Syndiquer le contenu
Planète April - http://planete.april.org/
Mis à jour : il y a 4 an 21 semaines

Frederic BEZIES: En vrac’ rapide plus ou moins libre ;)

30 juin, 2010 - 19:26

Un petit vrac’ de liens que j’avais envie de faire en ce chaud et dernier jour de Juin 2010.

C’est tout pour aujourd’hui

Nouvelles April: Revue de presse de l'April pour la semaine 25 de l'année 2010

30 juin, 2010 - 18:20

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 25

[agoravox] Le logiciel libre, un enjeu de société

Extrait de l'article du site agoravox par François Poulain en date du 30/06/2010:
«ACTA, Hadopi, Dadvsi, Loppsi, ... Internet et le logiciel libre sont souvent au centre de ses enjeux. Mais de quels enjeux s’agit-il, au fait? Et de quelles «libertés» est-il question ici? Quelques clés pour comprendre.»
Lien vers l'article original: http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-logiciel-libre-un-e...

[Numerama] ACTA: des sanctions pénales pouvant aller au-delà de l'acquis européen?

Extrait de l'article du site Numerama par Julien L. en date du Samedi 26 Juin 2010:
«Ces jours-ci, les représentants de la Quadrature du Net et de l'April ont pu rencontrer les négociateurs français en charge du traité international contre la contrefaçon (ACTA). Une réunion qui n'a malheureusement pas tenu ses promesses, puisque les deux organisations sont ressorties avec davantage de doutes et d'interrogations.»
Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/16092-acta-des-sanctions-penales-pouvan...

[Numerama] La collecte de dons de l'ASCAP critiquée par le Creative Commons

Extrait de l'article du site Numerama par Julien L. en date du Samedi 26 Juin 2010:
«La démarche entreprise par l'ASCAP, la Sacem américaine, ne fait décidément pas l'unanimité. Le mouvement Creative Commons a réagi en décortiquant les affirmations de la société d'auteur sur l'"asséchement" prétendu de la musique par les licences libres. Et de rappeler que beaucoup d'artistes membres de ces sociétés sont également des soutiens de ces licences libres.»
Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/16082-la-collecte-de-dons-de-l-ascap-cr...

[écrans] L’épouvantable menace de la culture libre

Extrait de l'article du site écrans par Grégory Rozieres en date du Vendredi 25 juin 2010:
«L’ASCAP part en guerre. L’équivalent américain de notre Sacem (American Society of Composers, Authors and Publishers) souhaite faire la peau aux méchants défenseurs du copyleft (opposé du copyright). Et le nerf de la guerre, c’est l’argent. L’institution a donc envoyé un mail à ses membres leur demandant de réaliser des donations pour aider l’ASCAP a se battre contre les vils et perfides pourfendeurs du copyright. Originellement publié par Mike Rugnetta sur Twitter (ici et là) après avoir reçu le mail, le site BoingBoing en a fait écho.»
Lien vers l'article original: http://www.ecrans.fr/La-Sacem-americaine-veut-se-faire,10236.html

[Journal du Net] Nuxeo part à l'assaut du marché ECM en levant 2,7 millions d'euros

Extrait de l'article du site Journal du Net par Dominique FILIPPONE en date du Vendredi 25 Juin 2010:
«Pour soutenir son programme de développement et de partenariat, l'éditeur Open Source en gestion de contenu se donne les moyens de son ambition. Cela suffira-t-il pour venir chatouiller les géants du marché?»
Lien vers l'article original: http://www.journaldunet.com/solutions/intranet-extranet/levee-de-fonds-n...

[ZDNet] "Ubuntu est plus sur que Windows" dixit Dell

Extrait de l'article du site ZDNet par Christophe Sauthier en date du Vendredi 25 juin 2010:
«Une information a été donnée il y a quelques jours sur le site officiel de Dell aux Etats Unis: Ubuntu est plus sûr que Windows, tout particulièrement pour les utilisateurs qui craignent les virus.
Et ce site va même plus loin puisqu'il donne 10 bonnes raisons d'utiliser Ubuntu.»
Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/blogs/ubuntu-co/ubuntu-est-plus-sur-que-windows-dixi...

[Numerama] La Sacem américaine sollicite des dons pour combattre le copyleft

Extrait de l'article du site Numerama par Guillaume Champeau en date du Jeudi 24 Juin 2010:
«C'est une démarche qui serait vue en France comme un appel ouvert à la corruption, mais qui paraît naturel dans le paysage démocratique américain où les lobbys agissent avec plus de transparence, ou moins d'hypocrisie. L'ASCAP, la Sacem américaine, demande à ses membres de l'aider à financer des campagnes électorales pour que les vues du "copyright" soient toujours défendues contre celles, croissantes, du copyleft et des licences libres.»
Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/16065-la-sacem-americaine-sollicite-des...

[Artesi] Nouveau site Internet du Sénat

Extrait de l'article du site Artesi par La rédaction en date du Jeudi 24 juin 2010:
«La nouvelle version de www.senat.fr, mise en ligne aujourd’hui, s’appuie sur un logiciel libre de gestion de contenus. Une véritable prouesse technique pour un site de cette envergure (600.000 pages, 20 millions de visites par an).»
Lien vers l'article original: http://www.artesi.artesi-idf.com/public/article/nouveau-site-internet-du...

[ZDNet] Loppsi 2: la CNIL émet toujours des réserves

Extrait de l'article du site ZDNet par Christophe Auffray en date du Mercredi 23 juin 2010:
«Malgré les efforts consentis par le gouvernement pour rendre son texte plus respectueux de la vie privée des citoyens et des libertés, des progrès restent encore à accomplir selon la CNIL. Fichiers de police, captation de données sur les accès publics à Internet, vidéosurveillance posent problème.»
Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/actualites/loppsi-2-la-cnil-emet-toujours-des-reserv...

[Numerama] AOL force VideoLan à amputer VLC d'une fonctionnalité très appréciée

Extrait de l'article du site Numerama par Julien L. en date du Mardi 22 Juin 2010:
«La version 1.1 de VLC est désormais disponible au téléchargement. Si elle apporte sans surprise son lot de nouveautés et de correctifs, elle voit aussi la fin du service SHOUTcast. En effet, les développeurs du projet VideoLan ont annoncé avoir subi d'importantes pressions de la part d'AOL pour retirer cette fonctionnalité.»
Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/16029-aol-force-videolan-a-amputer-vlc-...

[01net] Loppsi: les critiques de la Cnil

Extrait de l'article du site 01net par Arnaud Devillard en date du Mardi 22 Juin 2010:
«La nouvelle loi sur la sécurité intérieure va être examinée au Sénat. La Commission nationale de l'informatique et des libertés a des réserves sur la vidéosurveillance et les scanners corporels.»
Lien vers l'article original: http://www.01net.com/editorial/518517/loppsi-les-critiques-de-la-cnil/

[Numerama] Dessin animé Hadopi: France 5 reconnait des "erreurs factuelles" et annonce une suite

Extrait de l'article du site Numerama par Julien L. en date du Mardi 22 Juin 2010:
«Selon un responsable de France 5, c'est bien la chaine de télévision publique qui est à l'origine du dessin animé Super Crapule contre Super Hadopi. L'idée initiale était de faire une vidéo factuelle sur la loi, mais le résultat final était biaisé par des erreurs flagrantes. Un nouvel épisode est prévu, annoncé comme étant plus proche de la réalité.»
Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/16032-dessin-anime-hadopi-france-5-reco...

