l’étudiant et à un public de tout âge.

Montpel’libre exerce des activités multiples autour de six pôles

  1. PERMANENCES
  2. ATELIERS
  3. CONFÉRENCES / FORMATIONS / EXPERTISE
  4. ÉVÉNEMENTIEL
  5. TECHNIQUE / SÉCURITÉ
  6. PUBLICATION

Et de plusieurs communautés et groupes de travail.

Ces permanences sont suivies d’un Apéro refaire le monde convivial et partagé, de 18h30 à 21h30. Elles ont lieu au Faubourg marché, tous les vendredis de 17h00 à 19h00.

Vendredis 2, 9, 16, 23 et 30 novembre 2018 de 17h00 à 19h00 (tous les vendredis sauf fériés)
Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier

[FR Courbevoie] Atelier StarinuX Docker/Kubernetes - Le samedi 24 novembre 2018 de 09h00 à 18h00.

L'association StarinuX vous convie à l'atelier DOCKER / KUBERNETES.

DOCKER et ses containers sont une méthode de virtualisation de système d'exploitation permettant de lancer une application et ses dépendances à travers un ensemble de processus isolés du reste du système. Cette méthode permet d'assurer le déploiement rapide et stable des applications dans n'importe quel environnement informatique.

Il est un logiciel libre qui automatise le déploiement d'applications dans des conteneurs logiciels. Il est un outil qui peut empaqueter une application et ses dépendances dans un conteneur isolé, qui pourra être exécuté sur n'importe quel serveur. Ceci permet d'étendre la flexibilité et la portabilité d'exécution d'une application, que ce soit sur la machine locale, un cloud privé ou public, une machine nue etc…

Docker est devenu en peu de temps une technologie phare qui révolutionne l'univers du cloud. Ce logiciel, qui automatise le déploiement d'applications avec leurs dépendances dans des conteneurs, offre beaucoup de possibilités pour un administrateur systèmes qui souhaite se mettre aux goûts du jour.

KUBERNETES est une technologie de gestion de conteneurs développée dans Google-Lab pour gérer les applications conteneurisées dans différents types d’environnement tels que les infrastructures physiques, virtuelles et cloud. C'est un système Opensource qui aide à créer et à gérer la conteneurisation des applications. Kubernetes fonctionne en complément de Docker. Alors que Docker permet de gérer le cycle de vie des conteneurs, Kubernetes apporte l’orchestration et la gestion de clusters de conteneurs. Kubernetes est donc un orchestrateur.

Ce atelier est bien dans l'air du temps le Cloud, la virtualisation, qui vous permettra d'orienter vos connaissances vers les milieux professionnels qui l'utilisent de plus en plus, car ils sont devenus indispensables..

QUAND : samedi 24 Novembre 2018 de 9h à 18h

LIEU : 48 rue de Colombes 92400 Courbevoie.
(SNCF gare Courbevoie St Lazare <=> La Défense ou Métro Pont de Levallois et bus 275 arrêt Stade).

OBJECTIF :
L'exploration des différentes facettes de cette technologie comment fonctionne un docker et quelles sont les différences par rapport à un système de virtualisation Comment construire un bon Docker
C'est à ces questions que nous tenterons de répondre à travers cet atelier.

Organisation de l'atelier :
Le matin Docker et l'après-midi Kubernetes.

PRÉ-REQUIS: Docker-Kubernetes n'offre pas de difficultés, voici le niveau demandé avoir les bases pour manipuler un système Linux et de préférence, une culture autour du cloud computing, c'est tout.

FORMATEUR : Jean-Michel MEULIEN, membre du CA de StarinuX, ingénieur, formateur (reconnu très bon), expert DOCKER.

INFOS et INSCRIPTION: https://starinux.org/ateliers-sx.php

Une participation ANNUELLE de 20 est demandée (10 chercheur d'emplois), valable ensuite pour plus de 10 ateliers.

[FR Bédoin] 5ème édition de la « Faites de la Récup' » - Le samedi 24 novembre 2018 de 09h00 à 17h00.

Dans le cadre de la semaine de l'innovation publique et de la semaine européenne de la réduction des déchets.

Nous vous proposons cette journée consacrée à la lutte contre l'obsolescence programmée et organisée par deux associations locales issues de l'Économie Sociale et Solidaire (ESS) : la MJC, structure porteuse de la Maison de services au public de Bédoin et Linux Ventoux.

Programme

Collecte de matériel informatique

VENEZ FAIRE DON DE VOTRE ANCIEN MATÉRIEL INFORMATIQUE.
La MJC de Bédoin et l’Association Linux Ventoux se chargeront

  • de démanteler votre matériel s'il est usé ou trop vieux (certaines pièces seront recyclées, les autres seront déposées à la déchetterie de Caromb),
  • de reconditionner le matériel et d'installer sur les ordinateurs fonctionnels un système fiable, performant et sécurisé GNU/Linux. Nous le proposerons ensuite gratuitement à des personnes de revenus modestes, des écoles ou à des associations.

Information, exposition et démonstration sur les DEEE

Atelier participatif sur le démantèlement d'un PC

Journée « portes ouvertes » de la Maison de services au public.

[FR Lyon] Technique de cartographie et d’édition - Le samedi 24 novembre 2018 de 10h00 à 12h00.

Animé conjointement par les associations OSM (OpenStreetMap) et Wikimédia

Gratuit (Inscription obligatoire  à epn@salledesrancy.com )

Les contributeurs OSM (OpenStreetMap) et Wikimedia s’associent pour proposer des ateliers conjoints à la contribution collaborative de la carte OpenStreetMap ou à des projets Wikipedia, Wikidata, Wikisource,…

L’objectif est de découvrir les règles et les usages associés à différents projets de connaissance libre (cartographique, encyclopédique…) pour apprendre à contribuer à leur enrichissement, et à utiliser leurs données.

Créer ses comptes, faire des reports/créations d’informations géographiques sur la carte, contribuer à la Base Adresses Nationale Ouverte (BANO), explorer la richesse de la base de données OSM et des contenus des bases wikipédia, wikidata, wikidictionnaire, wikisource.. Réaliser des cartes personnalisées, éditer des articles encyclopédiques

Venez nombreux

[FR Murbach] Réunion informatisée Murbach - Le samedi 24 novembre 2018 de 13h30 à 18h00.

L'association LUG68 vous invite à sa prochaine réunion informatisée mensuelle, le samedi après-midi à Murbach-près-Guebwiller, où vous pouvez venir avec votre machine, portable ou fixe pour

  • installer GNU/Linux à côté ou en remplacement de votre système existant
  • demander de l'aide sur un logiciel libre (toute plateforme)
  • découvrir un tas de logiciels libres, fonctionnels et puissants

Pour ceux qui viennent avec une tour, nous avons des écrans VGA sur place et un charriot pour transporter le matériel au 2ème étage avec l'ascenseur.

Pensez simplement à ramener clavier, souris, et câble réseau RJ45

Côté fonctionnement, nous ne faisons pas de formation informatique à proprement parler chacun vient avec ses besoins et/ou désirs, et avance à son rythme, en sollicitant l'aide des membres présents, dans une ambiance chaleureuse et conviviale

Tous les autres détails sont sur notre site internet (rubrique débutants) !

A noter que le Domaine Langmatt est un hôtel-restaurant situé tout en haut de Murbach (800m d'altitude), dans la forêt il faut dépasser la célèbre abbaye de Murbach, et continuer jusqu'au bout de la route, cf. carte OpenStreetMap.

Le bâtiment qui nous accueille est à gauche, et la salle au 3ème étage

[FR Marseille] Install Party GNU/Linux - Le samedi 24 novembre 2018 de 14h00 à 19h00.

L’association CercLL (CercLL d’Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party GNU/Linux, le samedi 24 novembre 2018 de 14h00 à 19h00, dans la salle du Foyer du Peuple 50 rue Brandis 13005 Marseille.

Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d’utiliser votre ordinateur.

Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le, les mascottes de GNU/ Linux.

Au programme

DÉCOUVERTE de l’univers des logiciels libres.

INSTALLATION d’un environnement GNU/ Linux, ainsi que le meilleur des logiciels libres.

Venez avec votre ordinateur, nous installerons ensemble une distribution GNU/Linux avec un ensemble de logiciels libres et gratuits pour une utilisation quotidienne.

Ouvert à tous – accessible aux débutant-e-s

Une participation de 2 euros est demandée.

L’adhésion à l’association est de 20 euros annuelle.(L’adhésion n’est pas obligatoire).

Plan d’accés

[FR Quimperlé] Install Party GNU/Linux - Le samedi 24 novembre 2018 de 14h00 à 18h00.

Linux Quimper et Libre à Quimperlé organisent une install Party à la Médiathèque de Quimperlé, 18 place Saint-Michel.

Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé, cette après-midi est faite pour vous.

Les utilisateurs réguliers ou occasionnels de GNU/Linux seront les bienvenus pour aider lors de cette journée.

Venez avec votre ordinateur, nous installerons ensemble une distribution GNU/Linux avec un ensemble de logiciels libres et gratuits.

