Revue de presse

Revue de presse de l'April

Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l'April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l'April. Vous pouvez consulter la charte du groupe de travail.

Cette revue de presse est aussi consultable en podcast sur http://audio.april.org.

Elle est diffusée sur les radios: Divergence Numérique, Radio Escapades, Radio Larzac et Ici&Maintenant.

Logo divergence numérique Logo radio escapades Logo radio Larzac Logo radio Ici&Maintenant

Participez :

Envoyez vos liens vers des articles à l'adresse rp A april POINT org. (un courriel de confirmation vous sera envoyé pour lutter contre le spam. vous devez y répondre)

Visitez la liste des articles de la semaine en cours.

Quelques sites de référence :

Liste des derniers articles :

[01net.com] Une Ubuntu Party à Paris en présence de Mark Shuttleworth

Extrait de l'article du site 01net.com par Guillaume Deleurence en date du 26/11/2009 :

« [...] Selon Olivier Fraysse, le public qui se déplace se partage entre personnes qui ne connaissent rien à Ubuntu, qui « confondent encore souvent logiciel libre et gratuit », et nouveaux utilisateurs d'Ubuntu, qui viennent pour poser des questions ou remercier la communauté faisant vivre cette distribution. »

Lien vers l'article original : http://www.01net.com/editorial/509079/une-ubuntu-party-a-paris-en-presence-de-mark-shuttleworth/

[liberation.fr] L’avenir sera «coopétitif» ou risque de ne pas être!

Extrait de l'article du site liberation.fr par Nicolas Quint en date du 26/11/2009 :

« [...] Un autre exemple? Les logiciels libres. A l’heure où j’écris ces lignes, des milliers de personnes contribuent à améliorer bénévolement des logiciels. Le temps qu’ils passent à ce travail pourrait être très correctement monnayé là où ils ne récoltent que la satisfaction du travail accompli et un peu de gloire personnelle (restreinte à un petit cercle d’initiés) dans le meilleur des cas. Là aussi, la compétition n’est pas absente. Les logiciels libres sont en concurrence entre eux, ce qui permet de tirer la qualité vers le haut. »

Lien vers l'article original : http://resultat-exploitations.blogs.liberation.fr/finances/2009/11/lavenir-sera-coop%E9titif-ou-risque-de-ne-pas-%EAtre-.html

[webtimemedias.com] JM2L à Sophia : deux journées en pointe sur le Logiciel Libre

Extrait de l'article du site webtimemedias.com par Jean-Pierre Largillet en date du 25 novembre 2009 :

« [...] Un coup d'œil sur le programme des 4èmes Journées Méditerranéennes du Logiciel Libre à Polytech'Nice-Sophia, vendredi et samedi 27 et 28 novembre, et cela saute aux yeux : les JM2L ont pris une nouvelle dimension. Organisées par l'association Linux Azur avec Polytech'Nice, l'European Smalltalk User Group et OpenSides, elle s'étendent désormais sur deux journées. Mais surtout, le programme s'est singulièrement étoffé et diversifié. Au total, pas moins de 30 conférences allant du technique au communautaire. »

Lien vers l'article original : http://www.webtimemedias.com/webtimemedias/wtm_article54129.fr.htm

[lemagit.fr] Le Libre français s’insurge contre le brouillon du cadre d’intéropérabilité européen

Extrait de l'article du site lemagit.fr par Cyrille Chausson en date du 25 novembre 2009 :

« [...] Trouble dans l’intéropérabilité en Europe. Le brouillon de la version 2 du European Interoperability Framework (EIF), un cadre d’interopérabilité européen dont le but est de faire la promotion des standards ouverts dans les administrations européennes, a subi quelques modifications capitales dans sa rédaction depuis sa première version. En ligne de mire, une définition alambiquée de l’intéropérabilité qui, dans cette mouture, ne repose plus uniquement sur des standards ouverts. »

Lien vers l'article original : http://www.lemagit.fr/article/standards-europe-lobby-opensource-logiciel-libre/4915/1/le-libre-francais-insurge-contre-brouillon-cadre-interoperabilite-europeen/

[lejdd.fr] Firefox à la merci de Google?

Extrait de l'article du site lejdd.fr par Gaël Vaillant en date du 24 Novembre 2009 :

« Firefox, le navigateur de Mozilla, va bien, très bien même comparé à ses concurrents sur ordinateurs. Mais l'essentiel de ses revenus publicitaires sont issus d'un accord avec Google, qui a lancé son propre navigateur il y a plus d'un an.
[...] Mais la belle histoire pourrait mal finir. Firefox doit avant tout son succès à Google. En effet, l'essentiel des revenus publicitaires du produit (qui truste les finances de la fondation) proviennent d'un accord avec la régie de Google, en vigueur jusqu'en 2011. Seulement, Google a lancé il y a plus d'un an, en septembre 2008, son propre navigateur: Chrome. Et nombreux sont ceux, au sein du géant de la Silicon Valley, à remettre en question l'accord conclu avec Mozilla. Pourquoi un concurrent profiterait-il des recettes publicitaires maison? »

Lien vers l'article original : http://www.lejdd.fr/Medias/Internet/Actualite/Firefox-a-la-merci-de-Google-152977/

[cio-online.com] La TVA désormais gérée sur une solution à base Open-Source

Extrait de l'article du site cio-online.com par Bertrand Lemaire en date du 24/11/2009 :

« La Direction générale des Finances Publiques a opté pour une architecture basée sur 600 serveurs HP à processeurs Itanium, sous HP-UX, et utilisant la solution open-source Cobol-IT Compiler Suite.
La Direction générale des Finances Publiques (DGFiP) fait évoluer en permanence les logiciels gérant la TVA en France, écrits en langage cobol. Ces applications ont des obligations de haute disponibilité. »

Lien vers l'article original : http://www.cio-online.com/actualites/lire-la-tva-desormais-geree-sur-une-solution-a-base-open-source-2560.html

[pcinpact.com] Un député s’interroge sur HADOPI, après l’avoir votée deux fois

Extrait de l'article du site pcinpact.com par Marc Rees en date du 24 novembre 2009 :

« [...] C’est là toute la finesse d’Hadopi qui parvient à renverser la charge des ennuis : ce n’est plus à l’ayant droit de s’engluer dans une procédure fastidieuse, c’est à l’abonné de démontrer qu’il a sécurisé son accès. À défaut, contravention, amende, suspension. Belle affaire. Pour démontrer son innocence, l’abonné devra sans doute acheter un coûteux logiciel de sécurisation, ce fameux mouchard d’Hadopi dont le gouvernement a refusé l’interopérabilité ou la gratuité... »

Lien vers l'article original : http://www.pcinpact.com/actu/news/54271-franois-loos-vote-hadopi-securisation.htm

Syndiquer le contenu