L'April déménage à nouveau

Mots-clefs

Poisson d'Avril

Attention ceci était un poisson d'avril.

Le local de l'April a de nouveau déménagé sur une décision difficile prise par le CA. Beaucoup de choses se sont passées depuis le départ des locaux rue du Faubourg Poissonnière, avec un hébergement chez Infoclip à proximité de la Cité des Sciences, puis la sous-location chez Teclib rue de Rivoli. À chaque fois, ces entreprises du libre nous ont accueillis dans des conditions très favorables. L'April leur adresse leurs plus sincères remerciements pour leur accueil et leur aide précieuse.

Le CA a toutefois jugé nécessaire un troisième déménagement. Conscient que ce nouveau changement est une épreuve pour les permanents, le CA a néanmoins considéré qu'il ne fallait pas hésiter à aller de l'avant afin de servir au mieux les ambitions de l'April. Ce déménagement supplémentaire permet en effet de disposer de plus de place tout en réduisant les coûts.

« La situation financière de l'association souffre du contexte économique et, en même temps, il est impensable pour l'April de revoir ses ambitions à la baisse » affirme François Poulain, trésorier de l'April.

Un local en banlieue a été trouvé pour un prix au mètre carré bien inférieur à celui de Paris. « La spéculation immobilière est arrivée à un tel niveau qu'il est tout bonnement impossible pour une association telle que l'April de se loger dans Paris intramuros » précise Benjamin Drieu, vice-trésorier.

Exit donc les 20 mètres carrés de la rue de Rivoli, Lionel Allorge, secrétaire de l'April, a mené le projet de déménagement tambour battant : « Après étude du marché de l'immobilier, il m'est vite apparu que la solution optimale se situait en zone franche. La ZFU du Val Goureux à Vinty-la Plaine offrait le meilleur choix. » Avec pragmatisme, il précise : «  Ça fait un peu plus loin pour venir travailler mais, personnellement, j'habite en grande banlieue et je le fais bien, donc pourquoi pas nos permanents ? » L'équipe adhère parfaitement aux objectifs et a été impressionnée par la rapidité et l'efficacité de l'organisation, « Trois jours entre l'annonce et le déménagement, c'est court » a ainsi déclaré Aurélia Gilardi en empilant des cartons dont certains n'avaient pas encore été ouverts. « Aller s'installer en zone franche, c'est participer au renouveau des quartiers défavorisés » précise Fredéric Couchet, délégué général de l'April.

L'installation dans les nouveaux locaux hier matin a été l'occasion d'un émerveillement devant l'espace disponible où il y a peu encore un atelier de confection tournait à plein régime. Ces nouveaux locaux, facilement accessibles en RER via une correspondance de bus, stimulent les équipes. « Comme il n'y a pas de commerces alentours, les pauses de midi sont plus courtes et on est plus concentrés sur le travail », positive Jeanne Tadeusz, chargée de mission affaires publiques dont le salaire a été bloqué pour une période de 3 ans pour raison d'économie. « J'aurais quand même bien aimé une fenêtre », précise-t-elle avant de rajouter avec son optimisme légendaire, « travailler dans un sous-sol n'est pas si terrible, la température est naturellement régulée à 15° toute l'année et j'imaginais par exemple qu'on aurait des cafards, mais en fait non car les rats les mangent. »

L'April a désormais trouvé un local répondant à son ambition. Les économies réalisées permettent d'envisager très prochainement le recrutement d'un quatrième permanent. Candidats, tenez-vous prêts !