Sauvegardez vos données avant de venir et défragmentez Windows si vous voulez le conserver.

Informations pratiques pour bien préparer sa venue, cliquer ici Install pratique

Entrée Libre. Tout Public.

[BE Grivegnée] Linux Install Party - Le samedi 24 novembre 2018 de 14h00 à 17h00.

Venez rencontrer une équipe de passionnés, tous les derniers samedis du mois, de septembre à juin, de 14h00 à 17h00 pour venir installer un Linux sur votre ordinateur.

On y installera ce que vous voulez ou, si vous n’avez pas d’idée, on cherchera avec vous ce qui vous conviendra le mieux.

[FR Saint-Cyr-l'École] Permanence Root66 - Le samedi 24 novembre 2018 de 14h00 à 17h00.

Root66 vous propose une permanence Logiciels Libres le samedi 26 janvier

La permanence se tiendra au Centre Pierre Semard à Saint-Cyr-l'École (à deux pas de la gare RER C)

Dans cette permanence nous discuterons des logiciels libres, nous vous proposerons un accompagnement technique aux systèmes d’exploitation libres GNU/Linux, et cela afin de vous aider à vous familiariser avec.

Le contenu s’adapte aux problèmes des personnes présentes et permet ainsi l’acquisition de nouvelles compétences au rythme de chacun.

Programme:

Vous pourrez y aborder plusieurs thèmes

  • Discussions conviviales entre utilisateurs autour de Linux en général
  • Premières explorations du système
  • Installations et configurations complémentaires
  • Mise à jour et installation de nouveaux logiciels
  • Prise en main, découverte et approfondissement du système

Entrée libre et gratuite

Sur place, l'adhésion à l’association est possible mais non obligatoire.

Prochaine permanence

[FR Rennes] Permanence Gulliver - Le samedi 24 novembre 2018 de 14h00 à 18h00.

Samedi 24 novembre2018 permanence de Gulliver.

Venez réutiliser un vieil ordinateur ou installer un logiciel libre.

Venez nombreux.

[FR Rouen] Journée Mensuelle du Logiciel Libre - Le samedi 24 novembre 2018 de 14h00 à 18h00.

Le samedi 24 Novembre 2018, nous organisons notre Journée Mensuelle du Logiciel Libre à la Maison St Sever à Rouen. (Centre Commercial St Sever, 10-12 rue Saint-Julien 76100 Rouen) de 14h00 à 18h00.

On fera connaissance avec la toute dernière version de openSUSE, la openSUSE Leap 15, Gnome 3.26, LibreOffice 6.1 et beaucoup d’autres distributions Linux.****

SUSE Linux Enterprise 12 SP4 (beta) sera aussi de la partie et comme vous le savez est la pièce maitresse de openSUSE Leap 15 et qui est maintenue par des ingénieurs SUSE.

Nous distribuerons gracieusement des DVDs openSUSE 15 de 64 Bits à nos visiteurs dans la limite du stock disponible.

Le Raspberry Pi 3 ainsi que les Raspberry Pi 2 seront aussi à votre disposition pour votre plaisir de coder

On pourra discuter du Noyau 4.17.9, si le temps le permet.

Voici aussi une liste des démonstrations de logiciels libres (FOSS) que nous vous proposerons
https://nui.fr/blog/logiciels-libres-a-vous-proposer-comme-installation/

Si vous voulez présenter une distribution Linux ou un logiciel libre, contactez-moi assez rapidement pour la logistique.

Nous allons axer des sessions sur l’interopérabilité, de sorte de vous orienter vers une migration en douceur vers le logiciel libre. L'interopérabilité a toujours été notre fer de lance.

STOP PRESSE Nous aurions des magazines à distribuer et couvrant openSUSE Leap 15 Linux si on nous livre à temps.

[FR Challans] Install party - Le samedi 24 novembre 2018 de 14h00 à 18h00.

L'association LINUX CHALLANS organise une install party le 24 novembre 2018 au bar Le Bocage 3 Place du Champ de Foire 85300 Challans.

Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé, cette après-midi est faite pour vous.

Les utilisateurs réguliers ou occasionnels de GNU/Linux seront les bienvenus pour aider lors de cette journée.

Venez avec votre ordinateur, nous installerons ensemble une distribution GNU/Linux avec un ensemble de logiciels libres et gratuits.

Sauvegardez vos données avant de venir et défragmentez Windows si vous voulez le conserver.

Entrée Libre. Tout Public.

[FR Villeurbanne] Initition découpe laser - Le samedi 24 novembre 2018 de 14h00 à 16h00.

Bonjour à tous,

le LOV continue sa série d'ateliers à destination des jeunes et moins jeunes. Pour ce mois de Novembre, nous proposons une initiation à la découpe laser et à l'outil fondamental qui va avec, le dessin vectoriel.

L'atelier aura lieu le 24 Novembre, de 14h à 16h, au 21 place des maisons neuves. L'inscription est obligatoire par retour de mail. L'atelier est ouvert aux enfants de plus de 8 ans et plus. Les mineurs devront cependant être accompagnés de leur représentant légal.

Après quelques démonstrations et quelques rappels de sécurité, nous survolerons le fonctionnement d'une découpeuse laser et prendrons en main le logiciel Inkscape pour pouvoir créer nos propres dessins et les découper

Informations pratiques

  • lieu 21 place des Maisons Neuves, Villeurbanne
  • date 24/11/2018 de 14h à 16h
  • public cible jeunes à partir de 11 ans intéressés par le bricolage, et la programmation
  • accompagnateurs il est nécessaire que les mineurs soient accompagnés par un parent tout au long de l’atelier
  • tarif la participation à l’atelier est gratuite
  • matériel le LOV met à disposition le matériel nécessaire
  • réservation envoyer un e-mail à bureau@labovilleurbanne.fr afin de réserver votre participation en précisant le nombre et l’âge des participants et des accompagnateurs
  • limite de participants 12, afin que l’atelier puisse se dérouler dans les meilleures conditions, le LOV se réserve le droit de clore les inscriptions une fois la limite atteinte, d’autres ateliers seront prévus dans les mois suivants

  • Laboratoire Ouvert Villeurbannais, 21 place des Maisons Neuves, Villeurbanne, Auvergne-Rhône-Alpes, France

  • Adresse web https://labovilleurbanne.fr/blog

  • Tags
    hackerspace, fablab, bricolage, atelier, laboratoire-ouvert-villeurbannais, lov

[FR Vandœuvre-lès-Nancy] Comment installer GNU/Linux - Le samedi 24 novembre 2018 de 15h00 à 17h00.

Bien que les outils d’installation des systèmes GNU/Linux grand public se soient fortement simplifiés ces dernières années, il n’en reste pas moins que quelques manipulations peuvent se révéler sensibles et complexes.

Est proposé lors de l’atelier une simulation d’installation pour découvrir les différentes étapes nécessaires.

L'atelier sera effectuée par l'association Groupe d'Utilisateurs de Logiciels Libres Mirabellug.

Inscription gratuite aux animations

La participation aux animations repose sur un système d’inscriptions préalables qui permet de répondre de façon plus ciblée aux attentes des usagers et de les associer au projet.

L'inscription est obligatoire au plus tard 30 min avant l’animation.

[FR Vire] Atelier libre - Le samedi 24 novembre 2018 de 16h00 à 19h00.

Atelier libre ouvert à tous. Venez découvrir, échanger et poser vos questions sur des logiciels ou services libres lors de cet atelier.

Un focus rapide sera présenté à 17h sur un thème spécifique préparé par un bénévole de l’association.

[BE Saint Gilles] Gnu/Linux Install party (LCP) - Le dimanche 25 novembre 2018 de 10h00 à 18h00.

L’une des grandes qualités des logiciels libres, c’est qu’on peut librement les copier, les installer, les tester

Une Linux Install Party est une réunion où tout un chacun peut

  • venir copier, échanger, se faire assister dans l'installation de logiciels libres
  • partager des connaissances, des configurations, faire circuler des informations…
  • faire connaissance avec une culture du Libre.

Chaque quatrième dimanche du mois, nous organisons une Install Party à l’atelier multimedia de l’asbl fij

Le comité asbl BxLUG 2018

[FR Strasbourg] Libérons-nous du pistage - Le dimanche 25 novembre 2018 de 14h00 à 17h00.

Lors de cet atelier, des bénévoles d’Alsace Réseau Neutre et d’autres associations vous proposent de reprendre le contrôle sur vos données numériques en vous accompagnant dans l’adoption de solutions alternatives à vos usages numériques quotidiens.

Les parcours

  • savoir configurer son navigateur et découvrir des services numériques éthiques
  • découvrir et installer Linux (Install Party)
  • prendre en main une solution d’auto-hébergement

Si possible, merci d’apporter votre ordinateur (et/ou autre appareil que vous utilisez le plus).