[ZDNet] Super Hadopi défend les artistes contre Super Crapule

Extrait de l'article du site ZDNet par Guénaël Pépin en date du 21 juin 2010:
«Une nouvelle vidéo éducative a fait son entrée sur le site Curiosphere.tv. Super Hadopi y défend les artistes face à l’insatiable et sans cœur Super Crapule. Mais qui se cache derrière cette vidéo?
Jean-Marc Merriaux, directeur des actions éducatives, confie que cette vidéo est destinée aux «15 ans et plus», pour offrir un «regard décalé» sur la loi dont ils reprennent «des éléments expliqués simplement».»
Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/actualites/super-hadopi-defend-les-artistes-contre-s...

Quentin THEURET: A la découverte d’Androïd

30 juin, 2010 - 18:04
Ce week-end, on m’a donné un smartphone de la marque Acer : le Acer Liquid. Ce smartphone est fourni de base avec Androïd. Je n’aurai jamais acheté ce modèle, d’une part car la marque Acer n’est pas une de mes marques de prédilection, et d’autre part, car ce téléphone n’est pas commercialisé par mon opérateur

Emmanuel CHARPENTIER: Revue de presse de l'April pour la semaine 25 de l'année 2010

30 juin, 2010 - 11:48

La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire de la revue de presse de l’April pour la semaine 25 [agoravox] Le logiciel libre, un enjeu de société

Extrait de l’article du site agoravox par François Poulain en date du 30/06/2010:

«ACTA, Hadopi, Dadvsi, Loppsi, … Internet et le logiciel libre sont souvent au centre de ses enjeux. Mais de quels enjeux s’agit-il, au fait? Et de quelles «libertés» est-il question ici? Quelques clés pour comprendre.»

Lien vers l’article original: http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-logiciel-libre-un-enjeu-de-77668

[Numerama] ACTA: des sanctions pénales pouvant aller au-delà de l’acquis européen?

Extrait de l’article du site Numerama par Julien L. en date du Samedi 26 Juin 2010:

«Ces jours-ci, les représentants de la Quadrature du Net et de l’April ont pu rencontrer les négociateurs français en charge du traité international contre la contrefaçon (ACTA). Une réunion qui n’a malheureusement pas tenu ses promesses, puisque les deux organisations sont ressorties avec davantage de doutes et d’interrogations.»

Lien vers l’article original: http://www.numerama.com/magazine/16092-acta-des-sanctions-penales-pouvant-aller-au-dela-de-l-acquis-europeen.html

[Numerama] La collecte de dons de l’ASCAP critiquée par le Creative Commons

Extrait de l’article du site Numerama par Julien L. en date du Samedi 26 Juin 2010:

«La démarche entreprise par l’ASCAP, la Sacem américaine, ne fait décidément pas l’unanimité. Le mouvement Creative Commons a réagi en décortiquant les affirmations de la société d’auteur sur l’"asséchement" prétendu de la musique par les licences libres. Et de rappeler que beaucoup d’artistes membres de ces sociétés sont également des soutiens de ces licences libres.»

Lien vers l’article original: http://www.numerama.com/magazine/16082-la-collecte-de-dons-de-l-ascap-critiquee-par-le-creative-commons.html

[écrans] L’épouvantable menace de la culture libre

Extrait de l’article du site écrans par Grégory Rozieres en date du Vendredi 25 juin 2010:

«L’ASCAP part en guerre. L’équivalent américain de notre Sacem (American Society of Composers, Authors and Publishers) souhaite faire la peau aux méchants défenseurs du copyleft (opposé du copyright). Et le nerf de la guerre, c’est l’argent. L’institution a donc envoyé un mail à ses membres leur demandant de réaliser des donations pour aider l’ASCAP a se battre contre les vils et perfides pourfendeurs du copyright. Originellement publié par Mike Rugnetta sur Twitter (ici et là) après avoir reçu le mail, le site BoingBoing en a fait écho.»

Lien vers l’article original: http://www.ecrans.fr/La-Sacem-americaine-veut-se-faire,10236.html

[Journal du Net] Nuxeo part à l’assaut du marché ECM en levant 2,7 millions d’euros

Extrait de l’article du site Journal du Net par Dominique FILIPPONE en date du Vendredi 25 Juin 2010:

«Pour soutenir son programme de développement et de partenariat, l’éditeur Open Source en gestion de contenu se donne les moyens de son ambition. Cela suffira-t-il pour venir chatouiller les géants du marché?»

Lien vers l’article original: http://www.journaldunet.com/solutions/intranet-extranet/levee-de-fonds-nuxeo.shtml

[ZDNet] “Ubuntu est plus sur que Windows” dixit Dell

Extrait de l’article du site ZDNet par Christophe Sauthier en date du Vendredi 25 juin 2010:

«Une information a été donnée il y a quelques jours sur le site officiel de Dell aux Etats Unis: Ubuntu est plus sûr que Windows, tout particulièrement pour les utilisateurs qui craignent les virus. Et ce site va même plus loin puisqu’il donne 10 bonnes raisons d’utiliser Ubuntu.»

Lien vers l’article original: http://www.zdnet.fr/blogs/ubuntu-co/ubuntu-est-plus-sur-que-windows-dixit-dell-39752355.htm

[Numerama] La Sacem américaine sollicite des dons pour combattre le copyleft

Extrait de l’article du site Numerama par Guillaume Champeau en date du Jeudi 24 Juin 2010:

«C’est une démarche qui serait vue en France comme un appel ouvert à la corruption, mais qui paraît naturel dans le paysage démocratique américain où les lobbys agissent avec plus de transparence, ou moins d’hypocrisie. L’ASCAP, la Sacem américaine, demande à ses membres de l’aider à financer des campagnes électorales pour que les vues du “copyright” soient toujours défendues contre celles, croissantes, du copyleft et des licences libres.»

Lien vers l’article original: http://www.numerama.com/magazine/16065-la-sacem-americaine-sollicite-des-dons-pour-combattre-le-copyleft.html

[Artesi] Nouveau site Internet du Sénat

Extrait de l’article du site Artesi par La rédaction en date du Jeudi 24 juin 2010:

«La nouvelle version de www.senat.fr, mise en ligne aujourd’hui, s’appuie sur un logiciel libre de gestion de contenus. Une véritable prouesse technique pour un site de cette envergure (600.000 pages, 20 millions de visites par an).»

