lallorge's Quotes

L'April a toujours su nous accompagner

Témoignage à l'occasion des 10 ans de l'April en 2006.

Lors de la création en 1999 de Linux Expo, l'April a su manifester un soutien efficace au salon. Depuis l'April a toujours su nous accompagner en prenant en compte nos obligations d'organisateur et en maintenant leur ligne de conduite.

— Sacha Dunas
, Fondateur des « Linux Expo », Président du comité de programme de « Solutions Linux », Directeur Général de World Events Agency (septembre 2006).

April contribue ainsi à une meilleure diffusion et appropriation des « usages libres » dans les espaces numériques

Témoignage à l'occasion des 10 ans de l'April en 2006.

Depuis la création en 2004 du Réseau Cyber-base, un réseau d'appui pour développer et animer les espaces numériques, April est notre partenaire sur toutes les questions en rapport avec les logiciels libres. A travers ses ressources et ses interventions sur le portail www.cyber-base.org, April apporte un véritable soutien à la communauté des 1050 animateurs, dont la principale mission est l'initiation de tous les publics aux outils et usages de l'Internet. April contribue ainsi à une meilleure diffusion et appropriation des « usages libres » dans les espaces numériques.

— Isadora VERDERESI
, Cyber-base réseau & portail (novembre 2006).

L'April est ainsi depuis de nombreuses années un interlocuteur qui a su rester indépendant rigoureux, fiable et disponible

photo de Jerome Relinger Témoignage à l'occasion des 10 ans de l'April en 2006.

Les récents débats parlementaires (LCEN, DADVSI, mais aussi brevetabilité logicielle au parlement européen) ont montré à la fois la disponibilité des citoyens à s'impliquer sur des sujets technologiques qui sont perçus, à juste titre, comme des sujets hautements politiques, et le besoin de vulgarisation et de diffusion d'enjeux parfois camouflés derrière des sujets techniques complexes. L'April contribue à cette vulgarisation par son implication de tous les instants.

— Jérôme Relinger,
délégué TIC du PCF (septembre 2006).

L'April est un acteur français de référence de la société de l'information et de la connaissance

photo de Christian PaulTémoignage à l'occasion des 10 ans de l'April en 2006.

L'April est un acteur français de référence de la société de l'information et de la connaissance. J'ai pu, à de multiples occasions, apprécier son action, vers le grand public, lors de manifestations comme les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, mais aussi vers de nombreux responsables, sans exclusive. Avec conviction et combativité, l'April apporte un éclairage fort utile à la détermination de l'intérêt général, parmi les enjeux politiques de la civilisation numérique.

— Christian PAUL
, député de la Nièvre (Parti Socialiste) (septembre 2006).

Je sais que l'April sera aux côtés des parlementaires et des citoyens dans les années à venir

Témoignage à l'occasion des 10 ans de l'April en 2006. photo de Richard Cazenave

Les débats sur la loi DADVSI ont permis, par-delà les clivages politiques traditionnels, de réunir de nombreux parlementaires autour d'une conviction commune : le logiciel libre est une chance et un atout majeur pour notre pays et doit donc être défendu. Sur ce dossier, le travail de l'April auprès de parlementaires de tous bords a contribué à combler les lacunes des élus dans le domaine du droit du logiciel et permis que les questions fondamentales autour de l'interopérabilité, des standards ouverts et des logiciels libres soient débattues dans l'hémicycle.

— Richard Cazenave
, deputé de l'Isère (UMP) (octobre 2006).

Tout le sens de l'action de l'April est d'oeuvrer activement à la promotion et à la défense des solutions libres

photo de Patrick BlocheTémoignage à l'occasion des 10 ans de l'April en 2006.

Tout le sens de l'action de l'April, engagée depuis dix ans, est d'œuvrer activement à la promotion et à la défense des solutions libres.

— Patrick Bloche
, député de Paris (Parti Socialiste) (octobre 2006).

Les associations comme l'April sont plus que nécessaires

photo de Martine Billard Témoignage à l'occasion des 10 ans de l'April en 2006.

Cette année 2006 a vu l'adoption, après plusieurs coups de forces anti-démocratiques du gouvernement au Parlement, de la loi sur le droit d'auteur dans la société de l'information. Cette loi n'offre que des miettes pour la culture et organise la répression contre les internautes et les utilisateurs de logiciels libres. Elle taille en pièces le principe d'interopérabilité et d'ouverture des formats, et remet les nouveaux supports de la culture et des savoirs dans les mains des multinationales de l'informatique et de la production audiovisuelle.

— Martine Billard
, députée de Paris (Les Verts) (septembre 2006).

J'ai pu constater que l'April était de tous les combats pour défendre les développeurs et utilisateurs de logiciels libre

photo de Francois Bayrou Témoignage à l'occasion des 10 ans de l'April en 2006.

Lors des débats sur les brevets logiciels et la loi DADVSI, j'ai défendu le logiciel libre et je continuerai à le faire. C'est un très grand enjeu industriel, national et de société. Les logiciels libres constituent un mode de développement coopératif, innovant et ouvert. Ils sont un facteur essentiel d'indépendance et d'équilibre industriel et politique pour l'humanité.

— François Bayrou,
député, président du Modem (octobre 2006).

L'April est l'acteur fondamental pour le lancement et la promotion du logiciel libre en France

photo de Richard Stallman Témoignage à l'occasion des 10 ans de l'April en 2006.

L'April est l'acteur fondamental pour le lancement et la promotion du logiciel libre en France. En mettant en avant les questions éthiques et politiques (au sens étymologique du terme) du logiciel libre l'April participe à la prise de conscience du public que la liberté informatique est un enjeu de société. L'association joue également un rôle important de sentinelle pour défendre les droits fondamentaux des utilisateurs d'ordinateurs.

— Richard Stallman__
, président de la Fondation pour le Logiciel Libre (septembre 2006).

Durée du droit d'auteur

« Est-il logique que la durée de protection soit de soixante-dix ans après la mort de l'auteur ? Il faudra avoir un jour le courage de modifier la directive européenne qui nous l'impose. »

— Jean Dionis du Séjour,
Député UDF
Syndiquer le contenu