Gratuit (dons acceptés)

Merci de vous inscrire (sous pseudo) ici (non-obligatoire) :
https://framaforms.org/participer-a-un-evenement-coanime-par-arn-1529493317

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Du logiciel libre pour des monnaies libres #RML12

17 novembre, 2018 - 23:58
Les Rencontres monnaie libre 12

C’est un moment de convergence pour les amateurs de logiciels et de monnaies libres, réunissant une communauté de passionnés et plus de trente intervenants sur neuf jours.

C’est à Bordeaux et à distance, du 17 au 25 novembre 2018, en direct et en différé.

Au programme : De l’économie

Il y aura matière à se nourrir de réflexions sur le revenu de base, la monnaie libre, chartale ou démocratique, la comptabilité citoyenne, les crypto‐monnaies reposant sur blockchain & holochain, la coresponsabilité financière et d’autres idées amenées par les participants en forums ouverts.

Du logiciel libre

L’écosystème logiciel de la monnaie libre June (Ǧ1) sera présenté : sa toile de confiance, son efficience énergétique, ses paiements par Internet et SMS, ses développements en cours et à venir…
Les développeurs principaux seront présents et animeront des ateliers pour faciliter les contributions. Il y aura également un hackathon et des ateliers pour encourager l’émergence de contributions inattendues, ainsi que des temps dédiés aux utilisateurs pour recueillir les besoins et catalyser les contributions non techniques.

De l’intelligence collective

Étienne Chouard et Jean‐François Noubel feront des liens entre économie, démocratie, intelligence collective et futurs souhaitables. Aussi, une intelligence collective liée à l’événement pourra se former au travers de la coresponsabilité financière, du forum ouvert et de ce que les présents choisiront de faire émerger.

Des échanges en monnaie libre Ǧ1

Pour rester ouvert à tous, l’entrée est libre aux conférences, ateliers, concerts…
Pour permettre à chacun de vivre l’expérience monétaire qu’est la Ǧ1, chacun est invité à proposer ce qu’il souhaite en Ǧ1. Outre les propositions spontanées de dernière minutes, repas, enchères, marché/vide grenier et poker sont organisés en Ǧ1.

De l’imprévu

Le programme, tout en étant bien rempli, reste évolutif. De plus, entre les partages et idées issues du forum ouvert et une équipe stygmergique ouverte, il y aura de la place pour l’émergence et l’imprévu.

Soyez les bienvenus !

Sur le site de l’événement se trouve :
  • une introduction détaillée à ce qu’est une monnaie libre ;
  • la programmation complète (et évolutive) des neuf jours ;
  • toutes les informations utiles à ces rencontres.

L’entrée est libre et il y aura un espace garderie.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

4ᵉ édition de Paris Open Source Summit les 5 & 6 décembre 2018 #OSSParis18

15 novembre, 2018 - 19:48

Le Paris Open Source Summit est le premier événement en Europe exclusivement dédié aux domaines de l’open source, des logiciels libres et du Numérique ouvert. Sommet international de conférences, salon business et rendez‐vous communautaire, le Paris Open Source Summit fait toute la lumière sur la place de l’open source dans la transformation numérique de nos économies et de nos sociétés.

Plus de 200 conférences, tables‐rondes et ateliers s’intéresseront aux technologies, solutions et enjeux — économiques, politiques et sociétaux — de l’open source et du Numérique ouvert en France et à l’international. S’inscrivant autour des thématiques Tech, Solutions, Écosystème, le programme de l’édition 2018 « Opening the Digital Revolution » mettra en perspective les actualités, innovations et et les tendances technologiques de fond de la filière dans le contexte de la révolution numérique.

Et POSS, c’est aussi un village du Libre composé de nombreuses associations (dont LinuxFr).

Sommaire Les grandes entreprises publiques et privées témoigneront de l’adoption de l’open source par le marché

À l’heure où l’open source enregistre le plus important rachat de tous les temps dans le secteur des logiciels (Red Hat par IBM), le Cigref, témoin de la transformation numérique des grandes entreprises, parrain Grand Utilisateur de l’édition 2018, présentera les conclusions de son rapport sur l’open source, comme alternative aux grands fournisseurs, qu’elle rendra disponible la veille du Paris Open Source Summit.
L’ANSSI présentera pour la première fois publiquement son projet ClipOS, publié en open source en septembre dernier.
La DINSIC animera ses premières rencontres des développeurs de l’administration, destinées à favoriser l’émergence d’une communauté autour de code utilisé et produit par l’administration.
Enfin, Microsoft et GitHub s’exprimeront sur le rachat historique de la plate‐forme de référence des développeurs par le géant du Net américain, l’une des deux acquisitions majeures du secteur en 2018.

Des infrastructures aux applications métier, les technologies open source motorisent la Révolution numérique

La thématique Tech explorera les technologies émergentes comme la blockchain, l’embarqué et l’Internet des objets, le Cloud, l’intelligence artificielle et la data science, où l’open source est omniprésent et dont il a rendu le développement possible. La gestion des plates‐formes dans une dynamique DevOps et les innovations technologiques autour des développements seront également au rendez‐vous pour tous les technophiles.
Côté Applications et Poste utilisateur, la thématique Solutions présentera un catalogue de solutions métier et de solutions pour les utilisateurs finals dans l’entreprise en open source. Un accent sera mis sur des témoignages, des retours d’expérience de réalisations de projets, des présentations de solutions répondant à des besoins métier et/ou transverses. Un focus particulier traitera de la cybersécurité et de la gestion des identités.

L’open source comme levier de souveraineté

Pour Pierre Baudracco, président du programme 2018, CEO de BlueMind, « La mainmise des GAFA(M) sur nos données et leur exploitation, les monopoles créés par l’économie numérique américaine, ont montré les dérives et dangers d’une telle hégémonie et nécessitent également des réponses souveraines afin de restaurer la confiance dans le numérique et permettre une indépendance numérique européenne. L’Open Source et les modèles ouverts, avec leur approche collaborative, de partage et de transparence, sur lesquels repose aujourd’hui massivement le numérique, est une réponse à ces nécessités ».

Table ronde du 6 décembre :

  • Paula Fortez, députée, rapporteuse du groupe de travail sur la démocratie numérique et les nouvelles formes de participation citoyenne à l’Assemblée nationale ;
  • Bernard Duverneuil, président du CIGREF ;
  • Vincent Strubel, sous‐directeur Expertise de l’ANSSI ;
  • Henri Verdier, ambassadeur du Numérique.
L’open source diffuse au‐delà du logiciel : recherche et open sciences

La thématique Ecosystem explore les enjeux du Libre bien au‐delà du logiciel et s’ouvre aux autres modèles et écosystèmes d’innovation ouverts et collaboratifs : Open Data, Open Hardware, Open Content, Open Gov, communs numériques. Un focus spécial sur la recherche et l’open sciences et leur lien avec l’écosystème du logiciel libre sera fait en plénière le 5 décembre.

Pour Roberto Di Cosmo, de Software Heritage, « aujourd’hui, on trouve du logiciel dans tous les domaines de recherche, allant de la géographie à la médecine et de la physique aux mathématiques. »

Keynotes du 5 décembre ·

  • Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ;
  • Bruno SPORTISSE, président directeur général d’Inria ;
  • Roberto di Cosmo, directeur de Software Heritage.
Des perspectives européennes et mondiales sur l’open source

Le Paris Open Source Summit invite les acteurs européens et internationaux de l’open source à partager leurs expériences.
Un cycle de conférences animé par la Commission européenne présentera les initiatives et stratégies de l’open source dans les services publics européens, avec des représentants de la Commission Européenne et des experts de différents États membres (Royaume‐Uni, Bulgarie, Portugal, Suède).
Les villes de Saragosse et la région du Sud-Tyrol échangeront leurs bonnes pratiques open source dans les systèmes d’information municipaux.
Des représentants d’organisations internationales débattront des questions éthiques du Libre : Open Source Initiative (OSI), Free Software Foundation Europe, Eclipse Foundation Europe.
Une session spéciale francophonie accueillera des experts venus de Côté d’Ivoire, du Gabon, du Burkina Faso.

Retrouvez le programme complet sur le site de l’événement.

Un salon 100 % business

Cent‐cinquante exposants, éditeurs de logiciels et sociétés de services, exposeront leurs solutions et expertises pendant deux jours sur un espace 100 % business. Rendez‐vous des décideurs, DSI, responsables de projet IT, acheteurs, le Paris Open Source Summit accueillera sur son espace d’exposition un vaste réseau de PME, les ETI SMILE et ALTWERWAY championnes françaises de l’open source, des géants internationaux de l’IT et du Web, parmi lesquels Microsoft. Côté R & D, l’INRIA sera également présent et des LabMeetings, rendez‐vous préprogrammés de vingt minutes, seront organisés par Paris Région Entreprises entre laboratoires franciliens de R & D et entreprises internationales, afin de favoriser le développement de partenariats technologiques.

