Jérémie Zimmermann se présente

Mots-clefs

Nous continuons les courtes présentations de membres de l'April par celle de Jérémie Zimmermann, membre du conseil d'administration.

Jérémie Zimmermann

Apriliennes, Apriliens, libératrices, libérateurs, GNUtistes, GNUtistes, Bonjour.

Je suis Jérémie Zimmermann, né en 1978 à Paris, et administrateur de l'April depuis 2004.

J'ai depuis mon immersion dans les technologies numériques de sérieux problèmes de "multitâchage chronique". Je suis ainsi partagé entre de nombreuses passions pour entre autres la musique, la photographie, les arts graphiques, le fromage au lait cru, et les aspects sociaux et techniques du développement d'Internet.

Ayant une formation technique (complétée par un rapide cursus juridique), je me suis très tôt passionné pour les interactions entre le droit et la technologie. La promulgation du Digital Millenium Compyright Act (DMCA) américain en 1998, l'ancêtre de la DADVSI, couplée avec ma première rencontre avec Richard Stallman, m'ont fait comprendre l'importance fondamentale de projets de sociétés basés sur le partage et l'accès à la connaissance.

Convaincu que les modèles basés sur l'accès libre, le partage et l'ouverture sont inévitablement supérieurs, techniquement, humainement et économiquement, aux modèles basés sur la fermeture et le contrôle, j'ai depuis lors cherché à faire progresser ces idées.

Mon engagement au sein de l'April a dès le début eu pour but d'ouvrir cette association de spécialistes, composée à l'époque d'environ 200 membres, vers un public toujours plus large, en cercles concentriques en direction de la société toute entière. J'ai notamment initié plusieurs opérations de communication et campagnes ayant pour but de "dé-geekifier" l'April.

Aujourd'hui que l'association comporte plus de 5000 membres, les choses ont changé. Le logiciel libre s'institutionnalise et pénètre tous les aspects de la société et du monde de l'entreprise. Il reste évidemment beaucoup de chemin à parcourir, et de nombreuses menaces, mais les 3 employés de l'April par leur travail admirable sont une force et un moteur d'une puissance considérable. Il est désormais du rôle d'un membre du CA non plus de contribuer comme bénévole pour initier les campagnes et les pousser tout en faisant "tourner" l'association, mais d'encadrer et de guider le formidable effort des employés ainsi que celui des bénévoles.

Je serai très attentif, et tâcherai de participer à cette noble et cruciale mission de préparer les orientations stratégiques qui guideront le futur de l'April et ses actions, son rapport à ses membres et au monde extérieur. Je devrais hélas mettre cela en balance de mes autres -intensives- activités.

Car depuis de nombreuses années, j'ai également été actif au sein de structures comme EUCD.info, StopDRM.info et autres. La guerre de l'accès libre contre le contrôle de la connaissance est aujourd'hui étendue bien au-delà du champ du logiciel.

Le réseau Internet lui-même, terre nourricière du logiciel libre, n'existe que par son ouverture et sa liberté d'accès. Cette neutralité du Net qui fait qu'un seul et même Internet existe pour tous ceux qui y accèdent, et que chacun est libre d'y participer à égalité avec tous les autres, est aujourd'hui menacée.

L'appétit vorace d'acteurs industriels en perte de vitesse, dont le modèle économique a toujours été basé sur le contrôle des canaux de distribution de l'information, menace aujourd'hui l'ensemble de nos libertés. En restreignant l'accès à Internet, ils pourraient transformer Internet en un "minitel 2.0", une "télévision 2.0" dont nous deviendrons "spectateurs" et serions de facto exclus comme acteurs potentiels. Au delà de la contribution à l'écosystème du logiciel libre, c'est notre potentialité de participation sociale et citoyenne qui s'en trouverait à jamais endommagée.

Avoir des libertés implique d'avoir des devoirs. Il est je pense de notre devoir de citoyens d'agir pour préserver Internet tel que nous le connaissons, donc de préserver nos libertés individuelles. C'est ce que par sa fondation et mon engagement dans La Quadrature du Net j'ai voulu transmettre, avant tout pour fournir des outils de compréhension et de participation dans le processus de la défense de nos libertés, mais également pour démontrer qu'il est tout simplement possible de chacun, à son échelle, faire bouger les choses. Il est trop facile de se dire "On n'y peut rien !" pour justifier l'inaction.

L'April, notamment au travers de l'engagement de longue haleine de Fred Couchet et de nombreux autres bénévoles et permanents est un remarquable exemple de cette potentialité que nous offre Internet pour défendre nos libertés et faire avancer nos idées. Il serait dommage de laisser une si belle opportunité se refermer... Nous le pouvons encore: amoureux du Net épris de libertés, Agissons!

Présentation de décembre 2009