Lien vers l’article original: http://www.artesi.artesi-idf.com/public/article/nouveau-site-internet-du-senat.html?id=21371

[ZDNet] Loppsi 2: la CNIL émet toujours des réserves

Extrait de l’article du site ZDNet par Christophe Auffray en date du Mercredi 23 juin 2010:

«Malgré les efforts consentis par le gouvernement pour rendre son texte plus respectueux de la vie privée des citoyens et des libertés, des progrès restent encore à accomplir selon la CNIL. Fichiers de police, captation de données sur les accès publics à Internet, vidéosurveillance posent problème.»

Lien vers l’article original: http://www.zdnet.fr/actualites/loppsi-2-la-cnil-emet-toujours-des-reserves-39752653.htm

[Numerama] AOL force VideoLan à amputer VLC d’une fonctionnalité très appréciée

Extrait de l’article du site Numerama par Julien L. en date du Mardi 22 Juin 2010:

«La version 1.1 de VLC est désormais disponible au téléchargement. Si elle apporte sans surprise son lot de nouveautés et de correctifs, elle voit aussi la fin du service SHOUTcast. En effet, les développeurs du projet VideoLan ont annoncé avoir subi d’importantes pressions de la part d’AOL pour retirer cette fonctionnalité.»

Lien vers l’article original: http://www.numerama.com/magazine/16029-aol-force-videolan-a-amputer-vlc-d-une-fonctionnalite-tres-appreciee.html

[01net] Loppsi: les critiques de la Cnil

Extrait de l’article du site 01net par Arnaud Devillard en date du Mardi 22 Juin 2010:

«La nouvelle loi sur la sécurité intérieure va être examinée au Sénat. La Commission nationale de l’informatique et des libertés a des réserves sur la vidéosurveillance et les scanners corporels.»

Lien vers l’article original: http://www.01net.com/editorial/518517/loppsi-les-critiques-de-la-cnil/

[Numerama] Dessin animé Hadopi: France 5 reconnait des “erreurs factuelles” et annonce une suite

Extrait de l’article du site Numerama par Julien L. en date du Mardi 22 Juin 2010:

«Selon un responsable de France 5, c’est bien la chaine de télévision publique qui est à l’origine du dessin animé Super Crapule contre Super Hadopi. L’idée initiale était de faire une vidéo factuelle sur la loi, mais le résultat final était biaisé par des erreurs flagrantes. Un nouvel épisode est prévu, annoncé comme étant plus proche de la réalité.»

Lien vers l’article original: http://www.numerama.com/magazine/16032-dessin-anime-hadopi-france-5-reconnait-des-erreurs-factuelles-et-annonce-une-suite.html

[ZDNet] Super Hadopi défend les artistes contre Super Crapule

Extrait de l’article du site ZDNet par Guénaël Pépin en date du 21 juin 2010:

«Une nouvelle vidéo éducative a fait son entrée sur le site Curiosphere.tv. Super Hadopi y défend les artistes face à l’insatiable et sans cœur Super Crapule. Mais qui se cache derrière cette vidéo? Jean-Marc Merriaux, directeur des actions éducatives, confie que cette vidéo est destinée aux «15 ans et plus», pour offrir un «regard décalé» sur la loi dont ils reprennent «des éléments expliqués simplement».»

Lien vers l’article original: http://www.zdnet.fr/actualites/super-hadopi-defend-les-artistes-contre-super-crapule-39752578.htm

Emmanuel CHARPENTIER: april

30 juin, 2010 - 11:05

Venir «Promouvoir et défendre le logiciel libre» sur http://april.org

Bonjour April: 10 de l'April

30 juin, 2010 - 09:00

À l'occasion des 10 ans de l'April, le magazine 01 sort un numéro spécial logiciel libre avec la collaboration de l'April. Nous avons échappé à une photo d'Apriliens dénudés en poster central, mais Benoit, Fred, Christophe et Christophe furent pris en photo dans un style très rock'n'roll pour illustrer l'article de Philippe Davy sur l'April. Photo de 01.

Jonathan LE LOUS: Open source technology center by Microsoft - interview of Tom Hanrahan

30 juin, 2010 - 08:37

Bonjour,

Open source technology center by Microsoft - Interview de Tom Hanrahan qui est le responsable de la plateforme de développement open source de Microsoft. Alfonso Castro l'accompagne pour la traduction. Mr Hanrahan revient sur les raisons de la création de ce projet et le positionnement de Microsoft dans le domaine.

Historiquement, Tom Hanrahan a été le responsable de l’ingénierie à la Linux Foundation jusqu'en 2007, année où il a quitté la structure pour rejoindre discrètement Microsoft. Il compte à son actif une longue expérience du monde de l’open source, avec par exemple une carrière chez IBM avant de rejoindre l’OSDL (Open Source Development Labs).

La première mission de Mr Hanrahan a notamment consisté à diriger la division « Linux Interoperability » avec à la clé la direction du laboratoire qui devait être créé conjointement par Microsoft et Novell. Dans ce laboratoire, Hanrahan supervise l’ensemble des projets qui ont pour but de faire interagir les systèmes d’exploitation et les solutions logicielles de Microsoft et les logiciels open source en général et Linux Red Hat en particulier.

Les vidéos sont sur Intelli'N TV Sur Dailymotion et notamment la plateforme open vidéo Sur Youtube

A bientôt, Jonathan

Emmanuel CHARPENTIER: Symbiose de Juillet

30 juin, 2010 - 04:44

La prochaine émission de symbiose présentera dimanche 4 Juillet certaines solutions de financement de l’art, de 14h à 15h30.

Lors de la journée Libre Accès dédiée à ce thème, nous avons rencontré 5 projets ou personnes, qui présentent autant d’approches sur le sujet.

Projet moozar, avec David Brami, plate forme de donation aux artistes.

Monsieur Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement de Paris, organisateur de la journée Libre Accès.

Anne Marie Cornu et Nathalie Harran, artistes du projet Shagaï, et Camille Harang du projet Yooook.

Jeremy Zimmermann, de la quadrature du net.

Bruno Lion, gérant de l’éditeur peermusic (et anciennement administrateur sacem).

Emmanuel CHARPENTIER: Re: Symbiose

30 juin, 2010 - 04:33

Les émissions sont téléchargeables sur onirik. position: 1

Nouvelles April: Antoine Bardelli se présente.

29 juin, 2010 - 17:41

Nous continuons les courtes présentations de membres de l'April par celle d'Antoine Bardelli.


Après des études d'art et de graphisme je suis devenu directeur artistique en agence de communication, métier que j'exerce depuis une douzaine d'années. En tant que membre de l'April, j’essaye d’apporter des propositions graphiques originales aux problématiques de communication de l’association et des communautés du libre.

En 2005, alors que je manifestai ma curiosité sur GNU/Linux auprès d'un collaborateur-développeur, celui-ci eut la bonne idée de me l'installer en guise de réponse. La qualité, la stabilité et surtout la philosophie du logiciel libre m'ont immédiatement séduit. J'apprécie les indéniables qualités humaines qu'il véhicule.

En 2008 j'ai adhéré à l'April, à un moment où le contexte politique était assez menaçant envers le logiciel libre.