Les temps forts et événements associés du Paris Open Source Summit 2018
  • les prix Acteurs du Libre ;
  • l’étude sur l’emploi et les nouveaux métiers de l’open source du CNLL ;
  • l’Open Cio Summit ;
  • le European Open Source & Free Software Event ;
  • le Bureau ouvert de Paula Forteza de l’Assemblée nationale ;
  • l’Open Source Community Summit ;
  • le Forum Open Resource ;
  • la Student Demo Cup ;
  • le Cygal LL.
À propos du Paris Open Source Summit

Paris Open Source Summit, premier événement européen libre et open source, est le fruit de la fusion de Solutions Linux et de l’Open World Forum, deux événements emblématiques du Libre et l’Open Source.

Son ambition est d’exposer les innovations technologiques, la réalité et le dynamisme économique de ses solutions et les impacts sociétaux de cette filière numérique. Paris Open Source Summit est la chambre d’écho internationale des contributions multiples du Libre et de l’Open Source aux révolutions numériques actuelles et à venir, de ses réussites, de ses entreprises et de leur importance, de ses communautés et, enfin, du soutien constamment affirmé des pouvoirs publics (État, région, ville…).

Il s’agit d’un événement du Pôle Systematic Paris‐Région opéré par la société Weyou Group et présidé par Jean‐Luc Beylat, président du Pôle Systematic, avec le soutien de la région Île‐de‐France et du Conseil national du logiciel Libre.

http://www.opensourcesummit.paris

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Déployer une application Web C++ sur Heroku avec Docker et Nix

15 novembre, 2018 - 16:23

Les services de plate‐forme (PaaS) comme Heroku permettent de déployer des applications Web écrites dans des langages comme PHP, Ruby, Java… Cependant, déployer des applications C++ est plus compliqué (portabilité de l’interface binaire ABI, gestion des dépendances, etc.). Cette article présente plusieurs solutions pour déployer des applications Web C++ sur Heroku, en utilisant des images Docker et le gestionnaire de paquet Nix.

Sommaire Exemple d’application Web C++ avec le cadriciel Wt

Wt est un cadriciel Web basé widget. Il permet de définir les composants de l’interface et leurs interactions, de façon similaire aux API d’interfaces graphiques de bureau comme Qt ou gtkmm. Wt produit des applications Web client‐serveur, mais ceci est transparent pour le développeur. Pour illustrer cet article, prenons une application simple qui répète le texte entré par l’utilisateur :

Cette application peut être implémentée avec le code suivant (myrepeat.cpp) :

#include <Wt/WApplication.h> #include <Wt/WBreak.h> #include <Wt/WContainerWidget.h> #include <Wt/WLineEdit.h> #include <Wt/WText.h> using namespace std; using namespace Wt; // définit une application Web struct App : WApplication { App(const WEnvironment& env) : WApplication(env) { // ajoute des widgets auto myEdit = root()->addWidget(make_unique<WLineEdit>()); root()->addWidget(make_unique<WBreak>()); auto myText = root()->addWidget(make_unique<WText>()); // connecte les widgets aux fonctions de rappel auto editFunc = [=]{ myText->setText(myEdit->text()); }; myEdit->textInput().connect(editFunc); } }; // lance l’application Web int main(int argc, char **argv) { auto mkApp = [](const WEnvironment& env) { return make_unique<App>(env); }; return WRun(argc, argv, mkApp); }

Ce code peut être compilé et exécuté localement, avec les commandes suivantes :

g++ -O2 -o myrepeat myrepeat.cpp -lwthttp -lwt ./myrepeat --docroot . --http-address 0.0.0.0 --http-port 3000

Cependant, on ne peut pas déployer directement le binaire généré sur un service comme Heroku, car le système distant peut être différent du système local. Une solution classique consiste à construire une image Docker contenant un système autonome. C’est ce que font les quatre solutions présentées ci‐dessous.

Solution 1 : Dockerfile simple

Un Dockerfile permet de définir un système complet. On part d’une image de base, ici une Debian 9, on installe les dépendances et l’on construit notre application à partir de son code source. Ici, on installe Wt manuellement car Debian fournit la version 3 et l’on a besoin de la version 4.

# configure l'image de base FROM debian:stretch-slim RUN apt-get update RUN apt-get install -y --no-install-recommends \ ca-cacert \ cmake \ build-essential \ libboost-all-dev \ libssl-dev \ wget \ zlib1g-dev # installe Wt4 WORKDIR /root RUN wget https://github.com/emweb/wt/archive/4.0.4.tar.gz RUN tar zxf 4.0.4.tar.gz WORKDIR /root/wt-4.0.4/build RUN cmake -DCMAKE_BUILD_TYPE=Release -DBUILD_TESTS=OFF -DBUILD_EXAMPLES=OFF .. RUN make -j2 install RUN ldconfig # compile notre application puis configure la commande de lancement WORKDIR /root/myrepeat ADD . /root/myrepeat RUN g++ -O2 -o myrepeat myrepeat.cpp -lwthttp -lwt CMD /root/myrepeat/myrepeat --docroot . --http-address 0.0.0.0 --http-port $PORT

On note la variable d’environnement PORT dans la commande de lancement, qui sera définie par Heroku lors du déploiement. On peut ensuite construire et lancer localement l’image :

docker build -t myrepeat:v1 . docker run --rm -it -e PORT=3000 -p 3000:3000 myrepeat:v1

L’application est alors accessible à partir d’un navigateur Web, à l’adresse http://localhost:3000.

L’interface console d’Heroku permet de déployer des images Docker très facilement. Ceci nécessite, bien évidemment, un compte sur Heroku (voir Heroku for free). Par exemple, pour déployer une image Docker dans une application myrepeat, à partir du Dockerfile précédent :

heroku container:login heroku create myrepeat heroku container:push web --app myrepeat heroku container:release web --app myrepeat

L’application déployée est alors accessible à l’adresse http://myrepeat.herokuapp.com/. Cependant, l’image Docker générée est lourde (876 Mio) car elle contient tous les paquets de développement et les produits de compilation de Wt.

Solution 2 : Dockerfile multi‐stage

Pour réduire la taille de l’image Docker, on peut compiler notre application dans un système dédié puis récupérer, dans le système final, le binaire généré et ses dépendances.

# configure une image pour construire notre application FROM debian:stretch-slim as builder RUN apt-get update RUN apt-get install -y --no-install-recommends \ ca-cacert \ cmake \ build-essential \ libboost-all-dev \ libssl-dev \ wget \ zlib1g-dev # installe Wt4 WORKDIR /root RUN wget https://github.com/emweb/wt/archive/4.0.4.tar.gz RUN tar zxf 4.0.4.tar.gz WORKDIR /root/wt-4.0.4/build RUN cmake -DCMAKE_BUILD_TYPE=Release -DBUILD_TESTS=OFF -DBUILD_EXAMPLES=OFF -DSHARED_LIBS=OFF .. RUN make -j2 install # construit notre application, avec liaison statique WORKDIR /root/myrepeat ADD . /root/myrepeat RUN g++ -static -O2 -o myrepeat myrepeat.cpp -pthread -lwthttp -lwt \ -lboost_system -lboost_thread -lboost_filesystem -lboost_program_options \ -lz -lssl -lcrypto -ldl # crée l'image finale, contenant notre application FROM debian:stretch-slim RUN apt-get update WORKDIR /root COPY --from=builder /root/myrepeat/myrepeat /root/ CMD /root/myrepeat --docroot . --http-address 0.0.0.0 --http-port $PORT

On peut construire, exécuter et déployer une image de la même façon que précédemment mais l’image obtenue est beaucoup plus légère (83 Mio).

Solution 3 : configuration Nix simple

Avec Nix, il est très facile de configurer un projet. Pour cela, on définit une dérivation, dans un fichier default.nix :

{ pkgs ? import <nixpkgs> {}, wt ? pkgs.wt }: pkgs.stdenv.mkDerivation { name = "myrepeat"; src = ./.; buildInputs = [ wt ]; buildPhase = "g++ -O2 -o myrepeat myrepeat.cpp -lwthttp -lwt"; installPhase = '' mkdir -p $out/bin cp myrepeat $out/bin/ ''; }

On peut alors construire notre application avec la commande nix-build puis exécuter le binaire obtenu :

nix-build ./result/bin/myrepeat --docroot . --http-address 0.0.0.0 --http-port 3000

Nix peut également construire des images Docker. Ceci est documenté dans le manuel Nix et dans le wiki Nix. À la place du Dockerfile, on écrit un fichier Nix (par exemple docker.nix), qui décrit l’image Docker à construire :

{ pkgs ? import (fetchTarball "https://github.com/NixOS/nixpkgs/archive/18.09.tar.gz") {} }: let # importe la configuration de notre application myapp = import ./default.nix { inherit pkgs; }; # script pour lancer notre application, dans l'image Docker entrypoint = pkgs.writeScript "entrypoint.sh" '' #!${pkgs.stdenv.shell} $@ --docroot . --http-address 0.0.0.0 --http-port $PORT ''; in # construit l'image Docker, avec notre application pkgs.dockerTools.buildImage { name = "myrepeat"; tag = "v3"; config = { Entrypoint = [ entrypoint ]; Cmd = [ "${myapp}/bin/myrepeat" ]; }; }

À partir de ce fichier docker.nix, on peut construire une image Docker et la charger dans le registre Docker local :

nix-build docker.nix && docker load < result

On peut alors exécuter l’image Docker localement comme avec les solutions précédentes. Pour le déploiement, on définit une étiquette vers le registre Docker d’Heroku et on y charge notre image :

heroku container:login heroku create myrepeat docker tag myrepeat:v3 registry.heroku.com/myrepeat/web docker push registry.heroku.com/myrepeat/web heroku container:release web --app myrepeat

L’image Docker obtenue est assez lourde (579 Mio) car elle est construite à partir des paquets Nix standards, qui sont génériques.

Solution 4 : configuration Nix optimisée

Pour réduire la taille de l’image Docker générée, on peut adapter les options des paquets Nix à notre application. Pour cela, on peut redéfinir les options des dérivations ou écrire nos propres dérivations. Par exemple, on peut réécrire la dérivation Wt de la façon suivante (fichier wt.nix) :

{ stdenv, fetchFromGitHub, cmake, boost, openssl, zlib }: stdenv.mkDerivation { name = "wt"; src = fetchFromGitHub { owner = "emweb"; repo = "wt"; rev = "4.0.4"; sha256 = "17kq9fxc0xqx7q7kyryiph3mg0d3hnd3jw0rl55zvzfsdd71220w"; }; enableParallelBuilding = true; buildInputs = [ cmake boost openssl zlib ]; cmakeFlags = [ "-DCMAKE_BUILD_TYPE=Release" "-DBUILD_TESTS=OFF" "-DBUILD_EXAMPLES=OFF" ]; }

On modifie ensuite le fichier docker.nix de façon à prendre en compte notre version de Wt :

{ pkgs ? import (fetchTarball "https://github.com/NixOS/nixpkgs/archive/18.09.tar.gz") {} }: let # importe un paquet de Wt optimisé pour notre application mywt = pkgs.callPackage ./wt.nix {}; # importe la configuration de notre application, en utilisant notre version de Wt myapp = import ./default.nix { inherit pkgs; wt = mywt; }; entrypoint = pkgs.writeScript "entrypoint.sh" '' #!${pkgs.stdenv.shell} $@ --docroot . --http-address 0.0.0.0 --http-port $PORT ''; in pkgs.dockerTools.buildImage { name = "myrepeat"; tag = "v4"; config = { Entrypoint = [ entrypoint ]; Cmd = [ "${myapp}/bin/myrepeat" ]; }; }

On peut alors construire et déployer une image Docker de la même façon qu’avec la solution précédente. L’image Docker générée ici fait 105 Mio.

Conclusion

Sans être aussi riche que Node.js ou PHP, C++ possède également des cadriciels Web intéressants. Notamment Wt, qui permet de développer des applications client‐serveur avec une API très proche des cadriciels d’interface de bureau, comme Qt et gtkmm.

Si les PaaS comme Heroku permettent facilement de déployer des applications dans les « langages Web classiques », il est également souvent possible de déployer des images Docker, et donc des applications C++.

Les fichiers Dockerfile permettent de construire des images Docker relativement facilement. Cependant, construire une image optimisée demande un peu plus de travail (image multi‐stage, compilation statique…), notamment pour éviter d’inclure un inutile environnement de compilation dans l’image à déployer.

Enfin, le gestionnaire de paquets Nix permet également de construire des images Docker, avec les Docker Tools. Ces outils s’intègrent au système de gestion de paquets de Nix, ce qui permet de profiter de ses avantages (fichiers Nix, composition, reproductibilité, isolation…).

 Bémol

Cependant, n’oubliez pas que Heroku n’exécute pas d’images Docker. Les layers sont extraits et ça tourne sous LXC. Il y a quelques incidences à prendre en compte :

Expose

De base, en Docker, une image expose un ou plusieurs ports, et ça permet de savoir quoi mettre en correspondance et qui écoute. Pour Heroku, ça ne fonctionne pas, il faut passer $PORT :

CMD /root/myrepeat --docroot . --http-address 0.0.0.0 --http-port $PORT Point d’entrée

Le point d’entrée (entrypoint) des images est surchargé par /bin/sh -c s’il n’est pas défini. Par exemple, si l’on utilise distroless pour faire une image Go, le point d’entrée est null et la commande est le binaire Go. Et ça fonctionne bien sous Docker. Mais sous Heroku, c’est /bin/sh -c <binaire> qui est executé.

En mettant le binaire dans le point d’entrée et la commande à "", ça fonctionne.

HealthChecks

Les bilans de santé (healthchecks) ne sont pas pris en charge, le Dyno manager fait automatiquement ses propres checks.

Pour avoir une idée des autres limites, voir Unsupported Dockerfile commands.

N. D. M. : Ce bémol n’est pas de l’auteur, mais de CrEv.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

RISC OS libéré

13 novembre, 2018 - 13:52

RISC OS est un système développé par Acorn, créateur de l’architecture ARM, pour ses ordinateurs Archimedes.

Bien qu’Acorn ne fabrique plus d’ordinateurs depuis longtemps, le système d’exploitation est toujours en développement. Les sources étaient en accès public (pour certaines versions) mais pas sous une licence libre, c’est maintenant chose faite.

Historique de RISC OS

La première version de RISC OS date de 1987. À l’époque, le système s’appelle Arthur (il s’agirait d’une contraction de « A RISC OS by Thursday », « Il nous faut un système d’exploitation RISC avant jeudi », référence au temps laissé aux développeurs pour boucler le projet).

Le système propose une interface graphique, du multitâche coopératif, un interpréteur BASIC. Les versions originales occupent 512 kibioctets de mémoire morte dans les ordinateurs Acorn.

Il équipera toutes les machines basées sur les processeurs ARM fabriquées chez Acorn, jusqu’à la faillite de cette dernière en 1998. Cependant, Acorn avait aussi accordé des licences d’utilisation à d’autres entreprises qui ont ensuite repris le développement. PACE (un fabricant de set‐top‐boxes) dispose d’une version des sources qu’il utilise dans ses produits, tandis que l’entreprise RISC OS Ltd. est créée pour reprendre le développement du système pour les ordinateurs de bureau (donc avec une interface graphique classique).

Parallèlement, Castle Technologies, qui produisait les machines d’Acorn, récupère la marque Acorn et l’autorisation de continuer à produire du matériel sous cette marque. D’abord ce seront les mêmes machines, puis à partir de 2002, de nouveaux ordinateurs de sa propre conception.

Cependant, Castle Technologies continue d’utiliser les versions de RISC OS héritées d’Acorn. Cela ne plaît pas du tout à RISC OS Ltd., et les deux entreprises se lancent dans une guerre de licences pour savoir qui a vraiment les droits sur RISC OS.

RISC OS Ltd. continue à fournir des mises à jour pour les machines existantes (ce sont les versions 4.x de RISC OS), tandis que Castle Technology développe pour ses nouvelles machines les versions 5.x. Cette version 5 permet d’utiliser RISC OS avec un processeur dont le bus mémoire est sur 32 bits (les premiers processeurs ARM n’ayant qu’un bus mémoire de 26 bits).

Castle Technology rachète à PACE les droits dont il dispose sur RISC OS en 2003, et les sources sont publiées à ce moment, mais pas sous licence libre. Ceci permettra de porter le système sur différents matériels ARM, tels que la Pandora, la Beagle Board ou le Raspberry Pi.

Pendant ce temps, RISC OS Ltd. travaille également à une version 32 bits de sa version, ce sera RISC OS 6.x. Mais peu de matériel fonctionnera avec cette version, aujourd’hui presqu’abandonnée.

De son côté, Castle Technology ne s’en sort pas beaucoup mieux. Il ne peut plus produire les machines conçues par Acorn, car les composants ne sont plus disponibles. Les nouveaux systèmes basés sur le travail de PACE ont également leur lot de problèmes puisqu’ils ne sont pas RoHS (directive européenne interdisant l’utilisation de soudure au plomb, ce qui nécessite des composants matériels adaptés). L’entreprise est en difficulté financière et n’est plus en mesure de produire du nouveau matériel.

En 2016, une nouvelle entreprise est formée, il s’agit de RISC OS Developments Ltd. Elle rachète RISC OS à Castle Technology et, ensuite, publie les sources sous licence Apache 2.0. Après trente ans, le système RISC OS est donc enfin entièrement libre !

Pourquoi RISC OS aujourd’hui ?

RISC OS est un système très léger, une installation complète occupe moins de 4 Mio. Il peut s’installer en mémoire Flash (à côté de u-boot) pour un démarrage très rapide.

Le système est assez simpliste : multitâche coopératif, peu de protection mémoire. Il est donc intéressant de l’utiliser pour de la programmation presque « bare metal » avec un accès direct au matériel. Les applications disponibles sont en fonction des limitations du système. Le seul navigateur Web est NetSurf, par exemple.

RISC OS a également trouvé des applications à la BBC pour l’affichage de certains jeux télévisés, dont « Qui veut gagner des millions ? ». On le trouve également utilisé dans l’affichage des horaires aux arrêts de bus dans certaines villes.