Le besoin de participer plus activement s'est manifesté récemment et j'ai cherché comment contribuer aux communautés. Les outils de communications destinés au libre sont peu nombreux et souvent portés par des associations ou des groupes d'utilisateurs avec des moyens réduits. Le groupe sensibilisation m'a semblé être une bonne porte d'entrée pour tenter d'apporter une petite pierre à l'édifice. J’ai donc rejoint le groupe fin 2009 où j’ai mené plusieurs projets, tels que le poster “Logiciel libre, comment ça marche ?” ou le “kit de sensibilisation aux licences libres et copyleft”.

Je participe également à d'autres groupes de l'association autour de projets de communication précis. Le "guide du bénévole" est par exemple en cours de réalisation avec le groupe animation.

Mon activité professionnelle étant soumise à de fortes contraintes marketing, concevoir des visuels pour l'association me donne l'occasion de m'exprimer avec plus de liberté et dans un style plus personnel, en réactivant parfois certaines pratiques comme l'illustration que j'ai rarement la possibilité d'exploiter. C'est bien sûr l'occasion de partager une multitude des points de vue dans un contexte humain rafraichissant et très enrichissant.

Présentation de juin 2010.

Bonjour April: Bonjour Rodolphe, bonjour Jérôme

29 juin, 2010 - 17:17

Rodolphe et Jérôme sont membres de l'April. À l'époque ils étaient jeunes et beaux. Désormais, ils ne sont plus jeunes mais sont toujours beaux. :-)

Jérémie ZIMMERMANN: ACTA negotiators don't care about the Internet

29 juin, 2010 - 15:55

Luzern, June 29th 2010 - La Quadrature du Net, along with access to medication NGOs, met in Luzern with 20 negotiators of the Anti-Counterfeiting Trade Agreement (ACTA). No answer was given regarding the concern that ACTA would hinder fundamental freedoms online, by turning Internet operators into a private copyright police. More disturbingly, negotiators showed a profound lack of understanding and competence, close to disdain, regarding Internet and the digital environment.


The acta negociators

Questions were asked to the negociators about the chapter of the ACTA agreement regarding "[intellectual property] enforcement in the digital environment", and its consequences for fundamental freedoms and Internet innovation.

Experts, academics, citizens, NGOs1 and trade unions2 agree: ACTA will make Internet service and access providers liable for the transmission or storage, by their users, of copyrighted material, unless they implement policies to proactively prevent such infringement. Therefore, ACTA opens the door for Internet actors to be compelled to restrict users' access, filter the Net or arbitrarily remove content online in the name of copyright. The creation of such a private copyright police would profoundly harm fundamental freedoms - such as freedom of expression, privacy, or the right to a fair trial - and innovation online.

When asked about how they intend to preserve citizens from arbitrary and expeditive sanctions rendered by private actors, through contracts, the negotiators carefully avoided to answer. Instead, they made shallow, generic statements on their attachement to fundamental freedoms.


ACTAivists in action

"The profound disdain of the ACTA negotiators, and their blatant lack of knowledge of Internet and the realities of the digital environment, show how flawed the whole process is. With ACTA, unelected public officials will force private actors into censoring the Internet in the name of copyright. Citizens worldwide must react by holding their government accountable." concludes Jérémie Zimmermann, spokesperson for citizen advocacy group La Quadrature du Net.

  1. 1. see the communiqué endorsed by professors of law, NGOs and hundreds of individuals: http://www.wcl.american.edu/pijip/go/acta-communique
  2. 2. Joint Statement by European Telecoms, Mobile and Internet associations: http://www.euroispa.org/files/1006_joint_x20industry_x20statement_x20on_...

Frédéric COUCHET: 404 pour le plan "France Numérique 2012" ?

29 juin, 2010 - 13:59

Le 20 octobre 2008 le plan «France Numérique 2012» était présenté à l'Élysée par Éric Besson (à l'époque secrétaire d'État à la prospective, à l'évaluation des politiques publiques et au développement de l'économie numérique).

Dans un communiqué on pouvait lire :

Eric Besson a présenté, le 20 octobre, les principales mesures du plan numérique 2012.’objectif de "France numérique 2012 : faire de la France un pays moteur de la révolution numérique. Avec 154 actions, ce plan devrait permettre à la fois d’accélérer la croissance et de remédier aux inégalités d’accès au réseau numérique sur le territoire.

Pour le suivi du plan d'actions un site internet avait été ouvert.

J'assistais lundi à une conférence-débat «Une stratégie numérique pour l'Europe en France». Cécile Dubarry (Chef du service des TIC de la direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services, Ministère de l’Industrie) a présenté les actions de la France en terme de stratégie numérique et a surtout évoqué le grand emprunt/plan de relance. Pas un mot sur le plan «France Numérique 2012». Ses 154 actions seraient-elles déjà aux oubliettes alors que nous ne sommes qu'en 2011 ?

Une petite visite sur le site internet nous donne la réponse : http://francenumerique2012.fr.

On parle en ce moment pas mal de droit à l'oubli, il faudrait aussi penser au devoir de mémoire.

Si quelqu'un a des nouvelles des 154 actions du plan ne pas hésiter à se faire connaître.

Pour un rappel sur l'historique du plan «France Numérique 2012» on peut consulter le site de l'April.

Michel BRIAND: Bilski : les États-Unis commencent le déminage des brevets logiciels

29 juin, 2010 - 13:47

Paris le 28 juin 2010,

La Cour suprême des États-Unis a rendu ce lundi un avis très attendu dans l'affaire dite « Bilski »1, concernant un brevet sur une méthode d'affaires. Ce jugement, s'il n'exclut pas clairement de la brevetabilité tous les brevets logiciels, en invalide une grande majorité, notamment ceux portant sur des méthodes intellectuelles informatisées. Il est temps désormais pour le législateur européen d'interdire la prolifération de brevets logiciels en Europe.

Aux États-Unis, depuis les années 1980 et la création d'une cour d'appel spécialisée dans les brevets (CAFC), cette dernière a validé des brevets sur quasiment tout ce que l'homme fabrique sous le soleil2. Cette prolifération a conduit à une explosion des litiges liés aux brevets et, en ce qui concerne les logiciels, a rendu tout développement informatique semblable à la traversée d'un champ de mines, pouvant exploser à la moindre ligne de code.

La Cour suprême a aujourd'hui décidé de sérieusement limiter la propension de l'office des brevets des États-Unis à accorder des brevets logiciels. Si elle n'a pas exclu que des méthodes d'affaires puissent être brevetées, elle a confirmé que les algorithmes étaient des idées abstraites et, par conséquent, non brevetables. Et si l'on peut regretter que la Cour suprême n'ait pas voulu proposer de test clair pour délimiter ce qui est ou n'est pas brevetable, elle a clairement rejeté la pratique initiée par la CAFC3 d'accorder des brevets sur quasiment tout procédé intellectuel.

En Europe, il est temps pour le législateur de reprendre la main Un tel mécanisme correctif ne peut être mis en œuvre en Europe : le système de brevets y est régi hors de toute instance démocratique, par une organisation multilatérale ; aucune autorité judiciaire, telle qu'une cour suprême, n'a par conséquent le pouvoir de contrôler l'Office européen des brevets et de corriger ses dérives.

Qui plus est, le microcosme des brevets s'est avéré incapable de se corriger lui-même. Le mois dernier en Europe, la plus haute juridiction interne à l'Office européen des brevets a refusé de statuer sur la brevetabilité des logiciels et en a appelé à une prise de responsabilité du législateur : « Lorsque l'élaboration juridique conduite par la jurisprudence atteint ses limites, il est temps pour le législateur de reprendre la main ».

Cette requête rejoint la position de l'April. « La Cour suprême des États-Unis vient de démontrer que sans l'intervention d'un contre pouvoir effectif, le système des brevets, livré à lui-même, se laisse aller à la dérive, engendrant un véritable champ de mines où l'innovation devient impraticable. Il est temps que l'Europe s'attaque elle aussi à la réforme de son système de brevets. La tâche incombe au législateur européen, c'est-à-dire au Parlement européen et aux parlements nationaux, de réaffirmer clairement la non-brevetabilité des logiciels » commente Gérald Sédrati-Dinet, conseiller bénévole sur les brevets logiciels pour l'April.

Liens

Pionnière du logiciel libre en France, l'April est depuis 1996 un acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du Logiciel Libre et des standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l'espace francophone.

Frederic BEZIES: Mozilla Firefox 4.0 béta 1 pour bientôt ?

29 juin, 2010 - 07:00

Comme chaque matin, j’ai fait recompiler à ma machine un code source de développement de Mozilla Firefox (alias Minefield) mis à jour… Et le numéro de version est assez intéressant…

Oui, c’est bien :

Build identifier: Mozilla/5.0 (X11; U; Linux x86_64; en-US; rv:2.0b2pre) Gecko/20100629 Minefield/4.0b2pre

Autant dire que la version 4.0 béta1 va bientôt arriver. Donc, voici les tests g33k habituels : acid3, html5test et v8 pour tester la vitesse de l’interprétation de JavaScript.

Pour le dernier test, il faut savoir que mon ordinateur est équipé d’un AthlonX2 II 215, dont voici les infos via cat /proc/cpuinfo :

[fred@fredo-arch ~]$ cat /proc/cpuinfo
processor : 0
vendor_id : AuthenticAMD
cpu family : 16
model : 6
model name : AMD Athlon(tm) II X2 215 Processor
stepping : 2
cpu MHz : 800.000
cache size : 512 KB
physical id : 0
siblings : 2
core id : 0
cpu cores : 2
apicid : 0
initial apicid : 0
fpu : yes
fpu_exception : yes
cpuid level : 5
wp : yes
flags : fpu vme de pse tsc msr pae mce cx8 apic sep mtrr pge mca cmov pat pse36 clflush mmx fxsr sse sse2 ht syscall nx mmxext fxsr_opt pdpe1gb rdtscp lm 3dnowext 3dnow constant_tsc rep_good nonstop_tsc extd_apicid pni monitor cx16 popcnt lahf_lm cmp_legacy svm extapic cr8_legacy abm sse4a misalignsse 3dnowprefetch osvw ibs skinit wdt npt lbrv svm_lock nrip_save
bogomips : 5426.71
TLB size : 1024 4K pages
clflush size : 64
cache_alignment : 64
address sizes : 48 bits physical, 48 bits virtual
power management: ts ttp tm stc 100mhzsteps hwpstate

processor : 1
vendor_id : AuthenticAMD
cpu family : 16
model : 6
model name : AMD Athlon(tm) II X2 215 Processor
stepping : 2
cpu MHz : 800.000
cache size : 512 KB
physical id : 0
siblings : 2
core id : 1
cpu cores : 2
apicid : 1
initial apicid : 1
fpu : yes
fpu_exception : yes
cpuid level : 5
wp : yes
flags : fpu vme de pse tsc msr pae mce cx8 apic sep mtrr pge mca cmov pat pse36 clflush mmx fxsr sse sse2 ht syscall nx mmxext fxsr_opt pdpe1gb rdtscp lm 3dnowext 3dnow constant_tsc rep_good nonstop_tsc extd_apicid pni monitor cx16 popcnt lahf_lm cmp_legacy svm extapic cr8_legacy abm sse4a misalignsse 3dnowprefetch osvw ibs skinit wdt npt lbrv svm_lock nrip_save
bogomips : 5426.68
TLB size : 1024 4K pages
clflush size : 64
cache_alignment : 64
address sizes : 48 bits physical, 48 bits virtual
power management: ts ttp tm stc 100mhzsteps hwpstate

C’est un processeur dont la fréquence d’horloge varie de 800 à 2700 Mhz en fonction des besoins…

Alors, quand arrivera Mozilla Firefox 4.0 béta 1 ? Bonne question, merci de l’avoir posée

Patrice ANDREANI: KDE 4.5 en RC.

29 juin, 2010 - 02:15
KDE vient de publier la première RC de la version 4.5 de son environnement de bureau. Pour plus d’informations, et pour voir les nouveautés, rendez-vous par ici. Maintenant, il va falloir tester pour trouver les bugs à corriger. Bookmark Hide Sites $$('div.d869').each( function(e) { e.visualEffect('slide_up',{duration:0.5}) });

Carl CHENET: Redis, votre nouveau cache applicatif (GLMF)

29 juin, 2010 - 01:21
Suivez-moi sur Identi.ca : http://identi.ca/carlchenet Vos applications manquent de peps, que vous utilisiez ou non une base de données. Vous avez identifié des requêtes ou des résultats ré-utilisables qu’il est intéressant de conserver et pour lesquels regénérer un nouveau résultat n’est pas toujours pertinent selon le temps qui s’écoule entre deux sollicitations ? Redis est [...]

Gery DUBIEF: Reverse engineering: Les enseignes lumineuses

29 juin, 2010 - 00:16
Mesdames messieurs, bonsoir.

Depuis ma plus tendre enfance, je ne peux m'empêcher de récupérer toute sorte de bidules électroniques... Que ce soit pour voir ce que ces trucs contiennent, pour récupérer des pièces, ou juste pour en faire autre chose. Du coup, j'hérite souvent par le biais de ma môman, de petits bidules publicitaires, et d'autre trucs sympas (oui, j'ai la vingtaine) en provenance des commerçants du coins (j'ai souvenir d'un énorme écriteau publicitaire comportant 90 LED bleues HL, un vrai bonheur).

Malheureusement, ces petits bidules sont en général tout juste bon à être démantibulés. Leur petits µC "goutte noire" ne permettant pas, en général, de les reprogrammer, ou de les utiliser très intelligemment. Dommage!

Mais hier, un bidule un peut particulier m'est arrivé entre les mains (encore môman). Ce n'était pas qu'un simple bidule clignottant. Non. Ce bidule la, aspirait à devenir bien plus! En regardant l'électronique de plus près, mon sang n'a fait qu'un tour.