Enfin, RISC OS est fourni avec une version du BBC BASIC, qui permet de démarrer la programmation avec un langage simple d’accès.

Le matériel utilisable

Presque tous les ans depuis 1987, au moins une nouvelle machine compatible avec RISC OS est apparue. Les plus populaires aujourd’hui sont le Raspberry Pi 3, la BeagleBoard et la Pandora.

Certains fabricants proposent des ordinateurs dédiés, permettant d’avoir une machine plus rapide grâce, par exemple, à l’utilisation de SATA pour connecter un SSD (plus rapide qu’une carte SD).

Pour le Raspberry Pi, la distribution NOOBS permet d’installer et de démarrer facilement RISC OS.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Revue de presse de l’April pour la semaine 45 de l’année 2018

13 novembre, 2018 - 09:32

La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’Association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[RTBF Info] Les logiciels libres dans les administrations belges : « Je t’aime, moi non plus »
Par Jean‐Claude Verset, le samedi 10 novembre 2018. Extrait :

« En France, des villes rebelles, comme Rennes, rejettent les logiciels des géants informatiques pour les remplacer par des “logiciels libres”. En Belgique, la tendance est très différente. Mais d’abord, c’est quoi un logiciel libre ?  »

Et aussi :

[Romandie] Roumanie : le président du Sénat visé par une enquête de corruption dans le dossier Microsoft
Par la rédaction, le jeudi 8 novembre 2018. Extrait :

« Bucarest — Une enquête a été ouverte à l’encontre du président du Sénat roumain, Calin Popescu‐Tariceanu, soupçonné d’avoir touché 800 000 dollars de pots‐de‐vin lors de l’achat de licences Microsoft quand il était à la tête du gouvernement en 2008, a annoncé le Parquet anticorruption (DNA). »

[We Demain] Voici le premier smartphone durable et 100 % libéré des GAFAM
Par Jean‐Jacques Valette, le jeudi 8 novembre 2018. Extrait :

« Grâce à Commown, une coopérative française de location de produits électroniques durables, le Fairphone est désormais disponible avec un système d’exploitation entièrement open source. Une façon d’éviter la revente de nos données personnelles. »

Voir aussi :

[France Culture] Open Source : liberté, égalité ?
Par la rédaction, le mercredi 7 novembre 2018. Extrait :

« Qu’est‐ce que l’open source ? Qui en sont les principaux acteurs ? Quel intérêt pour les développeurs, les administrations, les entreprises, les citoyens ? Comment ce mouvement influence‐t‐il la recherche en informatique ? »

[Next INpact] Sur les Mac récents, la puce T2 bloque l’installation de Linux
Par la rédaction, le mardi 6 novembre 2018. Extrait :

« Lors de la présentation des derniers MacBook Air et Mac mini, Apple a particulièrement insisté sur la présence à chaque fois de sa puce T2. Elle s’occupe de gérer matériellement l’Enclave sécurisée (qui stocke notamment les empreintes biométriques), le chiffrement APFS et le Secure Boot. »

[Developpez.com] Taxation des GAFA : trois pays européens refusent d’apporter leur accord à la forme actuelle du texte
Par Stéphane le calme, le mardi 6 novembre 2018. Extrait :

« Les efforts du ministre français des Finances, Bruno Le Maire, pour rassembler ses collègues de l’Union européenne autour d’une nouvelle taxe sur les grandes enseignes du numérique ne semblent toujours pas très efficaces. En effet, quelques pays restent encore sceptique et n’ont pas apporté leur accord. D’autres pays, parmi lesquels l’Italie, ont annoncé leur intention de continuer avec leur propre projet de loi sur des taxes d’entreprises numériques. »

[Industrie et Technologies] [Cas d’entreprise] Se passer des GAFAM, c’est possible !
Par Anaïs Marechal, le lundi 11 juin 2018. Extrait :

« Avec un marché en forte croissance, les logiciels libres — alternatives aux logiciels propriétaires largement fournis par les GAFAM — se font une place dans les entreprises. Les professionnels cherchent avant tout à maîtriser leur système d’information, et nombre de solutions se présentent aujourd’hui. »

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

Financement participatif de la tablette tactile libre Diskio Pi

12 novembre, 2018 - 14:56

Diskio Pi, un écran tactile HD (en kit) compatible Raspberry Pi / Odroid en financement participatif.

Le projet suscite beaucoup d’intérêt et d’articles de presse spécialisée depuis 2017. Un prototype a déjà été financé l’an dernier sur Ulule. Cet article raconte comment l’idée a germé et a grandi, pour arriver au financement participatif d’aujourd’hui.

Sommaire L’idée

L’idée du Diskio Pi m’est venue en 2015, avec l’achat d’une carte Orange Pi (système monopuce A20). La nouveauté de l’époque était la possibilité d’installer Android, chose impossible sur Raspberry Pi (1) B. Mais les Android proposés ne géraient pas le tactile, il a fallu que je compile moi‐même les sources.
Le premier prototype, en 17”, était suffisamment grand pour que je puisse insérer toutes les cartes et les batteries. C’est à partir du second prototype que la taille de 13,3” fut choisie. Mais le design trop épais de cette seconde version était à revoir, ainsi que son prix.


C’est donc ce troisième prototype qui est actuellement proposé, toujours en 13,3”. Toutes les pièces seront malheureusement fabriquées en Chine (sauf peut‐être l’emballage), condition sine qua non pour proposer un prix de vente acceptable.

Le nom Diskio (δισκίο) vient du grec moderne, « tablette » en français. Par la suite, je me suis aperçu que cela pouvait être interprété comme disk I/O, et cela correspond bien au projet ! Le logo a vite été trouvé, grâce à un générateur de logos en ligne. Ne pas se prendre la tête avec ça. En gros, un hexagone avec des carrés représentant les différentes machines compatibles.

Nombreux sont parmi vous curieux de savoir comment j’ai fait pour fabriquer les prototypes. Dans cet article, j’essaie d’expliquer brièvement les principales étapes du développement.

Le prototypage

De l’idée de conception au prototypage, il n’y a qu’un pas. Mais comment s’y prendre ? Quelles sont les erreurs à éviter ? Voici un petit résumé des principales étapes et difficultés que j’ai pu rencontrer.

Tout d’abord, il y a la partie écran. Et c’est assez simple, malgré tout. Voici une dalle 16/10 récupérée d’un vieux PC portable pour en faire un écran secondaire ; fabriqué il y a trois ans, il fonctionne toujours :

Il existe de nombreux vendeurs en ligne qui proposent des cartes contrôleurs d’écran. En notant la référence de la dalle, on trouve facilement les cartes qui correspondent. Ensuite, on choisit celle qui convient le mieux, selon le projet et le type d’entrée vidéo souhaité. En général, il s’agit de VGA, quelquefois HDMI ou DVI. Les vendeurs sont en général très coopératifs et vous aideront. Ne pas hésiter à leur écrire pour obtenir détails et conseils.

Le prototype 0.1

Le premier prototype du Diskio Pi est la suite de cette réalisation d’écran, avec l’intégration d’un Orange Pi et d’une batterie. Voici ce que cela peut donner :

En guise de coque, j’ai utilisé un châssis de refroidisseur de PC portable, en enlevant les ventilateurs, et en rabotant tout ce qui dépassait. Le cadre du dessus est imprimé en fablab. Au final, on obtient un joyeux bazar :

Le principe de ce prototype est le même que sur le dernier : une alimentation générale, un buck qui convertit le 12 V (ou 9 V) vers le 5 V, des batteries qui se chargent en 12 V et qui délivrent du 5 V. Le tout agrémenté d’un HUB alimenté et de la carte vidéo, elle‐même reliée à la carte PC via le HDMI (ici, on a un étage de VGA en plus).
Pour la batterie, une batterie externe pour PC portable démontée fait l’affaire. Attention au PCB balance pour ne pas créer de courts‐circuits ! Les LiPos sont assez sensibles et peuvent s’enflammer. L’idée de la souris démontée pour le bouton home a été abandonnée sur le prototype 0.3.

Le prototype 0.2

Cette version a déjà meilleure allure :

On trouve un des deux brackets de l’écran, la carte écran (HDMI cette fois, le connecteur VGA étant dessoudé) et un tiroir avec un connecteur fond de panier. Cette idée a aussi été abandonnée, pour raison économique. Même chose pour l’ampli audio, la carte écran ayant un ampli intégré, pourquoi ne pas s’en servir ? C’est chose faite sur le troisième prototype.
La coque est cette fois imprimée en 3D par un professionnel pour un budget d’environ 250 €. Il ne reste qu’à la poncer et l’enduire d’une résine pour obtenir une finition lisse.
Pour le hub, c’est toujours de la récupération, du moins une carte existante. Les cartes qui rassemblent les signaux HDMI et USB du nano‐PC sont conçues par un ingénieur électronicien (avec le logiciel Kicad), puis soudées à la main.
Au fur et à mesure des prototypes, on fabrique, on améliore, et parfois on recommence… Ce prototype souffrait d’une épaisseur trop visible, et d’un design trop massif. Il a fallu tout reprendre de zéro pour imaginer le troisième prototype.

Le prototype 0.3


Les éléments électroniques de série ne sont pas si chers, mais dès que l’on veut faire fabriquer du sur‐mesure, même un échantillon de câble coûte un minimum de 100 €. Pour financer ce prototype, nous avons eu recours à un financement participatif. Le coût de la coque dépassant mon budget personnel (environ 300 €), le défi est de ne pas trop se tromper quant au dessin 3D. Pour cela, regardez autour de vous : tous les objets plastiques ont été étudiés, testés, approuvés. En démontant des PC portables, on peut s’inspirer et prendre un pied à coulisse, en mesurant les épaisseurs, les diamètres, comment les renforts sont placés, etc. C’est en quelque sorte un travail de rétro‐ingénierie que j’ai appliqué à la plasturgie, en complément des conseils des fournisseurs chinois (qui sont prêts à tout pour aider et remporter un marché potentiel).

Pour la CAO, chaque pièce est modélisée avec un dixième de millimètre de précision. Les cartes électroniques et leurs principaux composants sont aussi modélisés. Il en résulte un assemblage virtuel qui doit être manipulé et visualisé sous tous les angles, sans rien oublier. Et cela prend beaucoup de temps. Toutes les options doivent être pensées à l’avance, et si possible les options qui ne sont pas pensées. C’est pourquoi j’ai placé quatre plots de vissage de circuit imprimé au‐dessus de la carte L, pour avoir toute la surface disponible « au cas où ».

Le modèle CAO a ensuite été envoyé à un plasturgiste en Chine pour fabrication. Pour économiser le plus possible, j’ai choisi de le fabriquer en ABS blanc et de le peindre par la suite avec une peinture acrylique.

Placer les éléments sur l’armature s’est passé comme prévu, malgré une déformation des pièces due à la chaleur pendant le transport (c’était en juin). Après un court bain d’eau chaude des pièces déformées, le premier montage a fonctionné du premier coup.

La carte a dû être pré‐prototypée avant d’être manufacturée au propre. L’ingénieur électronicien s’est chargé des soudures et des premiers essais avant de me l’envoyer. J’ai donc effectué les derniers réglages et remplacé quelques valeurs de composants pour obtenir ce que je voulais.
Ensuite, j’ai commandé les circuits imprimés corrigés et effectué les soudures de la carte prototype définitive (sauf certains composants CMS, n’étant pas équipé).

Pour le côté mécanique, le principal a fonctionné. La charnière pour refermer le capot est très pratique, on peut l’ouvrir et le refermer rapidement avec trois vis. Le pied démontable et réversible est aussi fonctionnel, bien qu’une amélioration devra être apportée pour le déclipser à la main, et pour laisser passer la nappe GPIO (voir plus loin). En revanche, les clips sur le côté n’ont pas fonctionné. Je dois les incliner pour appliquer un effet ressort, et agrandir les crochets. Le tout sans que cela soit trop fragile. Quelques autres détails devront être améliorés, comme la fixation de la plaque du Raspberry Pi sur l’armature principale.
En général, je ne me suis pas trop trompé.

Pour la version 1.0, d’autres prototypes (0.3.1 et 0.3.2) devront être fabriqués avant la production en série. Pour la fabrication de celui‐ci, je n’ai pas rencontré trop de difficultés, merci à Benjamin pour ses idées. À part le coup de chaleur non prévu, tous les fournisseurs ont joué le jeu et m’ont livré ce que nous avions convenu par échange de courriels. Le fournisseur de batteries a aussi du mérite car on a passé beaucoup de temps et des dizaines de courriels avant que je commande cinq packs avec carte PCM… Mais pour qu’au final les batteries soient pile à la bonne dimension et avec une capacité très correcte.

Au niveau des pièges lorsque l’on dessine, c’est de toujours vouloir plein de fonctionnalités, et c’est parfois sans limite. Il faut essayer d’équilibrer entre ergonomie et économie, car parfois c’est réalisable mais trop cher, ou cela empêche une autre fonctionnalité de fonctionner correctement. Malgré tout, on doit penser à toutes les éventualités, un peu comme lorsqu’on programme un script : si on multiplie les fonctionnalités, on doit aussi multiplier les éventualités d’usage.

Le produit proposé en prévente

Le produit final sera un kit, avec toutes les pièces nécessaires pour fabriquer un écran tactile haute définition, d’une taille de 13,3” et compatible avec les cartes nano‐PC comme le Raspberry Pi ou l’Odroid. Le kit sera composé de cartes déjà peuplées, aucune soudure ne sera nécessaire pour l’assemblage.

Pourquoi un kit ?

Plusieurs raisons m’ont guidé vers cette solution :

  • les potentiels acheteurs connaissent déjà les cartes de développement, sont donc à même de monter eux même leur appareil ; c’est aussi un jeu pour certains d’entre nous !
  • pour un souci de changement de paradigme ; nous savons tous que la plupart des produits électroniques mis au rebut polluent ; si l’utilisateur sait monter un appareil, il saura le démonter, et ainsi le réparer plus facilement si un élément est endommagé, on ne remplace donc que l’élément qui est obsolète ou cassé ;
  • par souci d’économie : le montage de nos appareils a un coût, qui serait alors économisé (néanmoins rattrapé en partie par le packaging).

L’appareil final sera donc un hybride desktop‐tablette, prêt à accueillir des Raspberry Pi 1/2/3 B/B+ ou Zero, mais aussi des Odroid C1+/C2/XU4. Toute autre carte au facteur de forme Raspberry Pi est aussi compatible, si son alimentation ne dépasse pas 5 V et 4 A.

Le Diskio Pi pourra aussi être utilisé comme écran indépendant pour un PC portable ou une console de jeux, avec une définition de 1920 × 1080 pixels.

Le montage

Le montage ne nécessitera pas de connaissance particulière, ni de soudures (sauf cas extrême), ni de colle. Il faudra se munir d’une paire de ciseaux, d’un cutter et de ruban adhésif. Le kit sera livré avec un petit tournevis et un rouleau de double face pour l’assemblage de l’écran (composé de l’écran à proprement parler et du verre tactile).

Le collage de l’écran sera précis, car guidé par le placement du cadre plastique sur l’armature. Si besoin, il faudra se munir d’une mini perceuse pour les options VESA (à venir) et pour placer les boutons OSD à l’avant — utile si l’appareil est encastré.

Un livret de montage précis vous aidera pour toutes les étapes de l’assemblage, avec schémas à l’appui (à la LEGO).

Voici les pièces principales (hors écran) :

Chaque câble a un détrompeur différent pour une sécurité accrue. Par exemple, les alimentations 9 V, 7,4 V et 5 V auront un connecteur différent. Ici, on voit deux packs de batteries. Chaque pack étant composé de deux cellules, la version à quatre cellules sera composée de deux packs, et la version à six cellules de trois packs.

Ce qui est Open Source, ce qui ne l’est pas

La question de l’Open Source ne s’est pas posée, c’est la pierre angulaire du projet.

Pour un développement de matériel comme celui‐ci, on doit faire avec ce que l’on a. N’étant ni développeur logiciel de formation ni électronicien, en cherchant sur Internet, j’ai appris et trouvé beaucoup de choses. Ensuite, cela demande des fonds de tout faire étudier de A à Z. C’est pourquoi certaines cartes sont achetées toutes faites (contrôleur d’écran, contrôleur tactile), et ne sont pas open source.
Le fournisseur pourra programmer puis m’envoyer les micrologiciels sur mesures (avec l’ajout du logo au démarrage, par exemple), mais je doute qu’il veuille me fournir les sources. À voir par la suite…

En revanche, toutes les études qui ont été réalisées spécialement pour le projet seront mises en ligne. Cela comprend :

  • la carte fille ;
  • la carte L ;
  • la carte bouton ;
  • la carte chargeur/balance.

Libre à la communauté d’améliorer, de proposer, de fabriquer.

Pour la coque, sa complexité ne permet pas de l’imprimer en 3D. Seules les pièces internes (les brackets de l’écran et la plaque support de la carte nano‐PC) seront imprimées, et il sera possible de télécharger et d’imprimer des plateaux spéciaux pour adapter des cartes exotiques. Les brackets sont amovibles, pour permettre une plus grande compatibilité d’écrans, au cas où la référence d’origine ne serait plus fabriquée et que tous les stocks seraient épuisés. La communauté pourra alors échanger ses fichiers et proposer des nouvelles versions.

Quant aux câbles internes, j’ai utilisé des références de connecteurs très répandus (JST) pour que l’utilisateur équipé puisse fabriquer lui‐même ses câbles. La version de base sera livrée avec tous les câbles permettant d’adapter tous les modèles de Raspberry Pi (sauf le compute module), ainsi que les Odroid C1+ et C2. Pour les cartes XU4 et UP Board, d’autres câbles sont à prévoir : soit les acheter sur le site www.diskiopi.com pour quelques euros, soit les fabriquer soi‐même avec les références de connecteurs que je mettrai à disposition.