Un gros µC en DIP8 en plein milieu! Mais, qu'est-ce? Un double AOP monté en intégrateur pour faire varier la luminosité des LEDs? Probablement pas... Les LEDs clignottent quand on les bouge rapidement, ce qui induit l'utilisation d'un rapport cyclique. Il faudrait au moins 3 AOP pour faire ca en analog, et en DIP8, c'est impensable... Qu'est-ce donc alors? *prends ses yeux macros* MAIS C'EST UN PIC!!!!

Et oui, un PIC, qui l'eu crû? Pas moi en tous les cas. Ma premiere réaction fût de regarder s'il s'agissait d'un modèle ré-inscriptible (xxFxx).. Et bien, croyez le ou non, mais, oui... Et alors? REVERSIIIIIIING!

Le PIC est un 12f508 (que je ne connaissait pas). Il est entouré de deux résistances, un condo, un transistor. Les évidences à en tirer sont donc :

  • Le 12F508 doit disposer d'un oscillateur interne (bon point)
  • Le transistor est controlé par la seule sortie câblée du PIC, et sert sans doutes à driver les LEDs
  • Le condo est une capa de découplage
  • Le circuit est gros, je vais pouvoir souder pleins de fils comme un gros goret.

Toutes ces conclusions de premier abord sont confirmées et précisées par la datasheet du PIC. L'oscillateur interne est à 4mhz. On remarque aussi, sur le PCB, l'URL du site du fabriquant: Led.de.
Il va maintenant être temps de dresser le schéma de la carte. Je l'ai fait en intégralité puis-ce qu'elle n'est pas très compliquée. puis, ça va m'être utile pour câbler un ICSP propre par la suite, et tirer les sorties.

On ne peut plus simple. On remarque surtout que si l'on veut reprogrammer cette petite platine, on à plusieurs solutions:

  • Retirer le PIC, le reprogrammer, le remettre en place (et recommencer à chaque programmation --> chiant et nul)
  • Cabler un port ICSP pour le reprogrammer in-situ, et conserver toute l'intégrité du bordel. (sympa et cool =) )
  • Lui faire le coup du micro onde chamanique (n.b. je viens de l'inventer, n'essayez pas)
Comme tout bon gros geek qui se respecte, je choisis la manière belle et cool (ICSP). En plus, avec des jolis fils de toutes les couleurs, ça aura fier allure, et je pourrai me la péter.

Voilà donc ce que va me donner le cablage ICSP :

Et, déjà, là, ça a de la gueule (croyez le, s'il vous plait)

La suite: Quand je serai retourné chez moi, et que j'aurai récupéré mon fer à souder et mon programmateur de PIC. See you next week!

Jean-Pierre MORFIN: Les réseaux sociaux se libèrent... bientôt

28 juin, 2010 - 23:50

Facebook, Myspace, Viadeo, LinkedIn, Twitter... vous en connaissez forcément quelques uns et peut-être d'autres, sont des sites de réseaux sociaux qui permettent de mettre leurs abonnés en relation afin qu'ils échangent les informations qu'ils souhaitent. Malheureusement, ces sites ont tous les mêmes défauts. Ce sont des systèmes centralisés et opaques.

Un système centralisé car toutes les informations relatives aux membres d'un réseau sont stockées sur l'infrastructure informatique d'une seule entité, souvent une entité commerciale. Si cette entité vient à disparaitre ou à être défaillante, c'est tout le réseau social qu'elle supporte qui s'écroule.

Un système opaque car l'entité qui gère le réseau social ne publie pas le code source de son logiciel. On ne peut donc pas savoir précisément ce qu'il advient des données des internautes utilisant le réseau. Certains voient cette opacité comme un gage de sécurité mais la publication du code source des Logiciels Libres a souvent démontré le contraire par une réactivité plus grande lors de la découverte de failles.

Je ne rentrerai pas dans les détails des risques encourus à publier des informations personnelles sur ce type site, certains le font beaucoup mieux que moi.

Ces deux défauts me gênent de plus en plus au point de n'utiliser ces réseaux centralisés propriétaires qu'exceptionnellement en ayant supprimer les informations superflues que j'y publiais jusqu'alors. Malgré tout, je trouve le principe du réseau social plutôt sympathique et j'avoue avoir du mal à m'en passer. Ceci m'a poussé à explorer d'autres solutions qui conviendraient mieux à mes attentes, c'est à dire, des réseaux décentralisés basés sur des logiciels libres. Et bien, je me suis rendu compte que je n'étais pas le seul à rechercher de telles alternatives... mais en vain. Hormis StatusNet, dont je vous ai déjà parlé, mais qui ne répond qu'à une partie des fonctionnalités d'un réseau social.

Depuis quelques mois, une partie de la communauté libre, celle qui comme moi était à l'affut d'une alternative, est en effervescence pour bâtir sa solution réseau social... et celle-ci est en fait un ensemble de solutions ! Quelle est la plus grande liberté que celle d'avoir le choix ? Malgré tout, cette liberté semble avoir un inconvénient : si j'utilise la solution A et que certains de mes amis préfèrent utiliser la solution B, comment vais-je pouvoir échanger avec eux ? Et bien c'est la question à laquelle les développeurs de ces différents logiciels vont tenter de répondre le 18 juillet 2010 à Porland lors d'un sommet organisé par StatusNet Inc. L'objectif est de permettre à différentes applications de type réseau social de communiquer entre elles. Ces applications ont déjà la volonté d'être à la fois libres et décentralisées : c'est à dire que vous et moi pourrons les installer sur les machines de notre choix afin de garder la maîtrise des données qu'elles gèreront sans être dépendant d'une société dont on ne connait pas les objectifs. Si en plus ces logiciels sont compatibles entre eux, que demander de plus ?

Les principaux projets sont les suivants :

  • Gnu Social (ex Daisy Chain), soutenu par la FSF, qui envisage d'étendre les fonctionnalités de StatusNet qui est déjà libre et décentralisé.
  • Diaspora, projet récent ayant trouvé de nombreux donateurs pour financer son développement
  • Google Buzz, application permettant de partager rapidement de l'information et qui reste pour le moment très centralisée
  • DiSo, une extension de Wordpress permettant aux blogueurs d'échanger
  • OneSocialWeb, basé sur le protocole de messagerie instantanée XMPP comme Jabber ou Google Talk
  • BuddyPress, une autre extension Wordpress
  • Dreamwidth, une plateforme sociale open source...

Je pense que seuls les projets qui réussiront à communiquer avec d'autres seront viables. Ceux qui voudront franchir le pas et quitter les réseaux propriétaires le feront s'ils ont la garantie de pouvoir échanger avec le maximum de personnes donc en utilisant les solutions les plus ouvertes (pourquoi tout le monde utilise Facebook ? parce que tout le monde utilise Facebook). En tout cas, au delà de l'aspect décentralisé et libre, ce sera mon critère de choix.

EDIT (29/06/2010) : J'espère que d'autres projets comme Movim ou PeerBook vont se rallier au protocole d'échange issu du sommet de Portland. De même il serait intéressant de voir apparaître des modules Drupal, Dotclear... dédié à ce format. A suivre donc !

Vivement les premières versions de ces projets pour que l'on puisse tester.

Pierre-Yves DUBREUCQ: EyesOfNetwork – supervision libre – nouvelle version 2.1.5 et interview

28 juin, 2010 - 23:27

EyesOfNetwork, solution de supervision libre basée entre autre sur Nagios, vient de sortir une nouvelle version qui est la 2.1.5.

EyesOfNetwork est une distribution incluant les éléments ci-dessous :

  • GED (Generic Event Dispatcher) : gestion multi sites et sécurisée des évènements,
  • NAGIOS : gestion des incidents et des problèmes,
  • NAGIOSBP : gestion de la criticité des applications,
  • NAGVIS : cartographie personnalisée de la disponibilité,
  • CACTI : gestion des performances,
  • WEATHERMAP : cartographie de la bande passante,
  • BACKUP MANAGER : Outil de sauvegarde de la solution,
  • EONWEB : Interface Web unifiée de la solution,
  • EZGRAPH : Librairie d’affichage des graphiques,
  • SNMPTT : Traduction des traps snmp,
  • GLPI: Gestion de parc.

Pour mieux comprendre comment interagissent tous ces éléments, le mieux est d’avoir un schéma :

Maintenant que le décor est planté, et que vous avez une vision un peu plus complète de ce que réalise EyesOfNetwork, voici les nouveautés de cette nouvelle version :

  • Support du NEB (Nagios Event Broker) Mklivestatus 1.1.4 en options (en vue de remplacer ndo2db)
  • Ajout du plugin aggregate dans cacti
  • Ajout de liens équipements et modèles dans la configuration nagios
  • Rapports de configuration nagios (html et csv)
  • Lien entre cookie eonweb et REMOTE_USER apache (/etc/httpd/conf.d/eonweb.conf)
  • Mise à jour de la distribution GNU/Linux Centos 5.5
  • Mise à jour de Php 5.2.13
  • Mise à jour de Eonweb 2.1-1
  • Mise à jour de Nagios 3.2.1
  • Mise à jour de Ged 1.2.9
  • Mise à jour de Nagvis 1.4.7 à noter que la 1.5 est sortie le 15 juin et propose d’ailleurs par défaut le broker Mklivestatus.
  • Mise à jour de NagiosBP 0.95
  • Mise à jour de Weathermap 0.97a
  • Mise à jour de Backup-Manager 0.7.9
  • Mise à jour de Glpi 0.72.4
  • Mise à jour de Fop 0.95-0.3
  • Et de nombreuses corrections de bugs

A l’occasion de la sortie de cette nouvelle version, voici l’interview de Michael Aubertin qui est le leader de la communauté EyesOfNetwork. (Merci à lui pour le temps qu’il m’a accordé)

- Peux-tu nous présenter la solution EyesOfNetwork ?

EyesOfNetwork est une solution de supervision dans la présentation et le choix d’architecture sont pensé pour être une aide au pilotage des systèmes d’informations. Dit comme cela, c’est un peu pompeux mais cela se traduit dans la réalité par une foultitude de petits détails permettant de gagner du temps grâce à la supervision et pas l’inverse. Dans cette optique, nous avons pris le parti de travaillé sur une présentation ITIL des outils afin de mieux parler le même langage. Pour profiter à plein de cela il faut malheureusement mettre son côté technophile de côté pour ce focaliser sur du simple et sur les utilisateurs, ou, ad minima les applications. Lorsque je dis simple, je vais illustrer mon propos par un détail technique, les plugins de check nagios. On nous reproche parfois de ne pas offrir immédiatement des mesures de performances liées au check Nagios. En effet d’autres excellentes solutions libres offrent cette facilité. Nous ne le faisons pas (même si dans les faits c’est possible) car cela implique deux choix impactant pour l’utilisateur. Premièrement, les plugins (ou scripts) deviennent beaucoup plus compliqué à lire et à écrire, or, pour qu’une supervision vive bien dans le temps il est impératif que son maintien en condition opération se fasse sans douleur. En ne permettant pas, à priori, la mesure de perf via Nagios, nous acceptons son action vers la mesure de disponibilité et rendons ses scripts de check extrêmement simple à produire et maintenir. C’est le fameux retour 0,1,2. Du côté de la DSI cela permet de spécialité la mesure de la disponibilité de la mesure de la capacité. Là encore, nous employons rarement le (le moins possible en fait) le terme de performance. En effet, même si Cacti est infiniment plus puissant pour ce boulot que ne pourra jamais l’être Nagios, il est primordial de bien faire comprendre que supervision ne veut pas dire console de débogage. Or, quand je vois sur le marché des outils propriétaire prétendant faire du monitoring de performance en temps réel, je dis « Oui, bravo, et votre supervision c’est quoi ? ». Donc à la question EON c’est quoi je réponds c’est un outil de supervision  sans plus de prétention que de se vouloir simple, pratique, ITIL et utile.

- Pourrais-tu nous présenter brièvement les membres de la communauté EyesOfNetwork ?

Avec plaisir! Que dire, nous sommes assez peu nombreux, pour l’instant, mais l’ambiance est fabuleuse que ce soit dans la core team ou dans la communauté au sens large. Je pense que c’est en partie parce que nous « commitons » facilement, et probablement aussi parce qu’on est des antithèses de stars et du coup les utilisateurs et les contributeurs nous abordent et nous enrichissent plus facilement.  Petit focus sur la core team. La core team c’est élargie d’un membre cette année je vais donc commencer par lui.

Sebastien Fernandez est un garçon formidable qui à tout compris au libre. Il ne se demande pas s’il peut coder, il offre se qu’il peut. Et on a vu arrivé un travailleur acharné qui test, démonte, remonte, anime le forum, produit des docs, conduit des POCs, bref, il ne code pas directement mais son apports et immenses. Il est extrêmement pertinent dans ses jugements techniques et cela nous permet d’opérer des choix plus facilement quant à l’avenir de tel ou tel outil. Du côté animation du forum, il est toujours d’une grande bienveillance pour les utilisateurs. Bref, c’est un p’tit gars qu’il est très bien!

Jean Philippe Levy est un grand pénible, mais c’est mon hémisphère droit. Il connait parfaitement les outils libres de supervision et à ce titre est un des architectes de la solution. Nos discussions sont souvent houleuses, puis, rapidement on trouve le compromis que nous proposons à la core team, et en fonction de leurs avis, on prend la direction en question. Au-delà de son action sur l’architecture, c’est un ami et il est rien de moins que le principal développeur de EON. C’est aussi lui que se gère une partie de l’infrastructure informatique du projet.

Jérémie Bernard est l’artiste de la bande (Même si JP joue merveilleusement de la gratte), et c’est mon hémisphère gauche. <Vous aurez noté que je n’ai plus que le reptilien à moi > Jérémie est le génie du C++ et de l’objet de la bande. Lorsque j’ai un truc tuchie à pondre, c’est vers lui que je me tourne. On fonctionne comme avec JP (mais en moins houleux ), on brainstorming comme des fous, j’explique ma vision, pourquoi et ou je veux aller (généralement à 5 ans). Là, il réfléchit et reviens vers moi avec une idée complémentaire. Après il commence à coder et on finit ensemble. En fait, je me contente presque de voir si je lis le code, mais comme il est humble il dit rien . Par exemple, notre bus logiciel, cœur de la solution, et partie d’une feuille de route que je lui ai donnée il y 5 ans et que nous avons réalisé par étape. Mais la trame, c’est le cas de le dire était posé il y a 5 ans. Idem pour le moteur de génération de document basé sur OpenOffice.org présent dans la solution.

Moi-même. Finalement je sers plus à grand-chose . Plaisanterie mise à part, je suis un des architectes de la solution,  j’essaie d’animer un peu la communauté, de parler un peu du produit. Je suis aussi toujours en mouvement et à l’affut sur l’organisation des développements aidé en cela par Jean Philippe pour poursuivre notre objectif.


- Est-ce qu’aujourd’hui EyesOfNetwork est seulement supporté par APX ou disposez-vous d’une communauté autre que les salariés d’APX ?

APX est notre principal sponsor. C’est aussi, pour des raisons de droits, le propriétaire de la marque. Yves Pellemans (Directeur Technique National) et plus généralement la Direction d’APX sait être extrêmement discret et ne nous impose absolument rien.  APX à bien compris nos motivations et se positionne sur un rapport gagnant / gagnant avec nous. Aussi, si il est exact que APX et à ce jour notre seul gros sponsor, APX n’est pas le sponsor. D’ailleurs, l’équipe est actuellement en relation avec d’autres représentants en Afrique, au Maghreb et au Moyen orient. Du côté de la communauté, 3 membres de la Core sont salariés d’APX (cela fait d’ailleurs partie du sponsoring) mais les autres contributeurs et membres n’ont pas de relation avec APX.

- Quels sont les besoins qui ont amenés à la création de ce bundle orienté supervision libre ?

De la question de la genèse… Sur ce genre de projet ou l’humain est au cœur de tout, il est difficile de dicté la vérité. Aussi, je me propose de vous livrer la mienne. Fin 2000, un groupe de trois personnes et moi avons discuté autour d’un bon café. Ce groupe comptait un expert réseau, deux experts du libre (coté système) et un expert en supervision. La conversation tournait autour d’un produit dont la traduction était en cours, NetSaint. L’ancêtre de Nagios. Il nous est apparu qu’il serait intéressant de produire une distribution orientée supervision. Expert ITIL de la première heure, Eric Vidal (l’expert en supervision du groupe) nous a donné une feuille de route des besoins. Les développements ont mis un peu de temps pour décoller car le travail est considérable. Tout c’est accéléré avec l’arrivé de Jérémie Bernard et Jean Phillippe Levy. En 2008, Grâce à Yves Pellemans, Didier Bouvet, Jean Pierre Filangi et la Direction du groupe (Merci encore à tous pour cette belle aventure :D), APX nous a accueilli, nous a fait confiance et tous les trois, nous avons pu relancer la dynamique. EyesOfNetwork était née. Depuis, la communauté s’est élargi, pour notre plus grand bonheur à d’autre membre extérieur à APX.


- On voit souvent un rapport aux méthodes ITIL, quels sont les briques couvertes par EyesOfNetwork ?

La version actuelle de EyesOfNetwork couvre:

· Un premier niveau du processus « Service Desk » (1/5)

· La complétude du processus « Gestion des Incidents » (5/5)

· Un bon niveau du processus de « Gestion des configurations » (3/5)

· Un bon niveau du processus de « Gestion des problèmes » (3/5)

· Un premier niveau de « Gestion des changements » (1/5)

· Un premier niveau de « Gestion des mises en production » (1/5)

· Un très bon niveau du processus « Gestion des capacités » (4/5)

· La complétude du processus « Gestion de la disponibilité » (5/5)

Dans l’avenir, nous allons nous attacher au service des processus de « Gestion des niveaux de service » et « Gestion des couts ».


- Quels sont les évolutions à venir de EyesOfNetwork ?

EyesOfNetwork va se décliner sur plusieurs briques spécialisées.

· EyesOfNetwork Supervision, peu ou prou l’actuel brique avec des améliorations au fils des versions

· EyesOfNetwork Exploitation, qui fera le focus sur l’exploitation et la production

· EyesOfNetwork Patrimoine, qui s’occupera du processus éponyme.

Dans l’immédiat, nous avons plusieurs travaux ouverts tel que:

· La hiérarchisation des évènements

· Un mash-up de rapports personnalisés

· L’intégration de Shinken

· La notion de GTI (TTO) en plus de la mesure des SLA

· La formalisation des contrats de services

· L’ajout OCS/GLPI complètement intégré (Base Exploitation).

· … et beaucoup d’autres POC.


- Quels sont les points forts selon toi de EyesOfNetwork ?

EON a les points forts de son point faible. Je m’explique. EON à une approche très pragmatique, simple et pratique, or, souvent la solution et comparé à d’autres par un personnel très technique. Ainsi, il arrive fréquemment qu’en première intention EON soit écarté pour une solution plus technologique. Par contre, dès que l’on parle SLA, Applications, modélisation d’organisation, multi-sites, multi-clients, la, EON devient vite extrêmement pertinent, que ce soit pour les techniciens, les administrateurs, les DSI et la DSIO. Autre exemple mais toujours aussi orienté simplicité et pragmatisme, la haute disponibilité et le PRA de la solution elle-même. Parlons PRA. La solution intègre son propre mécanisme de sauvegarde au travers de l’excellent BackupManager. Cela peut paraitre anecdotique mais cela permet à la fois la sauvegarde à chaud et une procédure rapide et fiable en cas de sinistre majeur. Du coté HA, EON supporte l’installation de packages cluster et peut ainsi fonctionné dans le cadre d’un PCS. Le cluster peut ou non (Via DRDB) possède un storage mutualisé de type SAN, iSCSI… On peut aussi, lorsque l’utilisateur souhaite le support de Red Hat Enterprise Linux*, installer EON sur une « vrai » Red Hat Enterprise Linux* le tout sans effort.

*LINUX est une appellation commerciale de Linus Torvalds. RED HAT est une marque déposée de Red Hat, Inc.

- Quels sont les besoins que vous pourriez demander auprès de la communauté du libre ?

Vaste question. Très franchement, cela risque de paraitre une réponse abstraite, mais c’est notre mode de fonctionnement. Les chantiers sont nombreux, le champ de compétence nécessaire est très large, et toute idée et toujours bonne à entendre et analyser. Aussi, tout contributeur capable de s’investir sur une tache qu’il aura demandé ou choisit avec sérieux sera toujours le bienvenue. Cela va de la traduction à l’animation en passant évidement par le code et la promotion. Les seuls impératifs sont, l’humilité, l’envie, le sérieux, et accepter d’être visible car nous tenons à valoriser chacun. C’est, selon moi, un point essentiel du paradigme économique et social qu’est le logiciel libre.


Liens utiles :

Site Officiel de EyesOfNetwork

Téléchargement et Changelog d’EyesOfNetwork