Mettre à niveau sa machine

La version de base comprend une carte en forme de L qui sera dotée d’un connecteur Ethernet et d’une sortie audio. Pour adapter la coque à cette carte, une partie amovible est prévue pour d’éventuels changements. Ces changements seront possibles au fur et à mesure du développement du projet. On pourra remplacer cette carte L par une nouvelle, par exemple avec un double lecteur de carte SD ou un récepteur Wi‐Fi 5 GHz branché en USB 3.0 à la carte mère — la partie amovible pourra aussi être remplacée, pour permettre aux antennes de sortir de la coque.
Mais cette carte L pourra aussi être un ampli audio, une carte RS232, ou une sortie vidéo ! Bien sûr, il faudra étudier chaque carte individuellement, ce qui prendra du temps et nécessitera des fonds. L’idée est que cette carte L soit l’équivalent d’une carte PCIe sur un PC classique.

La partie logicielle Les distributions

Le projet Diskio Pi est 100 % matériel. Aucun logiciel propriétaire n’est nécessaire pour le faire fonctionner. Toutes les distributions pour Raspberry Pi sont donc installables, même si certaines (Recalbox par exemple) ne sont pas compilées avec les pilotes du tactile. Pour le moment, une seule distribution est prête pour fonctionner en tactile « out of the box » : il s’agit de LibreElec (téléchargement à venir). Pour les autres, que ça soit Raspbian ou Ubuntu, les pilotes sont pré‐compilés, il n’y a rien à faire de plus que de choisir le noyau le plus récent.
Les versions d’Android distribuées par Hardkernel (Odroid) sont pleinement compatibles avec le tactile.

Liaisons entre matériel et système d’exploitation

À la conception du projet, nous avons choisi de séparer totalement le matériel et le logiciel. Cela a des avantages, mais aussi des inconvénients. Par exemple au niveau de la jauge de batterie : l’avantage, c’est qu’elle fonctionne tout le temps avec tous les systèmes d’exploitation ; l’inconvénient, c’est de ne pas pouvoir visualiser l’icône batterie à l’écran.
Il est bien sûr possible de prévoir un connecteur sur le circuit imprimé chargeur/balance à la carte Raspberry, et de communiquer via I2C. Le souci est qu’il faudra ajouter des câbles, et surtout développer (ou adapter) un logiciel dans Raspbian. Un développement logiciel sous Android devra aussi être effectué.
Donc, je pense que nous allons prévoir la liaison sur le circuit imprimé, mais qu’il faudra attendre un peu pour que la communauté nous aide à développer des logiciels.

Les améliorations plastiques qui seront apportées pour la version 1.0 L’accès GPIO

J’ai enfin résolu ce problème qui me tracassait depuis des mois ! J’ai en effet longuement réfléchi à rendre accessible les broches GPIO. Une nappe peut facilement être flexible sur son axe, mais pas en latéral, ce qui rend impossible un accès en dehors de l’axe de la carte.
Preuve que la solution la plus simple est parfois celle à laquelle on ne pense pas : une pré‐découpe sur le haut du carter dans l’axe du GPIO (du Raspberry Pi 3) sera ajoutée, il faudra la découper au cutter (sans se couper le doigt) pour insérer une nappe de type IDE.


Ceci implique de modifier le design du pied en ajourant la partie supérieure.

Le design du pied

Outre cette encoche pour permettre de faire passer la nappe GPIO, une autre modification sera nécessaire afin de décrocher facilement le pied de ses ergots. Pour ce faire, j’ai ajouté deux empreintes de chaque côté de l’ergot pour pouvoir faire levier avec les doigts et détacher chaque « bretelle ».

Je n’avais pas du tout pensé au moyen d’enlever le pied ! C’est chose faite.

 La jauge

Reste à développer le circuit imprimé chargeur / balance / jauge, dont une seule DEL RVB (RGB LED) indiquera le taux de charge des batteries (du bleu vers le rouge). Le bouton test, commun à toutes les versions, sera moulé sur la coque et sera placé en haut de l’écran :

Vous le voyez, il reste pas mal de choses à améliorer. C’est pour cela que le délai de livraison est pour août 2019, le temps de fabriquer deux autres prototypes, de les tester et de valider toutes les fonctionnalités.

Par qui, pour qui ? Petit historique informatique du créateur

Ma passion pour les ordinateurs remonte à loin (eh oui). Ma première expérience d’utilisateur s’est faite autour d’un Amstrad CPC 464 à cassette, du temps ou il fallait attendre cinq bonnes minutes (parfois 10) avant de voir le menu d’un jeu apparaître. Le lecteur de disquettes a changé les choses, mais ce n’est qu’après la venue de l’Amiga 500 que tout a commencé. À cette époque, déjà, je commençais à utiliser des logiciels de 3D, en attendant une nuit pour voir le rendu de mon dessin apparaître… Un tas de jeux mythiques sont passés sur mon écran : Dune II, Xenon II, la série Gobliiins, et j’en passe.

Bref, je suis joueur depuis l’enfance, mais pas seulement. Bricoler une prise péritel pour enfin adapter l’Amiga sur la télé, je l’ai fait. Et ça marchait ! :)

Petit à petit je suis passé au PC, avec un 100 MHz, puis un 500 MHz… Jusqu’à aujourd’hui : je suis passé à GNU/Linux (Ubuntu) assez récemment. Ma première version est la 11.04, il me semble. J’ai découvert par ce biais le Python, le HTML, le CSS, les diverses compilations… Jusqu’à tomber sur ces cartes Raspberry Pi. C’est lent ? Pas plus lent que mon ancien 500 MHz ! Et l’on peut faire beaucoup de choses avec. Le projet Diskio Pi était presque né, avec mes récupérations d’écrans çà et là.

Personnellement, je n’ai jamais été équipé de tablette tactile. Trop fermé, pas de liberté. Il n’existe rien qui puisse assouvir mes envies de changement avec un appareil classique. Et je pense que nous sommes nombreux dans ce cas : à vouloir un matériel contrôlable et qui puisse vraiment correspondre à nos attentes. Si vous êtes comme ça, alors Diskio Pi est fait pour vous. Tantôt un écran, tantôt une tablette, ou un ordinateur de bureau. Le choix de l’utilisation dans un seul appareil, voilà qui est utile.

Le côté ludique et éducatif du Diskio Pi

En France, l’innovation informatique depuis le MO5 et le minitel est presque inexistante. Il est temps de réagir.
Notre système éducatif ne met pas vraiment en avant les nouvelles technologies, même si ça bouge un peu. Mais rien à voir avec le Royaume‐Uni, ou tous les élèves sont initiés d’une façon ludique à l’informatique. Le projet Diskio Pi est enfin une alternative et une proposition matérielle « Made in France » pour tous les enseignants qui souhaitent faire découvrir la programmation à leurs élèves.
C’est un pari à long terme, et un investissement de départ coûteux pour un établissement, mais qui serait profitable à tous, et qui aborderait des sujets divers liés à l’informatique en général. On peut même imaginer fournir un Raspberry Pi Zero à chaque élève lors de l’entrée en CM1, qu’il connecterait à un Diskio Pi de l’école pour les travaux pratiques, et qu’il emporterait à la maison.


Pour le côté logiciel, Primtux est déjà disponible sur Raspberry Pi.

Financer un projet, c’est aussi investir pour l’avenir

On pense souvent que les sites de financements participatifs comme Kickstarter ne servent qu’à vendre un produit. Mais c’est bien plus que cela. En tant qu’investisseur, si vous croyez au projet, vous êtes un acteur direct de son développement. Le pouvoir est de votre côté. De plus, vous lui procurez de la visibilité et des chances de réussir. Sans vous, le projet meurt et l’idée reste dans un carton. C’est pourquoi même un don de 5 € pour un projet libre est important !

Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire cet article, et je vous dis à bientôt, je l’espère.

Guillaume

Qui sommes‐nous ?

Je m’appelle Guillaume Debray, j’ai un BTS d’optique lunetterie. Je ne me suis pas épanoui avec le métier d’opticien, c’est pourquoi j’ai tout arrêté pour me consacrer d’abord au voyage, puis à l’informatique, ma passion de toujours. Je travaille à plein temps sur le projet Diskio Pi depuis environ deux ans. Je me suis initié à Python en proposant Dpluzz+, un logiciel libre de téléchargement d’émissions de télévision. J’ai mis de côté ce projet pour me consacrer pleinement au Diskio Pi.

Dans le parcours du projet, Benjamin s’est proposé pour m’aider à dessiner la troisième version, mais son entreprise lui prenant beaucoup de temps, il a accepté de me laisser toute la mise en place du financement participatif. Il reste donc en retrait pour le moment.

Toute l’ingénierie électronique est effectuée par Nicolas Macé, de Mace Robotics. Ses connaissances sur le Raspberry Pi sont très utiles au projet, et il continuera de développer les cartes pour Diskio Pi.

Télécharger ce contenu au format Epub

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur